Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Thiam Mandiomé, 2010, La céramique dans l’espace sénégambien. Un patrimoine méconnu

Paris, L’Harmattan («  Études africaines  »), 216 p.
Anne Mayor
p. 303-305
Référence(s) :

Thiam Mandiomé, 2010, La céramique dans l’espace sénégambien. Un patrimoine méconnu, Paris, L’Harmattan («  Études africaines  »), 216 p.

Texte intégral

1La céramique est l’un des matériaux de prédilection des archéologues et des ethno-archéologues pour explorer les questions d’identités, de frontières sociales, de choix techniques, d’échanges ou d’évolution culturelle. Mais ce matériel n’est pas connu de façon égale partout. Au Sénégal, ce n’est guère que depuis 25 ans que l’on y accorde l’attention qu’il mérite. Et, malgré de très bonnes études récentes, beaucoup reste à faire pour mieux connaître ce patrimoine, menacé de disparition.

  • 1  Bocoum H. & McIntosh S.K, 2002, Fouilles à Sincu Bara, moyenne vallée du Sénégal, CRIAA, Nouakchot (...)

2Mandiomé Thiam, auteur de cet ouvrage et actuellement enseignant à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD), est l’un des premiers chercheurs nationaux à s’être intéressé de près à la céramique du Sénégal, tant archéologique qu’ethnographique. Pour sa thèse de doctorat, dirigée par le Professeur Jean Devisse et soutenue à l’Université de Paris I en 1991, Thiam a établi un bilan des connaissances et a effectué un travail de terrain en 1990. Celui-ci a consisté en un sondage archéologique sur le site de Thioubalel, dans la vallée du fleuve Sénégal, et en des enquêtes ethnographiques dans huit ateliers de potières situés dans trois régions du pays. Ces données de terrain ont été complétées par l’étude d’autres corpus céramiques issus de fouilles ou prospections d’autres chercheurs. Cet ouvrage rend compte de ce travail de défricheur. En effet, au cours de la décennie suivante ont eu lieu des recherches archéologiques de grande envergure dans la vallée du fleuve Sénégal1, et plusieurs mémoires et thèses de doctorat ont porté sur des études ethnoarchéologiques dans diverses populations. Son ouvrage est structuré comme suit.

3La première partie fait le bilan des études sur la céramique en fonction de l’histoire du pays et de la politique archéologique. On passe de la création des sections d’ethnographie et de préhistoire à l’IFAN, en 1941, aux premiers enseignements en préhistoire à l’UCAD, dès 1963, puis à l’émergence de l’archéologie nationale dans les années 1970. Ce n’est que dans les années 1980 et 1990 que l’on assiste à la multiplication des travaux sur la céramique, menés désormais essentiellement par des chercheurs nationaux. Le second chapitre, qui présente un état des connaissances sur les faciès néolithiques, montre notamment l’intérêt de recourir à des analyses pétrographiques. Pour cela, l’auteur présente les résultats d’observations microscopiques de lames minces de tessons de deux sites (Carrière Diakhité et Khant). La céramique protohistorique est quant à elle succinctement décrite selon quatre zones.

4La deuxième partie traite des recherches archéologiques de l’auteur dans la vallée du fleuve Sénégal. Elle s’ouvre par une présentation du sondage de 2 x 2 m effectué sur le site de Thioubalel. Deux datations, indiquant une occupation entre le vie et le ixe siècles AD, sont présentées comme les plus anciennes du site. Le corpus céramique (N  = 2453) est étudié en deux lots séparés, les bords et les panses. Les résultats de la typologie des bords, de l’examen du dégraissant et des pourcentages des décors sont détaillés à l’aide de tableaux et dessins de céramiques. Le chapitre suivant présente l’étude du corpus céramique issu d’un sondage effectué sur la butte de Ross-Béthio (près de Saint-Louis) par Guy Thilmans en 1988. Le corpus de 5225 tessons est étudié avec la même méthodologie. Vient ensuite l’étude d’ensembles céramiques de surface des stations de Thioubalel et Sinthiane. Enfin, le chapitre 4 présente un bilan intéressant, selon les données de la littérature, des éléments de terre cuite autres que les récipients  : fusaïoles, disques perforés, figurines anthropo-zoomorphes, pipes, poids de filet, bouchons, grelots, cuillères, phallus et perles (environ 1300 pièces).

5La troisième partie pose un regard ethnoarchéologique sur la céramique du Sénégal. L’auteur s’appuie surtout sur ses observations dans huit ateliers villageois, situés dans la vallée du fleuve Sénégal (milieu pulaar), en basse-Casamance (milieu soocé), et au Sénégal sud-oriental (milieux bassari, bédik, diakhanké et pulaar). Après un chapitre sur l’univers mental des potières, à travers les interdits, mythes et rites liés à cet artisanat, l’auteur se penche sur la question de la chaîne opératoire, en distillant quelques informations sur les fonctions des récipients domestiques et rituels. Ces données sont synthétisées au chapitre suivant, par groupes ethniques, et en intégrant les informations d’autres chercheurs. La réflexion porte ici sur la signification du concept de tradition céramique. Le quatrième et dernier chapitre détaille le résultat des analyses pétrographiques, analyses effectuées par Maurice Picon (Université de Lyon) sur les argiles des ateliers de potières.

6L’auteur conclut par une mise en garde relative à la disparition progressive du patrimoine matériel et immatériel céramique, et à l’importance de mieux le documenter. Il recommande le développement de deux approches complémentaires, les analyses microscopiques et les enquêtes ethnoarchéologiques.

  • 2  Voir notamment Haour A. et al., 2010, African pottery roulettes: past and present  : techniques, i (...)
  • 3  Voir www.archeo-gallay.ch.

7Dans un contexte où la majorité des travaux de mémoire et de thèse des chercheurs sénégalais sur la céramique ne sont pas (encore) publiés et difficilement accessibles, il faut saluer l’effort de l’auteur de mettre à la disposition de la communauté scientifique les fruits de son travail, même tardivement. Publier un travail de thèse vingt ans plus tard est en effet une tâche ardue, et ce délai important explique que la bibliographie ne soit relativement complète que jusqu’au début des années 2000, seuls les titres de l’auteur venant s’ajouter pour les années suivantes. De façon générale, l’ouvrage est bien structuré et illustré, même si le lecteur aurait aimé bénéficier de synthèses à la fin de chaque chapitre, ainsi que d’une carte de situation des provinces céramiques et des sites archéologiques étudiés. De même, des photographies des décors céramiques auraient facilité l’identification de ceux-ci, car la terminologie a beaucoup évolué suite aux études plus récentes2. Enfin, dans la partie ethnoarchéologique, des tableaux mettant en correspondance les ateliers étudiés, l’affiliation ethnique des potières, les types d’argile, les techniques de façonnage et de cuisson auraient grandement clarifié et précisé le propos. Du fait de la brièveté des séjours de l’auteur dans chaque atelier, certains aspects sont abordés de façon très succincte. Les schémas récapitulatifs des pages 171 à 174 sont bienvenus en guise de synthèse, mais il aurait été intéressant de pouvoir disposer de tels schémas pour les huit ateliers, de façon à pouvoir évaluer les spécificités de chacun. Enfin, il est regrettable que l’une des seules critiques de l’ouvrage s’adresse à une publication d’Alain Gallay de 1986, alors que ce dernier est à l’origine d’un important projet d’études ethnoarchéologiques de la céramique au Mali, pays voisin, initié en 1988 et ayant donné lieu à de nombreuses publications, à aucun moment évoquées3 ! La dernière partie de l’ouvrage est la plus originale  : l’idée de prélever les argiles utilisées par les potières et d’en faire une analyse pétrographique est en effet novatrice, et les résultats indiquent une voie prometteuse à suivre, dans un domaine à l’interface entre archéologie, ethnoarchéologie et archéométrie.

8Pour conclure, la publication de Mandiomé Thiam est bienvenue, et son cri d’alarme concernant la disparition d’un patrimoine d’une richesse encore mal connue se révèle pleinement justifié, à l’aulne des observations que nous avons pu faire avec N.S. Guèye au Sénégal oriental depuis 2012. Les pistes esquissées par l’auteur ont été suivies par de nombreuses autres études, et nous souhaitons que celles-ci puissent se développer et être à leur tour publiées, pour mettre en lumière témoins archéologiques et savoirs artisanaux menacés de sombrer dans l’oubli.

Haut de page

Notes

1  Bocoum H. & McIntosh S.K, 2002, Fouilles à Sincu Bara, moyenne vallée du Sénégal, CRIAA, Nouakchott.

2  Voir notamment Haour A. et al., 2010, African pottery roulettes: past and present  : techniques, identification and distribution, Oxbow books, Oxford.

3  Voir www.archeo-gallay.ch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Mayor, « Thiam Mandiomé, 2010, La céramique dans l’espace sénégambien. Un patrimoine méconnu », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 303-305.

Référence électronique

Anne Mayor, « Thiam Mandiomé, 2010, La céramique dans l’espace sénégambien. Un patrimoine méconnu », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3384

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org