Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ott-Duclaux-Monteil Cécile, 2013, Exploitation forestière et droits des populations en Afrique centrale

Paris, L’Harmattan, 434 p.
Etienne Bourel
p. 301-303
Référence(s) :

Ott-Duclaux-Monteil Cécile, 2013, Exploitation forestière et droits des populations en Afrique centrale, Paris, L’Harmattan, 434 p.

Texte intégral

1Le livre de Cécile Ott-Duclaux-Monteil est issu d’une thèse réalisée à l’Université Lyon 3 et porte sur la question des droits forestiers pour les populations d’Afrique centrale. L’étude est menée dans une approche comparative entre le Cameroun, le Gabon, la République du Congo et la République Démocratique du Congo. Le droit de l’environnement ayant pris une importance grandissante ces dernières décennies, il s’agit d’en retracer l’histoire aux échelles internationales, régionales et nationales et d’en apprécier la pertinence et l’application au niveau local. Ceci au regard notamment d’une activité économique  : l’exploitation forestière. Deux chapitres portent également sur les problématiques soulevées par la mise en place de forêts communautaires et d’aires protégées.

  • 1  Hobsbawm Éric et Ranger Terence, 2012, L’invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, 381 (...)

2L’ouvrage est organisé en deux parties principales. La première aborde l’élaboration progressive des droits forestiers des populations locales et autochtones en Afrique centrale. L’auteure montre l’actualité et la pertinence politique de la traduction de pratiques coutumières dans le droit positif. Les situations de pluralisme juridique sont mises en avant, même si l’on peut regretter que l’usage du terme «  tradition  » ne soit pas problématisé1. L’accent est ensuite mis sur les textes internationaux et nationaux qui encadrent la conservation et l’usage des ressources naturelles, au prisme d’une nécessité de réduction de la pauvreté. En toile de fond, ce sont donc les questions de développement qui sont soulevées. L’auteure indique un assainissement du secteur forestier dans les pays concernés, via les nouveaux cadres législatifs. Dans une seconde partie, est discutée l’effectivité de ces droits et leurs interprétations concrètes. Si l’encadrement législatif existe, souvent de manière très satisfaisante d’un point de vue formel, ce sont les questions d’application, de participation et les rapports de force locaux qui posent problème. Dans l’analyse des relations entre exploitants forestiers industriels et populations locales et autochtones, l’importance d’une reconnaissance nécessaire des parties présentes est mise en avant car les exploitants forestiers agissent le plus souvent au mépris des principes de durabilité. Alors que les enjeux portent autant sur la biodiversité que sur l’amélioration des conditions de vie, ce n’est pas la mauvaise volonté des pouvoirs publics qui est pointée, mais la cohérence relative et limitée des solutions technocratiques jusqu’ici proposées.

3Très largement documenté (plus de mille notes de bas de page), ce livre permet un tour d’horizon du respect des droits des populations dans quatre pays d’Afrique centrale. Le contexte académique de production lui donne un caractère très complet, même si le passage en revue et la présentation d’une succession de textes législatifs rend parfois la lecture fastidieuse. Des conclusions pourraient synthétiser agréablement chaque chapitre. D’un point de vue méthodologique, l’auteure croise, de manière forte intéressante, ses analyses du droit avec des références à des recherches menées sur le terrain. On aimerait en savoir davantage sur cet aspect de son travail. D’autant plus que certains passages, comme celui portant sur les conflits liés à l’exploitation commerciale et industrielle des ressources forestières, donnent lieu à des juxtapositions de problèmes qu’il s’agirait d’étayer davantage. Toutefois, la question de l’État de droit en Afrique centrale relève, effectivement, d’une actualité tout à fait cruciale et c’est à des enquêtes qualitatives portant spécifiquement sur ces questions qu’une invitation semble être donnée. Des différents chapitres, le dernier est le plus ouvert puisqu’il se veut davantage propositionnel, quant aux possibilités d’amélioration des situations locales. On en revient à l’importance de la prise en compte sérieuse du pluralisme juridique dans les processus délibératifs et aux enjeux relatifs à la justice et à la propriété (foncière, forestière et intellectuelle) qui en découlent. La violence et les discriminations que subissent les populations (notamment celles considérées comme «  autochtones  », soit pygmées, par opposition aux «  locales  », bantoues) sont rappelées et indiquées. Un retour sur l’histoire coloniale du droit écrit et de la propriété foncière étatique historicise la considération accordée aux formulations orales des droits et aux pratiques coutumières.

4L’ouvrage de Cécile Ott-Duclaux-Monteil constitue donc une somme dont la consultation sera particulièrement profitable au lecteur souhaitant faire le point sur le droit de l’environnement en Afrique centrale. Dans un contexte de changement rapide où les acteurs et institutions sont aussi divers que leurs volontés respectives, le regard et l’analyse d’une juriste s’avère précieux pour apprécier au mieux des enjeux politiques multiformes et complexes.

Haut de page

Notes

1  Hobsbawm Éric et Ranger Terence, 2012, L’invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, 381 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Etienne Bourel, « Ott-Duclaux-Monteil Cécile, 2013, Exploitation forestière et droits des populations en Afrique centrale », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 301-303.

Référence électronique

Etienne Bourel, « Ott-Duclaux-Monteil Cécile, 2013, Exploitation forestière et droits des populations en Afrique centrale », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3381

Haut de page

Auteur

Etienne Bourel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org