Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Mbodj-Pouye Aïssatou, 2013, Le fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alphabétisation au Mali

Lyon, ENS Éditions, 315 p.
Philippe David et Aïssatou Mbodj-Pouye
p. 300-301
Référence(s) :

Mbodj-Pouye Aïssatou, 2013, Le fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alphabétisation au Mali, Lyon, ENS Éditions, 315 p.

Texte intégral

1L’enquêtrice, métisse franco-sénégalaise, raconte d’abord comment elle a scrupuleusement et longuement préparé son insertion pour apprendre le bambara (bamanankan) et se faire pleinement accepter dans un milieu ethnique et linguistique qui n’était pas le sien, avant d’effectuer, à partir de 2001, les recherches qui la conduiront à sa thèse de socio-anthropologie soutenue à Lyon en 2007.

2Ses travaux s’appuient essentiellement, mais à plusieurs années de distance, sur le programme UNESCO d’alphabétisation mené à la demande de la CMDT (Cie malienne de Développement des fibres textiles créée en 1974) dans une zone cotonnière du Mali-sud assez homogène, parlant le bambara et bénéficiant simultanément d’un programme innovateur de développement par associations villageoises. Mais elle rappelle trop rapidement ces deux programmes et c’est dommage. Encore plus loin de son propos, elle aurait même pu évoquer aussi la stupide opposition de la Coopération française au Mali au programme UNESCO «  d’alphabétisation en langue(s) nationale(s)  » jugé à l’époque déloyal et attentatoire à la francophonie et à la francographie.

3Son objectif est plusieurs fois rappelé  : anthropologie de l’alphabétisation et «  ethnologie des usages de l’écrit  » (p. 269). Mais le choix délibéré de privilégier l’approche ethnographique et non une position d’évaluation, impose un équilibre difficile qui oblige souvent à de longues catégorisations abstraites et assez pédantes, parallèlement à des fiches d’entretien ou des «  tableaux descriptifs de cahiers  » poussés dans les moindres détails (p. 216-219 et 254).

  • 1  Saluons tout au long de l’ouvrage une scrupuleuse transcription du bambara annoncée dès les p. 9 e (...)

4Lorsqu’il se fait çà et là concret et direct, son ouvrage nous offre une minutieuse description des séances de pesée du coton et du rôle défini à chacun des opérateurs impliqués (p. 113-117), puis montre la lente perfusion des connaissances acquises dans la vie quotidienne d’un paysan à la fois producteur, chef de famille et citoyen, et l’application progressive de son nouveau savoir à tous les secteurs de son activité sous des formes multiples  : billets doux, comptes de campagne, rudiments de généalogie, éphéméride des naissances, mariages et décès et formules coraniques propitiatoires. Il nous offre aussi quelques interviews de scripteurs, comme Moussa Coulibaly «  lettré ambigu  » (p. 27), commentant avec humour ou gravité leurs cahiers personnels. L’effet renforçant et facilitateur de la scolarisation et l’interaction des jeunes scolarisés et des adultes alphabétisés au sein d’une même famille et d’une même zone, est traité avec soin1. Mais en même temps, cette complémentarité variable entre les jeunes scolarisés issus de l’école officielle («  classique  » en français seulement ou ultérieurement «  bilingue  ») et les alphabétisés en général plus âgés n’est ni évidente ni toujours facile.

5Dans un Mali depuis lors très éprouvé, il apparaît en tout cas que les acquis de l’alphabétisation d’autrefois ont globalement bien plus profité aux usages individuels qu’aux usages collectifs (p. 272)  : «  écrire pour d’autres, écrire pour soi  » (p. 155). Ils n’en sont peut-être que plus précieux et durables.

6L’ouvrage s’achève par une longue bibliographie, partiellement anglophone d’ailleurs, de 16 pages, ce qui n’est pas sans surprendre pour un domaine de recherches aussi neuf et encore bien peu exploré.

Haut de page

Notes

1  Saluons tout au long de l’ouvrage une scrupuleuse transcription du bambara annoncée dès les p. 9 et 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Mbodj-Pouye Aïssatou, 2013, Le fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alphabétisation au Mali », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 300-301.

Référence électronique

Philippe David et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Mbodj-Pouye Aïssatou, 2013, Le fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alphabétisation au Mali », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3380

Haut de page

Auteurs

Philippe David

Articles du même auteur

Aïssatou Mbodj-Pouye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org