Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Laurent Pierre-Joseph, 2009, Les Pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison

[1re éd. 2003], Paris, Karthala, 480 p.
Catherine Vaudour
p. 298-300
Référence(s) :

Laurent Pierre-Joseph, 2009, Les Pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison [1re éd. 2003], Paris, Karthala, 480 p. (Avant-propos à la nouvelle édition, préface d’André Mary, index).

Texte intégral

1La nouvelle publication des enquêtes de Pierre-Joseph Laurent sur les pentecôtistes mossi burkinabé présente en «  avant-propos  » des compléments d’informations à la première publication de 2003. L’auteur revient sur trois thématiques  : la notion de «  modernité insécurisée  », «  les deux formes principales de la conversion aux Assemblées du Dieu du Burkina Faso  » et «  le rôle des Assemblées de Dieu du Burkina Faso dans la diffusion du pentecôtisme sur le continent africain  ».

2Cet ouvrage est divisé en quatre parties. Dans l’introduction, l’auteur précise qu’il a enquêté dans un premier temps auprès des villageois mossi de l’Oubritenga avant d’élargir son terrain en milieu urbain.

3Dans la société coutumière mossi, le maintien du «  vivre ensemble  » repose sur la confiance et l’entente dans les relations de parenté élargie. Cette «  concorde coutumière  » se distingue de la « concorde civile  » où la confiance est «  généralisée à tous les membres de la société  ». Les transformations que traverse la société traditionnelle et la défaillance de l’État-nation créent un contexte d’instabilité sociale que l’auteur appelle «  modernité insécurisée  », fruit d’une «  forme hybride de lien social  ». La notion de «  modernité insécurisée  » tout comme la dialectique «  concorde civile/coutumière  » sont constantes dans le développement de l’analyse de l’auteur. Ce contexte devient un terreau fertile pour la quête d’une protection au sein d’autres institutions dont les églises et les mouvements pentecôtistes  : «  Autrement dit, c’est d’un déficit de confiance entre tous les membres de la société dont il s’agit et que viennent, pour leur part, combler les Assemblées de Dieu. En d’autres termes, l’état actuel de défiance, samb-sambé, exprime une absence de conciliation entre l’intérêt de l’individu et la solidarité sociale  » (p. 272). Le mouvement pentecôtiste a été introduit par les missionnaires et l’évangélisation a suivi les migrations de la population mossi (de 1960 à 1984). Le pentecôtisme moderne est issu des «  communautés de réveil du St Esprit  » qui se sont développées aux États-Unis au début du xxe siècle rassemblant à l’origine une population noire de milieu défavorisé et de blancs de classes moyennes. Dans la société mossi la conversion au pentecôtisme marque une rupture avec la société rurale et la naissance d’une nouvelle identité.

4La première partie, «  L’installation de l’œuvre sur le plateau Mossi  », présente comment les Assemblées de Dieu initient en milieu rural des formations de «  pasteurs-paysans  ». En s’appuyant sur des récits de vie, l’auteur expose le cheminement qui conduit à la vocation de pasteur.

5La deuxième partie, «  Famille en prière  », aborde la question des alliances et en particulier le mariage par consentement mutuel. La conversion au pentecôtisme est, entre autres, un moyen d’échapper au mariage coutumier pour les jeunes femmes qui trouvent un abri et une protection auprès d’une «  famille de prière  ». Depuis 1990, le Code des personnes et de la famille leur permet pourtant de s’opposer à une alliance forcée, mais généralement le recours à la justice ne se fait qu’avec l’aide et l’appui d’un pasteur. «  Les Assemblées de Dieu offrent aux jeunes déboussolés un lieu pour étancher leur soif de désobéissance et assouvir leur désir d’une plus grande liberté, et cela dans une société où, en milieu rural, la principale institution par laquelle le cadet peut espérer acquérir le statut d’adulte, avec comme corollaire l’accès à la terre, demeure le marriage  » (pp.  97-98). Cette «  liberté  » est cependant à minimiser au regard des règles (ex. de la monogamie) et de «  l’éthique de vie  » instaurées par les Assemblées de Dieu.

6Dans la troisième partie, «  Gestion du monde  », on mesure combien «  la Bible devient un véritable mode d’emploi du monde  » (p. 189) au travers des différentes étapes et facettes du processus d’évangélisation. Le converti désigné comme un «  soldat de Dieu  » est appelé à «  combattre le monde  » qui est considéré comme «  impur  ». La conversion n’est pas toujours aisée en particulier pour le paysan mossi chez lequel elle engendre un dilemme intérieur que l’auteur qualifie de «  moi insécurisé  ». D’autre part, le contexte d’une «  modernité insécurisée  » provoque la méfiance et la peur d’autrui conduisant à ce que l’auteur appelle une «  crise sorcière  » propice à l’instauration de « nouveaux pouvoirs sorciers  » car «  La sorcellerie, à défaut de mieux, devient la sécurité sociale du pauvre (...)  » (p.290). L’auteur signale également l’émergence depuis les années 90 de réseaux dirigés par des «  rentiers  » nommés big men, oeuvrant dans les milieux politico- économiques locaux et «  magico-religieux  ».

7Les «  Guérisons divines  » sont le thème de la quatrième partie, où les rituels de guérison sont posés comme ayant une fonction fondamentale dans les Assemblées de Dieu. Dans la pratique de la guérison, l’activité du «  croyant-guérisseur  » appelé encore «  Prophète  » rentre parfois en concurrence avec les Assemblées de Dieu. De fait, «  Le croyant-guérisseur se tient à la lisière de la doctrine officielle  » (p. 349), mais il participe avec les pasteurs à la co-animation du culte de la «  prière collective de délivrance  », culte que l’auteur nous décrit dans sa globalité (pp.  349-387).

8Pierre-Joseph Laurent conclu que «  Le thème de la conversion fut le fil conducteur de cet ouvrage  » (p. 409). La lecture de ces enquêtes fouillées enrichies par les récits des locuteurs est plaisante. L’objet de cette étude demeure complexe car, comme le souligne l’auteur, la compréhension du succès des Assemblées de Dieu au Burkina Faso repose sur « leurs capacités de s’accommoder de situations métissées et bricolées  » (p. 326).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vaudour, « Laurent Pierre-Joseph, 2009, Les Pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison  », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 298-300.

Référence électronique

Catherine Vaudour, « Laurent Pierre-Joseph, 2009, Les Pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison  », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3378

Haut de page

Auteur

Catherine Vaudour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org