Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Guille-Escuret Georges, 2012, Les mangeurs d’autres. Civilisation et cannibalisme

Paris, EHESS, Cahiers de l’Homme n° 14, 292 p.
Nathalie Carré
p. 296-298
Référence(s) :

Guille-Escuret Georges, 2012, Les mangeurs d’autres. Civilisation et cannibalisme, Paris, EHESS, Cahiers de l’Homme n° 14, 292 p.

Texte intégral

  • 1  Georges Devereux, 1980, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flamm (...)

1«  Plus l’angoisse provoquée par un phénomène est grande, moins l’homme semble capable de l’observer correctement, de le penser objectivement et d’élaborer les méthodes adéquates pour le décrire, le comprendre, le contrôler et le prévoir  »  : ce constat de Devereux, cité par Georges Guille-Escuret1, rend parfaitement compte de l’objet auquel s’attaque l’ouvrage  : l’anthropophagie comme «  méduse  », phénomène qui fascine et terrifie au point de se dérober, semble-t-il, à toute analyse scientifique.

2En apparence insaisissable, impensé, tabou ou «  point aveugle  » de la réflexion, le cannibalisme apparaît cependant comme un objet d’étude auquel il faut nécessairement se confronter. En effet, la répulsion que la pratique inspire à «  la  » «  civilisation  » tend justement à faire d’elle un des critères de partage entre sauvage et civilisé  : ces sauvages qui dévorent des hommes sont encore gouvernés par l’état de nature. Or, cette assertion reste à soumettre à une étude véritablement scientifique, ce que s’attache à faire l’ouvrage ici présenté.

3Ce faisant, l’étude permet également de poser de manière pertinente la question de l’anthropologie et de ses objets. Si la prohibition de l’inceste est le sphinx de cette discipline, comment faire sortir l’anthropophagie du rôle de méduse qu’elle y tient  ?

  • 2  Nous effectuons ici un raccourci, le chapitre ainsi nommé développant un débat dont les termes son (...)

4En documentant l’analyse, en proposant une méthode et en formulant des hypothèses qui dépassent l’opposition binaire largement répandue entre les tenants de l’interprétation symbolique (les causes de l’anthropophagie sont liées à la religion, au spirituel) et ceux qui privilégient la piste plus pragmatique d’une réponse à un besoin oppressant  : la faim. Ce que l’auteur nommera – non sans humour – dans un de ses chapitres «  Choisir entre les protéines et les symboles  »2.

5Afin de cerner au mieux son objet, Georges Guille-Escuret porte tout d’abord son attention sur l’étymologie et s’intéresse aux questions de vocabulaire, soulignant d’ores et déjà l’importance de la distinction introduite entre endocannibalisme et exocannibalisme (qui mange-t-on  ?). L’analyse historique est également présente, s’intéressant à la manière dont le phénomène est traité et mis en discours, de l’Antiquité à nos jours. Les questions des sources et de la validité du témoignage sont quant à elles très documentées et développées très finement à de multiples reprises (dont en particulier les chapitres «  La preuve et l’épreuve  » et «  Épistémie du témoignage  »). C’est l’occasion de dessiner une généalogie de la «  terreur  » traitée de manière bien différente entre un Haut Moyen-âge qui se détourne de cet «  innommable  » et un xixe siècle ouvrant largement ses imprimés à nombre de récits de voyage y faisant référence. Alors que les discours sensationnalistes se développent – ses résurgences contemporaines sont toujours bien vivaces – le cannibalisme peine pourtant à se constituer en sujet anthropologique pour plusieurs raisons, dont la principale peut être formulée ainsi  : «  L’instabilité de la pratique est perceptible à tant d’endroits que l’on n’ose parier sur un noyau inamovible  » (p. 108).

6De sorte que le cannibalisme semble ainsi quitter le champ de l’anthropologie – traitant des universaux – pour lui préférer celui de l’ethnologie, qui s’attache au différentiel. L’importance d’analyses comparatistes et systématiques est pourtant soulignée, tout comme le rôle fondamental des penseurs qui se sont attaqué à la tâche, parmi lesquels – entre autres – Montaigne, Lévi-Strauss et Harner. Ce dernier apparaît d’ailleurs comme le premier à formuler de manière proprement scientifique une théorie sur l’organisation sociale d’un cannibalisme précis (le cas aztèque), en soulignant le réseau d’interdépendances qui en expliquent la pratique. Le fait est important, car il repose la question de la «  civilisation  » définie comme «  sans  » (anthropophagie). Comme le rappelle Georges Guille-Escuret, «  nous avons tous entendu à l’école que les Aztèques avaient forgé une grande civilisation qui pratiquait le sacrifice humain, mais combien d’entre nous apprirent, avant la provocation de Harner, que le cannibalisme faisait partie de l’énigme  ? La vulgarisation enfouissait complètement cet aspect  » (p. 207). «  L’anthropophagie intervient donc bel et bien en tant que moyen d’interroger la notion de civilisation  » (p. 207).

7Ainsi, si l’importante documentation de cette étude concernant l’anthropologie constitue déjà un apport non négligeable au savoir du lecteur, la réflexion permet également de mettre en perspective la ligne de démarcation entre nature et culture, ligne mouvante, soulignant la construction différente, mais presque «  parallèle  » entre cannibale et prédation mais aussi civilisé et aliénation.

8L’ensemble est porté par une plume alerte (parfois presque trop «  brillante  ») et fait de cet ouvrage une introduction de grande tenue au phénomène de l’anthropophagie tout en gardant au lecteur un certain plaisir de lecture.

Haut de page

Notes

1  Georges Devereux, 1980, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion  : 25. Cité par Georges Guille-Escuret, p. 25

2  Nous effectuons ici un raccourci, le chapitre ainsi nommé développant un débat dont les termes sont moins réducteurs que cette opposition binaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Carré, « Guille-Escuret Georges, 2012, Les mangeurs d’autres. Civilisation et cannibalisme », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 296-298.

Référence électronique

Nathalie Carré, « Guille-Escuret Georges, 2012, Les mangeurs d’autres. Civilisation et cannibalisme », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3376

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org