Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gonin Patrick, Kotlok Nathalie, Peyrouse de Montclos Marc-Antoine (dir.), 2013, La tragédie malienne

Paris, Vendémiaire, 343 p.
Philippe David
p. 295-296
Référence(s) :

Gonin Patrick, Kotlok Nathalie, Peyrouse de Montclos Marc-Antoine (dir.), 2013, La tragédie malienne, Paris, Vendémiaire, 343 p.

Texte intégral

1Seize contributions d’importance inégale proposent une analyse presqu’exhaustive «  de la crise malienne dans la durée  » et fournissent «  une entrée en matière pour une lecture politique, historique, géographique, sociale, anthropologique, économique et démographique du Mali  » (p. 5). Ambitieux programme mais pari tenu, qui permet d’examiner d’abord les insuffisances de la simple rhétorique anti-terroriste actuelle et les dangers du glissement progressif de la libération à l’ingérence (française), avant de revenir plus en détails à la genèse du futur état malien à partir de 1855  ; à l’évolution mouvementée du Mali postcolonial, «  état fragile  », sous quatre présidents très contrastés  ; au coup d’état du 22 mars 2012 qui dérègle totalement un processus parlementaire déjà chancelant (p. 83)  ; à la faiblesse des relations entre le centre-Sud et l’immense Nord d’un pays qu’il est peut-être illusoire de considérer encore comme unitaire et viable  ; aux efforts du pouvoir pour créer, à partir de 1995, 703 communes dans huit régions extrêmement dissemblables, «  opération de régionalisation inaboutie  » dans «  un État vidé de sa substance  » (p. 106) et ce d’autant plus qu’il combine un immense territoire moitié «  utile  » et moitié «  vide  ».

2On rappelle ensuite les cinq révoltes des Touaregs en un peu moins d’un siècle, dont quatre depuis l’indépendance (la troisième close en 1992 par un Pacte national inopérant) qui prouvent bien la persistance d’un malaise multiple, entretenu ou aggravé par les options encore incertaines de l’Azawad proclamé en avril 2012, les contrecoups de l’éclatement lybien, les pressions renforcées d’un djihadisme panafricain radical et les tensions à éclipses avec les Songhay du Moyen-Niger.

3Surprise donc, et déception. Il faut se faire une raison  : le Mali n’est plus la «  démocratie exemplaire  » que l’on célébrait encore il y a peu mais une «  république schizophrène  » (p. 133) encore à la recherche de son État-nation et tiraillée entre diverses «  reconfigurations  » islamiques (p. 147) récentes et plutôt désordonnées.

4L’ouvrage revient aussi sur le concept d’ethnie, «  fantasme occidental désormais mis à mal par les anthropologues  » (p. 159), à propos, justement, d’un pays dont «  très peu de conflits ethniques émaillent l’histoire  » (p. 181).

5À côté des trois directeurs d’ouvrage, citons nommément au moins l’un des contributeurs, Francis Simonis, pour rappeler à travers le texte qu’il lui consacre, la riche histoire du Mali bamana-mandingue depuis près d’un millénaire, l’épopée de Kankou Moussa qui l’illustre au xive siècle, l’élogieuse fresque qu’en dressa Maurice Delafosse dès 1912, les griots traditionnels ou modernes qui continuent de la célébrer de pair avec les chasseurs, ainsi que l’étrange, voire contestable, «  redécouverte  » en 1998 d’une prétendue «  Charte du Manden  » imprudemment sacralisée par l’UNESCO (p. 195). Mais cette histoire est exclusivement celle du Sud  : au Mali, Maures et Touaregs demeurent «  étrangers à toute référence historique  » (p. 198).

6Saluons les Maliens de la diaspora présents en énorme majorité non en Europe mais dans tous les pays africains voisins, conformément à une vieille et tenace tradition dont les Soninké demeurent les champions (et relevons à ce sujet, p. 212, une évocation inexacte par les auteurs des «  navétanes  » arachidiers). Et n’oublions pas que, «  pourvoyeurs de fonds  », les migrants passant ou passés par l’Europe sont aussi des mutants porteurs de conceptions démocratiques nouvelles.

7Deux contributions examinent ensuite les pistes économiques offertes au Mali pour sortir de la pauvreté, évoquant notamment  : le «  mirage de l’or  » (p. 253) la «  fragile filière du coton  » (p. 258), la «  précarité des petites exploitations agricoles  » (p. 266), «  l’insécurité alimentaire  » (p. 284) et «  la bataille de l’eau  » (p. 288), rappelant aussi au passage les effets plutôt heureux, du moins à ses débuts, de la dévaluation en 1994 du franc CFA (p. 253).

8Enfin, cet ouvrage multiple, qui n’incite pas à l’optimisme, à la fois sévère quand il le faut et distant puisqu’aucun Malien n’y participe, s’agrémente de douze cartes en couleurs agréablement lisibles comme on en voit encore trop peu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Gonin Patrick, Kotlok Nathalie, Peyrouse de Montclos Marc-Antoine (dir.), 2013, La tragédie malienne », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 295-296.

Référence électronique

Philippe David, « Gonin Patrick, Kotlok Nathalie, Peyrouse de Montclos Marc-Antoine (dir.), 2013, La tragédie malienne », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3372

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org