Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gary-tounkara Daouda, Nativel Didier (dir.), 2012, L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (xvie-xxie siècle). Acteurs, supports, pratiques

Paris, Karthala, 439 p.
Nathalie Carré
p. 293-294
Référence(s) :

Gary-tounkara Daouda, Nativel Didier (dir.), 2012, L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (xvie-xxie siècle). Acteurs, supports, pratiques, Paris, Karthala, 439 p.

Texte intégral

1La communauté scientifique porte depuis plusieurs décennies une attention fine à la question des savoirs, à leur élaboration et leur circulation. L’ouvrage de Christian Jacob, Lieux de savoirs (2007), qui appréhende les savoirs de manière dynamique en mettant en lumière leurs dimensions sociales, matérielles et spatiales, apparaît d’ailleurs comme l’une des inspirations stimulantes de la réflexion qui a conduit à cette publication collective. Cette source est cependant loin d’être unique (la bibliographie proposée en fin de présentation en témoigne), et d’autres actes sont posés comme fondateurs. Ainsi en est-il par exemple du séminaire de recherches organisé par le SEDET à l’université de Paris 7 et à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, entre 2007 et 2009, lequel s’est conclu par un colloque international. Comme dans l’ouvrage, la perspective a été transdisciplinaire (histoire/sociologie/anthropologie), même si l’approche historienne domine.

2Résulte de ces années de recherche et débats un volume particulièrement réussi, dont les contributions proposées sont toutes de qualité, voire de très grande qualité. Le parti pris de privilégier les études de cas permet, en effet, des analyses contextualisées fines, souvent passionnantes, qui illustrent de manière variée – mais surtout très efficace – les mécanismes à l’œuvre dans la construction des savoirs.

3Comment ceux-ci s’élaborent et se diffusent-ils ? Comment se jouent les mises en contacts, les transferts, les circulations ? Quels sont les rapports entre savoir(s) et pouvoir(s) ? Quels sont les liens et les spécificités des sphères orale et écrite ?

4Les contributions s’attachent à ces questions en identifiant et analysant « acteurs », « supports » et « pratiques », pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage. La volonté de sortir de la bibliothèque coloniale est affichée pour mettre en valeur la dynamique des savoirs sur le terrain. Un mot semble d’ailleurs emblématique de cet ouvrage : celui de « fabrique », présent dès le titre de l’excellente introduction de Didier Nativel et Daouda Gary-Tounkara, et que l’on retrouve à maintes reprises dans les contributions. La fabrique, avec sa dimension matérielle et dynamique, permet d’interroger les pratiques et de subvertir les lignes de clivage traditionnelles (tradition/modernité ; écrit/oral ; local/global), peu opérantes pour rendre compte de savoirs qui s’adaptent sans cesse aux changements du monde environnant.

5L’ouvrage se divise en quatre parties : « Porteurs de savoirs et agents de pouvoirs », « Normes et politiques culturelles », « Représentations de soi et positionnement social » et, enfin, « Pouvoir de l’écrit, puissance de l’oral ».

6Si les questionnements se recoupent nécessairement, chacune de ces parties développe cependant un angle d’approche singulier. La partie consacrée aux acteurs pose ainsi de manière fine la question des sources, des corps investis d’un ou de savoir(s), et de leur adaptation et préservation : contribution de Joseph Gahama, « Savoirs et pouvoirs dans les monarchies du Rwanda et du Burundi » ; étude magistrale de Laurent Manière, « Justice indigène et transformations des règles pénales en Afrique occidentale française (1903-1946) », analysant la manière dont la colonisation imposa un nouveau modèle de règlement des conflits, et observant de près les divers transferts à l’œuvre. La seconde partie interroge les normes et les politiques culturelles. Elle met en valeur, de manière pertinente, ce que l’on sélectionne et ce que l’on met de côté, la fabrique des savoirs étant une pragmatique liée au politique : contributions de Céline Pauthier, sur la musique guinéenne comme vecteur du patrimoine national, et de Chloé Maurel, sur le rôle de l’Unesco ; phénomènes de labélisation du patrimoine évoqués, entre autres, par Jean-Louis Triaud. Les liens entre savoirs et pratiques sont au cœur de la troisième partie, qui intéresse notamment la manière dont un individu privilégie tel ou tel savoir en réponse à telle ou telle situation donnée. On retrouve ce questionnement dans la dernière partie, consacrée aux rapports complémentaires entre écrit et oral, et qui touche plus largement à la question des supports, mais aussi des réseaux : contribution de Faranirina V. Rajaonah consacrée à la revue Fanilo, qui met en lumière le rôle des revues dans l’élaboration et la circulation des savoirs et montre bien, aussi, que l’on ne dit pas exactement les mêmes choses selon les langues – et donc les publics – choisis.

7Il n’est pas possible ici de rendre compte de toutes les contributions. Chacune, pourtant, le mériterait. Soulignons, cependant, celle de Cheikhna Wagué, « La fabrique d’un savoir scientifique sur sa communauté : témoignage d’une relation de terrain », qui aborde l’indispensable question posée à tout chercheur : celle de son inscription au sein de différents réseaux d’appartenance, qui influent nécessairement sur la constitution du savoir en cours.

8En définitive, on ne peut que recommander la lecture de cet ouvrage passionnant, ouvrant à une réflexion stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Carré, « Gary-tounkara Daouda, Nativel Didier (dir.), 2012, L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (xvie-xxie siècle). Acteurs, supports, pratiques », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 293-294.

Référence électronique

Nathalie Carré, « Gary-tounkara Daouda, Nativel Didier (dir.), 2012, L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (xvie-xxie siècle). Acteurs, supports, pratiques », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3368

Haut de page

Auteur

Nathalie Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org