Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Campbell Gwyn, David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar »

Leiden-Boston, Brill, (« Studies in Christian Mission » 41), 1177 p.
Samuel F. Sanchez
p. 290-293
Référence(s) :

Campbell Gwyn, David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar », Leiden-Boston, Brill, (« Studies in Christian Mission » 41), 1177 p.

Texte intégral

  • 1  An Economic History of Imperial Madagascar, 1750-1895. The Rise and Fall of an Island Empire, Camb (...)
  • 2 The Role of the London Missionary Society in the Rise of the Merina Empire, 1810-1861, Phd, Univer (...)

1Le précédent ouvrage de Gwyn Campbell sur Madagascar étudiait l’économie malgache et l’expansion de l’ «  empire merina » au xixe siècle1. Après plusieurs travaux en histoire globale, principalement sur la question de la traite des esclaves, l’auteur revient ici à son sujet de prédilection, la Grande Île. Retour aux sources donc, pour un auteur dont la thèse portait sur l’action de la LMS à Madagascar2, et qui a produit plusieurs dizaines d’articles sur la Grande Île depuis une trentaine d’années.

  • 3  Titre original : Griffiths David, Hanes Madagascar, neu Grynodeb o Hanes yr Ynys, ei Chynyrch, ei (...)

2Ce qui frappe d’abord est la taille de l’ouvrage : un énorme in-8° de 1177 pages, avec une copieuse illustration. Il s’agit d’une édition critique de Hanes Madagascar («  Histoire de Madagascar »)3 publiée par un des premiers missionnaires protestants arrivé à Madagascar, David Griffiths (1792-1863). Cet ouvrage est singulier car il a été publié en 1843 en langue galloise et qu’il n’avait jusqu’ici jamais été traduit. Campbell livre à la fois la traduction en anglais de cette source originale méconnue des historiens, et un exercice de contextualisation de l’œuvre de Griffiths dans le champ des missions de la Missionary Society (LMS). Parallèlement, il apporte un foisonnement d’informations sur les faits les plus divers, allant des éléments les plus précis de la vie matérielle des Malgaches contemporains de Griffiths jusqu’aux noms scientifiques des plantes, animaux, etc. Locuteur gallois lui-même, et fils d’un missionnaire gallois ayant travaillé à Madagascar, Campbell réunit ainsi sous le même regard l’identité galloise, le monde des missions, et Madagascar au xixe siècle, sujets qui lui sont particulièrement chers. L’ouvrage est donc très personnel et parfois subjectif, ce que l’auteur assume pleinement.

3La première partie (pp.  3-212) retrace les pérégrinations de Griffiths, du Carmanthenshire à Madagascar. Né à la fin du xviiie siècle dans le Sud du Pays de Galles, région rurale restée en marge de la révolution agraire en cours dans le reste de l’île, Griffiths grandit dans un milieu où le gallois est la langue courante. Investi tôt dans les études théologiques, Griffiths suit un apprentissage poussé en langues classiques et entre au service de la London Missionary Society, qui l’envoie à Madagascar en 1821.

4Campbell veut montrer comment des missionnaires gallois, en position culturellement subalterne par rapport aux Anglais, ont pu développer, en raison précisément de leur appartenance à cette culture, des stratégies missionnaires habiles, appuyées sur une excellente pratique de la langue vernaculaire. L’objectif de l’auteur est aussi de réhabiliter Griffiths, dont l’apport essentiel au succès du protestantisme en Imerina a selon lui été mis sous le boisseau par les historiographes anglais, tel William Ellis, missionnaire de la LMS et auteur-compilateur d’un des ouvrages les plus connus de l’historiographie de l’Imerina au xixe siècle : History of Madagascar (1839).

5Griffiths apparaît comme le véritable pivot de la mission de 1821 à 1840, s’introduisant avec succès dans les réseaux locaux, allant jusqu’à intégrer les réseaux nobles (andriana) de la cour royale merina. Cette première partie de l’ouvrage est très bien documentée ; elle a pour fondement des archives et une bibliographie très variées. Les aptitudes linguistiques des missionnaires gallois semblent avoir été essentielles à la fois pour leur insertion dans un milieu où on parlait malgache, français et créole, et pour la traduction en malgache de la Bible (imprimée en 1835). L’exposé de Campbell sur les tensions au sein de l’appareil de la London Missionary Society, spécialement entre la première vague de missionnaires gallois (Jones et Griffiths) et celle arrivée plus tard (chapeautée par Freeman), est particulièrement convaincant. Cette situation n’est d’ailleurs pas sans rappeler les conflits développés au sein des missions catholiques dans les petites îles de Sainte-Marie, Mayotte et Nosy Be dans les années 1840. Sous la plume de Campbell, Griffiths est dépeint comme un homme à part, aux aptitudes exceptionnelles. Par moments, la position quasi militante de l’auteur pour l’objet de son étude toucherait presque à une hagiographie protestante... On s’étonne, pourtant, de voir une omission de taille dans le livre, celle de la révision de la traduction de la Bible menée en Grande-Bretagne par Griffiths, et publiée après sa mort, en 1865. Cette version proposait pour certains mots des transpositions plus proches des contextes malgaches, ce qui conforte finalement la thèse de Campbell ; elle semble, cependant, lui avoir échappé.

6Campbell propose ensuite une comparaison entre le livre de Griffiths et l’History of Madagascar d’Ellis. L’auteur montre comment cette célèbre synthèse a été d’abord composée par le missionnaire anglais Freeman à partir des lettres de Griffiths, et signée par Ellis. L’approche cerne de manière complète ce fait connu de l’historiographie mais qui n’avait jamais été étudié en détail. On ajouterait volontiers à cette analyse qu’une autre source essentielle de la compilation d’Ellis a été le journal de l’agent britannique James Hastie (1786-1826), ce qui aurait pu être davantage expliqué. Peut-être aurait-il été intéressant de dresser une réelle philologie du texte de Griffiths en le comparant méthodiquement au texte d’Ellis. Faute d’une confrontation passage par passage, la singularité du Hanes Madagascar de Griffiths ne se dégage donc pas clairement comme une source apportant des éléments fondamentalement nouveaux pour l’histoire de Madagascar.

7La deuxième partie du livre (pp.  257-400), centrale, est donc la traduction de Hanes Madagascar. Le lecteur ne dispose pas d’informations sur la méthode choisie pour cette traduction : on aurait parfois aimé des précisions sur le mot gallois qui correspond à tel mot anglais. La traduction aurait pu aussi conserver une trace de la pagination originale.

8La troisième partie (pp.  405-930) rassemble les commentaires de l’auteur. Cette annotation énorme, de plus de 500 pages, montre une grande érudition et un maniement de très nombreuses sources. Ce recueil de notes encyclopédiques ne paraît pas apporter d’éléments essentiels à la compréhension du texte de Griffiths. On peut regretter que l’ouvrage n’ait pas assez mis en perspective l’expérience missionnaire à Madagascar avec celle d’autres régions, par exemple le Pacifique Sud, autre grand terrain parcouru par les agents de la London Missionary Society. On est surpris aussi de ne pas voir citer plus souvent la riche historiographie, notamment francophone, sur le protestantisme à Madagascar. Les travaux de Vincent Belrose-Huyghues sont, par exemple, peu cités alors qu’ils abordent le rôle spécifique des Gallois dans la mission.

9David Griffiths and the Missionary “History of Madagascar” est une contribution précieuse en ce qu’il met à jour une source nouvelle. La réflexion critique portant sur certaines œuvres majeures de l’historiographie, comme celle d'Ellis, est particulièrement bienvenue ; elle devrait être poursuivie pour d’autres classiques, comme celui de Charles Guillain (1845), dont l’analyse reste à faire. Le livre invite à repenser le poids des appartenances identitaires dans la société des Européens de Madagascar au xixe siècle. L’approche de Gwyn Campbell décloisonne l’histoire missionnaire de Madagascar en la connectant à l’histoire de la Grande Bretagne, ce qui constitue novatrice. Le principal mérite de ce gigantesque ouvrage est d’offrir une analyse fine des tensions internes à la London Missionary Society au début de l’évangélisation de Madagascar, et d’interroger la production des savoirs en situation missionnaire.

Haut de page

Notes

1  An Economic History of Imperial Madagascar, 1750-1895. The Rise and Fall of an Island Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

2 The Role of the London Missionary Society in the Rise of the Merina Empire, 1810-1861, Phd, University of Wales, Swansea, 1985.

3  Titre original : Griffiths David, Hanes Madagascar, neu Grynodeb o Hanes yr Ynys, ei Chynyrch, ei Masnach, ac Ansawdd ei Thrigolion ; yn nghyda’u Harferiadau Creulon, a’u Heilunaddoliaeth Ffiaidd. (...). Machynlleth, Richard Jones, 1843. [«  Histoire de Madagascar, ou Résumé de l’histoire de l’Île, avec une description de ses productions, son commerce et ses habitants  ; de ses coutumes cruelles, et de son répugnant culte des idoles. (...)  »]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel F. Sanchez, « Campbell Gwyn, David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar » », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 290-293.

Référence électronique

Samuel F. Sanchez, « Campbell Gwyn, David Griffiths and the Missionary « History of Madagascar » », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3365

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org