Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Boëtsch Gilles, Guerci Antonio, Gueye Lamine, Guisse Aliou (dir.), 2012, Les plantes du Sahel. Usages et enjeux sociaux

Paris, CNRS, 424 p.
Monique Chastanet
p. 289-290
Référence(s) :

Boëtsch Gilles, Guerci Antonio, Gueye Lamine, Guisse Aliou (dir.), 2012, Les plantes du Sahel. Usages et enjeux sociaux, Paris, CNRS, 424 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif possède un titre un peu trompeur : s’il est centré sur l’Afrique soudano-sahélienne (et pas seulement le Sahel), des textes concernent le Maghreb et le Sahara – autres régions confrontées à des problèmes d’aridité –, et deux traitent de plantes de zones humides, au Cameroun et au Congo. Ce qui ne correspond pas tout à fait à l’objectif présenté en introduction, qui est de « réfléchir sur l’intérêt et le rôle des espèces végétales [...] adaptées à la sécheresse, le long de la Grande Muraille Verte et dans toute la zone sahélienne », en s’attachant à faire connaître et revaloriser leurs « potentialités » alimentaires, médicales et cosmétiques. C’était également le thème du colloque international qui s’est tenu à l’université de Dakar en octobre 2010, et qui est à l’origine de cette publication. Les vingt-sept articles s’organisent principalement autour de ces trois usages des plantes, tout en donnant la primauté à l’alimentation. Ils font intervenir diverses disciplines du monde végétal et des sciences humaines mais, entre ces deux domaines de recherche, il s’agit plus d’une « cohabitation » que d’une véritable interdisciplinarité. En outre, si les ethnologues et les anthropologues citent souvent des travaux de botanistes, d’écologues, etc., l’inverse est plus rare. Aux lecteurs d’imaginer les enseignements qu’un dialogue entre ces spécialistes pourrait apporter... On peut regretter aussi un travail éditorial insuffisant : les titres qui figurent au sommaire étant parfois incomplets, il est difficile de se faire rapidement une idée des questions abordées, à travers les régions ou les sujets concernés. Les disciplines des auteurs ne sont pas toujours mentionnées, à côté des résumés de leurs contributions. à déplorer, enfin, l’absence d’un index des végétaux étudiés, qui aurait facilité les lectures croisées.

2Malgré ces insuffisances, cette publication permet de faire le point des connaissances actuelles sur les usages et les propriétés de différentes plantes africaines, arborées ou herbacées, spontanées ou protégées, dans un contexte de dégradation de l’environnement mais aussi de revalorisation des produits locaux. Il s’adresse autant aux scientifiques qu’aux « décideurs ». Devant l’impossibilité de rendre compte de tous les articles, on reprendra ici, pour donner une idée de leur contenu, les trois thématiques présentées en introduction. Pour ce qui est des utilisations alimentaires, certains auteurs envisagent « les apports des plantes sauvages du Sahel dans l’alimentation des populations locales [on a vu que d’autres régions sont également concernées] ; la plante dans la nutrition infantile, les corrections des carences nutritives ; les aspects biochimiques, les besoins de l’organisme par rapport aux plantes ; les tabous alimentaires liés aux [végétaux] ». D’autres textes portent sur « les constructions du savoir autour des plantes médicinales ; les éléments de phyto-chimie, les plantes aromatiques et l’aromathérapie ; les savoirs et les croyances populaires autour des plantes médicinales ; les [espèces végétales], les remèdes naturels et les régimes alimentaires ; les plantes et les maladies systémiques ; les troubles de la sexualité et les plantes comme réponse thérapeutique ». Une contribution s’attache, enfin, aux « plantes qui embellissent » ou qui contribuent à « l’hygiène corporelle ». Ces usages s’inscrivent bien évidemment dans diverses conceptions du monde et, plus particulièrement, des relations entre organisations sociales et milieux végétaux. Dans cet ordre d’idées, davantage de réflexions sur le continuum entre plantes spontanées et plantes cultivées, caractéristique, pour certaines espèces, du rapport que les sociétés africaines « traditionnelles » ont entretenu ou entretiennent toujours avec leur environnement, auraient été les bienvenues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Chastanet, « Boëtsch Gilles, Guerci Antonio, Gueye Lamine, Guisse Aliou (dir.), 2012, Les plantes du Sahel. Usages et enjeux sociaux », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 289-290.

Référence électronique

Monique Chastanet, « Boëtsch Gilles, Guerci Antonio, Gueye Lamine, Guisse Aliou (dir.), 2012, Les plantes du Sahel. Usages et enjeux sociaux », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3359

Haut de page

Auteur

Monique Chastanet

Articles du même auteur

  • In memoriam [Texte intégral]
    Marianne Cornevin (1918 – 2010) Michel Cartry (1931 - 2008) Vladimir Romanovitch Arseniev (1948-2010) Jean Boulègue (1937-2011)
    Paru dans Journal des africanistes, 81-1 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org