Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Babou Cheikh Anta, 2011, Le Jihad de l’âme. Ahmadou Bamba et la fondation de la Mouridiyya au Sénégal (1853-1913)

Paris, Karthala, 344 p.
Philippe David
p. 288-289
Référence(s) :

Babou Cheikh Anta, 2011, Le Jihad de l’âme. Ahmadou Bamba et la fondation de la Mouridiyya au Sénégal (1853-1913), Paris, Karthala, 344 p.

Texte intégral

1Le phénomène mouride, créateur de la Mouridiyya, la plus importante des confréries islamiques du Sénégal, a suscité pendant plus d’un siècle une bibliographie surabondante mais parfois très discordante selon les époques et les auteurs. En revanche, on ne disposait toujours pas d’une biographie complète et sérieuse du personnage hors normes, parfois secret, déroutant, à la fois humble et orgueilleux, qui en fut le fondateur : le « cheikh » Ahmadou Bamba Mbacké.

2La confrérie mouride a de quoi nous surprendre : habilement, patiemment, efficacement évolutive, elle est passée en peu de temps et avec aisance de l’arachide à l’internet et à la cyberéconomie mondiale. Parallèlement, les aînés d’aujourd’hui sont habiles à placer leurs cadets dans les meilleures universités du monde en même temps que dans ses principales places boursières. Curieusement, le Mouridisme s’est affirmé dès l’origine, dans les années 1880, comme un mouvement islamique de contestation non-violente des pouvoirs traditionnels souvent relâchés et corrompus dans les petits royaumes sénégalais précoloniaux, dénonçant çà et là la dérive, la mécréance, voire l’ivrognerie des souverains en place et de ceux qui les servaient, notamment la petite caste militaire des tyéddo.

3Inquiet de cette agitation nouvelle difficile à analyser, le pouvoir colonial fut prompt à dénoncer et à poursuivre ce qu’il prit d’abord pour une subversion menaçante mais qui résistait à ses analyses, triomphait tranquillement de ses intimidations et finit par se faire admettre comme une force avant tout spirituelle plus que politique. Rien ne put entamer, bien au contraire, la détermination d’Amadou Bamba qui, deux fois exilé au Gabon (1895-1902 après procès) puis en Mauritanie (1903-1907), sortit deux fois grandi de l’épreuve. D’ailleurs, son second exil, vécu juste au-delà du fleuve Sénégal sur la rive droite, l’avait justement rapproché de ses racines spirituelles et de ses inspirateurs d’origine, en premier lieu son ancien maître et ami maure Cheikh Sidiya. Tous comptes faits, c’est son « mysticisme profond », « sa défiance à l’égard des souverains et enfin l’aura conférée par les persécutions des Français » qui lui ont continuellement attiré des adeptes (p. 187) tandis que la confrérie, attentive au compromis avec le pouvoir colonial, choisissait la voie, intelligente et bénéfique, de ce que l’on qualifie aujourd’hui d’ « accommodation » (p. 229). À partir de 1912, l’arachide, fructueuse et nécessaire à tous, et l’attitude intelligente du gouverneur-général William Ponty se conjuguent pour instaurer entre Amadou Bamba et les Français des rapports définitifs « de paix et de stabilité » (p. 256). La création d’un espace mouride spécifique dans la province du Baol autour de la ville de Diourbel, ancre définitivement la confrérie au coeur du Sénégal, fière de la propreté, de la prospérité et de l’orthogonie de ses villages, en attendant l’édification de la majestueuse mosquée de Touba (inaugurée en 1963).

4Nous disposons désormais d’une enquête extrêmement scrupuleuse, peut-être proche de l’exhaustivité, de la part d’un chercheur très pénétré de son sujet, très soucieux d’indiquer ses sources, de relater ses démarches, de dater ses cinquante entretiens personnalisés, de prouver presqu’à chaque page son sérieux et, en même temps, souci rare, d’indiquer très clairement et systématiquement l’enchaînement de ses chapitres les uns aux autres. Cheikh Anta Babou, « en donnant aux voix mourides toute leur place », a pleinement réussi, comme il se l’était fixé, « une reconstitution de l’histoire de la confrérie à partir de l’intérieur » (p. 288).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Babou Cheikh Anta, 2011, Le Jihad de l’âme. Ahmadou Bamba et la fondation de la Mouridiyya au Sénégal (1853-1913) », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 288-289.

Référence électronique

Philippe David, « Babou Cheikh Anta, 2011, Le Jihad de l’âme. Ahmadou Bamba et la fondation de la Mouridiyya au Sénégal (1853-1913) », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3356

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org