Navigation – Plan du site
Mélanges

Notes et documents

Yves Person, historien de l’Afrique engagé dans son temps. Paroles de compagnon et enseignements d’un héritage
Roland Colin
p. 251-262

Notes de la rédaction

Conférence donnée à la Société des africanistes le 10 avril 2014, Musée du Quai Branly.

Texte intégral

1Yves Person a traversé l’histoire du siècle dernier au plus vif des mutations qui ont affecté l’ordre des choses, dont les ébranlements nous touchent encore, trois décennies après qu’il nous a quitté. Le gigantesque conflit de la Deuxième Guerre mondiale, qui n’était que le dernier acte du drame précédent, débutait à l’aube de son adolescence, et, lorsqu’il accédait à l’âge d’homme, la décolonisation s’amorçait en force. Les constructions nationales en étaient affectées en profondeur. Les nations antiques devaient accorder leur système de pouvoir au renouvellement des consciences politiques en quête de démocratie partagée, alors que les modernisations technologiques, l’emprise dévorante des marchés et des maîtres de la finance tendaient peu à peu à bouter l’humain hors des champs du pouvoir. Dans les nations nouvelles se libérant de lourdes sujétions coloniales, le poids récurrent des modèles exogènes, prompts à revendiquer le monopole des clés du « développement », instituait le risque de dramatiques coupures entre les peuples et leurs gouvernants. Au Nord comme au Sud se posaient de vives questions au regard des identités des citoyens face aux pouvoirs des États. Le questionnement touchait tout autant la pertinence des frontières héritées des chocs antécédents, dont on devait mesurer l’indécise ambivalence : lignes de séparation, de fracture ou lieux de rencontre, de coopération ? Dans tous les cas de figure, les enjeux culturels et linguistiques apparaissaient fondamentaux. Ils le demeurent plus que jamais.

  • 1  Yves Person, Samori. Une révolution dyula, Dakar, IFAN, Mémoire de l’IFAN n° 80, 3 tomes, 1968, 19 (...)

2Yves Person a ressenti charnellement autant qu’intellectuellement ces enjeux, ces défis. Il s’agissait, pour lui, d’accéder à l’intelligence d’un monde en mutation pour y trouver les pierres de touche de lignes d’action répondant à l’intérêt commun, en rejoignant la conscience, le vécu, la parole des acteurs de l’histoire. La démarche historique devait alors, en toute logique, s’approprier l’efficace d’une « science du développement » tout en rendant compte de l’évolution des constructions humaines au fil du temps. Yves Person en tirait le double projet de produire, d’écrire, de transmettre les découvertes, les constats, les idées, les analyses, les méthodes procédant de ses démarches à tant d’égards novatrices. Si son œuvre magistrale demeure la grande fresque du Samori. Une révolution dyula1, qui a fondé son travail de thèse, dans l’esprit que je viens d’évoquer, on retrouve sa marque, tout aussi précieuse, dans les écrits plus ciblés de très nombreux articles. Il s’y donnait, autant que nécessaire, la liberté de ton lui permettant d’aller au fond de sa pensée, y compris au plus vif des problèmes sociaux, politiques, culturels de son temps, bien souvent en « personnage combattant » sans trêve ni repos. Le présent recueil s’attache à faire l’apport de « productions engagées », relevant du Nord comme du Sud, où les traits de l’auteur transparaissent autant dans la force de ses convictions que dans la rigueur d’une démarche scientifique sans concession.

Un parcours d’exception, interpellant les pratiques convenues

3Pour avoir partagé avec Yves Person un compagnonnage dans l’histoire sur longue course, il m’apparaît comme un devoir de témoigner du vécu de ce chemin peu ordinaire, avant d’en tirer les enseignements pour aujourd’hui et demain. Il s’agit alors de rendre compte de l’extrême cohérence des étapes qui s’enchaînent.

Première étape : le lycée Louis-le-Grand, 1946

4Yves avait vingt et un ans. Nous préparions ensemble le concours de l’École nationale de la France d’Outre-Mer, mais la différence entre lui et ses condisciples, c’est qu’il vivait investi comme tout entier dans cet univers à venir, sacrifiant au minimum aux contraintes des « bachotages préparatoires ». Il était déjà dans le champ de l’anthropologie et de l’histoire africaines qu’il ne quittera jamais plus. Cela était encore plus clair au-delà du concours, réussi en 1948. Une connivence toute particulière le liait au grand maître Maurice Leenhardt, qui nous enseignait l’anthropologie avec une sorte de fulgurance tranquille qui nous fascinait. Et ce fut lui qui m’entraîna, la première fois, au cours de Marcel Griaule en Sorbonne. Nous nous retrouvions de même aux Langues Orientales où l’indestructible Lilias Homburger, dont Senghor avait suivi l’enseignement en son temps, nous enseignait les langues du groupe mandé, assistée de Fadiala Keita, vite devenu notre ami, qui fut assassiné sauvagement vingt ans plus tard dans les prisons de Sékou Touré.

5La passion d’Yves était, à certains égards, contagieuse. Elle n’était pas, pour autant, comprise de tous. Certains gravaient, sur les tables des amphis de l’ENFOM, avec une pointe de moquerie, « Person, Breton, Dogon ». Ces inscriptions y sont restées longtemps. Cette passion venait de loin : d’une histoire dans l’Histoire. Comme Vincent Monteil, il était l’héritier d’un père soldat des conquêtes coloniales, mais, vingt ou trente ans après, il avait capté la sensibilité des gens et des choses de l’Histoire sans rester dépendant de l’idéologie ou des idées du temps des colonies, alors que s’affirmait sa conscience bretonne. La Bretagne est autant faite des vents de mer venus de loin que des rocs têtus et des terres de racines. Il rencontrera Jeanine, fille de marin, grandie en mer de Chine, où passaient les récits des Cap-horniers dans de semblables connivences, et que nous rappellera, bien plus tard, lors d’un dîner familial, le marin Michel Serres, avec qui il avait une relation de parenté par alliance.

6Au sortir de « Colo », nous étions quelques-uns à n’être pas des administrateurs « comme les autres », prenant conscience, à travers les amitiés africaines nouées au Quartier Latin, que nous serions parmi les artisans de la décolonisation qui s’annonçait. Joseph Ki-Zerbo, notre compagnon de ce temps-là, avait toute sa part dans cette « conscientisation » précoce. Senghor, qui nous enseignait le peul et les civilisations africaines à l’École, nous avait permis aussi, avec Alioune Diop, qui venait de créer Présence Africaine, rencontré par son entremise, de mesurer le lien entre culture et politique.

Deuxième étape : la trajectoire africaine

7J’avais été affecté, pour ma part, au « Soudan français », en pays sénoufo, entre 1952 et 1954, alors qu’Yves découvrait le Nord Dahomey. Nous correspondions. Il publiait déjà ses premiers articles ethnographiques, avant que ne le saisisse la grande « aventure samorienne ». Je ne m’attarderai pas sur cette entreprise qui a fondé sa renommée, le faisant entrer en force dans la communauté scientifique internationale. Je mettrai seulement l’accent sur un point essentiel : l’extraordinaire exigence, vécue jusqu’au détail infime, de parcourir au fil de sa recherche, à longueur d’années, tous les terrains, d’entendre tous les témoins accessibles, de dépouiller toutes les traces écrites, en s’armant d’un appareil scientifique multidisciplinaire hors du commun. Pour lui, en effet, l’histoire était avant tout la quête d’une vérité humaine, sociale et culturelle, où s’investissait totalement sa propre soif de vérité, gigantesque, à l’échelle de l’entreprise. Ce qui faisait courir Yves Person, c’était la passion de rejoindre, avec tout l’appareil de la science praticable, la vérité humaine et sociale de Samori et des acteurs de son histoire, par delà les opacités ou les falsifications des images communément transmises. Entreprise, pour beaucoup, d’une audace insensée, mais restituant à la démarche de la science son exigence morale, par delà les facilités ou les dérobades intellectuelles des théoriciens de la « mort du sujet », aujourd’hui quelque peu passée de mode. Travail de pionnier, qui conduira inexorablement Yves Person en Sorbonne, mais non pas pour monnayer paisiblement auprès des disciples accourus les fruits d’une renommée acquise.

Troisième étape : le retour en France

8Le voici projeté dans de nouvelles luttes avec les mêmes exigences, la même énergie. Pour lui, le « noyau culturel » de l’identité est le fondement de toute vérité humaine et sociale. Il passe sans coup férir, sans rupture aucune, du vécu africain au vécu nationalitaire breton, et son combat s’enfle des mêmes passions. Il faut bien comprendre le caractère, pour lui vital, de ce mouvement intérieur. Il avait besoin de reconnaître et de sentir reconnu son « noyau culturel » pour tenir sa place dans la société et dans l’histoire, pour lire le sens des conduites et des convictions. Revendiquant avec force sa part de culture, il se bat tout autant pour que soit reconnue la part de culture des autres, où qu’elle soit à la surface du globe.

  • 2  Yves Person (éd.), Minorités nationales en France, n° spécial Les Temps Modernes, n° 324-325-326, (...)

9À son retour en France, donc, il m’embarque dans la coalition pour la défense et l’illustration des cultures régionales. Je retiendrai quelques temps forts parmi d’autres. Je l’avais mis en relation avec la revue Esprit et Jean-Marie Domenach qui développait une sorte d’allergie à la mise en évidence des logiques politiques et culturelles régionalistes. Yves n’hésitait pas à « en découdre ». Avec Jean-Baptiste Séguy et Robert Lafont, les Occitans, nous rencontrâmes Domenach pour des empoignades de vérité. Ces échanges, constamment inscrits dans le respect des personnes, ne purent en rien rapprocher des positions irréductibles sur le fond. Yves Person tempêtait à l’encontre des « sectateurs de la France incréée », réductrice des différences dans une entreprise culturelle niveleuse à prétention universaliste. Mais l’honnêteté rigoureuse de Domenach le conduisait à faire place dans Esprit à un dossier exprimant les positions de ses contradicteurs autant que les siennes. L’accueil de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir fut beaucoup plus ouvert et nous permit, en 1973, d’élaborer en équipe un copieux numéro spécial des Temps Modernes sur les thèmes qui nous tenaient à cœur2.

10Une seconde illustration touchait au politique. Yves Person voulait que nous allions, à quelques-uns, rencontrer les représentants de la Gauche – c’était en 1968 –, pour leur exposer nos thèses et entendre leurs opinions. Ainsi nous sommes allés ensemble discuter assez longuement avec François Mitterrand, Pierre Mendès-France, Jacques Duclos de ce que pourrait être une politique française ouverte à la reconnaissance des cultures régionales et acceptant des pouvoirs régionaux. Rencontres passionnantes où chacun marquait sa place dans « l’histoire immédiate ».

11Puis nous nous sommes retrouvés dans les luttes socialistes. Yves avait été d’abord au Parti socialiste unifié (PSU) de Michel Rocard avant d’adhérer au Parti socialiste. Dans un premier temps, nous déjeunions régulièrement avec Jacques Attali et nos échanges portaient sur les idées qui nous étaient chères : Tiers-Monde, Afrique, cultures régionales. À la Commission Tiers-Monde du Parti socialiste, Yves se faisait le champion d’une politique de la France qui reconnaîtrait le fait culturel et linguistique africain comme l’un des ressorts essentiels des actions de coopération. Il n’était pas sans contradicteurs, mais il avait la confiance personnelle de François Mitterrand, née d’une collaboration ancienne à son cabinet au ministère de la France d’Outre-Mer, juste avant son premier départ pour l’Afrique. L’accession de la Gauche au pouvoir en 1981 nous projetait dans le vif de l’histoire. Yves continuait à mener, conjointement avec son enseignement et ses recherches, ses engagements de militant, porté par la même fougue, à la mesure de ses forces physiques trop rapidement frappées par le mal qui allait nous l’enlever.

12J’ai conscience, dans ce témoignage, de n’avoir évoqué que quelques fragments d’un compagnonnage combien plus riche, plus dense, plus stimulant, qui ne s’inscrivait jamais pour autant dans la facilité. Les convictions qui habitaient Yves Person étaient de telle nature qu’elles ne pouvaient en aucune façon faire repli face au risque de déranger. On se trouvait alors pris dans le jeu d’une ambivalente sensibilité : d’une part, lui en savoir gré au titre de l’authenticité précieuse du propos fermement énoncé, et d’autre part, rechercher d’utiles voies de médiation pour éviter une rupture trop sommaire et soutenir l’échange plus avant. Toutefois, sous la trame de ces postures fortement affirmées, l’amitié nous révélait une délicatesse d’âme soucieuse d’humaine fraternité tout au long du combat pour la justice. Tel était le paradoxe de cette intransigeance fraternelle où la passion s’alliait aux exigences de la rigueur. Yves n’a pas tout à fait emporté son secret avec lui. Il nous laisse des clés. Il nous a ouvert un vaste champ qui nous conduit à réfléchir, à comprendre, à construire et agir par delà ce précieux héritage.

Le message en héritage : anthropologiser l’histoire, historiciser l’anthropologie

13Les 20 et 21 juin 2013 s’est tenu, au Centre d’études des Mondes africains (CEMAF, Université de Paris I) un grand colloque international sur le thème « Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps », prolongé par une rencontre organisée sous l’égide de la Revue bretonne Ar Falz, à l’Université de Bretagne occidentale (UBO), à Brest, le 28 juin, traitant du sujet : « De la Bretagne au monde, minorités et impérialismes – Yves Person, historien de l’Afrique, militant breton ». Trente années après sa mort, ces instances de travail, dépassant la commémoration, ont permis de mettre en évidence l’actualité des apports d’Yves Person à l’histoire et la fécondité des perspectives qui s’en dégagent. Quatre lignes de force me semblent caractériser particulièrement son œuvre, à la confluence de l’histoire et de l’anthropologie. Cette production nous impressionne encore, trois décennies après sa mort, par sa modernité, autant dans le champ social que dans le champ scientifique.

L’option pionnière pour une « histoire globale »

14Le terme a été appliqué à l’œuvre de Jacques Le Goff, récemment disparu, contemporain d’Yves Person. C’est un gage de modernité, à l’heure de la « globalisation », où il est vital d’inventer une nouvelle voie pour mettre la démarche historienne au diapason des enjeux du présent. Yves Person a initié cette pratique il y a un demi-siècle. Ce n’est pas le choix d’une approche cosmopolite. Elle appelle l’enracinement tout en exigeant la prise en compte solidaire de toutes les composantes des sociétés et des cultures en interaction. Georges Balandier l’a exprimé mieux que quiconque dans son message au colloque évoquant la rencontre d’Yves Person avec Samori :

  • 3  « Message du professeur Georges Balandier », à paraître dans les Actes du Colloque « Yves Person, (...)

Une forte et exceptionnelle personnalité africaine ne pouvait que séduire une forte personnalité de l’africanisme non conformiste, Yves Person. Yves était de ceux qui ont construit l’histoire africaine de l’Afrique et non une histoire de la colonisation afro-coloniale, comme il en était alors l’usage. Il aide à l’avènement d’une histoire libératrice. Il contribue également à démontrer que le continent africain n’est pas sans histoire, que c’est là sa force et non pas sa faiblesse. Surtout Yves Person pratique une histoire totale, il donne à l’histoire africaine la totalité de ses aspects, la force de la société et la vigueur culturelle. Il ne néglige aucune source, aucune référence à la tradition, aucun savoir transmis par l’oralité. Son histoire de l’Afrique est celle de l’homme total vu à partir d’une personnalité d’exception : Samori3.

15Le compagnonnage d’Yves Person avec Georges Balandier est riche de signification : Balandier développe une anthropologie dynamique, innervée par l’histoire, se démarquant de dérives structuralistes réductrices asséchant le réel vécu. Yves Person développe une histoire constamment fécondée par la richesse de l’anthropologie. Ce ne sera pas le seul point de convergence entre eux.

  • 4  Claude-Hélène Perrot, « Yves Person et l’intégration dans le territoire de l’historien des religio (...)
  • 5  Jean-Paul Colleyn, « Yves Person, une anthropologie historique matérialiste en pleine ère griaulie (...)

16La formation interdisciplinaire d’Yves en a été le garant et la condition. Ces aspects ont été bien mis en évidence dans les travaux du colloque, si l’on se réfère, entre autres, aux communications de Claude-Hélène Perrot4 et de Jean-Paul Colleyn5 traitant de l’intégration des religions dites traditionnelles dans le territoire de l’historien.

La méthode et la pratique de la démarche historienne

  • 6  Jan Vansina, De la tradition orale. Essai de méthode historique, Tervuren, Musée royal de l’Afriqu (...)

17Yves Person nous livre une histoire faisant droit à la parole des acteurs mise au regard du travail archivistique. Il s’agissait, pour lui, de rejoindre les acteurs dans leur culture pour entendre leur parole dans sa signification authentique. Vansina est souvent considéré comme un précurseur dans la prise en compte de l’oralité, mais quand il publie sa première œuvre majeure en 19616, Yves Person est déjà à pied d’œuvre depuis 1953. Deux termes sensibles doivent être tout particulièrement examinés : l’oralité et la temporalité.

18L’oralité implique une capacité limpide d’accès aux langages. Yves Person s’est donné une formation de linguiste, en disciple de Senghor et de Lilias Homburger. Je puis en parler en condisciple de ces mêmes maîtres dans le temps de nos études communes. Nous sommes, sur ce terrain, confrontés aux problèmes du statut de la parole dans les sociocultures auxquelles s’applique la recherche. La parole et les actes des personnages parties prenantes de l’histoire, lorsque l’on dispose d’un accès direct à leur discours, tout comme la parole des témoins ou transmetteurs, rapportant la parole des acteurs premiers, gagent le positionnement de la recherche. La confrontation des sources conduit alors à rapprocher le statut de cette parole africaine du statut de la parole écrite du colonisateur conquérant.

  • 7  Fabio Viti, « Pour (ne pas) en finir avec les sources orales », à paraître dans les Actes du Collo (...)

19Sur cette thématique, l’apport du colloque a été souvent éclairant, particulièrement si l’on se réfère à la communication de Fabio Viti7, de l’Université de Modène. Il illustre bien la démarche d’Yves Person en distinguant l’oralité primaire et l’oralité seconde, d’une part, et l’élaboration qui en résulte lors du passage à l’écriture, d’autre part. Ce passage transforme le statut des matériaux collectés qui deviennent ainsi les « sources écrites des cultures non écrites ». Dans ce cas et à ce stade, il est capital de préserver sur le fond les caractères propres de leur production première, ce qui impose au chercheur une compétence pertinente au regard de la langue entendue dans son oralité culturelle propre.

  • 8  Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975 (republié en 2002, coll. Folio (...)
  • 9  Ce document inédit, recueilli et annoté par Yves Person, qui l’a utilisé comme une source majeure, (...)

20La pratique d’Yves Person, à cet égard, est particulièrement édifiante. Dans ses enquêtes samoriennes, il travaille à l’écoute de 861 « indicateurs » dont il reçoit le témoignage en direct : 14 interlocuteurs privilégiés, avec lesquels il s’entretient en profondeur sur longue période, et 847 « indicateurs extensifs », qui permettent recoupements et extrapolations fondées. À partir d’un tel corpus, Fabio Viti évoque la pratique conduisant à trier, éliminer, choisir. Il se réfère à Michel de Certeau8 qui nous rappelle que l’historien est ainsi conduit à « mettre en ordre ». Yves Person s’y applique, armé de l’implacable volonté de préserver l’authenticité du tableau qu’il trace, avec l’ambition constante de pousser la démarche d’investigation aux limites de l’exhaustivité. Il est ainsi amené à développer son enquête sur la quasi-totalité du terrain où l’aventure de Samori a pris place, essentiellement dans trois pays : Guinée, Côte d’Ivoire et Soudan, comprenant 43 circonscriptions territoriales (cercles), au fil d’une investigation au long cours s’étendant sur plus de sept ans. Il s’attache de la sorte à parer au risque d’essentialiser les faits d’oralité en les dénaturant. Il arrive, en certains cas, qu’il recueille un document où le locuteur livre une « oralité écrite », transcrite par lui-même : c’est le cas du document intitulé « Histoire locale », que lui remet Djiguiba Camara9, témoin de premier plan, qui se prête, en contrepoint à un échange oral complémentaire avec l’enquêteur.

  • 10Cahiers d’études africaines 2 (7) : 462-476 (1962).
  • 11  « Tradition orale et chronologie », Annales, économies, Sociétés, Civilisations 32 (2) : 326-331 ( (...)

21La temporalité exige une investigation complexe et appropriée à la singularité des contextes. Yves Person a traité cette problématique dans un écrit spécifique publié en 1962 dans les Cahiers d’études africaines sous le titre : « Tradition orale et chronologie »10. Cette même thématique, sous un titre identique, a été reprise par Claude-Hélène Perrot et Emmanuel Terray dans un article paru dans les Annales en 197711.

22Fabio Viti marque bien que le grand défi se situe alors à l’articulation des deux mémoires procédant de logiques culturelles distinctes, sécrétées au fil d’histoires différentes qui, à une étape de leur cheminement, en viennent à s’affronter, se compénétrer dans un mélange contraint, non dénué de violence. Il importe alors de préserver la consistance propre des composantes, y compris à travers la mutation qui les affecte. Fabio Viti plaide pour « la fin du grand partage » conduisant à réintégrer les traitements de l’histoire dans un champ complexe unifié. Il l’exprime en ces termes : « Renouer avec les mémoires vécues et vivantes permettrait à l’historiographie de l’Afrique d’élargir ses champs thématiques et temporels et de mieux connecter les traditions des temps révolus avec les mémoires du temps vivant ». Cette démarche est indubitablement à l’œuvre dans le Samori d’Yves Person, et conforte sa position pionnière d’ouvreur de voies. On revient, à ce titre, à l’exigence d’anthropologiser l’histoire.

Une histoire questionnée et questionnante sur la portée, le sens du lien social

23L’histoire qu’Yves Person trace au fil de sa recherche n’est pas une description de surface saisie à froid. Il s’attache particulièrement à élucider historiquement le lien entre les acteurs dans leur culture et à travers les institutions assurant la gestion des projets et intérêts collectifs. Le questionnement sur la place, la portée de l’ « État-nation » est pour lui fondamental, et il s’emploie à clarifier quelques concepts essentiels, distinguant « nation » et « nationalité ». Ce dernier terme est porteur de la culture des peuples. La culture, en ce sens, est l’ensemble des réponses élaborées par un groupe humain, à travers son histoire, pour faire droit à ses problèmes de vie de tous ordres au sein de son environnement. C’est alors le rapport au peuple générateur de sa culture qui est primordial. L’identification de l’État à la nation fait encourir le risque, pour le peuple, d’une dépossession de sa culture, de sa « nationalité » qui en est le support.

  • 12  Elara Bertho est l’auteure d’une contribution intitulée : « Fictions littéraires et récits histori (...)
  • 13  Elara Bertho, Introduction au tapuscrit de Djiguiba Camara, « Histoire locale », document inédit, (...)

24La problématique des époques précoloniale, coloniale, postcoloniale offre un terrain de choix pour cette élucidation. L’analyse du champ samorien faite par Yves Person est très éclairante à cet égard, permettant de bien distinguer les étapes. Elara Bertho12, dans une étude sur le tapuscrit « Histoire locale » de Djiguiba Camara, évoque la périodisation en ces termes : « Yves Person montre que Samori a cristallisé des transformations profondes de la société, notamment la mutation des fonctions des marchands dyula dans le jeu des pouvoirs locaux, et a su tirer parti de la division des Camara pour imposer un pouvoir centralisé. Ce n’est qu’une fois son empire centralisé qu’il se heurte à la pénétration coloniale française »13.

  • 14  « À quoi servent les frontières ? » (débat), Jeune Afrique 919-920, 16 août : 79.
  • 15  Publié en 1978 : « À quoi servent les frontières ? » (débat), Jeune Afrique 919-920, 16 août : 79- (...)

25Dès lors, le projet colonial victorieux est porteur du modèle de l’État-nation comme contrainte normative absolue, alors que, estime Yves Person, « l’Afrique précoloniale avait des États et des groupes à fondement culturel qu’on peut appeler nationalités. Ces deux concepts, États et nationalités, ne coïncidaient jamais ; les frontières ressemblent à ce qui existe en Europe avant le xviiie siècle »14. La question des frontières est, dans cette perspective, un marqueur analyseur au long cours. Yves Person l’avait particulièrement mis en évidence lors d’une rencontre-débat sur le problème des frontières, organisée par Jeune Afrique, le 23 août 197815.

  • 16  « À quoi servent les frontières ? » (débat), Jeune Afrique 919-920, 16 août : 84.

26La politique coloniale impose le modèle exogène sans pouvoir abolir de façon radicale les modèles endogènes. Deux histoires se rencontrent dans une conjonction conflictuelle asymétrique. Rendre compte de cette situation appelle le recours à une histoire contrastive s’appuyant sur une anthropologie contrastive. Une telle approche apporte des clés d’intelligibilité pour la période contemporaine. La généralisation à marche forcée des systèmes de l’État-nation identifié à un « projet civilisateur », exprimé en ces termes en son temps par Jules Ferry, débouche sur les problèmes de l’ère postcoloniale. Yves Person le commente de la sorte : « l’État-nation comme sujet absolu s’oppose à toute décentralisation. On ne peut vraiment donner la parole aux paysans, rendre son initiative au peuple, ou simplement sauver les cultures africaines que si le pouvoir s’exprime à tous les niveaux »16.

27L’essentialisation de l’État – qui sera lui-même capturé par les pouvoirs surplombants du marché, dans une essentialisation complice – tend à cristalliser un rapport social inégalitaire et dissymétrique.

Yves Person professe et pratique une vision élargie de cette problématique de domination dans l’histoire

  • 17  Albert Memmi, Portrait du colonisé, précédé de Portrait du colonisateur, Paris, Buchet-Chastel, 19 (...)
  • 18  Albert Memmi, L’Homme dominé, Paris, Gallimard, 1968.

28Il l’applique, au-delà de l’Afrique, aux peuples dominés, où qu’ils se trouvent, rejoignant, d’une certaine manière, la démarche de l’anthropologue Albert Memmi passant du « Portrait du colonisateur et du colonisé »17 à celui de « l’Homme dominé »18.

  • 19  Yves Person (éd.), Minorités nationales en France, n° spécial Les Temps Modernes, n° 324-325-326, (...)

29Il allait de soi que ses options lui inspirent des engagements particuliers avec le monde des cultures celtiques auquel le relient en force ses racines bretonnes. Mais il étendait son champ à l’analyse des dominations vécues par les minorités culturelles régionales dans l’espace français et bien au-delà. C’est à ce titre qu’il assura, en 1978, la direction d’une livraison spéciale de la Revue Les temps modernes sur le thème « Minorités nationales en France »19, en plein accord avec Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

  • 20  Yves Person (éd.), Minorités nationales en France, n° spécial Les Temps Modernes, n° 324-325-326, (...)
  • 21Ibid.

30Il plaide pour une « idéologie nationalitaire libératrice », en définissant ce terme comme « un ensemble d’idées destinées à guider l’action et fondées sur une théorie aussi précise que possible du devenir des sociétés globales, mais non une représentation déformée de la vie sociale, destinée à voiler la réalité de ses rapports, ce qu’est souvent l’idéologie »20. Cette idéologie nationalitaire, qui s’applique autant aux pays dominants qu’aux peuples dominés, doit être solidement fondée « dans la réalité sociale et dans l’histoire, qui n’est pas une vague contemplation du passé, mais une explication du présent. On évitera ainsi les pièges du nationalisme dont l’idéologie se construit sur une histoire mythique et falsifiée, comme sur le mépris fondamental de l’Autre. Après avoir surmonté tant bien que mal le conditionnement français, un Breton luttera donc contre le génocide culturel et le colonialisme intérieur qui sont les fruits du centralisme français et de son idéologie nationaliste. (…) Mais il ne pourra pas refuser sans inconséquence d’être solidaire de toutes les luttes de classe et de toutes les formes d’anticolonialisme, où il retrouvera d’autres revendications nationalitaires, en Asie, en Afrique et en Amérique latine »21.

31Ces thèmes ont été repris et développés lors de la rencontre organisée à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), sous l’égide de la Revue Ar Falz, le 28 juin 2013. Ces analyses en partage ont clairement mis en évidence qu’Yves Person a bien été et demeure un « historien de l’Afrique engagé dans son temps ».

Conclure : que retenir d’Yves Person historien et citoyen ?

32Sans aucun doute, la figure d’un historien citoyen. Yves Person apporte une dimension originale dans la démarche historienne. Il se tient à l’écoute de la parole vive des acteurs et se met en mesure d’entrer dans l’intimité concrète de sociétés en voie de se faire, sécrétant leur culture dans la trame du temps.

33Dans cette voie, le sens de l’histoire ne peut être limité à l’image que le porteur du regard scientifique, armé de sa science dominante, confère de son propre chef aux individus et aux ensembles humains qu’il observe. Il procède aussi, et fondamentalement, de la prise en compte du sens que ces derniers affectent à leur propre réalité. L’objectivité, si l’on peut y prétendre, s’opère alors dans le croisement des faisceaux de ces deux regards. Le regard distancié ne peut avoir toute sa pertinence que s’il ne s’évade pas de l’humanité de celui qui le porte et de celui sur qui il se porte. L’histoire est donc aussi une affaire d’humanité. La conjonction paradoxale entre la « singularité du dedans » et « l’altérité du dehors » tient au fait que cette dernière est elle-même justiciable d’une histoire en partage qui poursuit son chemin. Le piège serait de tenter d’arrêter le temps en oubliant que l’historien est lui-même dans son histoire.

34Dans la recherche ainsi comprise, la posture du chercheur est aussi importante que les outils qu’il met en œuvre et dont il est essentiel qu’ils soient appropriés au projet qu’ils servent. Il y a ainsi une interaction forte entre la posture et les méthodes. L’œuvre d’Yves Person en offre un impressionnant exemple, qui résonne en nous aujourd’hui avec toute sa force.

35La mort n’abolit pas inéluctablement les traces : elles constituent le ressort de l’histoire. Elles cheminent en nous et à travers nous. Les traces d’Yves Person nous montrent qu’il est possible de marier passion et rigueur. Cet apparent paradoxe est le gage de l’humanisme. L’histoire est une science humaine dans toute l’extension du terme : l’homme, chaque homme, est un constructeur d’histoire.

36J’avais rapporté à Yves de cet entretien que j’eus, il y a plus d’un demi-siècle, avec Tiozanga Diourté, un grand Maître d’initiation des Sénoufo du Kènèdougou, et qui l’avait mis en joie parce qu’il s’y reconnaissait, sans l’ombre d’un doute, le propos suivant : « N’oublie pas qu’aujourd’hui est le fils d’hier et le père de demain », me disait le vieux sage, en dyula, dans la langue de la révolution samorienne. Pour Yves et pour moi, de la sorte, il sonnait encore plus juste et plus fort « i hakli kana bo ko bi yé kunu den ani sini fa yé. »

Haut de page

Notes

1  Yves Person, Samori. Une révolution dyula, Dakar, IFAN, Mémoire de l’IFAN n° 80, 3 tomes, 1968, 1970, 1975, 2 377 p., ainsi que les Cartes historiques de l’Afrique manding (Fin du 19e siècle). Samori. Une révolution dyula, Présentation par Charles de Lespinay, Paris, Centre de Recherches africaines, 1990, 2 p., 44 cartes.

2  Yves Person (éd.), Minorités nationales en France, n° spécial Les Temps Modernes, n° 324-325-326, Paris, 555 p.

3  « Message du professeur Georges Balandier », à paraître dans les Actes du Colloque « Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps », Paris, 20-21 juin 2013.

4  Claude-Hélène Perrot, « Yves Person et l’intégration dans le territoire de l’historien des religions dites traditionnelles », à paraître dans les Actes du Colloque « Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps », Paris, 20-21 juin 2013.

5  Jean-Paul Colleyn, « Yves Person, une anthropologie historique matérialiste en pleine ère griaulienne », à paraître dans les Actes du Colloque « Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps », Paris, 20-21 juin 2013.

6  Jan Vansina, De la tradition orale. Essai de méthode historique, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 1961, paru la même année en anglais, sous le titre Oral Tradition. A Study in Historical Methodology, Madison, Wisconsin University Press, 1961.

7  Fabio Viti, « Pour (ne pas) en finir avec les sources orales », à paraître dans les Actes du Colloque « Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps », Paris, 20-21 juin 2013.

8  Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975 (republié en 2002, coll. Folio).

9  Ce document inédit, recueilli et annoté par Yves Person, qui l’a utilisé comme une source majeure, figure dans le Fonds Person deposé à la Bibliothèque de Recherche de l’IMAf.

10Cahiers d’études africaines 2 (7) : 462-476 (1962).

11  « Tradition orale et chronologie », Annales, économies, Sociétés, Civilisations 32 (2) : 326-331 (1977).

12  Elara Bertho est l’auteure d’une contribution intitulée : « Fictions littéraires et récits historiques de la capture de Samori : une exploration historiographique », à paraître dans les Actes du Colloque « Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps », Paris, 20-21 juin 2013.

13  Elara Bertho, Introduction au tapuscrit de Djiguiba Camara, « Histoire locale », document inédit, 20 p., à la p. 2.

14  « À quoi servent les frontières ? » (débat), Jeune Afrique 919-920, 16 août : 79.

15  Publié en 1978 : « À quoi servent les frontières ? » (débat), Jeune Afrique 919-920, 16 août : 79-84.

16  « À quoi servent les frontières ? » (débat), Jeune Afrique 919-920, 16 août : 84.

17  Albert Memmi, Portrait du colonisé, précédé de Portrait du colonisateur, Paris, Buchet-Chastel, 1957, Préface de Jean-Paul Sartre.

18  Albert Memmi, L’Homme dominé, Paris, Gallimard, 1968.

19  Yves Person (éd.), Minorités nationales en France, n° spécial Les Temps Modernes, n° 324-325-326, Paris, 555 p.

20  Yves Person (éd.), Minorités nationales en France, n° spécial Les Temps Modernes, n° 324-325-326, Paris, p. 14.

21Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Colin, « Notes et documents », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 251-262.

Référence électronique

Roland Colin, « Notes et documents », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3326

Haut de page

Auteur

Roland Colin

Anthropologue, ancien directeur de recherches aux Universités de Paris VIII et Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org