Navigation – Plan du site
Études et recherches

Confiage, domesticité et apprentissage à Lomé à la veille de l’indépendance

Forsterage, domesticity and apprenticeship in Lomé on the eve of Independence
Marc Pilon et Kodjo Ségniagbéto
p. 212-247

Résumés

L’article se propose de documenter la situation des personnes âgées de 5 à 19 ans, déclarées comme résidant sans parents ou comme domestiques dans la capitale togolaise, Lomé, à la veille de l’indépendance. Il est basé sur une analyse inédite des données originales du recensement urbain du Togo de 1958-59, complétée par des entretiens menés avec des personnes ayant ou non été confiées ou placées comme domestiques à la fin des années 1950 ou au début des années 1960. Les résultats révèlent l’ancienneté et l’ampleur de la migration des enfants (dont environ 80 % viennent essentiellement du sud-est du Togo), dans laquelle les femmes, et particulièrement les commerçantes, jouent un rôle majeur. Les filles sont plus nombreuses à connaître confiage et domesticité, notamment dans leur jeune âge ; l’analyse statistique et les entretiens révèlent une sorte de porosité entre ces deux statuts. La mise en apprentissage peut survenir aux âges plus élevés et concerne surtout les garçons.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On peut citer notamment le réseau international de recherche Child Migration Network, apparu dans (...)

1Qu’il s’agisse du phénomène des migrations dans l’enfance ou de celui du travail des enfants en Afrique, l’intérêt scientifique porté à ces deux phénomènes (et à leur articulation) est récent, en dépit de leur ampleur et de leur ancienneté ; ils demeurent insuffisamment documentés, surtout d’un point de vue quantitatif et historique (Schlemmer 1996a, Razy et Rodet 2011, Deleigne et Pilon 2011). Chez les démographes notamment, les migrations enfantines demeurent largement sous-étudiées. L’enfant reste considéré comme «  migrant passif » dans le cadre de migrations familiales ou comme «  victime » dans le cadre de trafics et/ou d’exploitation sexuelle ou de sa force de travail. Ainsi les enfants sont-ils quasi-invisibles statistiquement, tant dans les publications officielles qu’académiques relatives aux migrations. La littérature socio-anthropologique et historique a pourtant abondamment documenté l’ancienneté de la circulation des enfants, aux causes multiples (en rapport ou non avec le travail) et d’ampleur variables selon les sociétés et les époques (Lallemand 1993, Rodet 2011). L’émergence des études sur le travail des enfants, et plus spécifiquement sur les migrations de travail des enfants1, tient largement à «  l’intérêt croissant que lui portent, depuis une dizaine d’années, les organisations internationales, les ONG et les média », dont «  l’attention se porte principalement sur les formes extrêmes d’exploitation des jeunes travailleurs migrants et le phénomène de traite des enfants » (Jacquemin 2011 : 62). Cet intérêt, récent, laisse croire à l’existence d’un phénomène (relativement) nouveau. Dans son introduction à l’ouvrage collectif L’enfant exploité – oppression, mise au travail et prolétarisation, qui fit suite à un colloque organisé en 1994 sur ce thème, Schlemmer (1996b : 9-10) rappelait ainsi : «  À notre connaissance, il s’agit du premier colloque organisé sur le sujet à l’initiative exclusive de chercheurs et pour des chercheurs ». Dans cet ouvrage, un seul chapitre traite de la dimension historique du travail des enfants et concerne en fait les pays européens : «  Pour une histoire de l’enfant exploité – du Moyen âge à la révolution industrielle » (Stella 1996).

2Les rares approches historiques sur l’Afrique mettent pourtant en lumière l’ancienneté, mais aussi la complexité des rapports entre migration et travail des enfants. Ainsi, à propos de la Région de Kayes au Mali, au cours de la première moitié du xxe siècle, Rodet souligne :

Le système des enfants confié-e-s a toujours existé, mais celui-ci semble prendre une nouvelle dimension avec le besoin accru de main-d’œuvre domestique provoqué par la fin de l’esclavage. [...] Les femmes ont donc recours au réseau familial pour acquérir de la main-d’œuvre grâce notamment à la migration des petites filles, des «  petites bonnes ». (Rodet 2011 : 54-55)

3Elle précise aussi que «  la frontière entre enfants confié-e-s/petites bonnes/enfants mis-e-s en gage s’avère parfois floue ». Le processus d’urbanisation, accentué avec l’accès à indépendance des anciennes colonies autour de 1960, génère de son côté de nouveaux flux migratoires, y compris d’enfants et de jeunes, notamment au titre du travail domestique, mais aussi pour des raisons scolaires et de formation (via l’apprentissage). À partir d’enquêtes menées en pays baoulé au début des années 1960, Etienne observe :

L’adoption en milieu urbain à la fois renvoie au passé et annonce un avenir hypothétique. Pour le moment les règles n’ont pas beaucoup changé ; ce sont les circonstances qui sont différentes. Et encore celles-ci trouvent-elles des modèles dans le passé. En même temps, dans le contexte de rapports socio-économiques nouveaux, cette ambiguïté des rapports d’adoption, qui permet à la solidarité de masquer l’exploitation, se dessine plus nettement. (Etienne 1979 : 94).

4Elle évoque ces femmes urbaines se livrant à «  divers commerces qui ne rapportent qu’au prix d’un travail long et ardu auquel contribue une main-d’œuvre adaptable et peu coûteuses : les fillettes adoptées ou prêtées » (ibid, 1979 : 94). Dans le même temps, elles adoptent volontiers des garçons pour les scolariser, avec l’espoir qu’ils contribueront plus tard à assurer leur vieillesse.

5Parvenir à retracer l’évolution temporelle de ces diverses formes de migrations dans l’enfance et de leurs rapports au travail des enfants s’avèrerait assurément très précieux. Mais les données quantitatives, surtout pour les périodes anciennes, font particulièrement défaut et/ou sont rarement mobilisées. Dans sa thèse sur les «  petites bonnes » à Abidjan, la capitale ivoirienne, Jacquemin évoque la découverte d’un «  phénomène ancien : la sur-représentation des filles de 5 à 19 ans ».

Dès le premier recensement d’Abidjan en 1955 apparaît dans certains quartiers populaires de la ville une «  surpopulation » féminine dans le groupe des 5-14 ans ; l’importance des migrations urbaines des jeunes filles est alors relevée mais aucun élément explicatif n’est avancé, sans doute n’était-ce pas là une question prioritaire. Jacquemin (2007 : 95)

6Et, tout en faisant état de la perplexité des observateurs face à la minorité des garçons chez les 5-20 ans, le rapport de l’enquête démographique à passages répétés effectuée à Abidjan en 1978-1979 dissipe-t-il néanmoins le mystère en proposant d’expliquer «  la sur-représentation systématique des filles entre 10 et 25 ans [...] par le départ de garçons scolarisés au “village” et surtout par l’immigration massive de jeunes filles venant à Abidjan en tant que bonne, aide familiale, etc. ».

  • 2  Réalisées grâce à l’appui financier du programme IPUMS International ; la saisie a été effectuée a (...)
  • 3  Recensement de la population alors réalisé par l’INSEE, juste avant l’indépendance du Togo (surven (...)
  • 4  Dans le contexte de l’époque, il nous paraît peu probable qu’il s’agisse d’enfants dont les deux p (...)

7La récente numérisation, puis la saisie2 des questionnaires originaux du recensement urbain du Togo de 1958-593 offrent la possibilité d’une exploitation inédite de cette source de données, qui présente un triple intérêt scientifique au regard de cette double problématique des migrations dans l’enfance et du travail domestique. D’une part, fait rare dans les opérations de collecte en démographie, le manuel des instructions aux agents recenseurs prévoyait que les «  familles » puissent comprendre des domestiques, généralement recensés sous l’intitulé «  boy », «  boyesse » ou «  domestique » à la question concernant le lien de parenté de chaque personne avec le chef de famille. D’autre part, l’articulation entre la question sur la filiation, le lien de parenté et l’état matrimonial a permis d’identifier les enfants et jeunes célibataires autres que les propres enfants du chef de ménage ou que ses frères et sœurs, et qui résident à Lomé sans aucun de leurs parents (vivant ailleurs et/ou décédés). On peut faire l’hypothèse, assez probable, qu’il s’agit d’enfants confiés ou placés4. Enfin, la dimension historique de ces données censitaires, datant de cinquante ans, confère à leur analyse un intérêt particulier au regard de la grande rareté de données quantitatives, tant actuelles qu’anciennes, sur les phénomènes du confiage et de domesticité dans l’enfance.

  • 5  Cette jetée permettait un accostage des bateaux autrement très dangereux en raison de l’existence (...)

8À la veille de l’Indépendance du Togo (le 27 avril 1960), selon le recensement de 1958-59, la capitale togolaise comptabilise alors quelque 71 000 habitants résidents. Comme le rappelle Marguerat (1994), c’est en réaction à la politique douanière de l’administration coloniale anglaise que des commerçants locaux créèrent Lomé en 1880, juste au-delà de la frontière orientale de la Gold Coast (l’actuel Ghana), en bordure de mer. Elle devint la capitale du territoire devenu colonie allemande en 1884, et en 1904, elle disposait de la seule jetée de la côte5, qui lui permit de développer des activités de commerce diverses et intenses, avec le reste du pays et la sous-région, qui caractérisent encore aujourd’hui la vie économique de Lomé. Il faut y ajouter une autre particularité, toutefois partagée par le reste de la région côtière (donc à l’est de Lomé), à savoir la maîtrise de la plupart des activités commerciales par les femmes (Le Bris 1984). Selon le recensement de 1958-59, la très grande majorité (77 %) des Loméennes actives sont alors impliquées dans le commerce ; la réputation commerçante de Lomé va surtout venir des «  Nana Benz », revendeuses de tissus (Cordonnier, 1982). À cette même époque, près des deux tiers (63 %) des hommes actifs sont salariés, dont la moitié dans le secteur public (soit environ 3 000 fonctionnaires).

9Alors que la problématique des migrations des jeunes filles vers les villes et du travail des enfants fait l’objet d’un intérêt scientifique croissant, l’article se propose de documenter la situation des enfants déclarés comme résidant sans parents ou comme domestiques dans la capitale togolaise, Lomé, à la fin des années 1950. Si l’approche entendait initialement mettre l’accent sur la situation des seules filles domestiques, il est vite apparu que leur analyse ne prenait vraiment sens qu’en comparaison avec les garçons domestiques, mais aussi avec les filles et les garçons célibataires résidant au sein des familles loméennes sans aucun parent présent, très probablement des enfants confiés ou placés. Au regard des quelques travaux existants relatifs à d’autres contextes, et par delà la simple caractérisation de ces catégories d’enfants, il s’agira notamment de voir si les jeunes filles domestiques présentent ou non des spécificités (et si oui lesquelles), et si la situation de domestique se différencie ou non de celle d’enfants considérés comme confiés. Après nous être interrogés sur l’identification de ces catégories, nous tenterons, sur la base des données censitaires, d’appréhender l’ampleur du phénomène, le profil des enfants concernés (sexe, âge, niveau d’instruction, ethnie, statut migratoire, activité), et les caractéristiques des familles d’accueil. La restitution des principaux résultats quantitatifs sera ensuite complétée, mise en perspective avec les enseignements d’une série d’entretiens effectués auprès de personnes ayant vécu à Lomé au tournant de 1960 et, pour certaines, ayant vécu le confiage ou la domesticité dans leur enfance.

Comment identifier les domestiques et les enfants « confiés » ?

  • 6  Selon les instructions aux agents recenseurs (INSEE, nd : annexe 2), « Nous appellerons logement l (...)
  • 7  Lomé comptait alors quatre établissements scolaires dotés d’un internat : le Lycée Bonnecarrère, l (...)

10En 1958-59, Lomé comptait 71 133 personnes résidentes, réparties au sein de 12 384 «  familles6 », et 24 «  communautés » représentant 675 personnes au total (essentiellement des internats d’élèves tenus par des religieux, soit un effectif de 577 élèves, sur un total de 14 066 élèves recensés)7. 57 % de ces élèves sont âgés de 10 à 14 ans et 34 % de 15 à19 ans. Ce sont pour plus des trois quarts (78 %) des garçons et à 87 % des migrants (nés hors de la capitale).

11Le manuel d’instructions aux agents recenseurs prévoyait que les «  domestiques » (ou «  boys ») «  logés avec la famille » où ils travaillent soient recensés au sein de cette famille, donc sur la même feuille collective. Dans la colonne relative au lien de parenté avec le chef de famille, ils étaient mentionnés explicitement comme «  domestique », ou parfois comme «  boy/boyesse » (cf. un extrait de questionnaire rempli, en annexe). Leur effectif total s’élève à 4 356, représentant 6,1 % de l’ensemble la population résidente à Lomé.

12La répartition des domestiques selon la nationalité du chef de famille révèle un effectif de seulement 82 domestiques (1,9 %) relevant d’un chef de famille non africain (36 d’un Français), et à 82 % âgés de 5 à 19 ans, alors que le nombre de familles non africaines s’élève à 313 (268 pour les familles françaises). Ce très faible nombre de domestiques au service de familles non africaines pourrait surprendre au regard de l’image d’Épinal associée au «  boy » dans les familles de colons. Les témoignages le confirment : pas une famille non africaine n’était sans domestiques... Mais dans la plupart des cas, il s’agissait de boys ou boyesses d’âge adulte, et qui ne résidaient généralement pas avec la famille de leur employeur. Il faut donc rechercher ces domestiques dans leur famille de résidence, alors que l’on ignore chez qui ils travaillent.

13Ainsi, en 1958-59 à Lomé, on dénombre 1 984 personnes déclarées salariées du privé et exerçant dans les services les professions suivantes, telles que répertoriées à l’époque : gardiens et travailleurs assimilés ; cuisiniers ; femmes et valets de chambre et travailleurs assimilés ; hommes de peine, femmes de ménage, nettoyeurs et travailleurs assimilés. Leur répartition par âge et par sexe met en lumière les observations suivantes (tableau 1) :

  • les professions de gardien et de cuisinier étaient quasi exclusivement masculines, et le fait des hommes adultes ; dans une moindre mesure, ils exercent aussi comme «  valets de chambres » ;

  • les filles et les femmes exerçaient comme femmes de chambre ou de ménage, les premières étant majoritairement des jeunes filles (âgées de moins de 20 ans), tandis que les femmes de ménage – presque trois fois plus nombreuses – sont surtout d’âge adulte.

14Au regard du nombre de familles non africaines, l’effectif des gardiens et cuisiniers, notamment, apparaît bien faible, et ce d’autant plus qu’une partie d’entre eux travaillait pour des entreprises, des commerces ou des sociétés. Mais les données du recensement ne permettent pas de savoir qui sont les employeurs, ni de faire la part entre les individus chefs de famille et les professionnels.

15Il en est de même pour les femmes et valets de chambre et les femmes de ménage : une partie devait ainsi travailler dans des hôtels. Certes, on peut penser que les plus jeunes, notamment les filles âgées de 15 ans, travaillaient plutôt pour des familles. D’une part, on ne peut distinguer les différentes situations, d’autre part pour le cas des jeunes filles effectivement employées par des familles, on ignore quelles sont ces familles, et donc leurs caractéristiques.

16L’analyse des domestiques à Lomé en 1958-59 ne peut ainsi porter que sur ceux qui étaient déclarés hébergés par les familles qui les employaient. Aussi cette situation concerne-t-elle essentiellement des familles togolaises (84,8 % des domestiques), et des familles originaires d’autres pays africains (13,3 %).

17La répartition des domestiques par âge selon le sexe (tableau 2) révèle, pour les deux sexes, une nette prédominance des trois groupes d’âges 5-9 ans, 10-14 ans et 15-19 ans : avec un total de 89,5 % pour le sexe féminin, et de 77,1 % pour le sexe masculin. Bien que non négligeable, l’effectif des 0-4 ans (124, dont 75 % de filles) pose question : que pouvaient bien exercer comme activités des domestiques âgés de moins de cinq ans ? S’agit-il d’erreurs sur l’âge lors de la collecte ? Les informations sur la résidence des parents et le nombre d’enfants nés révèlent un seul cas d’un garçon de deux ans déclaré domestique, mais dont la mère (elle-même domestique) était présente, tous les autres résidant sans leurs parents. Des premiers entretiens réalisés avec des personnes ayant été confiées ou envoyées comme domestique à cette période à Lomé révèlent bien des cas de confiage à des âges très jeunes (autour de 3 ans), au sein de la parenté, concernant plutôt des filles, mais avec une implication dans les travaux domestiques survenant un peu plus tard. L’analyse va donc ici se restreindre aux domestiques âgés de 5 à 19 ans, soit un effectif de 3 639 domestiques.

Tab. 1 – Effectif des salariés du privé et exerçant dans les services selon la profession et le groupe d’âge, pour chaque sexe ; Lomé, 1958-59

Groupes d’âges

Gardiens et travailleurs assimilés, non classés ailleurs

Cuisiniers

Femmes et valets de chambre et travailleurs assimilés

Hommes de peine, femmes de ménage, nettoyeurs et travailleurs assimilés

TOTAL

Sexe masculin

5-9

0

0

4

0

4

10-14

0

1

5

0

6

15-19

0

9

38

0

47

20-24

12

40

48

0

100

25-29

15

57

29

0

101

30-34

17

41

7

1

66

35-39

23

23

5

1

52

40 et plus

99

51

2

1

153

Total

166

222

138

3

529

Sexe féminin

5-9

0

0

150

2

152

10-14

0

0

97

3

100

15-19

0

0

81

152

233

20-24

0

0

11

318

329

25-29

0

0

3

329

332

30-34

0

0

1

137

138

35-39

1

0

0

63

64

40 et plus

0

1

1

105

107

Total

1

1

344

1 109

1 455

Tab. 2 – Répartition (effectif et pourcentage) des domestiques recensés au sein des familles par âge et selon le sexe, leur pourcentage parmi l’ensemble des résidents par groupe d’âge, ainsi que leur rapport de féminité par groupe d’âges ; Lomé, 1958-59

Sexe

Ensemble

Pourcentage de l’ensemble parmi les résidents

Rapport de féminité

Masculin

Féminin

0-4

31

93

124

1,0

300

1,5 %

4,1 %

2,8 %

5-9

381

905

1 286

11,3

237,5

18,2 %

40,0 %

29,5 %

10-14

622

725

1 347

17,2

116,6

29,7 %

32,0 %

30,9 %

15-19

610

396

1 006

13,3

64,9

29,2 %

17,5 %

23,1 %

20-24

286

89

375

5,2

31,1

13,7 %

3,9 %

8,6 %

25 et plus

161

57

218

0,9

35,4

7,7 %

2,5 %

5,0 %

Total

2 091

2 265

4 356

6,0

108,3

100,0 %

100,0 %

100,0 %

Exemple de lecture : ont été recensés comme domestiques 622 garçons et 725 filles âgés de 10-14 ans, leur somme (1 347) représente 30,9 % de l’ensemble des domestiques recensés et 17,2 % du total des enfants de 10-14 ans ; la valeur du rapport de féminité qui est de 116,6 résulte du rapport 725/622.

18En ce qui concerne les enfants considérés comme confiés, comme évoqué dans l’introduction, leur identification est possible à partir de la question sur la filiation qui permet de savoir si les parents résidaient ou non dans le même ménage, combinée à l’information sur le lien de parenté. Tel est ainsi le cas du membre du ménage n° 08 dans l’extrait de questionnaire déjà mentionné : il s’agit d’une nièce du chef de famille (n° 01), dont les deux parents sont vivants mais résident ailleurs.

Ampleur du phénomène et caractéristiques des domestiques de 5-19 ans

19Parmi la tranche d’âges des 5-19 ans, la situation de domestique concerne 15 % des filles et 12,7 % des garçons (figure 1) ; des pourcentages qui s’élèvent respectivement à 18,5 % et 16,7 % chez les 10-14 ans. C’est dire l’importance du phénomène.

20Globalement plus touchées que les garçons, les filles le sont particulièrement aux plus jeunes âges, chez les 5-9 ans, dans une proportion double de celle des garçons (14,5 % contre 7,2 %), soit en termes d’effectif, près de deux fois et demi plus de filles (905 contre 381 garçons ; tableau 2). Le rapport de féminité des domestiques diminue régulièrement avec l’âge, les garçons devenant majoritaires à partir de 15-19 ans (en fait dès l’âge de 14 ans).

Fig. 1 – Pourcentage de domestiques et d’enfants résidant sans parents selon le sexe par groupes d’âge, entre 5 et 19 ans, Lomé 1958-59

Fig. 1 – Pourcentage de domestiques et d’enfants résidant sans parents selon le sexe par groupes d’âge, entre 5 et 19 ans, Lomé 1958-59

21Une question se pose alors : en quoi diffèrent la situation des domestiques et celle de ces enfants sans parents présents (très probablement en situation de confiage) ? D’après les instructions aux agents recenseurs, les domestiques sont en principe des non apparentés aux chefs de famille ; en revanche, parmi les enfants sans parents présents, si certains ont un lien de parenté déclaré (comme dans le cas de la nièce évoqué plus haut), pour d’autres enfants aucun lien de parenté n’est précisé (est alors indiqué «  autre »). Les enfants déclarés comme domestiques sont-ils placés uniquement dans une logique de travail, et les autres plutôt dans une logique de scolarisation, de formation (comme apprenti), de socialisation... ? Au regard de ces interrogations, il s’avère judicieux de comparer les caractéristiques des uns et des autres.

  • 8  Un constat qui n’est pas remis en cause par la prise en compte des élèves résidant en internat : l (...)

22La comparaison de la structure par âge de ces deux catégories révèle des profils assez proches (tableau 3). Dans les deux cas, on observe une surreprésentation féminine chez les 5-14 ans, plus accentuée chez les 5-9 ans et surtout chez les domestiques (avec un rapport de féminité de 237,5) ; et inversement, une surreprésentation masculine pour les 15-19 ans, mais moins accentuée, et qui touche plutôt les enfants résidant sans parents (avec un rapport de féminité de 60,3, soit un rapport de masculinité de 166)8.

Tab. 3 – Répartition (%) par groupe d’âge, pour chaque sexe, des enfants résidant sans parents et des domestiques de 5-19 ans ; Lomé, 1958-59

Enfants résidant sans parents

Groupe d’âges

Sexe

Ensemble

Rapport de féminité

(des effectifs)

Masculin

Féminin

5-9

24,5

42,3

33,8

188,9

10-14

29,9

32,4

31,2

118,6

15-19

45,7

25,2

35,0

60,3

Total

100,0

100,0

100,0

Effectif

2469

2695

5164

109,2

Domestiques

Sexe

Ensemble

Rapport de féminité

(des effectifs)

Masculin

Féminin

5-9

23,6

44,7

35,3

237,5

10-14

38,6

35,8

37,0

116,6

15-19

37,8

19,5

27,6

64,9

Total

100,0

100,0

100,0

Effectif

1613

2026

3639

125,6

Des enfants essentiellement migrants et provenant majoritairement du sud-est du Togo

23La plupart (82,6 %) des filles domestiques à Lomé sont des migrantes ; de même pour les autres filles résidant sans parents, mais dans une proportion un peu plus faible (76,8 %) (figure 2). Les filles domestiques proviennent majoritairement du reste du Togo, environ 20 % d’entre elles sont nées à l’étranger (essentiellement des deux pays limitrophes, l’ancien Dahomey – pour les deux tiers environ – et le Ghana) et, pour une proportion similaire elles sont natives de la capitale (proportion qui diminue avec l’âge). Un dernier cas qui peut surprendre...

24L’origine des filles résidant sans parents s’avère à peu près similaire, avec une proportion plus importante des natives de la capitale dans les trois groupes d’âge. Pour les garçons, le profil diffère assez peu, si ce n’est qu’ils viennent plus souvent du reste du Togo, tant pour ceux déclarés domestiques que pour les autres résidant sans leurs parents.

Fig. 2 – Répartition des enfants résidant sans parents et des domestiques de 5-19 ans selon leur lieu de naissance, par groupe d’âges ; Lomé, 1958-59

Fig. 2 – Répartition des enfants résidant sans parents et des domestiques de 5-19 ans selon leur lieu de naissance, par groupe d’âges ; Lomé, 1958-59
  • 9  Ou Aného (orthographe désormais utilisé).

25Les filles domestiques migrantes originaires du Togo proviennent essentiellement (à près de 80 %) de la partie méridionale du pays : avant tout de la subdivision d’Anécho9 (52,1 % de l’ensemble), située sur la côte à l’est de la capitale, et dans une moindre mesure des villages des environs de Lomé et de la subdivision de Tsévié située au nord de la capitale (figure 3). Très peu (4,8 %) proviennent des régions de la moitié nord du pays. La prise en compte du groupe d’âges et la comparaison avec les filles résidant sans parents révèlent des profils assez semblables. La provenance géographique des garçons se distingue de celle des filles par un pourcentage nettement plus élevé de garçons issus des villages proches de la capitale, et ce pour les deux catégories d’enfants.

Fig. 3 – Répartition des enfants confiés et des domestiques migrants âgés de 5 à 19 ans (nés hors de Lomé, mais au Togo) selon la subdivision de naissance, par groupe d’âge, et pour chaque sexe ; Lomé, 1958-59

Fig. 3 – Répartition des enfants confiés et des domestiques migrants âgés de 5 à 19 ans (nés hors de Lomé, mais au Togo) selon la subdivision de naissance, par groupe d’âge, et pour chaque sexe ; Lomé, 1958-59

26Outre le facteur de proximité géographique, la prédominance du sud-est du Togo comme zone de provenance des deux catégories d’enfants s’explique aussi par sa tradition commerçante : «  Le quasi-monopole du commerce détenu par les femmes est le trait le plus marqué de la division sexuelle du travail en pays ouatchi, et dans tout le Togo méridional » (Hamberger 2011 : 146) ; une caractéristique économique liée à l’histoire de la région (Lebris 1984). Abondamment pourvu en marchés et proche de Lomé, le sud-est du Togo s’avère depuis longtemps une zone de prédilection pour les femmes commerçantes de la capitale, que ce soit en termes d’approvisionnement ou de vente. Dans le même temps, cette partie méridionale du Togo faisant face depuis des décennies à un appauvrissement des sols (accentué par une forte croissance démographique) et donc à une dégradation des revenus agricoles, les familles les plus démunies se voient contraintes de recourir notamment à la migration (Vignikin 2000) ; de confier ou de placer comme domestiques certains de leurs enfants auprès des commerçantes venant de Lomé peut être aussi une solution recherchée.

27L’origine géographique des chefs de famille migrants diffère sensiblement : 25,6 % sont natifs du reste de la subdivision de Lomé, 17,7 % de celle d’Anécho, 8,6 % de Tsévié, 6,3 % de Kpalimé, 7,1 % d’Atakpamé et 34,7 % du reste du Togo, donc des régions plus septentrionales. La différence de cette répartition avec notamment celles des filles domestiques alimente l’hypothèse d’un «  bassin de recrutement » des filles domestiques situé essentiellement dans la zone la plus méridionale du pays, notamment dans sa partie est (subdivision d’Anécho). La prise en compte de l’appartenance ethnique montre que les filles – plus que les garçons – ouatchi, originaires du sud-est du Togo, sont particulièrement touchées, en termes relatifs, par le phénomène de la domesticité et du confiage (et dans une moindre mesure les filles éwé et adélé-akposso). Alors que les filles ouatchi ne représentent que 4,6 % de l’ensemble des 5-19 ans, la proportion est de 8,4 % parmi les domestiques et de 6,6 % au sein des filles résidant sans parents. Plus d’un quart (27,2 %) des filles ouatchi âgées de 5 à 19 ans à Lomé sont en situation de domesticité, pour un pourcentage global de 15 %. Les migrations de travail des jeunes filles ouatchi en direction de la capitale togolaise ont d’ailleurs déjà été soulignées dans la littérature (Gbeassor et Marguerat 1985, Unesco 2007), et ressortent des entretiens menés à Lomé auprès de personnes âgées (cf. infra).

28L’examen des distributions de l’âge à l’arrivée à Lomé des enfants migrants, confiés ou domestiques, selon le sexe, confirme en premier lieu la différence de profils entre filles et garçons, quel que soit le statut familial (figure 4) : un tiers (33,8 %) des filles domestiques et 32,1 % des filles confiées sont arrivées dans la capitale entre 5 et 7 ans, contre respectivement 20,5 % et 19,7 % chez les garçons. À l’âge de 7 ans, plus de la moitié des filles migrantes domestiques (55,6 %) et des filles confiées (55,7 %) sont déjà à Lomé, contre respectivement 30,8 % et 31,5 % des garçons. La forte proportion des arrivées de domestiques avant l’âge de 5 ans, de 21,6 % chez les filles contre 10,3 % chez les garçons, peut surprendre, comme on l’a déjà évoqué plus haut. Combinée à la proximité des profils entre enfants domestiques et enfants résidant sans leurs parents (surtout chez les filles), cette situation ne traduit-elle pas une ambiguïté entre ces deux catégories, entre domesticité et «  confiage », une ambiguïté qui concerne en fait tous les âges ?

Fig. 4 – Répartition de l’âge à l’arrivée des domestiques et enfants confiés migrants âgés de 5 à 19 ans selon le sexe ; Lomé, 1958-59

Fig. 4 – Répartition de l’âge à l’arrivée des domestiques et enfants confiés migrants âgés de 5 à 19 ans selon le sexe ; Lomé, 1958-59

Quelles activités pour ces enfants ?

  • 10  Cette question avait fait l’objet d’une codification combinée : un premier code (à un seul chiffre (...)

29Le questionnaire du recensement de 1958-59 (en annexe) comportait un jeu de deux questions relatives à la «  situation sociale » de chaque personne : d’une part, le «  métier ou profession principale », les scolarisés au moment du recensement étant identifiés par la lettre «  E » (suivie, en principe, du type d’établissement, «  collège » dans l’exemple en annexe)10 ; d’autre part, le type de «  emploi » (permanent, temporaire, saisonnier, sans travail, sans profession).

  • 11  « ...le colonisateur français avait tendance à gonfler les statistiques scolaires et à sous-estime (...)
  • 12  Colonie française sous tutelle des Nations Unies à partir de 1946, le Togo est proclamée Républiqu (...)

30Tout d’abord, en matière de scolarisation, il faut relever que dans le premier rapport issu du recensement de 1958-59, aucune analyse n’a porté sur la scolarisation, car, selon les auteurs, «  les résultats recueillis ne correspondent pas aux résultats communiqués par les écoles. Certains agents recenseurs ne se sont pas souciés de bien poser la question et certaines personnes interrogées ont peut-être hésité à déclarer que l’enfant n’allait pas à l’école d’où les résultats surévalués obtenus par le recensement » (INSEE nd : 61). En référence à la tranche d’âge alors considérée pour la scolarisation (primaire), à savoir 6-13 ans, notre analyse secondaire du recensement donne un taux de fréquentation scolaire de 61,9 %. Malheureusement, l’absence de tout chiffre (dans le premier rapport d’analyse), tant à partir du recensement que des écoles, ne permet pas d’apprécier l’ampleur réelle de cette surévaluation présumée de la scolarisation par le recensement. Dans son ouvrage sur «  l’école au Togo », à partir des archives consultées, Marie-France Lange (1998) apporte plusieurs éclairages statistiques : des taux de fréquentation scolaire de 50 % à Lomé en 1950 (p. 119), de 42 % pour l’ensemble du Togo en 1957 (p. 153), mais de seulement 21,4 % cette même année selon une autre source d’archive (p. 154)... ? Dans le même temps, l’auteur émet des réserves quant à la fiabilité des taux de scolarisation produits par l’administration coloniale11, jugés souvent «  peu précis et gonflés » (p. 119), tout en soulignant pour la décennie 1950 une croissance véritablement «  spectaculaire » des effectifs scolaires (p. 115), essentiellement au primaire, et un niveau de scolarisation au Togo parmi les plus élevés des colonies françaises12.

31En dépit de ces incertitudes quant à la qualité des données sur la scolarisation issues du recensement, l’analyse des taux de scolarisation par année d’âge, en fonction du sexe et du statut familial des enfants, apporte quelques éclairages intéressants (figure 5). Indépendamment de la question du niveau de la scolarisation, l’allure des courbes selon l’âge s’avère à peu près conforme à ce qui est généralement observé. Les différences constatées en fonction du sexe et du statut familial des enfants attestent assurément, par delà les biais évoqués, des réalités (logiques, pratiques) scolaires différenciées, particulièrement en défaveur des filles domestiques. Chez les garçons, les domestiques sont certes les moins bien scolarisés, mais les écarts avec les enfants des chefs de famille et les autres enfants (qui ne résident avec aucun parent) sont sans commune mesure avec ceux observés chez les filles.

32La spécificité de la situation des filles domestiques ressort très clairement : elles sont bien avant tout dans une situation de mise au travail, tandis qu’une partie importante des garçons domestiques apparaît scolarisée (ou est déclarée comme telle). Les autres filles résidant sans aucun parent se trouvent dans une situation plus proche des filles domestiques que des filles du chef de famille ; ce qui pourrait traduire la spécificité de la pratique du confiage des filles, et donc une certaine «  porosité » pour elles entre le statut d’enfant confié et de domestique. Le confiage des filles, notamment, serait bien souvent de fait une mise en domesticité.

Fig. 5 – Scolarisation par année d’âge selon le statut familial entre 5 et 19 ans, pour chaque sexe ; Lomé 1958-59

Fig. 5 – Scolarisation par année d’âge selon le statut familial entre 5 et 19 ans, pour chaque sexe ; Lomé 1958-59

33Outre la situation d’élève (manifestement surestimée), la prise en compte du statut d’emploi apporte d’autres éclairages mais suscite aussi des interrogations (figure 6). Au vu des modalités possibles pour cette question, on peut tout d’abord s’interroger sur les significations à donner aux modalités «  indépendants » et «  salariés du privé », notamment pour des enfants déclarés domestiques. Comment expliquer par exemple que des filles âgées de moins de 14 ans, voire même de moins de 10 ans déclarées comme domestiques le soient également comme salariées du privé ? S’il s’agit bien de domestiques effectivement au service des familles où elles résident, on peut alors émettre l’hypothèse de «  mauvaises » déclarations et/ou d’erreurs des agents recenseurs.

Fig. 6 – Répartition des enfants de 5 à 19 ans, résidant sans leurs parents et domestiques selon leur statut d’occupation, pour chaque sexe ; Lomé 1958-59

Fig. 6 – Répartition des enfants de 5 à 19 ans, résidant sans leurs parents et domestiques selon leur statut d’occupation, pour chaque sexe ; Lomé 1958-59

34Outre ce problème, on peut néanmoins dégager trois catégories : les enfants qui ne font rien d’autres que les activités liées à leur statut (majoritairement la domesticité chez les filles) ; ceux qui, outre ces activités, sont apprentis ; et ceux qui sont élèves (situation qui serait la plus fréquente chez les garçons). Hormis là encore de possibles erreurs de collecte (fort probables pour les élèves), on peut aussi envisager dans les deux derniers cas des tâches domestiques allégées et/ou des emplois du temps segmentés... Les données censitaires montrent que 80 % des apprentis de moins de 20 ans sont en fait âgés de 15 à 19 ans, garçons comme filles, et qu’environ les deux-tiers sont arrivés à Lomé à partir de l’âge de 13 ans. Des résultats qui laissent penser que chez les enfants confiés ou domestiques et déclarés apprentis, une majorité seraient venus dans la capitale précisément au titre de l’apprentissage, tandis que pour les autres, venus plus jeunes, l’apprentissage aurait fait suite notamment à une situation de domesticité. Les données censitaires montrent que l’apprentissage peut se poursuivre bien au-delà de 19 ans : 46 % de l’ensemble des garçons et 37 % des filles, apprentis, sont alors âgés de 20 ans et plus. Elles indiquent par ailleurs que les filles, surtout les domestiques, se retrouvent bien plus rarement que les garçons en situation d’apprentissage (figure 6) ; elles sont cinq fois moins nombreuses. Celles qui sont dans ce cas sont essentiellement dans la couture, et plus rarement dans le secrétariat (pour devenir dactylographes). Pour les garçons (domestiques ou confiés), les principaux domaines d’apprentissage sont : la menuiserie, la maçonnerie, la mécanique, la couture, l’électricité. Des recherches ultérieures sur l’apprentissage dans des capitales africaines confirment ces quelques constats et rapportent aussi les difficiles conditions des apprentis, relevant assurément plus fréquemment d’une forme d’exploitation que d’une véritable formation (Marguerat 1996, Viti 2005). L’on peut raisonnablement penser qu’il en était de même à la fin des années 1950. Mais les données censitaires de 1958-59 ne permettent pas de renseigner les modalités et les conditions dans lesquelles se pratiquait l’apprentissage.

Les domestiques au sein des familles : combien de familles concernées, combien de domestiques, avec qui et chez qui... ?

35Selon les données du recensement, en 1958-59, parmi les familles loméennes :

  • un bon tiers (34,1 %) des familles loméennes hébergent au moins un domestique ou un enfant résidant sans parents, quel que soit leur sexe ;

  • près d’un quart (22,5 %), au moins un enfant résidant sans parents, quel que soit le nombre de domestiques ; et 17,5 % uniquement des enfants résidant sans parents ;

  • 16,6 %, au moins un domestique, quel que soit le nombre d’enfants résidant sans parents ; et 11,6 % uniquement des domestiques ;

  • 5 %, au moins un enfant résidant sans parents et au moins un domestique.

36Ces quelques chiffres confirment une présence d’enfants résidant sans leurs parents plus fréquente que celle des domestiques. Ils montrent aussi que la présence conjointe d’enfants résidant sans leurs parents et de domestiques constitue la situation la plus rare (tableau 4).

Tab. 4 – Répartition des familles selon le nombre de domestiques résidents et le nombre d’enfants résidant sans parents, âgés de 5-19 ans ; Lomé 1958-59

Nombre de domestiques résidents

de 5-19 ans

Nombre d’enfants résidant sans parents,

âgés de 5-19 ans

Total

0

1

2

3

4 et plus

0

65,9 %

10,5 %

3,9 %

1,6 %

1,5 %

83,4 %

1

7,1 %

1,4 %

0,7 %

0,4 %

0,4 %

9,9 %

2

2,6 %

0,6 %

0,3 %

0,1 %

0,1 %

3,7 %

3

1,1 %

0,3 %

0,2 %

0,0 %

0,0 %

1,6 %

4 et plus

0,8 %

0,2 %

0,1 %

0,1 %

0,1 %

1,4 %

Total

77,5 %

12,9 %

5,2 %

2,3 %

2,1 %

100,0 %

(Effectif de référence : 12 387)

37La répartition des familles comprenant au moins un domestique âgé de 5 à 19 ans, selon le nombre combiné de garçons et de filles domestiques révèle entre autres que (tableau 5) :

  • 40,6 % de ces familles hébergent au moins un garçon domestique et aucune fille, et inversement 43,7 % au moins une fille domestique et aucun garçon ;

  • 59,9 % (30,5 + 29,4) soit un garçon, soit une fille domestique ;

  • 40,1 % au moins deux domestiques, et 17,8 % au moins trois (quel que soit le sexe) ;

  • 15,7 % au moins un garçon et au moins une fille ;

  • 21,7 % au moins deux filles domestiques (quel que soit le nombre de garçons), et 15,1 % au moins deux garçons (quel que soit le nombre de filles).

38Ces pourcentages confirment clairement que le recours à la domesticité concerne davantage les filles que les garçons. Il est plus fréquent de trouver des familles ayant uniquement des filles domestiques que l’inverse. La situation la plus rare (15,7 %) concerne la présence conjointe de filles et de garçons domestiques.

Tab. 5 – Répartition ( % par rapport au total) des familles ayant au moins un domestique âgé de 5 à 19 ans, selon le nombre de garçons et de filles concernés ; Lomé, 1958-59

Nombre de garçons domestiques résidents de

5-19 ans

Nombre de filles domestiques résidents de 5-19 ans

0

1

2

3

4 et plus

Total

0

29,4

8,9

3,2

2,3

43,7

1

30,5

5,8

2,7

1,3

0,9

41,2

2

7,6

1,9

0,5

0,5

0,5

11,1

3

1,7

0,4

0,3

0,2

0,1

2,6

4 et plus

0,8

0,2

0,0

0,2

0,1

1,4

Total

40,6

37,7

12,4

5,4

3,9

100,0

Mode lecture : 30,5 % des familles comportent un garçon domestique âgé de 5-19 ans mais aucune fille domestique de ce même groupe d’âge.
(Effectif total : 2 054)

39L’analyse du nombre moyen de domestiques et d’enfants résidant sans aucun parent, âgés de 5 à 19 ans, dans les familles ayant au moins un enfant de chaque catégorie, selon quelques caractéristiques de la famille et pour chaque sexe, apporte des éclairages complémentaires (figure 7) :

    • 13  La typologie des familles ne prend pas en compte la présence de domestiques.

    de manière plus marquée que pour les garçons, le nombre moyen de filles domestiques et dans une moindre mesure celui des filles confiées augmente avec le nombre des jeunes enfants âgés de moins de 5 ans, de même qu’avec le nombre total de femmes mariées au sein de la famille ; un lien qui se retrouve au niveau du type de famille13, avec le nombre moyen de filles domestiques le plus élevé dans les familles polygames élargies ;

  • le recours aux filles domestiques s’avère plus important dans le cas des personnes seules que dans les familles monoparentales et monogames, élargies ou non ;

  • la prise en compte du niveau d’instruction du chef de famille révèle que les plus instruits (ayant au moins le BEPC) accueillent en moyenne le plus grand nombre de filles domestiques, mais aussi de garçons confiés. On observe dans ces familles que le pourcentage d’enfants scolarisés chez les 5-19 ans est, par ordre décroissant, de 79 % pour les garçons confiés, de 63 % pour les garçons domestiques, de 42 % pour les filles confiées et enfin de seulement 9 % pour les filles domestiques.

  • la présence de femmes exerçant une activité de commerce favorise très nettement le recours à des jeunes filles domestiques et dans une moindre mesure d’autres filles sans doute confiées. On observe par ailleurs que les familles loméennes dirigées par un homme salarié dans le secteur public accueillent ou reçoivent plus fréquemment des enfants, domestiques ou confiés, que les autres (42 % contre 29 % dans le cas de chefs de famille salariés du privé et 33 % pour les autres).

40Ces résultats confirment à leur tour les logiques différenciées d’une pratique qui semble relever du «  confiage » et du recours aux domestiques en fonction du sexe des enfants, qui pourraient se résumer ainsi : d’un côté, l’accueil de garçons plus souvent à des fins de scolarisation et/ou d’apprentissage (via le confiage), de l’autre le recours à la domesticité plus fréquent pour les filles.

Fig. 7 : Nombre moyen de domestiques et d’enfants résidant sans aucun parent, âgés de 5 à 19 ans, pour chaque sexe, selon quelques caractéristiques de la famille, pour les familles concernées par chaque catégorie d’enfants (en ayant au moins un) ; Lomé, 1958-59

Fig. 7 : Nombre moyen de domestiques et d’enfants résidant sans aucun parent, âgés de 5 à 19 ans, pour chaque sexe, selon quelques caractéristiques de la famille, pour les familles concernées par chaque catégorie d’enfants (en ayant au moins un) ; Lomé, 1958-59

Confiage, domesticité et apprentissage : témoignages cinquante ans plus tard…

  • 14  Les entretiens ont été réalisés en septembre-octobre 2012. Les prénoms des enquêtés ont été changé (...)

41La réalisation d’une dizaine d’entretiens avec des personnes ayant ou non été confiées ou placées comme domestiques, à la fin des années 1950 ou au début des années 1960, ainsi qu’avec un homme ayant exercé au commissariat de police de Lomé à cette époque, permet de confronter l’ensemble de ces résultats statistiques aux témoignages et aux récits de ces personnes, âgées aujourd’hui de soixante à près de quatre-vingts ans14. Il s’agit donc de retours sur des expériences de vie datant d’environ cinquante ans, avec des remémorations soumises à l’épreuve du temps, des discours plus ou moins normés, des représentations des événements vécus restituées avec plus ou moins de recul, notamment en fonction de ce que sont devenues les personnes, de leur parcours de vie postérieur.

42Toutes les personnes, sans exception, confirment l’existence d’une circulation fréquente des enfants, notamment de départs des villages vers la capitale, auprès de familles plus aisées, souvent plus instruites, apparentées ou non. S’agissant de la distinction entre enfant confié et domestique, les langues mina, guin ou ouatchi (correspondant aux personnes enquêtées, toutes originaires du sud du Togo) ne permettent pas de faire une différenciation. Les expressions couramment utilisées sont amégbonovi ou dévi noamégbo, qui signifient «  enfant resté chez quelqu’un ».

D’abord une affaire de femmes, surtout des commerçantes

43Les récits recueillis révèlent tout d’abord que l’initiative du départ de l’enfant peut aussi bien relever de sa famille d’origine que d’une personne tierce, apparentée ou non. Par ailleurs, si les raisons évoquées et les conditions dans lesquelles la migration survient traduisent une diversité de situations, comme le suggèrent les données censitaires, un lien fort apparaît avec l’exercice d’une activité commerçante de la part des femmes qui acceptent ou demandent des jeunes enfants, surtout des jeunes filles. Il s’agit notamment des femmes revendeuses de tissus, rendues célèbres par les «  Nana Benz » qui ont fait la réputation du grand marché de Lomé (Cordonnier 1982).

44Augustine, âgée aujourd’hui de 58 ans, d’ethnie anlon, qui résidait à Lomé même, raconte avoir été confiée à l’âge de 3 ans à la demande de sa tante, revendeuse :

Tout était parti d’une visite que ma tante a rendue à mes parents. Et au moment de partir, je me serais mise à pleurer au motif que je voulais la suivre. C’est ainsi qu’elle est allée immédiatement négocier avec mon père. Celui-ci n’ayant trouvé aucun inconvénient, ma tante est donc partie avec moi à bord de son propre véhicule.

45Pour le besoin de ses activités liées au commerce, cette tante recourait aussi à d’autres enfants au-delà de la parenté :

Pour le recrutement des autres domestiques enfants, la tante s’appuie sur ses réseaux de relation. Elle exprime la demande auprès de ses camarades revendeuses et dès qu’on en trouve pour elle, elle se rend dans les villages chez les parents et tout se conclut.

46Se remémorant ce qui se passait dans son village, Kodjo, homme âgé de 76 ans, ouatchi, né dans un village du sud-est du Togo, témoigne aussi du rôle des femmes commerçantes et de leur réseau relationnel :

  • 15  Le terme « matrone » peut surprendre, car ne renvoyant aucunement au monde de la santé. C’est le m (...)

À cette époque, des enfants de mon village Afagnan [à l’époque sous domination d’Aného, mais aujourd’hui chef-lieu de la préfecture du Bas-Mono, sud-est maritime] étaient placés chez des gens qui n’avaient aucun lien de parenté avec eux. [...] Généralement, pour identifier l’enfant, la matrone15 exprime la demande à ses proches (amis ou proches parents) qui ensuite la diffusent dans leur entourage immédiat. L’information fait le tour et c’est ainsi qu’on parvient à trouver l’enfant. [...] Il faut reconnaître que même si le chef du ménage d’accueil participe des fois à ces négociations, le plus souvent, c’est les femmes qui, afin de pouvoir faire le commerce, sentent la nécessité d’avoir une aide. Donc, c’est elles qui font cette démarche. [...] Principalement, ce sont les femmes commerçantes qui sollicitaient ces enfants à l’époque.

47Comme le montre aussi l’analyse des données censitaires, le nombre d’enfants placés pouvait être relativement important. Ce dont témoigne Emé, femme de 58 ans, ouatchi, confiée vers l’âge de sept ans avec sa petite sœur, au sein d’une famille non apparentée :

Ma matrone [grande commerçante] recevait toujours des enfants en groupe. Le groupe qui était là avant que moi je ne vienne comptait peut être six ou sept enfants. Et nous aussi, nous pouvions atteindre six. Elle fait en sorte que si le groupe des grandes part le groupe des petites le remplace. C’est comme ça qu’elle faisait. Donc quand on était là, les grandes comme les petites pouvaient dépasser dix.

48Outre un besoin de main-d’œuvre exprimé, dans le contexte de l’époque, le confiage d’un enfant auprès d’une famille urbaine traduisait aussi d’autres attentes, mais rarement la mise à l’école. Ainsi, selon Kodjo :

L’instruction scolaire n’est pas un critère de placement à l’époque. Si l’enfant bénéficie de ça, tant mieux. [...] Les motifs restent toujours l’éducation/socialisation et dernièrement la scolarisation. L’école n’était pas très répandue à l’époque et était pratiquement réservée aux privilégiés.

49Outre l’école, semble prévaloir l’idée que le départ de l’enfant en ville lui sera bénéfique. Selon Yao, 64 ans, mina et natif de Lomé :

Les motifs, je dirai que c’est la pauvreté. La pauvreté d’abord. Car quand je prends l’exemple des femmes du marché, c’est des paysannes qui voyaient que les femmes commerçantes venant de Lomé étaient plus riches, c’est pourquoi elles leur confiaient leurs enfants.

50À propos de ces femmes commerçantes, Kodjo souligne :

La principale démarche consistait à aller négocier l’enfant avec la promesse de l’éduquer, l’élever, afin qu’elle devienne une grande personne.

Des situations souvent proches d’une forme exploitation

51La plupart des récits recueillis font état de conditions de vie et de travail particulièrement difficiles pour les enfants, et notamment les filles. C’est ce que souligne celui de Cornélie, 65 ans, ouatchi, native d’un village du sud-est du Togo et confiée dès l’âge de 3 ans par sa mère à sa tante :

Je n’étais pas la seule enfant confiée chez ma tante à l’époque, mais nous travaillions toutes durement. Le matin, elle nous réveillait déjà à 3 heures et nous nous couchions parfois à minuit. Nous faisions tous les travaux domestiques (balayage de la cour, vaisselle, préparation du petit déjeuner...) avant le lever du jour. Puis, à 6 heures, il nous faut laver les enfants afin qu’ils se rendent à l’école. Après, il nous faut accompagner la tante au marché dans le cadre de ses activités commerciales, notamment la vente de plats cuisinés. Donc, il n’y avait pas de répit. [...] Si, suite aux nombreux travaux, je suis fatiguée et je ne me lave pas avant d’être emportée par le sommeil, en réponse, c’est la bastonnade. Nos repas diffèrent de ceux de la famille. Nous avions notre sauce à part obtenue à partir des restes des condiments utilisés pour la vraie sauce. En tout cas, c’était la règle à l’époque pour beaucoup d’enfants confiés. Chaque début d’année, on m’achète un pagne. C’est ce pagne que je suis condamnée à utiliser jusqu’à la fin de l’année. Si, par chance, celui de l’année dernière est toujours en bon état, cela m’avantage. Dans le cas contraire je suis condamnée à l’unique pagne toute l’année durant.

52Cette même femme ajoute :

J’ai fini par oublier toutes les souffrances que la tante m’avait infligées. La seule chose que je ne lui ai jamais pardonné et qui a même fait objet d’excuses qu’elle m’a présentée avant sa mort il y a cinq ans, c’est qu’elle ne m’a pas donné l’occasion de me scolariser. Moi qui suis «  son enfant ». À une différence près : tous ses fils biologiques ont été à l’école, mais moi je suis réduite à une esclave. Nous devons tout faire. Mais les enfants, non. Même durant les vacances, ils sont là, à ne rien faire. Pire, ils en rajoutent à nos occupations traditionnelles.

53Des propos qui font écho à ce qu’avait observé Etienne en Côte d’Ivoire au début des années 1960 :

Ceux-ci [propres enfants de la famille urbaine d’accueil] et la petite servante se côtoient dans la vie quotidienne et semblent alors être de la même famille. Parfois ils le sont. Mais, dans la journée, les uns vont à l’école tandis que les autres font les courses et les corvées. (Etienne 1979 : 101)

54Tous les témoignages sont unanimes, les travaux effectués par tous ces enfants (confiés comme domestiques) ne donnaient pas lieu à une rémunération, comme le résume bien ce propos d’Augustine :

Pas de payement. La logique est que nous sommes placées pour être formées et devenir responsables demain.

55Dans d’autres cas cependant, comme en témoigne Augustine, il arrive que le placement se déroule plutôt bien :

J’avais une bonne condition de vie. Je mangeais à ma faim (même si notre repas diffère en qualité de celui de ma tante et son mari) et je ne manquais de rien. J’avais les chaussures, les habits, du temps pour me reposer à midi et j’allais à l’école. Donc, je dirai que pour moi il n’y a pas eu de problème.

56De son côté, Emé rapporte à propos de sa «  matrone » :

Elle m’aimait beaucoup. Ma petite sœur, c’est ses propres mauvais comportements qui l’ont amenée à vite quitter notre matrone. Après, ma matrone dira plus tard qu’en réalité mon père m’a confiée à elle pour la mort et pour la vie. Que moi je suis devenue l’enfant de ma matrone. Mais moi je ne savais pas. Ce qui fait que le comportement de ma matrone à mon égard est différent par rapport aux autres. C’est pourquoi elle a voulu que j’aille à l’école. Je ne suis pas allée à l’école le jour, mais la nuit. C’est moi seule qui suis allée à l’école jusqu’au CM2.

57Parce que le placement durait généralement de longues années, les enfants domestiques se trouvaient souvent quasiment coupés de leur famille et de leur milieu d’origine, comme en témoigne Yao :

Ce que je sais, c’est que ces domestiques-là, on ne les laisse pas aller dans leur famille à volonté. Généralement, c’est les parents qui viennent du village. Mais d’autres aussi ne veulent pas ça, parce qu’après deux ou trois passages, les filles changent de comportement. On dit souvent que c’est leurs parents qui viennent leur souffler des choses à l’oreille. Donc, quand les visites sont fréquentes, les matrones n’aiment pas ça.

58M. Gomez atteste de son côté que :

Moins la fille placée comme domestique se rend au village, mieux cela vaut pour ses parents. [...] Donc les enfants confiés allaient le moins possible au village chez leurs parents. Non seulement les parents eux-mêmes ne le souhaitent pas, mais aussi les familles à qui leur absence causerait un manque à gagner pour le ménage d’accueil.
Cependant, si c’est les parents qui doivent rendre visite à l’enfant, cela aussi ne se fait pas souvent. Car rendre trop souvent visite à l’enfant ne va pas toujours dans le sens de son éducation. La famille d’accueil peut suspecter que le parent complote avec l’enfant pour telle ou telle chose. Et cela est source d’incompréhension préjudiciable à l’enfant. Donc eux aussi ne venaient pas souvent. Peut-être une fois en deux ans.

59Aussi, dans les cas de mauvais traitements à l’encontre des enfants, y compris dans des familles apparentées, certains n’hésitaient pas à recourir aux fugues ; phénomène dont il est cependant impossible d’apprécier l’ampleur réelle, faute de données. Cornélie évoque ainsi ce qui lui est arrivé :

Oui ! Ma tante m’a élevée comme si elle ne me connaissait de nulle part. Et un matin, fatiguée, j’ai profité de son absence de la maison pour fuir et aller rejoindre ma maman. Elle m’a ramenée. Mais peu après, j’ai récidivé en allant cette fois chez mon papa. Depuis toujours, lui il s’est montré réticent quant à ma présence chez ma tante. Ma présence là-bas résultait d’une complicité entre ma maman et sa sœur. Ayant compris ce jeu, j’ai rejoint mon père. C’est ainsi que mon confiage a pris fin et que j’ai commencé l’apprentissage de la couture chez mon père. En ce temps, j’avais vers 17 ans.

60Se remémorant ce qu’il a vu quand il travaillait au commissariat de police, M. Gomez confirme ces cas de fugues :

À l’époque, l’enfant quitte la maison et se rend chez ses parents, c’est tout. Souvent, ce sont des enfants en mal d’affection, qui sentent qu’on les maltraite (insuffisance de nourriture, manque de repos, habillement médiocre). Dès que l’enfant finit par prendre conscience de cela, il profite de l’absence de sa matrone pour fuir la maison et ne plus revenir. Il rentre chez ses parents. Si c’est une fille à qui un jeune homme fait des avances, elle le rejoint et c’est le mariage sans le consentement de la famille d’accueil. Les fugues sont souvent dues à la maltraitance.

61Que le placement se fasse au sein de la parenté ou en dehors, et semble-t-il indépendamment des raisons qui l’ont motivé, les conditions de vie et de travail des enfants concernés paraissent avant tout dépendre de la famille d’accueil. C’est ce qu’exprime M. Gomez, homme âgé de 77 ans, natif de Lomé, qui travailla au commissariat de police de Lomé dans les années 1950 :

Tout dépend finalement du cœur de celui qui reçoit cet enfant. S’il est honnête, il réservera à cet enfant le même encadrement que celui réservé aux siens propres. S’il n’est pas honnête, alors l’enfant est mal parti.

Des «  destins16 » très variables, très distincts selon le genre

  • 16  Pour reprendre un terme de Mona Etienne (1979).

62En écho à l’analyse des donnés censitaires mettant en lumière des profils d’activités fortement différenciés selon le sexe, selon M. Gomez :

La grande majorité des garçons de l’époque placés en domesticité avaient la chance d’apprendre un métier. Les métiers qui étaient courants à l’époque étaient la couture, la mécanique auto, la menuiserie, la maçonnerie. Mais les filles ne bénéficiaient pas d’apprentissage comme tel. Ce qu’elles apprenaient à faire, c’est l’activité commerciale de la matrone (vendre le tissu pagne et autres).

63Les modalités de la fin du placement apparaissent également très genrées :

Les motifs souvent c’est le mariage pour les filles et la fin de l’apprentissage pour les hommes.

64Selon Kafui, âgée de 71 ans, guin, qui employa elle-même des enfants, le sort de ces enfants dépendait avant tout de la famille chez qui ils vivaient :

Tout dépend de la matrone chez qui l’enfant a évolué. Si la matrone est riche et est honnête, vers les derniers moments du confiage, elle laisse à l’enfant un peu de possibilité de vendre des choses de manière à épargner aussi quelque chose. Mais si elle n’est pas ouverte, l’enfant n’a pas de chance. Je connais des cas où des enfants ont grandi chez quelqu’un et au bout du compte, elles en ont profité pour devenir aussi quelqu’un aujourd’hui. De la même façon, je connais aussi qui ont vécu, mais n’ont pas profité.

65En dépit des conditions de vie et de travail souvent éprouvantes auxquelles donnaient lieu le placement, les appréciations portées bien des années plus tard sur cette époque reflètent des jugements nuancés. Ainsi, selon Yao :

Moi, je ne pense pas que le bilan du confiage soit totalement négatif. Ce qui est certain est qu’on les maltraite. Cela, personne ne peut le nier. Mais ceux qui ont résisté jusqu’à la fin, ont gagné. Puisqu’ils ont appris un métier (si c’est des garçons surtout) ou ils ont appris à faire du commerce (si c’est des filles). Et aujourd’hui, ce sont les enfants confiés de cette époque ou ceux qui les ont suivis dans les années 1970 et 1980 qui sont la plupart des commerçantes ou des grands patrons d’atelier actuellement. [...] Quand vous allez aujourd’hui au grand marché, il y a beaucoup de Nana Benz qui ont des étalages vastes. Ces femmes-là, il y a trente ou quarante ans, elles étaient des enfants confiées.

66Cornélie, en dépit d’une expérience de confiage plutôt douloureuse, s’interroge dans ces termes :

Cependant, est-ce qu’il faut voir tout cela en mal ? Je ne le pense pas. Cela a été en revanche une formation pour nous. Car après le mariage, je n’ai eu aucun mal à faire face aux besoins du foyer.

67À propos de la Côte d’Ivoire au début des années 1960, Etienne (1979 : 101) observait de son côté que «  le rêve de richesse et de réussite que fait la villageoise qui envoie son enfant en ville ne se réalise que rarement et alors de manière tout à fait relative ».

Conclusion

68Malgré les limites relatives à tout recensement, et sans doute plus encore à l’un des tous premiers recensements de la population effectués en Afrique, les résultats issus de l’analyse des données censitaires de 1958-59 révèlent tout d’abord, à l’échelle de la capitale togolaise, Lomé, l’ancienneté et l’ampleur de la migration dans l’enfance (appréhendée ici jusqu’à l’âge de 19 ans). Ainsi, environ un tiers des enfants âgés de 5 à 19 ans représente, soit des enfants résidant sans aucun de leurs parents (très probablement des enfants confiés), soit des enfants déclarés comme domestiques, migrants pour environ 80 % d’entre eux. Il apparaît par ailleurs que les filles sont plus nombreuses à connaître ces deux situations, notamment la domesticité et particulièrement avant dix ans (avec un rapport de féminité de 237,5 chez les 5-9 ans !). L’origine géographique montre que ces enfants viennent majoritairement du sud-est du Togo ; et surtout les filles, notamment celles de l’ethnie ouatchi. Les spécificités de la situation des filles sont confirmées par les entretiens effectués auprès de personnes âgées et par des travaux de recherche antérieurs (Locoh 1986). Que les concepteurs du recensement de 1958-59 aient prévu l’identification des domestiques au sein des familles est assurément le reflet de la réalité et de l’importance du phénomène à cette époque ; ce que confirment là aussi très clairement les entretiens effectués auprès de personnes âgées à Lomé. Alors que les recherches se multiplient sur le travail des enfants, on ne peut que regretter la quasi-disparition de la prise en compte des domestiques dans les questionnaires «  ménage » des enquêtes et des recensements.

69L’analyse statistique des caractéristiques des deux catégories d’enfants présente une cohérence d’ensemble, notamment quant à la spécificité de la situation des jeunes filles en regard de celle des garçons (certes aussi domestiques, mais plus souvent que les filles élèves et/ou apprentis). La similarité du profil des jeunes filles résidant sans aucun de leurs parents, dont on peut penser qu’elles sont très probablement en situation de confiage, avec celui des domestiques laisse entrevoir un flou entre les deux statuts : une partie des enfants, surtout des filles, que l’on pourrait supposer «  confiés » ne seraient-ils pas de fait dans une situation de domesticité, de travail ?

70En écho à l’absence de termes différents dans les langues locales qui distingueraient les enfants confiés et les domestiques, les récits collectés illustrent et confirment assurément ce flou entourant les deux statuts, qui entretiennent une sorte de porosité entre et renvoient à une grande diversité de situations. D’un côté, un enfant peut être confié à un parent et maltraité. D’un autre côté, il peut être placé comme domestique dans une famille non apparentée et être bien traité. Dans les deux cas, les enfants travaillent, plus ou moins durement, plutôt plus que moins, si l’on en croit l’évocation des cas de fugues... avec des situations relevant parfois (souvent ?) manifestement de l’exploitation et de la maltraitance, mais aussi des activités en référence à un contexte socioculturel où le travail, dès l’enfance, participe de la socialisation, de la formation de l’individu. Pour les familles rurales, généralement pauvres, l’envoi de certains de leurs enfants auprès de familles loméennes, apparentées ou non, semble toujours traduire l’espoir d’une vie meilleure pour ces enfants. En raison des limites évoquées pour les données censitaires relatives à la fréquentation scolaire, la mise à l’école n’était probablement pas un motif fréquent de placement, surtout pour les filles. La scolarisation peut survenir néanmoins, plus ou moins longue, mais en fonction du bon vouloir de la famille d’accueil. Outre les travaux proprement domestiques, les filles placées auprès des femmes commerçantes (très demandeuses) se trouvent impliquées dans les activités liées au commerce (aide à la vente, transport, etc.). Quant aux garçons, ils peuvent espérer une mise en apprentissage. À moins qu’en raison des mauvais traitements ils ou elles n’aient quitté plus tôt leur famille d’accueil, chez les garçons, c’est la fin de l’apprentissage qui débouche souvent sur la fin du placement. L’enfant devenu jeune adulte retrouvant alors sa liberté, prend son indépendance. Pour les filles, c’est le mariage qui met fin le plus souvent au placement, mariage qui peut même parfois se faire avec un fils de la famille d’accueil. L’ensemble des résultats fait écho aux propos d’Etienne (1979 : 101) qui évoque «  tout un continuum de destins probables pour les enfants envoyés en milieu urbain », à propos du contexte ivoirien, ajoutant : «  La structure de classes qui se dessine actuellement [début des années 1960] en Côte d’Ivoire et se reproduira à travers les enfants d’aujourd’hui est complexe et non sans contradictions, ce dont témoignent très nettement le prêt et le don d’enfants chez les Baoulés urbanisés. »

71En termes de perspectives de recherche, du point de vue quantitatif, il conviendrait d’élargir l’analyse statistique vers une comparaison avec les autres «  villes » du Togo de l’époque (Anécho, Tsévié, Palimé, Atakpamé, Sokodé, Bassari), sachant que certaines de ces localités étaient assurément plus rurales qu’urbaines. Quoiqu’il en soit, il serait intéressant de voir en quoi les résultats diffèreraient ou non selon les villes par rapport à la situation de la capitale. La série d’entretiens effectués auprès de personnes ayant été placées à Lomé au tournant de 1960 nécessite d’être également élargie aux autres villes, mais aussi approfondie sur certains aspects, sur la situation d’apprenti par exemple. Il conviendrait aussi de parvenir à mieux comprendre comment, à cette époque, s’articulaient les situations de confiage, de domesticité et d’apprentissage dans le parcours de vie des enfants, ce que les données censitaires ne permettent pas d’appréhender. Enfin, en regard de l’intérêt porté depuis plusieurs années à la question des migrations dans l’enfance et du travail des enfants, les résultats obtenus à partir de la seule analyse des données du recensement de 1958-59 montrent clairement l’importance de leur intérêt historique et heuristique pour la recherche. Pouvoir mettre dans une perspective historique les résultats des recherches récentes (et à venir) sera assurément très enrichissant, et permettra de mieux appréhender les évolutions survenues depuis maintenant une cinquantaine d’années.

Haut de page

Bibliographie

Cordonnier Rita, 1982, Femmes africaines et commerce. Les revendeuses de tissu de la ville de Lomé, Paris, ORSTOM.

Deleigne Marie-Christine, Pilon Marc, 2011, Migrations dans l’enfance et scolarisation en Afrique subsaharienne : apports et limites des approches quantitatives, Journal des africanistes : 87-117.

Etienne Mona, 1979, Maternité sociale, rapports d’adoption et pouvoir des femmes chez les Baoulés (Côte d’Ivoire), L’Homme 19 (3-4) : 63-107.

Fraisse Geneviève, 1998, Domesticité, emploi de service et démocratie, in Margaret Maruani, Les Nouvelles frontières de l’inégalité. Hommes et femmes sur le marché du travail, Paris, La Découverte/Mage : 153-156.

Hamberger Klaus, 2011, La parenté vodou. Organisation sociale et logique symbolique en pays ouatchi (Togo), Paris, CNRS/MSH.

Insee, 1960, Chiffrement des feuilles collectives, Paris, Travail n° 14.

—, nd, Le recensement de la population urbaine au Togo (premiers résultats), Paris.

Gbeassor Massan, Marguerat Yves, 1985, Les jeunes porteuses du grand marché de Lomé, in Jeunesse, développement et changements sociaux : année internationale de la Jeunesse, Cahiers ORSTOM 21 (2-3), Série Sciences Humaines : 339-341.

Jacquemin Mélanie, 2007, Sociologie du service domestique juvénile : «  Petites nièces » et «  petites bonnes » à Abidjan, Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

—, 2011, Migrations juvéniles féminines de travail en Côte d’Ivoire, Journal des africanistes : 61-86.

Lallemand Suzanne, 2009, La circulation des enfants en société traditionnelle. Prêt, don, échange, Paris, L’Harmattan.

Lange Marie-France, 1998, L’école au Togo, Karthala, Paris.

Le Bris Émile, 1984, Les marchés ruraux dans la circonscription de Vo, Paris, ORSTOM.

Locoh Thérèse, 1986, L’émigration, ses coûts et ses avantages pour le Togo méridional, In Les migrations togolaises. Bilan et perspectives, Lomé, URD : 286-288.

Marguerat Yves, 1994, La naissance d’une capitale africaine : Lomé, Revue française d’histoire d’outre-mer LXXXI (302) : 71-95.

—, 1996, L’exploitation des apprentis au Togo, in Bernard Shlemmer, L’enfant exploité, oppression, mise au travail, prolétarisation, Paris, Karthala : 357-366.

Razy Élodie, Rodet Marie, 2011, Les migrations africaines dans l’enfance, des parcours individuels entre institutions locales et institutions globales, Journal des africanistes 81 (2) : 5-48.

Rodet Marie, 2009, Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala.

—, 2011, Notes sur la captation de la main-d’œuvre enfantine dans la région de Kayes, Mali (1904-1955), Journal des africanistes 81 (1) : 49-60.

Schlemmer Bernard (dir.), 1996a, L’enfant exploité : oppression, mise au travail, prolétarisation, Paris, Karthala.

—, 1996b, Introduction générale, in Bernard Schlemmer, L’enfant exploité : oppression, mise au travail, prolétarisation, Paris, Karthala : 7-27.

Stella Alessandro, 1996, Pour une histoire de l’enfant exploité. Du Moyen âge à la révolution industrielle, in Bernard Schlemmer, L’enfant exploité : oppression, mise au travail, prolétarisation, Paris, Karthala : 31 -51.

Unesco, 2007, La traite des personnes au Togo : Facteurs et recommandations, Document d’orientation stratégique 144.

Vignikin Kokou, 2000, Déséquilibre agricole et comportements démographiques des ménages : le cas du Sud-Est Togo, in Marc Pilon, Agnès Guillaume (éd.) Maîtrise de la fécondité et planification familiale au Sud, Paris, IRD : 111-125.

Viti François, 2005, Travailler pour rien : L’apprentissage en Côte-d’Ivoire urbaine (Abidjan, Toumodi), Cahiers d’Études Africaines 45 (179/180) : 1037-1067.

Haut de page

Annexe

Extrait d’un questionnaire rempli, à Lomé (recensement de 1958-59)

Haut de page

Notes

1  On peut citer notamment le réseau international de recherche Child Migration Network, apparu dans les années 2000.

2  Réalisées grâce à l’appui financier du programme IPUMS International ; la saisie a été effectuée au sein de l’Unité de recherche démographique de l’Université de Lomé.

3  Recensement de la population alors réalisé par l’INSEE, juste avant l’indépendance du Togo (survenue le 27 avril 1960).

4  Dans le contexte de l’époque, il nous paraît peu probable qu’il s’agisse d’enfants dont les deux parents auraient migré et auraient laissé leurs enfants auprès des personnes chez qui ou avec qui ils résidaient avant de partir (les left behind dans la littérature anglo-saxonne). La situation d’enfants orphelins de père et de mère semble également peu probable vu l’importance du pourcentage de ces enfants (cf. infra).

5  Cette jetée permettait un accostage des bateaux autrement très dangereux en raison de l’existence d’une « barre », phénomène physique alliant une succession de hautes vagues déferlant violemment à quelque distance du rivage et une modification du relief marin de la côte.

6  Selon les instructions aux agents recenseurs (INSEE, nd : annexe 2), « Nous appellerons logement l’ensemble des pièces qui servent d’habitation à une même famille ou un groupe de personnes vivant ensemble, et en particulier prenant leur repas ensemble ». Par ailleurs, « Nous appellerons ménage un ensemble de personnes comprenant : le père, la mère (ou les mères) et leurs enfants ». Ainsi, on peut lire dans les instructions de chiffrement des feuilles collectives : « Il a été établi une ou plusieurs feuilles collectives par famille. Les membres d’une même famille y sont portés les uns à la suite des autres : une ligne ou un trait sépare en principe les différents ménages (père, mère et leurs enfants) qui composent la famille » (INSEE, 1960 : 3).

7  Lomé comptait alors quatre établissements scolaires dotés d’un internat : le Lycée Bonnecarrère, le Collège Saint-Joseph, le Collège Protestant (de la 6ème à la terminale), et le Collège Notre Dame des Apôtres (jusqu’en 3ème).

8  Un constat qui n’est pas remis en cause par la prise en compte des élèves résidant en internat : le rapport de féminité est ainsi de 209 chez les 5-9 ans, de 109,4 chez les 10-14 ans et de 55,1 chez les 15-19 ans.

9  Ou Aného (orthographe désormais utilisé).

10  Cette question avait fait l’objet d’une codification combinée : un premier code (à un seul chiffre, pour la « situation dans l’occupation », prévoyant les modalités « Indépendant », « Employeur », « Salarié du public », « Salarié du privé », « Aide familial », « Apprenti », « Élève », « Chômeur », « Sans profession » ; un second code (de trois chiffres) pour la profession elle-même.

11  « ...le colonisateur français avait tendance à gonfler les statistiques scolaires et à sous-estimer la population scolarisable... » (Lange 1998 : 153).

12  Colonie française sous tutelle des Nations Unies à partir de 1946, le Togo est proclamée République autonome le 30 août 1956, avant de devenir indépendant le 27 avril 1960. La fin des années cinquante, prélude à l’indépendance, connaît une « forte demande scolaire conjuguée avec l’accroissement des moyens de pression des Togolais sur l’administration coloniale » (Lange 1998 : 115).

13  La typologie des familles ne prend pas en compte la présence de domestiques.

14  Les entretiens ont été réalisés en septembre-octobre 2012. Les prénoms des enquêtés ont été changés.

15  Le terme « matrone » peut surprendre, car ne renvoyant aucunement au monde de la santé. C’est le mot prononcé par les femmes enquêtées, mais davantage à comprendre dans le sens de « patronne ».

16  Pour reprendre un terme de Mona Etienne (1979).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Pourcentage de domestiques et d’enfants résidant sans parents selon le sexe par groupes d’âge, entre 5 et 19 ans, Lomé 1958-59
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 2 – Répartition des enfants résidant sans parents et des domestiques de 5-19 ans selon leur lieu de naissance, par groupe d’âges ; Lomé, 1958-59
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 3 – Répartition des enfants confiés et des domestiques migrants âgés de 5 à 19 ans (nés hors de Lomé, mais au Togo) selon la subdivision de naissance, par groupe d’âge, et pour chaque sexe ; Lomé, 1958-59
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 4 – Répartition de l’âge à l’arrivée des domestiques et enfants confiés migrants âgés de 5 à 19 ans selon le sexe ; Lomé, 1958-59
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-4.png
Fichier image/png, 586k
Titre Fig. 5 – Scolarisation par année d’âge selon le statut familial entre 5 et 19 ans, pour chaque sexe ; Lomé 1958-59
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-5.png
Fichier image/png, 167k
Titre Fig. 6 – Répartition des enfants de 5 à 19 ans, résidant sans leurs parents et domestiques selon leur statut d’occupation, pour chaque sexe ; Lomé 1958-59
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-6.png
Fichier image/png, 337k
Titre Fig. 7 : Nombre moyen de domestiques et d’enfants résidant sans aucun parent, âgés de 5 à 19 ans, pour chaque sexe, selon quelques caractéristiques de la famille, pour les familles concernées par chaque catégorie d’enfants (en ayant au moins un) ; Lomé, 1958-59
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-7.png
Fichier image/png, 688k
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3303/img-8.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Pilon et Kodjo Ségniagbéto, « Confiage, domesticité et apprentissage à Lomé à la veille de l’indépendance », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 212-247.

Référence électronique

Marc Pilon et Kodjo Ségniagbéto, « Confiage, domesticité et apprentissage à Lomé à la veille de l’indépendance », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3303

Haut de page

Auteurs

Marc Pilon

Démographe, IRD, UMR196 CEPED, Paris Descartes-INED-IRD, France

Articles du même auteur

Kodjo Ségniagbéto

Doctorant en sociologie, Université de Lomé

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org