Navigation – Plan du site

Entre rêves de grandeur et pragmatisme

Les jeunes en milieu urbain au Burkina Faso
Between dreams of grandeur and pragmatism: young people in urban Burkina Faso
Claudia Roth (†)
p. 80-105

Résumés

En dépit de sa croissance économique, le Burkina Faso reste l’un des pays les plus pauvres du monde. Dans les villes, entre 20 et 30 % des moins de 30 ans sont sans travail véritablement rémunéré. Beaucoup d’entre eux vivent en situation de contrat entre les générations à l’envers, logés et nourris par leurs parents. Ce climat de précarité constante et d’incertitude quotidienne conduit à des formes spécifiques de fantaisies et d’actions. Les entretiens avec de jeunes hommes et femmes de Bobo-Dioulasso que nous avons menés à plusieurs reprises sur trois ans (étude longitudinale) mettent en lumière les conditions qui facilitent l’action en situation d’incertitude quotidienne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Claudia Roth était ethnologue à l’Université de Berne, elle est décédée pendant les procédures de publication. L’article paraît à titre posthume. La révision finale a été faite par Michaela Pelican et Manfred Perlik (compagnon de Claudia Roth et géographe économique).

Texte intégral

Quand j’étais petit, je pensais que j’allais être un grand richard de qui tout le monde parle, comme de George Bush. Même aujourd’hui, je n’ai pas perdu l’espoir parce que je ne suis pas encore mort [...]. Je prie toujours pour qu’Allah me donne beaucoup de chance parce que tout est dans les mains de Dieu : un homme peut avoir 60 ans et devenir riche. [...] D’ici 2010, je compte dormir dans ma propre villa, avoir ma propre voiture, être dans mon propre projet.

  • 1  Cette recherche faisait partie du projet « Les relations intergénérationnelles sollicitées à l’ext (...)

1Yacouba O., qui aura bientôt 40ans, est marié, père de quatre enfants, et vit avec sa famille chez sa mère dans une seule pièce. Au chômage depuis son mariage, il est nourri par sa mère et sa femme. Dans le cadre de nos recherches sur les relations intergénérationnelles sollicitées à l’extrême à Bobo-Dioulasso1, nous avons observé que certains jeunes se font une idée fantastique de leur avenir, très éloignée de leur réalité de chômeurs sans revenus notables, tandis que d’autres jeunes s’imaginent un futur conventionnel, et ce indépendamment de leur genre. Ibrahim D., 25 ans, le fils d’un marabout pauvre, raconte par exemple :

Dans dix ans, je souhaite avoir une femme, des enfants. Je dors chez moi-même, j’ai une cour pour moi-même et puis j’ai un bon emploi, un emploi qui peut me permettre de m’occuper de ma famille sans l’aide de quelqu’un. C’est ça mon souhait.

  • 2  Abbink pose la question de la définition des jeunes : “What about people in their thirties or earl (...)
  • 3  Les dix-sept jeunes sont huit fils et neuf filles. Un seul des fils est marié et a quatre enfants, (...)

2Les deux entretiens font partie dune étude longitudinale au cours de laquelle nous avons suivi quinze foyers pendant trois ans (cf. Roth 2005, 2007, 2008, 2011). Larticle se réfère à lentretien mené avec lun des parents âgés, ainsi quà plusieurs conversations avec des enfants dâge adulte (entre 20 et 39 ans)2 : dix-sept jeunes femmes et hommes qui vivent dans une situation de contrat entre les générations à lenvers (cf. Roth 2005, 2007, 2008, 2011), autrement dit, ils sont logés et nourris par leurs parents3. Dans les villes, entre 20 et 30 % des jeunes de moins de 30 ans sont sans travail véritablement rémunéré, et à Bobo Dioulasso on trouve des jeunes sans travail dans presque chaque foyer (Höpflinger 2011 : 18-20, 25). Beaucoup d’entre eux vivent en situation de contrat entre les générations à l’envers.

3Au cours du second et du troisième entretien, nous avons demandé aux jeunes gens ce qui avait changé dans leur vie au cours de l’année écoulée, comment ils expliquaient cette évolution et ce qu’ils avaient entrepris eux-mêmes. Et à la fin de la conversation, nous leur avons redemandé, comme au cours du premier entretien, comment ils s’imaginaient leur avenir dans cinq ans et de quoi ils avaient peur. Ce qui nous a amené à la seconde observation : pour certains jeunes, la situation n’avait pas du tout évolué, comme si le temps s’était arrêté, alors que d’autres étaient en train de se libérer de la dépendance de leurs parents et commençaient à façonner leur propre avenir. Comment expliquer ces différentes conceptions du futur : rêves de grandeur chez les uns, réalisme chez les autres ? Et dans quelle mesure l’imagination et la capacité à agir sont-elles liées ?

4Pour mieux comprendre les possibilités d’action des jeunes de Bobo-Dioulasso, je mets en relation la théorie de l’action de Bourdieu et les approches sur la gestion de l’insécurité. Ainsi, on peut montrer que les différentes sortes de capitaux dont les jeunes disposent sont particulièrement essentielles dans la formation d’un contexte d’action. Ce sont, en effet, les conditions matérielles et le statut social qui déterminent la façon dont les jeunes peuvent affronter l’avenir. Les entretiens avec les jeunes révèlent que les relations sociales – le capital social – et la reconnaissance sociale qu’elles impliquent jouent un rôle central dans leur capacité à agir.

5Nous introduisons, tout d’abord, le cadre théorique et le contexte socio-économique du Burkina Faso urbain. Ensuite, nous présenterons la façon dont les jeunes de l’étude sont intégrés socialement et l’analyse des cas spécifiques des jeunes bloqués et des jeunes capables. L’article finira avec une discussion des conditions qui, en situation d’incertitude quotidienne, facilitent l’action ou l’empêchent.

Théories d’action et de la gestion de l’insécurité

6Pour répondre à la question des différentes conceptions du futur, nous nous référons, d’une part, à l’analyse par Pierre Bourdieu du passage de la société agraire kabyle à la société industrielle algérienne dans les années 1960 (Bourdieu 1977a, 1977b, 2008), une transformation sociale qui a généré tout autant d’incertitude à l’époque que la paupérisation d’une grande partie de la population burkinabè aujourd’hui. D’autre part, nous nous appuierons sur des études actuelles consacrées aux manières de faire face à l’incertitude dans le contexte africain (Macamo 2008, entre autres). Celles-ci s’interrogent sur la façon dont les personnes confrontées à des conditions de vie extrêmement précaires et incertaines agissent ou sur ce qu’elles font pour pouvoir continuer à agir.

7C’est en étudiant la société algérienne des années 1960, alors en voie d’industrialisation que Bourdieu a découvert la signification des rêves de grandeur. Il a demandé à des sous-prolétaires et à des ouvriers de l’industrie quel serait d’après eux le revenu nécessaire pour bien vivre. Les individus aux revenus les plus faibles tendaient à formuler les aspirations les plus démesurées. Leurs réponses se laissent hiérarchiser «  depuis la rêverie jusqu’au projet enraciné dans la conduite présente » (Bourdieu 1977b : 68) : plus leurs possibilités personnelles s’améliorent, plus leurs aspirations sont réalistes et appropriées ; l’écart entre désir et réalité décroît au fur et à mesure que le revenu s’élève. Ceux qui se sentent enfermés dans le présent perdent le lien avec leur avenir (Bourdieu 1977b : 67-70). Les conditions matérielles d’existence et le statut social sont déterminants pour qu’une personne puisse réfléchir, prendre de la distance et faire des projets réalistes : «  [la] visée réaliste de l’avenir n’est en effet accessible qu’à ceux qui ont les moyens d’affronter le présent et d’y chercher un commencement d’exécution de leurs espérances, au lieu de s’abandonner à la démission résignée ou à l’impatience magique de ceux qui sont trop écrasés par le présent pour pouvoir viser autre chose qu’un futur utopique, négation immédiate et magique du présent » (ibid. : 81). Bien que cette transposition entre prolétaires et sous-prolétaires posée par Bourdieu pour étudier l’Algérie du début des années soixante ne soit pas transposable trait pour trait au Burkina Faso contemporain, on peut constater un phénomène similaire de «  négation immédiate et magique du présent » chez les jeunes Bobolais et Bobolaises.

  • 4  Vuarin (1993, 1994, 2000) a analysé le système de protection sociale à Bamako et développé une app (...)

8Le rapport au présent et à l’avenir est lié à la distinction que fait Bourdieu entre occupation et profession. Les occupations sont toutes ces activités que l’on peut considérer comme «  le fait de s’essayer à travailler » (Bourdieu 2008 : 227), le micro-commerce par exemple, qui ne demande qu’un tout petit capital de départ et n’exige pas de locaux, ni de formation professionnelle – il s’agit de «  tous ces vendeurs de rien pour un rien » (ibid.). J’inclus dans cette notion d’occupations les multiples travaux occasionnels des jeunes gens de Bobo-Dioulasso sans véritables revenus. Ces occupations servent en premier lieu de justification vis-à-vis de la communauté : «  aussi ne se sent-on tenu aux devoirs de la solidarité qu’envers ceux dont l’attitude témoigne qu’ils sont victimes d’une situation objective et non de leur incapacité ou de leur paresse » (Bourdieu 1977a : 57, cf. aussi Vuarin 2000)4. Ces occupations permettent de conserver la reconnaissance sociale et «  d’assurer la sauvegarde du respect de soi » (ibid. : 56). La profession du secteur moderne se caractérise, elle, par sa prévisibilité, un emploi fixe, des revenus réguliers. Exercer un métier permet de maîtriser le présent et de préparer l’avenir. Beaucoup parmi les jeunes que j’ai interrogés rêvent d’un salaire mensuel et d’une pension de retraite. C’est ainsi qu’une jeune femme qui est allée quelques années à l’école primaire aspire à une sebebaara (travail-papier) – un poste de secrétaire mensualisée – plutôt qu’à une bolobaara (travail-manuel).

C’est seulement à partir d’un champ du présent structuré et maîtrisé qu’un futur à la fois distant et accessible peut être visé et posé dans un projet ou une prévision rationnelle. (Bourdieu 2008 : 230)

9Toutefois, les entretiens avec les jeunes révèlent que dans certaines circonstances, des occupations précaires peuvent elles aussi être réinterprétées et donner ainsi à la vie un tournant qui permettra de prendre en main son propre avenir.

10Les travaux de Macamo (2008) au Mozambique sur la façon de gérer les catastrophes naturelles et la guerre civile, montrent que les individus agissent pour pouvoir continuer à agir (“[humans] act in order to be able to act”, ibid. : 250) et que dans ce processus qui permet de rester capable d’agir et d’agir toujours et encore (“to act again and again and again”, ibid. : 253), le contexte d’action (context of action) est créé, qui rend le futur prévisible et par conséquent moins dangereux. Un danger est par définition impossible à calculer et donc à contrôler. En revanche, la décision consciente de faire face à ce danger le transforme en risque et cette confrontation a lieu en abordant son cadre de vie de manière significative. Les hommes sont seulement en mesure de dompter leur destin une fois qu’ils ont réussi à traduire les dangers en risques et à accéder ainsi à des contextes d’action par des interprétations qui reposent sur leurs expériences, leur vision du monde et leurs conceptions de l’avenir (Macamo 2008 : 130).F. et K. von Benda-Beckmann (2007 [1994]) argumentent de manière très analogue au sujet du sentiment de sécurité :

The sense of security is based on a combination of past experiences, on promises encapsulated in existing mechanisms, in entitlements and the continuing availability of resources, and on some estimation about future developments. (Ibid. : 17)

11Se créer un avenir ne signifie pas seulement être en mesure de convertir des dangers en risques, mais aussi de se placer dans des réseaux sociaux, tiraillé entre ses désirs personnels et la solidarité avec les autres (cf. entre autres Marie 1997, Leimdorfer et Marie 2003, Vuarin 1993, 2000). Un aspect alors essentiel est de s’assurer la reconnaissance sociale (Neckel 2003). Se positionner dans une communauté locale comme une personne socialement de valeur et digne de reconnaissance signifie que l’on respecte l’“intimate connection between being, giving and belonging” (Chabal 2009 : 73), et que l’on partage ses succès individuels avec les autres.

12Ainsi, dans la partie suivante, on analysera la façon dont les jeunes de notre étude ont été intégrés socialement, et comment cela se traduit en leurs anticipations de l’avenir.

Le contexte socio-économique du Burkina Faso urbain

  • 5  Entre 2000 et 2006, le taux de croissance annuelle moyen du produit intérieur brut atteignait selo (...)

13Même si le Burkina Faso enregistre depuis l’année 2000 environ des taux de croissance macro-économique substantiels5, il fait toujours partie des pays les plus pauvres du monde. D’après le Fonds monétaire international, son taux de pauvreté, calculé sur la part de la population burkinabè devant survivre avec moins d’un dollar US par jour, atteignait en 2008 les 45 % (Höpflinger 2011 : 19, cf. aussi Hilgers & Mazzocchetti 2010). Depuis 2007, la période est d’autant plus difficile pour la population que des augmentations très nettes du coût des aliments de base (jusqu’à 65 %) précarisent dans les villes les couches sociales les plus défavorisées (Höpflinger 2011 : 2). Avec près d’un demi-million d’habitants, Bobo-Dioulasso est la seconde ville du Burkina Faso. Mais les indicateurs démographiques et économiques témoignent de son déclin constant par rapport à la capitale Ouagadougou. C’est ainsi que depuis 1960, c’est-à-dire le retour à l’indépendance, les entreprises industrielles ont reculé à Bobo-Dioulasso, alors que les nouvelles activités croissantes du secteur tertiaire (en particulier l’administration et les services aux entreprises) se concentrent à Ouagadougou. Mais dans toutes les zones urbaines, le chômage touche en premier lieu les jeunes : en 2007, près d’un tiers des 15-24 ans et plus de 20 % des 25-29 ans étaient sans revenus dignes de ce nom (ibid. : 18-20, 25).

14Ce que l’on désigne souvent à tort comme le chômage des jeunes est en réalité l’absence de rémunération des jeunes : beaucoup de ces jeunes gens travaillent, en effet, mais ils ne reçoivent souvent en échange qu’une rétribution dérisoire, voire pas de revenus du tout dans le cas fréquent des places d’apprentissage qui se prolongent sur des années. Pourtant, il faut bien un minimum de moyens matériels pour pouvoir évoluer dans la société, pour être en mesure de cultiver les relations sociales avec ses amis, ses voisins, sa famille (capital social), et obtenir une certaine reconnaissance sociale (capital symbolique) ; inversement, ces capitaux se laissent convertir en nourriture, en soutien matériel ou en aide en cas de besoin. Le capital symbolique des jeunes qui vivent en contrat entre les générations à l’envers est socialement contesté : sans moyens financiers, ils ne peuvent pas se marier ; mais s’ils restent célibataires, ils ne peuvent pas devenir socialement adultes ; et s’ils sont mariés mais sans revenus, ils sont tout aussi peu respectés, comme l’illustre le cas de Yacouba O., le père de famille évoqué plus haut.

15Toutes les familles que nous avons interviewées font partie des milieux défavorisés. Ceux-ci se laissent à leur tour différencier entre les personnes pauvres, celles qui vivent dans la précarité et celles qui sont socialement marginalisées (cf. Roth 2007) : les pauvres disposent de leurs repas quotidiens, ils peuvent payer leurs contributions aux cérémonies et financer le cas échéant un traitement médical de courte durée. Mais leurs revenus ne suffisent pas pour des dépenses plus importantes ou pour épargner sous forme d’immobilier, d’un bœuf, de l’argent. Autrement dit, dès que leur force de travail diminue, ils courent le danger de chuter socialement. Les personnes qui vivent dans la précarité ne sont pas sûres de pouvoir manger tous les jours, il leur est difficile de réunir l’argent pour participer aux cérémonies et un traitement médical moderne est exclu. Quant aux personnes marginalisées, elles ne disposent plus de relations réciproques, comme c’est encore le cas des personnes précarisées, et leur survie dépend de leur capacité à se débrouiller en mendiant (relations unilatérales et anonymes, cf. Vuarin 2000).

  • 6  1 € = 657 FCFA (BCEAO).

16Les trois quarts des quinze foyers interrogés connaissent le problème récurrent de se procurer de la nourriture ; de temps en temps, il y a des jours sans marmite sur le feu (daga te sigi) – des jours «  où tout le monde se débrouille » (cf. Suremain & Razy 2011). Ce qui signifie que chaque membre de la famille part de son côté à la recherche d’un repas chez une amie ou une connaissance ou se contente d’un café sucré à 50 FCFA6, voire même d’un verre d’eau pour calmer sa faim. Un tiers de ces jeunes hommes et femmes connaissent, de même que leurs parents, de véritables jours de disette. Arouna C., 25 ans, raconte par exemple que chez lui, de temps à autre, il n’y a pas grande chose à manger :

Comme nous, on peut supporter la faim, on laisse ça aux enfants. [...] Mon plus grand problème, c’est le manger et une femme parce que si tu atteins un certain âge, on te dit que tu dois te marier.

17Les dix-sept filles et fils vivent dans un environnement où le fait que des enfants adultes sans revenus habitent et mangent chez leurs parents na rien dexceptionnel (cf. aussi Antoine 2007), ce qui ne veut pas dire pour autant que les intéressés et leur entourage se soient habitués à la situation, comme en témoignent sans ambigüité nos conversations. Dans la partie suivante, on commencera par décrire la reconnaissance sociale des jeunes, qui est liée à lunivers de la consommation, et son revers : lisolation sociale. Ces informations permettront de mieux comprendre le combat quotidien que mènent ces jeunes hommes et femmes sans argent. On présentera ensuite les cas de deux jeunes bloqués devant leurs difficultés et de deux autres capables de les surmonter, et puis on analysera ce qui différencie leurs situations.

Limportance sociale des biens de consommation

La reconnaissance sociale

18L’univers urbain de la consommation est tentant (cf. Hilgers 2009 : 149-164). Les jeunes des couches précaires doivent renoncer à beaucoup de choses. Un jeune homme les énumère : à commencer par des vêtements, des chaussures ou même un nouveau matelas, il ne peut pas se les payer. Et l’année dernière, quel choc en réalisant qu’une simple blessure au bras serait déjà un sérieux problème financier, sans penser à une vraie maladie. Pour ces jeunes hommes et femmes, le fait de ne pas pouvoir suivre le niveau de consommation des autres de leur âge est pesant. Les garçons évoquent le jean, le téléphone portable, une moto aussi. Les filles parlent de vêtements, de coiffures et du téléphone portable. D’ailleurs, ce n’est pas tant le fait de renoncer au matériel qui est douloureux, mais bien plus la honte d’être ridiculisé, que ce soit comme un garçon qui ne peut pas se payer un portable ou comme une fille mal habillée.

19Pour tout le monde, femmes ou hommes, il est très important d’être bien «  sapé » – bien habillé – car une bonne tenue ne se limite pas à cacher la misère : les habits et les coiffures sont des signes. Une personne bien habillée signale à son entourage qu’elle ne sera au crochet de personne et qu’elle n’a pas de prétentions. Elle donne l’image de quelqu’un qui peut prendre soin de soi-même et par conséquent des autres aussi et, si c’est une femme, qu’elle a quelqu’un qui s’occupe bien d’elle. Arouna S., 25 ans, l’explique :

Payer de jolis habits me plaît pour que les gens sachent que là où je suis, je suis capable de faire quelque chose. Si les gens voient que tu as acheté un joli habit pour le porter, ils savent que tu peux faire la même chose pour d’autres personnes. Mais si tu n’as pas les moyens pour faire ça pour toi-même, ça veut dire que tu ne peux pas le faire pour autrui.

  • 7  Citant l’exemple d’habitants séropositifs de Bamako qui craignent d’être stigmatisés bien qu’ils r (...)

20Il importe de garder intacte une apparence de respectabilité, d’afficher que l’on peut remplir ses obligations et participer au cycle réciproque de dons. Il s’agit d’une véritable mise en scène de l’apparence pour pouvoir ainsi maintenir les liens sociaux et conserver la reconnaissance sociale (cf. aussi Steuer 2011)7. La maison fait partie, elle aussi, de cette apparence personnelle. Yacouba O., ce père de famille qui approche la quarantaine, commente au sujet de la sienne :

Tu ne peux pas rentrer dans ma maison et dire que c’est la maison d’un adulte. Je voudrais arranger ma maison, mais je n’y arrive pas. [...] Je n’ai pas de buffet, je n’ai même pas de bons fauteuils, je n’ai pas de moto. Ma maison, sa terrasse n’est pas bien faite, dans ma chambre, le sol n’est pas cimenté. Dans ma maison même, c’est dégueulasse quoi, [dit-il en riant, gêné] et il n’y a même pas l’électricité chez moi.

La maloya (honte) désigne, selon Vuarin, une combinaison complexe d’émotions, qui :

[...] mêle honte [...], pudeur, respect du supérieur, mais qui sanctionne inévitablement le fait de ne pas honorer les devoirs propres à son rang ou plus exactement que ce manquement soit connu du public. Elle est un «  sentiment relationnel » : rien n’est pire que de voir les autres «  gâter son nom » et pour un noble, sa ka fisa ni malo ye : «  la mort est préférable à la honte ». (Vuarin 2000 : 144)

Garder le secret permet donc de se préserver de la honte, du déshonneur.

  • 8  Traduit de l’allemand par l’auteur.

Ce qui est déterminant pour la honte en tant que mécanisme de sanction sociale est [...] qu’il s’agit de mises en scène devant un public. [...]. C’est la présence de plusieurs personnes – «  devant les gens » justement – qui transforme une réprobation personnelle en tribunal social. (Steuer 2011 : 187-188) 8

Nasara O., 23 ans, évoque cette situation dégradante, humiliante d’être couverte de honte :

Surtout nous les jeunes filles, quand on va aux cérémonies, on aime se critiquer. Quand on voit qu’une fille n’est pas sapée, on va dire : «  Regardez cette fille-là, elle porte un vilain habit, son habit-là n’est pas joli ! » [...] Si tu es dans un groupe et que tout le monde est sapé alors que toi, tu es mal habillée, tu seras découragée. Ça fait vraiment honte (maloya lo). [...] Donc, c’est mieux d’avoir plusieurs tenues et si tu vas aux cérémonies, il faut les varier. Si tu portes la même tenue, les gens diront que tu n’as pas les moyens.

21Il ne s’agit donc pas simplement de la consommation en soi, mais de la reconnaissance sociale qu’elle implique et ce non seulement dans le groupe du même âge (peer group), mais aussi dans la communauté dans laquelle on évolue. L’argent qui se matérialise en biens de consommation, signe de prestige, de pouvoir et de puissance, a repoussé au second plan d’autres hiérarchies comme celle de l’âge ou la hiérarchie entre les sexes.

22Le comportement est lui aussi un aspect de cette mise en scène de l’apparence : le fait par exemple de quitter le matin la cour familiale pour ne rentrer que le soir afin de masquer qu’on est au chômage. Samir I., 28 ans, en parle :

Si je ne le disais pas moi-même aux gens, personne ne pouvait savoir que je dépendais de ma mère. Même les voisins ne savaient pas que je ne travaillais pas. Je ne restais jamais à la maison. Chaque matin, je sortais.

23Les grin (réunions de jeunes hommes autour d’un thé) sont aussi un lieu où les jeunes peuvent oublier un moment leurs propres problèmes et se détendre. Mais là aussi, il convient de montrer par des biens de consommation que l’on fait partie du groupe et que l’on est une personne respectable et digne de confiance. Pour les jeunes hommes, la pratique de rendre de petits services permet elle aussi de se payer justement les biens de consommation qui apportent la reconnaissance sociale entre jeunes. Quant aux jeunes femmes, elles se procurent l’argent dont elles ont besoin pour faire partie du groupe par le biais de leur petit commerce ou de cadeaux qu’elles reçoivent d’hommes qui leurs font la cour ou des pères de leurs enfants. Pour cette raison, les jeunes peuvent tout au plus contribuer de temps à autre aux repas familiaux avec 100 FCFA.

L’isolement social

  • 9  L’ancienne entreprise publique de chemin de fer RAN (Régie des chemins de fer Abidjan-Niger) qui r (...)

24Ceux parmi ces jeunes qui sont trop pauvres pour suivre le niveau de consommation des gens de leur âge et recevoir la reconnaissance sociale de la communauté commencent à s’isoler, à se retirer de la vie sociale car la pauvreté leur fait honte. Souleymane S., 25 ans, est l’un de ces jeunes bloqués par leur situation ; son cas sera décrit un peu plus bas. Il raconte qu’il a partagé son enfance avec les autres jeunes du quartier. Ils étaient alors tous égaux car leurs pères étaient employés de la société de chemins de fer RAN9. Mais ses compagnons de jeu d’autrefois ont pu aller à l’école, tandis que sa famille ne pouvait pas se le permettre car son père a été licencié entretemps. Souleymane S. dit de ses anciens camarades de jeu :

Certains sont sortis avec leur diplôme cette année, d’autres sont policiers, d’autres aussi sont encore des élèves. [D’après lui, ils ont tous une situation ou sont sur le point d’y parvenir et ils ne le respectent pas, ça c’est bien clair.] Parce que si eux tous font quelque chose et toi, tu ne peux pas le faire, ils ne s’intéressent plus à toi. [...] Si toi, tu peux me donner quelque chose et moi, je ne peux pas te donner quelque chose, est-ce que toi, tu trouveras que je suis un homme ? [...] C’est du travail que je cherche, sinon qu’est-ce que je vais faire ? Si tu vois que les gens te respectent, c’est parce que tu fais quelque chose.

25Les difficultés de Souleymane S. s’éternisent : cela fait déjà des années – trois ? cinq ? sept ? – qu’il vit sans véritables revenus. Il se sent abandonné, livré à lui-même sans aucun soutien. Même pendant l’entretien, il semble profondément déprimé.

Souvent, je reste seul. [...] Parce que souvent, je ne suis pas content. Je m’assois seul parce que si tu t’assois et tu vois que ça ne va pas et tu vois que depuis que tu es né jusqu’à cet âge-là [tu vis] sans avoir un bon travail à faire, c’est choquant. Toi-même tu vois : non ! Ça ne te donne même pas envie de faire quelque chose. [...] Si tu ne parles à personne, personne ne peut te manquer de respect. Donc, je ne parle à personne. [...] Si tu es avec tes camarades et que vous n’êtes pas les mêmes, ça te fait honte. Tu n’as pas les beaux habits comme eux ou bien depuis des années, tu n’as pas de portable. Des jeunes qui n’ont même pas mon âge ont tous des portables. Tout ça me fait honte.

26Souleymane S. vit solitaire dans la cour de ses parents. Maïmounata S., 31 ans, mère de trois enfants de deux pères différents et sans véritables revenus, vit chez son père de 80ans et sest elle aussi retirée de la vie sociale.

Je ne cause pas avec les gens, je ne sors plus, j’ai abandonné tout ça. Même quand on dit qu’il y a de la danse quelque part, je n’y vais plus. Ce qui me préoccupe maintenant, c’est d’avoir à manger chaque jour. Je n’aime même plus parler avec les gens. Je préfère rester à la maison, même si je n’ai rien.

27Tous ceux et celles qui sisolent évitent un public potentiel qui pourrait les tourner en ridicule ou entraîner leur déshonneur. Leurs familles les protègent en gardant le secret, en tenant leur langue. Leurs parents aussi veulent sauver la face et se gardent donc bien daborder les problèmes familiaux à lextérieur. Mais à lintérieur, la vie familiale devient parfois un véritable enfer, un purgatoire. Yacouba O., 39ans, le père de famille évoqué au début, en témoigne :

Aujourd’hui, si tu ne travailles pas, c’est toi l’homme le plus mauvais dans la famille (môgô kolon) ; on te fait toute sorte d’inconsidérations, on te diminue. Ta femme ne te considère pas, même ta mère trouve que tu n’es plus son enfant.

28Quand les choses s’enveniment, Yacouba O. se cache et passe alors des journées entières dans la cour d’un de ses amis ; chez l’un ou l’autre, il peut alors manger à sa faim.

29On retiendra que ce n’est pas la consommation en soi qui est primordiale, mais la reconnaissance sociale liée à la consommation. Accéder aux biens de consommation permet de jouir d’une reconnaissance sociale en tant que personne puissante et compétente. En être exclu(e) est l’indice d’un manque de liens sociaux qui permettraient de s’intégrer au cycle des dons réciproques, aux relations de sécurité sociale.

Les jeunes bloqués

30Les jeunes femmes autant que les jeunes hommes s’imaginent un avenir extraordinaire, les rêves de grandeur n’étant pas spécifiques à un genre. Les différences reposent plutôt sur le type de rêves et sur les priorités que les jeunes gens se donnent : le mariage d’abord, les revenus ensuite pour les femmes ; le travail d’abord, la cour, le mariage et les enfants ensuite pour les hommes. Ces différences s’expriment également dans les souhaits professionnels, le type de commerce – une activité très prisée par les deux sexes – ou la hauteur du capital commercial désiré. En raison de la répartition sexuelle du travail et des rôles, les jeunes femmes ont, contrairement aux jeunes hommes sans rémunération, la possibilité d’offrir à leurs parents leurs travaux ménagers en échange du vivre et du couvert. Les jeunes femmes interrogées sont bien conscientes de cet échange. L’une d’elles précise :

Je fais tous les travaux domestiques qu’une femme doit normalement faire. Je fais la lessive, la vaisselle. Je prépare pour elle [la mère]. Je fais tout pour elle. Le jour où je gagne de l’argent, je peux lui en donner.

  • 10  Les mères célibataires, souvent jeunes, sont appelées des filles-mères. Sept des neuf jeunes femme (...)

31Bien que non mariées, ces mères « filles-mères10 » qui s’occupent du foyer sont plus proches de l’idéal de la «  femme de l’honneur » («  la femme est le foyer » – muso ye gua ye, rôle maternel) que les jeunes hommes sans rémunération ne le sont de l’idéal du «  chef de famille » ou «  homme de l’honneur » (cf. aussi Iliffe 2005, Miescher 2005). Je vais maintenant décrire à titre d’exemples le cas de Souleymane S. – un cas saisissant de «  négation magique du présent » – et celui de Korotimi S.

Le cas de Souleymane S., 25 ans

32Souleymane S. vit avec ses parents, deux frères plus jeunes en apprentissage chez un tailleur, ainsi que la famille d’un cousin de son père dans une petite cour faite de bâtiments en argile sans électricité ni eau courante, dans le quartier de la RAN qui sera bientôt démoli. Il y a une quinzaine d’années, son père a perdu son emploi d’ouvrier à la RAN. Après avoir traversé une période de chômage, celui-ci occupe aujourd’hui un poste de gardien de nuit qui lui rapporte 30.000 FCFA et le matin, il coupe de l’herbe à fourrage pour les moutons. La mère vend au détail de petites galettes de mil qu’elle produit elle-même chaque jour. En outre, elle tient la maison pour cinq à sept personnes, ce qui demande beaucoup de travail. Le nombre de bouches à nourrir varie selon que les deux frères aînés de Souleymane S., qui sont tous les deux au chômage et habitent à l’extérieur, partagent leurs repas ou pas.

33Souleymane S. a fréquenté l’école coranique jusqu’à l’âge de dix ans. Quand son père a été licencié, il s’est mis à travailler comme porteur, tout d’abord à dos d’homme, puis plus tard avec un âne et une charrette qu’il s’est fait voler, comme le souligne son père pendant l’entretien, avec colère. Depuis, il gagne son argent de poche en fabriquant des briques. Souleymane S. nous raconte qu’il a cessé de chercher du travail ; se retrouver jour après jour à l’aube devant les portes des usines ne le fait pas avancer. Ce qu’il lui faudrait, ce sont des contacts avec des gens bien placés qui pourraient lui procurer un travail. Autrement, il ne s’en tirera pas. Voilà comment il décrit ses souhaits d’avenir :

Je veux faire du commerce, c’est ce que je veux vraiment faire. Je veux voyager, aller acheter des chaussures, des pommades, des mèches pour venir les revendre ici. [...] Si vous voyez que j’ai des soucis, c’est parce que je n’ai personne qui peut me donner ce montant que je veux. En tout cas, si je fais du commerce, je voudrais louer un magasin à environ 15.000 F par mois. Et comme c’est le début, il faut démarrer avec 500.000 F.

34Souleymane S. raconte quil a déjà regardé faire ses amis, quil sait comment sy prendre. Et quand il sera en voyage, il pourra charger ses deux frères jumeaux plus jeunes, qui sont en ce moment en apprentissage chez un tailleur, de surveiller sa boutique. Il ne se rend pas compte que pour avoir du succès avec le commerce, il faut apprendre le métier.

  • 11Sabab ou sababou désigne « l’occasion », soit grâce à un homme ou une chose ou bien une « bonne vo (...)

Dans cinq ans, je souhaite avoir une sabab11 qui puisse me faire sortir de la situation de misère. Cinq ans, c’est même trop pour ce changement. Je suis en train de prier Allah pour ce changement. C’est le commerce seulement que j’ai en tête. Je voulais aussi devenir militaire, mais je n’ai eu personne pour m’aider (dèmèbaga). [...] Je n’ai peur de rien ! Ce que je veux, c’est de l’argent ! Mais par rapport à l’avenir, j’ai peur parce que je ne sais pas comment sera mon avenir. J’ai peur de rester dans la pauvreté !

35Souleymane S. exprime ce que Bourdieu (1977b : 68) appelle la rêverie de ceux qui sont «  condamnés à projeter des possibles impossibles ». Il évoque aussi son angoisse de ne pas pouvoir échapper à ce présent qui l’oppresse.

36Lorsque nous rencontrons Souleymane S. pour la deuxième fois, il nous parle d’un travail qu’il a fait pendant un moment : creuser à la main dans la terre dure des tranchées pour des câbles. Il arrêtait ce travail comme c’était trop fatigant. Et puis, ça le faisait beaucoup manger, tout son salaire y passait et en plus, ça lui donnait mal au dos. Cela lui faisait tout juste 25.000 FCFA par mois. Comme au cours de notre premier entretien, il semble déprimé par sa situation désolante, mais il ajoute pourtant : «  Vraiment, je ne peux pas travailler pour 25.000 F par mois, je ne peux pas faire ça. » Il énumère tout ce que son salaire devrait pouvoir couvrir : ses propres besoins, les soins de ses vieux parents, les difficultés de ses frères et de sa sœur ou d’autres membres de sa famille. En plus, il devrait même s’acheter une parcelle, construire une maison et se marier.

Si tu prends les 25.000 F, tu peux les dépenser le même jour et attendre pour le mois suivant. Le sac de maïs coûte déjà 15.000 F. Si tu enlèves ces 15.000 F, il te reste combien ? Un pantalon jeans coûte combien ? 3.000 F. [...] Si tu dois acheter un seul pantalon jeans à 3.500 F, un sac de maïs à 15.000 F, il ne te reste que 6.500 F. Si tu achètes une chemise à 1.500 F et si quelqu’un de la famille te demande de l’argent, comment vas-tu faire ? [...] les gens vont dire que tu travailles, alors que s’il y a un problème, tu ne peux même pas le résoudre !

Nous nous souvenons que son père gagne en tant que gardien de nuit 30.000 FCFA par mois et lui demandons quelle différence cela fait que son père ou que lui gagne 30.000 FCFA.

Mon père et moi sommes différents, nous n’avons pas les mêmes idées. Lui, il est vieux, alors que moi, je suis jeune. Nous n’avons pas les mêmes façons de voir les choses. Lui, il n’a plus d’ambition dans ce monde ici-bas, donc ce n’est pas la même chose que moi. Même si lui il gagne 500 F, ça peut lui suffire.

37Chez Souleymane S., le décalage entre le rêve et la réalité est tel que pour lui, travailler pour 25.000 FCFA par mois na aucun sens. Il ne peut pas voir au-delà de son présent immédiat, ni déterminer le point de départ de ses propres actions. Mais ses paroles illustrent aussi les différences dhabitus dune génération à lautre : les jeunes nont pas seulement la vie devant eux, mais dautres conceptions de ce quest une bonne vie et dautres désirs de consommation que les gens de la génération de leurs parents. En tout et pour tout, les moyens dobtenir la reconnaissance sociale ont évolué.

38Au cours de nos entretiens réalisés à travers une période de troisans, rien de tangible na changé dans la situation de Souleymane S. Il a abandonné, résigné, la recherche dun emploi aux portes des usines. Il produit ses briques sans pouvoir développer ce travail pour en faire un petit commerce. Son père raconte, contrarié, que son fils passe une bonne partie de la matinée à dormir. Souleymane S. semble navoir aucune prise sur son présent. Il laborde par la « négation magique », en simaginant quun demi-million de FCFA changerait complètement sa vie.

Le cas de Korotimi S., 38 ans

39L’ex-mari de Korotimi S. a divorcé d’elle il y a treize ans parce que le couple était sans enfant. Depuis, Korotimi S. est revenue habiter chez sa mère, 62 ans, qui vit depuis des années séparée de son mari. Aujourd’hui, Korotimi S. a trois enfants de deux pères différents. Elle vit dans le quartier le plus ancien de la ville dans une vieille cour d’un étage et s’occupe de la maison pendant que sa mère parcourt les villages avec son commerce. Avec ses revenus modestes, celle-ci nourrit non seulement sa fille et ses petits-enfants, mais elle paie aussi le mil pour les familles de ses trois fils aînés, tous sans emploi, qui ne peuvent pas nourrir tout seuls leur propre famille.

40Les rêves d’avenir de Korotimi S. ne sont pas aussi grandioses que ceux de Souleymane S., mais projettent le même genre de «  possibles impossibles ».

C’est du commerce que je veux faire et je n’arrive pas à le faire parce que je n’ai pas d’argent. [...] Je pourrais par exemple faire le commerce de pagnes. Si je pouvais avoir 25.000 F ou 50.000 F, je pourrais commencer avec ça. [Nous lui demandons ce qui serait nécessaire pour qu’elle puisse changer sa situation.] Là où je suis, si je pouvais avoir un bon sababou par la grâce d’Allah, je serais contente. Je souhaite vraiment avoir un sababou nyuman (une bonne volonté). Moi, je compte sur vous !

41La situation de Korotimi S. n’a elle non plus pas du tout évolué en trois ans. La jeune femme reste dans la dépendance de sa mère, sans argent personnel.

42Parmi les jeunes gens avec qui nous avons parlé, ces fantaisies de grandeur se rencontrent plus souvent chez les hommes que chez les femmes, ce qui peut s’expliquer en partie par un plus grand décalage entre leur rôle inaccompli en tant que chef de famille et leur situation réelle. Les jeunes hommes et femmes aux rêves démesurés ont quelques traits en commun : ils parlent de 50.000 FCFA ou 500.000 FCFA, voire même de trois millions de FCFA, alors qu’ils ne sont pas sûrs de manger tous les jours. Autrement dit, l’avenir qu’ils s’imaginent n’est pas ancré dans leur présent mais fondé sur un mode magique. Ces jeunes se voient tout aussi peu comme les acteurs du changement auquel ils aspirent : ce ne sont pas eux ou leurs sphères d’influence qui en sont l’origine, mais le sababou – une bonne volonté. Ce qui signifie qu’ils ne peuvent estimer ni leur situation ni leurs ressources personnelles. Les jeunes aux fantaisies de grandeur sont également ceux qui n’ont rien pu changer ou amorcer d’essentiel dans leur vie au cours des trois ans de cette étude. Impuissants à agir, ils se sont accrochés au statu quo – c’est pourquoi je les désigne comme bloqués.

43Cela dit, ce blocage n’est sûrement pas un état statique. Un élément déclencheur peut permettre de le surmonter de manière inattendue et de créer une dynamique insoupçonnée. Une suite à cette étude pourrait élucider de quelle manière. Quant au groupe aux conceptions sur l’avenir plus pragmatiques – celui qui projette donc des «  possibles possibles » –, il est aussi celui qui est en mesure d’agir. Cette comparaison nous amène à nous demander ce qui leur permet d’agir plus facilement.

Les jeunes en action

44La différence la plus remarquable entre ces deux groupes est l’existence ou l’absence justement de relations sociales auxquelles ils peuvent se référer dans leurs actions quotidiennes – indépendamment de leurs vieux parents qui leur offrent un toit et de la nourriture. Des relations sociales de toutes sortes d’ailleurs : liens de parenté et de voisinage d’une famille établie depuis longtemps au même endroit, liens de badenya (unité des enfants de la même mère), mais aussi liens individuels comme des connaissances ou un patron «  comme autrefois ». Un patron «  comme autrefois » se sent dans l’obligation morale de veiller à la sécurité sociale et au bien-être de ses apprentis. Mais aujourd’hui, bien des patrons exploitent au contraire leurs apprentis en profitant de leur force de travail et en les payant 100 FCFA à 200 FCFA par jour, ce qui ne suffit même pas pour se nourrir. Ou alors ils font comme le patron de l’apprenti-soudeur Arouna C. qui emploie pas moins de quinze apprentis. Pour chaque commande qui rentre, les apprentis doivent lui remettre une certaine somme et ne peuvent garder pour eux que ce qu’ils ont pu marchander en plus.

45Dans la partie suivante on expliquera en détail les cas d’une jeune femme et d’un jeune homme, en interrogeant également la façon dont ils transforment les dangers en risques – c’est-à-dire en quelque chose de prévisible et de désignable qui leur permet de maîtriser le présent, pas à pas. Ce processus s’accompagne d’une production de sens, d’interprétations.

Translating hazards into risks appears to be intimately linked to the ability of individuals to produce interpretations of disaster that enable action. (Macamo 2008 : 130)

Le cas de Djami S., 28 ans

46Djami S., célibataire et mère d’une petite fille de 9 ans «  fille-mère », est originaire d’une famille de Zara installée depuis longtemps à Bobo-Dioulasso et vit dans le plus ancien quartier de la ville. Elle fait partie d’un contrat entre les générations à l’envers qui touche actuellement quatre générations, de sa grand-mère jusqu’à sa fille : alors que Djami S. gagne à peine de quoi vivre avec son petit commerce, son père, 47 ans, propriétaire d’une auto-école, lutte lui aussi depuis quelques années contre le chômage. Il arrive donc souvent qu’il ne puisse pas payer la nourriture de sa première co-épouse – la mère de Djami S. – et de leurs enfants. Dans ces cas-là, il mange lui-même chez sa seconde co-épouse. Djami S. raconte :

S’il n’y a pas l’argent, on ne prépare pas, on va manger chez la grand-mère. Là-bas, on prépare tous les jours. Le jour même où nous n’avons pas fait la cuisine ici, la grand-mère nous apporte à manger. [...] la grand-mère nous demande même chaque jour si on a préparé ou pas.

47Les repas quotidiens de Djami S. et de sa famille sont donc assurés, et ce en premier lieu grâce au badenya de sa mère (unité des enfants de la même mère). En effet, sa grand-mère, une femme généreuse de 77 ans, vit à deux pas de chez eux avec son fils, l’oncle maternel de Djami S., un agriculteur de subsistance. Avec le maïs qu’il cultive, il peut nourrir les quinze membres de sa famille pendant environ sept mois de l’année. Sa femme est commerçante et se charge des ingrédients pour les sauces et du maïs le reste de l’année. De plus, des parents plus ou moins proches habitent dans le même quartier. Djami S. participe régulièrement aux cérémonies. Les ressources sont suffisantes pour pouvoir entretenir les relations sociales de cette façon.

  • 12Kambele : un jeune homme, un amant, un père célibataire.

48Comme sa mère, sa grand-mère, sa sœur, ses tantes et ses cousines, Djami S. gagne sa vie en vendant au détail des ingrédients pour les sauces. Mais ses revenus ne suffisent pas pour vivre. La première et la seconde année, elle nous raconte qu’elle espère que le père de son enfant va l’épouser. Elle est préoccupée qu’il ne fasse aucun signe dans ce sens. Dans le même temps, elle essaie de développer son commerce et prend un crédit de 25.000 FCFA auprès d’une tante du côté maternel. La troisième année, elle nous explique ce qui a entraîné un tournant dans sa vie. Au cours de l’année écoulée, elle a appris que le kambele12 avait engrossé deux autres femmes ces dernières années : «  il m’a trahi [...] je l’ai abandonné pour rester seule ». Depuis, elle se consacre totalement à son commerce, le mariage est devenu secondaire :

Ce qui me tient à cœur aujourd’hui, c’est d’avoir beaucoup d’argent pour faire le commerce et ensuite d’avoir un bon mari. Aujourd’hui, c’est l’argent qui fait tout.

49En attendant, grâce à un crédit de la femme de son oncle maternel et à une tontine (groupe dépargne), elle a pu élever son capital commercial à 75.000 FCFA. Elle a pris son temps pour bien réfléchir et compter ; désormais, elle verse une plus grande somme dans la tontine et réinvestit le reste de son bénéfice.

Je compte sur l’argent pour pouvoir faire ce que je veux. Il faut faire le commerce et prier Allah pour que ça marche, afin que tu puisses avoir de l’argent. Si tu n’as pas quelqu’un pour te donner de l’argent, tu ne peux que compter sur le marché, sur ton commerce.

50Elle se concentre donc sur son commerce et a réussi à faire nettement fructifier son capital. Et le plus beau et inattendu dans lhistoire : un kambele qu’elle ne connaissait pas, qui l’avait observée pendant quelques temps sur le chemin du marché, a commencé à lui faire la cour, raconte-t-elle, radieuse.

51Neuf ans durant, Djami S. est restée sous l’emprise affective de son kambele, le père de son enfant, qui préférait laisser les choses comme elles étaient plutôt que de se décider clairement pour ou contre leur relation. Elle sentait le danger la guetter de rester toute sa vie une «  fille-mère », c’est-à-dire socialement une enfant. Le choc de découvrir que pour ce jeune homme, elle n’était qu’une compagne parmi d’autres à qui il avait fait un enfant l’a amenée à reconsidérer la place qu’elle lui avait donnée dans sa vie. L’information qui lui a permis de découvrir l’existence des deux autres «  fille-mères » l’a aidée à mettre un terme à cette incertitude interminable et à prendre de manière consciente un nouveau risque, à savoir développer sa propre affaire. Elle a réévalué les différents domaines de sa vie et définit de nouvelles priorités en prenant la décision de se consacrer désormais totalement au commerce. Du reste, cette nouvelle interprétation de sa situation ne tombait pas du ciel : Djami S. a grandi dans une famille de Zara, chez lesquels les femmes sont depuis des générations de fières commerçantes ; elle avait donc pour modèles sa grand-mère, sa mère, ses tantes et pouvait recourir à un savoir transmis au cours de sa socialisation, à l’expérience que le commerce est un métier qui s’apprend (capital culturel incorporé). Le contexte matériel a lui aussi contribué de façon essentielle à sa capacité d’agir, un contexte certes pauvre, mais jamais précaire au point de remettre en question ses relations sociales et par conséquent sa reconnaissance sociale par la communauté.

Le cas de Samir I., 28 ans

52Samir I. est le contre-exemple de Djami S. : lui et sa famille ne disposent pas de relations sociales de longue date en ville, dans la mesure où ils ne sont venus qu’en 1999 s’installer d’Abidjan à Bobo-Dioulasso et que leur parenté vit dans un village éloigné. Pendant des années, Samir I. s’est débrouillé comme il a pu avec des occupations, par exemple avec un petit boulot dans un kiosque qui lui rapportait trois fois rien, mais lui permettait de donner tous les jours à manger à un ami sans argent qui avait faim. Celui-ci lui rend aujourd’hui en l’aidant financièrement quand il est dans le besoin. Il y a deux ans, Samir I. a commencé son apprentissage de carreleur chez un patron «  comme autrefois ». Pendant longtemps, il n’a presque rien gagné.

53La mère de Samir I., 72 ans, nourrit six personnes : son mari malade, Samir I., une fille «  fille-mère » et deux petits-enfants. Le loyer mensuel de leur maison d’argile (de type «  chambre-salon ») sans eau courante ni électricité coûte en dépit d’un toit qui laisse passer la pluie 6000 FCFA. La mère gagne 10.000 FCFA par mois comme auxiliaire dans la production de bière locale (dolo, bière de mil). Sa fille aînée, qui vit à l’extérieur et travaille comme bonne, lui laisse la totalité de son salaire mensuel, soit 10.000 FCFA. La vie de Samir I. a complètement changé quand sa copine est tombée enceinte :

Sincèrement, le fait d’avoir une femme et un enfant à la maison a beaucoup changé ma vie. Je ne peux plus m’asseoir avec des futilités en tête. Tu penses à tout moment à l’avenir de ton enfant, [de ta femme], comment pouvoir les nourrir, les aider... cela a changé ma vie. Ça te donne la foi, le courage. Même si je gagne [avec] un petit boulot, ça me donne le courage de le faire. [...] Avant, quand je n’avais ni de femme, ni d’enfant, je n’étais pas conscient. L’idée ne me venait pas de me battre pour m’en sortir. Et actuellement, quand je réfléchis, je me dis c’est à cause de ma femme que j’arrive à me battre. Ça me plaît beaucoup d’être avec une femme !

54Il aimerait avoir un contrat de travail qui définisse des apports clairs et lui donne ainsi la sécurité de savoir sur quels revenus mensuels il peut compter. Sa projection dans lavenir correspond à ce qui caractérise selon Bourdieu une profession. En même temps, il énumère tout ce quil compte faire lui-même pour parvenir à son objectif.

Ce qui me tient à cœur, c’est de signer un contrat clair avec mon patron. Si on tombe d’accord sur un salaire, je saurai combien je gagne par mois et comment je pourrai faire pour aider la vieille. [Mais la première chose qu’il souhaite, c’est de vraiment apprendre son métier.] Je fais des efforts pour apprendre mon métier. Je respecte toujours les consignes de mon patron. Je veux être un jour comme mon patron, sinon même mieux ; je veux connaître le métier mieux que lui. [Et il ajoute, sûr de lui.] Si je mets du sérieux comme je le fais, je maîtriserai le métier. [...] C’est mon avenir que je prépare comme ça. Grâce à Dieu, ça ira.

55Après la naissance de son fils, ils ont commencé à se sentir à létroit à huit dans les deux petites pièces des parents. Alors, Samir I. a cherché une maison du type  chambre-salon » dans un autre quartier, pour un loyer de 5.000 FCFA et 1.000 FCFA d’électricité. Deux mois après la naissance, il y a déménagé avec sa femme et son enfant. Et maintenant, il s’agit de pouvoir leur fournir chaque jour l’argent pour les repas, au moins 500 FCFA.

Comme j’ai déménagé avec ma femme, j’ai dit à mon patron que j’ai une femme maintenant ! Que je ne peux pas sortir le matin sans leur remettre un peu d’argent pour qu’ils mangent. Pour cela, il me donne souvent 5.000 F, 10.000 F pour la popote (nansongo).

56Samir I. commence à mettre son patron à contribution : quand il était encore un « fils » sans revenus, il mangeait chez sa mère et sadressait à elle en cas de nécessité. Désormais, en tant que « père de famille », il renvoie son patron à ses responsabilités pour couvrir leurs besoins.

Mon patron me comprend bien maintenant. Alors que quand je logeais ici [chez la mère], il ne me prenait pas au sérieux. Il se disait que comme je suis en famille, je n’avais pas de charge à supporter. Il ne faisait pas d’efforts pour résoudre mes problèmes.

57Le patron se sent moralement tenu de veiller à la sécurité sociale et au bien-être de ses apprentis. En cas de maladie, ceux-ci peuvent lui demander son aide et il participe financièrement aux cérémonies comme les mariages, naissances, enterrements. Aussi, dans la vie quotidienne, il se sent responsable deux.

58Un an plus tard, nous constatons que Samir I. a réussi à se mettre à son compte : il raconte, non sans fierté, quil gagne bien en posant du carrelage dans les villasses commandes lui rapportent environ 50.000 FCFA par mois. Désormais, il aide ses vieux parents financièrement et soccupe avec ses frères et sœurs restés à Abidjan de la construction dune maison sur une parcelle quils viennent dacquérir. Sa mère a pu abandonner son activité salariée. Et encore un an plus tard, il caresse lidée douvrir une quincaillerie que sa compagne pourrait tenir.

59Malgré tout, Samir I. na pas encore les moyens de se marier. Mais quimportede même que les voisins de ses parents ignoraient quil était au chômage, ses nouveaux voisins ne savent pas plus quil vit avec la mère de son enfant en concubinage.

Si je ne dis à personne que je n’ai pas fait le mariage avec ma femme, personne ne peut le savoir. Mais ceux me connaissant bien savent que je ne l’ai pas mariée.

60Parmi les jeunes de sa génération, Samir I. et son amie ne sont pas les seuls à se créer un contexte daction en vivant en « concubinage invisible ». Cette situation leur garantit la reconnaissance sociale en tant que couple mais aussi en tant quadultes et leur laisse le temps déconomiser pour la cérémonie du mariagece qui peut prendre des années (cf. Roth 2012).

  • 13  Nous apprécions la suggestion d’un des relecteurs anonymes du Journal des africanistes d’insérer u (...)

61Samir I. a su saisir lopportunité de sa paternité alors que dans la même situation bien dautres jeunes hommes prennent la fuite. Il lui a donné un sensassumer sa responsabilité pour sa femme et son enfantce qui lui a permis de devenir socialement adulte. Il a pu ainsi créer le contexte daction dune « petite famille », pas à pas, en commençant par louer une chambre, puis en rappelant son patron et non plus sa mère à ses obligations matérielles et finalement en se mettant à son compte. En dépit de sa situation matérielle précaire, Samir I. a su initier des relations individuelles, comme autrefois avec son ami sans argent qui, plus tard, la aidé à son tour financièrement, ou avec son patron13.

62Entre les rêves de grandeurs et le pragmatisme, on observe bien des nuances. Tendanciellement, les jeunes hommes et femmes qui restent capables d’agir en dépit de leurs difficultés se distinguent par le fait que non seulement ils se voient comme les acteurs de leur propre existence et ont leurs propres idées de ce qu’ils peuvent réaliser, mais qu’ils savent aussi recourir à des relations de toutes sortes, des relations en mesure d’atténuer le carcan matériel de la précarité.

Conclusion

63Les entretiens montrent que bien des jeunes de Bobo-Dioulasso sont incapables d’estimer leur situation avec réalisme. Leurs rêves démesurés sont symptomatiques de leur sentiment d’impuissance face au présent : ou bien ils ne voient pas leur propre capacité à changer leur situation personnelle, ou bien ils croient que la solution réside en dehors de leur marge d’action. Ils ne se perçoivent pas comme des acteurs. Et de fait, la situation professionnelle et matérielle de ces jeunes gens est restée mauvaise au cours des trois années. Ces rêves de grandeur sont compréhensibles dans un contexte d’extrême précarité matérielle qui entraîne les jeunes dans le cercle vicieux de l’isolement social.

64Mais les entretiens montrent également que d’autres jeunes confrontés à la même situation restent capables d’agir ou le deviennent. L’étude longitudinale a permis dans les deux cas de manière rétrospective d’analyser les actions des jeunes et d’identifier les conditions nécessaires ou du moins favorables pour qu’ils puissent créer des contextes d’action leur permettant d’agir toujours et encore et de se créer ainsi par une attitude significative envers leur environnement un présent qui rendra à son tour un futur envisageable (Macamo 2008).

65Tous les jeunes qui sont bloqués vivent dans une très grande misère, mais tous ceux qui vivent dans une très grande misère ne sont pas incapables d’agir. C’est pourquoi il faut nuancer les réflexions de Bourdieu dans le contexte de Bobo-Dioulasso : selon Bourdieu (1977b), les différentes conceptions de l’avenir seraient dues aux différences sociales entre les couches du prolétariat et du sous-prolétariat, à leurs différences de revenus, de qualifications et de sécurités que ceux-ci impliquent. Pourtant, l’étude menée à Bobo-Dioulasso montre que ces deux groupes sont issus de la même couche sociale. Cette différence ne dépend donc pas seulement du travail ou de l’importance des revenus, mais aussi du “sense of security” (F. et K. von Benda-Beckmann 2007 [1994]), de ce sentiment de sécurité qui ne repose pas, comme dans l’exemple de Bourdieu, sur les sécurités données par l’exercice d’un métier, mais en grande partie sur les relations sociales : sur ses propres relations et/ou sur les relations de ses parents, de son entourage auxquelles on a la possibilité de participer. S’appuyant directement sur la notion de sécurité sociale telle que K. et F. von Benda-Beckmann l’utilisent, Read et Thelen (2007) soulignent la dimension émotionnelle des relations de sécurité sociale. Ils mettent en exergue que le plus souvent, ce ne sont pas tant les ressources matérielles directes qui donnent aux hommes un sentiment de sécurité, que l’existence d’un réseau de relations sociales auxquelles ils peuvent faire appel en cas de nécessité.

66Pourtant, ce serait une erreur de sous-estimer les éléments économiques – le capital économique – comme le conclut Saskia Brand (2001) dans son étude, au demeurant excellente, quand elle affirme que le capital social est la seule ressource essentielle dans la mesure où toutes les autres formes de capital – y compris le capital économique – ne deviennent effectives et significatives que par l’intermédiaire de relations : “The single most important rule is that one is to whom one is connected : a person can only be identified by means of her or his relations” (ibid. : 24). Les exemples des jeunes Bobolais montrent que les relations sociales constituent effectivement un arrière-plan extrêmement important à la faculté d’agir. Comme l’indiquent toutefois les études des milieux les plus défavorisés de Bobo-Dioulasso, un minimum de ressources économiques est toujours nécessaire pour pouvoir maintenir de telles relations sociales. Ce minimum est la condition sine qua non pour participer à l’échange réciproque, base de toutes les relations de sécurité sociale. Les relations sur lesquelles on peut s’appuyer en cas de besoin reposent toujours sur un capital économique existant autrefois ou encore provisoirement, comme l’illustrent les exemples des «  jeunes en action ».

67En pleine situation de détresse, le capital social – forme convertie du capital économique – est pour les jeunes un facteur déterminant pour pouvoir agir. Les liens sociaux, qui apportent un soutien social et donc également matériel, sont la condition nécessaire pour pouvoir réfléchir à son propre présent : pour prendre du recul, voir au-delà de l’immédiat et découvrir où amorcer des changements possibles et applicables. Ce degré de sécurité et un minimum économique sont nécessaires pour pouvoir échapper au hasard, à la fatalité et donner forme à sa propre existence.

Haut de page

Bibliographie

Abbink Jon, 2005, Being young in Africa: The politics of despair and renewal, in Jon Abbink, Ineke Van Kessel (eds.), Vanguard or Vandals. Youth, Politics and Conflict in Africa, Leiden, Boston, Brill : 1-34.

Antoine Philippe, 2007, La place et l’activité des personnes âgées dans sept capitales ouest africaines, in Philippe Antoine (éd.), Les relations intergénérationnelles en Afrique, Nogent-sur-Marne, CEPED : 31-62.

Benda-Beckmann Franz et Keebet von, 2007, Coping with Insecurity, in Franz et Keebet von Benda-Benkmann et al., Social Security Between Past and Future. Ambonese Networks of Care and Support, Münster, Lit : 25-58.

Bourdieu Pierre, 1977a, Nécessités contradictoires et conduites ambigues, in Pierre Bourdieu, Algérie 60, Structures économiques et structures temporelles, Paris, les Editions de Minuit : 45-65.

―, 1977b, Espérances subjectives et chances objectives, in Pierre Bourdieu, Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, les Éditions de Minuit : 67-81.

―, 2008, Ouvriers et paysans en désarroi, in Pierre Bourdieu, Esquisses algériennes, édité et présenté par Tassadit Yacine, Paris, Seuil : 153-261.

Brand Saskia, 2001, Mediating Means and Fate. A Socio-Political Analysis of Fertility and Demographic Change in Bamako, Mali, Leiden, Boston, Köln, Brill.

Bruijn Miriam de, Dijk Han van, 1994, A Pastoral Society in Crisis after the Droughts: Who cares for Social Security?, in Sabine Dittrich, Jens Petersen-Thumser (eds.), Social Security in Africa, Berlin, German Foundation for International Development (DSE) : 199-231.

, 1995, Arid Ways. Cultural Understandings of Insecurity in Fulbe Society, Central Mali, Amsterdam, Thela Publishers.

Chabal Patrick 2009, Africa: The Politics of Suffering and Smiling, London, New York, Zed Books.

Debevec Lisa 2013, En attendant notre sababu : discussion sur le travail, la vie et l’Islam avec les jeunes hommes de Bobo-Dioulasso, in Katja Werthmann, Lamine Sanogo (ed.), La ville de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Urbanité et appartenances en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala : 211-236.

Hilgers Mathieu, 2009, Une ethnographie à l’échelle de la ville. Urbanité, histoire et reconnaissance à Koudougou (Burkina Faso), Paris, Karthala.

Hilgers Mathieu, Mazzocchetti Jacinthe, 2010, Situation politique, économique et développement au Burkina Faso, in Mathieu Hilgers, Jacinthe Mazzocchetti (ed.). Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire : Le cas du Burkina Faso, Paris, Karthala : 15-21.

Höpflinger François, 2011, Kontextfaktoren in Burkina Faso, in Claudia Roth et al., Belastete Generationenbeziehungen im interkulturellen Vergleich (Europa-Afrika), Schlussbericht, Bern, Schweizerischer Nationalfonds.

Illife John, 2005, Honour in African History, Cambridge, Cambridge University Press.

Leimdorfer François, Marie Alain (ed.), 2003, L’Afrique des citadins. Sociétés civiles en chantier (Abidjan, Dakar), Paris, Karthala.

Macamo Elisio, 2008, The Taming of Fate : Approaching Risk from a Social Action Perspective – Case Studies from Southern Mozambique, Habilitationsschrift Bayreuth, Kulturwissenschaft-liche Fakultät der Universität Bayreuth.

Marie Alain, 1997, Individualisation : entre communauté et société, l’avènement du sujet, in Alain Marie (éd.), L’Afrique des individus, Paris, Karthala : 407-436.

Miescher Stephan, 2005, Making Men in Ghana, Bloomington, Indiana University Press.

Neckel Sighard, 2003, Kampf um Zugehörigkeit. Die Macht der Klassifikation, Leviathan 31 (2) : 159-167.

Read Rosie, Thelen Tatjana, 2007, Introduction: Social security and care after socialism: Reconfigurations of public and private, Focaal 50 : 3-18.

Roth Claudia, 2005, Dépendance menaçante : limites de la sécurité sociale, vieil âge et genre en milieu urbain burkinabé, in Willemijn De Jong et al., Ageing in Insecurity. Vieillir dans l’insécurité. Sécurité sociale et genre en Inde et au Burkina Faso. Études de cas, nster, Lit : 289-322 [103-137 en anglais].

―, 2007, « Tu ne peux pas rejeter ton enfant ! » Contrat entre les générations, sécurité sociale et vieillesse en milieu urbain burkinabè, Cahiers d’Études Africaines, XLVII (1), 185 : 93-116.

, 2008, “Shameful!” The inverted inter-generational contract in Bobo-Dioulasso, Burkina Faso, in Erdmute Alber et al. (ed.), Generations in Africa, Münster, Lit : 47-69.

―, 2010, Les relations intergénérationnelles sous pression au Burkina Faso, Autrepart 53 : 95-110.

, 2011, Belastete Generationenbeziehungen aus der Sicht der Beteiligten – Ergebnisse der Befragung in Burkina Faso, in Claudia Roth et al., Belastete Generationenbeziehungen im interkulturellen Vergleich (Europa-Afrika). Schlussbericht, Bern, Schweizerischer Nationalfonds.

—, 2013, Le mariage comme porte d’entrée : la lutte pour l’appartenance selon les générations et le genre à Bobo-Dioulasso, in Katja Werthmann, Lamine Sanogo (ed.), La ville de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Urbanité et appartenances en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala : 237-258.

Steuer Naomi, 2012, Krankheit und Ehre – Über HIV und soziale Anerkennung in Mali, Bielefeld, Transkript.

Suremain (de) Charles-Édouard, Razy Élodie, 2011 «  Tu manges aujourd’hui, tu ne manges pas le lendemain, ça c’est la pauvreté. » L’incertitude alimentaire à Bamako, in Claude Arditi, Pierre Janin, Alain Marie (ed.), La lutte contre l’insécurité alimentaire au Mali. Réalités et faux semblants, Paris, Karthala : 249-278.

Vuarin Robert, 1993, Quelles solidarités sociales peut-on mobiliser pour faire face au coût de la maladie ? in Joseph Brunet-Jailly (éd.), Se soigner au Mali, Paris, Karthala - ORSTOM (IRD) : 299-316.

—, 1994, L’argent et l’entregent, Cahiers des Sciences Humaines 30 (1-2) : 255-273.

—, 2000, Un système africain de protection sociale au temps de la mondialisation ou «  Venez m’aider à tuer mon lion... », Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Cette recherche faisait partie du projet « Les relations intergénérationnelles sollicitées à l’extrême : une comparaison interculturelle (Europe-Afrique) » financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et hébergé par l’Université de Lucerne (2007-2010, Roth 2010, 2011). Tous les noms des personnes interrogées ont été modifiés.

2  Abbink pose la question de la définition des jeunes : “What about people in their thirties or early forties ? [...] In Africa there are many such people who have had to delay their entry into adulthood: they feel excluded and powerless, and struggle to survive. But despite this there has to be a limit to calling someone a ‘youngster’: forty-year olds, for instance, are no longer youths but pass into another category, perhaps that of street people, beggars or vagrants.” (2005 : 5, 6). Ma limite d’âge pour considérer une personne comme faisant partie des jeunes est 40 ans.

3  Les dix-sept jeunes sont huit fils et neuf filles. Un seul des fils est marié et a quatre enfants, un autre jeune homme est le père d’un petit garçon de deux mois. Parmi les neuf filles, cinq sont célibataires et quatre sont séparées et revenues vivre dans leur famille. Deux parmi les neuf n’ont pas d’enfant, les autres sont mères d’un, deux, trois ou quatre enfants. Trois hommes et une femme ont fréquenté l’école coranique, trois femmes n’ont reçu aucune formation scolaire, les autres ont passé entre quatre et six ans à l’école primaire, deux d’entre elles sont allées ensuite à l’école secondaire, suivie en partie d’un apprentissage.

4  Vuarin (1993, 1994, 2000) a analysé le système de protection sociale à Bamako et développé une approche tout aussi large que celle de K. et F. von Benda-Beckmann (2007 [1994]). Tandis que Vuarin utilise le terme de « sécurité sociale » dans son sens traditionnel d’État social et des couvertures sociales correspondantes et parle sinon de « protection sociale », K. et F. von Benda-Beckmann utilisent volontairement le terme de « sécurité sociale » comme notion générale englobant toutes les formes possibles de protection sociale dans une société donnée.

5  Entre 2000 et 2006, le taux de croissance annuelle moyen du produit intérieur brut atteignait selon les estimations de la Banque mondiale (2008) 5,7 % (Höpflinger 2011 : 1-2) et dans l’année 2010, 5,8 % (CIA World Factbook, <www.indexmundi.com/de/burkina_faso/bruttoinlands produkt_(bip)_reale_wachstumsrate.html>).

6  1 € = 657 FCFA (BCEAO).

7  Citant l’exemple d’habitants séropositifs de Bamako qui craignent d’être stigmatisés bien qu’ils reçoivent une thérapie antirétrovirale, l’étude de Steuer (2011) montre que l’apparence joue un rôle central dans la préservation de l’appartenance sociale. Les gens mettent en scène leur apparence pour protéger leur propre réseau social et s’assurer la reconnaissance des autres.

8  Traduit de l’allemand par l’auteur.

9  L’ancienne entreprise publique de chemin de fer RAN (Régie des chemins de fer Abidjan-Niger) qui relie le Burkina Faso à la Côte d’Ivoire. La ligne est aujourd’hui concédée à une entreprise privée, SITARAIL.

10  Les mères célibataires, souvent jeunes, sont appelées des filles-mères. Sept des neuf jeunes femmes ont entre un et quatre enfants, souvent de différents hommes.

11Sabab ou sababou désigne « l’occasion », soit grâce à un homme ou une chose ou bien une « bonne volonté » : « [il est] également largement admis qu’une fois qu’on a atteint l’âge adulte, la réussite dépend de la réalisation d’un coup de chance qui est le résultat d’une intervention divine qui se présente généralement par l’intermédiaire d’un être humain. Le concept est localement connu comme sababou (de l’arabe sabab pl. asbab) qui signifie la raison, l’occasion, la cause – cela fait aussi référence aux moyens de subsistance et aux relations entre les gens ou quoi que ce soit au moyen duquel on atteint sa fin ou un objet recherché et est également utilisé dans un contexte précis pour dire “Merci à quelqu’un/grâce à l’aide de quelqu’un”. » (Debevec 2012 : 8).

12Kambele : un jeune homme, un amant, un père célibataire.

13  Nous apprécions la suggestion d’un des relecteurs anonymes du Journal des africanistes d’insérer une remarque réflexive sur le biais méthodologique qui pourrait résulter de notre sélection d’informateurs. Par exemple, on pourrait se demander si des personnes ayant été dans la situation d’un contrat entre les générations à l’envers mais qui en sont sorties n’ont pas elles aussi nourri des rêves qui auraient pu apparaître extravagants et qui se sont dans certains cas, en partie, concrétisés ? Et de l’autre côté, pour ceux qui ont réussi, est-ce que ce n’est pas le fait qu’ils s’en sortent qui conduit à interpréter a posteriori leurs rapports à l’avenir comme celui de « possibles possibles » plutôt que de « possibles impossibles » ? Ou encore, n’y a-t-il pas d’autres groupes, jeunes plus autonomes qui nourrissent des espoirs démesurés, qui ont des espérances irréalistes ? Ces questions sont intéressantes, on ne peut ici y apporter de réponses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Roth (†), « Entre rêves de grandeur et pragmatisme », Journal des africanistes, 84-1 | 2014, 80-105.

Référence électronique

Claudia Roth (†), « Entre rêves de grandeur et pragmatisme », Journal des africanistes [En ligne], 84-1 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3227

Haut de page

Auteur

Claudia Roth (†)

Dr., Department of Social Anthropology, University of Berne, Switzerland

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org