Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

VITI Fabio, 2007, Schiavi, servi e dipendenti

Milano, Raffaello Cortina Editore, 298 p.
Elisa Fiorio
p. 429-431
Référence(s) :

VITI Fabio, 2007, Schiavi, servi e dipendenti, Milano, Raffaello Cortina Editore, 298 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, original dans son genre et actuel dans sa thématique centrée sur l’esclavage, l’asservissement et la dépendance personnelle en Afrique, rassemble d’une manière savante les sources écrites coloniales et les sources orales africaines collectées depuis 1981 en Côte d’Ivoire, en particulier en pays Baoulé et Anno, terrains de recherche ethnographique de l’auteur. D’autres séjours au Ghana, au Bénin, au Sénégal et en milieu d’immigration africaine, malienne et sénégalaise à Paris ont aussi contribué à l’élaboration de cette œuvre.

2L’ouvrage s’articule autour de deux points : l’analyse des relations de dépendance personnelle dans la société baoulé et la nécessité d’inscrire ces relations à l’intérieur d’un contexte plus vaste d’un point de vue géopolitique et historique.

  • 1 Toutes les citations extraites de l’ouvrage de F. Viti ont été traduites en français par l’auteur d (...)

3La structure de ce livre présente, selon l’auteur, « une forme nécessairement variable » (p. XIII)1 et non linéaire, qui va du particulier au général, comportant huit chapitres qui reprennent, pour certains, des études qui ont déjà été publiées sous forme d’articles et qui avaient été conçues comme parties d’un tout. Du point de vue de la « focale adoptée » par l’auteur, l’œuvre aborde trois problématiques : les formes de dépendance personnelle, historiques et contemporaines, en pays baoulé (Côte d’Ivoire) ; l’abolition de l’esclavage au Baoulé et en Afrique liée à la conquête coloniale ; la continuité ou la rupture entre les formes pré-coloniales de dépendance et les nouvelles configurations d’asservissement de l’époque contemporaine.

4Après l’introduction et l’indication des sources, le prologue est particulièrement intéressant où l’auteur nous plonge dans le vif du sujet de la dépendance personnelle en nous présentant une sorte (d’auto)biographie de N’guessan Kouadio Célestin, en mettant en évidence les passages importants de sa vie dans son groupe de parenté, dans son village de naissance et dans la ville d’Abidjan.

5Dans un premier chapitre, « Les relations de dépendance personnelle dans la société baoulé », l’auteur montre comment les rapports de dépendance chez les Baoulés constituent « une gamme continue de positions […] dans laquelle tous dépendent de quelqu’un » (p. 15). Cette relation de dépendance touche aussi bien ceux qui naissent libres (dépendance ordinaire) que ceux qui se trouvent dans une autre situation comme l’étranger, le client, le serviteur, le travailleur subordonné, le gagé, l’otage, le prisonnier de guerre et l’esclave (dépendance incrémentée).

6Un deuxième chapitre « L’esclavage dans le Baoulé précolonial », est une analyse de l’esclavage « domestique » à l’époque précoloniale où la notion d’ « esclave acheté » kanga est encadrée, au niveau historique, dans le système d’achat des esclaves étrangers chez les Baoulés et sur leur intégration éventuelle dans les structures familiales. Cependant, les esclaves n’étaient pas des citoyens, « ils étaient et ils restaient des étrangers par définition et ils n’avaient des droits politiques à aucun niveau » (p. 55). Au décès de leur maître — des chefs et des hommes riches —, ces esclaves étaient immolés.

7Un troisième chapitre, « Abolition de l’esclavage et conquête coloniale », est une incursion historique dans le phénomène de la traite des esclaves, puis de la colonisation. L’auteur fait le lien entre l’abolitionnisme et le colonialisme posant le premier comme étant une condition du second, et il distingue entre trois processus historiques, séparés également sur le plan chronologique : 1) l’interdiction de la traite (1807-1815) ; 2) l’abolition de l’esclavage dans les plantations américaines et celles des caraïbes (1831-1833 pour les colonies britanniques, 1848 pour les colonies françaises, 1865 pour les Etats Unis, 1886 pour Cuba, 1888 pour le Brésil) ; et 3) la suppression de l’esclavage “domestique” africain (1905 pour l’AOF, mais 1981 pour la Mauritanie). Dans la réalité, « l’abolition avait modifié le statut des personnes mais pas la division fondamentale entre dominants et dominés » (p. 84). L’esclavage laissa donc la place au travail forcé, qui sera supprimé en 1946, avec l’abrogation du statut d’indigène.

8Un quatrième chapitre, « Conquête coloniale et libération des esclaves. La Côte d’Ivoire », décrit l’ambiguïté de la politique française à l’égard de la suppression de l’esclavage “domestique” (dit “de case”) durant la période coloniale (fin du XIXe siècle).

9Dans un cinquième chapitre, « De l’esclavage à l’asservissement coloniale », l’auteur introduit la problématique de la réorganisation des sociétés africaines qui étaient fondées sur la main d’œuvre servile comme chez les Baoulés. Il nous montre que « ni les structures sociales autochtones, ni la colonisation n’ont réellement favorisé l’actualisation du travail salarié libre » (p. 166).

10Au chapitre suivant, « Continuité et rupture dans les relations de dépendance en Afrique occidentale », l’accent est mis sur la continuité entre le système de dépendance personnelle et familiale qui a caractérisé et caractérise encore le système des relations de parenté en Afrique, et l’asservissement ou l’exploitation de la force de travail à l’extérieur du “groupe d’appartenance”, système toujours actuel dans le tissu social moderne, contrairement à l’idée courante qui veut attribuer à l’esclavage le fondement de ces nouveaux rapports de dépendance sur le lieu de travail.

11Le chapitre sept, « Apprentissage juvénile et travail gratuit en Cote d’Ivoire urbaine », traite de l’une des formes de travail gratuit communément accepté — l’apprentissage des métiers artisanaux du “secteur informel” urbain — qui expose les jeunes et les enfants au risque d’asservissement. Le rapport de dépendance personnelle qui lie étroitement les apprentis à leur patron rend possible l’exploitation de leur travail de trois façons différentes : la totale gratuité du travail des apprentis, la prolongation de la durée de leur temps d’apprentissage et leur pleine disponibilité à accomplir toutes sortes des tâches.

12Un huitième chapitre, « Nouveau ou vieil esclavage ? », conclut cette réflexion sur la signification culturelle de la dépendance personnelle en analysant les formes actuelles d’exploitation productive de l’individu, tant en Afrique qu’ailleurs, signe « d’une tendance à l’expansion du capital globalisé et de la division du travail à l’échelle mondiale » (p. 260). Une riche bibliographie et un index analytique clôturent le livre.

13L’originalité de l’ouvrage demeure dans l’attention particulière que l’auteur porte aux relations de dépendance en Afrique en adoptant un point de vue “interne” aux sociétés étudiées. L’analyse ethnologique s’intègre d’une façon très attentive et ponctuelle à l’analyse historique pré et post coloniale, fruit d’un travail remarquable que seul un “homme de terrain” pouvait accomplir. Dans l’ensemble, l’ouvrage est bien structuré, même si certains chapitres auraient pu être mieux reliés les uns aux autres pour une meilleure compréhension. Sa lecture en est donc tout à fait recommandée.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations extraites de l’ouvrage de F. Viti ont été traduites en français par l’auteur du compte rendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Fiorio, « VITI Fabio, 2007, Schiavi, servi e dipendenti », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 429-431.

Référence électronique

Elisa Fiorio, « VITI Fabio, 2007, Schiavi, servi e dipendenti », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3149

Haut de page

Auteur

Elisa Fiorio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org