Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SOUTY, Jérôme, 2007, Pierre Fatumbi Verger. Du regard détaché à la connaissance initiatique

Préface de J.P. Colleyn, Paris, Maisonneuve & Larose, 519 p.
Philippe Chanson
p. 426-429
Référence(s) :

SOUTY, Jérôme, 2007, Pierre Fatumbi Verger. Du regard détaché à la connaissance initiatique, Préface de J.P. Colleyn, Paris, Maisonneuve & Larose, 519 p.

Texte intégral

1Pierre Verger ? Un homme de terrain intégral ayant rompu avec ses origines bourgeoises et farouchement libre. Un homme de la rencontre, un autodidacte avant tout intuitif, spontané, pragmatique, affectif et fort éloigné tant des méthodologies que des débats d’anthropologie théorique, comme d’ailleurs des institutions académiques qu’il ne rejoignit que fort tardivement (il présenta et obtint son doctorat de 3ème cycle à l’âge de 66 ans !). Né au tout début du XXe siècle et « remis au monde » en 1953 par le rite et la signification du nom de son initiation yoruba, Fatumby, Pierre Verger (1902-1996) est connu principalement comme « homme de l’œil » et même du « troisième œil » grâce aux milliers de photographies sobres et somptueuses prises avec son inséparable Rolleiflex, un outil à visée centrale qui – au contraire de nos appareils modernes à vision directe, téléobjectifs et système en rafale qui déclenchent l’implacable « tir » sur l’altérité visée – se pointe, lui, « par le nombril », non sans obliger, pour toute prise, à s’incliner en quelque sorte devant le sujet ; un geste signifiant, bien plus que symbolique, qui lui permettra toujours de respecter et de magnifier le regard d’autrui. Il manquait cependant une analyse et une réflexion profonde du et sur le personnage hors norme que fut Verger de même que sur son itinéraire et son œuvre scientifique écrite qui, finalement assez peu manifeste, demeure pourtant éminemment importante pour l’étude des faits religieux afro-américains. Une œuvre qui fut par ailleurs tardivement arrachée, tant Verger, devant les spécificités et les subtilités visuelles, gestuelles, langagières et tonales des cultures orales si riches et diversifiées, rechignait à l’exercice de la plume qu’il qualifia tour à tour de « calvaire », d’« affreux pensum » et de « travaux forcés ». Cette réflexion attendue sur Verger est donc enfin chose faite grâce au magnifique ouvrage de Jérôme Souty à propos duquel, au risque de paraître trop subjectif, on ne tarira pas d’éloge.

2D’une présentation graphique irréprochable, sur papier glacé (qui rend en revanche le livre bien lourd), enrichi d’encartés explicatifs et de 140 photographies en noir/blanc denses, lumineuses, « parlantes » et tout à fait révélatrices du caractère emphatique marquant les rencontres de Pierre Verger – des photos finement et subtilement sélectionnées par Souty et dont on imagine le choix cornélien devant les 61.000 clichés recensés ! –, l’ouvrage se compose de dix chapitres parfaitement enchâssés, déployant avec talent, pièce après pièce (comme le déboîtement progressif d’une poupée russe), une sorte de « roman anthropologique » passionnant servi par une écriture de qualité et une narration palpitante menant jusqu’au cœur du sujet : la connaissance initiatique de Verger. Il laisse en sus, aux lecteurs, une précieuse et fort complète icono-bibliographie de et sur l’œuvre de Verger.

3Structurellement, les trois premiers chapitres décrivent le rapport quasi ontologique que Verger entretint d’abord avec la photographie jusqu’à la moitié de sa vie ; le chapitre IV analyse le difficile passage qu’il dut accomplir de l’image à l’écriture, de l’œil à la main, autrement dit de l’ethno-photographie (qu’il pratiqua selon sa philosophie « du regard détaché ») à l’anthropologie (qu’il exerça au pouls d’une connaissance initiée) et, partant, à l’ethno-monographie ; un passage que lui révéla Alfred Métraux et que Théodore Monod le força d’assumer par l’écriture (lui refusant un compte rendu d’enquête sur les cultes du Dahomey présenté tel un document uniquement photographique) via la médiation de Roger Bastide, mais un passage qui, s’il se révéla brillant, fut effectivement laborieux et où il n’abdiqua finalement jamais son « œil » acéré de photographe « à l’ancienne », visant une restitution des plus fidèles et sans artifices. En est résulté une sorte « d’écriture imagétique » (une formule employée par Souty lors d’un colloque à Rio de Janeiro en juin 2009) qui est toujours restée au service « apologétique » des cultures orales dans lesquelles il s’immergea une cinquantaine d’années en tant qu’humble messager-témoin et « passeur culturel » entre les deux mondes africain et brésilien où il ne cessa d’évoluer. Faut-il préciser que Verger fut un adepte irréductiblement convaincu des atouts de l’oralité pour lui beaucoup plus apte à rendre compte d’une mémoire et d’une identité collective que ne pouvait rapporter l’écrit ? Dans la balance, on mettra le fait que Verger était un véritable perfectionniste compulsif sur la véracité des sources quelles qu’elles soient, et non sans débords parfois nostalgiques comme Souty nous en livre le traitement dans son chapitre V significativement intitulé : « De la fidélité africaine à l’’invention de la tradition’« . Les chapitres restant, quant à eux, sont entièrement consacrés aux rites comme à la problématique générale de l’initiation dont les différentes expériences de « prise d’identité » ont profondément marqué Verger jusqu’à jouer un rôle majeur dans son existence (il fut initié tant au candomblé à Bahia qu’à la divination Ifá en pays yoruba ainsi qu’à différentes sociétés secrètes). Ces chapitres denses et remarquables abordent toutes les questions de fond liées à l’initiation d’un ethnologue comme à sa connaissance initiatique et, de fait, à la question de « la loi du secret » (avec son capital de prestige, de pouvoir et de distinction) et donc à la part de silence que cette loi exige – non sans par ailleurs remarquer qu’elle participa à « freiner » une bonne part du savoir que Verger, fort discret sur ce sujet, a toujours gardée en lui.

4Les raisons de l’enthousiasme pour cette monographie modèle de Souty (un hymne à la bonne anthropologie) se révèlent ainsi multiples mais ressortent principalement de trois remarques :

5Premièrement, grâce à l’abnégation et à l’énergie de cet auteur qui ne bénéficia ni de financement ni d’aucune aide institutionnelle pour mener cette énorme entreprise à terme, nous avons enfin entre les mains une sorte d’ethno-biographie scientifique et savante quasi exhaustive de ce personnage éclectique que fut Pierre Verger et, qui plus est, par son meilleur connaisseur actuel. On « sent » combien Souty a été proche du célèbre ethno-photographe qu’il a rencontré plusieurs fois tant à Paris qu’à Bahia, avec lequel il a correspondu lors des deux dernières années de sa vie, dont il a pu examiner l’entier de sa production scientifique, littéraire et artistique, dépouiller ses archives contenant des sources largement inédites, consulter l’ensemble de sa bibliothèque personnelle et rencontrer bien des acteurs (membres du candomblé, collègues, amis) qui l’avaient accompagné et connu. On sent également que l’auteur est aussi proche de ce terrain brésilien (où l’errance de Verger, après son périple mondial et ses pérégrinations africaines, a fini par trouver souche), terrain qu’il ne cesse d’arpenter depuis 1994 et dont il a acquis une connaissance documentaire approfondie. Il en ressort une sorte de portrait ethnographique de l’ethnographe que fut Verger lui-même, un portrait forcément teinté d’une admiration réelle qui ne cède pourtant en rien à tout ce qui pourraient rendre suspicieux une telle démarche au vu des liens de proximité entretenus. En tous points, l’étude de Souty reste parfaitement critique et lucide, loin d’une approche biaisée et partisane. Son grand mérite est bien d’avoir su trouver ce délicat équilibre entre l’objectivité scientifique et la subjectivité de la personnalité unique, presque mythique, de Verger, comme d’avoir su nous révéler les facettes de cette « œuvre-vie » non seulement d’une façon captivante mais doublée d’une intense réflexion anthropologique à même l’analyse de la volumineuse production d’un homme qui a toujours voulu et su se fondre dans le paysage social et humain du terrain étudié ; un terrain dans lequel il s’est inscrit sur du très long terme et où, à contre-pied de l’ethnocentrisme occidental, il adopta toujours le profil de l’élève, jamais du maître.

6Deuxièmement, dans cette trace, Souty n’a ainsi pas manqué de nous livrer ou de remettre en valeur des réflexions et des ouvertures beaucoup plus larges à partir de l’approche ethnographique même soulevée par l’anti-méthode d’un Verger constamment à rebrousse-poil des « universaux » conventionnels de la discipline. Au fil des pages et au gré des thèmes, l’auteur ne perd en effet aucune occasion de reprendre à nouveaux frais des registres anthropologiques débattus en réinvestissant et en reconsidérant, en profondeur, de façon prospective, tous les aspects essentiels de cette « science de l’autre » : l’approche renouvelante (et si peu abordée) d’une anthropologie de la photographie et du matériau icono-photographique comme outil descriptif, documentaliste et de recherche (« une sorte de carnet de note visuelle », p. 125) ; le rapport à l’altérité, la posture de l’ethnographe, la juste distanciation, le détachement et la rencontre de soi dans la démarche anthropologique ; les conditions, aléas et pièges de la production d’un savoir ; le bénéfice d’un éloge de la lenteur (initié par Verger) que réclame toute pratique de terrain ; la culture comme construction permanente et mise en scène ; le phénomène récurrent des multiples appartenances versus une réévaluation du syncrétisme ; la question disputée de l’authenticité de l’expérience de la possession et de la transe ; les avantages comme les limitations d’une anthropologie initiatique et d’une anthropologie du secret mentionnées supra, etc. C’est presque une petite encyclopédie des concepts, des termes, des thèmes, des valeurs, des méthodes et des enjeux tant de l’ethnographie que de l’anthropologie que nous livre de cette manière Souty au fil de ses analyses, et d’une façon souvent novatrice propre à exhausser comme à renouveler les approches non seulement épistémologiques et heuristiques de ces disciplines mais celles de l’exigence éthique et déontologique que réclament ces disciplines.

7Troisièmement, nous devons à Souty le tour de force d’avoir réussi à croiser le cheminement de Verger avec ses meilleurs compagnons chercheurs travaillant sur des terrains identiques ou connexes des cultes d’ascendances africaines, des collègues amis que furent principalement Bastide et Métraux (bien qu’il n’oublie pas Lydia Cabrera). La mise en scène de ces deux grands anthropologues avec Verger est une démarche tout à fait originale. Menée notamment sur la base du corpus de leur correspondance réciproque, elle est d’autant plus instructive qu’elle révèle davantage encore l’œuvre et les facettes de Verger (comme de Bastide et de Métraux !) en les replaçant dans un triptyque relationnel parfois contrarié, mais elle nous donne aussi l’occasion de sentir toute cette époque des années trente/soixante où l’ethnographie africaine et afro-américaine nous léguait ses meilleures lettres de noblesses. Pour qui s’est penché tant soit peu sur Bastide et Métraux, le travail de Souty s’apparente effectivement ici, de par la précision des sources éprouvées dont on peut mesurer la sûreté académique, à un pari fort réussi. Il a permis d’éclairer, d’étayer et de vérifier du coup, par principe de comparaison méthodique et en faisant intervenir ces grandes figures ethnographiques et littéraires citées (compris les démêlés de Verger avec un Melville Herskovits et un Jorge Amado), la fameuse question des filiations et des persistances culturelles et religieuses entre le Golfe du Bénin et le Nordeste brésilien, soit celle de savoir si l’on a bien affaire, au Brésil, à « ces morceaux d’Afrique » « en miniature », « mis en conserve » et « transportés d’un côté de l’Océan à l’autre », comme le déclarait Bastide à propos du candomblé bahianais, plutôt qu’à de vulgaires processus d’acculturation et de syncrétisme… Non sans nous démontrer le résultat paradoxal de l’amplitude maximale du « sursavoir » de Verger envers son sujet : il fut tel qu’il tendra inexorablement à évoluer vers une entreprise de « réafricanisation » dans laquelle l’ethnologue Verger, ironie de l’affaire, mué en gardien de la tradition, deviendra finalement l’informateur et le référent culturel de ceux qu’il avait étudiés et qui l’avaient informé ! (chap. V).

8Incontestablement, Souty est le premier chercheur qui sera non seulement parvenu à renouveler notre approche de l’anthropologue disparu de façon totalement convaincante, mais qui aura réussi à nous le faire connaître dans sa personnalité plurielle, fertile, complexe et à tout dire inclassable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chanson, « SOUTY, Jérôme, 2007, Pierre Fatumbi Verger. Du regard détaché à la connaissance initiatique », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 426-429.

Référence électronique

Philippe Chanson, « SOUTY, Jérôme, 2007, Pierre Fatumbi Verger. Du regard détaché à la connaissance initiatique », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3146

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org