Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Prunier, Gérard, 2009, From Genocide to Continental War. The ’Congolese’ Conflict and the Crisis of Contemporary Africa

London, Hurst, 529p.
Henri Médard
p. 425-426
Référence(s) :

Prunier, Gérard, 2009, From Genocide to Continental War. The ’Congolese’ Conflict and the Crisis of Contemporary Africa, London, Hurst, 529p.

Texte intégral

1Gérard Prunier nous offre ici un ouvrage d’histoire immédiate, fruit d’un travail colossal de plus d’une décennie. Ce livre s’inscrit ouvertement dans la suite de son livre de 1995 : Rwanda Crisis (1959-1994): History of a Genocide, London, Hurst, 389p. Il profite d’ailleurs du premier chapitre pour faire une mise à jour de l’évolution de sa pensée sur ce dernier, notamment une approche aujourd’hui plus critique du régime Kagame.

2L’ouvrage est divisé en deux parties distinctes, l’une chronologique (p.1-328), l’autre analytique, intitulée « Groping for meaning: the Congolese conflict and the Crisis of Contemporary Africa » (p.329-364), (en français : ’La quête d’un sens : le conflit congolais et la crise de l’Afrique contemporaine’).

3Beaucoup de non historiens préfèrent sauter l’étape de la construction des événements et de la chronologie. Ils ont tord ! C’est un préalable pour les futures recherches, les fondations ne sont pas la partie noble d’un bâtiment mais sans elles, les plus brillantes constructions s’effondrent ! Dans la première partie, on voit clairement que Prunier est un historien dans son souci minutieux, pointilleux même, d’établir des faits, des acteurs, des lieux et des dates. Ce faisant, il établit les dynamiques et les engrenages de la guerre puis de la paix. Cette partie va au delà d’un récit de la guerre du Congo, c’est une véritable histoire de la bande centrale de l’Afrique, de l’Atlantique à l’Océan Indien, sinon au XXe siècle au moins durant les 50 dernières années. L’auteur excelle à résumer les logiques politiques et les trajectoires de l’histoire des nombreux pays voisins du Congo en une ou deux pages, moins parfois. Pour qui veut une mise à jour rapide, ce livre est très pratique.

4Mais cette approche événementielle est également quelque chose de plus personnel. Confronté directement à l’horreur et à la souffrance à grande échelle, c’est une façon de témoigner d’un drame et d’écrire à la mémoire des victimes. Il s’agit aussi d’être prudent et méticuleux de ne pas accuser l’innocent et surtout d’exécuter une mise à plat pour couper l’herbe sous les pieds à la propagande des belligérants et aux multiples rumeurs qui fourmillent dans un contexte de guerre et d’absence de liberté de l’information.

5La partie analytique aborde de nombreux points, de l’action de la communauté internationale (ou plus souvent de son absence d’action) au type de guerre pratiqué en Afrique. C’est ce dernier point qui est particulièrement éclairant. Dans la première partie de l’ouvrage se succèdent des massacres en série. Prunier contribue à expliquer la violence envers les civils. Particulièrement éclairante est son idée de « guerre à temps partiel » en opposition à la « guerre totale ». En raison des contraintes financières de la guerre, celle-ci doit être privatisée par les combattants (p.336). « Ici la prédation économique, les trafics en tout genre et le pillage à la fois au niveau individuel comme collectif deviennent un élément essentiel du conflit parce qu’ils sont essentiels à son financement. […] Parce que les civils sont ceux sur qui les militaires prélèvent leurs moyens de survie, la violence armée est plus souvent dirigée contre les civils (même ceux de son propre camp) que contre l’armée ennemie » (p.337).

6Les lecteurs de Prunier reconnaitront son style inimitable. Il réveille le lecteur en utilisant, à dessein, des termes qui font craindre le dérapage colonial de sa pensée « of course tribal raw material existed independetly from the politicians (évidemment que le matériau tribal brut existait indépendamment des politiciens) » (p.170). Dans les lignes suivantes, il montre sa compréhension très fine des logiques ethniques contemporaines à des années lumières de la vulgate coloniale. C’est le cas de la créativité des Congolais dans l’invention d’identités ethniques, qui ne sont pas la cause des conflits mais qui en sont seulement « les outils, conséquence d’une situation politique, économique et sociale profondément pourrie » (p.170-171). C’est une pédagogie un peu perverse mais efficace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Médard, « Prunier, Gérard, 2009, From Genocide to Continental War. The ’Congolese’ Conflict and the Crisis of Contemporary Africa », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 425-426.

Référence électronique

Henri Médard, « Prunier, Gérard, 2009, From Genocide to Continental War. The ’Congolese’ Conflict and the Crisis of Contemporary Africa », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3144

Haut de page

Auteur

Henri Médard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org