Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

OULD Mohamed Naffé Baouba, LANFRANCHI Raymond et SCHLANGER Nathan (dir.), 2008, L’archéologie préventive en Afrique. Enjeux et perspectives

Actes du colloque de Nouakchott 1er-3 Février 2007, Ed. Sépia, Saint-Maur-des-Fossés, 251 p.
Alain Marliac
p. 421-425
Référence(s) :

OULD Mohamed Naffé Baouba, LANFRANCHI Raymond et SCHLANGER Nathan (dir.), 2008, L’archéologie préventive en Afrique. Enjeux et perspectives, Actes du colloque de Nouakchott 1er-3 Février 2007, Ed. Sépia, Saint-Maur-des-Fossés, 251 p.

Texte intégral

1La première impression à la lecture attentive de cet ouvrage, premier du genre à ma connaissance sur l’Afrique c’est la démesure entre les compétences, les efforts, les projets, les études et résultats qu’archéologues africains et étrangers arrivent malgré tout à déployer, maintenir et publier ; et la maigreur des moyens, l’immensité des territoires, la multitude de peuples, le nombre et la présence des ’développeurs’ déjà installés, douloureusement dominants et destructeurs. Archéologue africaniste de terrain, je comprends très bien le désarroi de ces chercheurs engagés dans un ’combat douteux’ sinon ’schizophrénique’ (Vernet, p. 53) ! Certes l’archéologie progresse en Afrique mais si lentement face aux déversements modernes de techniques, usines, idées, croyances, savoirs et propagandes que l’angoisse nous saisit souvent.

  • 1 Certaines cartes sont très insuffisantes, quasi illisibles !
  • 2 Cf. G. Quéchon (ORSTOM) cité par Jean Polet p. 39. Cf. Segobye p. 168.
  • 3 Bien que les travaux au Niger, Tchad, Cameroun et Congo de cet Institut Public soient déjà connus, (...)
  • 4 Institut de Recherches pour le Développement (Ex-ORSTOM), Marseille, France.
  • 5 Dont la prospection soulève nombre de problèmes déontologiques passés sous silence par le Pr. de Ma (...)

2Le titre de cette élégante publication illustrée1, accentue ce sentiment. Peut-on effet, pour des pays où il y a si peu de recherches archéologiques modernes bien financées2, d’archéologues nationaux et d’archéologues étrangers3 (cf. la quasi disparition de l’archéologie africaniste à l’IRD4) parler d’archéologie préventive (au sens strict d’étudier avant d’entreprendre afin de prévenir la destruction, cf. Ndanga p. 154) ? En Afrique – mis à part la prospection du tracé de l’oléoduc pétrolier Tchad-Cameroun5 – cela relève presque de la fiction ou de l’appropriation du terme pour des opérations archéologiques mieux appelées de sauvetage (Schlanger p. 33, Dola Aguigah p. 127).

  • 6 Cf. l’indifférence de la Station ISH (MESRES) de Garoua aux destructions saisonnières de buttes ant (...)
  • 7 Marliac A. & Brabant, P., 2007, Y a-t-il des outils du paléolithique ancien et des restes hominidés (...)
  • 8 Villages fali abandonnés depuis des dizaines d’années sur les sommets du Tinguelin (Garoua).
  • 9 Cet ouvrage concernant de plus majoritairement la Mauritanie, le mot Afrique me paraît alors tiré à (...)

3Comment « prévoir / se prémunir » sans connaissances, i.e. prospections (informations, quadrillages pédestres, observations satellitaires, photos aériennes, photos radar, enquêtes topo-linguistiques et environnementales, enquêtes sur les grands travaux…Cf. Vernet), sans chercheurs, sans crédits, sans administration responsable, décideur et interlocuteur essentiel de l’archéologue ?6 Combien ai-je vu de buttes anthropiques rasées en deux jours sous mes yeux ! Combien ai-je vu de statuettes Sao sur les marchés de Ndjamena ou Maroua ? Comment n’aurais-je pas vu l’extension immobilière désordonnée mais rapide de la ville de Maroua sans aucune prospection préalable ? A quoi bon signaler des zones que je reconnais comme possiblement fructueuses pour le paléolithique ancien (Marliac & Brabant 20077) ou l’historique8, où il faudrait prospecter / prévenir avant tous les travaux et pillages qui vont se multiplier (routes, transports, usines, oléoducs..) sauf dans l’espoir que mes collègues camerounais trouveront les moyens pour y consacrer quelque temps (Pr. B.Nizesete, R. Oslisly de l’IRD) ?9

4Je reste réticent face à cette globalisation / confusion automatique sous le terme géographique ’Afrique’. En l’occurrence, cette publication ne traite que très partiellement de l’Afrique, majoritairement Occidentale, Centrale (sauf le Tchad et le Cameroun, manque grave ; mais cf. note 4) et quelque peu, australe. Cette façon de faire regroupe indûment des situations, milieux, climats, périodes, peuples très différents, (une régionalisation en grands secteurs – au choix – me paraîtrait plus pertinente).

  • 10 Comme la science archéologique elle-même, ce qu’oublie, par ex., Segobye (p.174) ou que dénigre ana (...)
  • 11 D’expérience je ne connais que l’opposition des villageois aux fouilles de leurs cimetières ou lieu (...)
  • 12 Notion fabriquée dite ‘démocratique’ importée de la gauche européenne moderne dans le même réflexe (...)

5Quelques points importants ressortent de la quasi totalité des communications concernant des pays différents : (1) l’existence de législations héritées de la période coloniale10, améliorées mais le plus souvent sans effet par manque de volonté politique. (2) l’indifférence (je conteste Bonchié-Ansah p. 110) et le pillage par les locaux et les touristes. (3) la maigreur des personnels nécessaires facilement corruptibles (B-Ansah p. 112). (4) la critique persistante – et que je considère dépassée – d’une ancienne vision dite ’occidentale’ (colonialiste) de l’histoire et en particulier de l’histoire de l’Afrique (cf. par ex. Segobye) face à laquelle se dresse et se serait dressée une ’vision traditionnelle africaine’11 que le ’moderne’ Demoule – entraîné peut-être par l’expresssion decolonize archaeology (p. 173) –, voudrait déjà rassembler sous une ’mobilisation citoyenne’(p. 16)12.

  • 13 Marliac, A., 2004, Is archaeology developmental?, Internat. Jour. of Hist. Archaeol. 8, 1 : 67-80.

6Je définirai autrement cette position critique qui s’apparente à la dénomination d’un ’bouc émissaire’ perpétuel, toujours utile, mais qui n’explique surtout rien de l’histoire des idées-sociétés-milieux (Marliac 200413) et suscite de vigoureux retours de bâton sur la vulgate propagandiste…

  • 14 Les peuples du monde entier se sont entreconquis durant toute l’histoire à petite ou grande échelle (...)
  • 15 Marliac, A., sous-presse, Des opinions en forme de savoirs et réciproquement. Aster (revue de l’INR (...)

7Les européens arrivèrent massivement en Afrique (XVIIIe et XIXe) comme n’importe quel autre conquérant (Arabes au VIIIe siècle, Turcs plus tard) mais, de plus armés (outre les fusils) de ce qu’eux-mêmes appelaient La Science, mode de vision du monde différent de tous les autres. Les porteurs de savoirs ’autres’ (’indigènes’) furent alors refoulés entre XVIIIe et XIXe dans le prémoderne, incompréhensibles, inclassables, intraduisibles bref à rejeter en bloc même si certains s’acharnèrent à les décrire et les comprendre (l’anthropologie culturelle classique) ou s’en inspirer. Les sciences modernes inventées en Occident donnèrent aux Européens les moyens techniques permettant l’asservissement, d’abord de leurs propres peuples (XVIIIe-XIXe siècle) puis celui des autres pays14, incapables de rivaliser victorieusement sauf à copier (Japon de l’ère Meiji). Il fut aisé à beaucoup de passer à une vision raciste de leur domination quasi absolue tout en formant les premières élites de ces peuples colonisés. L’archéologie fille de ces sciences (Laming-Emperaire 1963) conduisit ses adeptes à agir avec la même théorie, des méthodes et postulats scientifiques, modernes indifférents partiellement aux théories et demandes éventuellement manifestés par les locaux. La Science n’est pas discutable ni ses produits : la Nature ni la Culture et les peuples/opinions n’ont qu’à reculer devant elle (Marliac sous-presse15).

  • 16 Hodder, I. (ed), 2001, Introduction. In Archaeological Theory Today, Cambridge, Polity Press: 1-13. (...)
  • 17 Marliac, A., 1995, Connaissances et savoirs pour l’histoire : réflexions sur le cas du Nord-Camerou (...)

8Les modes d’exercice et visions du monde des archéologues anglophones et francophones qui se partageaient de fait le continent, différaient et diffèrent toujours nettement, dans une ignorance réciproque et voulue (voir les bibliographies de cet ouvrage), sans que l’un d’entre eux se soit essayé à analyser cette différence qui repose sur des visions du monde qui, quoique différemment, restent désespérément modernes (Hodder 200116). Il suffit de lire les écrits du Theoretical Archaeological Group (TAG) ou de Binford pour se convaincre qu’il en est encore de même du côté anglo-saxon. Je n’entrerai pas ici dans une critique conduite ailleurs (ex. Marliac 199517, sous-presse).

9Les francophones font en général figures d’exception dans de rares dialogues, les anglophones (et leurs acculturés/inculturés) qui en général ignorent ce qui se publie dans d’autres langues (cf. Segobye p. 168 sur le thème finding the public)se sont adroitement spécialisés dans les périodes coextensives à l’histoire leur permettant d’exposer leurs interprétations modernes (parfois encore patamarxistes, oui) comme en Afrique de l’Est et du Sud (Pr. M. Hall) et parfois même en Afrique de l’Ouest (Pr. A. Holl).

  • 18 Bintliff, 1991, Postmodernism, rhetoric and scholasticism at TAG: the current state of British arch (...)

10Elles ne dureront que ce que durera leur intérêt dans les luttes politiques internes ou mondiales qui y trouvent un argumentaire car, à vrai dire, le marxisme n’a aucune utilité en archéologie préhistorique ou historique (Bintliff 199118), sauf au plan des interprétations de grands schémas largement hypothétiques. Mais une interprétation n’a jamais été une explication.

  • 19 Le préfacier, pp. 26-27, après avoir parlé de la contribution de l’archéologie à la constitution d’ (...)
  • 20 Cleere, H., 2000, The World heritage convention in the Third World In Mc Manamon F.P.& Harton Alf ( (...)
  • 21 ...while natural environment conservation has been accepted as an international issue, culture can (...)
  • 22 Le développement ne saurait se limiter au développement socio-économique (Aguigah p. 130).

11Ceci dit, la deuxième impression est celle de la difficulté de l’insertion, demandée par quasi tous les communicants, des résultats de l’archéologie dans les opérations de développement partout présentes et menaçantes19 et l’échec, malgré les déclarations, de cette insertion. Double insertion dirions-nous, (i) la plus visiblement pénible étant celle qui concerne tous ces vastes projets routiers, électrifications, barrages, etc., encore qu’ils ’entendent’ de mieux en mieux les exigences patrimoniales, (ii) la plus discrète concernant les peuples eux-mêmes qui ont du passé des conceptions tout à fait différentes de celles qui soutiennent l’édifice intellectuel moderne ; encore qu’ils les adoptent parfois complètement (modes d’écriture des articles rédigés par les étudiants anglophones y compris japonais). Cleere202000) – sans donner de solution – illustre bien ce problème du monde moderne21. Devenus des social scientists modernes et postmodernes dans leurs modes de pensée (le culturel s’oppose ontologiquement au naturel (l’environnement) et devient peu à peu un domaine en-soi dans « les sciences humaines »), ils se trouvent confrontés en même temps à l’ignorance volontaire des pouvoirs pour des raisons mercantiles et politiques mêlées, au rejet par une partie des sciences ’exactes’22 et donc à la dissolution de leur propre thème d’étude les cultures anciennes… sans parler de l’incompréhension des autochtones concernés.

12Qu’il s’agisse de prendre en compte les témoins du passé fussent-ils proches et visibles (cf. les pavements de tessons Fig. XVII) en les identifiant et protégeant (archéologie préventive), ou de prendre en compte ce que les populations et peuples concernés pensent et font des témoins du passé et de nos études (archéoanthropologie), les archéologues africains plus directement que les européens, bien lessivés par deux siècles d’enseignement, doivent affronter le tout, en coopération avec nous que ces problèmes concernent dès qu’on parle d’identité. Si le passé de l’Afrique dort dans son sous-sol a dit en 1988 le médiéviste Devisse, il faut corriger en soulignant que ce n’est qu’une partie du passé qui dort, même s’il faut quand même l’exhumer, la protéger et l’étudier pour éclairer quelque peu le dit Passé.

13Pour conclure, sachant bien les difficultés qui les assaillent de toutes parts et que nous venons d’évoquer, nous féliciterons nos collègues présents à ce Colloque de Nouakchott en 2007 sans oublier les quelques collègues venus d’Afrique de l’Est et du Sud, d’avoir mis le problème de la protection et valorisation du patrimoine archéologique en Afrique sur la scène publique.

Haut de page

Notes

1 Certaines cartes sont très insuffisantes, quasi illisibles !

2 Cf. G. Quéchon (ORSTOM) cité par Jean Polet p. 39. Cf. Segobye p. 168.

3 Bien que les travaux au Niger, Tchad, Cameroun et Congo de cet Institut Public soient déjà connus, il n’est pas cité dans l’ouvrage (Cf. Nao p. 100) ce qui constitue une faute plus ou moins volontaire des éditeurs, organisateurs de ce Colloque financé par le Ministère Français de la Coopération représenté pourtant au C.A. et aux C.S. de l’IRD de l’époque (alors ORSTOM).

4 Institut de Recherches pour le Développement (Ex-ORSTOM), Marseille, France.

5 Dont la prospection soulève nombre de problèmes déontologiques passés sous silence par le Pr. de Maret dans cet ouvrage p. 142. Cf. J.-F. Channon in Le Messager N° du 2.XI.09 à Douala.

6 Cf. l’indifférence de la Station ISH (MESRES) de Garoua aux destructions saisonnières de buttes anthropiques dans le Parc National de Waza. Cf. la disparition de la dite Station avec toutes les collections archéologiques et instruments qui y étaient abrités.

7 Marliac A. & Brabant, P., 2007, Y a-t-il des outils du paléolithique ancien et des restes hominidés au Nord du Cameroun ?, Bulletin Méga-Tchad 2006 : 67-70.

8 Villages fali abandonnés depuis des dizaines d’années sur les sommets du Tinguelin (Garoua).

9 Cet ouvrage concernant de plus majoritairement la Mauritanie, le mot Afrique me paraît alors tiré à l’extrême (Cf. la carte p. 14, Schlanger ce volume p. 31).

10 Comme la science archéologique elle-même, ce qu’oublie, par ex., Segobye (p.174) ou que dénigre anachroniquement Schlanger (p. 33) en aplatissant l’histoire, dont l’histoire des idées.

11 D’expérience je ne connais que l’opposition des villageois aux fouilles de leurs cimetières ou lieux sacrés, opposition parfaitement respectée par les archéologues à mon époque.

12 Notion fabriquée dite ‘démocratique’ importée de la gauche européenne moderne dans le même réflexe instituteur que ses grands prophètes modernes eux aussi (Ferry, Jaurès..) : il faut apprendre aux Africains, comme on l’a appris aux Français, ce qu’ils doivent penser et faire…(cf. Latour, B., [1996] 2009, Sur le culte moderne des dieux faitiches. Paris, La Découverte.)

13 Marliac, A., 2004, Is archaeology developmental?, Internat. Jour. of Hist. Archaeol. 8, 1 : 67-80.

14 Les peuples du monde entier se sont entreconquis durant toute l’histoire à petite ou grande échelle : entrée des Doriens en Grèce, des Mèdes en Perse, massacre et éviction des Celtes par les Angles, Saxons et Romains, asservissement des Egyptiens (coptes actuels) par les Arabes, prise de pouvoir des Peuls islamisés sur les ‘paléonégritiques’ au Nord du Cameroun. La liste est très longue, diversifiée et assez sanglante.

15 Marliac, A., sous-presse, Des opinions en forme de savoirs et réciproquement. Aster (revue de l’INRP Institut National de la Recherche Pédagogique, Lyon. France).

16 Hodder, I. (ed), 2001, Introduction. In Archaeological Theory Today, Cambridge, Polity Press: 1-13. Laming-Emperaire, A., 1963, L’archéologie préhistorique, Paris, Seuil.

17 Marliac, A., 1995, Connaissances et savoirs pour l’histoire : réflexions sur le cas du Nord-Cameroun Africa L (Roma), 3: 325-341.

18 Bintliff, 1991, Postmodernism, rhetoric and scholasticism at TAG: the current state of British archaeology theory, Antiquity, 65: 274-278.

19 Le préfacier, pp. 26-27, après avoir parlé de la contribution de l’archéologie à la constitution d’une d’identité nationale’(comment ?), qu’il combat férocement en France, consent à dire : une sensibilisation des populations locales est sans doute indispensable… Cf. à l’opposé, ce qu’en dit Sogebye plus loin (pp. 169-171) bien plus près de la réalité du Sud de l’Afrique.

20 Cleere, H., 2000, The World heritage convention in the Third World In Mc Manamon F.P.& Harton Alf (eds), Cultural Resource Management In Contemporary Societies, Londres, Routledge.

21 ...while natural environment conservation has been accepted as an international issue, culture can at best be a national issue… if that!

22 Le développement ne saurait se limiter au développement socio-économique (Aguigah p. 130).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marliac, « OULD Mohamed Naffé Baouba, LANFRANCHI Raymond et SCHLANGER Nathan (dir.), 2008, L’archéologie préventive en Afrique. Enjeux et perspectives », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 421-425.

Référence électronique

Alain Marliac, « OULD Mohamed Naffé Baouba, LANFRANCHI Raymond et SCHLANGER Nathan (dir.), 2008, L’archéologie préventive en Afrique. Enjeux et perspectives », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3139

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org