Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre, 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique

Louvain-la-Neuve, Bruylant Academia, 365 p.
Catherine Baroin
p. 420-421
Référence(s) :

OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre, 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-Neuve, Bruylant Academia, 365 p.

Texte intégral

1Voici une sorte de Discours de la Méthode de la socio-anthropologie, emprunt d’érudition et de bon sens. Comme le souligne l’auteur dès la première page, tout texte de sociologie ou d’anthropologie se situe de facto dans le registre de l’approximation, de la plausibilité. Mais il n’échappe pas pour autant à une exigence de rigueur, dans la mesure où il est le fruit d’un travail de recherche à prétention scientifique. Cette rigueur doit s’exercer d’abord dans le recueil des données de terrain, puis dans leur élaboration et leur interprétation comme dans la formulation d’éventuelles théories. Une remarque atttribuée par Conan-Doyle au personnage de Sherlock Holmes, citée en exergue de l’ouvrage, souligne bien la nécessaire primauté de ce travail empirique : « It’s a capital mistake to theorize before one has data. Insensibly one begins to twist facts to suit theories, instead of theories to suit facts ».

2L’ouvrage décline donc les multiples facettes de cette exigence de rigueur, pour toutes les étapes du travail socio-anthropologique. Il énonce les précautions à prendre et les pièges à éviter à chaque stade, depuis la collecte des données, leur élaboration, jusqu’à la production d’un texte final. A cet égard il met notamment le lecteur en garde contre les dangers de la sur-interprétation des données, dont il donne quelques illustres exemples.

3Le riche contenu de ce livre fourmille de remarques judicieuses auxquelles l’anthropologue chevronné ne peut que souscrire, surtout s’il a comme Olivier de Sardan le souci permanent de coller à la réalité des faits. Le lecteur peut s’étonner toutefois d’un appareil de notes extrêmement dense, y compris pour la moindre réflexion que l’on pourrait considérer comme allant de soi. Ces notes renvoient pour beaucoup à des travaux anglo-saxons, tandis que côté français, les multiples références aux écrits de Jean-Claude Passeron témoignent de son influence sur la pensée de l’auteur. Assorti de sa copieuse bibliographie (29 pages) qui peut permettre à chacun d’élargir ses connaissances dans le domaine des discussions de méthode, ce livre constitue une lecture très utile, voire indispensable, à tout chercheur qui se propose d’aborder pour la première fois une recherche de terrain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Baroin, « OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre, 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 420-421.

Référence électronique

Catherine Baroin, « OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre, 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3137

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org