Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

MICHEL Marc, 2009, Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accommodements en Afrique Noire 1830-1930

Paris, Perrin, 420 p.
Philippe Laburthe-Tolra
p. 416-417
Référence(s) :

MICHEL Marc, 2009, Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accommodements en Afrique Noire 1830-1930, Paris, Perrin, 420 p.

Texte intégral

1L’adjectif du titre a été suggéré par l’éditeur. Marc Michel souhaitait que son sous-titre fût le véritable titre. Professeur à l’Université d’Aix-en-Provence, il a entrepris d’examiner, avec le recul du temps, mais aussi avec toute la précision scientifique possible, la brève histoire, en un siècle, pour les acteurs et les colonisés, de la vaste et contestable aventure coloniale.

2L’auteur reprend, peut-être sans le savoir, la psychologie de Mannoni et l’individualisme méthodologique de Boudon. Il montre en effet que chacun des deux partis en présence croit, même quand il se trompe, agir rationnellement au mieux de ses possibilités, de ses valeurs et de ses intérêts.

3L’ouvrage se divise plus en domaines d’activités qu’en étapes chronologiques, même si le point de départ en est l’abolition de la traite occidentale esclavagiste à partir des années 1830 ; d’où l’apparition de proto-bourgeoisies côtières souvent métissées, de colons et de marchands tous aventuriers et découvreurs de terres, où s’affrontent la Bible et le fétiche, la palabre traditionnelle et celle des nouveaux « commandants », l’inégalité des armes et des techniques, puis l’acceptation de l’inévitable et l’engagement dans les Guerres mondiales, au lendemain desquelles le désenchantement annonce la dissolution des empires coloniaux, dès le feu d’artifices (reconstruction en carton pâte du Temple d’Angkor Vat, village africain importé, méharées sahariennes dans le bois de Vincennes, etc) final que fut à Paris l’exposition coloniale de 1931.

4Certes, l’évocation n’est pas exhaustive, et par exemple l’étude des aspects financiers de l’aventure eût exigé d’énormes (et difficiles) travaux d’archives ou de statistiques, même si les chiffres ne sont jamais absents. Si l’ouvrage tient certes compte des colonisations britanniques, allemandes, espagnoles, portugaises, hollandaises, italiennes, etc., il est pour des raisons évidentes centré sur l’Afrique francophone.

  • 1 Henri Brunschwicg, 1957, L’expansion allemande outremer du XVème siècle à nos jours, Paris, A. Coli (...)

5Même là, il me paraît dommage que l’auteur n’ait pas cherché par exemple à mieux expliquer l’attachement de certains Africains aux Allemands : on trouve aux archives d’Aix-en-Provence une pétition à la SDN des chefs togolais réclamant le retour de leurs ex-colonisateurs et le départ des Français. Requête fondée. Dès 1892, dans la Revue Coloniale Allemande, Zintgraf, l’explorateur amoureux des Bali, avait inventé la formule “l’Afrique aux Africains”, puisqu’eux seuls sont adaptés au climat et aux endémies indigènes (il ajoutait : “Les Africains pour nous”). Les responsables politiques ont donc tenté, dans le cadre fédéral de l’Empire allemand, de donner la plus grande autonomie possible aux cadres locaux. Ainsi se fonde “l’ère Dernburg”, avec le rappel en 1906 de gouverneurs brutaux comme Puttkamer, et l’objectif allemand de “colonisation rationnelle” étudié par Brunschwig1. En 1920, l’administration française reconnaît explicitement qu’il lui est impossible de rendre au chef supérieur Charles Atangana les responsabilités et la pleine autorité que les Allemands avaient pu, dès 1912, concéder à ce brillant jeune homme de 30 ans.

  • 2 Pierre Darmon, 2009, Un siècle de passions algériennes. Une histoire de l'Algérie coloniale. 1830-1 (...)

6L’ouvrage ne se veut certes pas Encyclopédie, et chaque région eût mérité peut-être les 936 pages que P. Darmon vient de consacrer à l’Algérie de 1830 à 1940.2 Mais, tel ce dernier, Michel se montre concret, équilibré, sensible aux abus coloniaux et aux anomalies de la situation. Grâce à lui, ceux qui ignorent la diversité des colonialismes découvriront nombre de faits importants ou inattendus. Tous apprécieront les précisions que restituent les portraits d’un Stanley ou d’un Brazza, par exemple, ou l’évocation de l’Afrique oubliée d’autrefois. Ce savant ouvrage très agréablement écrit se lit donc avec intérêt tout d’une traite.

Haut de page

Notes

1 Henri Brunschwicg, 1957, L’expansion allemande outremer du XVème siècle à nos jours, Paris, A. Colin, 208 p.

2 Pierre Darmon, 2009, Un siècle de passions algériennes. Une histoire de l'Algérie coloniale. 1830-1940, Paris, Fayard, 936 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « MICHEL Marc, 2009, Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accommodements en Afrique Noire 1830-1930 », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 416-417.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « MICHEL Marc, 2009, Essai sur la colonisation positive. Affrontements et accommodements en Afrique Noire 1830-1930 », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3133

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org