Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

DIALLO, Youssouf, 2008, Nomades des espaces interstitiels ; pastoralisme, identité, migrations (Burkina Faso - Côte d’Ivoire)

Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, 321 p.
Jean Boutrais
p. 412-414
Référence(s) :

DIALLO, Youssouf, 2008, Nomades des espaces interstitiels ; pastoralisme, identité, migrations (Burkina Faso - Côte d’Ivoire). Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, 321 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une version remaniée d’une habilitation à diriger des recherches soutenue en Allemagne. L’auteur, d’origine burkinabé, est chercheur à l’Institut Max Plack de Halle. Sa thèse de doctorat, Les Fulbe du Boobola ; genèse et évolution de l’Etat de Barani (Burkina Faso), fut déjà publiée par le même éditeur en 1997. Entre-temps, Youssouf Diallo a publié plusieurs articles portant sur les Peuls du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire. De plus, il a dirigé des ouvrages collectifs, souvent en collaboration avec des collègues allemands. C’est un chercheur reconnu dans le cercle des spécialistes des Peuls.

2L’ouvrage comporte plusieurs originalités par son approche. Alors que les grandes études anthropologiques des Peuls sont souvent focalisées sur de petits groupes (même si leurs espaces de parcours sont relativement étendus), l’étude de Diallo embrasse une vaste partie de l’Afrique de l’Ouest, du nord du Burkina Faso jusqu’au nord de la Côte d’Ivoire, en impliquant de façon plus rapide le sud-est du Mali. Dans une ambition comparative affirmée dès l’avant-propos, les analyses historiques et anthropologiques concernent des situations diverses qui sont présentées comme en un va-et-vient.

3Surtout, l’étude ne porte pas spécifiquement sur les Peuls ni les pasteurs mais sur leurs inter-relations et interdépendances avec les populations voisines. Ce choix de situer l’étude à l’interface entre les Peuls et les non-Peuls est défendu avec force dans l’avant-propos. Pour l’auteur, “on ne peut comprendre les mouvements et le système économique et social des Peuls si on ne tient pas compte… des milieux et espaces sédentaires où ils se nichent, s’adaptent et se démarquent des paysans” (p. 9). Sur ce point méthodologique essentiel, l’auteur s’écarte également de façon vigoureuse des grandes études anthropologiques des Peuls. Sans doute, cet écart tient-il en partie au fait que les Peuls en savanes se trouvent davantage imbriqués qu’au Sahel avec des populations paysannes mais l’argument ne semble pas tout à fait convaincant. La posture méthodologique légitime de Diallo le conduit à effectuer des analyses sociologiques et historiques de sociétés non-peules qui sont d’une grande minutie. L’arrivée et l’installation des Peuls s’insèrent dans des procédures coutumières d’accueil des migrants mais, en même temps, ils n’acquièrent pas la même place que d’autres étrangers.

4Une troisième originalité de l’approche de Diallo tient à son intérêt pour le développement pastoral. Ce faisant, il l’aborde surtout par les politiques nationales d’élevage en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, davantage que par les positions des Peuls eux-mêmes face à la modernité, même si cette question est posée en conclusion comme leur “vrai dilemme”. Par des tableaux nuancés et bien informés des initiatives gouvernementales en matière d’élevage des années 70 à 90, l’ouvrage est susceptible d’intéresser d’autres lecteurs que des anthropologues : pastoralistes, géographes, économistes, politologues.

5Contrairement aux ouvrages en sciences humaines souvent organisés en trois parties, celui-ci déroule 9 chapitres, ce qui confère plus de souplesse au plan, même si certains chapitres pourraient être regroupés. Cette structure en chapitres relativement courts est précédée d’une longue introduction qui traite une série de thèmes sous-jacents à une anthropologie des Peuls comme le nomadisme, le pastoralisme, l’identité et les relations entre groupes. Alors que les références habituelles sur le pastoralisme sont souvent anglo-saxonnes, Diallo renvoie de préférence aux écoles allemande et autrichienne, qu’il s’agisse de l’ethnologie classique du début du XXe siècle (par exemple à propos de la théorie des pasteurs guerriers) ou de la sociologie politique récente. De même, il inscrit ses réflexions sur la domestication du bétail en Afrique dans le cadre général des travaux de l’Ecole de Vienne qu’il tient pour les plus riches et les plus complets (théories diffusionnistes à partir de centres de domestication). La question de l’identité en Afrique est abordée par la notion d’aires culturelles fondées sur les langues, telle que l’ont développée des linguistes allemands célèbres mais Diallo souligne quand même de nombreuses difficultés des découpages culturels et linguistiques. Quant à la question centrale pour l’auteur des rapports sociaux fondamentaux entre groupes, Diallo l’introduit dans le sillage de théories sociologiques allemandes des groupes et des relations sociales. Cela l’amène à proposer trois types de rapports entre les Peuls et les autres, corrélatifs à trois espaces échelonnés en Afrique de l’Ouest, tout en admettant un continuum et des oscillations dans ces rapports. L’originalité de l’armature théorique posée dans cette longue introduction de synthèse tient donc à la mobilisation de multiples références dans la sociologie allemande, une démarche qui est inhabituelle chez les africanistes francophones.

6Le premier chapitre, relativement court, traite de questions très générales relatives à l’histoire et à l’anthropologie des Peuls. Qu’il s’agisse des thèses sur leur origine historique ou des mythes d’ancêtres fondateurs, l’exposé est clair et didactique. Le deuxième chapitre est entièrement consacré aux migrations peules anciennes (de la fin du 17e à la fin du 19e siècle) au centre et à l’ouest du Burkina Faso. Contraints de contourner le bloc mossi du Yatenga, les Peuls s’installèrent en périphérie mais s’infiltrèrent facilement chez les Samo puis les Marka et les Bwa. La reconstitution fine des migrations par groupes lignagers révèle la grande érudition historique de l’auteur.

7Le chapitre suivant dresse un tableau de l’organisation sociale et des techniques d’élevage des Peuls, en s’appuyant curieusement sur des observations récentes faites en Côte d’Ivoire, ce qui introduit une rupture chronologique avec le chapitre précédent. D’autant plus que le chapitre 4 revient sur les contextes des migrations anciennes, en mettant en évidence les rapports historiques entretenus par les Peuls avec les sociétés voisines. En introduction de l’ouvrage, l’idée avait été avancée que ces rapports diffèrent selon que les voisins sont des sociétés à pouvoir étatique ou de type villageois. Cette idée est maintenant amplement étayée par les rapports anciens des Peuls avec les Mossi du Yatenga et les Bambara de Ségou d’une part, les Bobo et les Bwa d’autre part. Canalisation des migrations peules, cantonnement des pasteurs dans des espaces-tampons faiblement peuplés et mal contrôlés, exclusion de tout accès au fonctionnement de l’Etat contrastaient avec les processus d’incorporation plus facile, voire de fusion de quelques fractions pastorales chez des villageois. Cette analyse d’anthropologie historique est tout à fait convaincante, avec la nuance qu’apporte la formation du groupe des Silmimossi.

8Se succèdent ensuite quatre chapitres qui restituent les entrées puis les diverses facettes des situations vécues récemment par les Peuls en Côte d’Ivoire. Les modalités et les itinéraires des migrations récentes vers la Côte d’Ivoire sont d’abord clarifiés à l’aide d’une typologie qui distingue migrations indirectes et directes ou non-intentionnelles et intentionnelles, ce dernier critère paraissant discutable car subjectif. Les conditions sociales mises à l’installation des Peuls chez les Senufo sont clairement exposées mais le rôle de l’Etat ivoirien est tout de suite mis en avant, tellement il a été décisif dans l’attrait du pays pour les pasteurs (chapitre 5). Or, il n’en a pas été de même de la part des Senufo. Bien que société à organisation villageoise, ceux-ci n’ont pas accordé la même ouverture et accessibilité aux Peuls que les Bobo-Bwa ou les Samo du Burkina Faso. Diallo s’efforce de rendre compte de cette fermeture et exclusion par une analyse du système social et politique des Senufo (Chapitre 6). D’une part, il estime que la distinction simple entre Peuls-transhumants et sédentaires-autochtones est inopérante. De l’autre, il conteste la thèse selon laquelle le développement d’un élevage autochtone tendrait à évincer les éleveurs peuls (p. 229). Finalement, il attribue un rôle décisif à la pression démographique et à la dégradation écologique des ressources qui mettent les agriculteurs en compétition entre eux autant qu’avec les éleveurs. Dans ce débat crucial, l’explication des conflits par la démographie et l’écologie ne semble pourtant pas tout à fait suffisante.

9En fait, même chez les Senufo de Côte d’Ivoire, les relations avec les Peuls ne sont pas toujours ni uniquement conflictuelles. Un chapitre entier (chapitre 7) est consacré aux formes variées que prennent ces relations inter-ethniques. Beaucoup d’exemples sont pris dans la région de Boundiali où l’auteur a mené des enquêtes de terrain. Pour lui, des litiges surviennent aussi entre paysans, surtout en contexte de pénurie de terres. D’autre part, les conflits Senufo-Peuls ont été envenimés par des acteurs locaux (les chasseurs), tandis que les médiations par les autorités administratives ont achoppé sur la question foncière.

10Après cette analyse socio-économique inscrite dans le contexte national ivoirien, un chapitre d’ “économie politique de l’élevage” élargit l’échelle pour rendre compte du commerce de bétail et des politiques de développement pastoral (chapitre 8). Le commerce de bétail est surtout étudié par le biais géographique des itinéraires et des modes de transport. Le monde des marchands de bestiaux n’est pratiquement pas évoqué, ce qui aurait pourtant permis une incursion chez des Peuls citadins, les grands absents de cet ouvrage. Les initiatives de développement pastoral complètent ensuite ce qui a déjà été dit à propos de la Côte d’Ivoire (chapitre 5). L’auteur montre bien toute l’ambiguïté de ces initiatives qui, au lieu d’améliorer la situation des éleveurs, l’ont souvent rendue plus difficile.

11De façon surprenante, le dernier chapitre, au lieu d’élargir encore le cadre spatial et de proposer un bilan synthétique, opère un “retour” et un resserrement d’optique sur une petite région au sud du Burkina Faso, le Komonola. Ce faisant, l’auteur suit une nouvelle étape de migrations peules qui refluent de Côte d’Ivoire vers cette région dans les années 1990. Fidèle à sa méthode, Diallo entreprend une analyse historique et anthropologique fine de la société d’accueil puis des arrivants peuls. Ici aussi, les relations inter-ethniques prennent des formes variées mais avec souvent une dominante conflictuelle. Cependant, les composantes des conflits n’y sont pas tout à fait les mêmes qu’au nord de la Côte d’Ivoire. Spécificités qui légitiment ce genre d’investigations bien ancrées socialement et spatialement.

12La conclusion, relativement brève, reprend quelques thèmes majeurs de l’ouvrage, en particulier celui de la migration des Peuls. L’auteur rappelle que celle-ci se situe dans la continuité d’une tradition séculaire, ce qui justifie la restitution de migrations anciennes. En même temps, elle est porteuse de modifications identitaires peules et de problèmes sociétaux avec les non-Peuls qu’ils côtoient. Diallo enrichit ainsi une notion géographique de toute une charge de sens anthropologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutrais, « DIALLO, Youssouf, 2008, Nomades des espaces interstitiels ; pastoralisme, identité, migrations (Burkina Faso - Côte d’Ivoire) », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 412-414.

Référence électronique

Jean Boutrais, « DIALLO, Youssouf, 2008, Nomades des espaces interstitiels ; pastoralisme, identité, migrations (Burkina Faso - Côte d’Ivoire) », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3129

Haut de page

Auteur

Jean Boutrais

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org