Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

DEUTSCH, Jan Georg, 2006, Emancipation without Abolition in German East Africa (c.1884-1914)

Oxford, James Currey, 276p.
Henri MÉDARD
p. 410-411
Référence(s) :

DEUTSCH, Jan Georg, 2006, Emancipation without Abolition in German East Africa (c.1884-1914), Oxford, James Currey, 276p.

Texte intégral

1Cette contribution importante et originale concernant l’esclavage et la colonisation est passée inaperçue en France.

2D’abord, il s’agit d’une étude portant sur un cas très particulier, l’Afrique de l’Est allemande (à l’exception du Burundi, du Rwanda et du Buhaya qui bénéficiaient d’un statut juridique différent du reste de la colonie – il s’agit donc de la Tanzanie actuelle moins Zanzibar). Son étude est focalisée sur deux régions, la côte et l’Unyamwezi, au centre du pays, régions où l’esclavage est de loin le plus prégnant lors de l’arrivée des Allemands. Les proportions d’esclaves y atteignent alors entre le tiers et la moitié de la population, c’est à dire c.233 000 esclaves en Unyamwezi et c.150 000 sur la côte de l’Océan Indien (p.165).

3Jan Georg Deutsch donne en premier lieu un panorama de la situation servile dans la région, au XIXe siècle, avant la conquête coloniale. Ce faisant, il démontre le dynamisme des Africains de l’intérieur dans la traite comme dans le développement de sociétés esclavagistes. Il prend le contre pied de la sagesse populaire qui tend souvent à réduire l’esclavagisme en Afrique de l’Est sinon aux Arabes au moins aux musulmans. Il résout ainsi une des questions majeures de la traite en Afrique orientale. Pourquoi si peu d’esclaves parviennent-ils sur la côte à partir de la route centrale (celle qui pourvoit le plus d’ivoire) alors que la mise en esclavage semble massive à l’intérieur, dans le bassin du Congo en particulier ? C’est la croissance de la demande nyamwezi, en particulier, qui absorbe l’essentiel des masses de nouveaux esclaves et ne laisse passer que l’ivoire jusqu’à la côte et Zanzibar (région où l’esclavage est mieux étudié).

4L’objet principal de cet ouvrage porte néanmoins sur la colonisation allemande, entre 1890 et 1914. L’historiographie coloniale n’accordait de l’importance qu’aux Européens et par conséquent aux débats parlementaires et à la diplomatie européenne. La génération suivante, née des indépendances, s’est concentrée sur les questions strictement africaines. Deutsch, lui, appartient à la nouvelle vague d’historiens qui aborde les deux aspects sans complexe. Il mêle donc une histoire sociale très fine des esclaves africains et l’analyse des rapports de pouvoir, en Allemagne, entre ministère, parlement, lobby humanitaire et gouverneur allemand.

5L’originalité du cas allemand concernant l’esclavage est frappante par rapport aux autres puissances coloniales. Français, Anglais, Italiens et même Portugais, ont généralement aboli formellement l’esclavage peu après la conquête. Le plus souvent, il s’agit d’une abolition de façade destinée au public européen. Dans la pratique, l’esclavage perdure, sinon avec la bénédiction des autorités coloniales mais au moins avec leur bienveillant aveuglement volontaire. Les exceptions tiennent plus à des conditions locales qui permettent aux esclaves d’imposer leurs libertés. Les Allemands se refusent à ce genre de politique hypocrite, ils créent un statut servile colonial unique. Deutsch analyse donc le développement d’un esclavage colonial allemand, héritier des pratiques pré-coloniales mais également de l’héritage législatif prussien portant sur le servage et le travail domestique. Par exemple, les maîtres se voient maintenus dans leur privilège d’affliger des châtiments corporels mais l’exécution de la peine est transférée à l’administration.

6Dans la pratique, les colonisateurs, quelle que soit leur nationalité, qu’ils l’admettent ou non, ont globalement la même politique concernant l’esclavage : condamnation de façade, grande tolérance en pratique. L’esclavage en général décline avec le temps, usé par l’arrêt de la traite, la résistance des esclaves et les effets induits de la politique coloniale en matière de travail, de sécurité, de circulation des personnes, etc. En maintenant un cadre légal, l’Etat allemand permet aux historiens d’affiner la compréhension de ces processus. Les archives abordent la question ouvertement et abondamment. Le contraste est par exemple frappant avec l’Ouganda voisin où la question de l’esclavage, trop embarrassante, disparait totalement des documents administratifs dès l’abolition formelle proclamée en 1892.

7C’est donc un ouvrage très important bien au-delà du cercle restreint des spécialistes de l’Afrique de l’Est !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri MÉDARD, « DEUTSCH, Jan Georg, 2006, Emancipation without Abolition in German East Africa (c.1884-1914) », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 410-411.

Référence électronique

Henri MÉDARD, « DEUTSCH, Jan Georg, 2006, Emancipation without Abolition in German East Africa (c.1884-1914) », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3126

Haut de page

Auteur

Henri MÉDARD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org