Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

CLARK, Desmond J. et GIFFORD-GONZALEZ, Diane (eds), 2008, Adrar Bous : Archaeology of a Central Saharan Granitic Ring Complex in Niger

Tervuren, Royal Museum for Central Africa, 403 p.
Annabelle Gallin
p. 408-410
Référence(s) :

CLARK, Desmond J. et GIFFORD-GONZALEZ, Diane (eds), 2008, Adrar Bous : Archaeology of a Central Saharan Granitic Ring Complex in Niger, Tervuren, Royal Museum for Central Africa, 403 p.

Texte intégral

  • 1 Clark J. D.; Williams M. A. J. ; Smith A. B., 1973, « The Geomorphology And Archaeology Of Adrar Bo (...)

1Ce volume propose la monographie des recherches de terrain menées dans l’Adrar Bous, massif granitique du nord de l’Aïr (Niger) par l’équipe de J. Desmond Clark en 1970. Cette campagne de trois mois avait déjà donné lieu à des travaux universitaires et de nombreux articles qui ont montré l’intérêt de cette région pour la compréhension de la préhistoire du Sahara central. Plus particulièrement, c’est là qu’ont été mises en évidence la succession des ensembles culturels de l’optimum climatique holocène, le Kiffien et le Ténéréen, sur la base des assemblages industriels (lithiques et céramiques) et des modes de vie, et la transition entre une économie de chasseurs-cueilleurs à une économie pastorale. Cependant, l’ensemble des données géologiques et archéologiques n’est finalement publié qu’en 2009 sous une forme monographique. La publication de cet ouvrage a été initiée plus de 30 ans après la tenue de cette expédition par son directeur, Clark, qui au terme de sa carrière universitaire s’est mis en devoir de finaliser la publication de ses grands chantiers. Pour réaliser ce projet, il s’est entouré d’anciens collaborateurs qui avaient déjà en partie étudié et publié les données géologiques et archéologiques1 et de nouveaux collègues qui ont complété ou entièrement repris les analyses des autres matériels restant à traiter. À la mort de Clark en 2002, les travaux de rédaction et d’édition ont été repris par Diane Gifford-Gonzalez.

2Tout ce processus de publication a largement influencé la composition de ce volume dans sa structure et dans le fond du propos scientifique. Le corps de l’ouvrage est encadré de chapitres qui permettent au lecteur de suivre l’histoire de la publication de la monographie. En effet, il commence par une préface un véritable récit de la mission de 1970, suivi d’une introduction où sont expliquées les phases du travail sur les collections archéologiques et les étapes du travail de publication. Il finit par un « épilogue » rédigé par Clark qui revient sur les avancées et les limites d’un tel exercice et par une synthèse scientifique tentée par l’éditrice « finale » de ce volume.

  • 2 Sereno P.C., Garcea E.A.A., Jousse H., Stojanowski C.M., Saliège J-F., et al. 2008, Lakeside Cemete (...)
  • 3 Finucane B., Manning K., Toure M., 2008, Late Stone Age subsistence in the Tilemsi Valley, Mali: St (...)

3Mais c’est surtout dans le fond du propos scientifique que se ressentent les effets de ce long processus de publication. Le lecteur est le témoin d’un retour sur un matériel étudié et des concepts développés 30 ans plus tôt et leur confrontation avec l’avancement actuel des recherches. Dans la plupart des cas, les données archéologiques sont comparées avec des corpus plus étoffés qu’à l’origine et les auteurs profitent de l’occasion qui leur est donnée pour présenter un état des recherches à l’échelle du Sahara central, voire de tout le désert. Même si les références bibliographiques ne sont pas plus récentes que 2006, la consultation de cet ouvrage permet d’embrasser un large panorama de la recherche archéologique saharienne depuis les périodes anciennes (Acheuléen et Atérien) jusqu’à la fin du Néolithique. Pour le compléter, on pourra, par exemple, se référer aux travaux plus récents menés à Gobero2 ou à Karkarichinkat3 pour l’Holocène.

4La facture de l’ouvrage reste néanmoins pour l’essentiel classique.

5Le chapitre 3 présente le cadre géologique et géomorphologique des sites archéologiques de l’Adrar Bous et la corrélation entre les dépôts sédimentaires, les évènements climatiques et les traces d’occupation humaines depuis l’Acheuléen jusqu’à l’actuel. Les cinq chapitres suivants sont l’exposé des cinq cultures archéologiques qui se sont succédé dans le massif.

6La définition de l’Acheuléen récent par l’analyse des caractéristiques typotechnologiques des bifaces et des nucleus à éclats, permet aux auteurs de le placer dans une fourchette chronologique de 500.000 à 200.000 BP. Le corpus atérien qui succède stratigraphiquement en deux stations à un ensemble paléolithique moyen, est composé de pièces pédonculées et de produits Levallois. Il est classé par les auteurs dans un ensemble culturel centré sur le Sahara méridional (nord Niger, nord du bassin tchadien et sud du Tibesti) et pourrait dater des stades isotopiques 5 et 4. L’étude des séries épipaléolithiques, marquées par la présence de pointes d’Ounan, montre que cet ensemble se placerait dans une courte période entre l’Atérien et le Kiffien, antérieurement à 10 000 BP.

7Dans les deux chapitres suivants, A.B. Smith donne une définition mise à jour des cultures kiffienne et ténéréenne. Le Kiffien, dont la culture matérielle est marquée par la production de harpons et pointes en os et d’une industrie microlithique, est le fait de populations pratiquant la pêche, la chasse et la collecte de graines sauvages. Datée entre 9500 et 7400 BP, cette culture est rapprochée du « Late Acacus » défini dans le massif libyen de la Tadrart Acacus. Le Ténéréen, quant à lui, appartient à un ensemble de cultures « pastorales » qui ont occupé le Sahara central entre 6000 et 5000 BP et serait comparable au « Middle Pastoral » de Libye. Sa culture matérielle est caractérisée par une industrie lithique remarquable combinant petits outils (lamelles à dos, grattoirs ..) et des grandes pièces bifaciales (disques et haches), les dépôts d’os de bovins brûlés et une céramique abondante.

8A cette mise à jour des données s’ajoute un ensemble de données inédites ou publiées pour la première fois à part entière. Les cinq chapitres suivants reprennent en détail l’analyse de certains artefacts, des restes fauniques et botaniques et des sépultures. Le chapitre 9 présente l’étude de la céramique séparée du reste des corpus holocènes. Les séries céramiques y sont étudiées de façon nouvelle pour l’Adrar Bous puisque qu’Elena Garcea propose ici une analyse de toutes les phases de la chaîne opératoire de la poterie pour définir les ensembles culturels. Cette démarche lui permet de distinguer trois phases pour le Ténéréen sur la base de la différence des pattes, des formes de récipients et des décors. Dans le chapitre suivant sont présentés les éléments de matériel de broyage et leur fonction probable (la transformation de nourriture et de pigments) déduite des traces conservées et de leur comparaison à des modèles ethnographiques (touaregs).

9Les données archéo-botaniques, fauniques et d’anthropologie funéraire sont pour la première fois livrées in extenso. Elles complètent la définition l’évolution du cadre paléo-environnemental (traces d’essences méditerranéennes et d’autres typiques de la savane) et esquissent l’impact de l’homme sur son milieu : depuis la chasse de grands mammifères durant l’Atérien, à la prédation d’espèces aquatiques (poissons, reptiles et mammifères) pendant le Kiffien et à la chasse d’espèces adaptées à la savane et l’élevage de bovins pendant le Ténéréen. Sur ce dernier point, on apprend dans le chapitre 12 que la vache « ténéréenne » inhumée sur le site d’Agorass n’Tast, est proche des bœufs à cornes courtes d’Afrique de l’ouest dont des exemples avaient été découverts sur les sites de MN 24 dans l’Azaouad et de Kobadi dans le Méma et a été datée de 4145±45BP. Enfin, l’étude des quatre sépultures découvertes dans le massif de l’Adrar Bous, et des squelettes qu’elles contenaient est présentée.

10Quelques bémols sont tout de même à mentionner. Tout d’abord, les limites de l’exercice en lui-même qui sont exprimées par Clark lui-même dans l’ « épilogue ». Le matériel archéologique, ou les échantillons qui ont été prélevés, ne se prête toujours pas aux nouvelles méthodes (par exemple, les séries lithiques qui ont été constituées en dehors des contraintes imposées par l’analyse technologique). Les corpus ne peuvent êtres complétés pour l’analyse et l’on reste quelquefois un peu sur sa faim, les résultats restant quelquefois au stade préliminaire. On peut aussi exprimer quelques regrets quant la forme de l’édition de cet ouvrage : on est parfois encombré de grands tableaux descriptifs alors que certaines figures (par exemple la céramique dans le chapitre 9) mériteraient une plus grande taille. Mais, au regard de l’exercice, ce sont des soucis mineurs.

11Cette monographie est donc une source d’informations et de connaissance sur la préhistoire du nord du Niger mais aussi plus largement du Sahara central grâce à la position de l ‘Adrar Bous entre l’Aïr, l’Hoggar et le Ténéré. Elle est également pour les archéologues africanistes un objet de réflexion sur le devenir des archives scientifiques des anciennes missions qui sont conservés dans des institutions extraafricaines. Elle nous met en face de la nécessité de donner accès aux données de terrain et de la difficulté de proposer une étude exhaustive de ces données.

Haut de page

Notes

1 Clark J. D.; Williams M. A. J. ; Smith A. B., 1973, « The Geomorphology And Archaeology Of Adrar Bous, Central Sahara: A Preliminary Report », Quaternaria, vol. 17 245-297. Smith A.B., 1974, Adrar Bous and Karkarichinkat: examples of pot-palaeolithic huma adaptation in the Saharan and Sahel zones of West Africa, Berkeley, University of California, PhD Thesis, 382 p.

2 Sereno P.C., Garcea E.A.A., Jousse H., Stojanowski C.M., Saliège J-F., et al. 2008, Lakeside Cemeteries in the Sahara: 5000 Years of Holocene Population and Environmental Change, PLoS ONE 3(8): e2995.doi:10.1371/journal.pone.0002995

3 Finucane B., Manning K., Toure M., 2008, Late Stone Age subsistence in the Tilemsi Valley, Mali: Stable isotope analysis of human and animal remains from the site of Karkarichinkat Nord (KN05) and Karkarichinkat Sud (KS05), Journal of anthropological archaeology, vol. 27, n° 1: 82-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annabelle Gallin, « CLARK, Desmond J. et GIFFORD-GONZALEZ, Diane (eds), 2008, Adrar Bous : Archaeology of a Central Saharan Granitic Ring Complex in Niger », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 408-410.

Référence électronique

Annabelle Gallin, « CLARK, Desmond J. et GIFFORD-GONZALEZ, Diane (eds), 2008, Adrar Bous : Archaeology of a Central Saharan Granitic Ring Complex in Niger », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 07 septembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3122

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org