Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BONTE, Pierre, 2008, L’émirat de l’Adrar mauritanien. H̱arîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne

Paris, Karthala, 576 pages
Marie-Luce Gélard
p. 403-407
Référence(s) :

BONTE, Pierre, 2008, L’émirat de l’Adrar mauritanien. H̱arîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne, Paris, Karthala, 576 p.

Texte intégral

  • 1 À la fois synthèse et élargissement d’une thèse d’État soutenue en 1998.

1L’ouvrage1 propose de démontrer l’importance de l’aspect hiérarchique au sein des sociétés tribales sahariennes. Pour se faire l’émirat de l’Adrar, dont le texte restitue une minutieuse monographie, sert de support aux jalons théoriques d’une anthropologie du Sahara occidental.

2L’alternance méthodologique de l’anthropologie historique (les références au passé structurent les catégories sociales) et de l’ethno-histoire (les relations entre les groupes relativement à la lecture que ces derniers ont de leur propre histoire), permet d’éviter l’écueil du trop émique ou du trop étique, tout en illustrant la polarisation entre tradition orale et écrite. Cette ambiguïté des distinctions entre oral et écrit « le fait que l’écrit est destiné à être […] entendu et reproduit par la parole (9) ». Si l’historien est condamné à recourir à des ressources documentaires, l’anthropologue dispose d’un terrain sur lequel retourner et, c’est par l’imbrication des démarches que l’auteur nous éloigne de l’atonie des classiques monographies, restituant la vision locale ET les structures que cette société de l’Adrar mauritanien partage avec d’autres sociétés tribales arabo-musulmanes.

3L’Adar « est un toponyme berbère, largement répandu au Sahara et au Maghreb, qui désigne tout relief assez conséquent pour être désigné comme “montagneux” » (13). Sur cet espace géographique se superpose un autre espace, nomade celui-ci, qui « ne connaît pas de frontières fixes. L’ordre tribal varie selon les périodes et les mouvements de constitution et de renouvellement des tribus » (15). L’histoire débute par l’influence du peuplement berbère du Sahara, du trafic caravanier et du kharidjisme. Et c’est aussi la spécificité d’un islam africain qui donne naissance à cette culture musulmane locale originale.

4L’histoire de l’Adrar et de ses compositions tribales, généalogiques et statutaires (tribu des Idayshilli et des Idawcish) permet de décrire l’histoire plus générale des sociétés sahariennes en retraçant le contexte de la formation des émirats sahariens.

5La première partie, Chronique Émirale, retrace l’histoire ou plutôt les histoires de fondation de l’émirat. L’enchaînement des récits recueillis par l’auteur et les versions canoniques rend la lecture très dynamique et permet de comprendre les affirmations et les contestations éventuelles de l’histoire des groupes ou les discours de légitimation. Les descriptions sont émaillées de détails ethnographiques qui en rendent la lecture attrayante, ainsi l’épisode de cet homme renversant une calebasse de lait d’un coup de pied faisant dire à son épouse : « Jamais tu ne pourras remettre le lait dans le bassin », sous entendu : « jamais tu ne pourras reprendre l’émirat ».

  • 2 Opposition que l’auteur avait initiée dans un ouvrage paru en 2001, Émirs et présidents, Paris, CNR (...)

6Pour comprendre comment s’est formé l’émirat de l’Adrar à partir des compositions tribales, généalogiques et statutaires, Pierre Bonte nous conduit progressivement dans un ouvrage dense et imposant, à considérer que ce qui est au départ une « affaire de famille » devient une « affaire d’État ». Ce scénario est bien décrit par l’exemple des cUthmân : « La succession de cUthmân divise, selon des clivages liés à la parenté et à l’alliance, les descendants de Lavdhîl. Le mariage léviratique, qui conforte, en un premier temps, les droits du frère de l’émir défunt, la mobilisation des relations de parenté paternelles et maternelles, les clivages entre frères germains, l’opposition entre l’oncle et le neveu agnatique et les alliances, ou conflits, entre cousins parallèles patrilatéraux, la mise à l’écart des demi-germains issus d’une mère esclave […] (40) ». Au fil des pages, d’autres histoires de vie nous révèlent l’importance du ẖasab (gloire acquise personnellement) par rapport au nasab (droits acquis par la descendance)2.

7Les anecdotes révèlent les grandes lignes politiques de l’émir dont la volonté est de constituer des chefferies sûres (factions) mais qui doit faire face à la difficulté de contrôler et de dominer ces mêmes groupes. Le paysage politique et social est d’une grande complexité, croisant l’écheveau des diverses modalités d’appartenance aux tribus.

8La deuxième partie s’attache aux fondations tribales. Bonte pose l’importance de la base tribale des sociétés sahariennes et l’actualité dudit « phénomène tribal ». Il oppose le destin compliqué de la notion de tribu dans les écrits anthropologiques à l’aspect très concret des réalités qu’il recouvre pour ces sociétés. C’est une critique claire des théories segmentaires qui interroge leur point aveugle, celle « du statut de la filiation pour définir les groupes constitutifs de la société tribale ».

  • 3 Je partage ce point de vue identique chez les Aït Khebbach (Maroc) où pactes d’alliance et de colac (...)

9Le propos revient sur la question du « mariage arabe » évoquant non un motif structurel en réalité absent mais des causes conjoncturelles. La remise en perspective de la notion d’échange ouvre le débat sur des questions non tranchées, Bonte y apporte un éclairage passionnant en reprenant la notion lévistraussienne de proximité. Il propose d’élaborer par celle-ci un autre modèle d’analyse des sociétés tribales sahariennes. Par exemple, cette proximité qui fait appeler le beau-père oncle paternel bien qu’il n’ait pas de relation consanguine avec lui. En effet, l’intermariage peut faire de deux groupes vaguement apparentés (filiation commune) des agnats. Le second élément théorique est la réintroduction des valeurs féminines, gommées par la représentation masculine de la tribu. C’est « l’hypogamie féminine qui scelle clairement le destin différent des genres, du masculin et du féminin, entendus comme catégorie cognitive, symbolique, mais aussi comme “catégorie de la pratique” pour organiser l’ordre tribal (90) ». La circulation des femmes n’est pas faite en fonction de la réciprocité mais de la hiérarchie et de la compétition. Ce qui se pose presque comme une opposition à la théorie de l’échange, Bonte avance ainsi une alternative solide au caractère énigmatique du mariage arabe. C’est bien la manipulation des positions statutaires et leur élasticité qui rend compte d’une représentation généalogique où l’intégration d’éléments exogènes est fréquente3.

10Bonte illustre les fonctions structurantes de la catégorie du genre, nous sommes loin des communes évocations en termes de disjonctions des mondes masculin et féminin. La filiation peut se définir par deux termes eux aussi complémentaires : nasab et cas̱abiyya. Ces notions sont centrales et se réfèrent aux ancêtres agnatiques communs et aux solidarités du groupe. Bonte propose une relecture d’Ibn Khaldoun et de sa notion de « cycle dynastique » où le nasab est bien plus mouvant qu’on ne le croit, il est aussi une manière de dire.

11L’auteur conduit l’analyse des organisations tribales en partant de la catégorie de genre (construction du féminin et du masculin). Ainsi, la parenté de lait est réinterrogée, à l’origine certainement plus déterminante, elle fut notablement réduite par les juristes musulmans (via la théorie du « lait de l’étalon »), celle aussi de « l’enfant endormi » (durée de gestation étendue). La tribu est une entité politique « gérant des biens, un territoire pastoral ou agricole ainsi que du bétail, des titres, un rang, etc., en relation avec d’autres tribus ou dans le cadre d’organisations politiques plus larges (145) ». La faction étant définie comme « un système plus ou moins mouvant d’alliances, inscrites ou non dans l’ordre de la parenté, mobilisées en vue d’un objectif politique particulier (146) ».

12Dans ce contexte, l’instabilité des alliances devient un trait structurel de l’organisation politique émirale. Au sein des factions, c’est le genre qui joue ce rôle par la distinction entre tente et campement. Bonte souligne la grande hétérogénéité des lignées qui composent la tribu et la souplesse du modèle tribal. Si les propositions théoriques générales à propos des sociétés sahariennes font cruellement défaut, l’ouvrage comble ce déficit. Mais le texte dépasse cet horizon géographique en posant les jalons à la fois d’une analyse des sociétés tribales de l’Atlantique au Pakistan et des fonctions de l’alliance pour rendre compte des hiérarchies sociales, statutaires et politiques.

13La troisième partie s’attache aux hiérarchies statutaires et politiques, nombreuses au sein des émirats : protecteurs (ẖassân) et protégés (znâga). Bonte revient sur les fondements historiques de la distinction « Arabes/Berbères », et sur le rôle des élites (religieuses et intellectuelles) et sur les influences caravanières multiples (Soudan, Mali, etc.). « L’arabisation » linguiste culturelle et généalogique du Sahara lors de la conquête arabe réintroduit la discussion sur les origines des Berbères. Se dessine alors la mouvance des origines, les groupes se donnant parfois une ascendance arabe, ces inventions des origines filiatives sont tout à fait significatives des modalités d’inscription historique des tribus.

14« La revendication d’“arabité” d’une partie des Berbères sahariens, dans le cadre d’une arabisation linguistique et culturelle qui remodèle en profondeur la culture saharienne, s’accompagne de fait du déclassement d’une autre partie de ces tribus d’origine “berbère” (211) ». Ces reconfigurations généalogiques des tribus du Sahara occidental par le passage de la « berbérité » à l’« arabité » sont nombreuses. De ce fait, se trouve croisé le thème de l’alliance matrimoniale (interdiction de l’hypogamie féminine) et les relations hiérarchiques contemporaines. Les relations hiérarchiques entre ẖassân et znâga (« protecteurs » et « protégés ») s’organisent aussi sur « des visions différentes du politique » : l’histoire de la culture islamique au Sahara et celle du trafic caravanier donnent la mesure de cette profondeur historique puisque les relations religieuses et commerciales vont créer de véritables factions.

15C’est la culture zâwiyya qui permet à certaines tribus d’échapper à la protection et aux hiérarchies sous-jacentes, cette culture « se présente comme une forme d’instrumentalisation de l’islam : renonçant au sort des armes, aux conflits, ces tribus se dotent d’autres moyens pour négocier leur place dans la hiérarchie sociale et politique dominée de plus en plus par les ẖassân (270) ». L’ensemble des réformismes religieux a été important. Il y a un clair enjeu politique, dans cette société fondée sur les bases tribales, celui de trouver la légitimation des hiérarchies dans le cadre d’une organisation politique islamique. La répartition tripartite des rôles entre ẖassân guerriers-défenseurs, zawâya prenant en charge les affaires religieuses et znâga la production des biens matériels est une conception récente, écrit Bonte, elle n’est nullement fondatrice, comme le veut parfois la tradition.

16La tawba (guerriers qui renoncent aux armes et rejoignent une zawâya) est un phénomène tout à fait intéressant peu valorisé dans les récits historiques officiels et que l’auteur restitue dans sa dimension explicative : « La tawba, le “repentir”, et le dhikr, “l’invocation de Dieu”, ont été à travers les âges les piliers de l’enseignement soufiste, dont l’influence est forte en Mauritanie (308) ». Ainsi, ce retour à un islam plus strict est important, car dans la société saharienne émirale ce renoncement au statut de ẖâssan, implique aussi la « libération » des tributaires. Cette perte de statut des ẖâssan (repentis) révèle outre la rupture entre réseaux de parenté et d’alliance mais plus profondément encore des changements de valeurs.

17L’émirat de l’Adrar sert d’exemple, de « laboratoire saharien », permettant aussi à l’auteur d’initier une passionnante anthropologie de la Mauritanie.

18La quatrième partie de l’ouvrage reprend le modèle d’opposition compétitive par la proposition d’un modèle de substitution de la tribu où l’auteur souligne la « subtile dialectique d’égalitarisme et de hiérarchie (331) ». Bonte rend compte d’un rituel à ce jour peu documenté, celui de la cérémonie du vaysh, sorte de potlatch saharien, de compétition entre émirs où ces derniers distribuent des biens prestigieux, donnent des courses de chevaux, des concours de tirs à la cible, etc. Le but étant de départager les deux concurrents. Ce rituel renvoie à un ethos de compétition qui conduit l’auteur à s’interroger sur « l’individualisme tribal ». Le concept est important, on sait combien la littérature souligne les liens communautaires mais gomme l’expression individuelle, qui loin d’être reléguée par les valeurs du groupe occupe une place conséquente. Il est aussi question du code social de la violence, de la loi du talion, du prix du sang, de la violence servant à affirmer son rang et son pouvoir au travers des conflits entre groupes (feud). Les déclenchements de conflits du type vendetta pouvaient parfois opérer des reclassements de positions statutaires et hiérarchiques ou déboucher sur des guerres ouvertes.

19C’est ensuite le retour à la diversité des modes de protection, thématique déjà initiée par Bonte en 1999, et capitale pour comprendre la situation des sociétés sahariennes et plus généralement maghrébines. Les rituels de protection (par le rituel sacrificiel) ont ainsi modifié les configurations des groupes tribaux (intégrations de groupes extérieurs). Et si le nasab est finalement affaire de consensus, il est « réaménageable », nous dit Bonte : les solidarités masculines fondées sur le contrôle des valeurs féminines « établissant sur des bases diverses les relations d’inclusion ou d’exclusion qui relèvent des logiques de parité et de partage, en manipulant les notions de proximité et de distance (403-404) ». On relève même des négations de relations agnatiques. Au final, le modèle agnatique est bien plus souple qu’il n’est présenté habituellement et les valeurs collectives n’entravent pas la possibilité d’expression de personnalité particulière, ce que Bonte illustre admirablement en évoquant des cas nombreux dans l’Adrar mauritanien, en notant cette « apparence communautaire ».

20La distinction jusqu’alors mouvante entre ẖassân et znâga va peu à peu se figer en ordre statutaire distinct impliquant des livraisons de tributs, richesses nécessaires au pouvoir émiral permettant « un mouvement de redistribution des biens, accumulés dans le cadre des relations hiérarchiques tributaires, qui fournit sa base matérielle et économique au système politique émiral (450) ».

21La dernière partie de l’ouvrage ferme le cycle en revenant sur la chronique émirale. « Leur émir personnifiant la justice, on pourrait donc dire de l’Adrar qu’il est un sac rempli de crottes de chameaux et dont l’orifice est bouché par une datte ». C’est l’évocation de la fin de l’émirat, les crises de succession, les luttes factionnelles, et cela donne toute son envergure au projet de Bonte, celui, au travers d’une brillante monographie, d’élargir la recherche sur les sociétés tribales sahariennes vers d’autres sociétés. Il pose la possibilité de traiter ensemble tribu et formations étatiques en soulignant l’importance de la référence à l’islam qui n’est « pas extérieure à l’établissement des émirats [mais] n’en est pas pour autant fondatrice (503) ». Quant à l’organisation matrimoniale au sein de laquelle les valeurs féminines sont mises en exergue et placées au centre de l’analyse, elle s’oriente selon deux principes : la proximité et l’interdiction de l’hypogamie féminine. En ce sens, l’ethos tribal se conduit pleinement autour de la complémentarité des valeurs agnatiques et utérines. Et enfin, la stabilisation des hiérarchies statutaires et la permanence structurelle de la dissidence sont les deux points indispensables à la compréhension de la société et du pouvoir émiral, ce dernier opérant dans la redistribution des richesses et dans l’intervention au sein des conflits factionnels.

22L’apport considérable du texte à l’anthropologie des sociétés du Maghreb permet aussi de nourrir un débat sur ces notions anthropologiques sommitales : la parenté, la tribu et le politique.

Haut de page

Notes

1 À la fois synthèse et élargissement d’une thèse d’État soutenue en 1998.

2 Opposition que l’auteur avait initiée dans un ouvrage paru en 2001, Émirs et présidents, Paris, CNRS.

3 Je partage ce point de vue identique chez les Aït Khebbach (Maroc) où pactes d’alliance et de colactation soulignent ce caractère exogène de la formation des tribus. Voir M.-L. Gélard (2004) « Protection par le sang et accord par le lait. Pacte d’alliance et de colactation dans la tribu des Aït Khebbach (Sud-Est marocain) », Études Rurales (170-171) : 9-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Luce Gélard, « BONTE, Pierre, 2008, L’émirat de l’Adrar mauritanien. H̱arîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 403-407.

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « BONTE, Pierre, 2008, L’émirat de l’Adrar mauritanien. H̱arîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3120

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org