Navigation – Plan du site

L’espace initiatique existe-t-il ? Étude de deux romans swahilis d’E. Kezilahabi

Is there an initiatic space? A study of two Swahili novels of E. Kezilahabi
Xavier Garnier
p. 285-295

Résumés

A partir de l’analyse de deux courts récits initiatiques de l’écrivain swahili Euphrase Kezilahabi, cet article s’interroge sur des modalités d’existence et de fonctionnement de l’espace initiatique. L’étroite solidarité avec le récit est la caractéristique primordiale d’un espace qui ne saurait être décrit pour lui-même, indépendamment des processus initiatiques qui lui donnent son lieu. Trois propriétés, éminemment narratives, sont identifiées concernant l’espace initiatique : un espace événementiel, un espace polarisé, un espace en devenir. C’est au cœur du récit initiatique, dans l’événement d’une Rencontre toujours présente et toujours différée, qu’est généré cet espace aux coordonnées mobiles.

Haut de page

Texte intégral

1Les personnages des contes initiatiques évoluent dans un espace aux coordonnées très particulières. On a parfois tenté de le décrire en le présentant comme une simple inversion de l’espace quotidien : “Ce monde à l’envers de l’initiation ne serait-il pas un reflet dans l’eau ?” (Calame-Griaule, 1996 : 49). L’ambition de cet article est de faire apparaître les liens qui unissent l’organisation spatiale et la dynamique narrative du récit initiatique. Il ne s’agira pas de décrire un espace en fonction d’un autre espace supposé connu, mais de montrer que tout espace est solidaire d’une logique narrative : en l’occurrence la logique très particulière du récit initiatique.

2Les textes sur lesquels nous allons travailler ne sont pas des contes et ne relèvent pas de l’oralité. Il s’agit de Nagona (1990) et de Mzingile (1991), deux récits initiatiques écrits en swahili par l’un des plus importants romanciers tanzaniens contemporains, Euphrase Kezilahabi. Comme on le verra au cours de l’analyse, ces récits intègrent de nombreux éléments de contes, dont ils reproduisent la linéarité. Il faudrait aller enquêter du côté du lac Victoria, sur l’île d’Ukerewe, d’où est originaire Kezilahabi, pour éventuellement retrouver le substrat narratif oral de ces récits, mais une telle enquête serait peut-être vaine, si l’on tient compte du travail de brassage et de synthèse qui peut se faire dans l’encrier d’un écrivain qui a par ailleurs beaucoup voyagé et beaucoup lu.

3Dans son article sur les contes initiatiques africains, Geneviève Calame-Griaule note le caractère nécessairement sauvage de l’espace réservé aux rites d’initiation :

L’espace initiatique, c’est-à-dire l’endroit où s’accomplissent les rites, est en opposition classique avec le village, lieu social, lieu culturel, habité par des humains ; c’est donc un espace sauvage, situé dans la brousse ou la forêt, un lieu naturel, défini comme le domaine des non-humains, génies, esprits, ogres, défunts, etc.
(Calame-Griaule, 1996 : 33).

4Cette sortie de l’ordre humain, qui est le préalable à toute énonciation initiatique, n’est pas une simple donnée de départ, c’est déjà le fruit d’un long travail, dont les récits initiatiques sont les témoins. Les espaces sauvages n’existent pas d’emblée pour nous autres, humains. Il faut un long travail d’ascèse pour les faire advenir. La moindre parole, le moindre regard humain porté sur les espaces dits ‘sauvages’, les humanisent, les civilisent. Retrouver un espace désorienté et sans repères, un espace véritablement labyrinthique, le laisser affleurer à travers une parole humaine, voilà le défi de tout récit initiatique. En d’autres termes par quels procédés des récits aussi linéaires et structurés que le sont généralement les récits initiatiques, parviennent-ils à générer les espaces anomiques ? Telle est la question qui servira de centre de gravité à cet article.

5Les deux récits de Kezilahabi n’obéissent pas au même modèle narratif. Nagona raconte une interminable chasse à l’antilope, la poursuite infinie d’une proie toujours à portée de main et toujours insaisissable ; Mzingile (le labyrinthe) raconte le retour interminable d’un personnage qui, après avoir délivré un message à un mystérieux vieillard – un dieu créateur qui s’est mis à la retraite – ne retrouve plus le chemin de son village. Deux modèles forts du récit initiatique sont mis en œuvre dans ces deux textes. Un récit initiatique célèbre comme Kaïdara fait de la même façon se succéder les deux modèles : d’abord la quête de Kaïdara, puis le retour, qui est un impitoyable moment de sélection pour les candidats à l’initiation (Ba, 1968). A travers ces deux modèles narratifs, trois propriétés de l’espace initiatique seront ici dégagées.

Un espace événementiel

6Une des caractéristiques les plus évidentes de l’espace initiatique est sa solidarité avec la rencontre. Ce sont les rencontres qui font exister les lieux et non les lieux qui permettent les rencontres. Le narrateur de Nagona, lancé à la poursuite de l’antilope, rencontre sur sa route une série de personnages qui vont l’accompagner dans sa quête et lui servir d’auxiliaires indispensables. Chacune de ces rencontres est l’occasion d’une courte mais explicite description de lieu, dans un récit avare de détails descriptifs. Citons la rencontre de Nabii et Mtume, deux bergers qui vont accompagner le héros :

J’étais fatigué et je ne voyais plus les empreintes. Je marchai lentement sans savoir exactement où j’allais. Soudain je me retrouve dans une immense plaine couverte d’herbe. Je voyais au loin des vaches et des moutons. Je compris que j’étais arrivé dans des pâturages et j’espérais rencontrer les bergers. J’avais l’intention de leur demander le chemin. Je les aperçus. C’étaient deux vieux. Quand ils me virent, ils me regardèrent un moment puis l’un d’entre eux dit :
“Pardonne-nous. Nos yeux sont un peu voilés. Mais maintenant nous te reconnaissons. Tu es celui que nous attendons.
— C’est lui, dit le second vieux. Regarde ses yeux, ils sont faits pour voir loin. Et sa tête pour penser.
— Nous t’attendions. Cela fait maintenant deux mille ans. Nous n’avons pas perdu espoir. Nous savions que tu arriverais.”
(Kezilahabi, 1990 : 25)

7L’herbe, les vaches et les moutons sont là pour donner corps à la rencontre. Ils sont les signes avant-coureurs des bergers, leur évocation dans le texte ne se justifie que par la rencontre inéluctable qui s’ensuit. Cet espace accroché à l’événement de la rencontre, cet espace qui se déploie à partir du point focal de la rencontre, nous l’appellerons intensif. Il est chargé de l’intensité de la rencontre.

8Le statut du descriptif change totalement de nature selon que le récit représente un espace extensif, ou génère un espace intensif. L’espace extensif, considéré comme neutre par rapport à l’action racontée, n’est pas partie prenante du récit, tout au plus est-il susceptible de remplir un rôle indiciel, permettant une mise en situation de l’action (Barthes, 1977). L’espace extensif est un cadre pour une action qui obéit à des ressorts propres. La dynamique purement narrative du conte n’a pas de raison de s’arrêter à ce cadre. L’absence, souvent remarquée, de descriptions à l’intérieur des contes est liée à une logique narrative qui ne laisse aucune place aux espaces extensifs. La notion de cadre, ou de décor, est totalement étrangère à l’univers du conte qui ne connaît d’autres lieux que ceux que précipite l’événement de la rencontre.

9Notons, à propos de cette question de la description de l’espace, une différence intéressante entre le conte oral et le genre romanesque. Alors que le roman permet de voir le monde du point de vue de tel ou tel personnage, le conte reste extérieur aux émotions intimes des personnages et ne raconte les rencontres que pour elles-mêmes. Il n’y a rien à décrire puisqu’il n’y a personne pour voir, surtout pas le conteur, qui ne voit pas mais raconte, ce qui est différent. En ce sens l’oralité est plus propice à l’appréhension de l’espace initiatique, alors que le roman risque toujours de voir ses descriptions prendre leur autonomie, et déployer un espace extensif qui existerait pour lui-même.

10Il n’y a pas à proprement parler de descriptif, dès lors que les éléments comme l’herbe, les vaches et les moutons, évoqués dans la citation, précipitent le narrateur vers la rencontre. L’espace intensif est un entonnoir qui propulse le personnage en avant vers ce qui doit fatalement arriver. Contrairement à ce qui se produit au sein d’un espace extensif, la rencontre n’est pas soumise à la loi de probabilités, elle est totalement nécessaire. Le narrateur et les bergers ne se sont pas donnés rendez-vous, les deux mille années d’attente des bergers convergent vers ce moment décisif, mais imprévisible pour eux. On commence véritablement à attendre quelqu’un quand l’heure fixée par le rendez-vous est dépassée. L’événement de la rencontre ouvre en amont une durée lisse et elle aussi intensive, celle de l’attente. L’expérience de l’attente nous permet de comprendre la nature d’une temporalité intensive, concentrée sur le surgissement d’un événement.

11De la même façon, l’expérience de la chasse ou de la traque nous permet de comprendre la nature d’un espace intensif. On ne décrit pas un espace dont on ne retient que ce qui fait signe vers la proie. Les objets qui peuplent cet espace n’ont pas de valeur indicielle, mais symbolique. Le chasseur d’antilope voit, dans le monde qu’il traverse, des points d’eau à antilopes, de l’herbe à antilopes, des fourrés à antilopes, etc. Dans l’espace intensif du récit initiatique tout fait signe.

Un espace polarisé

12Les deux textes de Kezilahabi ont la particularité d’être racontés à la première personne alors que les contes initiatiques sont le plus souvent racontés à la troisième personne. Cette dérogation aux lois habituelles du conte oral permet à l’auteur de faire ressortir une constante du récit initiatique que l’on pourrait appeler le principe de centralité.

13Dans un récit linéaire à la première personne, l’espace est nécessairement mis en perspective du point de vue du narrateur, l’organisation spatiale du récit est fonction de la trajectoire du narrateur. Ce caractère subjectif de l’espace permet d’entrecroiser sans heurts l’espace perçu et l’espace rêvé. L’état de veille ou de sommeil du narrateur peut rester indécidable, l’important est de prendre acte de la perception subjective de l’espace raconté. Cette apparente subjectivisation du récit, assez courante dans le cadre de la littérature écrite, produit des effets particuliers dans le cas du récit initiatique. Il n’est pas de candidat à l’initiation qui ne soit prêt à mourir à lui-même pour renaître à un autre monde. Le JE, ce point de référence de toute la mise en perspective subjective du monde, doit commencer à se détruire en tant que sujet, pour s’ouvrir au devenir. Le début de chacun des deux textes raconte la déstructuration du JE à l’orée du récit.

14Le grand-père du narrateur de Nagona lui a demandé d’attendre « le signe » :

J’attendis dix ans, je ne vis aucun signe. Vingt ans, toujours rien. Ce n’était pas peu de temps. Grand-Père se faisait vieux. Il n’y avait pas l’ombre d’un signe. Je me mis à tout regarder avec attention. Si je voyais les herbes remuées par le vent, je sursautai et me disais : « le signe ! ». J’enfreignis les interdits, j’inspectai les pages des livres, les draps des lits, les chevelures, je ne vis aucun signe. Je commençai à douter, j’étais profondément troublé. J’interrogeai les étoiles, j’étudiais le comportement des insectes, mais l’inquiétude ne cessait d’augmenter et le doute finit par me causer des pertes de mémoire. Je fus à plusieurs reprises incapable de retrouver le chemin de la maison. Un jour je fus surpris de voir un enfant courir vers moi en criant : « le fou ! voilà le fou ! ».
(Kezilahabi, 1990 : 12)

15Dès lors que le narrateur est reconnu comme fou par ses proches, le voyage initiatique est en mesure de commencer. Le verdict de folie, proféré ici par un petit enfant est constitutif du JE initiatique. Le narrateur est sorti de l’espace social, cette exclamation d’un enfant est le signe attendu que le voyage peut commencer. Dès lors le JE devient le centre particulier d’un espace qui s’étend de façon illimitée autour de lui. L’effondrement du sujet interdit toute relation intersubjective et crée la centralité. Le Je en vacance de subjectivité voit fondre le monde sur lui.

16Le psychiatre Henri Grivois, qui a recours à cette notion de centralité dans ses travaux sur la schizophrénie, analyse ce type de rapport au monde dans des termes qui éclairent singulièrement la lecture des textes de Kezilahabi :

Le silence effrayant du monde se rompt : la moindre incitation, la plus imperceptible sensation se chargent de signification. Des paroles se manifestent par le biais d’hallucinations psychiques ou verbales, on les invective, ils sont soumis à des injonctions ou entendent des commentaires dont ils ne situent pas le point de départ. Ces hallucinations, plus immédiates et plus passives que les interprétations, comblent à leur façon le vide subjectif et l’insupportable manque de sens initial qui est le lot des patients affectés par le concernement généralisé propre à la centralité.
(Grivois, 2000 : 82-83)

17Une telle analyse correspond très exactement à la scène d’ouverture de Nagona :

S’agissait-il du début de mon voyage ? Je n’en sais rien. En tout cas je me suis senti fatigué. Devant moi je vis une pierre noire. Je fis l’effort d’aller jusqu’à elle pour m’asseoir. J’allai m’asseoir lorsque j’entendis quelqu’un tousser. Je me redressai plein d’effroi en regardant de tous côtés. Il n’y avait personne ! J’étais encore sous le choc lorsque j’entendis des pas derrière moi. Je sursautai. Personne derrière. Quel était cet endroit ! Je m’éloignai rapidement. J’entendis alors la voix de gens qui lisaient des livres. Ils lisaient sans s’écouter mutuellement. Chacun lisait de son côté. Je ne voyais ni gens ni école.
On entendait ici et là le chant d’un oiseau. Je continuai à me traîner au hasard sur les genoux en proie à la douleur. J’entendais des rires. J’essayai d’accélérer. J’entendis des rires proches sortir de chaque arbre. La forêt entière se mit à rire de moi. Je vis des branches et des arbres se mettre à danser sous le vent. Soudain tous les arbres arrêtèrent de se moquer et les rires se sont tus. Tout était calme. On entendait ici et là le chant d’un oiseau Je continuai à me traîner au hasard sur les genoux. Je fus surpris par des coups de bâton sur les fesses et sur le dos. Sous l’effet de la douleur, j’essayai d’accélérer, mais bientôt la douleur devint insupportable. J’étais frappé sans interruption et je ne pouvais me dégager. Progressivement je perdis ma force et mon esprit, tout mon corps s’engourdit.
(Kezilahabi, 1990 : 1)

18Faire le vide en soi, détruire les structures de la subjectivité, qui permettaient de mettre le monde à distance, de créer un espace extensif à l’intérieur duquel il était possible d’occuper une place parmi d’autres, c’est appeler la réalité à converger vers soi. La violence qui s’exerce sur le narrateur en ce début de roman est d’ordre hallucinatoire, au même titre que tout le récit qui va suivre. Ce que le passage à la narration personnelle produit c’est cet effet ni réaliste, ni merveilleux, mais hallucinatoire du récit. L’espace initiatique est un espace halluciné. L’espace réaliste, celui qui peut être perçu, suppose une distance au sujet, c’est un espace extérieur ; l’espace onirique, au contraire, est intérieur, il se déploie dans un monde psychique supposé intérieur ; l’espace hallucinatoire ne connaît pas cette frontière entre l’intérieur et l’extérieur. Dans le principe de centralité, nous avons affaire à un personnage-monade qui porte, accroché à lui, la totalité du monde. Le vieux de Mzingile, retiré dans sa maison au sommet d’une montagne inaccessible, le créateur auquel le monde s’accroche, habite dans une maison sans portes ni fenêtres :

Cette maison était construite en haut d’un haut rocher. Ce rocher était lui-même en haut d’autres gros rochers. Il était difficile de s’y rendre. Seul un fou pouvait construire une maison à un endroit pareil. Sûrement pas une personne sensée ! Je me demandais comment celui qui dormait ou habitait là dedans s’y prenait pour y monter ou en redescendre. Je me reposai pendant deux jours. Je réfléchissais au moyen de me rendre jusqu’à cette maison qui n’avait aucune fenêtre. Pendant tout ce temps je ne vis s’ouvrir aucune porte ni personne entrer ou sortir. (Kezilahabi, 1991 : 10)

19Les questions que se pose le narrateur à propos de la maison du Vieux sont des questions ‘sensées’ : une maison sans portes ni fenêtres n’est pas habitable lorsqu’on se place du point de vue d’un espace extensif qui suppose une localisation de la maison dans un village, un réseau d ‘échanges entre maisons, etc. Les portes et les fenêtres deviennent inutiles si la maison est le point de convergence du monde entier. La maison du Vieux est le centre intensif du monde, il n’y a donc rien à voir à l’extérieur. Une fois entré dans la maison, une fois la rencontre avec le Vieux effectuée, le narrateur va progressivement comprendre qu’il ne pourra plus échapper au centre.

Le centre n’est pas un lieu, mais un principe de polarisation. Le narrateur n’échappera plus au Vieux, qu’il retrouvera sans arrêt pendant son voyage de retour. Le Vieux – dans sa maison – l’attendra dans une grotte au fond d’un lac (Kezilahabi, 1991 : 32), puis au cœur même de son village enfin retrouvé, dans sa propre maison. Le Vieux s’est immiscé dans l’intimité du narrateur et se confond avec son père, et mieux encore avec lui-même : « Je regardai son visage. Il ressemblait beaucoup à mon père. Plus je grandissais, plus je lui ressemblais. »
(Kezilahabi, 1991 : 57)

20Les deux récits initiatiques de Kezilahabi sont obsédés par la figure du cercle et du rapport de tension que le cercle entretient avec son centre. Les différentes rencontres du narrateur avec le Vieux se passent au centre incandescent du cercle. On retrouve dans Nagona et dans Mzingile l’image d’une foule rassemblée en cercle autour d’un feu ardent ou d’une colonne de lumière. Kezilahabi met au centre du cercle ce qui est le plus destructeur, le plus sauvage. Cet espace sauvage, qui est la condition de toute initiation, Kezilahabi le trouve au centre du cercle. L’initié est celui qui a su trouver le centre, s’y est totalement brûlé et émet ses propos de folie depuis le centre :

Je fus entraîné dans le cercle par le flux de la volonté. Je fixai des yeux le centre du cercle. Je dansai à en perdre conscience. Je vis le Vieux s’approcher de moi. Il me regarda dans les yeux, leva son bâton et toucha les colliers que j’avais autour du cou. Il m’attrapa par les cheveux et me traîna jusqu’au nombril du cercle. Il me toucha le corps avec son bâton et me dit : « Danse ! » Je fus soudain habité d’une force étonnante. Je savais ce qu’il fallait faire. Je tournai sur moi-même comme une toupie sans ressentir aucun étourdissement. « Danse ! » Le vieux me donnait de l’énergie. Je dansai à en perdre la tête. Je fus enfin pris d’étourdissement.

21Quand je fus sur le point de tomber, le Vieux me toucha encore une fois avec son bâton. Cela me redonna une force incroyable. J’entendais le Vieux me dire : « Regarde en haut ! » Je regardai en haut en tournoyant comme une toupie. « Danse ! » criait-il. Je dansai en regardant en l’air, puis mes yeux se fermèrent. Je vis une forte lumière s’abattre sur mes yeux depuis là-haut. J’avais l’impression que tout mon corps avait été régénéré par du sang neuf. (Kezilahabi, 1990 : 60)

22Le centre est un endroit dangereux, un lieu de chaos et de perdition, mais aussi un formidable réservoir d’énergie. Ce que les récits initiatiques racontent le plus souvent, c’est cette quête périlleuse du centre, la recherche de cette ultime Rencontre, que chacune des rencontres préalables manifeste déjà. Une fois introduit dans le récit, fût-ce à la fin, le centre rejaillit partout, il se manifeste dans tous les personnages, tous les épisodes, tous les lieux.

23Ce à quoi vise tout récit initiatique, c’est à concentrer son histoire sur un point focal unique et tout-puissant, le récit n’est plus que la trace de ce passage au centre, de ce processus de polarisation. Si la vérité de l’espace initiatique est son abolition en un point central, le problème qui nous reste à étudier est celui du statut de toutes ces routes et chemins qui mènent au centre et que les personnages arpentent.

Un espace en devenir

24Parmi les compagnons du narrateur-chasseur de Nagona, il y un singulier personnage nommé Mfuasi (le traqueur), dont une des deux jambes a la particularité de pourvoir s’allonger à perte de vue. Ils rencontrent le personnage au moment même où les traces de l’antilope se font de moins en moins visibles dans l’herbe haute. Mfuasi lance sa jambe, puis la rétracte et affirme que la trace laissée par la jambe les mènera jusqu’à Nagona. Cette petite anecdote est riche d’enseignements sur le statut de la route dans le récit initiatique. En premier lieu, Mfuasi incarne un principe d’immobilité : la trace laissée par sa jambe est le souvenir d’un mouvement d’extension d’un membre à partir d’un tronc fixe. Mfuasi renouvellera son exploit en envoyant sa jambe dans un pays fort éloigné où le roi avait oublié sa pipe lors d’un voyage (Kezilahabi, 1990 : 33). Dans le récit initiatique, la route ne relie pas deux points éloignés, elle établit le contact entre deux points qui ignorent leur coprésence. La route ou le chemin sont des principes de connexion.

25Apparemment la route permet d’aller d’un point à un autre, de passer d’une rencontre à une autre rencontre. Mais lorsque l’on sait que toutes les rencontres sont les variantes d’une rencontre unique, que tous les lieux sont des habillages différents pour un lieu unique, on comprend autrement la fonction de la route. La route est un principe narratif de mise en variation de l’espace initiatique. Elle introduit de la différence dans la répétition des lieux. Le récit reste au centre, mais un centre toujours renouvelé par le voyage sur la route. La route est le passage qui interdit au centre unique de se figer en un lieu statique. La route est l’élément déterminant qui permet de démultiplier la Rencontre, de la séquencer en étapes.

26La route établit la connexion entre des points qui ignorent qu’ils sont le même, pour autant elle n’a rien d’illusoire. Le chemin parcouru introduit une réelle différence entre la maison du Vieux en haut de la montagne, la même maison au fond du lac et enfin dans le village en ruine : une différence d’intensité. Certes le personnage se retrouve toujours au centre, mais chaque rencontre correspond à une révélation supplémentaire. La route établit un différentiel au sein d’une Rencontre unique qui prend ainsi plusieurs visages. Elle met le monde en variation perpétuelle. La route est ce qui crée la différence dans la répétition des rencontres.

27La route ou le chemin dans le récit initiatique n’ont pas pour fonction de permettre des déplacements à l’intérieur d’un espace extensif. Au contraire le voyage sur la route est souvent accompagné d’une forte impression d’immobilité. A la différence de la route tracée dans un espace extensif, la route initiatique est elle-même une trace. Il n’y route, ou chemin, que parce que quelqu’un est passé par là qui a déjà ouvert la voie. Le narrateur de Nagona et celui de Mzingile ne progressent que derrière quelqu’un d’autre : une antilope, une jeune fille, des enfants, un oiseau… Il y a toujours un ouvreur qui laisse des empreintes et qui se sait suivi. Le guide ou l’ouvreur doit à la fois montrer le chemin et ne pas se laisser rattraper. Un des principes récurrents est le maintien de la distance entre l’ouvreur et le suiveur : si l’un accélère, ralentit ou s’arrête, l’autre fait de même :

Je revins dans la rue centrale et repris mon chemin. Pour la première fois je vis des être humains vivants. Trois enfants complètement nus marchaient devant moi dans la même direction. Dès que j’accélérais le pas, ils augmentaient leur vitesse sans même se retourner.
(Kezilahabi, 1990 : 3)

28On retrouve le même phénomène avec la belle femme qui mène le narrateur de Mzingile jusqu’à la maison du Vieux :

Vers midi nous arrivâmes dans un terrain caillouteux. Je m’assis pour me reposer. Je voulais reprendre des forces et marcher plus vite ensuite. Elle s’arrêta comme si elle avait des yeux dans la nuque pour me voir. Elle regarda derrière elle. Quand elle vit que j’étais assis elle s’assit à son tour. Elle fit des dessins sur le sol. Je bus de l’eau. Je m’en versai sur la tête. Je repris de nouvelles forces. Lorsque je me levai, elle effaça les dessins qu’elle avait faits et se leva pour continuer le voyage.
(Kezilahabi, 1991 : 9)

29L’important est que la distance soit maintenue. La route ne sert pas à abolir les distances, mais à les maintenir. Il faudra dans tous les cas que l’ouvreur disparaisse pour que la Rencontre ait lieu. Ces guides, qui semblent « avoir des yeux dans la nuque », sont clivés entre ce qui est devant eux et ce qui est derrière eux. Ils sont cette non coïncidence entre les deux termes de la rencontre à venir. Les guides ont pour vocation d’amener la rencontre, leur existence ne tient qu’à l’écart entre deux entités qui doivent se rencontrer.

30L’ouvreur, qui est l’unique horizon du personnage de récit initiatique, peut se manifester sous trois formes différentes : des empreintes laissées sur le sol, une silhouette toujours en avant, un chant. L’ultime guide du narrateur de Mzingile est la ritournelle d’un oiseau (E. Kezilahabi, 1991 : 66). Dans les trois cas c’est bien une forme de présence/absence qui sert de guide : la silhouette, l’empreinte ou le chant menacent toujours de s’évanouir et sont pourtant le seul fil qui permet au chemin de continuer à être tracé. Il est nécessaire que le guide reste fragile et volatil, c’est lui qui prend en charge toute la dynamique du récit initiatique, il est cet appel d’air qui entraîne le récit toujours en avant, jusqu’à l’ultime rencontre, l’ultime Révélation.

Conclusion

31A la question qui sert de titre à cet article : l ‘espace initiatique existe-t-il ?, il nous est possible de répondre par l’affirmative, à condition de le définir comme un espace intensif. L’espace initiatique est à la fois dynamique et immobile, à la fois polarisé et désorienté. Il s’agit d’un espace qui fait corps avec le récit au point que la question du descriptif ne se pose plus. Décrire un lieu, c’est tenter de le soustraire à la puissance de l’événement qui va s’y dérouler, c’est l’exclure de l’ordre de la Rencontre.

32Il faudra attendre la dernière page de Mzingile, le moment où le narrateur recrée une famille par delà la destruction du monde ancien, pour que Kezilahabi envisage la restauration d’un espace extensif, ouvert à perte de vue sur les quatre poins cardinaux, un espace mis en perspective :

Nous nous regardâmes un moment avec les enfants. Il était clair qu’ils étaient jumeaux, une fille et un garçon. La première fois que je les regardai, ils ressemblaient tous deux au vieux. La deuxième fois que je les regardai, ils me ressemblaient. La troisième fois, ils ressemblaient à ma compagne. Nous nous regardâmes et nous tombâmes dans les bras les uns des autres en souriant. Puis nous restâmes debout. L’un regardait au nord, un autre au sud. L’un regardait à l’est, l’autre à l’ouest. Ensemble, nous levâmes la main au ciel en signe de paix. En haut de la colline, quatre lumières unies éclairaient les quatre côtés du monde, et en bas dans la vallée, les animaux broutaient l’herbe.
(E. Kezilahabi, 1991).

Haut de page

Bibliographie

Ba, A. H., 1968, Kaïdara, récit initiatique peul, Paris, Julliard, 183p.

Barthes, R., 1977, Introduction à l'analyse structurale des récits. Poétique du récit, Paris, Éditions du Seuil, pp. 7-57

Calame-Griaule, G., 1996, Les chemins de l'autre monde. Contes initiatiques africains, Cahiers de littérature orale, n° 39-40, pp. 29-59.

Deleuze, G., 1968, Différence et répétition, Paris, PUF, 409 p.

Grivois, H., 2000, La coordination incitative, une hypothèse clinique sur la psychose, Ethnopsy. Les mondes contemporains de la guérison, n° 1, pp. 77-89.

Kezilahabi, E., 1990, Nagona, Dar es Salaam, Dar es Salaam University Press, 63 p. —, 1991, Mzingile, Dar es Salaam, Dar es Salaam University Press, 71 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Garnier, « L’espace initiatique existe-t-il ? Étude de deux romans swahilis d’E. Kezilahabi », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 285-295.

Référence électronique

Xavier Garnier, « L’espace initiatique existe-t-il ? Étude de deux romans swahilis d’E. Kezilahabi », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3069

Haut de page

Auteur

Xavier Garnier

Université de Paris III.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org