Navigation – Plan du site

De la référentialisation spatiale en littérature orale. L’exemple des contes peuls du Cameroun et du Sénégal

Spatial referentialization in oral literature the example of the Fulani tales of Cameroon and Senegal
Ursula Baumgardt et Mélanie Bourlet
p. 263-283

Résumés

Par quels procédés les contes situent-ils les histoires racontées par rapport à une réalité hors-texte ? L’identification de l’espace référentiel s’effectue par un ensemble d’indices tant au niveau lexical – termes d’ordre spatial ou non – que déictique, qui renvoient de manière plus ou moins précise à un espace géographique spécifique dans lequel s’inscrit l’énonciation du texte, en l’occurrence l’aire peule. L’observation de ces indices au niveau des deux corpus de contes peuls – occidental (Sénégal) et oriental (Cameroun) – révèle, au-delà des variantes dialectales lexicales, un fonctionnement identique et des degrés différents de référentialisation en fonction des procédés utilisés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme le rappelle R. Barthes dans son article « L’effet de réel » (1982, pp. 81-90), les éléments f (...)
  • 2 A. J. Greimas (1979) distingue deux niveaux de référentialisation : 1) référentialisation interne q (...)
  • 3 D’ailleurs, si l’on se fie à la présentation de nombreux recueils de contes, force est de constater (...)

1La plupart des contributions du présent ouvrage étudient l’espace par rapport à sa représentation culturelle. A la différence de ces travaux qui visent une analyse globale, nous nous proposons de travailler ici à un niveau plus ponctuel, moins visible et apparemment insignifiant1 : le niveau figuratif, en nous intéressant aux procédés de création d’un espace imaginaire dans le conte, et plus précisément à la question de la référentialisation. En effet, en créant un espace imaginaire, le conte le situe en même temps par rapport à un espace hors-texte lequel fonctionne comme référence, de telle sorte que la référentialisation2 de l’espace peut se réaliser par le biais de l’articulation entre l’espace textuel et l’espace hors-texte3.

  • 4 Dans tous les ouvrages sauf dans celui de Gérard Meyer, le texte original figure. Par ailleurs, les (...)

2Dans un premier temps, notre interrogation portera sur les procédés d’identification de l’espace hors-texte dans le contexte de l’oralité et dans le genre « conte ». Pour ce faire, notre réflexion s’appuiera sur l’observation de deux corpus appartenant à une même culture – peule en l’occurrence – mais provenant de deux régions éloignées géographiquement l’une de l’autre. Le premier corpus est constitué de contes recueillis au Sénégal, principalement dans la région du Fouta Tôro, par Henri Gaden (1912-1914), Gérard Meyer (1988) et Mélanie Bourlet (1998) ; le corpus de l’aire peule orientale et plus précisément du Cameroun est composé de textes réunis par Dominique Noye (1982, 1983), Paul Eguchi (1978-1984 et 2003) et Ursula Baumgardt (2000)4.

  • 5 Pour cette raison, nous ne prendrons pas en compte dans le cadre de cette analyse les espaces expli (...)

3L’intérêt d’une telle analyse comparative fondée sur deux corpus appartenant à la même culture mais de provenance géographique différente consiste à répondre à la question suivante : à quelles techniques les textes recourent-ils pour un éventuel ancrage des contes dans l’espace hors-texte régional ? En filigrane, ce qui nous intéresse ici, c’est de comprendre comment un type de discours élabore un « effet de réel » apte à situer les textes dans une culture donnée et à créer ainsi une certaine continuité spatioculturelle, tout en particularisant le hors-texte régional5.

4Après avoir mis en évidence les différents procédés de référentialisation spatiale dans les textes, nous nous interrogerons dans une seconde partie sur les raisons qui entraînent ce fonctionnement. À partir de l’observation des indices, qui atteste l’existence de degrés de référentialisation différents, nous aborderons les questions suivantes : existe-t-il un lien entre le degré de référentialisation et la thématique ? Quelle est la relation entre l’inscription du texte dans un espace hors-texte d’une part, la circulation du texte dans l’espace culturel réel, d’autre part ?

Procédés d’identification de l’espace hors-texte

5La référentialisation n’est pas l’objectif premier des contes. Elle ne constitue ni une thématique, ni une structure narrative observable en tant que telle. Elle est liée au fait de raconter une histoire – les événements racontés étant eux-mêmes situés dans un espace-temps textuel plus ou moins précis –, et elle est l’un des facteurs qui rend le texte intelligible. Elle intervient à des niveaux différents du texte, elle est souvent implicite et se présente sous forme d’éléments textuels plus ou moins disparates.

  • 6 Voir ci après Détermination déictique de l’espace pour la définition.

6L’identification de l’espace référentiel s’effectue en effet par un ensemble d’indices tant au niveau lexical – termes d’ordre spatial ou non – que déictique6, qui renvoient de manière plus ou moins précise à un espace géographique spécifique dans lequel s’inscrit l’énonciation du texte, en l’occurrence l’aire peule. L’observation de ces indices au niveau des deux corpus, occidental et oriental, qui comprennent chacun un nombre de textes important et homogènes du point de vue géographique, révèle un fonctionnement identique.

7La référentialisation spatiale telle qu’elle transparaît dans ces contes s’organise en degrés : un premier niveau d’indices (degré 1) ne permet pas de situer avec précision un espace spécifique au sein de l’aire peule ; un second niveau d’indices (degré 2), permet au contraire l’identification d’un espace hors-texte spécifique de l’aire peule. Enfin, un dernier niveau (degré 3) consiste à superposer l’espace hors texte et l’espace de l’énonciation, ce qui crée un haut degré de référentialisation.

Absence de détermination d’un espace hors-texte référentiel spécifique de l’aire peule (degré 1)

8Bien que ces indices n’identifient pas un espace régional spécifique au sein de l’aire peule, ils permettent toutefois de circonscrire de vastes ensembles culturels et/ou géographiques.

9On trouve ainsi des indices non spatiaux, c’est-à-dire des termes dont la fonction première n’est pas de désigner un type d’espace, mais qui y participent tout de même. C’est le cas par exemple de certains animaux, végétaux, etc. Ainsi, lorsque dans un conte, un personnage récolte du « mil » gawri, qu’un « hippopotame » ngabu ou qu’une « hyène » fowru apparaît, ces indices non spatiaux (mil, hippopotame, hyène), situeront le cadre d’action dans une aire géographique plus ou moins large (par ex. : l’Afrique, la savane). Ces indices ne fonctionnent pas de manière isolée. C’est un ensemble d’indices qui va identifier la zone, et parfois même la particulariser.

10L’exemple des contes peuls soulève un autre aspect de la référentialisation : il s’agit du lien entre la référence et la dialectologie. Un même référent peut être désigné par des termes différents. Ainsi « le boubou » – que nous qualifions d’indice générique non spatial puisqu’il ne permet pas de situer précisément un espace spécifique de l’aire peule – se dira wutte à l’ouest, mais ngapalewol à l’est. On peut citer comme autre exemple : « l’arachide » se dira gerte à l’ouest, mais biriiji à l’est.

11D’autre part, certains termes généraux et non dialectalisés ont un sens communément admis dans les deux régions de l’aire peule dont il est question ici, autrement dit, ils ont une référence minimale, pour reprendre l’expression d’André Rousseau (1998) ; ils témoignent de l’unité de la langue au-delà de la dialectalisation. C’est le cas par exemple – pour ce qui est des indices cette fois-ci proprement spatiaux – de wuro « lieu de vie » ou encore lesdi/leydi « pays ». Ils jouent davantage le rôle de contenants dont le contenu sémantique peut être construit par l’auditeur. De fait, ces mêmes mots engagés dans un acte d’énonciation auront une référence enrichie, plus pointue, qui peut parfois même nous renseigner sur la représentation de l’espace qu’ont les auditeurs et l’énonciateur et permettre ainsi l’identification régionale de certains contes peuls.

12Prenons l’exemple du terme ladde. De manière générale, tant à l’Ouest qu’à l’Est, ladde désigne un espace non habité, « la brousse ». Le terme peut être qualifié, comme dans les expressions ladde sukkunde une « brousse épaisse », ou ladde hamadaare une « brousse éloignée » (PE206). Au Fouta Tôro, le sens que recouvre ce terme est bien plus précis. Ainsi, lorsqu’un homme quitte son village pour se rendre en Arabie (MB95), le conteur dit : « il est parti à l’étranger » O yehi ladde, pour dire que la sœur d’un homme s’est mariée dans un village différent du sien (MB48), la conteuse dit : « elle s’est mariée en brousse » O resaama e nder ladde. Il est clair que la fille ne s’est pas mariée dans la brousse/espace inhabité, mais dans un autre village, un endroit inconnu pour elle. Par conséquent, ladde peut aussi désigner un village différent de celui qu’on connaît, voire un pays étranger. Chez les poularophones sédentaires de la vallée du Fleuve Sénégal, ladde aura une référence plus précise et désignera « tout ce qui est extérieur au village ». La conception de l’espace qui en ressort obéit à une logique villageocentriste. Au Cameroun, ladde désignera essentiellement « la brousse ». Le trait commun, la référence minimale de ladde, au Sénégal comme au Cameroun sera alors : « espace non habité », et il sera précisé au Fouta Tôro dans le sens de « espace non habité par nous ».

13Le procédé est le même pour wuro dont la référence minimale serait « unité de vie » dans le monde peul. Si dans les contes analysés ici, tant au Sénégal qu’au Cameroun, wuro désigne « une ville, un village », on pourrait imaginer qu’ailleurs, selon le contexte, on aurait des contes dans lesquels wuro renverrait à des réalités différentes – nous pensons notamment aux nomades. Le terme wuro serait alors actualisé par l’auditeur du conte et pourrait désigner un campement ou encore le lieu de séjour du troupeau.

14On peut penser que le faible degré de détermination de ces indices est probablement la condition nécessaire à une circulation des textes. L’actualisation de la référence se fera alors par l’auditeur.

Détermination d’un espace hors-texte référentiel spécifique de l’aire peule (degré 2)

15La seule présence d’indices non spatiaux, peut renvoyer à un espace spécifique de l’aire peule. C’est le cas par exemple de certains noms de personnages, des titres, des ethnonymes, des catégories sociales, de certaines pratiques culturelles, etc.

Termes non spatiaux

16Ainsi, concernant les noms de personnages, on peut trouver dans les textes certains personnages historiques, tels que Hammadi Manna – dont les occurrences sont très fréquentes dans les contes du Fouta-Tôro – et qui représente le personnage-type du roi, riche et puissant :

C’est un homme qui s’appelait Hammadi Manna

(début du conte. HG203)

Hammadi Manna avait épousé deux femmes

(GM174 )

Un petit berger de Hammadi Manna arriva soudain

(GM143)

Elle part jusqu’à ce qu’elle arrive chez Hammadi Manna

(MB275).

17La simple mention de ce personnage suffit à situer le conte à l’Ouest, puisqu’à priori il n’est pas forcément connu à l’Est dans la mesure où la dynastie des Manna régna sur le Fouta-Tôro dès le XIe siècle.

18La fonction référentielle du nom peut être encore plus forte lorsque par exemple le conteur prend pour héros de ces contes des individus connus seulement localement. C’est le cas dans le corpus recueilli par Henri Gaden. Cinq contes ont ainsi pour héros Hamadou Sawa Nguran ou encore Salli Malal (HG292, 294, 296). D’après H.Gaden, il s’agit de deux individus ayant vécu dans la première moitié du XIXe siècle et “ayant laissé au Fouta Tôro la réputation de conteurs et de causeurs prompts à la répartie que les grands faisaient venir auprès d’eux pour les divertir”. Hamadou Sawa Nguran était de la caste des « tisserands » maabo et originaire du village de Hamadi Hunere ; Salli Malal, quant à lui, était un « captif » dimaajo originaire de Ku∂el dans le Fouta Tôro :

Hamadou Sawa Ngouran et son fils labouraient un champ

(début du conte. HG294)

Hamadou Sawa Ngouran avait rencontré un mort

(idem.HG295)

Hamadou Sawa Ngouran avait rencontré un vieillard

(idem. HG295)

Un homme s’appelait Salli Malal

(HG293)

19On a également comme indices non spatiaux les ethnonymes. À l’Ouest, on trouvera les Maures (HG140, 229, 287), les Sarakhollé (HG234), ou encore les Toucouleurs (HG223, 266, 298), à l’Est les Haoussa (GA55-56) et les Bornouans (GA198-199), ce qui montre que le conteur prend comme espace référentiel effectivement celui de sa région, celui qu’il connaît.

  • 7 La société est très hiérarchisée. On a trois grandes catégories :
    rimɓe « nobles » dont font part (...)

20De même, les personnages des contes peuls occidentaux sont souvent catégorisés selon leur appartenance à tel ou tel groupe socio-professionnel (toroodo, jaawan∂o, cuballo, pullo), ce qui renvoie à l’organisation sociale7 qui prévaut à l’Ouest. La catégorie sociale constitue alors un indice non-spatial, mais inscrit les contes dans un espace spécifique de l’aire peule :

  • 8 Ce conte a pour titre « Les gens de même caste »

Il était une fois Hammadi le toroodo et Hammadi le jaawan∂o

(MB215)

Une petite femme jaawano arrive

(MB147)

Ce qui fut ici, c’est un coordonnier, un forgeron, un tisserand, un bammbaa∂o, un labbo fabriquant de pirogues et un labbo fabricant d’ustensiles de ménage

(HG2138)

  • 9 Cf. pour l’organisation sociale telle qu’elle apparaît dans les contes, U. Baumgardt (2000, pp. 63- (...)
  • 10 D’ailleurs, sans aucun doute, ce qui ‘parle’ aussi – mais on touche là aux représentations – c’est (...)

21Le procédé est le même à l’Est où l’organisation sociale évoquée dans les contes est de type binaire distinguant les Peuls des non-Peuls : d’un côté les Fulɓe, de l’autre les haaɓe, renvoyant ainsi au cadre spatio-culturel partagé par tous9. Lorsque dans un texte, on trouve le personnage de la petite femme jaawan∂o, il est évident que ce conte n’est pas énoncé au Cameroun où le terme ne ‘parle’ pas à l’auditoire, à la différence des habitants du Fouta Tôro10.

22La langue, lorsqu’elle est mentionnée, circonscrit d’une certaine manière l’espace référentiel des textes. C’est un procédé que l’on observe à l’Ouest, mais pas à l’Est. Au Fouta Tôro, la langue peule est désignée sous le terme pulaar ; au Cameroun, on dira fulfulde. Ce qui est intéressant, c’est que l’on trouve des contes mettant en avant ce critère linguistique. Tel est le cas dans le corpus d’Henri Gaden du conte ayant pour titre “L’homme qui ne voulait épouser qu’une femme comprenant le poulâr” (HG286) relatant l’histoire d’un homme souhaitant se marier avec une femme qui lui ressemble, i.e. qui parle sa langue. Nous avons recueilli le même conte en 1998, mais cette fois-ci, c’est une femme qui demande à son père de lui chercher « un bélier qui vit d’air et allume un feu avec ». Cette expression imagée et quelque peu énigmatique n’est pas comprise par le père qui se met à parcourir de nombreux villages à la recherche d’un tel homme. Son hermétisme est justifié par le fait que « Elle, elle connaît le pulaar pur. C’est celui-ci qu’elle vient de parler à son père » (MB57). Finalement, l’expression sera comprise d’un jeune homme qui deviendra de fait son mari. La compréhension de la langue, et surtout sa connaissance profonde, est érigée indirectement dans ce conte en critère de mariage. On peut citer comme autre exemple :

C’est une personne que l’on appelle Hammadi Hammadi Laa∂e. Il comprend le pulaar, c’est un locuteur du pulaar (…) il dit : « Moi, je veux quelqu’un à qui enseigner le pulaar » (…) Il enseigne à la fille le pulaar pur.
(MB25).

Termes spatiaux

23Concernant les termes proprement spatiaux renvoyant à un espace spécifique au sein de l’aire peule, ils sont de deux types : d’une part, il y a ceux qui renvoient à des réalités physiques ou culturelles spécifiques de l’espace hors-texte ; d’autre part, il y a les toponymes.

24Le premier cas peut être illustré par les termes waamgo et ruumnde (GA253) à l’Est. Waamgo « village de montagne », est le lieu où habitaient des non-Peuls non musulmans, non dépendants des Peuls, qui pouvaient être capturés, alors que ruumnde « village de cultures en saison des pluies » était habité par des captifs qui cultivaient la terre. Nous avons là des exemples de termes spatiaux dénotant une pratique culturelle qui était propre aux Peuls de cette région du Cameroun. Pour ce qui est de l’Ouest, l’action des contes du Fouta-Tôro peut se dérouler dans le waalo ou le jeeri, deux espaces géographiques propres à la vallée du Fleuve Sénégal. Waalo désigne en effet l’ensemble des terres basses inondables, le « bas-pays », tandis que jeeri désigne le « haut-pays », c’est-à-dire les terres de la vallée jamais inondées par la crue du fleuve :

Samba le roi du Tooro était parti dans le profond jeeri

(MB149)

Il était une fois une femme. C’était la famine. Elle partit au waalo

(MB285)

25Parmi les toponymes, on trouve des noms

  • de régions (le Bornou GA221, l’Âdamâoua GA203, le Fouta Tôro HG254, HG232),

  • de pays (le pays haoussa GA203, la Mauritanie HG153),

  • de villes (Kano GA227, Nagoundéré GA323),

  • de villages (Gasiga PE150, Kaa’ele PE68, Co∂ay MB, Agnam Sewul HG232),

  • de quartiers (doomaayo E150) et

  • de rivières (Lalaaje MB7).

26L’action d’un conte peut ainsi se dérouler au niveau d’un pays, d’une région ou d’un village, les deux derniers indices étant réunis dans le même conte, comme c’est le cas de : « Cela se fit encore au Fouta. Un homme était de passage à Agnam Sewul » (HG232).

27Les différents indices spatiaux et non spatiaux peuvent se combiner. Il suffit pour cela de retenir ces quelques titres évocateurs dans le corpus de Henri Gaden : “Le fils de Satigui et le forgeron” (HG130), “La captive de Sarakhollé” (HG235), “ Un cuballo et les Maures” (HG235) ou encore certaines comparaisons qui peuvent contenir des termes hautement référentialisés :

L’orage se forma alors depuis le royaume de Siidi Amel jusqu’à celui du Galam, (comparaison pour dire que le ciel était tout noir de l’ouest à l’est du Fouta Tôro. Siidi Amel est le nom d’un roi maure et Galam est le nom du royaume soninké, autour de Bakel).
(GM205)

28La fonction hautement référentielle de ce type d’indices, spatial ou non, est évidente : l’espace imaginaire des contes prend appui sur un espace hors-texte régional. On se rapproche alors progressivement de l’espace de l’énonciation.

Détermination déictique de l’espace (degré 3)

  • 11 Cf. pour la définition de la deixis comme mode de construction référentielle F. Toupin, 1998, pp. 6 (...)
  • 12 À telle enseigne d’ailleurs que lorsque les contes sont réécrits, tout ce qui fait référence à la d (...)

29La deixis constitue un mode de construction référentielle particulier, dans la mesure où elle permet de rapporter les objets et événements du monde aux coordonnées spatiales et temporelles associées à l’énonciateur11. Les indices relevant de la deixis constituent le plus haut degré de référentialisation spatiale dans les contes12 puisque la position de l’énonciateur est prise comme référence pour situer et structurer l’espace imaginaire des récits, permettant ainsi une coïncidence, une superposition entre ces deux espaces : celui de la performance et celui du texte. Ces références à l’espace de l’énonciation ont bien souvent un but explicatif.

  • 13 Le déictique oo peut fonctionner ici à un autre niveau, positionnant le personnage dont il va être (...)

30On peut avoir des incursions de l’espace du conte dans l’espace de la performance, comme l’atteste par exemple l’utilisation des démonstratifs. Dans le répertoire de Goggo Addi, on trouve un conte commençant ainsi : « celui-ci/celle-ci non plus, n’avait pas d’enfant » oo boo, o walaa binngel. Tout se passe donc comme si Goggo Addi présentait le personnage de ce conte, comme elle le ferait pour une autre personne réelle de l’assistance par exemple. Par l’utilisation du démonstratif déictique, elle apporte un certain réalisme à ce personnage, l’amenant dans l’espace de l’énonciation13, comme s’il faisait partie de l’auditoire.

31On a également des incursions de l’espace de la performance dans l’espace littéraire.

  • 14 Pour une étude des marqueurs déictiques de l’espace, cf. A. Borillo, 1992, pp. 245-256.

32L’un des procédés les plus courants consiste à mettre en relation l’espace de l’énonciation « ici » et un autre espace réel pour exprimer la distance parcourue entre deux lieux. L’énonciateur traite alors la relation spatiale de manière égocentrique : il se situe comme observateur et comme centre de l’énonciation pour exprimer la distance parcourue, voire de l’orientation spatiale (rapprochement ou éloignement). Sa présence ayant un pouvoir monstratif suffisamment fort dans la situation du discours où il se trouve, il n’a pas à mentionner explicitement ce lieu : il lui suffit de s’y référer par « ici »14. De nombreux cas sont attestés. Goggo Addi utilise à cinq reprises l’expression « comme d’ici à Laynde » (GA293, 311, 394, 467). Or Laynde est un village qui se situe à 4 km du centre de Garoua où se trouve la conteuse et qui fait aujourd’hui partie de la ville. « Il écrivit une lettre, la donna à son fils et lui dit de l’apporter dans une ville éloignée comme d’ici à Ngaoundéré » (GA323), c’est-à-dire une ville située à environ 300 km de Garoua sous-entendu dans « ici ». « Le fils alla dans un village qui était distant d’ici à Seno Bode » (GM128). Seno Bode est le nom d’un petit village situé à quelques kilomètres de celui du conteur, nous précise Gérard Meyer. « Le village où elles allaient était distant de chez elle comme entre ici et Woyndou Koli » (GM189) : Woyndou Koli est un village situé dans la région du Boundou, à l’Est du Sénégal, à quelques kilomètres de l’endroit où se trouve le conteur. « Ils arrivent à un endroit situé à une distance comme d’ici à Lalaaje » (MB7). Lalaaje est une rivière située dans le waalo, c’est-à-dire dans les basses terres inondables, à 2 km environ du village où se trouve le conteur (« ici » : le village d’Agnam Coday).

33Deux lieux peuvent également être mis en relation, non pas pour exprimer une distance, mais pour ‘créer’ dans l’auditoire l’image de l’espace littéraire ainsi évoqué en faisant appel à un espace référentiel hors-texte censé être connu de tous :

L’endroit où habite un homme avec sa femme, c’est comme ici avec Doomaayo, il y a de la brousse entre les deux. (E150).

34Par ce procédé, l’énonciateur cherche à montrer qu’un terrain vague se trouve entre deux lieux, comme ce qui existe déjà dans le village du conteur. De cette façon, il fait l’économie de la description.

35Dans l’exemple qui suit, la référentialisation a clairement une fonction de véridicité : l’événement étonnant qui se passe à tel endroit est vrai, puisqu’il peut avoir lieu ici, c’est-à-dire à Maroua, ville où se trouve le conteur : « Il y avait un homme à Kaa’ele, il y avait une femme qui était prostituée comme celle que tu peux voir ici. » (E68) : Kaa’ele est le nom de la ville évoquée (existant réellement) où se situe l’action.

36La construction de ce système déictique par l’énonciateur qui permet de faire coïncider espace de l’énonciation et espace textuel, ancre davantage les textes dans le réel régional, voire local. Les différents exemples que nous avons relevés – et qui sont sans doute loin d’être exhaustifs – ne disent finalement rien d’autre que ceci : « nous sommes ancrés dans le réel » car c’est bien de la catégorie du réel dont il est ici question. En même temps, comme on le sait bien, le conte est souvent caractérisé comme « mensonger ». Cette articulation devrait être approfondie.

Comparaison de la référentialisation dans les variantes d’un même conte

37Après avoir examiné les différents types d’indices dans des textes disparates, nous nous proposons de voir concrètement comment les variantes occidentale et orientale d’un même conte organisent la référentialisation spatiale. Parfois, la référentialisation est ponctuelle et porte sur un indice majeur, parfois les indices spatiaux sont parsemés dans l’ensemble du texte. Les deux procédés peuvent se combiner dans un même texte.

38Le premier cas est représenté par le conte qui peut être résumé comme suit (GM128-138, GA380-383) : une marâtre veut tuer un orphelin pour s’approprier les richesses de ce dernier. Pour ce faire, elle le promet à un monstre qui se trouve dans une mare où se rend l’orphelin pour abreuver son troupeau.

39Dans la version du Fouta Tôro, on donne un nom au monstre (Tyamaba). De cette manière, le conte s’inscrit dans le mythe de Tyamaba, attesté chez les populations de la vallée du fleuve Sénégal. C’est cette inscription par rapport au mythe qui situe le conte dans cette région. Tyamaba en tant que serpent mythique peut représenter un danger. De fait, la simple nomination de ce personnage le situe comme potentiellement dangereux, ce que le conte n’explicite donc pas. Par contre, à l’Est, où le mythe de Tyamaba n’est pas attesté, le monstre n’a pas de nom. Du coup, sa dangerosité est qualifiée par celle du lieu où il se trouve puisqu’« aucune vache n’osait aller à ce lac » (GA381). La référence au mythe à travers le nom « Tyamaba » constitue donc un indice non spatial mais qui renvoie de manière explicite à l’aire occidentale.

40Dans un deuxième exemple, la référentialisation se réalise à travers la combinaison de plusieurs indices portant essentiellement sur l’organisation sociale. Nous reprenons ici la version du conte publiée par Henri Gaden, en marquant en gras les indices référentiels.

Un fils de Satigui et son forgeron (HG130-133)

Le forgeron lui dit : « C’est la galette d’argent avec laquelle il se frottait les dents. Celle-ci est celle que tu as vue, la manière dont il s’en frottait les dents a fait qu’elle est entamée ».

41Malgré l’absence quasi-totale d’indices proprement spatiaux, le référent hors-texte est parfaitement identifiable, comme le fait ressortir le tableau de la distribution des indices.

Distribution des indices

42Indices génériques : ne permettant pas l’identification d’un espace spécifique au sein de l’aire peule.

Indices spatiaux

Indices non spatiaux

Type d’habitations :

Aliments :

Suudu : case

Woroore (pl : gorooje) : noix de cola

Animaux :

Mbaroodi : lion

Végétaux :

Gawri : mil

Pratiques sociales :

Nawliraa: coépouse

43Indices spécifiques : permettant l’identification d’un espace spécifique au sein de l’aire peule.

Indices spatiaux

Indices non spatiaux

Type d’habitations

Aliments

Huɓeere (pl :

kuɓeeje) :

Mbuu∂u : beignet, galette

maison en pisé

Ustensiles :

Feere: ici petit vase de terre servant aux ablutions

Titres :

Saatigi : titre des anciens rois du Fouta Tôro, en particulier de la dynastie des deeniyannkooɓe qui a régné durant trois siècles sur le Fouta, du XVIème au XVIIIème siècle.

Catégories socio-professionnelles :

Baylo : forgeron

Dimaajo : captif devenu serf

Jaawan∂o : fait partie des nobles. Anciens conseillers des rois.

Nyeenyo : catégorie des artisans (le baylo en fait partie)

44Dans le tableau, seul le niveau lexical est considéré, puisque le texte ne présente pas d’indices relevant de la deixis. Mais il nous a paru intéressant de prendre ce conte pour exemple car des variantes dans quasiment tous les corpus observés ici sont attestées.

45On remarque que ces indices sont peu nombreux, vu la longueur du texte. Ils se différencient, comme nous l’avions fait remarquer supra, selon qu’ils permettent ou non de déterminer le référent hors-texte régional, et selon qu’ils sont spécifiquement spatiaux ou non.

46Les termes non spatiaux et génériques, en l’occurrence « case », « mil », « noix de cola », « lion », « coépouse » sont commun aux deux régions et, de ce fait, ils n’inscrivent pas le texte régionalement. Mais dès lors qu’un terme, même non spatial, renvoie à une réalité spécifique de l’aire peule, sa fonction dénotative est forte et le conte est ancré dans un réel hors-texte référentiel précis. C’est le cas du titre Satigi par exemple. Et lorsque ces indices – même peu nombreux – s’additionnent, les contours de l’espace référentiel se précisent : satigi + jaawan∂o + baylo + dimaajo + nyeenyo = société hiérarchisée de l’Ouest et plus particulièrement du Fouta Tôro (comme le précise satigi).

47Le procédé qui permet la référentialisation spatiale en l’absence de termes spatiaux peut être illustré davantage par le biais de la comparaison des versions du conte qui est très répandu à l’ouest. Une version se rapproche fortement de celle recueillie par Henri Gaden. Il s’agit de “Hammadi le noble et Hammadi le forgeron” qui figure dans l’ouvrage de Gérard Meyer (GM122). Dans ce texte, on apprend que Hammadi le noble a pour père également un Satigui, donc un roi. De même, on retrouve le personnage de la petite femme jaawan∂o très présente dans l’univers des contes de cette région.

48Dans un autre corpus (MB214) provenant de la même région, le conteur a souhaité illustrer cette histoire d’amitié extraordinaire entre deux individus de condition différente, en présentant là encore ces personnages comme appartenant à deux catégories sociales différentes : jaawan∂o et toroodo. Bien qu’ils fassent tous deux partie des « nobles », le toroodo qui représente l’aristocratie religieuse se situe plus haut dans l’échelle sociale que le jaawan∂o, catégorie qui représente les anciens courtisans et conseillers des rois.

49La thématique du conte est actualisée par rapport à l’organisation sociale qui prévaut dans la société de l’énonciateur, ce qui ne l’empêche cependant pas d’inscrire sa propre vision dans la version du conte qu’il dit, en choisissant, à l’intérieur des catégories sociales existantes, une plus ou moins grande proximité entre les personnages.

50À la différence de ces textes, à l’Est – où le conte est probablement moins attesté – cette thématique ‘histoire d’amitié extraordinaire entre deux personnes de condition différente’ est illustrée par le conte “Le fils du roi et le fils de l’homme pauvre” : tous deux sont Peuls, mais la différence entre eux est donc exprimée au niveau de la richesse (GA193) : là encore, le texte est actualisé par rapport au contexte local, puisque l’organisation sociale dans cette partie de l’aire peule ne présente pas la même structure qu’à l’Ouest.

51Dans cette première partie consacrée aux procédés de référentialisation spatiale, nous avons pu relever plusieurs niveaux d’indices, révélant différents degrés de référentialisation dans le genre « conte », selon qu’ils permettent l’identification d’un hors-texte précis ou non au sein de l’aire peule.

52La nature des indices servant à la référentialisation est variable, comprenant, pour ce qui concerne le vocabulaire, des termes génériques ou, au contraire, des termes plus spécifiques. Cette différenciation implique une gradation de la référentialisation. Ainsi, un terme générique comme « brousse » aboutit à un degré faible, alors que les indices plus précis se rapportant à des pratiques socio-culturelles, comme « piler du mil » ou « amener le troupeau en transhumance », par exemple, signalent un degré plus fort : on peut penser que plus l’indice culturel évoqué est précis, plus le degré de référentialisation est grand. Enfin, dans l’échelle de gradation, les toponymes et les indices déictiques créent un haut degré de référentialisation.

Fonctionnement de la référentialisation spatiale

53En partant des procédés de référentialisation dans le corpus de contes peuls, on peut se poser la question suivante : existe-t-il un lien entre le degré de référentialisation spatiale et le niveau thématique d’un côté, la circulation des contes, de l’autre ?

Référentialisation et thématique

54Si l’on écoute les contes, on peut avoir l’impression que dans une certaine mesure, la thématique impose un cadre spatial. Ainsi, si l’enfant est chassé par ses parents et qu’il se trouve en brousse, c’est dans ce cadre-là que se déroule l’action (GA249-260). De même, si la marâtre qui veut se débarrasser de l’orphelin l’envoie abreuver le troupeau dans une mare éloignée – où se trouve le monstre qui lui a promis de tuer le garçon –, c’est dans ce décor que se déroule la lutte entre le monstre et Roudaylo, et c’est le troupeau qui remplit la fonction d’adjuvant (GA381-384).

  • 15 Ce fonctionnement est lié à la situation d’énonciation et se superpose à la valeur sémantique des m (...)

55Cependant, dans les deux exemples qui viennent d’être cités, la thématique est en fait plus générale et peut être synthétisée ainsi : ‘parents veulent tuer fils’ dans le premier, et ‘marâtre veut tuer orphelin’ dans le deuxième cas. Par conséquent, les deux exemples cités illustrent le fonctionnement suivant : la thématique générale est précisée au niveau de ‘façon de se débarrasser de l’enfant’, et c’est cette précision qui entraîne un cadre spatial spécifique. Ce procédé semble être utilisé dans les contes d’aires culturelles très éloignées, car il s’agit de la forêt dans le cas de “Hänsel und Gretel”, et de la brousse dans le cas de “Petite-Joue-Enflée” (GA249-260) et de Roudaylo (GA381-384). La thématique générale est donc illustrée dans un espace imaginaire spécifique. Ce dernier, identifié par rapport à un espace hors-texte, permet de situer le conte géographiquement par rapport à l’aire culturelle dans laquelle il est dit. Dans cette perspective, la relation entre les deux niveaux, thématique et spatial, n’est donc pas une simple relation hiérarchique dans le sens de la subordination du second au premier. Il s’agit plutôt d’une relation articulée de façons complexes dans laquelle le niveau de l’espace est relativement indépendant et créateur de sens15.

  • 16 Nous ne tenons pas compte ici des toponymes imaginaires. On peut cependant signaler ici l’importanc (...)

56Pour ce qui concerne le haut degré de référentialisation – obtenu par le recours aux toponymes16 ou par les allusions à la situation d’énonciation – l’une de ses fonctions consiste à conférer un degré supplémentaire d’importance, voire d’authenticité, au texte. En effet, si selon la conteuse Goggo Addi, l’histoire étonnante de la femme ressuscitée se répand dans toute l’Aadamaawa (GA355), c’est pour souligner que l’histoire est attestée comme véridique et qu’elle est digne d’intérêt. De même, si la distance parcourue par un personnage est précisée par la comparaison de « comme d’ici (Garoua) Laynde » (GA293), cette actualisation a pour effet narratif une augmentation du suspense, car le personnage réalise une course contre le temps, par exemple. Ainsi, le haut degré de référentialisation n’est pas nécessaire pour la compréhension du texte : si la même histoire était racontée à Ngaoundéré, et que l’énonciateur éprouvait le besoin de l’inscrire par rapport à l’espace réel, il changerait probablement le toponyme. On peut en conclure que le haut degré de référentialisation est voulu par l’énonciateur et que c’est lui qui intervient pour adapter les indices spatiaux en fonction de la situation d’énonciation.

57À partir de cette observation, on peut formuler l’hypothèse suivante : le fonctionnement de la référentialisation spatiale ne varie pas en premier lieu selon le critère ‘nature des indices spatiaux’ et ‘degré de référentialisation”, mais par rapport à l’implication de l’énonciateur et celle du destinataire dans le déchiffrement de l’indice spatial. Dans le cas du haut degré de référentialisation, obtenu par un toponyme qui situe l’espace imaginaire par rapport à un espace hors texte, c’est l’énonciateur qui détermine l’espace hors texte servant de référence. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un terme générique comme la « brousse », c’est plutôt le destinataire qui ‘remplit’ le terme fonctionnant alors comme un contenant. On peut donc penser que l’indice plutôt ‘vide’ est stable et peut de ce fait passer d’une zone à une autre, alors que l’indice à haut degré de référentialisation, étant choisi par l’énonciateur, est variable. Dans cette perspective, les indices spatiaux déictiques sollicitent de la part de l’énonciateur et du destinataire physiquement présents dans la performance une véritable coopération dans la construction référentielle.

58Rappelons par ailleurs que ce sont les conditions de production de la littérature orale qui permettent le caractère indiciel de la référentialisation spatiale. En effet, réunissant énonciateur(s) et destinataires dans un même cadre spatio-temporel et autour d’une langue partagée de tous les participants, la performance favorise l’émergence d’un ‘nous culturel’, ce qui permet à l’énonciateur de se contenter simplement de quelques indices spatiaux, identifiables par l’auditoire. L’espace référentiel premier étant ‘naturellement’ celui dans lequel s’inscrit la performance, il est possible de l’évoquer sans le décrire (le garçon est « en brousse »). Par contre, une description, même rudimentaire, a souvent une fonction de signal narratif, annonçant un événement important. Ainsi, lorsque la brousse, en général seulement évoquée, est détaillée par rapport à la hauteur de l’herbe, par exemple, c’est parce que le héros du conte réussit à fuir : « Les herbes s’étaient à peine refermées au-dessus de sa tête (…) » (GA255). De même, la description suivante du pays asséché : « Le mil sécha, les arachides séchèrent, les lacs tarirent, les rivières tarirent ! Les gens suffoquaient de soif et mouraient. Le bétail mourait » (GA409) a pour fonction de marquer l’intensité de la souffrance endurée par la population, et surtout la nécessité impérieuse de faire en sorte que Koumbo, la fille qui fait tomber la pluie en souriant, soit contente à nouveau. L’ébauche de description annonce effectivement l’importance de l’action suivante, car c’est le roi en personne qui donne l’ordre de chercher le jeune homme qu’aime Koumbo et qui la fait sourire.

Référentialisation et circulation du conte

59L’inscription du texte dans un ‘nous culturel’ permet à l’auditoire d’identifier les indices spatiaux et non spatiaux même s’ils ne sont pas détaillés, là où il serait nécessaire, si le public ne connaissait pas le contexte, d’apporter des précisions sous forme de description, de multiplication et d’explicitation des indices.

60En fait, l’existence de termes à référence minimale constitue l’une des conditions de la circulation du conte dans différentes cultures proches. Ainsi, la « brousse », pour reprendre cet exemple, est un espace familier en contexte peul, wolof, haoussa ou bambara etc., alors qu’une réalité comme la « forêt » ne l’est pas. Ainsi, aucun terme qui pourrait renvoyer à cette réalité n’est attesté dans des contes peuls. On peut penser effectivement que les textes qui situent l’action dans la forêt, et qui seraient des ‘contes de la forêt’ par opposition aux ‘contes de la savane’, ne sont pas intégrés dans les corpus peuls, car la distance géographique – et culturelle – est probablement trop grande pour qu’ils y figurent et qu’ils y soient reconnaissables en tant que tels.

  • 17 On peut signaler aussi la présence de chansons dans une langue imaginaire, par exemple la langue de (...)

61Cependant, si on peut effectivement supposer qu’un conte n’est intégré dans un corpus qu’à la condition de pouvoir être reconnu comme un élément du ‘nous culturel’, la présence de textes visiblement ‘étrangers’ est largement attestée. On peut citer ici les contes qui contiennent une chanson dans une autre langue17 que le peul, en l’occurrence le haoussa pour les contes du Cameroun. Ainsi, il n’est pas rare qu’une chanson entière dans cette langue figure dans un conte (PE 2003, p. 403), ou qu’un dialogue soit chanté en haoussa et en peul (PE 2003, pp. 213-222). Le fait de maintenir la chanson dans une langue différente indique que le conte a été ‘emprunté’, tout en gardant des traces de son origine supposée. Signalons cependant que cette pratique n’est pas attestée pour le poulâr dans les corpus de H. Gaden et de Mélanie Bourlet.

Référentialisation et genre littéraire

62Réalisée dans la performance et recourrant à des degrés différents, la référentialisation spatiale est actualisée dans le conte, comme nous l’avons vu, par deux procédés coexistants et complémentaires :

  • les indices génériques sont invariables et de ce fait récurrents d’un conte à un autre ; ils situent le texte dans un hors–texte pris globalement, comme c’est le cas de la « brousse » ;

  • les indices à haut degré de référentialisation sont adaptés en fonction de la situation d’énonciation par l’énonciateur et ils sont, de ce fait, variables : le toponyme Kano, qui représente dans l’aire orientale la ville de commerce lointaine et prestigieuse (GA227), pourrait être substitué par un toponyme équivalent pour permettre l’inscription du texte dans l’aire occidentale.

63Ce fonctionnement permet au conte d’être mobile. Il constitue l’un des traits constitutifs du genre. Ceci apparaît plus clairement si on compare ce fonctionnement à celui de l’épopée.

64En effet, les textes épiques, par exemple l’épopée bambara Soundiata ou l’épopée peule Silâmaka et Poullôri, ne sont pas empruntés et adoptés en tant que tels par une autre culture, même s’ils partagent des motifs communs. Comme le souligne Christiane Seydou (1976 : 37), c’est effectivement l’épopée en tant que “schéma organisateur” qui pourrait être empruntée à la culture bambara par les Peuls du Mâcina (Mali) pour donner naissance à l’épopée peule, et non l’épopée bambara qui serait adoptée par les Peuls comme la leur.

  • 18 Voir pour un développement de la réflexion dans ce sens, U. Baumgardt 2010.

65Le fonctionnement de la référentialisation est l’une des raisons pour lesquelles une telle circulation – possible dans le cas du conte – est peu probable dans le cas de l’épopée. En effet, le héros épique renvoie à un cadre spatio-temporel précis et invariable. De ce fait, la référentialsiation spatiale de l’épopée existe avant son énonciation, elle est en quelque sorte préconstruite. L’espace référentiel du conte, par contre, se construit à l’occasion de son énonciation18.

Conclusion

66En partant de cette comparaison rapide et pour conclure, on peut retenir l’idée suivante : la référentialisation spatiale dans le conte est l’un des traits définitoires du genre. Elle est à la fois la condition et conséquence de sa circulation dans l’espace culturel. Elle fait appel aux participants respectifs de la performance de manière différenciée en leur conférant une importance variable dans la communication : tantôt c’est le destinataire qui est plus important car il actualise l’indice spatial générique, tantôt c’est l’énonciateur qui précise la référentialisation spatiale par un indice spécifique. Enfin, dans le cas des indices déictiques, la coopération à importance égale entre l’énonciateur et le destinataire est indispensable.

67Mais les indices spatiaux ne remplissent pas seulement la fonction de réféntialisation – l’aspect que nous avons traité ici –, ils interviennent également dans la construction des représentations culturelles et les fonctions identitaires de l’espace.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, R., 1982, L'effet de réel, in Barthes, R., L. Borsani, (éd.), Littérature et réalité, Paris, Le Seuil, pp. 81-90.

Baumgardt, U., 2000, Une conteuse peule et son répertoire. Goggi Addi de Garoua, Cameroun, Paris, Karthala.

Baumgardt, U., 2010, L’espace en littérature orale africaine : quelques réflexions méthodologiques autour des indices spatiaux, Cahiers de Littérature africaine, 22 p. (à paraître).

Bourlet, M., 1998, Les Figures féminines dans un corpus de contes haal-pulaar du Fuuta-Tooro (Sénégal), Mémoire de DREA, Paris, Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) [2 vols.].

Borillo, A., 1992, Marqueurs de la deixis spatiale, in Morel M.-A., L. Danon-Boileau, (éds), La Deixis, Paris, PUF.

Eguchi, P. K., 1978-1984, Fulfulde Tales of North Cameeoon, Tokyo, ILCAA. —, 2003, Taali Fulb'e Aadamaawa bee Binuwoy [Contes peuls de l’Adamaoua et de la Bénoué], Tokyo, ILCAA [bilingue peul-japonais].

Gaden, H., 1912 et 1914, Le poular,dialecte peul du Fouta sénégalais, Paris, E. Leroux, 2 tomes.

Kulibali, B., 1988, Tinndi [Contes], Paris, Binndi e jannde.

Meyer, G., 1988, Paroles du soir. Contes toucouleurs, Paris, L’Harmattan.

Mohamadou, A., 1994, Classificateurs et représentation des propriétés lexicales en peul (parlers de l ’Aadamaawa), Paris, Documents de Linguistique Africaine.

Rousseau, A., 1998, La Référence et le sens, in Querler le N., E. Gilbert (ed.), La Référence – 1 Statut et processus, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 33-45.

Seydou, C., 1976, La Geste de Ham-Bodêdio ou Hama le Rouge, Paris, Classiques Africains.

Toupin, F., Référence et deixis, in Querler le N., E. Gilbert (éds.),1998, La Référence – 1 Statut et processus, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 65-76.

Wane, Y., 1966, Les Toucouleur du Fouta Toro, Dakar, IFAN.

Haut de page

Notes

1 Comme le rappelle R. Barthes dans son article « L’effet de réel » (1982, pp. 81-90), les éléments figuratifs sont souvent considérés comme des détails superflus et insignifiants, des « remplissages » dans l’analyse structurale. Pourtant, il serait opportun de se demander justement quelle est leur signification : “tout dans le récit est-il signifiant, et sinon, s’il subsiste dans le syntagme narratif quelques plages insignifiantes, quelle est en définitive, si l’on peut dire, la signification de cette insignifiance ?” (p. 83)

2 A. J. Greimas (1979) distingue deux niveaux de référentialisation : 1) référentialisation interne qui concerne l’ensemble des procédures par lesquelles le discours prend appui sur lui-même et renvoie par des mécanismes variés à des énoncés déjà produits ; 2) une référentialisation externe qui se situe dans la relation inter-sémiotique qu’entretiennent les figures du discours avec les figures construites du monde naturel. Les indices référentiels seront alors l’onomastique, mais également les catégories déictiques. C’est à ce mode de référentialisation que nous nous intéressons ici.

3 D’ailleurs, si l’on se fie à la présentation de nombreux recueils de contes, force est de constater que ceux-ci s’inscrivent de prime abord dans un espace culturel déterminé, comme en témoignent les titres de ces ouvrages. Y figurent des indications spatiales plus ou moins précises, telles que le continent, le pays, la région voire le département. Ainsi, les recueils présentent-ils des contes africains, européens, indonésiens, algériens, bretons, corses ou encore des contes de Sologne. Pour ce qui est des contes africains, ils peuvent apparaître sous l’appellation de contes de la forêt ou de la savane, distinguant ainsi de vastes entités géoécologiques au sein du continent africain. La langue peut également être un critère permettant l’identification d’un espace géographique bien circonscrit (ex : le conte kabyle). Ces différents critères peuvent parfois se combiner. On trouvera ainsi des titres tels que : Contes berbères de l’Atlas de Marrakech, Contes bambara du Mali, ou encore Contes wolof du Baol. Si cette manière de catégoriser les contes par le critère de l’espace géographique et/ou de la langue relève évidemment d’une intervention extérieure, celle de l’éditeur, on peut tout à fait, au delà même des titres, s’interroger sur la manière dont l’espace dans les contes ainsi étiquetés se situe par rapport à l’espace hors-texte.

4 Dans tous les ouvrages sauf dans celui de Gérard Meyer, le texte original figure. Par ailleurs, les références aux contes cités sont précisées entre parenthèses par les initiales de l’auteur et le numéro de la page. Ex : Paul Eguchi, p. 254, se notera PE254. Les contes du répertoire de Goggo Addi publiés par U. Baumgardt (2000) sont indiqués par GA.

5 Pour cette raison, nous ne prendrons pas en compte dans le cadre de cette analyse les espaces explicitement imaginaires (par ex. une ville aquatique, le pays des vautours), puisque ce qui nous préoccupe ici, c’est l’inscription des textes dans l’espace réel hors-texte. Cette opération participe elle-même d’un imaginaire, mais que nous n’aborderons pas non plus.

6 Voir ci après Détermination déictique de l’espace pour la définition.

7 La société est très hiérarchisée. On a trois grandes catégories :
rimɓe « nobles » dont font partie les Fulɓe (Peuls, éleveurs) notamment ;
nyeenɓe qui représentent les artisans ; et les rimayɓe qui représentent les captifs.
A l’intérieur de ces grands ensembles, on trouve de nombreux sous-groupes. Cf. pour la stratification sociale du Fouta-Tôro, Y.Wane (1969).

8 Ce conte a pour titre « Les gens de même caste »

9 Cf. pour l’organisation sociale telle qu’elle apparaît dans les contes, U. Baumgardt (2000, pp. 63-86).

10 D’ailleurs, sans aucun doute, ce qui ‘parle’ aussi – mais on touche là aux représentations – c’est le comportement de ces personnages. Clairement, dans les contes recueillis au Fouta Tôro, on a une association ‘statut social’ – ‘type de comportement’, autrement dit des stéréotypes, lesquels renforcent l’ancrage des textes dans un imaginaire familier de tous. Les jaawamɓe par exemple représentent les anciens courtisans et conseillers des rois et ont la réputation de parler beaucoup – au point que leurs propos sont craints – et de détenir des connaissances magiques servant à guérir. Les contes animent alors ce stéréotype, puisque dans les textes, le jaawan∂o (souvent une femme) incarne par son comportement la puissance de la parole, du conseil (voire de l’intrigue) et de la magie.

11 Cf. pour la définition de la deixis comme mode de construction référentielle F. Toupin, 1998, pp. 65-76.

12 À telle enseigne d’ailleurs que lorsque les contes sont réécrits, tout ce qui fait référence à la deixis est supprimé, comme l’atteste par exemple le corpus de contes peuls réécrits par Baylaa Kulibali (1988) en version unilingue (en pulaar), Tinndi.

13 Le déictique oo peut fonctionner ici à un autre niveau, positionnant le personnage dont il va être question par rapport à ce qui a déjà été dit précédemment, plus précisément par rapport au personnage d’un conte dit dans la même séance, ce que A.J.Greimas appelle la référentialisation interne.

14 Pour une étude des marqueurs déictiques de l’espace, cf. A. Borillo, 1992, pp. 245-256.

15 Ce fonctionnement est lié à la situation d’énonciation et se superpose à la valeur sémantique des marqueurs des classes nominales en peul (voir pour ces derniers, A. Mohamadou 1994).

16 Nous ne tenons pas compte ici des toponymes imaginaires. On peut cependant signaler ici l’importance des toponymes qui ne sont pas forcément identifiables comme appartenant à un espace réel hors-texte et qui renvoient certainement à un lieu imaginaire, comme par exemple : weendu Wuuli-Yara (E156) ; weendu Karel (E156) ; weendu Ruwombaaje (E2) ; le fleuve Fuslu ou Fulsuudu (E286) : les lieux de pâturage Maadilam et Keelilam (GA55). Dans la majorité des cas, c’est le domaine de l’eau qui est concerné par ces toponymes. Une analyse des représentations de l’espace tiendrait compte de ces données.

17 On peut signaler aussi la présence de chansons dans une langue imaginaire, par exemple la langue des vautours dans Doûdou (GA315), d’un chien et d’un mouton dans Bayôma (GA287), ou celle de Héron et de Crapaud (GA481). Un exemple d’un langue imaginaire est attesté dans le corpus occidental, en l’occurrence la chanson d’une cloche (MB285).

18 Voir pour un développement de la réflexion dans ce sens, U. Baumgardt 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ursula Baumgardt et Mélanie Bourlet, « De la référentialisation spatiale en littérature orale. L’exemple des contes peuls du Cameroun et du Sénégal », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 263-283.

Référence électronique

Ursula Baumgardt et Mélanie Bourlet, « De la référentialisation spatiale en littérature orale. L’exemple des contes peuls du Cameroun et du Sénégal », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3060

Haut de page

Auteurs

Ursula Baumgardt

Articles du même auteur

Mélanie Bourlet

INALCO/LLACAN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org