Navigation – Plan du site

Le traitement de l’espace dans quelques épopées d’Afrique

The treatment of space in some African epics
Lilyan Kesteloot
p. 249-261

Résumés

Les épopées d’Afrique noire s’inscrivent dans un espace varié selon qu’elles proviennent de régions de savane ou de forêt, dont on retrouve les éléments caractéristiques dans les textes. L’espace est décrit de façon plus réaliste dans les épopées royales ou féodales, cependant que les épopées claniques développent un espace imaginaire plutôt fantastique. Il semble donc que la fonction politique des épopées royales influence leur inscription dans l’environnement, plus que dans les récits en provenance des régimes villageois. Par ailleurs, les descriptions de cet environnement sont brèves, très peu détaillées. Mais on remarque dans les épopées européennes un laconisme analogue. L’intérêt du griot épique se porte sur l’action et les personnages, et non sur le cadre. Dans le roman africain écrit en français, on constatera la même caractéristique : peu d’intérêt pour le cadre et les paysages, au profit exclusif du sujet.

Haut de page

Texte intégral

1Les épopées orales d’Afrique noire s’inscrivent dans plusieurs espaces : ceux qui relèvent d’une géographie très concrète correspondant aux lieux où se sont déroulées les actions évoquées ; ceux qui relèvent d’un imaginaire lié à des conceptions cosmologiques locales ou étrangères (Islam surtout). Dans les épopées d’Afrique, nous rencontrons donc quatre ou cinq espaces physiques bien différenciés : l’espace côtier et/ou fluvial, la savane herbeuse, la forêt dense, la montagne forestière, le désert.

  • 1 Editeur de plusieurs versions de Soundiata, épopée mandingue.
  • 2 Héros des différents récits épiques concernés.

2La première sensation, lorsqu’on aborde les épopées de l’epicbelt du Sahel, comme le désigne le professeur américain John W. Johnson1, c’est bien l’immensité de ces savanes où galopent les chevaux de Soundiata, de Guéladio, de Da Monzon, de Silamaka, de Hambodédio, de Sampolel, de Issa Korombe, de Lat Dior2. De la Guinée jusqu’en Mauritanie, du Sénégal jusqu’au Niger.

  • 3 Noms des guerriers bambara et wolof.

3Chevaux de guerre mandingues, chevaux de razzieurs peuls, chevaux de bandits maures, la plaine à l’infini résonne encore du bruit de leurs sabots. On ne peux traverser le sablonneux pays wolof ou le rocailleux pays soninke, sans songer à ces cavaliers, ces paladins qui l’arpentèrent en tous sens, en comptant les distances par jour de marche ; que ce soit les bergers rapides, à peine vêtus, seulement munis de leur lasso et de leurs lances, ou les guerriers (tondyon ou tieddo3) lourdement chargés de gris gris, de sabres, d’arcs et de fusils, rien ne les arrêta pendant des siècles sur les milliers de kilomètres carrés que compte la savane entre Dakar et Niamey. Rien sinon d’autres cavaliers, d’autres razzieurs, d’autres guerriers. Comme rien n’intercepte le regard, rien ne le distrait sauf quelques rouges pitons rocheux, par-ci, par-là ; rien donc que la savane clairsemée d’arbres maigres, comme transparents sous le soleil de plomb, ou la brume légère du matin qui leur donne allure de fantômes.

4Mais voici que je m’égare et que le principe de plaisir l’emporte sur le devoir scientifique. Après tout il s’agit de littérature et il faut bien quelque part qu’elle reprenne ses droits. Bon, je m’arrête !

5L’espace dans l’épopée africaine, essayons d’analyser. D’abord sur un pareil continent, sachez qu’il y a plusieurs types d’épopées. Nous avons dénombré les épopées royales ou historiques, les épopées religieuses, les épopées corporatives, enfin les épopées claniques ou mythologiques. Nous nous sommes expliqués ailleurs (L. Kesteloot et B. Dieng 1997) sur ce classement qui correspond à deux paramètres : structure socio-poltique et environnement géographique. L’espace est donc une donnée distinctive importante. Elle fut longtemps la seule, car on divisait naguère l’énorme corpus des épopées africaines en épopées de savane et épopées de forêt.

  • 4 L’expression est utilisée dans l’épopée bambara ; voir L. Kesteloot et coll., 1972.

6Dans les deux premiers types (royal et religieux), on peut étudier le traitement de l’espace comme je l’avais commencé, à partir des chevauchées guerrières d’un royaume ou d’un seigneur féodal contre un autre. Et dès lors c’est la plaine qui domine le paysage qui semble vide, ponctué seulement par les villages de terre battue qui sont « pilés comme vieilles calebasses »4 sous les hordes des expéditions punitives de Ségou ou des razzieurs de Hambodédio. Au retour le paysage se peuple de caravanes de captifs qu’on ramène, ou des troupeaux qu’on a volés, ou encore du butin en biens meubles qu’on transporte à dos d’homme ou de bête.

7Mais on peut étudier l’espace épique d’une autre manière. À partir du pouvoir puisque l’épopée royale est toujours liée à un roi, un prince, ou un chef religieux.

  • 5 Djamana, en bambara désigne le pays, et englobe les notions de territoire, d’état et de nation.
  • 6 Différents royaumes précoloniaux de l’Ouest africain, les trois premiers se trouvent au Sénégal.

8L’espace politique, vu du point de vue du pouvoir, se divise en trois lieux stratégiques. Il y a bien sûr l’empire, le djamana5où s’exerce son autorité et sa juridiction. Ces états précoloniaux avaient des limites assez vagues. Créés au départ par droit du feu (étendue brûlée par un feu de brousse) ou droit du sabot (périmètre accompli par un cavalier en un temps donné), ces propriétés du sol s’agrandirent avec les siècles au moyen d’alliances et de conquêtes jusqu’à former des royaumes de vaste envergure. Le Mali du Moyen Âge (XIIIe siècle) était plus grand que le Mali d’aujourd’hui et allait jusqu’à l’Océan Atlantique. Le Djoloff, le Cayor, le Gabou, le Danhomey, le Mossi, le Songhaï6 eurent des dimensions variant entre la Suisse et la France, ou l’Italie.

9Le moyen le plus simple pour les délimiter ne fut pas le cadastre… il n’existait ni carte ni douanes. Les frontières étaient donc assez abstraites. On fortifiait les villes et villages par des murailles, mais les frontières étaient invisibles, sinon imprécises.

10Les royaumes se mesuraient par les villages qui payaient tribut au roi, ou à ses vassaux qui à leur tour en reversaient une partie au suzerain.

11L’espace du pouvoir royal s’arrête donc là où un autre prince lève l’impôt. C’est un espace perpétuellement menacé par un pouvoir ennemi, un espace mouvant qui peut s’étendre par la conquête mais aussi se rétrécir par l’invasion ou la razzia étrangère. Il y a toute une étude à faire dans l’épopée sur l’extension physique du Manding, avec et après la reconquista de Soundiata par exemple. Le tout petit royaume de son père, Niaré F. Konaté, est réuni à une demi douzaine de ses voisins par Soumahoro Kanté en un état nommé Manding, et Soundiata en fera le grand Mali en asservissant le Gabou, le Djolof et les royaumes des Soninké. Autre exemple : la confédération des Peuls du Fouta Djalon qui, après la conquête du Gabou, s’étendit jusqu’à l’océan, doublant presque son territoire.

12Cet espace politique demeure donc infiniment ouvert et vulnérable. C’est le premier qui sera atteint par la révolte du vassal, ou l’ambition conquérante du voisin. Et là encore, conquérir ne signifie point tant franchir des frontières qu’asservir des villages, les astreindre à verser l’impôt à X plutôt qu’à Y.

13Cet espace est le lieu le plus fréquenté de l’épopée royale, celui où se règlent et se concluent les grandes batailles qui sont le sommet et la finalité de l’épopée politique. Car le nerf et le cœur de l’épopée c’est le conflit, c’est la guerre. Le jeu des hommes, disent les Bambara.

  • 7 L. Kesteloot, B. Dieng, 1997, p. 63, pp. 69-70. (2ème éd. 2009).

14Nous avons écrit ailleurs7 comment les espaces du pouvoir se concrétisent en d’autres lieux plus restreints : la place publique de la chefferie ou de la ville capitale, la cour du palais, la chambre des fétiches où se concentrent les pouvoirs occultes du roi. Il est d’autres espaces évoqués comme les étapes conduisant au lieu d’exil d’un pouvoir en latence (Soundiata, Issa Korombe dans l’épopée zerma, Samba Guéladio dans l’épopée peule du Fouta Toro).

15Enfin interviennent des séquences – rares mais fondamentales – qui font mention d’un espace mystique ou magique ; ainsi le voyage d’El Hadj Omar dans les sept cieux de l’Islam ou, plus concrètement, son pèlerinage à la Mecque. Dans l’épopée animiste on verra plutôt le roi faire un séjour à l’intérieur du fleuve (Biton dans l’épopée bambara, Ndiadiane dans l’épopée wolof, Askia Mohamed dans l’épopeé songhaï) auprès des dieux qui l’initient. Ou se transporter dans des lieux dangereux où règnent des génies dont ils obtiendront les faveurs (Soundiata ou Samba Guéladio). Ce sont des lieux de force où la force du pouvoir occulte s’accumule.

16Dans les épopées corporatives, liées à une profession : chasse, pêche, pastorat, l’espace se rétrécit singulièrement. Il retombe un peu dans la dialectique village/brousse observée dans le conte. Entre la demeure du héros et du fleuve, ou la forêt, il n’y a guère que son village. L’action se situera donc entre ces trois lieux assez rapprochés.

17En revanche dans l’épopée mythologique qui domine en Afrique centrale, l’espace physique éclate littéralement sous la pression du magique. L’imagination du Mvet (Cameroun, Gabon) par exemple, inscrit l’épopée dans une guerre homérique entre le peuple du fer, bons terriens, et un peuple du ciel qui a l’avantage d’être immortel. D’où les allées-venues incessantes entre les deux espaces. Forêts, montagnes, nuages sont franchis en quelques enjambées ; mais la géographie du pays céleste (qui n’a rien d’un paradis) n’est pas très différente du village terrestre, et l’on y construit des routes là-haut comme ici-bas, on y boit le même vin de palme, on se bat avec les mêmes armes, avec évidemment quelques foudres et quelques tonnerres en plus.

18Dans l’épopée Mwindo (Congo), il existe un monde souterrain où les champs de maïs et de manioc prospèrent aussi bien qu’à la surface. Cependant ces espaces sont piégés, la nature y est agressive, les herbes mordent, les arbres étouffent. Les héros s’y meuvent avec difficulté, ils s’y battent contre des éléments hostiles (ouragans, éclairs, géants, dragons, sorcières). Les trois types d’espace (surface terrestre, monde souterrain ou céleste, espace magique parallèle non localisé) s’enchevêtrent parfois si bien qu’on a peine à s’y retrouver, mais une analyse plus précise de ces épopées mythologiques devrait permettre d’identifier des itinéraires signifiants.

19À dire vrai le corpus des épopées africaines n’a pas encore été beaucoup étudié. On en est seulement à l’étape de la récolte et de la transcription. Au mieux, de la traduction, et de l’édition de versions différentes.

20Cet aperçu rapide du traitement de l’espace dans les récits oraux est nécessairement incomplet et schématique. Mais on peut en tirer déjà quelques observations :

211) Dans les mythes et épopées royales à base historique, les notations de lieux et d’itinéraires géographiques ont un fondement de réalité, qu’il faut retrouver par une recherche adéquate, et ce à travers les affabulations du merveilleux qui accompagne ce type de récits. Dans les épopées plus récentes comme celles de Ségou (bambara, Mali) Samory (Guinée) ou Chaka (Afrique du Sud), ces notations correspondent avec assez d’exactitude aux lieux de batailles, aux villages conquis, aux territoires conflictuels réels. Les villes anciennes sont toujours debout, ou à l’état de vestiges. On peut retrouver leur emplacement. Ce sont donc des éléments qui peuvent servir à reconstituer l’histoire de ces royaumes, après vérification par d’autres sources.

  • 8 A. H. Ba, Kaïdara, récit initiatique peul, Paris, Les Belles Lettres, 1969.
  • 9 A. H. Ba, Koumen, texte initiatique des pasteurs peuls, Paris, Mouton, 1961.

222) Dans les contes, l’espace est traité très souvent de façon symbolique. Il signifie la sécurité ou le danger, le connu ou l’inconnu, le profane ou l’occulte ; il est utilisé comme obstacle à surmonter ou rempart de protection. Les récits initiatiques fictifs comme Kaïdara8ou Koumen9(de Hampate Ba, Mali) offrent des espaces intégralement connotés de symboles qui doivent être correctement interprétés par les néophytes. Toute mare, tout monticule, tout bosquet d’arbres, toute fontaine, toute dépression du terrain ont un sens qu’il faut décrypter. Ce sont des récits codés. Rien n’y est dû au hasard. Il faut le savoir.

  • 10 Les cauris, petits coquillages bivalves servant de monnaie dans l’Ouest africain, avant la colonisa (...)

233) Il demeure que, dans tous les genres, l’espace est aussi traité de façon fonctionnelle, comme dimension indispensable à l’action. Les héros s’y déplacent afin de s’accomplir avec plus ou moins d’intelligence, de bravoure, de vitesse ou de précaution. Les distances sont indiquées de façon très approximative : « au-delà du fleuve », « derrière Ségou », « loin vers l’Est », « à quatre jours de cheval vers le couchant ». Pour évoquer la distance parcourue on utilise aussi des termes qui nous paraissent fort vagues : « il courut, courut, courut… » signifie que le héros s’éloigne beaucoup. « Il franchit la rivière, il traversa la forêt, il dépassa la colline, il s’enfonça dans les champs de maïs » est une façon de détailler un long parcours. Les systèmes de numération, existant par ailleurs pour compter ou mesurer les animaux, la monnaie (cauris)10, les poids, les tissus, ne semblent pas servir pour mesurer l’espace, en tout cas dans la littérature. Et lorsqu’il est question de déplacement dans l’espace, fréquents dans les contes ou l’épopée mythologique, les distances sont encore moins évaluables.

244) Le sentiment de flou qui en résulte produit un effet poétique certain, mais il n’est pas sûr qu’il soit volontaire.

25De même, les descriptions des paysages sont rarement données pour elles-mêmes. Mais pour les utilités ou les renseignements qu’elles fournissent aux actants : l’eau ou les fruits sauvent l’orphelin, l’ombre du tamarinier et l’herbe grasse offrent au cavalier le repos et à son cheval la pâture (Silamaka) ; les champs de bananiers ou d’ignames sont lieux où l’on rencontre le héros ou la sorcière à leurs occupations quotidiennes (Mwindo), la forêt que parcourt le chasseur peut être évoquée en précisant les noms des arbres ou des buissons, et les accidents du terrain, souches, rochers, trous, fourrés, etc. (Ndoronkele).

26Evidemment certains griots sont plus littéraires que d’autres et s’attachent davantage à la forme. Mais l’action et les personnages priment de loin sur le cadre géographique. Ainsi la préparation à la bataille, les phases d’un duel, et même le coup de fusil peuvent faire l’objet de détails minutieux comme dans l’épopée des chasseurs bambara (Fodé Sidibé, 1996) :

Bala mit le feu à la poudre
Le morceau de bronze tournoya
La cuisse fit la danse des captifs
L’oreille et le silex se heurtèrent
Le déchet de cafard se souleva
Mon œil ne le vit pas
Les balles s’éparpillèrent
Vous dirais-je le bruit des balles ?

27S’il veut, par ailleurs, décrire la beauté d’une femme, le griot se découvre lyrique, comme dans l’épopée bambara (L. Kesteloot et coll, 1972) :

On se demande si elle est humaine ou génie
Elle est remplie comme un œuf
Sa peau est lisse comme une bouteille
Le pou ferait en 60 jours le tour de sa taille
Ses yeux brillent comme l’étoile
Dieu lui donne noble naissance
Elle porte neuf cache-sexe et 3 pagnes
Elle a douze paroles dans la bouche
Elle ne peut les dire toutes à un seul homme.

28Mais pour indiquer le déplacement de toute l’armée de Ségou au Karta, il dira simplement « Ségou vint assiéger le Karta ». L’espace qui sépare deux royaumes est franchi en une ligne ; et après les péripéties des affrontements : « Alors Da Monzon fit tuer Dietekoro du Karta, il fit saisir sa fille cause de la guerre, et toute l’armée retourna à Ségou ». Parfois on prend son temps, en pillant les villages intermédiaires. Autre exemple, toujours dans l’épopée bambara : lorsque Da Monzon envoie ses espionnes piéger son vassal rebelle Bassi de Samaniana,

il manda ses soixante piroguiers, la pirogue était richement décorée, dedans sont entrées les trois servantes… Ils ont quitté Ségou, remonté le courant, ils ont suivi le fleuve jusqu’à Samaniana, ils ont navigué ce jour, et du soir jusqu’à l’aube, pendant trois jours, ils arrivèrent à Samaniana.

29Mais peu de choses ou rien n’est dit sur ces espaces traversés. L’effort littéraire se porte ailleurs.

30Un dernier exemple se trouve dans l’épopée du Fouta Djalon, dans la version peule traduite par A. Oury Diallo (2009). Sur des pages et des pages, on détaille les causes du conflit avec le Gabou ; les adversaires en présence, les préparatifs et les contingents rassemblés avec le nom des chefs et des principaux guerriers. Mais sur le trajet effectué, des montagnes du Fouta jusqu’à la capitale de Gabou, Kansala, située dans la plaine non loin de la côte, il y a à peine quelques lignes. Cependant que le relief n’est pratiquement pas mentionné.

31On pourrait conclure un peu vite que les récits africains sont pauvres en matière de description. Nous avons vu que cela dépend desquelles. Disons plutôt que concernant l’espace et l’environnement ils sont laconiques en effet, et subordonnent cette dimension, comme celle du temps d’ailleurs, à l’action et à ses héros. On peut ajouter que l’inscription dans l’espace des épopées royales dépend du politique, cependant que les épopées claniques n’hésitent pas à donner libre cours à l’imaginaire. Et que, dans les deux cas, l’espace n’est précisé qu’en fonction d’une nécessité des actions, ou pour ses éléments symboliques.

32On pourrait s’interroger sur ce phénomène si nous n’avions pas des traits analogues dans les récits du Moyen Age européen ; l’espace y est aussi traité pour son symbolisme. Dans nos épopées françaises, certes les distances sont évaluées en lieues, mais les descriptions restent fonctionnelles ou symboliques.

  • 11 Aliscans, traduction de B. Guidot et J. Subrénat – Paris, Champion 1993.

33Voyons par exemple la Chanson de Guillaume11 : lorsque Guillaume et son armée de 200 000 hommes reviennent de Laon la capitale (tout au nord de la France), le trouvère note qu’il se fait accompagner « d’étape en étape par le roi Louis jusqu’à Orléans ». Adieux, larmes, embrassades, mais pas un mot sur les paysages, ni du reste sur Orléans. On signale seulement que c’est entre Orléans et Bourges que le héros-géant Rainouart rejoint l’armée. Suit le récit des aventures de Rainouart « que Guillaume se fait conter pour tromper la longueur du chemin. A chaque forêt, à chaque fleuve, à chaque montagne, il trouve des hommes à cheval qui se joignent à la grande armée » et on cite les seigneurs et chevaliers par leurs noms. Mais rien sur les lieux.

  • 12 Souvenons-nous à présent de la Chanson de Roland. Certes nous fûmes marqués par le cadre de Ronceva (...)

34Enfin « qu’il gèle, qu’il pleuve, qu’il vente, l’armée de France chevauche chaque jour la pleine journée ; tant qu’un soir l’avant garde arrive au bord des vallons d’Orange ». Et voilà tout ce que l’on saura de l’immense espace traversé, tandis qu’on s’étend longuement sur les terres dévastées par les païens, la cité incendiée, les affres de la reine Guibourg et sa joie de revoir son époux12.

35De même dans la plaine des Aliscans coïncée entre mer et collines, lorsque Guillaume à la suite de la bataille la plus sauvage, je pense, de toute la littérature épique française, se réfugie dans un sombre vallon encombré de taillis où l’ennemi innombrable ne peut le suivre, il retrouve parmi les cadavres son neveu Vivien en train de mourir « auprès d’un étang, sous un arbre touffu et verdoyant ».

36Ecoutons le commentaire de notre collègue Guidot :

Avant tout la nature est étouffement et désespérance et bien que nous soyons en plein air, la sensation de huis clos tragique est saisissante… (mais) l’agonie de Vivien se situe au bord d’un étang non loin d’un arbre feuillu, élancé – la verticalité est espoir, lien avec la divinité, à proximité d’une source dont les eaux représentent l’éternité protectrice du Divin.
(Aliscans, p. 11)

37Et de fait Vivien meurt comme un saint, au point que son corps exhale une odeur suave.

38François Suard dans son article « La chanson de geste comme système de représentation du monde » (Barcelone) va plus loin, écoutons-le :

Dans la chanson de geste la terre est habitée par les signes de la présence divine tels que les reconnaît la pratique chrétienne… Ce sont les reliques…, ce sont les églises contre lesquelles s’acharnent les ennemis de Dieu.
Ainsi s’opposent le côté de Dieu – la terre sanctifiée par sa présence, le ciel auquel sont promis ses amis – et le côté des démons – la terre qu’habitent les païens. (p. 247).

39Bref, ici comme dans Roland, l’espace sera détaillé lorsqu’il est symbolique ; sinon il ne suscite que peu d’intérêt, vu que le personnage épique est toujours assujetti à une tâche précise qui relève de la défense du seigneur et de la foi… si bien que les pays qu’il traverse ne sont que rapidement évoqués.

  • 13 Raoul de Cambrai, notes et trad. W. Kibler, Paris, éd. Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 199 (...)

40Jetons un coup d’œil dans Raoul de Cambrai13. Là encore des notations fort brèves sur l’espace, la nature et l’environnement : « à l’orée d’un bois touffu (p. 167) », « il gravit au galop un tertre (p. 183), « il descendit sur le terrain sablonneux (p. 109) ». et pour évoquer la distance depuis Paris « Raoul chevaucha à bride abattue et arriva rapidement à Cambrai (p.83) », alors que pour décrire l’incendie de l’abbaye d’Origny ou la violence des duels multiples, le jongleur s’étend à plaisir.

  • 14 La Chanson des Nibelungen, traduction, introduction et notes par M. Colleville et E. Tonnelat, Pari (...)

41Prenons un autre exemple et parcourons l’épopée germanique des Nibelungen14: on observe un laconisme plus prononcé encore dans l’évocation des paysages et des déplacements.

42Lorsque Siegfried avec ses pairs quitte la ville de Xanten en Néerlande (Hollande), on indique que « le matin du septième jour, ils arrivèrent à cheval sur la rive du Rhin à Worms » en Burgondie (Bourgogne). Pas un mot sur cette semaine de voyage alors que plusieurs laisses détaillent la confection, les étoffes et les ornements des vêtements et armes des chevaliers, de même que la réception qui leur est faite au château de Krimhielde et son frère Gunther.

43Quand ce dernier décide d’aller conquérir la belle Brunhilde en Islande, on signale seulement qu’elle habite « au-delà de la mer ». Après de nouvelles et longues descriptions des vêtements et parures fabriquées pour cette équipée, on aborde l’épisode du voyage de Worms à Isenstein :

Tout joyeux ils quittèrent le pays burgonde… les vaillants chevaliers s’éloignèrent de la rive… la barque glissait sans heurt… ils relâchèrent les cordages qui retenaient leurs voiles ; ils couvrirent vingt milles avant que ne vint la nuit grâce à un bon vent qui les poussait vers la mer. Mais dans la suite les fiers héros furent harassés par de très pénibles efforts. Le matin du douzième jour, les vents les avaient entraînés au loin jusqu’auprès d’Isenstein. (p. 137)

On n’en saura pas davantage sur ces douze jours de voyage ni sur les causes du harassement de nos héros.

44Et que nous dit-on de cette contrée inconnue ? « tant de forts châteaux et de vastes territoires ». Mais la description s’étend sur la richesse du château de Brunhilde, la splendeurs des vêtements de ses compagnes et l’opulence de ses courtisans. L’intérêt pour les châteaux et les forteresses est d’ailleurs manifeste également dans les épopées françaises.

45Ainsi fort minces sont les notations sur l’espace et étroitement subordonnées à l’action ou au sens de l’action ; d’autre part, le récit épique européen est plus étoffé, plus riche que l’épopée africaine, par le détail des habits et des armures, le scintillement des ors, des pierreries et des armes, et les couleurs, le rouge, le bleu, le vert, le vermeil. Et aussi par les invectives, les plaintes, les armes, les sentiments, les prières… Tandis que les descriptions de paysages restent toujours économes, voire elliptiques.

46Sans doute aussi nos scribes, Turoldus et autres ont-ils pris le temps de développer certains aspects. Je ne vois pas le jongleur oraliste s’étendre sur quarante laisses, entre le moment où Roland déjà blessé sonne son olifant, et celui où il expire. L’écriture a permis l’allongement de ces instants tragiques, qui auraient lassé un public ému, mais pressé de savoir la fin de l’histoire, et si les Sarrasins seront punis !

47Ceci n’est qu’une hypothèse mais je l’avance : dans la littérature populaire issue de l’oralité, contes, fables, légendes, récits épiques, l’intérêt doit être soutenu par une action rapide et des personnages fortement typés. La narration doit donc aussi être soutenue, et ne peut trop s’égarer dans des considérations temporelles ou spatiales inutiles.

  • 15 Gustave Cohen, Tableau de la littérature française médiévale, Paris, Richard-Masse, 1950.

48Ce sera avec l’avènement de l’écriture et de l’érudition que, plus indépendant et sans doute aussi plus raffiné, un Chrétien de Troyes va s’étendre sur les émois de Perceval et les paysages de la quête. Mais même alors, c’est avec raison que Gustave Cohen constate que la plupart du temps « dans la littérature médiévale le monde extérieur n’est envisagé que comme le signe d’un monde supérieur dont il s’agit de déchiffrer les symboles dans les formes ; les couleurs et les nombres qui tous ont leur valeur mystique…15 » Cela sera vrai jusque dans le roman courtois et le Roman de la Rose. En réalité il faudra attendre les abords de la Renaissance pour que la nature, et avec elle l’espace, les animaux, les plantes et les saisons, entrent en force dans la littérature, avec une connotation esthétique.

49Si nous revenons du côté de l’Afrique, on remarquera dans le roman écrit, qui commence dans les années 30-40 et ce jusque vers 1970, une même élision des description de l’environnement, une topographie simplement fonctionnelle, et une grande sobriété dans l’étalage des sentiments. On a écrit à juste titre que le roman écrit se modelait sur le conte oral dont il avait conservé la linéarité de l’action, le goût prononcé des dialogues et la pauvreté des descriptions de la nature et des analyses psychologiques. En effet M. Kane remarque :

  • 16 M. Kane, Roman et traditions, NEA, Dakar, 1980, p. 150.

Nombre de romanciers restent convaincus que le cadre n’a d’autre rôle que d’aider à la mise en place des personnages, à la précision du contexte. Ils le décrivent bien entendu, tout à fait au début du roman, et n’y reviennent plus16.

  • 17 Ch. H. Kane, L’aventure ambiguë, Paris, Julliard, 1961.

50Il observe ainsi que F. Oyono dans deux romans « restreint son intérêt aux seuls rapports humains dans le monde colonial » et que ses notations sur l’environnement géographique ne dépassent pas une demi-page (p. 151). Il ajoute que ce reproche vaut aussi pour l’Aventure ambiguë de Ch. H. Kane17, et que dans l’ensemble, cette première génération de romanciers (Socé, Dadié, et même Mongo Béti) vont traiter l’espace et la nature « comme si le cadre était supposé connu » ou encore de façon conventionnelle : « Ils décrivent une nature, un paysage qui, dans leur esprit, symbolise un paysage africain-type. »

51Et si Ousmane Socé traduit avec précision la topographie de la ville de St-Louis, il est curieux en effet que lorsque son héros (Karim) voyage à l’intérieur du pays, à Khombole et à Diourbel (quelque centaines de kilomètres) « il ne s’arrête pratiquement à rien… Karim ne sort pas du rôle du touriste pressé, qui parcourt tout au pas de course ». Finalement il faut attendre 1967 avec La Plaie de Malik Fall, et Les Soleils des indépendances de Amadou Kourouma pour voir une nature qui joue un rôle dans le roman, et participe aux états d’âme des acteurs.

52Mais Kane estime qu’à cette époque, Le Soleil des indépendances constitue encore une exception dans le roman africain. C’est alors que, s’interrogeant sur cette curieuse indifférence, il se retourne vers la littérature orale :

53Au sein de la tradition on ne s’est pas toujours embarrassé de peindre ce qui relève du quotidien, spectacles ou personnages, animaux vivant en contact étroit avec la nature et les êtres qui la peuplent ; l’homme de la tradition se contente souvent, dans les récits littéraires, de silhouette-types, de vagues références. On observe la même réserve s’agissant du cadre. Il en donne une représentation plutôt symbolique. (p. 175)

54Il rejoint ici la remarque de B. Guidot citée plus haut. Et le roman africain des origines semble hériter de ce schématisme dans les descriptions de l’environnement géographique, qui caractérise les récits oraux. De même aujourd’hui la nature et l’espace n’ont qu’un rôle très restreint dans les récits du continent noir.

55Après tout l’art littéraire, comme les autres, est fait de choix ; et on ne peut constater que, pour diverses raisons sans doute, la nature et l’espace jusqu’ici n’ont point fait partie des choix privilégiés par les oralistes et écrivains d’Afrique noire.

Haut de page

Bibliographie

Baumgardt U., J. Derive (dir.), 2008, Littératures orales africaines. Perspectives théoriques et méthodologiques, Paris, Karthala.

Biebuyck D., K. C. Mateene, 1969, The Mwindo Epic from Banyanga (Congo Republic), Berkley, California University Press (réédité 2002)

Boelaert E., 1949, Nsonga Lianja, épopée nationale des Nkondo, Aequatoria XII, 1-2.

Camara S., 1976, Gens de la parole. Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malinké, Paris/La Haye, Mouton, (réédité en 1992).

—, 1982, Paroles très anciennes ou le mythe de laccomplissement de lhomme, Grenoble, La pensée sauvage.

Correra I.,1992, Samba Gueladio, épopée peule du Fuuta-Tooro, Dakar, IFAN

Cisse Y. T. et W. Kamissoko, 1988, La grande geste du Mali, Paris, Karthala

—, 1991, Soundjata la gloire du Mali, Paris, Karthala

Diagne M., 2005, Critique de la raison orale, Paris, Karthala/IFAN.

Diallo A. Oury, 2009, L’épopée du Fouta Djalon, la chute du Gabou, Paris, L’Harmattan

Dieng B., 1993, L’épopée du Kajoor, Paris, Dakar, ACCT et CAEC

Dumestre G., 1979, La geste de Ségou, Paris, Armand Colin.

Jansen J., 1995, L’épopée de Sunjara, Leyden, CNWS.

Johnson  J. W., 1980, The Epic of Son-Jara. A West African Tradition, Bloomington, Indiana University Press.

Kesteloot  L., B. Dieng, 1997, Les épopées d’Afrique noire, Paris, Karthala/UNESCO (réédité 2009)

Kesteloot L., 1972, Da Monzon de Ségou épopée bambara, avec A. Traore, J. B. Traore et A. H. Bâ, Paris, Nathan, (réédité L’Harmattan 1993 , Orizon 2010)

—, 1975, La prise de Djonkoloni, avec G. Dumestre, Paris,Armand Colin

Ly A., 1990, L’épopée de Samba Gueladio Diegui, Paris, Silex.

Mounkaila F., 1988, Mythe et histoire dans la geste de Zabarkane, Niamey, CELTHO.

Ndong Ndoutoume, T., 1970, Le Mvett I, Paris, Présence Africaine —, 1975, Le Mvett II, Paris, Présence Africaine —, 1993, Le Mvett III, Paris, L’Harmattan

Nguijol P., 1980, Les fils d’Hitong : épopée Bassa, Yaoundé, CEPER.

Pepper H., 1972, Un mvet de Zwè Nguéma, chant épique fang, Paris, Armand Colin.

Seydou C., 1972, Silâmaka et Poullôri, Paris, Armand Colin.

Sidibe F., 1996, Cinq récits épiques des chasseurs bambara, Thèse, Paris, Université de Paris IV-Sorbonne (inédit)

Suard F., 1990, La chanson de geste comme systètme de représentation, in Actes du 11ème Congrès International de la Société Rencesval, Mémorias de la real academia de buenas lettras de Barcelona (éd.), tome 3.

Sy A., 1978, Seul contre tous : récits épiques des pêcheurs peuls, Dakar, NEA, IFAN

Tandina O., 1968, Une épopée zerma : Issa Korombe, Dakar, IFAN.

Thoyer-Rozat A., 1978, Chants des chasseurs du Mali, Paris, INALCO.

Haut de page

Notes

1 Editeur de plusieurs versions de Soundiata, épopée mandingue.

2 Héros des différents récits épiques concernés.

3 Noms des guerriers bambara et wolof.

4 L’expression est utilisée dans l’épopée bambara ; voir L. Kesteloot et coll., 1972.

5 Djamana, en bambara désigne le pays, et englobe les notions de territoire, d’état et de nation.

6 Différents royaumes précoloniaux de l’Ouest africain, les trois premiers se trouvent au Sénégal.

7 L. Kesteloot, B. Dieng, 1997, p. 63, pp. 69-70. (2ème éd. 2009).

8 A. H. Ba, Kaïdara, récit initiatique peul, Paris, Les Belles Lettres, 1969.

9 A. H. Ba, Koumen, texte initiatique des pasteurs peuls, Paris, Mouton, 1961.

10 Les cauris, petits coquillages bivalves servant de monnaie dans l’Ouest africain, avant la colonisation.

11 Aliscans, traduction de B. Guidot et J. Subrénat – Paris, Champion 1993.

12 Souvenons-nous à présent de la Chanson de Roland. Certes nous fûmes marqués par le cadre de Roncevaux :
Hauts sont les monts et ténébreux et grands
Les vallées profondes et les eaux rapides
mais il est toujours décrit en deux lignes, jamais plus, même si c’est repris plusieurs fois. Ce n’est qu’un cadre où l’action va se déployer :
Les clairons sonnent et derrière et devant
Et tous reprennent en réponse à l’olifant L’empereur chevauche en colère
et si l’on parle souvent d’herbe verte, c’est pour ajouter qu’elle est ensanglantée. La mort de Roland se passe aussi sur un pré, que son sang rougit, entre quatre roches de marbre blanc, et sous un bel arbre. Mais ces roches blanches représentent la table de sacrifice du plus pur et valeureux chevalier de la chrétienté. L’arbre qui l’abrite préfigure l’angle qui descendra bientôt recueillir son âme.

13 Raoul de Cambrai, notes et trad. W. Kibler, Paris, éd. Livre de Poche, coll. Lettres Gothiques, 1996.

14 La Chanson des Nibelungen, traduction, introduction et notes par M. Colleville et E. Tonnelat, Paris, Aubier-Montaigne 1944.

15 Gustave Cohen, Tableau de la littérature française médiévale, Paris, Richard-Masse, 1950.

16 M. Kane, Roman et traditions, NEA, Dakar, 1980, p. 150.

17 Ch. H. Kane, L’aventure ambiguë, Paris, Julliard, 1961.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilyan Kesteloot, « Le traitement de l’espace dans quelques épopées d’Afrique », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 249-261.

Référence électronique

Lilyan Kesteloot, « Le traitement de l’espace dans quelques épopées d’Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3051

Haut de page

Auteur

Lilyan Kesteloot

IFAN, Université de Dakar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org