Navigation – Plan du site

L’espace corporel intérieur dans le mvet

Inner body space in the Mvet
Angèle Christine Ondo
p. 155-170

Résumés

Répartis entre le Cameroun, le Congo, le Gabon et la Guinée Equatoriale, les peuples Fang, Bulu, Béti ont en héritage le Mvet, une épopée orale vivante. Le Mvet Ekang ou La Geste des Immortels d’Engong met au jour une conception symbolique de l’espace intérieur de l’être humain qui est constitué de trois cavités : buccale, thoracique et abdominale entretenant entre elles des relations de complémentarité et exprimant une vision du monde originale. L’opposition entre espace extérieur et espace intérieur est très perceptible. Le premier est source de danger permanent alors que le second, représenté par les grottes rocheuses et leurs équivalents, symbolise la sécurité. L’espace intra-humain et intérieur est marqué du sceau de l’invisibilité. L’organisme des héros se comporte comme du métal à la fin du processus de perfectionnement qui sous forme de métaphore métallurgique, reflète ce vers quoi tend tout homme puissant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons la transcription Mvet en français.

1Les peuples Fang, Bulu, Béti ont en commun une épopée orale vivante appelée Mvet1. Le substantif mvett est dérivé du verbe avett qui signifie « se hisser, s’élever ». Il se construit selon les mêmes procédés que « musicien » mbom, dérivé du verbe « jouer d’un instrument de musique » abom , ou « sculpteur » mba, dérivé du verbe « découper » aba. Dans son acception la plus générale, le terme mvett définit la personne qui élève son esprit et accroît le niveau de sa conscience. Les cinq Etats où est pratiqué le Mvet sont : le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale, Sao Tomé et Principe. Le Mvet se décline en trois grandes catégories de textes : le Mvet des amoureux Mvet bibone ; le Mvet historique et héroïque Mvet ngubi ; et la geste des Immortels d’Engong Mvet Ekang.

2Le corpus analysé ici est constitué de quatre poèmes épiques du Mvet Ekang : celui de Zwé Nguéma et la trilogie des Mvet I, II, III de Tsira Ndong Ndoutoume. Ils ont en commun une conception symbolique de l’espace corporel intérieur que nous allons essayer de mettre en lumière. L’analyse s’attachera d’abord à mettre en évidence les caractéristiques de cet espace singulier constitué de trois cavités, illustrées à travers différents personnages et notamment les héros des quatre épopées. Puis, elle abordera les rapports qu’entretiennent ces différents espaces. Enfin, elle examinera la vision du monde qui en découle.

Les caractéristiques de l’espace corporel intérieur

  • 2 Cette perspective est complémentaire à celle choisie par Marie-Rose Abomo-Maurin dans son analyse d (...)

3Les textes épiques mettent en scène de nombreux personnages à facettes multiples mais nous ne mentionnerons ici que ceux qui sont en rapport avec le sujet choisi, l’espace corporel intérieur2. Un récapitulatif à la fin de cet article donne un aperçu des principaux personnages dans les quatre textes dont il est question ici.

La cavité buccale

4Dans les poèmes du Mvet, la « bouche » anu remplit une double fonction : celle commune à tout être humain, car les héros du Mvet parlent et mangent ; et celle insolite, caractérisée par des actions extraordinaires, liées, en premier lieu, à un type particulier de parole.

  • 3 On entend par « médiateur de la transcendance » une personne possédant la capacité d’entrer en cont (...)

5En effet, dans le discours des héros et des médiateurs de la transcendance3 la parole se subdivise en « parole ordinaire » et en « parole force ». Cela signifie que les « paroles forces » ont le pouvoir de transformer la matière, notamment dans les initiations (voir ci-après).

6Par ailleurs, la bouche constitue la principale voie par laquelle sortent des armes secrètes des guerriers du Mvet. Ces attributs ne s’utilisent que dans les temps forts représentés par les combats et l’initiation. Le corpus regorgeant d’exemples, nous ne citerons que quelques occurrences par épopée.

7Zong Midzi, le grand guerrier du Mvet de Zwé Nguéma matérialise des armes extraordinaires dans ce passage :

Un gros gri-gris sortit d’entre les dents et tomba sur le sol ; il s’enfonça dans la terre où il explosa. Zong Midzi disparut dans la crevasse formée par l’explosion du gris-gris et piétinant ce dernier avec les pieds, son corps fut englouti par une mare d’eau qui s’était formée spontanément
(Zwé Nguéma, 1971 : 275, v. 78).

8Dans son combat avec Angone Endong, second en chef des armées d’Engong, Oveng Ndoumou, le héros du Mvet I de Tsira Ndong Ndoutoume, opère des merveilles :

Une buée de vapeur chaude s’échappa de sa bouche. Il tendit les bras dans la buée d’où il retira une canne métallique terminée à une extrémité par une boule de cuivre et à l’autre par une poignée recourbée coulissant autour des axes situés au milieu de la tige. [...] Un anneau de cuivre jaillit d’entre ses dents.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1970 : 124).

9Asseng Mbane, le héros du Mvet II de Tsira Ndong Ndoutoume matérialise également des armes extraordinaires dans l’occurrence suivante :

Asseng Mbane se frappa la poitrine. Un grelot magique éclata quelque part. La terre se mit à trembler. Une boule de métal jaillit de sa bouche qu’il empoigna et prit une fronde. Il remonta à la surface mettant la boule dans sa fronde et tira en visant Ntoutoume Mfoulou.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1975 : 268)

10Ntoutoume Mfoule, le second en chef des armées d’Engong aime la guerre et les combats au corps à corps et ceux où sont abondamment utilisées les armes magiques. Dans ce passage, il est aux prises avec Zong Midzi : « Tu sais, Mone Ebo se frappa la poitrine. D’entre ses dents sortit une longue chaîne à anneaux, vo vovovovovo, au bout de laquelle était fixée un crochet. Elle tomba sur le sol, ting, ting, ting » (Zwe Nguema, 1970 : 313, v. 46). Akoma Mba, le chef de l’exécutif d’Engong, plonge Medza M’Otouang dans la mare surnaturelle qui soigne les guerriers Ekang blessés au combat. Pour l’en retirer, il extirpe de sa bouche un instrument dans l’occurrence suivante :

Akoma Mba se frappa la poitrine et un long crochet sortit de sa bouche. Il le plongea dans la mare qu’on avait prise aux Nguini et le crochet en fer pêche Medza M’Otouang, le neveu du clan Mveng Miwoo, comme on pêche un poisson à l’hameçon, il le déposa avec bruit et là, on le vit [très propre et très lisse], il était guéri ngang ngang ngang ; et il était là, debout, tout à fait à l’aise !
(Zwé Nguéma, 1971 : 333, v. 118)

11Ces passages montrent l’usage particulier que les héros du Mvet font de la bouche, un espace physique dont les caractéristiques semblent se prêter à certaines interprétations symboliques. En effet, la cavité buccale est sphérique et donne accès à trois espaces : l’extérieur, la cavité thoracique et la cavité abdominale, qui paraît comme tout aussi accessible que les deux premiers.

12L’extériorisation des armes secrètes est consécutive au geste de se « frapper la poitrine » akut nkuk. Cependant, cette expression ne signifie pas réellement se « frapper la poitrine » telle qu’elle est traduite. Sa signification véritable est symbolique, le guerrier se concentre en effet pour faire apparaître des armes secrètes au grand jour. L’expression vaut pour l’extériorisation des armes logées dans la cavité abdominale des guerriers, confortant ainsi son acception métaphorique.

13Lieu de passage par excellence, la bouche remplit en outre la fonction de contenant, tant pour des secrétions qui lui sont propres telle la salive que pour l’air et toutes autres matières telles les feuilles et les écorces médicinales mâchées. L’importance de cet espace intra humain aux multiples fonctions, doté de pouvoirs selon les sagesses anciennes, est bien attestée dans les textes épiques.

La cavité thoracique

14La cavité thoracique est le second espace physique mentionné dans le Mvet. L’espace thoracique est circulaire, clos, cerclé par une cage rigide qui protège le cœur et les poumons des chocs et agressions extérieures. Partant de la bouche vers le thorax, on s’enfonce dans l’intériorité de l’être humain par un mouvement descendant. C’est un univers obscur et inaccessible à la lumière où règne une vie intense. Le cœur bat et les poumons se remplissent et se vident d’air. Une grande chaleur y règne à cause de toutes ces activités physiologiques.

15Quel usage le Mvet fait-il de cet espace physique réel et des mouvements ascendants et descendants le caractérisent ? L’histoire d’Oveng Ndoumou, le héros du Mvet I, commence par une remarquable occurrence d’initiation lorsque le héros est encore un bébé. En effet, Obame Ndong, un vieillard décrépi au regard impénétrable a pris la décision de faire de son petit-fils à naître : « Une Force, une Energie, un Immortel » (Tsira Ndong Ndoutoume, 1970 : 30). À cet effet et afin de réaliser ce travail d’une extrême complexité, il convoque trois cent magiciens de la Tribu des Flammes. Sur la montagne rocheuse, la lune et les étoiles sont cachés, ainsi commence le rituel. « Ouvre la poitrine du bébé, commanda Obame Ndong. Minko M’Obiang [le magicien] cracha la poudre noire imbibée de salive » (Ibid.: 29-30)

16Le verbe « ouvrir » indique que l’espace est clos avec cependant la possibilité de l’ouvrir et d’y accéder. Dans le Mvet, le magicien Minko M’Obiang se borne à cracher une « poudre noire imbibée de salive » pour ouvrir la poitrine du bébé. En raison du genre littéraire et du contrat de lecture, l’auditeur/lecteur accepte la restriction du champ de ses connaissances scientifiques et cette chirurgie hors du commun.

17L’adverbe de lieu « sur » et l’expression « laissant voir » indique le passage de l’extériorité à l’intériorité, du contenant au contenu. Le narrateur caractérise les organes du futur initié de « poumons frais et un cœur palpitant ». Ces déterminants ne sont pas gratuits, la poésie orale se caractérisant par sa parcimonie. Le fait de les expliciter souligne que ces critères « frais », « palpitant » sont la condition sine qua non à toute initiation majeure, réservée aux personnes très jeunes, ici un nouveau-né.

18Comme les textes l’illustrent à travers d’autres personnages, contrairement à la bouche, la poitrine contient les armes secrètes et magiques du guerrier. L’énoncé le stipule ici par la matérialisation d’armes consécutive au geste de se « frapper la poitrine » akut nkuk. Oveng Ndoumou est fier et conscient du contenu de son arsenal intérieur dans l’extrait suivant :

Mais avant de partir, il veut encore démontrer aux gens d’Engong que son sac n’était pas encore vide. Il se frappa la poitrine, en retira une boucle de fer incandescente comme un petit soleil, la brandit, la lança dans l’atmosphère.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1970 : 109)

19Parlant de la poitrine, la métaphore « sac » confirme l’idée de contenant et fait en même temps référence à la besace portée par les hommes puissants tel Ayangoum, le grand magicien Ayakoma d’Okü décrit ici par Mbane Ona, le père du guerrier spectral Asseng Mbane :

C’était un vieillard chauve, à la stature imposante avec des bras démesurés. Ses yeux de fauve clignotaient dans l’obscurité, un croc de panthère pendant à son cou, un hibou chantait sur son épaule et son sac en peau de crocodile contenant tous les mystères de la nature était posé à ses pieds.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1975 : 20)

20Les dimensions du contenant varient ainsi selon la puissance du propriétaire. Dans son domaine, Ayangoum n’a d’égal qu’Angoung Berre, le chef spirituel d’Engong.

21En relation avec la cavité thoracique, de nombreuses occurrences d’éternuements appellent un examen de leur statut. Physiologiquement, les éternuements sont des expulsions brutales d’air suite à des stimuli. Dans l’épopée, ces derniers peuvent être volontaires : Minko M’Obiang s’imbibe la langue et les narines d’une poudre noire, couvrant ainsi le ciel d’énormes nuages noirs qui cachent la lune et les étoiles.

22« L’homme puissant », terme désignant à la fois le grand guerrier et le magicien, est le seul à ressentir cette espèce d’onde à l’origine d’un éternuement. Dans l’occurrence suivante, Akoma Mba en fait la démonstration : « À Engong, le chef suprême Akoma Mba sentit son nez se hérisser de picotements, il éternua sèchement. Les larmes aux yeux, il jura. Les événements se précipitaient » (Tsira Ndong Ndoutoume, 1975 : 20 et 175). L’éternuement peut être compris comme une alarme, un clignotant qui informe l’homme puissant de la dangerosité des événements à venir. Aussitôt, son esprit se met en éveil et sonde le futur, c’est le langage des signes qui prévaut.

23L’expulsion de l’air des poumons peut entraîner une émission de liquide, comme c’est le cas dans la réalité quand on a une grippe. Dans l’univers fantastique du Mvet, un liquide consécutif à un éternuement, se dote du pouvoir de son espace d’origine, ici la cavité thoracique. Dans ce passage, Ela Minko le lieutenant d’Oveng Ndoumou, est agonisant à la suite de son combat avec Ntoutoume Mfoule d’Engong :

Le sang d’Oveng Ndoumou reflua dans sa poitrine. Son cœur battait violemment. Se retournant, il vit Ela Minko M’Obiang étendu sur le sol, inanimé. L’Homme renifla l’air, bomba le torse, éternua. De ses narines jaillit un jet d’eau qu’il projeta sur le corps du mourant. Celui-ci ouvrit les yeux, éructa, se leva, regarda autour de lui d’un air hébété.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1970 : 67)

24Ce passage montre deux types d’actions : un apport massif de sang dans la cavité thoracique qui provoque l’emballement du cœur, et une rétention d’air qui entraîne une expansion du torse. Ces deux actions ont pour conséquence « l’éternuement renforcé », le sang et le souffle étant tous deux symboles de vie auxquels s’ajoute « l’eau de la vie », liquide salvateur jaillissant des narines.

La cavité abdominale

25La cavité abdominale constitue la dernière strate de l’espace physique transfiguré par le Mvet. Les occurrences mettant en évidence cet espace ne sont pas nombreuses. Il est entouré par une sorte de non-dit alors même qu’il se distingue de la cavité buccale et de la cavité thoracique. Ntoutoume Mfoule est aux prises avec un scorpion géant dans le passage suivant :

L’homme se pressa d’abdomen. Son vampire blanc crissa et fit vibrer tout son être. Il se propulsa hors de la montagne, atterrit à Nkobam, ébahissant Engouang Ondo et Angone Zok avec son terrible scorpion.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1970 : 20)

  • 4 Tsira Ndong NDoutoume, Le Mvet III, 1993, p. 175.

26Dans un autre passage, par le truchement de l’éternuement, Akoma Mba est alerté4 de la gravité des événements à venir. Dans la même épopée, Mboumefek, un guerrier d’Okü se défend contre un python géant. « Alors l’homme ce cabra, remua son vampire, un sabre jaillit de son aisselle gauche, tranchant les anneaux du serpent » (Tsira Ndong Ndoutoume, 1993 : 175).

27De ces extraits, on déduit que la cavité abdominale est un espace contenant ce que les fang appellent évu, terme qui est habituellement traduit par « vampire », mais qui renvoie à l’idée de « concentration d’énergie ». Ntoutoume Mfoule « presse » l’abdomen signifiant à cette entité de le propulser hors de la caverne. Quant à Mboumefek, il se « cabre » et « remue son vampire » afin que ce dernier le libère de l’étreinte meurtrière du python. Les trois verbes d’action démontrent que le guerrier agit avec une certaine violence. Le vampire évu répond aux sollicitations de son hôte par une réaction de défense immédiate.

28Force de réaction rapide et efficace, le vampire évu peut aussi présentir le danger et en informer son hôte tel Akoma Mba, le chef de l’exécutif d’Engong. Comparable à la télépathie, l’évu est un moyen de communication le reliant à Engwang Ondo le chef des armées.

29L’itinéraire commencé dans la cavité buccale traversant la cavité thoracique et s’achevant dans la troisième cavité ressemble à une descente dans l’inconnu et l’invisible de l’espace intérieur. Une spirale faite d’images de gouffres et de caverne caractérise le mystère qui entoure cet espace symbolique.

30S’il est exact que l’espace intérieur se compose de trois espaces constitutifs, quels rapports entretiennent ces derniers ? Les occurrences tirées des quatre épopées ont montré que la notion d’espace intérieur recouvre trois réalités aux spécificités distinctes.

31Zong Midzi dans ce passage est terrassé par Ntoutoume Mfoule qui, en signe de victoire, pose son pied sur le ventre de son adversaire et se moque en le traitant de « mourant » :

Zong fit venir sa salive dans sa bouche, l’avala. La salive tomba au fond de son ventre. Un gros étui s’y remua lig lig. Il ouvrit la bouche et l’étui en sortit, tomba sous son ventre et disparut dans le sol. Après un court moment, l’étui explosa dans la terre qui devint molle. La glaise adhéra aux épaules de Zong Midzi Mi Obame, cependant qu’un pied de Mone Ebo était toujours posé sur son ventre.
(Zwé Nguéma, 1972 : 315, v. 54 et 55.)

32Dans cette occurrence, par le truchement de la salive, la cavité buccale en tant que contenant fait appel à des propriétés autres. Ces secrétions se chargent d’une force, d’une énergie particulière. On voit la salive « tomber au fond de son ventre » en parcourant un long trajet. Elle traverse la cavité thoracique, et, s’enfonçant toujours plus bas, elle actionne « un gros étui » qui s’y trouve. Le mécanisme mis en lumière pour l’éternuement se répète ici. D’abord un afflux de salive est provoqué volontairement par le guerrier. Ensuite, ce liquide parcourt un trajet comme mû par une force. L’étui tombe sous le ventre de Zong Midzi couché sur le dos et disparaît sous terre ; il explose et permet ainsi au guerrier de s’échapper en s’enfonçant dans le sol à son tour.

33Un lien étroit se fait jour entre l’action de la cavité buccale et celle de la cavité abdominale. L’effet obtenu par cette complémentarité est stupéfiant. La bouche n’est plus une simple « porte de sortie » comme à l’accoutumé. La cavité buccale dans cette occurrence fonctionne comme le « discours force » : elle participe à la transformation de la matière.

34Formuler une « parole force » (bénédiction ou malédiction ; parole prononcée lors de l’initiation), ou faire venir de la salive deviennent des actes fondateurs mus par une conscience aiguë qui donne la capacité de transformer les choses. Dans ce contexte, quel est le statut du cri ?

35À première vue, le « cri » mvam devrait plutôt relever des activités de la cavité thoracique. Physiologiquement, le cri est une contraction du diaphragme occasionnant une expulsion brutale de l’air contenu dans les poumons. Le cri devrait fonctionner comme l’éternuement, à la seule différence que l’air sortirait de la bouche au lieu du nez.

36Mais dans le Mvet, cette appartenance physiologique bascule et le cri semble sortir des entrailles de l’individu, déniant ainsi la séparation réelle existant entre l’espace thoracique et abdominal. Les hommes puissants du Mvet utilisent le cri lors des combats, il ne se rencontre pas en temps ordinaire comme le prouvent ces extraits :

– Trop tard. Oveng Ndoumou Obame a hurlé. Deux éclairs ont strié le ciel et le tonnerre a grondé. Une buée opaque a couvert la nature.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1970 : 38)

– Mais Engouang Ondo n’attendit pas l’ennemi. Il se propulsa à la tribu des Biguiba, vomit un épouvantable barrissement duquel naquirent trois éléphants gros comme des montagnes.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1993 : 68)

– Zong Midzi Mi Obame, ouvrant la bouche, poussa un cri puissant. Deux arcs-en-ciel sortirent de la bouche de Zong Midzi Mi Obame, l’un d’eux couché sur le côté gauche du chemin, l’autre du côté droit. Entre les deux se forma un épais nuage, compact
(Zwé Nguéma, 1972 : 213, v. 100)

37Ces passages illustrent la puissance du cri dans le Mvet qui provoque des éclairs, le tonnerre, la foudre, la brume, les arcs-en-ciel. Ces éléments de la nature sont maîtrisés et utilisés comme des armes de combats. Ce pouvoir extraordinaire possédé par les hommes puissants proviendrait des entrailles, de la cavité abdominale. Le cri serait donc une espèce d’énergie accumulée volontairement par une posture mentale et libérée grâce à une contraction des muscles de l’abdomen. Prenant la forme d’un son inarticulé, l’énergie humaine se mêlerait à l’énergie cosmique et cela aurait pour effet de déclencher les éléments de la nature. Le son pur aurait-il plus de pouvoir que le langage articulé ?

38La croyance en la capacité qu’a le cri de transformer la matière est établie, elle est fondatrice de tout l’imaginaire Mvetéen. Ainsi, dans le passage suivant, les Ancêtres d’Engong utilisent le cri pour arrêter la transformation de Zong Midzi en Immortel :

Donc, revenant, est-ce l’habitude ici de faire des choses sans que nous le sachions ?
Enlevez, enlevez, enlevez ?
Alors ils poussèrent un cri terrible.
(Zwé Nguéma, 1972 : 399 v. 32)

39Le triplement du verbe et de la forme impérative « enlevez » semble ne pas suffire à arrêter la transformation touchant déjà à sa fin. C’est véritablement le « cri terrible » poussé par les Ancêtres qui, seul, a le pouvoir de bloquer l’immortalisation de Zong Midzi.

40Ainsi ces différents récits ont-ils montré sans ambiguïté l’existence de trois espaces intra humains. Certes, les cavités remplissent des fonctions différentes, mais elles concourent toutes à la conservation et à la matérialisation des armes secrètes du guerrier. Cet arsenal intérieur complète les armes conventionnelles visibles.

Les caractéristiques de l’espace symbolique

41L’analyse va s’intéresser à l’organisation de l’espace intra humain, l’axiologie qui la sous tend notamment son rapport à la structure ternaire et au statut de l’intériorité.

Un espace stratifié

42Les trois cavités mises en évidence supra s’organisent par couches successives. La première strate constituée par la cavité buccale est dotée de fonctions précises et ambivalentes. Quant à la cavité thoracique, elle représente la couche intermédiaire. Cet espace remplit une double fonction de stockage d’armes surnaturelles et d’énergie. Le guerrier Oveng Ndoumou s’avère capable de ressusciter son compagnon d’arme Ella Minko grâce à un liquide issu de sa cavité thoracique. Généralement, les guerriers font appel plus fréquemment à la cavité thoracique qu’à la cavité abdominale. Cependant, celle-ci constitue la dernière strate la plus puissante et rares sont les occurrences qui mentionnent son existence. Surtout que l’expression se « frapper la poitrine », entretient l’illusion de la primauté de la cavité thoracique.

43En outre, il existe une sorte de tension au niveau symbolique entre les cavités thoracique et abdominale, renforcée par le manque de passerelles physiologique entre les deux espaces.

44En effet, des passages existent entre les cavités buccale et thoracique d’une part, entre la buccale et l’abdominale d’autre part. Cette distinction très nette entre les cavités thoracique et abdominale porte une signification profonde. Pourquoi le Mvet construit-il cette dichotomie des deux espaces ? En principe et seulement en situation de combat, le guerrier fait appel à l’espace thoracique pour la matérialisation des armes par la bouche. Le mouvement ascendant caractérise cette phase d’extériorisation. Mais le mouvement devient descendant en situation d’incorporation et de captation d’armes d’ennemis, comme l’explique l’exemple du désarmement de Zong Midzi avant son exécution à Engong :

Akoma Mba secoua le fil de fer et il se produisit un bruit dans la poitrine [De Zong Midzi].
Il cria « ça arrive ! Soyez prêts ! » E, ee, ô fils ! [mouvement ascendant]
Tu sais comme un aigle épervier sort, Wokia gi gogo agenye !
Tu vois comme Oyono Engouang Ondo attrape l’aigle, le met en bouche et l’avale. [mouvement descendant]
(Zwé Nguéma, 1972 : 433. v. 131)

45Ces armes ingurgitées sont-elles stockées dans la cavité thoracique ou abdominale, et selon quels critères ? Les occurrences montrent que les armes les plus puissantes sont stockées dans la cavité abdominale. En fonction de la gravité de la situation, le guerrier fait appel à l’un ou l’autre espace. Si le danger est mineur, il puise dans les armes légères ; si au contraire il y a danger de mort il s’empare des armes lourdes mises en réserve au tréfonds de la cavité abdominale.

46Conçue plutôt comme un renforcement de l’efficacité, la stratification de l’espace intérieur n’est donc pas synonyme de division ni d’antagonisme. C’est assurément la complémentarité qui préside : la hiérarchie va du simple au complexe, du visible à l’invisible. On note les exemples d’armes invisibles mais infiniment plus puissantes tels le cri sorti des entrailles ou le souffle, en forme d’éternuement, qui tous deux ont la capacité de changer la matière.

47L’unité caractérise ses différents espaces pour l’obtention d’une efficacité maximale dans l’action. Ainsi, l’espace intérieur se représente-t-il comme un triangle dont le sommet est la cavité buccale et les deux bases les thoracique et abdominale.

Espace symbolique et structure ternaire

48Comme nous l’avons vu, l’image de l’espace intérieur se compose de trois pôles : le buccal, le thoracique et l’abdominal. Chacun des pôles s’avère autonome, gardant sa spécificité et cependant, par une action conjointe et un effet de synergie, ils concourent à atteindre l’objectif fixé. Cette structure ternaire est permanente dans l’imaginaire du Mvet : elle marque de son sceau tous les domaines.

49Ainsi, les grands lignages d’Engong, le pays des Immortels, sont-t-ils organisés en fonction de ce principe : Ekang Nna l’Ancêtre engendra trois fils, Evine Ekang, Oyono Ekang, Ango Ekang , les fondateurs de trois lignages.

  • Mba Evine surnommé Les Fers qui gouverne Engong : Akoma Mba occupe les fonctions de chef de l’exécutif et le chef des Armées est le charismatique Engwang Ondo.

  • Le deuxième lignage, celui d’Oyone Evine surnommé Les Rocks est également puissant. Il compte de nombreux et valeureux guerriers tels le second en chef des armées, Angone Endong Oyone et le chef du pouvoir économique Medza M’Otougue.

  • Enfin, le troisième lignage, celui d’Ango Evine ne comptait pas de guerrier puissant avant l’avènement du redoutable Ntoutoume Mfoule, le veilleur et second en chef des armées d’Engong.

50Il existe cependant un quatrième et un cinquième lignage, ceux d’Osse Ekang et d’Okome Ekang dont est issu l’inventeur du Mvet Ekang. Afin de respecter l’axiologie ternaire, le Mvet décide de ne donner la légitimité qu’aux trois premiers lignages.

51Cette structure ternaire se retrouve également dans le chromatisme. Le Mvet s’articule autour de trois couleurs fondamentales : : « le blanc », « le noir » et « le rouge » feme-firi-bâ (Biyogo, 2002, T. 2). Ce sont les couleurs symboliques des trois grands lignages d’Engong. Elles marginalisent d’autres couleurs telles que « le vert » ñu mòndzà et « le jaune » nfòò.

52L’espace conçu comme une totalité obéit également à cette structure ternaire dans le Mvet : le « ciel » dzóp, la « terre » sí, le pays des « morts » bdkôn situé sous la terre. La tripartition de l’univers du Mvet renvoie à des significations religieuses et métaphysiques en relation avec Eyo, le Dieu indicible qui n’apparaît nulle part. Seule l’analyse permet la mise évidence de cette structure ternaire qui apparaît comme le signifié véritable. L’espace intérieur constitué de trois pôles en Un semble être l’espace privilégié habité par la Transcendance.

L’intériorité

53L’opposition espace extérieur et espace intérieur est très perceptible dans le Mvet. L’espace extérieur est source de danger permanent consécutif à l’état de guerre. Alors que l’espace intérieur représenté par les grottes rocheuses et leurs équivalents symbolise la sécurité, comme l’attestent de nombreuses occurrences dans les épopées :

Les hommes sortirent des corps de garde pour scruter les nuages. Un tam-tam diffusait des rauquements d’alarme. Les villages Bédzingoh commencèrent à se vider de leurs habitants. La peur étendit son voile sombre des rivages du fleuve Mveng-Metuè au pied du massif Ebolozok, sur cette contrée surpeuplée et laborieuse. Partout l’on se hâtait d’aller se terrer au fond des grottes rocheuses toujours approvisionnées, toujours accueillantes.
(Tsira Ndong Ntoutoume, 1970 :195)

54La conception de l’espace extérieur comme représentant le danger est récurrente. Les grands guerriers, préoccupés de la sécurité de leurs populations, les placent dans des grottes rocheuses. Ainsi, quand la guerre avec Engong commence vraiment, le grand guerrier Zong Midzi prend des mesures pour sauvegarder les siens :

  • 5 ZWE NGUEMA, p. 313. v. 39.

Les hommes, les femmes, les enfants, les vieux et même les malades, la corde les tire tous. Wolo ooot. Il les jette dans la grande caverne, kin ing, la referma, et resta seul contre les gens d’Engong Zok Mebegue Me Mba. Hum 5 ! .
(Zwé Nguéma, 1972 : 313. v. 39)

55Cette mesure tardive alors que les Ekang sont déjà dans la cité sera vaine. En représailles au meurtre gratuit de sa nièce Nkoudang tuée par Zong Midzi, Angone Endong massacre le lignage de son ennemi terré dans la caverne.

56Quand les combats font rage, les guerriers se terrent également dans les cavernes rocheuses ou autres chambres secrètes au milieu d’armes surnaturelles, pensant trouver là l’ultime refuge. Les cavernes, les grottes, les calebasses, les chambres secrètes sont des espaces clos où les personnes se sentent à l’abri. L’extériorité étant synonyme d’insécurité, la caverne appelée « maison en pierre » ndá ákòk, est l’emblème de la sécurité.

57Cette représentation de la caverne est certainement due à deux raisons. D’abord, la pierre est solide comparée à d’autres matériaux tels la glaise, le bois ou la paille. En outre, ces espaces sont englobés soit dans la montagne rocheuse, soit dans la maison en pierre, comme si la pierre communiquait sa force à l’espace. Être dans le sein de la terre accroît le sentiment de protection, un peu comme si l’homme opérait un retour dans la matrice universelle.

58Ainsi Zong Midzi se cache-t-il au fond de sa caverne avec son fantastique fusil suite à l’échec de son immortalisation par ses Ancêtres. Ici la notion de « fond » est capitale, elle rappelle le fond de la cavité abdominale inapprochable. Mais Engwang Ondo, l’irréductible chef des armées d’Engong le débusque en utilisant une technique de chasse très simple.

59L’intériorité matérielle représentée par des espaces comme la caverne et la grotte est complétée par l’intériorité immatérielle. Ainsi, dans l’occurrence suivante, le chef de l’exécutif d’Engong Akoma Mba pressent que la guerre sera inévitable et que les protagonistes se trouvent dans sa cité, et il prend les devants : « Akoma Mba étendit la main : le corps de garde et tous ceux qui l’occupaient devinrent invisible, hormis Obame Andome, Engwang Ondo et Efoua Medang » (Tsira Ndong Ndoutoume, 1993 : 232).

60Quant aux Ekang, ils procèdent autrement : au lieu d’utiliser des contenants, ils transforment la nature. Le voile d’invisibilité qui recouvre Engong et qui l’empêche d’être la proie des flammes se situe à un degré supérieur. La visibilité serait-elle source de faiblesse ?

61Les cavernes, grottes et autres contenants sont visibles donc ne protègent pas vraiment. La sécurité véritable serait-t-elle consécutive à l’invisibilité ? Le monde des apparences est-il porteur de mort ? Comme nous venons de le voir, Engong préfère l’invisibilité dans une situation de menace, car dès que le danger s’éloigne, la cité redevient visible. Cette constatation de la primauté de l’invisible rejoint l’espace intra-humain qui, lui, n’est pas visible non plus. Cela revient à dire que, même si l’on ne voit pas l’espace intérieur, ce dernier existe cependant.

62La question est de savoir comment cet espace intérieur est formé, dès lors que son existence en tant que concept est avérée. Mais comment acquiert-on cet espace de pouvoir qui, hiérarchiquement, semble le plus élevé, comparé aux espaces extérieurs du monde domestique et sauvage ?

La vision du monde

63L’étude de l’espace symbolique dans le Mvet renvoie à une axiologie se composant d’un certain nombre de grands principes.

Le perfectionnement humain

64Le premier grand principe appelé « perfectionnement humain » akóməngà (Aubame, 2002) postule qu’à sa naissance l’homme est comparable à du minerai brut qui, pour prendre forme, doit être fondu et travaillé. C’est de l’habileté des magiciens-forgerons, que l’être humain recevra sa forme finale. C’est pourquoi des images appartenant au champ sémantique de la métaphore métallurgique parsèment les poèmes épiques. Ces images métalliques apparaissent dans deux contextes de prédilection.

65Á la naissance, le futur homme puissant, à l’exemple d’Oveng Ndoumou, est vidé de ses organes de chair contenus dans l’espace physiologique. Un nouvel espace est créé à l’occasion de l’initiation avec l’implantation d’organes métalliques. Cette opération est seulement le début d’un long processus qui, bien mené, le conduira à l’immortalité.

66La métaphore métallurgique se rencontre également à l’occasion des combats entre hommes puissants, comme le démontrent ces extraits :

- D’abord une magnifique gerbe d’étincelles s’épanouit sur la tête du Yemebem. Ensuite d’énormes flammes dansantes jaillissent. Le feu se répandit sur le corps d’Asseng Mbane Ona.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1975 : 267)

– Exécutant un impressionnant saut périlleux, il [Ntoutoume Mfoule] plongea le bras droit dans sa bouche, le retira, incandescent comme du fer rougi au feu, et administra à Ela Minko M’Obiang une gifle si violente qu’elle éclate comme un coup de tonnerre et dégagea une épaisse bouffée de vapeur.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1970 : 67)

67L’organisme du héros se comporte comme du métal, le bras est rougi, la cavité buccale se transforme en forge. L’homme est à la fois une chose et son contraire : métal et feu. Cette association des contraires est le stade ultime du perfectionnement humain. Et pourtant, le guerrier Ntoutoume Mfoule n’a pas encore acquis la connaissance détenue par son chef hiérarchique Engwang Ondo, ni celle encore plus vaste du grand magicien d’Engong Angoung Berre.

68L’absence de perfectionnement humain ne prédispose pas au commandement, comme le déplorent les citoyens Essighlessi dans ce passage :

– Je vous l’avais dit, cria quelqu’un. Obame Andome n’a jamais été initié et on en a fait un chef. Le résultat, le voici : nous n’aurons jamais plus de paix.
– Tu as raison, mon frère Metene, renchérit un autre. Un non-initié à la tête d’une tribu comme la nôtre, c’est un vrai désordre. Fuyons.
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1975 : 271)

69L’initiation est donc considérée comme l’élément fondateur de la civilisation. Elle est le pivot autour duquel gravitent tous les axes de la connaissance.

Le système ternaire

70Le deuxième grand principe découlant du premier et le complétant est le système ternaire. La gifle de Ntoutoume Mfoule que nous venons de mentionner dans le paragraphe précédent apparaît comme le dépassement du dualisme du feu et du métal. Cet état avancé de l’être humain reflète ce vers quoi tend tout homme puissant. Le surnaturel se cachant sous le corps de chair, l’homme puissant ne doit rien laisser transparaître de son état double, de sa force et de sa puissance véritable, sans pour autant en arriver au stade atteint par Aba, l’initié des initiés, évoqué dans cette occurrence :

Un homme aux jambes tordues par les chiques, à la chevelure ébouriffée et crasseuse. C’était un messe me lougou, l’initié des initiés que le magie elle-même ne pouvait feinter. La journée, il semblait à demi-mort dans le corps-de-garde, grattant ses pieds ravagés par les chiques et ses cheveux gorgés de poux. Mais la nuit, il se montrait d’une intelligence surprenante et son regard devenait aussi long et large que le clair de lune
(Tsira Ndong Ndoutoume, 1975 : 38)

71Le dualisme d’Aba, qui, misérable la journée et homme puissant la nuit venue, montre à quel extrême peut mener le camouflage du surnaturel.

72En revanche, Oveng Ndoumou est d’une extrème beauté à l’exemple d’autres héros tels Nsoure Afane, Engwang Ondo et Medza M’Otounga. Il ne laisse rien transparaître de sa puissance, il en est juste conscient, comme c’est exprimé dans Le Mvet I: « veng Ndoumou se savait puissant. Il était double dans un même corps. L’un de ses doubles, le plus invulnérable, était tout de métal ». L’homme puissant fait appel à son double en cas de nécessité. Et c’est uniquement à cette occasion que la puissance de son espace intérieur se manifeste. D’espace englobé il devient espace englobant, et la surnature s’empare de son organisme. Les corps des guerriers du Mvet fonctionnent alors comme une partie intégrante des éléments cosmiques. Les lois physiques qui régissent l’univers ne s’appliquent pas aux guerriers qui se déplacent dans le ciel, maîtrisant les lois de la pesanteur.

73Le dualisme physique est certes fondamental, mais il est coiffé par une éthique. Le héros a l’impérieux devoir de maîtriser la Puissance et la Force en les utilisant pour faire le Bien. En outre, il doit éviter d’être assujetti à la Puissance et la Force, car comme le confirment les Ancêtres : « elles sont avides, ambitieuses, insatiables, tentatrices, intransigeantes » (Tsira Ndong Ndoutoume, 1975 : 18).

74L’idéal serait de devenir un de ces « hommes géniaux doués par la nature qui savent les exploiter. Dans leurs mains, elles se disciplinent, obéissent, deviennent des instruments maniables » (Ibid.: 19).

75Cette conception de la Force et de la Puissance comme instruments à maîtriser montre la véritable place qu’occupe l’espace symbolique dans l’imaginaire fang-bulu-béti. Ces entités sont indispensables, mais elles ne suffisent pas à faire de l’individu un homme « génial doué par la nature » ? En effet, cette connaissance supplémentaire semble relever de la transcendance désignée ici sous le terme « la nature ». L’axe ascendant qui élève le guerrier au niveau du cosmos et des divinités est ainsi patent, elle participe à la construction de l’hyperbole de l’espace symbolique.

Conclusion

76En conclusion, il est indéniable que, tout en lui donnant une interprétation spécifique, l’espace symbolique prend appui sur la réalité de la physiologie humaine. L’espace intérieur est à la fois tripartite et unitaire, se conformant ainsi à la représentation du monde du Mvet. L’initiation apparaît alors comme le créateur de cet espace. La Force et la Puissance semblent résider dans cet espace et être des attributs de la Transcendance. L’exemplarité de l’espace symbolique mise en évidence par le Mvet semble inciter l’individu à atteindre un perfectionnement harmonieux se traduisant par la primauté de l’immatériel sur le matériel et par la symbiose des contraires, dans le respect des normes et d’une éthique.

Haut de page

Bibliographie

AUBAME, J.-M., 2002, Les Béti du Gabon et d’ailleurs, sites, parcours et structures, T. 1, L’Harmattan.

—, 2002, Les Béti du Gabon et d’ailleurs, croyances, us et coutumes, T.2, L’Harmattan.

BIYOGO, G., 2002, Encyclopédie du Mvet, T.1 et T.2, Ed. Cirad, Libreville.

NDONG NDOUTOUMOU, Tsira, 1970, Le Mvet I, Paris, Présence Africaine, 155p.

—, 1975, Le Mvet II, Paris, Présence Africaine, 311p.

—, 1993, Le Mvet III, Paris, l’Harmattan, 317p.

ZWE NGUEMA NDONG, 1972, Un mvet de Zwè Nguéma, chant épique fang, Herbert Pepper, Paris, Armand Colin, Coll. « Classiques Africains », 492 p.

Haut de page

Annexe

Annexe : tableau des principaux personnages du corpus

Un Mvet de Zwé Nguéma

Les héros mortels

– Zong Midzi                   (Pays Okane)

– Nsoure Afane                 (PaysYemveng)

La trilogie de Tsira Ndong Ndoutoume

Mvet 1 : Le Mvet épopée fang

Les héros mortels

– Oveng Ndoumou Obame  (Pays des flammes)

– Ela Minko M’Obame            (Pays des flammes)

Mvet 2 : Le Mvet

Les héros mortels

– Asseng Mbame Ona

– Eya Mbane, le jumeau du héros    (Pays Yemebem)

– Mbane Ona, le père du héros

– Milang, l’Ancêtre

Mvet 3 : Le Mvet : L’Homme, la mort et l’immortalité

Les héros mortels

– Obame Andome Ell             (Pays Essighlessi

– Andome Ella Mezang, le père du héros

Les héros immortels des quatre oeuvres

– Akoma Mba                  (chef du pouvoir politique)

– Angoung Bere                 (chef du pouvoir spirituel)

– Engwang Ondo           (La triade)

– Angone Endong           (La triade)

– Ntoutoume Mfoule  (La triade)

– Obiang Medza            (Les jeunes guerriers)

– Medza Me Mfoule         (Les jeunes guerriers)

– Ondo Biyang             (Les jeunes guerriers)

– Nguéma Nsing Bere (Les jeunes guerriers)

– Ze Medang       (Les jeunes guerriers)

– Efoua Medang            (Les jeunes guerriers)

– Ayangoum        (Le grand magicien Ayakoma des autres peuples)

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons la transcription Mvet en français.

2 Cette perspective est complémentaire à celle choisie par Marie-Rose Abomo-Maurin dans son analyse de l’espace géographique dans le Mvet Ayono Ala dans ce volume.

3 On entend par « médiateur de la transcendance » une personne possédant la capacité d’entrer en contact avec les forces de la nature, les Ancêtres et les divinités.

4 Tsira Ndong NDoutoume, Le Mvet III, 1993, p. 175.

5 ZWE NGUEMA, p. 313. v. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angèle Christine Ondo, « L’espace corporel intérieur dans le mvet », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 155-170.

Référence électronique

Angèle Christine Ondo, « L’espace corporel intérieur dans le mvet », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2991

Haut de page

Auteur

Angèle Christine Ondo

Université d’Omar Bongo, Libreville

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org