Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SENGHOR, Léopold Sédar, 2007, Poésie complète, édition critique, coordination Pierre Brunel

Paris, CNRS, 1316 p.
Lilyan Kesteloot
p. 325-328
Référence(s) :

SENGHOR, Léopold Sédar, 2007, Poésie complète, édition critique, coordination Pierre Brunel, Paris, CNRS, 1316 p.

Texte intégral

1Ce fort volume de 1374 pages papier bible se présente comme un dictionnaire du poète sénégalais L. S. Senghor. Pourquoi l’avoir limité à la poésie ? est la première question que l’on pourrait se poser. Pour deux raisons sans doute : l’œuvre ’littéraire’ du président Senghor comprend essentiellement ses ’poèmes’, auxquels on a ajouté deux articles qu’il a consacrés à la poésie africaine francophone. Ses autres livres entrent dans la catégorie ’essais’, parmi lesquels les cinq tomes de Liberté (Seuil) dont l’édition critique aurait multiplié par six au moins le volume du présent ouvrage, et posait un problème de coût... insolvable.

2Par ailleurs, les éditionsArchivosspécialisées jusqu’ici dans la publication des écrivains de langue ibérique, et ouvertes depuis peu à la Francophonie, eurent des déboires financiers tels que le CNRS dû sauver le livre de justesse. En effet, il eut été dommage de l’abandonner, vu l’importance du travail réalisé.

3Coordonné par le professeur Brunel, dont on connaît la notoriété comme auteur, et comme professeur de Littérature Comparée à la Sorbonne, le livre se déroule selon un plan assez simple. L’introduction comprend deux poèmes de Césaire, un de Bernard Dadié et un de Birago Diop (des autres, on aurait pu se passer). En prose ensuite quelques présentations de l’homme politique et du poète, dont la plus exhaustive est celle du professeur Brunel, qui indique les étapes de l’itinéraire intellectuel accompagnant sa création poétique.

4Une première partie (qui comprend plus de la moitié du volume) consiste en l’édition des poèmes, livret par livret, et dans l’ordre où ils ont été placés dans l’édition définitive des éditions du Seuil. Chaque livret - exemple Chants d’Ombre - est introduit par un critique, ici Mr Brunel ; puis viennent les poèmes avec, en bas de pages, l’indication des variantes d’éditions précédentes, y compris la ponctuation ; à la fin, et reprenant chacun des poèmes, les notes explicatives et le signalement des publications précédentes dans des anthologies ou des ouvrages critiques.

5Ainsi sont présentés successivement Chants d’Ombre, Hosties Noires, Ethiopiques, Nocturnes (publié originellement avant Ethiopiques), Lettres d’Hivernages, Elégies Majeures, ainsi que divers « poèmes perdus » et anciens. Cette partie se termine par un lexique établi par Jean René Bourrel et un article sur le lexique par Frédéric Giguet.

6Une deuxième partie d’une vingtaine de pages établit la chronologie de l’œuvre senghorienne. Une troisième partie (depuis la p. 959) propose une “Histoire du texte” avec divers articles et thèmes comme : Rhétorique et Nostalgie, Négritude et lusitanité, Senghor et la sérèrité. Une quatrième partie propose des “Lectures du texte” dans une perspective comparatiste, avec des articles de P. Brunel, Papa Samba Diop et Lise Sabourin ; tandis que la cinquième partie offre un “Dossier de l’œuvre” axé sur la Réception critique, la question de la langue (le français), la stylistique senghorienne, enfin les rapprochements avec d’autres poètes comme Claudel, et St-John Perse (Loïc Céry).

7A signaler les articles de G. Molinié, B. Lecherbonnier, Amade Faye et Daniel Delas sur divers aspects de l’esthétique des poèmes. Une bonne bibliographie établie par F. Giguet et P. Brunel complète cet ouvrage imposant. De nombreux collaborateurs ont participé à ce monument, vingt six exactement, si j’omets les trois qui furent oubliés bien qu’ayant intervenu à différents niveaux préalables au texte final les professeurs Joigny, Riesz et Amadou Ly (Dakar). Cela ne s’explique que par les retards des uns, les changements des autres, les perturbations de l’éditeur en faillite, et la hâte extrême pour boucler un ouvrage qui avait l’ambition de paraître pour le premier anniversaire de la mort du poète.

8Des oublis donc, mais aussi l’absence d’une relecture de l’ensemble du volume par un africaniste chargé de traquer les inexactitudes ou les omissions. Lorsqu’on regarde de près certaines notes explicatives des poèmes, on constate à côté des multiples interprétations possibles d’une image, ou d’un personnage métaphorique, une pauvreté surprenante de la référence historique.

9Prenons pour exemple la reine de Saba : on se contente du minimum connu de tout le monde : Belkis reine de Saba (Ethiopie) qui s’illustra (Bible, Coran) par sa visite en grande pompe au roi Salomon. Dans un ouvrage qui se veut exhaustif comment admettre que nulle curiosité n’ait incité l’analyste à consulter quelqu’ouvrage sur cette reine mystérieuse ? Il y en avait de récents : en 1998 chez Maisonneuve, en 2001 chez Laffont, en 2004 à Présence Africaine. Il aurait pu dater des années 900 av. JC. l’existence du royaume de Symiène (Ethiopie), capitale Axoum, dont la fille Mammèté, seule héritière du trône, fut renommée Makeda (la toute pure) et développa si bien son royaume qu’elle conquit le Saba au sud de la péninsule arabique, contrôlant ainsi le trafic maritime sur la mer Rouge (J. Sorel). Savoir cela, et aussi qu’elle avait été éduquée à la cour du pharaon d’Egypte (Thèbes) n’était pas inutile, et permet de conforter le mythe senghorien de l’idéal féminin.

10Autre détail - minime - dans Ethiopiques, la note p. 308 expliquant « la bosse du grand Mâle » dans le poème Comme rosée du soir, pourrait préciser qu’il s’agit ici du zébu, bovidé ordinaire et traditionnel au Sénégal, et non pas du chameau comme on pourrait l’induire du commentaire. Et la petite erreur p. 286 où on apprend que le buffle est le “totem de soudanais”, premier maître de l’empire du Mali - Lisez Soundiata... De même p. 896 lisez Almamy et non Almany. Autre petite erreur dans les notes : p. 294 le mot woï est défini comme interjection marquant l’indignation, ou l’admiration - et on nous renvoie au lexique. où le mot n’est pas recensé. Heureusement que, par ailleurs, l’ont sait que woï signifie « chant » en wolof. L’analyste a dû ici confondre avec ndeisâne, signifiant en effet « indignation ou admiration », ou même « désolation » selon les cas.

11Ailleurs, dans le lexique (intitulé dictionnaire) il ne faut pas chercher beaucoup pour tomber sur des approximations comme : ’Targui’ : nom commun, singulier de Touareg = « les abandonnés » ... ( ! ) mais encore ? Alors que par ailleurs, ’Touareg’ n’est mentionné nulle part. Trop connu ? Mais ’Touareg’ n’est pas plus connu que ’Peuls’. Cependant les Peuls sont bien définis dans ce lexique. Mais là, on apprend que dans le Fouta Toro, les Peuls “ont été assimilés par les Toucouleurs”. Alors que tout Sénégalais sait que les Toucouleurs ne sont que le résultat du mélange des Peuls avec les protowolofs autochtones du Nord Sénégal, et que ce nom de toucouleurs n’est que la mauvaise prononciation française de Tekrouri, sujets du Tekrour, royaume fondé par les Peuls en question. De même les ’Zoulous’ sont bien signalés. Mais puisqu’on a donné le sens de Touareg, pourquoi ne pas dire aussi que Zoulous signifie fils du ciel ? Rebaptisées ainsi par Chaka, différentes ethnies dont la sienne (Nguni) furent rassemblées sous son seul commandement. Curieux également de voir cité ’Rhodésie’, sans référence à Cécil Rhodes dont ce territoire tire son nom. Curieux de voir les antiques ’Sao’ du Tchad, traités de “peuplade”. Ailleurs on relève des inexactitudes comme cette affirmation que les Sérères émigrés du fleuve Sénégal pour s’installer dans la région du Sine Saloum “furent envahis par les conquérants malinke remontant du Gabo”. On sait en effet que ce sont quelques familles nobles ’fuyant’ le royaume de Gabo, qui arrivèrent dans les îles d’abord, puis le long des lagunes intérieures, elles furent hébergées par les villages qui s’y trouvaient ; par des unions successives avec les autochtones, qui pratiquaient le système matrilinéaire, les émigrés malinke arrivèrent au pouvoir. mais perdirent leurs patronymes, et leur propre système de succession patrilinéaire ! On ne trouve par ailleurs nulle trace de guerre ou autre conflit armé dans la tradition orale, mais bien des mythes de migration, de déplacement, d’installation provisoire etc. Bref, si les Malinke ont bien conquis le Gabo (Casamance, Gambie, Guinée Bissao), ils n’ont jamais ’envahi’ ni ’conquis’ les Sérères. Ce ne sont que détails certes, mais détails irritants pour les Sénégalais ou les africanistes qui feuilletteront ce dictionnaire.

12Il faut par ailleurs saluer le considérable travail de recherche accompli concernant tous les dédicataires à qui Senghor adresse ses poèmes, et tous les noms propres (personnages et toponymes) dont il les parsème. C’est sur ce point surtout que ce dictionnaire innove, car la plupart des autres informations avaient déjà été fournies, en tout ou en partie, dans deux lexiques publiés en 1986, par d’autres spécialistes.

13Enfin on ne s’étonnera pas des proportions très inégales des notes des différents recueils : pour Chants d’Ombre il y a 70 pages de notes et commentaires bien nourris, qui se réduisent à 50 pages pour Ethiopiques, alors que l’ouvrage est plus important, et contient des poèmes beaucoup plus hermétiques que le premier recueil de Senghor. Tandis que pour Hosties Noires, les commentaires se réduisent à 35 pages. En effet, j’ai signalé plus haut les aléas de cette entreprise d’édition. Bien entendu il est facile d’épingler ainsi sur un ouvrage au long cours les imperfections inévitables, ou plutôt qui auraient pu être évitées si on avait pris le temps de le relire, et de le faire relire par des yeux plus attentifs. Les auteurs sont souvent de mauvais relecteurs.

14Il n’empêche que c’est le premier travail de cette envergure que l’on ait produit sur l’œuvre du poète africain ; et ses qualités incontestables sont le soin avec lequel le texte des poèmes est établi avec ses variantes, la richesse des comparaisons avec la poésie française, le nombre et la précision des références intertextuelles notamment avec les poètes préférés de Senghor. La bibliographie et le dictionnaire offrent des outils permettant des travaux ultérieurs plus approfondis. Enfin les articles de critique ouvrent des pistes à tous ceux qui veulent aller plus avant dans la connaissance du poète.

15On aurait souhaité certes des illustrations plus fournies sur l’homme, et son environnement dans lequel les poèmes s’enracinent. En ces temps où l’image est omniprésente, il était possible d’ajouter un dossier photos qui aurait permis d’accéder à cet autre continent qui demeure le lien d’écriture de l’Africain. Et pour le moins une carte aurait permis de situer le Sénégal que beaucoup de gens imaginent encore voisin du Congo ; et aussi de percevoir quelque peu le cadastre de ces bolongs et ces tanns si souvent parcourus par l’auteur sénégalais.

16Reconnaissons-le : ce Grand Œuvre aboutirait-il au niveau de La Pléiade auquel il ressemble, que l’on y trouverait encore à redire ! Nul n’est parfait. Mais il est méritoire d’avoir tenté, et l’on saura gré à ces professeurs de l’effort sans précédent, pour connaître et reconnaître l’initiateur de la littérature négro-africaine francophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilyan Kesteloot, « SENGHOR, Léopold Sédar, 2007, Poésie complète, édition critique, coordination Pierre Brunel », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 325-328.

Référence électronique

Lilyan Kesteloot, « SENGHOR, Léopold Sédar, 2007, Poésie complète, édition critique, coordination Pierre Brunel », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2973

Haut de page

Auteur

Lilyan Kesteloot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org