Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

ROULON-DOKO, Paulette, 2008, Dictionnaire Gbaya-Français (République Centrafricaine), suivi d’un dictionnaire des noms propres et d’un index français-gbaya

Paris, Karthala, 683 p.
Gérard Dumestre
p. 324-325
Référence(s) :

ROULON-DOKO, Paulette, 2008, Dictionnaire Gbaya-Français (République Centrafricaine), suivi d'un dictionnaire des noms propres et d'un index français-gbaya, Paris, Karthala, 683 p.

Texte intégral

1On peut se réjouir de voir l’intérêt qui se manifeste, un peu partout, pour les langues menacées, parmi lesquelles on compte beaucoup de langues subsahariennes. Le recueil de données, l’enregistrement de textes, l’élaboration de lexiques et de grammaires pour ces « petites langues » qui résistent mal au tumulte croissant de l’Afrique et du monde, sont pour les linguistes, les anthropologues, et seront surtout pour les sociétés africaines elles-mêmes des témoignages inestimables, et constitueront aussi - du moins faut-il l’espérer - un précieux viatique pour l’avenir. On appréciera donc à sa juste mesure, comme une pierre de touche patrimoniale de la plus grande qualité, le travail que Paulette Roulon-Doko consacre au gbaya- ’bodoe, parler qui appartient aux langues oubanguiennes et compte environ 5000 locuteurs.

2Ce dictionnaire gbaya-français, résultat de près de quarante années de travail sur la langue et la culture des ’bodoe (l’auteur a publié de nombreux travaux anthropologiques ainsi que des études sur la littérature orale de cette population de chasseurs cueilleurs cultivateurs) est fondé sur le dépouillement de très nombreux textes in-situ, dont environ 300 contes, l’essentiel du corpus venant du village de Ndongué. Il révèle une connaissance approfondie de cette culture centrafricaine, et de la langue dans laquelle celle-ci se vit. Au travers des pages de ce dictionnaire quasi encyclopédique de la tradition bodoe, c’est la médecine, la cuisine, la chasse, la végétation, l’onomastique, l’artisanat qui apparaissent, vrais, vivants, au travers d’une langue qui semble totalement préservée. Dictionnaire musée ? Certes non, car y figurent les formules les plus triviales de la vie quotidienne, et les nombreux adjectifs-adverbes de type expressif, particulièrement nombreux dans les langues à tradition orale, colorent presque joyeusement ce conservatoire des choses anciennes : lɛ́k-lɛ́k « qui fait une petite marque », géyém-géyem « avec un mouvement des oreilles (spécifique de la course du lièvre) », p. 136, tɛ̀fɛ̀n-tɛ̀fɛ̀n « à grands coups d’ailes ».

3La présentation de ce riche dictionnaire est un modèle du genre ; sont indiqués de manière très claire, après l’entrée, les variantes, le découpage du terme, l’appartenance grammaticale, l’étymologie, et les différents sens qui sont fournis sont accompagnés d’exemples, ce qui distingue cet ouvrage des cimetières de mots que trop hélas on nous propose pour des dictionnaires. Si l’ethnologue est satisfait, le linguiste n’est pas en reste. Les définitions et les traductions, pourtant délicates à mettre au point lorsqu’on souhaite être exact et concis, sont précises, et souvent accompagnées d’indications culturelles indispensables : « la mise à mort d’un très gros gibier rend le chasseur sourd et aveugle » (p. 356), parfois très détaillées (ainsi la longue explication sur l’étymologie du terme qui signifie « soleil du soir », p. 478).

4L’ouvrage s’achève sur deux précieux index : un lexique inverse français-’bodoe, qui permet de mesurer l’importance de certains champs linguistiques : ainsi 12 termes pour « rouge », 11 pour chasse, 19 pour « piège », et 39 pour nommer les différents cris ; quant à l’index des déterminations scientifiques, il ne fait que confirmer le souci d’exactitude minutieux de l’auteur.

5L’introduction est courte (une douzaine de pages pour un ouvrage de près de 700 pages), mais bien organisée, et constitue un guide efficace pour le lecteur. On y trouve les éléments de phonologie nécessaires pour comprendre le système de notation, des indications (rarement fournies dans les ouvrages de ce type) sur la représentativité statistique des différentes catégories grammaticales (on y apprend avec intérêt et étonnement qu’après le nom, c’est la catégorie de l’adjectif-adverbe qui est la plus fournie, loin devant celle du verbe), et une longue, claire - et indispensable - présentation du plan des articles. On pourra regretter, même si c’est un détail, l’erreur de l’auteur qui précise qu’il existe en gbaya-’bodoe (p. 9) six voyelles orales, mais n’en indique que cinq, et quatre voyelles nasales, mais en fournit cinq.

6Peu de langues sub-sahariennes disposent d’un outil de la valeur du dictionnaire gbaya-français de Paulette Roulon-Doko. S’il faut sans doute le regretter, il convient aussi de rappeler qu’un travail lexicographique aussi exhaustif est le résultat du travail d’une chercheuse qui, pendant des dizaines d’années, a fouillé avec passion le même unique chantier. Ce qui a toujours été assez rare, et le sera à l’avenir de plus en plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Dumestre, « ROULON-DOKO, Paulette, 2008, Dictionnaire Gbaya-Français (République Centrafricaine), suivi d’un dictionnaire des noms propres et d’un index français-gbaya », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 324-325.

Référence électronique

Gérard Dumestre, « ROULON-DOKO, Paulette, 2008, Dictionnaire Gbaya-Français (République Centrafricaine), suivi d’un dictionnaire des noms propres et d’un index français-gbaya », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2970

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org