Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

PERROT, Claude Hélène, 2008 : Les Eotilé de Côte d’Ivoire aux XVIIIe et XIXe siècles. Pouvoir lignager et religion

Paris, Publications de la Sorbonne, 256 p., 65 ph. Nb, XXIV pl. couleur hors texte
Théodore Nicoué Gayibor
p. 322-324
Référence(s) :

PERROT, Claude Hélène, 2008 : Les Eotilé de Côte d’Ivoire aux XVIIIe et XIXe siècles. Pouvoir lignager et religion, Paris, Publications de la Sorbonne, 256 p., 65 ph. Nb, XXIV pl. couleur hors texte

Texte intégral

1Un ouvrage magnifique à tous égards dont la qualité exceptionnelle - le qualificatif n’est pas trop fort, les lecteurs s’en rendront vite compte -, est due aussi bien à la maîtrise du contenu scientifique qu’au soin apporté par les éditeurs à la présentation de l’oeuvre : impression sur papier glacé, netteté des illustrations, riches et abondantes. Toute l’expérience accumulée au cours d’une vie de chercheur consacrée à l’anthropologie et à l’histoire se déploie à travers ces 256 pages avec vigueur, assurance et autorité. Autorité que confère l’expertise acquise dans la pratique assidue du terrain et des hommes ; assurance dans la maîtrise d’une méthodologie que l’auteur a largement contribué à asseoir de façon décisive.

2L’objet de cet essai, révèle l’auteur, “est l’étude des liens entre pouvoir politique et religion chez les Eotilé de la lagune Aby aux XIXe et XXe siècle” (p. 10). L’ouvrage est subdivisé en neuf chapitres aux titres évocateurs : “Les Eotilé sont-ils des autochtones ? Sources orales, écrites et cartes anciennes” (I) ; “Du royaume de Monobaha à la perte de l’indépendance. La subordination au Sanwi” (II) ; “Dispersion et regroupement forcé des Eotilé à Bianou” (III) ; “Réappropriation des rives de la lagune et fondation des villages éotilé au milieu du XIXè siècle” (IV) ; “Histoires lignagères : les afilié”(V) “Les lignages et leur bosson : les bénéfices d’une alliance” (VI) ; “La pêche et les échanges dans une économie ouverte” VII) ; “S’accroître en nombre : la captation des hommes” (VIII) ; “Figures de la force et figures du pouvoir” (IX). Ces énoncés nous emportent au cœur du débat de l’anthropologie historique. C-H Perrot conduit ce débat à travers une étude des Mekyibo / Ewuture / Veterez / Eotilé de la basse Côte d’Ivoire - une communauté de moins de vingt mille âmes -, une micostoria commencée il y a quelque quarante années. Le savoir-faire de l’auteur s’étale à travers le brio avec lequel sources orales, écrites, iconographiques et cartographi­ques sont mises à contribution pour reconstituer le vécu de la société éotilé au cours des siècles écoulés, mais plus précisément à partir du milieu du XIXe siècle, au moment où s’effectue, par la création des villages, la mise en place de la population sur son territoire actuel.

3Si les sources écrites renseignent abondamment sur le milieu naturel, les ressources et les activités humaines à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, elles décrivent par contre un paysage politique inconnu des sources orales car bousculé, dès les années 1725, par la conquête anyi et les bouleversements consécutifs à cette défaite pendant un siècle et bien au-delà, en fait jusqu’à l’éclipse du Sanwi, dans les années 1960. Devant cette adversité, vécue dans l’humiliation d’un asservissement total aux maîtres de Krinjabo - la capitale du Sanwi -, une véritable contre-histoire, ignorant cette période sombre, s’est construite autour du mythe de l’âge d’or de Monobaha, la réappropriation de la langue éotilé, l’affirmation de l’autochtonie face aux envahisseurs étrangers ainsi qu’une renaissance culturelle autour du renforcement du culte du bosson lignager. Mais la reconstitution des généalogies des lignages, en raison des bouleversements sociaux et des migrations successives imposées par leur situation de dominés, se révéla malaisée et n’a pu fournir que des “généalogies en pièces détachées”, selon la formule de l’auteur, sans possibilité d’aboutir à la production de listes cohérentes et crédibles, ce qui rend aléatoire toute périodisation fiable. Est ainsi mise en lumière l’insuffisance de repères chronologiques dans l’utilisation de la tradition orale pour toute reconstitution historique, maintes fois relevée par les adversaires de la tradition orale ; en fait, un procès d’intention, car il n’a jamais été dans les objectifs des « faiseurs de traditions » d’élaborer des documents à l’usage des chercheurs modernes. Il revient à ces derniers de s’adapter à ces documents oraux pour en tirer ce qu’ils peuvent donner au lieu de les accuser de faiblesse dans un domaine où les approches ne sont pas similaires.

4Le sous-titre de l’ouvrage, “pouvoir lignager et religion”, se justifie à travers une analyse minutieuse des liens entre pouvoir lignager - le lignage étant le vrai centre de décision, l’existence d’un roi des Eotilé issu du lignage boïné n’étant que théorique - et religion à travers l’attachement de chaque lignage à son bosson, sa déité tutélaire. La société éotilé se définit à travers ses lignages matrilinéaires, dont les stratégies d’accroissement en nombre (surtout par captation) et d’accumulation des richesses (essentiellement par les recettes tirées des pratiques cultuelles, des fruits d’une gestion rigoureuse des pêcheries et autres activités) sont minutieusement disséquées.

5Cette étude révèle l’importance primordiale du bosson, dont la renommée s’exprime à travers le grand nombre de personnes issues de groupes parfois étrangers sollicitant son concours en cas de difficultés, ou de captifs en rupture de ban venus se placer sous sa protection, toute poursuite étant abandonnée dès la prestation d’allégeance. Le mérite en revient aux desservants de ces cultes, les totofwè, véritables maîtres des lignages à travers leurs prescriptions et sanctions souvent sans appel. Les chefs de lignage se retrouvent ainsi sans réelle autorité sur leurs sujets, sur lesquels ils ont pourtant droit de vie et de mort. Cette évolution est­elle consécutive à la conquête anyi qui, en affaiblissant à dessein le pouvoir politique jadis détenu par le lignage des Boïné, libéra les différents lignages de toute emprise autocratique, le pouvoir, aussi bien politique que religieux, se retrouvant finalement aux mains des bosson et de leurs desservants ? On l’imagine aisément.

6Autre aspect de la société éotilé particulièrement mis en lumière par cette étude, la vitalité des relations entre les vivants et les défunts consultés à tout propos, mais qui, contrairement à ce qui se passe dans les royaumes akan, ont perdu ici la prééminence au profit des bosson, intermédiaires obligés pour parvenir à capter une parcelle de cette “force, puissance quasi spirituelle, agissant dans l’invisible » et qu’ils « sont sommés de mettre au service des humains” (p. 224). La comparaison des pratiques sociétales, entre Eotilé et Anyi - Akan -, est constante, montrant ainsi quels furent les apports entre les deux sociétés.

7Jadis inféodés aux Sanwi, après une brève période d’indépendance, les Eotilè profitèrent des avatars de la politique ivoirienne qui marginalisa leurs maîtres d’hier dans les années 1960, pour relever la tête. Cette renaissance débuta par une réappropriation de la langue éotilé, perdue au profit de l’anyi par la volonté des dominants qui leur interdisaient de s’exprimer en éotilé devant eux et la redécouverte de l’âge d’or de Monobaha, nom de la principale des îles de la lagune et symbole de leur indépendance avant la défaite devant le Sanwi et la dispersion qui s’ensuivit. “Devenu emblématique, il désigna le lieu premier de l’identité éotilé, lieu de mémoire par excellence” (p. 15). L’attachement au passé est également ressenti à travers l’enracinement des rituels dédiés aux différents bosson, rituels accomplis avec minutie au sein des cercles familiaux et villageois, “le catholicisme (s’étant) surimposé au début du XXe siècle à la religion ancestrale sans l’entamer véritablement, la plupart des gens ayant simplement, en sus de leurs deux noms, un nom de baptême” (p. 12). C’est là d’ailleurs une particularité qui distingue les populations de la lagune Aby, les mouvements harristes ayant commis d’irrémé­diables ravages dans la pratique de la religion traditionnelle auprès des autres groupes de la zone côtière ivoirienne, en particulier chez les Ebrié.

8Mais au-delà des considérations purement scientifiques, c’est ce courant d’empathie entre l’auteur et les gens de son terrain d’étude, que l’on devine à travers une analyse parfois discrète, qui frappe le lecteur. Un attachement réciproque qui se manifesta publiquement lors de la présentation de l’ouvrage aux Eotilé dans leurs villages, par la chaleur de l’accueil et l’empressement avec lequel l’auditoire s’arracha les exemplaires disponibles au prix de 10000 FCFA, un montant pourtant fort élevé pour la bourse de ces villageois qui tenaient, pour la plupart, à acquérir le document afin de conserver, qui, l’image d’un parent décédé il y a des années et dont la photographie illustre tel ou tel commentaire, qui, un témoignage de ce passé qu’ils veulent tous voir ressuscité. C’est là, me semble-t-il, le meilleur hommage dont puisse rêver tout chercheur, bien avant la reconnaissance et l’estime de ses pairs. Gageons que l’ouvrage deviendra sous peu, si ce n’est déjà le cas, un argument décisif dans le processus de renaissance des Eotilé, qui prône le retour aux sources des “enfants de la lagune” car pour eux, la connaissance de l’histoire est “un besoin fortement ressenti” (p. 5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Théodore Nicoué Gayibor, « PERROT, Claude Hélène, 2008 : Les Eotilé de Côte d’Ivoire aux XVIIIe et XIXe siècles. Pouvoir lignager et religion », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 322-324.

Référence électronique

Théodore Nicoué Gayibor, « PERROT, Claude Hélène, 2008 : Les Eotilé de Côte d’Ivoire aux XVIIIe et XIXe siècles. Pouvoir lignager et religion », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2967

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org