Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

MOUNKAÏLA, Fatimata, 2008, Anthologie de la littérature orale songhay-zarma. Saveurs Sahéliennes

Paris, L'Harmattan, 1080 p.
Lilyan Kesteloot
p. 318-319
Référence(s) :

MOUNKAÏLA, Fatimata, 2008, Anthologie de la littérature orale songhay-zarma. Saveurs Sahéliennes, Paris, L'Harmattan, 1080 p.

Texte intégral

1Voici l'un des plus importants corpus de textes littéraires oraux et bilingues d'Afrique, qui soit publié ces temps-ci en France. On ne peut que s'en réjouir, s'il nous parvenait pour chaque langue du Continent Noir une typologie des genres assortis d'exemples convaincants, à l'instar de cet ouvrage de quatre tomes ! F. Mounkaïla, professeur de Lettres à l'Université de Niamey, y a travaillé plusieurs années avec pour objectif l'exhaustivité d'un doctorat d'Etat. Elle avait déjà publié son 3ème cycle, L'épopée de Zabarkane, sur l'origine des Songhay-Zarma. Mais quelle qu'en soit la raison, ce projet se transforma en simple Anthologie, certes abondante, mais plus agréable à lire qu'un travail académique surchargé de références.

2Ainsi l'auteur se propose "de nous donner quelques informations" sur la littérature zarma, ses producteurs et ses conditions de production. Lorsqu'on sait qu'elle a dû récolter ces textes auprès des dizaines d'informateurs qu'elle cite scrupuleusement, et qu'on considère le temps qu'elle a dû passer pour leur présentation, leur transcription et leur traduction, on se dit qu'elle est trop modeste...

3Chaque tome contient plusieurs genres, chacun d'eux étant décrit et présenté, puis illustré par différents exemples. Evidemment l'éventail des genres est fort large, allant des genres brefs comme devises, invocations, proverbes, aux genres longs comme la chronique, l'épopée, le roman. D'où un ensemble très varié.

4Ainsi le tome I (305 pages), après une présentation du projet et les indications d'usage sur les méthodes, les sources, les problèmes de transcription et de traduction, ouvre l' Anthologie avec les chants de circonstance et les panégyriques. En plus des devises et éloges des ancêtres, héros et guerriers, on y trouve de nombreux chants de protection de la personne, et d'exhortation à la morale, liés à la religion locale qui mêle sans complexe Islam et animisme. Suivent en effet les invocations aux bénéfiques génies des lieux : Harakoye génie du fleuve, son fils Moussa, et Zataw son esclave, mais aussi Babba et Hamni « génies fous » maléfiques représentant l'autorité coloniale. Le livre se termine avec les textes des deux grands mythes de Dongo et d'Harakoye Dikko, qui étaient au centre des études de Jean Rouch sur la religion songhay.

5Le tome II est consacré aux poèmes d'intégration sociale : chants de circoncision, épithalames, worksongs : pour le travail des champs, pour le pilage du mil et du sorgho, contre la peste aviaire, et, dans la foulée, contre les paresseuses, les mégères et les belles-mères qui parasitent les travaux domestiques ! Donc chants de femmes pour la plupart. Enfin, une série de devises sur les noms propres (Zamu), sur lesquels on connaissait déjà le bel ouvrage de Dioulde Laya.

6Le tome III illustre le secteur des épopées, avec des extraits de Zabarkane et aussi d'Issa Korombe qu'Ousmane Tandina avait intégralement transcrit et traduit. Mais encore des récits épiques inconnus : Soumaylou Gâkoye, et Lobbo Django. Ce dernier texte me semble plutôt un roman d'amour comme le récit de Beau Sombo qui se trouve dans le tome IV. On y apprécie tout autant le feu sensuel que l'élégance des paroles et des gestes ! Les genres des contes et devinettes, ensuite, rappellent ce qu'on rencontre dans les autres cultures ouest-africaines.

7L'intérêt se relance au tome IV avec les chants et histoires d'amour qui égrènent les sentiments divers, mises en garde piquantes et soupirs de désir, tels qu'on les éprouve au Niger sahélien. Les comptines et jeux des petites filles, et les chants de satire sociale terminent cette anthologie qui nous aura donné toutes les faces de l'art verbal des Zarma.

8La traduction de la poésie est toujours très difficile et comme une majorité de ces textes sont des poèmes, l'entreprise était vraiment périlleuse. Bien que l'auteur ait réussi cet exercice avec talent la plupart du temps, il est plusieurs cas surtout dans les genres brefs, où le texte est si elliptique qu'il en devient incompréhensible. C'est là qu'on regrette que ses notes soient trop rares, voire absentes. Il arrive que certaines formulations demeurent énigmatiques. De même qu'on se perd parfois dans les poèmes d'invocation ou d'exorcismes ; ou ailleurs, dans les généalogies. On est plus à l'aise, en revanche, dans les poèmes moraux d'inspiration musulmane ou encore dans les textes narratifs, qu'ils soient rythmés ou non, d'autant que le style oral, très présent, vous interpelle.

9Concernant la transcription du zarma, F. Mounkaïla n'est pas linguiste, elle expose les différentes pratiques en cours et justifie son choix de s'aligner sur celle de Ch. Niandou (1999). On aurait souhaité qu'elle tienne compte des remarques de S. Bornand. Mais les textes étant là, on pourra toujours améliorer la transcription ultérieurement. Autre erreur, d'édition cette fois ; dans le tome I au lieu d'être face à face, les textes zarma et français se trouvent recto / verso. C'est ennuyeux, mais dès les tomes suivants l'erreur est réparée. Un prochain tirage devra y remédier.

10Au bout de chaque tome, l'éditeur a reproduit toute la bibliographie des auteurs consultés, les index des informateurs (très complet), celui des personnages historiques et mythiques, et celui des toponymes. On est un peu surpris de trouver ainsi quatre fois répétés ces auteurs et ces index, mais à la réflexion, cela permet à chaque tome de voyager seul. Pourquoi pas ?

11Encore un mot concernant le corpus et ses sources. F. Mounkaïla est sur ce point aussi précise qu'éclectique. En plus de ses propres enregistrements 'privés' et de ceux de ses étudiants, elle a utilisé des textes provenant de projets auquel elle avait participé. Projets de développements comme Women Writing Africa et comme Environnement et systèmes agraires en milieu sahélien, financé par la Suisse. Elle a aussi bénéficié des collections du Celtho qui fut fondé à Niamey par l'UNESCO, pour récolter les Traditions orales. De même elle utilise intelligemment les travaux de Jean Rouch à propos des textes religieux songhay. Bref, dans cette masse de textes elle a su faire un choix, les classer et les présenter avec élégance, en plus de ceux qu'elle a transcrits et traduits de A à Z.

12Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce qui sera, sans aucun doute, l'ouvrage de référence de la littérature orale zarma. Mais nous y avons surtout apprécié la manifestation évidente des romans Beau Sombo et Lobbo Django. On connaissait déjà en malinke et bambara Soumba et Lansiné, roman d'amour s'il en est que nous avions comparé à Tristan et Yseult. Voici à présent, en zarma, deux romans pleins de sentiments passionnés. Ainsi, au fur et à mesure qu'on exhume le patrimoine des sables d'Afrique, ce genre littéraire oral encore peu reconnu s'affirme-t-il comme une évidence.

13Nous dirons donc que F. Mounkaïla nous a donné ici un superbe inventaire de cette littérature elle aussi peu connue hors du Niger, - et ne regrettons pas les lacunes. D'autres chercheurs pourront toujours compléter ces notes, corriger l'orthographe, perfectionner la traduction, ajouter d'autres textes. F. Mounkaïla leur ouvre la voie et leur donne tous ses informateurs. La piste est tracée, il suffit de la poursuivre.

14A ce propos j'en profite pour poser le problème de ces éditions trop rares de corpus littéraires africains. Trop rares pourquoi ? Parce que les opérations pour les mettre parfaitement par écrit (transcrits, traduits et commentés), sont trop longues, et pas rétribuées. Parce que les éditeurs européens sont peu intéressés. Parce que trop souvent le chercheur est seul pour tout faire, alors qu'il aurait besoin de l'aide d'un linguiste et d'un anthropologue. Sans compter les problèmes de saisie, de mise en regard de transcription / traduction.

15Ne serait-il donc pas opportun chez les éditeurs comme Karthala, L'Harmattan, ou INALCO, qui acceptent ces textes en provenance des universi­taires, d'ouvrir des collections de type « documents bruts », où l'on pourrait publier des textes transcrits, mais sommairement, ou transcrits mais non traduits, ou bilingues mais imparfaitement commentés ou annotés, - du moment qu'ils sont : 1) authentiques, 2) esthétiques, 3) culturellement intéressants.

16En étant trop perfectionniste, on limite beaucoup la production de ce patrimoine. On risque de laisser échapper ou détruire des textes importants, sous prétexte qu'ils ne sont pas "au point". Problème délicat je le reconnais, et je vois d'ici les chercheurs faire la grimace. Mais parfois le temps fait défaut, ou les moyens, ou les occasions.

17Et si F. Mounkaïla s'était découragée ? Trop tard pour le doctorat, elle part à la retraite, tant pis. Combien de thèses de littérature orale (entre autres) dorment dans les tiroirs des bibliothèques Universitaires africaines ? Combien de romans, d'épopées, de chroniques ?

18L'UNESCO prévoyait que le Celtho devait publier deux ouvrages par an... Un pour l'Afrique francophone, l'autre pour l'anglophone. C'est se moquer du monde. Le rythme des Classiques Africains (que les éditeurs se renvoient l'un l'autre comme une patate chaude) est à peu près d'un ouvrage par un. Les autres éditeurs, un, de temps en temps. A ce train-là comment constituer une bibliothèque pour chaque langue, base de conservation de cette langue, et d'entretien culturel de ses locuteurs ? Poser la question, c'est y répondre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilyan Kesteloot, « MOUNKAÏLA, Fatimata, 2008, Anthologie de la littérature orale songhay-zarma. Saveurs Sahéliennes », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 318-319.

Référence électronique

Lilyan Kesteloot, « MOUNKAÏLA, Fatimata, 2008, Anthologie de la littérature orale songhay-zarma. Saveurs Sahéliennes », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2965

Haut de page

Auteur

Lilyan Kesteloot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org