Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Henri MEDARD & Shane DOYLE, eds, 2007, Slavery in the Great Lakes Region of East Africa, Eastern African Studies

James Curry, Oxford / Fountain Publishers, Kampala / EAEP, Nairobi / Ohio University Press, Athens, i-xiv, 274 p.
Philppe Laburthe-Tolra
p. 318-319
Référence(s) :

Henri MÉDARD & Shane DOYLE, eds, 2007, Slavery in the Great Lakes Region of East Africa, Eastern African Studies, James Curry, Oxford / Fountain Publishers, Kampala / EAEP, Nairobi / Ohio University Press, Athens, i-xiv, 274 p.

Texte intégral

1Il s'agit d'un recueil d'articles d'une valeur scientifique exemplaire. On peut regretter qu'il ne soit pas publié en français (langue d'origine de certains articles), mais la diffusion en Afrique de l'Est et la reconnaissance internationale exigent évidemment l'anglais.

2La clarté et la précision se manifestent dès la table des matières : introduction d'Henri Médard, maître de Conférences à l'université de Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, conclusion sur la démographie de l'esclavage par Sharon Doyle, 'Lecturer' en Histoire à l'Université de Leeds. Entre les deux, neuf articles (dont quatre sur l'Ouganda). Suit un index utile des cartes et tables et une notice par ordre alphabétique sur chacun des onze collaborateurs de l'ouvrage. La p. xiv achève ce préambule en donnant une précieuse carte de la région étudiée avec ses appellations pré-coloniales. In fine, une bibliographie et un Index.

3Ce n'est pas ici un ouvrage général tel le Slavery in Africade Miers et Kopytoff, voici trente ans. Dans son introduction, H. Médard délimite le terrain spécifique des Grands Lacs : il inclut le sud et l'ouest de l'Ouganda, le nord-ouest de la Tanzanie, le Burundi, le Ruanda et la frange occidentale du Congo-Kinshasa. Puis sont examinées les sources en notant les apparitions tardives de certaines (textes en allemand, archives missionnaires en français : quand les hommes libres se convertissent en masse, on ne s'occupe pas des autres ; sinon les PP. Blancs rachètent des esclaves pour les affranchir). L'abolition par les puissances coloniales est souvent restée théorique jusqu'après la première guerre mondiale. L'impact du trafic a été variable : la proportion d'esclaves varie beaucoup selon les sociétés, mais les diverses formes de servitude sont anciennes. Le rôle des Arabes a été exagéré, la famine et la pauvreté ont augmenté le nombre des esclaves au 18° siècle - crise des modes de production, apparition de royaumes guerriers qui perdurent au 19e siècle. Même réglementée par l'islam et le christianisme, la légitimité de l'esclavage n'est guère mise en question. Les femmes esclaves sont censées être plus fertiles que les femmes libres. ici comme ailleurs, on trouve une distinction entre clients-serviteurs libres et esclaves qui eux, ne peuvent échapper à leur statut. Mais la définition de l'esclavage est sujette à caution : le plus clair est qu'il arrache l'esclave à la parenté.

4Au chapitre 1, les arguments glottochronologiques de D. Schoenbrunn montrent, sous les titres "violence, marginalité, mépris et honneurs" que l'esclavage remonte au moins à l'Antiquité. Puis, quatre contributions sur les voisins de la région considérée : chap. 2 de J.G. Deutsch sur essor de l'esclavage et changements chez les Nyamwezi au sud (c. 1860-1900), chap. 3 de D. Northrup sur esclavage et travail forcé au Congo oriental (1850-1910), chap. 4. de M. Leopold sur la prise de pouvoir d'anciens esclaves 'Nubi' d'origine soudanaise en Ouganda avec Amin Dada. Les chapitres suivants se focalisent sur l'analyse interne du Buganda, de R. Reid sur les prises de captifs esclavagisés par guerre vers l'ouest et le sud du pays (c. 1700-1890) (chap. 5), de H. Hampson sur l'intégration d'esclaves plus en plus nombreux au 18e siècle (chap. 6), de M. Tuck, sur les différences de traitement des esclaves selon leur sexe à la charnière des 19e et 20e siècles (chap. 7).

5Les derniers textes traitent des royaumes plus à l'Ouest : celui de E. Steinhart sur la situation au royaume d'Ankole, (Nkore ? la carte n'est pas claire) (1890-1940) (chap. 8), celui de J.P. Chrétien sur le trafic des esclaves sous domination allemande au Rwanda-Burundi (1890-1906), dispute à ce sujet des autorités avec les PP. Blancs catholiques (chap. 9), enfin celui de S. Doyle qui examine chez les Banyoro les effets de l'esclavage sur la fécondité et l'assimilation des femmes (chap. 10).

6L'ensemble de ces contributions vaut par sa rigueur scientifique. Il donne un regard neuf sur l'esclavage dans la région, d'abord surtout à usage interne, moins important que le clientélisme, puis subissant des remous dus à la mondialisation. Il éclaire le problème universel de l'esclavage en général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philppe Laburthe-Tolra, « Henri MEDARD & Shane DOYLE, eds, 2007, Slavery in the Great Lakes Region of East Africa, Eastern African Studies », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 318-319.

Référence électronique

Philppe Laburthe-Tolra, « Henri MEDARD & Shane DOYLE, eds, 2007, Slavery in the Great Lakes Region of East Africa, Eastern African Studies », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2961

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org