Navigation – Plan du site

L’espace dans un genre « enfantin » de la littérature orale wolof : le maye

Space in a “children’s literature” genre Wolof oral literature: the Maye
N’Diabou Séga Touré
p. 99-126

Résumés

Les espaces du rire : cette expression renvoie à une problématique complexe de l’espace, qui fonctionne sur deux niveaux (celui de l’énonciation et celui de l’énoncé), avec comme question centrale celle de la structuration spécifique de la spatialité comme procédé possible de caractérisation d’un genre littéraire particulier : le maye (histoires drôles), genre mineur – considéré comme « enfantin » – de la littérature orale wolof, dont la fonction la plus apparente est de divertir sous une forme transgressive. Cette étude de l’espace dans le maye permet de dégager quelques pistes de réflexion qui aboutissent à une première typologie de l’espace à partir de certaines distinctions (espace de la narration/espace évoqué, espace réel/espace imaginaire, etc.) corrélées à des représentations de l’Altérité et des étrangers par exemple.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude de l’espace dans un genre considéré comme ‘pas très sérieux’ par les adultes, et officiellement produit, raconté et écouté par les enfants – mais en réalité par certains adultes aussi – nous ouvre des perspectives réellement intéressantes.

2Tout d’abord, nous avons affaire à un genre encore très peu étudié, dont la nature des usagers détermine les fonctions, et qui nous apporte de ce fait un éclairage tout à fait nouveau lorsque l’on tente de comprendre une problématique liée à l’espace textuel. De quelle façon l’âge et le statut des ‘usagers’ du genre influe-t-il ou même détermine-t-il le traitement de l’espace dans ce genre ? Est-il possible de dégager une typologie de l’espace dans le maye ?

Les genres littéraires et la problématique de l’espace

3La question de l’espace à propos d’un genre littéraire peut être envisagée à deux niveaux. A un premier niveau, on peut considérer l’espace de l’énonciation de ce genre : en quels lieux se dit-il et comment s’y déploie spatialement sa performance entre énonciateurs et auditoires ? D’autres part on peut examiner l’espace révélé par l’énoncé : de quels lieux nous parle le texte, comment conçoit-il l’articulation entre eux, l’espace y est-il envisagé de façon statique ou de façon dynamique ? Tout l’intérêt étant précisément que les réponses à ces interrogations varient selon la nature du genre considéré, et qu’il est peut-être possible de caractériser certains genres par, entre autres, la structuration spécifique de leur spatialité. C’est pourquoi il importe d’abord de présenter le genre spécifique sur lequel va porter notre étude, le maye.

Caractéristiques du maye

  • 1 Les Wolof : une ethnie vivant au Sénégal, et parlant la langue du même nom, sont localisés dans une (...)
  • 2 Cette distinction des producteurs et narrateurs du genre par tranches d’âge (enfants, adolescents e (...)

4Le maye est un genre narratif présent dans les cultures wolof et lébou1où il a en gros les mêmes traits et les mêmes fonctions culturelles. Il consiste en de brefs récits s’adressant à une tranche d’âge particulière composée d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes2, sa fonction première étant de divertir en provoquant le rire par des effets comiques provenant aussi bien de l’énoncé (en particulier par sa forme transgressive) que de l’énonciation : recours à une gestuelle riche et à une diction expressive insistant notamment sur l’imitation caricaturée des accents des protagonistes.

5C’est donc par la nature de la performance ainsi que par certains traits formels (brièveté, ‘attaque’ et ‘chute’ spécifiques) qu’il se distingue des autres genres narratifs et tout spécialement du conte (léeb). Selon la tranche d’âge du narrateur, les thèmes du répertoire du maye peuvent être à dominante scatologique (pré-adolescents), sexuelle (adolescents), plus sociale et politique (jeunes adultes).

Le corpus analysé

  • 3 Rufisque est une ville de la presqu’île du Cap-Vert, située à 26 Km de Dakar, la capitale. Elle a é (...)
  • 4 Léeb ak léebu, (non daté), Plan International, Dakar.

6Il est de 42 textes, dont 25 recueillis auprès de pré-adolescents originaires de Rufisque3, 14 auprès de deux jeunes femmes d’une trentaine d’années (jeunes adultes) nées et ayant grandi à Dakar, 1 auprès d’une femme quinquagénaire née et ayant grandi à Dakar, 2 auprès d’un jeune adulte wolof d’environ 30 ans, qui est né est qui a grandi lui aussi à Dakar, en zone urbaine, 1 recueilli dans un recueil de contes et devinettes4, et 1 recueilli auprès d’un jeune homme à Paris.

7Les 25 maye dits par les enfants ont été collectés en mars 2003 au cours de deux séances dans la même journée : j’ai d’abord enregistré, le matin, les enfants de la famille qui m’accueillait et leurs petits voisins les plus proches ; puis l’après-midi, je leur ai demandé d’inviter leurs camarades de classe et de jeux habitant le même quartier. Au bout du compte, ils étaient une douzaine, mais tous n’ont pas raconté de maye. Certains se sont limités à surveiller les récits de leurs camarades, et à les commenter par des remarques relatives à la fidélité par rapport aux récits de leur propre répertoire, ou encore à dire si le récit entendu en faisait partie ou non. Cela confirme l’existence d’un répertoire de maye commun à un même groupe d’enfants, qui se les échangent et l’enrichissent au gré des rencontres avec d’autres groupes d’enfants ou dans le cadre de la parenté à plaisanterie.

8En outre, j’ai insisté pour que la séance ait lieu dans une pièce close, en l’absence des adultes qui sont restés à l’écart, et à qui j’avais pris soin d’expliquer ce que j’allai demander aux enfants et à quel usage c’était destiné. Les petits conteurs ont en effet exprimé une certaine répugnance à raconter ce type de récits devant d’autres adultes, ce qui se comprend lorsque l’on considère certains des thèmes à caractère scatologique ou subversif que l’on y retrouve.

L’espace dans le maye

Espace et énonciation

9Il n’y a pas véritablement de lieux spécifiques pour dire le maye. Même s’il s’agit d’un genre peut-être plus répandu dans l’espace urbain que dans l’espace rural, on peut exécuter le maye partout, dans des espaces de loisir, notamment les après-midi pour les préadolescents, dans l’espace de travail, à l’occasion de pauses, essentiellement pour les jeunes adultes. S’il y a éventuellement des tendances à privilégier des espaces d’énonciation selon la catégorie des énonciateurs à laquelle on a affaire, il faut considérer qu’il n’y a aucun impératif catégorique en la matière et que, quel qu’en soit l’énonciateur, un maye peut être dit en tout lieu, ainsi d’ailleurs qu’en tout temps, à la différence d’autres genres narratifs qui sont quant à eux très encadrés de ce point de vue.

10A l’occasion d’une séance de maye, qu’il s’agisse ou non d’une veillée, le déploiement dans l’espace d’énonciation (occupé par les énonciateurs successifs et leur auditoire) est informel et n’obéit à aucune étiquette particulière.

  • 5 Toutes les traductions de maye qui servent ici d’exemples sont des textes plus ou moins résumés par (...)
  • 6 Récit narré par F. Faye, âgée de huit ans et demeurant à Rufisque.

11En revanche l’origine sociale et culturelle de l’énonciateur peut éventuellement déterminer sa façon d’envisager l’espace dans son récit. Il s’agit alors d’un cas de déterminisme de critères de l’énonciation sur les critères de l’énoncé, comme c’est le cas par exemple dans ce maye5, interprété par une narratrice lébou 6 :

C’était un jeune homme qui avait acheté des poissons. Il se fit préparer une sauce mafé, puis il alla prendre une douche en attendant que le plat refroidisse. Un chat vint et mangea tout. Lorsque le jeune homme revint, il trouva le chat en train de miauler. Alors il l’attrapa et lui rasa complètement le crâne. Puis il l’emmena à la mer, où il le plongea en chantonnant : « Si tu veux du poisson, tu plonges et tu ressors ! Si tu veux du poisson, tu plonges, et tu ressors ! », jusqu’à ce qu’il soit fatigué.

12Dans cette histoire en apparence anodine, la relation entre le chat et l’espace marin prend toute sa signification quand on sait :

  • d’une part que le chat, animal dans lequel s’incarne Mame Koumbam Lamb, génie tutélaire de Rufisque, d’où est originaire la jeune interprète, est tabou dans toute la ville ;

  • d’autre part que c’est au bord de la mer que se déroule la cérémonie annuelle de sacrifice au génie, ce qui en fait un espace sacré.

13Au-delà du comique de la situation, on voit donc se profiler ici le thème de la transgression, puisque le jeune homme tente de noyer un animal tabou dans un espace sacré. On constate donc tout l’intérêt, lorsqu’on approche la question de l’espace dans l’énoncé, à articuler l’analyse avec les modalités d’énonciation (en particulier la nature de l’énonciateur) pour comprendre la pertinence de certaines configurations spatiales.

Le traitement de l’espace dans l’énoncé

14Il va de soi que, le plus souvent, les thèmes et motifs des maye, de même que les personnages, déterminent les espaces qui sont représentés dans l’histoire.

15D’un point de vue textuel, deux sortes d’espace peuvent être distingués, d’après les modalités selon lesquelles ils interviennent dans le récit :

  • l’espace diégétique (celui dans lequel se déroule l’action) ;

  • l’espace évoqué (qui n’apparaît dans le récit que sous la forme de discours de personnages, sans être investi par l’action).

16A l’intérieur de chacune de ces deux catégories narratologiques d’espace, peuvent être distingués deux espaces par rapport à leur valeur référentielle :

  • l’espace réel, qui est censé représenter par mimésis un espace identifiable de la réalité connue : le village, la ville, les champs, etc.

  • l’espace imaginaire qui correspond, lui, à des espaces fantasmés, dans le cadre des croyances culturelles : le monde des morts, le monde des génies, etc.

L’espace diégétique

17Dans le corpus qui nous a servi, toutes sortes d’espaces rendent l’inventaire riche. Les lieux en question peuvent s’ordonner en plusieurs catégories, selon leur nature d’abord, puis selon leur fonction, c’est-à-dire selon la façon dont ils sont utilisés.

L’espace habité

18Par espace habité, nous entendons essentiellement les habitations, c’est-à-dire, pour résumer sommairement : la « maison » kër et ses dépendances (la cour, les toilettes, etc.), ainsi que l’espace communautaire (la place publique au village, et en ville, les rues, les restaurants, les mosquées, etc.), et tout autre lieu public.

19La maison, y compris sa façade de part et d’autre de la « porte d’entrée » buntu kër, est très présente, même sur un corpus réduit comme celui-ci. Cette fréquence des occurrences semble être déterminée par l’âge de la majorité des conteurs, dont l’univers est encore géographiquement circonscrit à la maison et à ses alentours immédiats, à l’intérieur d’un cercle plus ou moins large.

20L’« intérieur de la maison » biir kër est naturellement un lieu de vie, et surtout, du point de vue des enfants, les recoins qu’il comporte fournissent des refuges et des cachettes idéals. En effet, il y a lieu de distinguer la cachette du refuge sur deux points. Le premier concerne l’usager : la cachette est valable autant pour les êtres animés et doués de volonté que pour les objets ; le refuge concerne uniquement les êtres animés doués de volonté, qui s’y placent eux-mêmes. Le second point est relatif à la fonction : celle de la cachette est de dissimuler un être animé ou un objet aux regards, de le mettre hors de vue ; le refuge, lui, permet avant tout de se mettre hors de portée, même si l’être animé reste visible.

  • 7 La consonne c- marque le classificateur correspondant au mot qui le suit, et qu’il détermine. Le tr (...)

21Les cachettes vont de « sous le lit » rondalu lal à l’« étage » c- kow7, littéralement « en haut ». D’autres endroits sont plus surprenants, comme c’est le cas dans maye suivant :

C’est Fatou qui reçoit trois amis en l’absence de son mari, parti en voyage. Ce dernier revient à l’improviste, et chacun des trois amis se choisit une cachette : l’un entre dans le réfrigérateur, le second se glisse sous le lit et le troisième monte à l’étage. Le mari demande de l’eau à la femme, qui refuse sous prétexte qu’elle est fatiguée. Il ouvre le réfrigérateur, et y trouve l’homme qui cherche à se faire passer pour l’un des petits cafards qui habitent les recoins des réfrigérateurs. Le mari lui donne une bonne raclée et le jette dehors. Il demande à la femme d’aller lui chercher ses vêtements à l’étage. Devant le refus de celle-ci, il y va lui-même, et y trouve le second homme, qui dit qu’il est l’une des petites fourmis qui courent dans les maisons. Le mari le frappe comme le premier et le jette dehors. Ensuite, il envoie une dernière fois sa femme lui chercher son porte-monnaie sous le lit, et s’y rend lui-même suite à un nouveau refus. Il y trouve le troisième qui se présente comme étant un gardien envoyé par Dieu. Le mari l’attrape, le frappe et le jette par la fenêtre.
(narré par F. Faye)

22Cette histoire présente un éventail de cachettes très intéressantes du point de vue de la nature des espaces, et du point de vue de leur occupation – ou plutôt de leurs occupants ! Le choix du réfrigérateur peut en effet paraître étonnant, par rapport à des cachettes plus ‘classiques’, comme le dessous du lit ou l’étage. Ce qu’il est surtout intéressant de noter, à travers cette répartition de l’espace où chaque lieu est associé à un type d’occupant particulier dans l’esprit de la fillette, c’est que l’espace est le moteur même du récit puisque c’est lui qui détermine la nature du masque que chaque personnage cherche à emprunter pour justifier sa présence. Et toujours dans le registre des cachettes inattendues, dans l’un des maye (cf. infra), le bonnet sert de cachette pour dissimuler l’objet d’un larcin. Il passe ainsi du statut de vêtement à celui d’espace fonctionnel.

23Les espaces servant de refuges dans le corpus sont moins variés, plus ‘habituels’. L’« intérieur de la maison » y figure en bonne place. Dans le maye qui suit, elle sert de refuge au poltron qui voulait une épouse.

  • 8 Une quadragénaire originaire de Dakar, récit recueilli à Lognes (France), février 1996.

C’est un jeune homme qui ne trouve pas d’épouse car il est connu partout pour être très poltron. Pour faire croire qu’il est courageux, son oncle propose de se changer en un serpent que le garçon mettrait dans sa poche devant ses camarades, dans les champs. Mais au moment où l’oncle se transforme, le garçon croit avoir affaire à un vrai serpent, et il est le premier à prendre la fuite à travers champs. L’oncle le poursuit en lui disant que c’est lui, en vain, et le garçon finit par arriver dans la maison où il se réfugie. L’oncle, persévérant, propose une seconde tentative. Cette fois, il se changera en lion et surgira sur la place du village. L’oncle se positionne donc derrière les palissades proches de la place du village, et fait signe à son neveu qui le voit. Mais dès que l’oncle se transforme en lion et bondit au milieu de la place, il est encore une fois le premier à s’enfuir, poursuivi par le lion qui lui crie que c’est lui, son oncle, et que jamais il ne trouvera d’épouse. Le neveu, sans s’arrêter, se retourne et lui demande si c’est bien lui. Puis, repris par le doute, il dit que ce n’est pas son oncle. Ce dernier le poursuit ainsi jusqu’à ce qu’ils arrivent à la maison, où le garçon s’enferme. Désolé, l’oncle hoche la tête et déclare que son neveu restera un poltron jusqu’à sa mort, et qu’il l’abandonne à sa poltronnerie.
(narré par Ndèye Niang (Mme Sow8))

24La maison représente ici le refuge, par opposition aux « champs » tool d’où surgit le danger. Pour le poltron, même la « place du village » pénc, située au cœur de l’espace communautaire, n’est pas un endroit sûr. Sa peur concerne tout ce qui est extérieur à la maison. On passe de l’opposition habituelle champs / village, à une opposition champs / maison lors de la première tentative, puis à une opposition place du village / maison lors de la seconde tentative. L’opposition se situe sur un axe « intérieur de la maison » biir kër / « extérieur » biti, et le sanctuaire correspond toujours à l’intérieur de la maison, quel que soit l’espace qui représente l’extérieur. L’oncle croit rassurer son neveu en se transformant dans des endroits fréquentés (champs et place publique). Le choix de ces espaces permet de prendre la mesure du degré de poltronnerie du jeune homme : d’abord les champs relativement éloignés, puis la place publique au cœur même du village.

25Quoiqu’il en soit, le récit délimite bien les frontières : au début, l’espace intermédiaire entre le village et la brousse (les champs) ; puis les palissades entourant les concessions à l’intérieur du village ; ensuite, au centre du village, l’espace social et culturel par excellence (la place publique) ; et enfin, en dernier ressort, le sanctuaire, espace sécurisé (la maison). Le poltron, en réalité, agit à l’inverse de ce qu’il doit faire : il se réfugie à l’intérieur de la maison où il se trouve ‘seul’, alors qu’il devrait s’y trouver ‘avec sa femme’. Vue sous un angle différent, l’inversion pourrait même être considérée comme totale, dans la mesure où le jeune homme devrait se trouver à ‘l’extérieur’ de la maison dans le rôle du défenseur pour protéger son épouse qui serait, elle, à ‘l’intérieur’. En outre, dans ce maye, des animaux comme le lion et le serpent contribuent non seulement à identifier l’espace extérieur comme celui de la brousse, en tous cas hors du village, mais aussi et surtout servent à le qualifier comme un univers inquiétant.

26Le « mur » miir appartient à l’univers urbain, par opposition aux « palissades » sàkket en milieu rural. Il représente la délimitation entre la maison et ses dépendances (cour et toilettes). Dans ce corpus, le mur ne sert ni de voie d’entrée, ni d’issue de sortie, mais il est aisément franchi par les voleurs pour pénétrer dans la maison. Il marque donc une limite, voire un obstacle.

  • 9 Le Baye Fall est un membre de la confrérie islamique mouride du Sénégal, dont il appartient à l’une (...)

27Dans le maye suivant, il est tour à tour utilisé à d’autres fins par un Baye Fall9puis par une vieille femme.

  • 10 Cette formule est, semble-t-il, une contraction du nom de leur guide Maam ƒeex Ibra Faal Maam ƒeer (...)

C’est un Baye Fall qui, à chaque fois qu’il vient voir une vieille femme, se cogne la tête contre le mur et s’exclame : « Maam ƒeeri Faal, dërëm ! »10, et la vieille lui donne une pièce de cinq francs. Cette dernière finit par se lasser et un jour, elle asperge le mur d’eau jusqu’à ce qu’elle constate qu’elle a mal au front en se cognant contre lui. Le Baye Fall arrive, et prononce la formule. La vieille femme lui donne la pièce, et il se jette violemment contre le mur. Il se prend alors la tête en répétant : « Ouille ! On l’a aspergé ! Ouille ! On l’a aspergé ! ». (narré par F. Faye)

  • 11 Il est difficile de saisir en quoi le fait d’arroser le mur le rend blessant. La jeune narratrice, (...)

28Dans un premier temps, le mur représente, pour le Baye Fall, une source de revenu, un moyen d’extorquer de l’argent à la vieille femme. En effet, dans l’idéal Baye Fall, l’adepte doit être en mesure de supporter toute douleur physique dès le moment où il invoque le nom de leur guide Cheikh Ibra Fall. C’est pourquoi le Baye Fall se jette contre le mur pour montrer sa grande résistance à la douleur, et par là même, la légitimité de son statut. Cette démonstration est nécessaire pour demander la pièce de cinq francs, car seul le vrai Baye Fall est habilité à recevoir l’aumône pour la communauté. La vieille ne peut refuser de lui donner la pièce car ce serait offenser le guide qui est invoqué. Pour se débarrasser de ce gêneur, il ne lui reste qu’un moyen : remettre en cause sa nature de Baye Fall, et par là même la légitimité de son droit à lui réclamer de l’argent. Elle retourne ainsi la situation à son avantage en transformant le mur en un objet blessant11, qui vient à bout de la résistance du Baye Fall. L’espace, à travers l’usage qui en est fait, devient un objet que l’on peut manipuler et utiliser comme un outil de démonstration ou comme une arme.

29Les autres frontières, qui sont également des issues (pour entrer et pour sortir), sont la « porte » bunt et la « fenêtre » palanteer. A la différence du mur, portes et fenêtres sont infranchissables et font de la maison un espace complètement fermé.

Un voleur pénètre dans la cour d’une maison. Il tente en vain de s’introduire à l’intérieur de la maison, dont toutes les portes et fenêtres sont closes. Il observe alors la cour et remarque du linge mis à sécher. Ravi de l’aubaine, il entreprend alors de décrocher des vêtements. Soudain, il tombe sur un énorme slip, sur lequel on a brodé CAAT (terme qui désigne le plus jeune des enfants d’une même fratrie). Affolé, il lâche le linge et se met à hurler, ameutant les gens de la maison qui sortent et lui demandent ce qui se passe. Il explique alors qu’il a eu peur en voyant le mot brodé sur l’énorme slip, car il s’est aussitôt demandé quelle était la taille de celui de l’aîné (taaw).
(narré par M. F. Touré)

  • 12 La croyance veut, par exemple, que grâce à quelques brins de balai attachés ensemble, un intrus pui (...)

30Dans ce récit, la maison, fermée et inaccessible pour l’intrus, s’ouvre sur ses habitants lorsque le voleur pousse son cri. Elle ne fait pas partie de l’espace diégétique, situé entièrement dans la « cour » ëtt qui est un lieu intermédiaire entre l’intérieur de la maison et l’extérieur, la « rue » mbedd. Ici, il y a deux sortes de transgressions, toutes deux liées à l’espace. La première, d’ordre moral, se situe au niveau du voleur qui investit un espace privé qui lui est en principe interdit, même si l’accès en est facile. L’autre type de transgression est en rapport avec les croyances. L’heure est ici indissociable de l’endroit, qui est ouvert toute la journée à tout venant. C’est là que l’on accueille les familiers de la maison et que l’on mène la plupart des activités domestiques. Mais la nuit, l’endroit est déserté. Plus encore : rien ne doit y être oublié. On rentre le linge, les balais, les ustensiles et autres objets qui pourraient permettre à un intrus d’avoir prise, par des moyens occultes, sur les membres de la maisonnée12. C’est à ce niveau qu’intervient le second type de transgression, car il est étonnant, dans ce maye, que ce linge soit ainsi abandonné dans la cour la nuit.

31On rencontre une autre occurrence de la maison fermée dans un autre maye où elle correspond à l’espace diégétique.

  • 13 Le yassa est un plat à base de viande, de poisson ou de poulet grillé, mis ensuite à cuire dans une (...)
  • 14 Le récit s’arrête ici car la jeune narratrice tente d’enchaîner avec une autre séquence, pour allon (...)

C’est un homme qui aime le poulet, mais qui a peur des têtes de poulet. Il en achète un, et sa femme prépare un yassa13. Elle sert le repas, en dissimulant la tête du poulet au fond du plat de service. Le mari lui dit de sortir, de fermer la porte, de retirer la clé de la serrure, de casser celle-ci et de la jeter à la mer. Une fois seul, il se met à manger jusqu’au moment où le bec du poulet le pique. Il regarde et trouve une tête de poulet. Il demande à sa femme de lui ouvrir la porte, disant que le poulet est en train de le manger. Mais elle refuse, arguant qu’elle a cassé la clé et qu’elle l’a jetée à la mer. L’homme tente de saisir son boubou pour le porter. Le boubou se dérobe et lui dit : « Je refuse : quand tu mangeais ton poulet, tu ne m’as pas appelé ». Il essaie de prendre ses chaussures, qui se dérobent pour la même raison. Il prend son bonnet, et se heurte au même refus. Pendant ce temps, la tête de poulet s’approche sans faire de bruit, et s’introduit dans son pantalon. L’homme prend le pantalon, le porte, et se fait mordre. Il pousse un cri, enfonce la porte et s’enfuit. Il va vers la forêt, où un lion, en train de digérer une personne qu’il vient de dévorer, est à l’affût d’une autre proie. L’homme arrive et le lion le dévore sans rien laisser. Un enfant arrive alors …14
(narré par F. Faye)

32La maison relève ici de l’espace diégétique. Elle change de fonction au cours de l’histoire. Tout d’abord, l’homme s’y enferme volontairement pour exclure sa femme du repas. Mais au cours du récit, son refuge se transforme en une prison dont il a lui-même scellé la porte, qu’il finit par enfoncer pour fuir. Il est intéressant de voir comment, à la fin, le récit passe d’un espace clos hermétiquement fermé pour s’achever dans la « brousse » àll qui est un espace ouvert, ces deux espaces étant opposés sur un axe intérieur-fermé / extérieur-ouvert. Au niveau de l’analyse, cet axe renvoie à deux autres types d’opposition : dans un premier temps, intérieur-hors de vue / extérieur-visible ; dans un second temps intérieur-prison / extérieur-liberté. Puis le cercle s’élargit brusquement sans transition, vers une échelle supérieure conduisant de la maison, associée à un danger ‘fictif’, vers la brousse comportant un danger cette fois réel, et qui sera fatal au personnage.

  • 15 Récit narré par A. L. Faye, 12 ans.

33En sortant de la maison, il y a ce qu’on appelle en wolof buntu kër littéralement « porte de maison », qui désigne plus précisément le mur qui se trouve de part et d’autre du seuil de la porte d’entrée de la maison. C’est là qu’ont coutume de s’asseoir les habitants, en particulier les adultes, pour prendre l’air et regarder le spectacle de la rue. C’est de là, par exemple, qu’un perroquet, rasé par son maître pour le punir de sa désobéissance, nargue un passant complètement rasé lui aussi15. Cette porte de la maison est principalement un lieu de rencontre, au même titre que la rue.

34Cependant, elle est plus proche de la maison, dont elle est une sorte de dépendance.

35La rue, lieu public par excellence, appartient à l’espace extérieur. C’est aussi le cas de l’« épicerie de quartier » bitik, de la « gare routière » gaaraas, du « marché » marse, et d’autres lieux où il est non seulement possible de faire des rencontres, mais aussi d’acquérir ou de vendre des produits. Ces divers endroits, situés aux alentours de la maison, appartiennent à un cercle plus large. C’est le cas de l’épicerie de quartier qui représente un espace communautaire pour les habitants du quartier qui s’y rencontrent tous les jours à toute heure. En cela, elle diffère du marché où les femmes se rendent en général uniquement dans la matinée.

36La gare routière est, comme l’épicerie de quartier, fréquentée tout au long de la journée, mais la différence réside dans le fait que sa fréquentation n’est pas quotidienne, car elle dépend des occasions, pour les personnages, de se déplacer vers une destination plus ou moins éloignée, hors du quartier.

37Le « rail » raay fait aussi partie des lieux publics, mais surtout à titre de repère géographique pour les enfants. En effet, pour accéder à la gare routière et à l’autoroute, ils doivent enjamber les rails situés à quelques centaines de mètres de chez eux, et qui longent le quartier des narrateurs (les pré-adolescents). Le rail peut aussi être un lieu de rencontre, même si, de par sa nature, il offre moins d’occasions que l’épicerie de quartier ou la gare routière. Le rail ne favorise pas les situations où il est possible de lier connaissance et/ou de converser un certain temps, alors que l’épicerie de quartier et la gare routière sont plus conviviales en ce sens qu’il est possible de s’asseoir devant l’épicerie de quartier pour deviser ou à la gare routière lorsqu’on patiente en attendant de trouver une voiture ou un car. En outre, ce sont surtout les personnes qui travaillent à la gare routière qui sont présentes dans les maye : vendeurs de fruits, de beignets et autres denrées proposées aux voyageurs. L’épicerie de quartier, cependant, reste plus proche et surtout plus familière à l’enfant qui, depuis qu’il est tout petit, y est envoyé au moins chaque matin pour acheter de quoi préparer le petit-déjeuner, et qui s’y rend lui-même tout au long de la journée pour se procurer diverses choses, en particulier des friandises et des jouets.

38Un autre lieu public est la « salle de bal » baal, qui apparaît dans ce seul maye :

Un adolescent se rend la nuit à un bal, en cachette de ses parents. Mais son absence est découverte par son père et sa mère qui le rejoignent sur le lieu où le bal est organisé. Mais le garçon refuse de sortir, et ils se mettent à chanter devant cet endroit : « C’est Modou que je cherche ! Modou, mon enfant ! Eh ! Tandandandee (onomatopée) ».
(narré par F. Faye)

39On retrouve la maison fermée, mais cette fois associée à l’élément temporel (heure de sortie autorisée) et à l’âge du personnage et qui fonctionne selon un axe intérieur de la maison – autorisé / extérieur de la maison – interdit (objet de désir, espace fantasmé). Le sens du déplacement est inverse de celui où le voleur pénètre dans la maison.

40Jusqu’ici, les lieux inventoriés n’ont pas dépassé les limites du quartier. La « mosquée » jàkk est aussi un espace public, sacré, situé à l’intérieur de ce cercle. Elle est évoquée dans un maye où c’est précisément sur son seuil que l’action se déroule.

C’était un singe. Il va s’asseoir près d’un tonneau à la porte d’une mosquée. Or, il se trouvait en Tunisie. Chaque fois qu’un Arabe arrivait pour prier et ôtait ses chaussures, le singe les prenait et les mettait dans le tonneau, puis il s’asseyait dessus. Un Arabe malin, qui a des pouvoirs occultes, vient et s’asseoit. Il échange des salutations avec le singe. Puis il entre et prie en regardant le singe du coin de l’œil. La prière terminée, l’Arabe réclame au singe ses chaussures qu’il sait être à l’intérieur du tonneau. Le singe lui répond par des moqueries [imitation de la prononciation fortement nasalisée du singe]. L’Arabe s’énerve, et au bout de trois avertissements au singe qui continue à le défier, il sort une cravache et l’en frappe violemment. Sous le coup de la douleur, le singe dit de façon distincte à l’Arabe où sont ses chaussures.
(narré par A. L. Faye)

41L’histoire se déroule plus précisément à l’endroit où les pratiquants se déchaussent avant d’entrer pieds-nus dans l’espace de prière. Ce qui est intéressant dans ce récit, c’est que cette mosquée n’est pas celle du quartier, comme on pourrait s’y attendre. Le narrateur la situe en Tunisie, dans un pays éloigné de celui du narrateur, pour qui il semble représenter le pays d’origine de l’Arabe. On glisse ainsi d’un espace familier appartenant au quartier à un pays inconnu et lointain, qu’il associe à un étranger qu’il côtoie. Ce détail ouvre une piste sur les représentations spatiales associées aux étrangers.

L’espace non habité

42En élargissant le cercle, on débouche sur la « mer » géej et sur la brousse. En effet, même si la mer est proche des habitations, puisqu’il s’agit de villes de pêcheurs lébou, elle fonctionne, comme la brousse, selon un axe qui oppose les lieux habités aux endroits inhabités. Ceux-ci sont cependant réservés à des activités précises.

43La mer apparaît dans trois maye. Dans le premier, qui est celui de l’homme qui avait peur de la tête de poulet (cf. supra), c’est à la mer que l’homme demande à son épouse de jeter la clé, après l’avoir retirée de la serrure et cassée. Et de fait, il ne pourra s’échapper qu’en enfonçant la porte. Cette allusion à la mer comme lieu où l’on perd la clé souligne le rapport entre deux espaces, a priori opposés ; ce lien se situe dans le fait que la mer, espace ouvert sur l’infini, introduit le caractère hermétique, et surtout définitif de la fermeture de la maison, lieu clos.

44Dans un autre maye, la mer sert de décor à une farce imaginée par des enfants :

C’était un vieillard, qui avait l’habitude, tous les après-midi, de se rendre au bord de la mer, pour déféquer. Or, des enfants s’en servaient comme terrain de jeu. Mais depuis que le vieillard avait choisi d’y faire ses besoins, ils ne pouvaient plus y aller. Les enfants en eurent assez et un jour, ils le précédèrent sur les lieux et y versèrent une quantité de piment telle que l’eau se teinta de rouge. C’étaient ces rochers qui forment un creux, et qui sont remplis d’eau. Le vieillard arriva, et les enfants, dissimulés, l’observaient. Il commença à descendre dans l’eau dont il remarqua la couleur. Il dit : « Eh, aujourd’hui, vraiment, ma mer a changé de couleur ! ». Dès qu’il fut complètement descendu, cela commença à piquer. Il resta là-bas à chantonner : « Evente ! Il n’y a donc pas de vent ? Evente ! Evente ! Il n’y a donc pas de vent ? ».
(narré par M. F. Touré)

45La mer est le terrain d’un affrontement entre le vieillard et les enfants. Ces derniers finissent par s’en servir comme d’une arme, en y versant du piment pour décourager le vieillard. L’espace est traité comme le mur dans le maye où la vieille femme l’asperge pour se débarrasser du Baye Fall (cf. supra) : il devient une arme qui est retournée contre son utilisateur initial.

46Enfin, dans le troisième récit, la mer est l’endroit où l’homme qui aimait la sauce mafé (cf. supra) choisit de se venger d’un chat. Non seulement la transgression y est double, comme nous l’avons déjà noté, mais le jeune homme évoque une activité, la pêche, qui est directement liée à cet espace. En effet, il empoigne le chat pour lui faire mimer, dans une sorte de parodie, les gestes du pêcheur qui extrait les poissons de la mer.

  • 16 Récit narré par A. L. Faye.
  • 17 Les Toucouleurs, qui se nomment eux-mêmes les Hal pulaar en (littéralement : « ceux qui parlent la (...)

47La brousse, elle, abrite plusieurs activités. Dans l’un des maye16, elle est, par exemple, le lieu tout indiqué pour une compétition au tir à l’arc entre un Toubab et un Toucouleur17, qui peuvent s’y affronter sans risquer de blesser quelqu’un, du fait qu’elle est inhabitée.

48La brousse est plus généralement liée à la chasse, mais elle fait l’objet de craintes de la part des habitants des villes, comme c’est le cas dans cette histoire qui raconte les aventures d’un chasseur en herbe.

  • 18 Le marché Sandaga est l’un des principaux marchés de Dakar. Il est situé au centre de la ville, dan (...)
  • 19 « Rëbbkatu gaynde », Léeb ak léebu, Plan International.

C’était un homme qui s’appelait MBaye. Il dit qu’il voulait partir chasser le lion dans la brousse. Il va voir des chauffeurs de taxi qui refusent de le conduire. Un seul accepte, à une condition : c’est qu’une fois arrivés, dès qu’il entendra « Ép ! », il s’en ira. MBaye est d’accord, et ils s’en vont dans la brousse. MBaye se tient debout sous un acacia, et se met à marcher sans bruit, furtivement. Au bout d’un moment, un singe qui se trouvait sur l’arbre fait tomber une branchette sur la tête de MBaye. Ce dernier fait « Ép ! », et le conducteur démarre et s’en va. MBaye boit le contenu d’un bidon d’essence et se met à courir. Il court, court jusqu’à rejoindre le chauffeur de taxi, et lui demande : « Mon gars, pour combien tu roules ? » (en termes de consommation de carburant). L’autre répond que c’est pour mille francs (CFA). MBaye lui dit : « Moi je roule pour mille cinq cent francs. Augmente et retrouve-moi au marché Sandaga18 ».19

49Dans cette histoire, l’espace est indissociable des personnages. Ces citadins qui investissent l’espace ‘sauvage’, non social, sont complètement décalés par rapport à celui-ci à deux niveaux. Tout d’abord, le moyen de locomotion, bruyant, est inadapté : ils partent à la chasse en voiture pour gagner la brousse où règne un silence relatif. Ensuite, il leur manque le courage, une qualité essentielle pour cette activité : le chasseur et son conducteur, tous les deux poltrons, s’enfuient à la première alerte, en l’occurrence un bruit anodin. Ils sont mis en déroute, de façon indirecte, par un singe, animal inoffensif si on le compare au lion qui est le gibier visé. C’est un contraste fortement marquée entre la ville et la brousse qui prévaut ainsi jusqu’à la fin de l’histoire, où l’on voit l’apprenti chasseur s’enfuir de la brousse pour retourner dans un lieu complètement opposé, qui est le marché Sandaga, lieu grouillant de monde (espace habité et sécurisant).

50Pourtant, malgré la crainte qu’elle inspire, le fait que la brousse soit inhabitée attire ceux qui veulent s’isoler, comme l’homme poursuivi par son propre excrément.

C’était un homme qui, en se réveillant, eut une envie pressante. Il dit : « Moi, mon ventre-là, ce qui est dedans, je sais que ça doit être une chose énorme, je ne peux pas la décharger ici. Attends, je vais la décharger dans la brousse ». Il alla dans la brousse, et se mit à creuser, à creuser, à creuser un trou très profond. Alors il se mit en position. Et ce fut une « goutte » qui sortit. Il dit : « Mais ! Moi, avec toute mon envie pressante-là, c’était ça seulement ! ». Comme il disait cela, l’excrément se mit à grandir, et s’éleva jusqu’en haut en demandant [d’une voix grave et menaçante] : « Est-ce que moi je suis petit ? ». Alors l’homme détala. Il courut, courut, courut jusqu’à ce qu’il arrive dans un champ, où il rencontra un autre homme. Ce dernier lui demanda pourquoi il courait. Il raconta son histoire. Et l’homme lui dit : « C’est pour cela seulement que tu cours ? ». Alors l’excrément surgit, et demanda d’une grosse voix : « Est-ce que tu ne t’enfuirais pas, si c’était toi ? ». L’homme se mit à courir en compagnie du premier homme. Ils rencontrèrent un Maure, qui leur demanda pourquoi ils couraient. Le deuxième homme raconta l’histoire. Le Maure dit : « C’est pour cela seulement que vous fuyez ? ». Comme il disait cela, l’excrément surgit et lui dit : « Est-ce que tu ne t’enfuirais pas, si c’était toi ? ». Le Maure se mit à courir avec les deux autres, et ils continuèrent à courir ainsi.
(narré par M. F. Touré)

51Dans cette histoire, l’espace se présente en deux dimensions : horizontale et verticale. La dimension horizontale s’exprime dans le déplacement de l’homme vers la brousse dans laquelle il s’enfonce. La verticalité concerne le « trou » pax profond qu’il creuse. Le mouvement de chute, qui fait tomber le minuscule excrément au fond de ce trou s’inverse aussitôt en une ascension. Mais au cours de son passage dans le trou, l’excrément a subi une transformation : il s’est animé et il est devenu géant. Il s’agit d’un véritable monstre, qui n’inspire qu’une réaction : la fuite. Cette métamorphose est d’autant plus surprenante que la taille minuscule de l’excrément est inversement proportionnée à la profondeur extrême du trou. Il y a lieu de s’interroger sur le facteur déclenchant de ce phénomène, que l’on comprend mieux si on l’envisage comme le résultat d’un mécanisme de contamination par l’univers de la brousse en général, et chtonien (du trou) en particulier. La brousse est le domaine du monde « sauvage » inhabité, non humain et non social, et le trou relie la surface au monde souterrain, siège de forces occultes. La profondeur est double : d’abord dans la dimension horizontale, puisque l’homme s’enfonce dans la brousse qui sert de cachette ; à cela s’ajoute la dimension verticale du trou qui permet d’accéder au monde d’en dessous, dans lequel a lieu la métamorphose de l’excrément.

Les espaces intermédiaires

52Ils sont situés à la périphérie du cercle. Ils se trouvent hors de l’espace habité, mais n’appartiennent pas non plus à l’espace inhabité. Il serait plus exact de dire qu’ils sont ‘fréquentés’.

53La « campagne » kow, vue sous cet angle, est un espace ambivalent. En effet, pour ses habitants, elle est proche du centre du cercle, dans l’espace habité et dans les lieux fréquentés. Mais pour les citadins, elle se situe à la périphérie, par opposition à la ville. L’inverse est valable pour les ruraux. Par exemple, dans le maye du poltron qui cherchait une épouse (cf. supra), la campagne est traitée ‘de l’intérieur’, selon un point de vue exclusivement rural, qui est celui de la narratrice qui a longtemps vécu à la campagne. En revanche, dans un maye dont voici le résumé, la mentalité paysanne est représentée à travers le regard moqueur des citadins.

C’était un vieillard riche. Il partit à la campagne où il épousa une femme. Il lui acheta une voiture qu’il lui faisait admirer. En la manipulant au hasard, la femme ouvrit le capot et se mit à crier que la voiture bâillait.
(narré par A. L. Faye)

54Le contraste marqué entre la voiture, présentée comme un produit de la technologie moderne et la femme qui incarne le bon sens paysan, reflète l’opposition entre les deux univers de la ville et de la campagne.

55Le champ est un autre espace rural présent dans les maye. Il est, par exemple, le lieu de travail du père de famille dans l’histoire suivante :

  • 20 10 ans, originaire de Rufisque.

C’était un vieillard. Il dit à sa femme : « Aujourd’hui, quiconque arrivera en retard ne déjeunera pas ». La femme le lui fait répéter pour être sûr qu’il est sérieux. Il part labourer [son champ]. Il laboure longtemps, et oublie de regarder sa montre. Tout à coup, il se rend compte qu’il est deux heures (quatorze heures). Il pousse un cri et s’exclame : « Oh ! Ma mère ! J’ai oublié l’appel à la prière ! Je vais à la maison ». Il rentre chez lui et constate qu’ils ont fini de déjeuner. Il trouve sa femme en train de balayer l’endroit où ils déjeunaient, et il lui demande de réchauffer le riz. Elle lui répond qu’ils n’ont rien laissé. En effet, comme il avait dit que quiconque serait en retard ne déjeunerait pas, elle a donné les restes aux mendiants. Le vieillard se rend alors dans la cour, où les moutons sont en train de manger le gratin de riz. Il se met à les frapper, et ceux-ci poussent des bêlements. Sa femme et ses enfants les entendent et accourent. Ils trouvent le vieillard en train de manger le gratin de riz. Les enfants se mettent à chantonner : « Papa est en train de gratter ! (3 fois) ». Il répond : « Par Dieu ! Moi qui suis en train de gratter pour les ânes, et tu dis que … ! ». Les enfants continuent à chantonner : « Papa est en train de gratter le gratin ! . . . ».
(narré par M. Ngom20)

56S’il est un objet insolite dans la scène où le paysan se trouve au champ, c’est bien la montre, qui appartient à l’univers citadin. Le narrateur étant lui-même un jeune citadin, il attribue des réflexes comportementaux urbains à ce paysan qui ‘oublie’ de regarder l’heure à sa montre, et qui constate qu’il est ‘deux heures’ (quatorze heures). Cependant, la réaction du paysan, à travers son exclamation, est en porte-à-faux par rapport à l’usage de la montre. Il se réfère plutôt à l’appel à la prière qui marque le début de l’après-midi, aux environs de quatorze heures. Ce repère temporel d’une part confirme que l’on se trouve effectivement en milieu rural, et d’autre part signale le décalage d’un côté entre la culture de l’énonciateur (citadine) et celle du personnage de l’histoire (rurale), et de l’autre entre celle de l’énonciateur et celle de celui ou celle qui lui a transmis l’histoire.

L’espace mobile

57Dans cette catégorie, on retrouve plus particulièrement le véhicule en tant qu’espace, en l’occurrence la voiture. Dans l’un des maye, par exemple, l’essentiel de l’action se déroule à l’intérieur de taxis :

  • 21 35 ans environ, originaire de Dakar, récit recueilli à Paris..

C’était un jeune homme qui revenait de chez une femme qu’il courtisait. Il était sur le bord de la route et attendait qu’un taxi passe. Soudain, un taxi se présente, dans lequel il monte. Une fois à l’intérieur du véhicule, il se met à bavarder avec le chauffeur. Tout à coup, les dents du chauffeur s’allongent jusqu’à toucher le pare-brise de la voiture. Le jeune homme hurle et s’enfuit en sortant du taxi. Une fois descendu du véhicule, il trouve un autre taxi. Le second chauffeur de taxi lui demande ce qui lui est arrivé. Le jeune homme lui raconte sa mésaventure. Lorsqu’il en arrive à l’épisode des dents, le second chauffeur de taxi se retourne vers lui et lui dit : « Ah ! Entre celles-là et celles-ci, lesquelles sont les plus longues ? ». Et les dents du second chauffeur de taxi commencent à s’allonger, cette fois jusqu’à traverser le pare-brise. Le jeune homme se met à hurler et s’enfuit.
(narré par Daouda Ndiaye21)

58Le véhicule est ici l’espace dans lequel le fantastique fait irruption, et ce à deux reprises. Sa mobilité renforce le sentiment d’inquiétude et d’insécurité. En s’attardant dans la rue tard dans la nuit, ce jeune homme s’expose à des rencontres indésirables et surtout dangereuses. De plus, le choix d’un taxi comme moyen de locomotion le rend encore plus vulnérable, du fait qu’il se retrouve à la merci du conducteur, et qu’il n’a aucun contrôle sur cet espace clos qui est en mouvement.

59Dans l’histoire du citadin qui s’était improvisé chasseur (cf. supra), la voiture est supplantée par un type de véhicule inédit, qui relève clairement du fantastique : le corps humain. Il suffit à l’homme d’avaler une certaine quantité du carburant habituellement réservé aux véhicules à moteur pour se transformer en un moyen de locomotion très performant. En effet, non seulement il rejoint la voiture du chauffeur de taxi parti avant lui, mais il le précède au marché. C’est une véritable mise en scène de l’image qui veut que la peur donne des ailes, avec cette différence qu’ici, c’est un moteur puissant qui permet au citadin poltron de fuir d’une façon rapide et efficace.

  • 22 Cette facilité et cette vitesse de déplacement sont imposées par le principe d’économie qui régit l (...)

60En effet, la voiture rend possible des déplacements rapides entre des espaces éloignés les uns des autres. Dans ce cadre, elle correspond tout à fait à l’une des caractéristiques formelles du genre : la vitesse. En effet, à la différence du conte où le degré d’éloignement se mesure au nombre de jours nécessaires pour rejoindre sa destination, le maye abolit les distances. Dans cet univers, les personnages passent instantanément d’un espace à un autre. Dans la plupart des histoires, le moyen de transport n’est même pas précisé, sauf si cela influe directement sur la suite de l’action, comme c’est le cas dans le maye du jeune homme et des chauffeurs de taxi (cf. supra)22.

61Dans le maye du “Toubab et du numéro 11” par exemple :

  • 23 Il s’agit ici plutôt d’un Toucouleur ou Hal pulaar, que l’enfant confond avec un Peul. L’histoire p (...)

Un Toubab vient au Sénégal. Un plaisantin lui apprend une injure en lui faisant croire que c’est une formule de politesse. Le Toubab salue ainsi plusieurs personnes, avant de rencontrer un Peul23 qui réagit en lui administrant une raclée. Il retourne chez lui en France, et à sa femme qui lui demande si les Sénégalais sont gentils, il réplique qu’au contraire ils sont très méchants, surtout le numéro 11.
(narré par A. L. Faye)

62Personne ne se soucie de savoir ce que le Toubab a fait avant de rentrer, s’il est rentré directement ou encore par quel moyen de transport il est rentré. Dans ce thème du voyage – ou du déplacement – le caractère instantané des mouvements est déterminé par le rythme de la narration, qui est tout aussi rapide.

L’espace évoqué ou espace impliqué

63Il correspond aux lieux évoqués au cours du récit, mais qui restent hors du champ de l’action. Il est fondamentalement différent de l’espace diégétique dans la mesure où il n’est pas concerné par le déroulement de l’action. Il peut être, par exemple, le lieu d’origine des personnages (pays étrangers, campagne, etc.), une destination jamais atteinte ou un endroit évoqué dans le texte pour d’autres raisons. Cet espace évoqué doit faire l’objet d’une analyse, au même titre que l’espace diégétique, auquel il peut s’opposer dans certains maye (rural/urbain, pays wolof ou lébou/pays étrangers, etc.). Il peut également contribuer à la caractérisation des personnages à travers certains indices comme les vêtements ou l’accent. Enfin, cet espace évoqué peut être imaginaire, c’est-à-dire relever des croyances. Nous en avons retenu quelques-uns, à titre d’exemples, qui vont du plus proche au plus éloigné dans le cercle spatial qui renferme l’univers des narrateurs.

L’espace proche ~ familier

64Le cercle de cet espace proche et familier ne dépasse pas les limites du quartier. Il coïncide avec plusieurs lieux communautaires. Ceux-ci relèvent de l’espace au quotidien en quelque sorte, et l’on y retrouve aussi bien la cour que l’école, la mosquée, et même la police.

65La maison appartient à cette catégorie dans le maye où le voleur s’affole à la vue de l’énorme culotte du benjamin (cf. supra). La maison y est un espace clos, interdit et inaccessible. Toute l’action se déroule dans la cour, et l’intérieur reste pour le voleur un objet de désir et de fantasme non réalisé. Et, paradoxalement, la menace, pour ce dernier, ne vient pas de l’intérieur de la maison, même quand elle s’ouvre sur ses habitants réveillés. Elle vient précisément de cette cour facile d’accès en apparence, mais qui lui fournit, sur les occupants, une information tout à fait terrifiante.

66L’école aussi est évoquée une fois dans l’un des maye, à propos de deux enfants qui font justement… l’école buissonnière. Elle fait l’objet d’une stratégie d’évitement, contrairement au rail où ils vont s’asseoir et qui, en tant que lieu de passage, est beaucoup plus attractif. Le rail, terrain de jeu, s’oppose ici à l’école, espace lié à une contrainte.

67Dans un autre maye, c’est à la police qu’un malfaiteur fait allusion :

  • 24 31 ans, originaire de Dakar.

Un voleur borgne, qui avait pénétré la nuit dans la maison d’une vieille femme, aperçut cette dernière allongée sur son lit. Il s’approcha et se pencha sur elle pour s’assurer qu’elle était vraiment endormie. Or, la vieille femme, qui feignait de dormir, tenait une grosse aiguille, comme celles qu’emploient les cordonniers. Elle attendit que le voleur s’approche assez près d’elle, et lui planta l’aiguille dans le bon œil. Alors, le voleur s’écria : « Par Dieu ! Borgne et “re-borgne” ! Je n’accepterai pas ! Dès demain, nous irons à la police ! ».
(narré par M. F. Touré24)

68L’ironie réside justement dans le fait qu’un voleur veut s’adresser à la police pour demander réparation. Il est prêt à prendre le risque de se rendre dans cet endroit qu’il fuit habituellement. L’évocation de cet espace donne la mesure de la valeur qu’il accordait à son œil unique. Il s’opère ainsi une inversion des rôles dans la mesure où c’est l’intrus qui exige d’aller à la police.

69La mosquée, enfin, dans l’histoire de l’Arabe et du singe (cf. supra), est évoquée au même titre que la maison dans celle du voleur. Toute l’action se déroule sur le seuil de la mosquée, et non à l’intérieur.

70L’espace évoqué – et fantasmé – peut donc être perçu de diverses manières par les personnages concernés. Il peut être un objet de désir et de fantasme, comme l’intérieur d’une maison fermée pour les intrus et les voleurs, selon un axe qui oppose l’espace interdit à l’espace autorisé. L’espace peut également être considéré sous d’autres angles, selon qu’il est redouté (l’école pour les enfants, par exemple), ou parfois ambiguë dans le cas du voleur borgne où la police est à la fois désirée et redoutée.

L’espace lointain ~ étranger

71Dans un cercle plus large, le Bambara qui voulait voler de la sauce mafé évoque son pays par rapport à celui de ses interlocuteurs, qui est aussi celui de la narratrice, dans ce maye :

  • 25 La mention du plat est importante, car pour les Wolof, il est d’origine Bambara. Le Bambara ne peut (...)

C’était un Bambara rendant visite à une famille. A l’heure du déjeuner, il est invité à manger, mais il refuse. Les membres de cette famille le laissent un moment seul dans la cour avec le plat de nourriture, qui s’avère être du riz à la sauce mafé25. Le Bambara prend une poignée de mafé, qu’il cache sous son bonnet en entendant revenir les gens. Au bout de quelques minutes, quelqu’un lui fait remarquer le liquide qui dégouline sur son visage. Le Bambara répond que chez les gens de son ethnie, le mafé est la sueur des braves.
(narré par M. F. Touré)

72Dans une variante de ce maye où c’est un poulet qui est dérobé, le Bambara est remplacé par un vieillard qui se fait passer pour un Toubab. Le vieillard, lui aussi trahi par la graisse qui dégouline sur son visage, a recours à cette même dérobade consistant à se réclamer d’une ethnie éloignée où le phénomène serait considéré comme normal.

  • 26 F. Faye.

73Dans un autre maye, la jeune narratrice26 commence ainsi le récit : « Les Sérères, eux, ils étaient venus au Sénégal. » Seereer yi ñoom, dañoo ñëwoon Senegaal. Cela signifie que pour elle, ceux-ci n’habitaient pas au Sénégal, et qu’elle les considère comme étant originaires d’un autre pays. La question est de savoir si elle confond dans une même entité géographique la région où elle habite et le pays entier, ou si elle pense réellement que les Sérères viennent d’un ailleurs qu’elle ne précise d’ailleurs pas.

74En outre, il est possible de trouver, à l’intérieur d’un même récit, un terme unique qui désigne deux types d’espaces différents selon la personne qui parle.

C’était un Sénégalais, qui était allé en France. Il entra dans un restaurant, commanda de la viande, et se mit à manger tranquillement. Un Toubab, assis en face de lui, le regardait avec beaucoup d’insistance. Le Toubab, lui, avait commandé de la salade, et il continuait à regarder l’homme. Au bout d’un moment, l’homme releva la tête et lui demanda pourquoi il le regardait ainsi. Le Toubab répondit : « C’est que chez nous, ce sont les chiens qui mangent de la viande ». L’homme se mit à rire et au bout d’un moment, répondit : « Et chez nous, ce sont les chiens qui mangent de la salade ! ».
(narré par M. F. Touré)

75‘Chez nous’ ici est un pur déictique qui, dans la bouche du personnage du Toubab, renvoie directement à l’espace de l’énonciation qui se confond avec l’espace diégétique, alors que pour le Sénégalais, il relève de l’espace évoqué. C’est à travers leurs espaces respectifs que s’opposent les cultures des deux personnages, sauf qu’ici ces derniers ne font pas allusion à des pratiques culturelles réelles, mais à des pratiques imaginaires destinées à blesser l’interlocuteur.

Les fonctions de l’espace dans le maye

76A ce stade très préliminaire de nos recherches sur le maye, il est difficile de saisir, de façon certaine, toutes les significations possibles des représentations de l’espace, a fortiori sur un corpus aussi réduit. Les pistes les plus évidentes s’articulent autour de deux caractéristiques fondamentales du genre : d’un côté le critère de l’âge des narrateurs et des personnages (apprentissage), de l’autre le caractère transgressif, voire subversif, de ces historiettes.

Le maye, espace d’apprentissage

77Si l’on prend en compte l’âge des narrateurs, il est naturel qu’il se reflète dans plusieurs éléments narratifs, dont l’espace. Dans ce corpus, on peut donc s’attendre à ce que la perception de l’espace varie selon l’âge des narrateurs, mais aussi selon celui des personnages. Ainsi, le statut et la fonction d’un même espace peuvent différer à plusieurs niveaux selon ce critère.

78Dans le répertoire des pré-adolescents, les représentations de l’espace rendent compte des notions spatiales déjà acquises, mais également de celles relatives à la verticalité, à l’horizontalité ainsi qu’à la vitesse (le mouvement).

79En outre, la dualité de l’espace apparaît clairement, et fonctionne selon des paires qui s’opposent : dedans/dehors, haut/bas, ville/campagne, ici/étranger, proche/lointain. Selon cette conception, la maison est au centre d’un cercle qui s’élargit au fur et à mesure que l’enfant grandit, et qu’il s’en éloigne. De fait, les maye dits par les pré-adolescents traduisent un certain manque de précision dès qu’il s’agit d’évoquer des pays lointains, et même voisins pour les plus jeunes.

Evolution du statut et de la fonction des espaces : de la maison-refuge à la maison-prison

80La maison, qui est l’un des espaces qui apparaît le plus souvent dans ce corpus, servira de point de départ dans cette tentative de comprendre les significations des représentations d’un espace selon le traitement qui en est fait. La question est de savoir comment se traduit cette représentation de la maison selon l’âge, mais aussi selon la nature des personnages. Ce dernier critère est essentiel, car il est déterminant dans la fonction et dans le statut de l’espace.

81Pour les plus jeunes, la maison représente un intérieur sécurisant. C’est un sanctuaire qui, selon la définition du dictionnaire, renvoie au double sens de ‘centre vital’, foyer, et de ‘partie la plus intime, la plus secrète’.

82Lorsqu’elle incarne le refuge, l’intérieur de la maison est généralement un espace interdit (aux intrus et voleurs), inaccessible et clos, dont la fonction est de protéger des dangers venus de l’extérieur. Nous avons identifié trois types d’intrus dans ce corpus. Ils sont, du plus agressif au plus passif : le voleur, les amants et les pique-assiettes. Ces intrus sont perçus comme une menace par les occupants de la maison, selon qu’ils sont des représentations d’adultes ou d’enfants.

  • 27 Récit comportant deux variantes : la première recueillie a été narrée par F. Faye ; la seconde par (...)

83Concernant les adultes, dans l’un des maye qui comporte deux variantes, un voleur, par exemple, se fait surprendre dans la cour par le maître de maison, qui l’oblige à boire de grandes quantités d’eau pour le punir de son intrusion27. Un autre voleur, en criant de frayeur à la vue d’une culotte géante, fait sortir les occupants de la maison (cf. supra). Dans ces deux histoires, les adultes sortent pour affronter le danger, l’intrus. Dans le cas où ce dernier est un enfant, le mouvement est inverse. Il est à noter que dans ce corpus, aucun enfant n’est placé dans une telle situation. En revanche, il s’y trouve un autre personnage qui correspond à une représentation de l’enfant : celui du poltron qui cherchait une épouse (cf. supra). Pour ce dernier, la maison est l’unique refuge dans lequel il se sent en sécurité. Sa réaction est celle du jeune enfant qui, poussé par la peur ou par la douleur, court se réfugier dans le giron maternel ou, à défaut, à l’intérieur de la maison. Dans ce récit, celle-ci représente véritablement le giron maternel que le jeune homme refuse obstinément de quitter, et incarne son refus de devenir adulte, et surtout responsable. Ce personnage, physiquement adulte mais mentalement immature, rend très bien compte de la perception enfantine de l’espace, qui est partielle. Celle-ci s’organise autour d’un seul axe, qui oppose l’intérieur de la maison associée à la sécurité d’un côté, à l’extérieur lié au danger de l’autre.

84Les trois ‘amis’ (amants) invités dans la maison par la femme en l’absence du mari (cf. supra) appartiennent à une autre catégorie d’intrus. Dans ce corpus, ce sont les seuls intrus qui réussissent à pénétrer dans la maison grâce à la complicité d’une personne de l’intérieur. Pour eux, l’intérieur de la maison se transforme en prison dès l’arrivée du mari, puis leur fournit des cachettes. Mais cette protection ne dure pas, car ils sont tous les trois découverts puis brutalement expulsés par le maître des lieux. Pour ce dernier, au-delà de la maison, c’est l’espace du couple qui est profané. Son épouse se comporte d’ailleurs comme une étrangère vis-à-vis de lui, si l’on considère non seulement son infidélité, mais surtout sa mauvaise volonté et son insoumission lorsque son mari lui donne des ordres, et ce d’autant plus qu’elle se trouve en fâcheuse posture. Dans ce maye, l’intérieur de la maison se rétrécit donc pour passer de l’échelle familiale à celle du couple.

85Ainsi, pour le poltron et pour le mari bafoué, l’intérieur de la maison doit rester un espace clos, interdit et inaccessible aux autres. Le seul voleur – borgne – qui réussit à s’introduire jusque dans la chambre de sa victime, est rendu aveugle par cette dernière qui lui crève son œil restant. Faut-il comprendre, à travers cet exemple, que toute intrusion non désirée est punie de cécité, l’œil étant l’organe associé à l’indiscrétion ?

  • 28 Récit narré par B. NGom.

86A l’inverse, pour le troisième type d’intrus, le pique-assiette, la maison est un espace autorisé et accessible, même si sa présence n’est pas souhaitée. Dans cinq des maye concernés par le pique-assiette (4 maye dont deux variantes pour l’un), tout se déroule autour du plat de nourriture, avec tout ce que cela implique en termes de transgression. Nous aurons l’occasion, plus loin, de revenir sur ce point. Retenons simplement ici que dans quatre de ces récits, dont les deux variantes, quatre des pique-assiette sont des étrangers (deux Maure, un Toubab et un Bambara), et un autre est un monstre qui présente une hypertrophie de la main pour rafler toute la nourriture28. Dans ce corpus, ce rôle particulier semble donc être associé à une représentation négative de l’étranger.

87Ces multiples représentations d’un même espace, en l’occurrence l’intérieur de la maison, permettent de comprendre en partie la façon dont celui-ci peut évoluer d’un récit à un autre, et aussi à l’intérieur d’un même récit, comme dans celui de l’homme qui avait peur de la tête de poulet (cf. supra). L’intérieur de la maison y représente d’abord une cachette hermétiquement close, avant de se muer en une prison tout aussi hermétique. Cette inversion de la fonction d’un espace au cours du récit est déclenchée par la vue de l’objet de sa phobie : la tête de poulet. Ainsi, le passage, chez le personnage de la dissimulation à la terreur suffit à retourner la situation à travers l’élément spatial. L’homme est puni pour s’être approprié indûment l’espace du repas – et le repas même – dont il exclut sa propre femme, et qui, de collectif, devient individuel. En chassant son épouse, c’est du repas même qu’il l’écarte, violant ainsi une règle fondamentale chez les Wolof : le partage obligatoire de la nourriture avec toute personne présente au moment de sa consommation, a fortiori avec celle qui l’a préparée.

88En annexe de la maison, il est intéressant de noter que les maye du corpus dans lequel les enfants sont des personnages principaux se déroulent dans les limites du quartier ou, tout au plus, dans celles de la ville. L’espace proche et familier y prime sur l’espace éloigné et étranger. Même lorsqu’un jeune narrateur évoque la Tunisie (cf. supra l’historie de l’Arabe et du singe qui cachait les sandales), la mosquée est traitée comme s’il s’agissait de celle de son quartier.

89Pour le seul personnage adolescent de ce corpus, l’intérieur de la maison est opposé à un autre espace, qui est le lieu où l’on danse. A cet âge, l’adolescent désire élargir les limites de son univers, et il est attiré par l’extérieur qui représente un espace de découverte. L’opposition entre les deux espaces se situe moins sur l’axe intérieur/extérieur que sur l’axe du statut enfant/adulte à travers les espaces autorisés ou interdits à l’enfant, d’un point de vue socio-fonctionnel. Sur ce point, l’élément temporel est déterminant, car pour cet adolescent, la maison devient une prison uniquement la nuit. En s’échappant de chez lui, il devient un intrus dans l’espace non autorisé, l’espace du bal.

  • 29 C’est le nom donné par les Wolof aux musulmans intégristes qui appliquent la loi musulmane à la let (...)
  • 30 Récit narré par M. F. Touré.

90Enfin, chez certains adultes, l’intérieur de la maison, en particulier la chambre à coucher, est l’espace dans lequel ils peuvent lâcher la bride à leurs fantasmes. C’est le cas dans une histoire où un « Frère musulman » Ibaadu Raxmaan29 se laisse aller à caresser une femme venue le provoquer dans l’obscurité de sa chambre à coucher, au lieu de la renvoyer30.

91Ce rapide survol des représentations de la maison montre comment le statut et la fonction d’un même espace peuvent évoluer à deux niveaux : d’une part vertical, d’un âge à un autre ; d’autre part horizontal, d’un récit à un autre et à l’intérieur d’un même récit. Il permet également de saisir quelques-unes des significations auxquelles peuvent renvoyer ces représentations de l’espace.

Les représentations de l’Altérité : l’étranger et les créatures fantastiques

92Pour les pré-adolescents, tout ce qui se situe en dehors du quartier ou qui ne correspond pas à la réalité physique est perçu comme étant ‘bizarre’, voire hostile. Du plus proche et familier au plus lointain et agressif, l’étranger est, dans ce corpus, celui qui apparaît le plus souvent associé aux créatures monstrueuses.

93L’étranger, dans certains maye, est représenté comme un être qui fonctionne selon des lois différentes de celles qui ont cours dans l’univers des narrateurs. Le Maure est le personnage qui leur est le plus familier. Mais même s’il fait partie du quotidien, il reste un étranger car il est mal intégré, sinon pas du tout, à sa communauté d’adoption. Il en est de même avec le Bambara (cf. supra), avec qui on le retrouve dans le rôle du pique-assiette. Ce rôle négatif renvoie peut-être au statut social des membres des autres ethnies, perçus comme des intrus, malgré l’hospitalité de façade dont font montre leurs ‘victimes’.

94Le Toubab fait l’objet d’un traitement différent : d’un statut de détenteur de pouvoir placé au sommet de la hiérarchie sociale, il tombe de son piédestal pour devenir un personnage ridicule et surtout passif. Dans le maye du Toubab qui se fait frapper par le « numéro onze » (cf. supra), celui-ci, qui règne d’habitude en maître dans cet espace qui lui est pourtant étranger, y est maltraité. Dans un autre maye, il reçoit des gifles en réponse à celles qu’il donne (cf. supra, le concours de tir entre le Toubab et le Toucouleur). Enfin, dans un autre récit, il sort perdant d’une joute verbale contre un Sénégalais, et ce dans son propre pays (cf. supra, un Toubab et un Sénégalais dans un restaurant en France). Le Toubab, complètement démystifié, incarne un personnage en totale opposition avec l’image sociale qui lui est associée, dans une belle illustration du caractère subversif du maye, qui n’épargne ni les règles sociales, ni aucune sorte d’autorité.

95Beaucoup plus loin dans le cercle, les créatures monstrueuses comme l’excrément géant (cf. supra) ou encore le chauffeur de taxi aux dents longues (cf. supra) fonctionnent selon un axe habité/inhabité (la brousse et la rue la nuit). Et à cet axe, s’en superpose un autre : celui du connu, apparent et familier, opposé à l’inconnu, occulte et étranger. Le fantastique s’en mêle, et introduit une dimension différente, qui est celle de l’univers du surnaturel, à travers laquelle l’espace imaginaire se substitue à l’espace concret.

96On peut conclure sur ces représentations de l’Altérité en notant la différence de traitement entre deux catégories : l’étranger est ancré dans la réalité, même s’il est perçu de façon négative, alors que les créatures monstrueuses, complètement imaginaires, donnent lieu à des représentations beaucoup plus agressives. D’une façon plus générale, dans ce corpus, l’espace diégétique coïncide, sur nombre de points, avec l’environnement des narrateurs, en l’occurrence celui d’une petite ville de pêcheurs. L’univers du maye est, en effet, très ancré dans la réalité. Le maye exploite totalement ce qui constitue l’espace quotidien de l’enfant, dont le point le plus éloigné reste la gare routière. Les endroits relevant de cet espace familier de l’enfance sont reproduits assez fidèlement. Ce qui se trouve hors de ce cercle est laissé à l’imagination du narrateur et des auditeurs.

Le maye, espace de transgression et du rire

97La transgression étant le thème central du maye, il importe de prendre en compte les différents types d’espace (diégétique, évoqué, imaginaire) dans une tentative de mise au jour des points d’articulation entre eux et les différentes sortes de transgression.

98L’espace évoqué est peu concerné par cette question dans ce corpus. Mais indirectement, celle-ci peut permettre de comprendre, en partie, les motivations du choix de l’espace diégétique. Dans le maye de l’homme qui se venge du chat qui a mangé son repas (cf. supra) par exemple, la nature de la transgression elle-même ne pourra être comprise que si elle est mise en relation avec la symbolique liée à l’espace diégétique dont elle est indissociable.

  • 31 Récit narré par M. NGom.

99Dans un autre maye, où un chiot joue avec un singe, c’est le lit parental qui est le théâtre de l’action. Le chiot, serré un peu trop fort par le singe, lâche une crotte sur le lit31. La transgression, qui est double, réside tout d’abord dans le choix du terrain de jeu, qui est l’un des endroits les plus intimes de la maison. L’opposition est totale entre le caractère futile du jeu et la nature quasi tabou de cet espace qui abrite l’intimité (la sexualité) des parents, et qui relève du sanctuaire. Cette opposition du ludique au sexuel mène vers l’autre type de transgression, qui consiste en l’altération de l’espace tabou, qui perd sa fonction symbolique (fécondité) pour devenir le réceptacle des défécations du chiot.

100On retrouve un autre type de transgression dans le maye suivant :

C’était une famille : le père, la mère, l’enfant. Or, chaque jour, à midi, un Maure venait dans leur maison et déjeunait avec eux. Et chaque fois, alors qu’ils étaient en train de manger autour du plat, le Maure lâchait un pet [la narratrice imite le bruit incongru]. Et l’enfant s’écriait : « Papa ! Papa ! Le Maure a pété ! Le Maure a pété ! ». Ils continuèrent ainsi, jusqu’au jour où le maître de maison laissa échapper le bruit incongru. L’enfant resta coi. Le Maure garda le silence un moment, puis il regarda l’enfant et lui dit [imitation de l’accent maure assorti d’interjections dans la langue de ce dernier] : « Yaaqayti ! Ce n’est pas ta mère, ce n’est pas toi, ce n’est pas moi ! “Ikh” ! Alors, c’est qui ? ».
(narré par M. F. Touré)

101Autour du plat de nourriture, l’espace du repas est le lieu de deux types de transgression : par l’acte et par la parole. Concernant l’acte, le Maure et le maître de maison se rendent coupable du plus grave des deux : lâcher un pet pendant un repas. Les rôles sont inversés dans ce récit où ce sont des adultes qui se livrent à cet acte en public. Cette absence de retenue et ce manque de maîtrise de ses envies en public sont considérés comme étant d’autant plus condamnables que le statut de ces deux personnages (l’invité et son hôte) exige une conduite exemplaire. Le choix de l’espace ajoute une circonstance aggravante si l’on tient compte de la symbolique liée à la nourriture niée par le pet, qui est ici un équivalent de l’excrément (antinourriture par excellence). La signification de ce pet, qui renvoie à une mort symbolique, introduit le second type de transgression, d’ordre verbal à deux niveaux. Tout d’abord, en nommant l’acte du pet (qui relève aussi du manque de retenue), l’enfant est prêt à « tuer » le Maure à qui il en veut de jouer les pique-assiette. Partant de là, son mutisme s’explique : il recule devant ce qui, symboliquement, s’assimile à un parricide, transgression suprême. Cette intrusion du scatologique et de l’obscène dans l’espace sacré du repas permet de mettre au jour, à un niveau plus profond de l’analyse, les significations sous-jacentes des actes de transgression.

102Le maye lui-même, en tant que genre, joue, sur une échelle plus large, une double fonction : d’une part celle de reflet – déformée – de la société à travers le regard encore ‘vierge’ et malicieux des enfants et des jeunes, qui montre l’acquisition des notions liées à l’espace et à l’apprentissage des relations entre les membres de la communauté ; d’autre part celle d’un espace autorisé de transgression, d’une sorte de soupape de sécurité qui, grâce à une grande permissivité à l’égard de ce genre de la satire et de la parodie, permet l’expression des frustrations et des fantasmes habituellement réprimés dans la réalité.

Conclusion

103Au terme de ce rapide survol des espaces dans le maye, on se retrouve devant un univers composé d’éléments hétéroclites, qui reste difficile à aborder. Mais quelques pistes se dégagent, qu’il conviendra d’explorer, dans une étude ultérieure, en multipliant les angles d’approche.

104A travers les représentations de l’espace s’exprime la conception qu’a la culture wolof de l’espace, et plus précisément, la représentation qu’ont les jeunes Wolof de leur environnement d’une part, et la représentation qu’ils se font de la personne à travers l’espace d’autre part. Peut-on saisir, à travers ce thème, le processus de mise en place de certains éléments des conceptions, indissociables, de l’espace et de la personne ? La réponse à cette question implique la prise en compte de plusieurs angles d’approche différents :

  • l’approche environnementale : l’ancrage dans la réalité par rapport à la place du ‘merveilleux’ et le rapport entre le ‘merveilleux’ chez les pré-adolescents et le ‘fantastique’ chez les jeunes adultes. En ce qui concerne ce dernier rapport, peut-on parler d’opposition ou s’agit-il d’une évolution au terme d’un processus qui aboutit à l’organisation de l’espace imaginaire chez l’adulte ?

  • l’approche culturelle, qui découle logiquement de la précédente, pose le problème de la fonction identitaire de l’espace. Cette approche peut aborder la question à travers les indices spatiaux non explicites, qui sont autant d’informations sur les signes distinctifs (apparences et comportements) et sur la répartition de l’espace communautaire selon des critères d’âge, de sexe, d’origine ethnique, de statut social, etc.

  • l’approche psychologique considère l’hypothèse qui présente le maye comme l’un des genres du folklore enfantin, dans lequel se reflète la mise en place des éléments qui préparent mentalement l’enfant au modèle de la personne qui lui sera proposé plus tard, lors de l’initiation. Sur le plan psychique, le maye comme mode d’expression de la conception enfantine du monde s’inscrit, avec les comptines et certains jeux, dans le cadre d’un processus de formation de la personne chez les jeunes Wolof. Il est essentiel de le replacer dans cette perspective, à travers une étude comparative, dans une phase ultérieure de l’analyse, d’une part avec d’autres éléments du folklore enfantin, notamment avec les autres genres de la littérature orale enfantine (chants, comptines), et d’autre part avec les genres pratiqués par les adultes, ceci d’autant plus que le maye, genre de prédilection des enfants, peut justement être dit par les adultes également. On peut ainsi formuler l’hypothèse selon laquelle il existe des énonciateurs privilégiés de ce genre, qui seraient : des adultes un peu farceurs, critiques et moqueurs ; des enfants et des adolescents ; sans oublier les « cousins à plaisanterie ». Cette dernière catégorie d’énonciateurs doit être distinguée de la première, car dans ce cadre culturel précis, qui fait intervenir les relations interclaniques et interethniques, le critère de l’âge, qui semblait si évident au départ, s’efface devant celui des origines du narrateur.

105Si l’on considère cette hypothèse, le maye devient un espace de rencontre entre des individus ou des groupes qui, a priori, ne se mêlent pas les uns aux autres, et que le rire réunit. Vu sous cet angle, cette première réflexion sur l’espace dans le maye montre la nécessité de prendre en compte le fonctionnement de ce genre à l’échelle non seulement sociale, mais aussi culturelle : comment la perception d’un espace à l’intérieur d’un même groupe évolue-t-il lorsqu’on passe à une autre catégorie de narrateurs ? D’une ethnie à une autre, plus précisément, les représentations enfantines de l’espace évoluent-elles ? Comment l’espace de l’autre est-il représenté (perception de l’altérité) ? Autant de questions, parmi d’autres, qui nourrissent cette problématique de l’espace et qui nous conduit vers un autre espace encore : celui de la rencontre de ceux qui partagent le rire, dans un espace autorisé de liberté et de créativité.

Haut de page

Bibliographie

Béart, C., 1969, D’une sociologie des peuples africains à travers leurs jeux, Bulletin de l’Institut Français d’Afrique Noire, tome XXI, n° 3-4, juillet-octobre, pp. 271-329.

Copans J., P. Couty, Contes wolof du Baol, recueillis et adaptés par J. Copans et P. Couty, traduction O. Ben Khatab Dia, Paris, Karthala, Union Générale d’Editions, 1976.

Fal, A., R. Santos , J.-L. Doneux , Dictionnaire wolof-français, suivi d’un Index français-wolof, Paris, Karthala, 1990.

Gaignebet C., 2002, Le Folklore obscène des enfants, Paris, Maisonneuve et Larose, Léeb ak Léebu, Dakar, Plan International.

Touré N. S., 2003, Fonctions et fonctionnement des représentations du surnaturel dans l’imaginaire des contes wolof, Thèse de Doctorat, dir. Jean Derive, Paris, INALCO

Haut de page

Notes

1 Les Wolof : une ethnie vivant au Sénégal, et parlant la langue du même nom, sont localisés dans une zone géographique recouvrant un peu plus du quart nord-ouest du pays, et qui englobe la Gambie, autre pays constituant une enclave à l’intérieur du Sénégal.

2 Cette distinction des producteurs et narrateurs du genre par tranches d’âge (enfants, adolescents et jeunes adultes) résulte d’une tendance observée dans le corpus, à partir d’une corrélation entre certains thèmes et l’âge des conteurs. Il reste cependant à vérifier si ces tranches d’âge correspondent à des classes d’âge pertinentes, portées par des rituels.

3 Rufisque est une ville de la presqu’île du Cap-Vert, située à 26 Km de Dakar, la capitale. Elle a été fondée par les Lébou, qui en sont toujours les principaux habitants dans les quartiers d’origine.

4 Léeb ak léebu, (non daté), Plan International, Dakar.

5 Toutes les traductions de maye qui servent ici d’exemples sont des textes plus ou moins résumés par rapport aux versions intégrales originales, dont nous retenons à chaque fois bien entendu la trame, en mettant en relief l’élément relatif au point étudié.

6 Récit narré par F. Faye, âgée de huit ans et demeurant à Rufisque.

7 La consonne c- marque le classificateur correspondant au mot qui le suit, et qu’il détermine. Le trait d’union signale la place d’une voyelle qui varie selon que l’on veut exprimer la proximité ou l’éloignement.

8 Une quadragénaire originaire de Dakar, récit recueilli à Lognes (France), février 1996.

9 Le Baye Fall est un membre de la confrérie islamique mouride du Sénégal, dont il appartient à l’une des branches qui se réclame de Cheikh Ibra Fall, guide du mouridisme. Les Baye Fall vouent toute leur énergie à servir le Khalife, chef de la confrérie, pour qui ils travaillent sans relâche. En contrepartie, ce dernier est censé s’acquitter à leur place de leurs devoirs religieux, en particulier la prière, dont ils sont dispensés. Selon eux, il leur assure ainsi leur place au paradis, tant qu’ils restent à son service.

10 Cette formule est, semble-t-il, une contraction du nom de leur guide Maam ƒeex Ibra Faal > Maam ƒeeri Faal ; dërëm (dérivé de l’arabe dirham) désigne la pièce de cinq francs CFA en cours au Sénégal.

11 Il est difficile de saisir en quoi le fait d’arroser le mur le rend blessant. La jeune narratrice, lors du complément d’enquête, n’a pas été à même d’expliquer ce phénomène de son point de vue.

12 La croyance veut, par exemple, que grâce à quelques brins de balai attachés ensemble, un intrus puisse « lier » tous les habitants d’une maisonnée qui sont aussitôt plongés dans un profond sommeil, ce qui lui laisse toute latitude pour agir.

13 Le yassa est un plat à base de viande, de poisson ou de poulet grillé, mis ensuite à cuire dans une sauce avec des oignons, du citron et du piment, et accompagné de riz blanc.

14 Le récit s’arrête ici car la jeune narratrice tente d’enchaîner avec une autre séquence, pour allonger le récit, mais elle ne réussit pas dans sa tentative d’improvisation et s’interrompt brutalement.

15 Récit narré par A. L. Faye, 12 ans.

16 Récit narré par A. L. Faye.

17 Les Toucouleurs, qui se nomment eux-mêmes les Hal pulaar en (littéralement : « ceux qui parlent la langue pulaar », qui est un dialecte peul), sont implantés dans la région du Fouta-Toro, qui correspond à peu près à la partie Nord-est du Sénégal et au sud-est de la Mauritanie, de part et d’autre du fleuve Sénégal. Ils sont issus d’un métissage entre des Peul sédentarisés et d’autres ethnies habitant l’est du pays (soninké, bambara, khassonké).

18 Le marché Sandaga est l’un des principaux marchés de Dakar. Il est situé au centre de la ville, dans le quartier des affaires.

19 « Rëbbkatu gaynde », Léeb ak léebu, Plan International.

20 10 ans, originaire de Rufisque.

21 35 ans environ, originaire de Dakar, récit recueilli à Paris..

22 Cette facilité et cette vitesse de déplacement sont imposées par le principe d’économie qui régit le genre. Il suffit de savoir que le personnage s’est déplacé, et qu’il est arrivé à sa destination finale. Ce type d’ellipse concerne autant les éléments spatiaux que l’action elle-même.

23 Il s’agit ici plutôt d’un Toucouleur ou Hal pulaar, que l’enfant confond avec un Peul. L’histoire prend tout son sens lorsqu’on sait que les toucouleurs portent traditionnellement des scarifications consistant en deux petites barres verticales sur les tempes.

24 31 ans, originaire de Dakar.

25 La mention du plat est importante, car pour les Wolof, il est d’origine Bambara. Le Bambara ne peut donc pas résister à la tentation de goûter à ce plat de chez lui. Et ce choix du plat s’inscrit dans la logique du récit, lorsqu’il prétend que c’est la sueur des braves chez lui.

26 F. Faye.

27 Récit comportant deux variantes : la première recueillie a été narrée par F. Faye ; la seconde par S. Baldé, 30 ans, originaire de Dakar.

28 Récit narré par B. NGom.

29 C’est le nom donné par les Wolof aux musulmans intégristes qui appliquent la loi musulmane à la lettre et qui, par exemple – ce qui intéresse notre analyse – évitent tout contact avec des femmes qui ne sont pas des parentes directes et ne leur serrent pas la main.

30 Récit narré par M. F. Touré.

31 Récit narré par M. NGom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

N’Diabou Séga Touré, « L’espace dans un genre « enfantin » de la littérature orale wolof : le maye », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 99-126.

Référence électronique

N’Diabou Séga Touré, « L’espace dans un genre « enfantin » de la littérature orale wolof : le maye », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2951

Haut de page

Auteur

N’Diabou Séga Touré

Maseno University, Kenya.

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org