Navigation – Plan du site

La notion de « maison » gidā dans les proverbes hausa

The notion of “house” in hausa proverbs
Saoudé Ali
p. 83-97

Résumés

Comment analyser la notion d’espace habité « maison » ou gidā dans les proverbes ? En effet, c’est un genre auquel on ne se réfère généralement pas quand on veut analyser la notion d’espace. Une approche formelle, sémantique et culturelle des occurrences de cette notion nous a permis d’exposer quelques aspects des représentations de cet espace et de son fonctionnement dans la société hausa. Il relève du privé et est situé de manières différenciées par rapport aux espaces extérieurs. Cependant, le proverbe ne révèle pas son organisation intérieure.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Phonologiquement le hausa possède 10 voyelles : phonétiquement ce sont cinq voyelles, chacune pouva (...)

1Troisième langue parlée en Afrique, le hausa1 se situe du point de vue du nombre des locuteurs immédiatement après l’arabe et sensiblement au même rang que le swahili. Il est classé parmi le groupe des langues Afro-asiatiques.

2L’une des populations les plus importantes de l’Afrique de l’Ouest, les Hausa sont répartis à cheval sur plusieurs pays. Au Nigeria ils sont estimés à environ 30 à 40 millions constituant de ce fait sa première ethnie. Au Niger les Hausa représentent plus de la moitié de la population et sont implantés au centre-est du pays, s’étendant de Filingué à Guidimouni, et de la frontière du Nigeria au-delà de Tahoua, comprenant ainsi plusieurs sous-groupes.

3On retrouve aussi des communautés hausa réparties dans des villes portuaires de l’Afrique occidentale et centrale, ainsi qu’au Soudan. A l’intérieur de ces espaces urbains où ils sont minoritaires, leurs quartiers d’habitation s’appellent zangṑ, ou zongṑ, nom hausa désignant justement toute construction provisoire, tout quartier ou campement des nouveaux venus. Le zongṑ est donc, vis-à-vis de la société locale, le lieu des étrangers par excellence. Ainsi les Hausa adoptent eux-mêmes la vision de la société d’accueil pour nommer l’espace où ils s’installent, indiquant par là qu’ils conçoivent leur présence comme passagère et qu’ils restent rattachés au « pays haoussa ».

4Ceci nous montre le rapport très important qu’il y a entre espace et identité. Qu’entendons par espace ?

Notion d’espace et proverbe

5L’individu a besoin d’un espace de référence pour communiquer, agir, se représenter, s’identifier. L’espace constitue un élément fondamental de la condition humaine. Pour marquer ses repères, l’homme doit maîtriser l’espace qui l’entoure. Ce dernier exerce une puissante fonction identitaire dans le développement de la personne et de la vie communautaire. L’espace défini culturellement est lié aux valeurs et à la vision du monde. Il en exprime certaines facettes, entre autres à travers la littérature.

6Contrairement à la plupart des articles de ce volume, qui présentent des problématiques très vastes, nous nous limitons à un genre littéraire, plus précisément à une notion à l’intérieur de ce genre. Il s’agit pour nous de décrire la notion d’un espace habité, le gidā « maison » dans les proverbes hausa.

7Le proverbe n’est pas en premier lieu le genre auquel on se réfère quand on veut faire une étude de l’espace. Pourtant un corpus bien important permet de constater que les occurrences de cette notion sont très nombreuses et en construisent une représentation précise. En effet, le genre littéraire proverbe, à caractère générique, constitue l’un des éléments culturels d’une société ; il exprime un univers cohérent qui possède sa logique interne.

  • 2 Nous utilisons deux corpus. Notre propre corpus – Ali (2001) – dont les exemples ne portent pas de (...)

8Pour une analyse approfondie de la notion, il est indispensable de s’appuyer sur des proverbes pris en situation, ce qui est le cas des proverbes issus de notre premier corpus comprenant une cinquantaine d’exemples, collectés tous en situation d’énonciation et analysés dans le cadre de notre thèse (Ali, 2001). Cependant, les occurrences du terme gidā dans ce corpus ne sont pas suffisamment importantes, car il ne s’agit que d’une dizaine d’exemples. Pour cette raison, la présente étude fait également référence à une base de données de plusieurs auteurs, sans contexte d’utilisation ou d’interprétation pour la plupart d’entre eux, qui présente environ cinquante-cinq occurrences du terme. Nous l’analysons dans ces deux corpus2, d’abord du point de vue formel, avant de nous interroger sur la notion de l’espace « maison » exprimée à travers les exemples.

Approche formelle

Occurrences linguistiques du terme gidā dans des syntagmes nominaux

  • 3 Abréviations : AccI : accompli I; AccII : accompli II ; Aor : aoriste ; FutII : futur II ; Hab : ha (...)

9En hausa, des noms indépendants peuvent par l’intermédiaire d’une particule -n (pour le masculin et le pluriel) ou -r (pour le féminin) prendre un complément avec lequel ils s’accordent en genre et en nombre. Cette particule est suffixée au premier nom et suivi du complément, ils constituent un syntagme nominal SN3.

Gidā comme premier terme d’un syntagme nominal

  • 4 Si une même configuration formelle apparait plusieurs fois, nous ne citons qu’un ou quelques exempl (...)

10En tant que premier terme de ce SN, la particule -n est suffixée à gidā, (mot masculin) devenant ainsi le complété du noyau nominal. Sur un total de 65 proverbes4, 29 sont dans ce cas. Prenons quelques exemples :

1. Duk ɗaya maras salla ya je gidan Bamaguje. (YY A0325)

Duk ɗaya maràs sallā̀ yā jē gidan Bàmāgujḕ
tout\un\manque\prière\il+AccI\aller\maison+pa\païen\.
Ne pas prier et aller dans la maison du (chez le) païen, c’est pareil.

2. Abin da ke gidan sarki fa yana nan a kasuwa. (YY B0201)

Àbîn dà kḕ gidan sarkī fa yanā̀ nân à kā̀suwā
chose+pa\que\est\maison+pa\roi\et\il+InccI\là-bas\Loc\marché\
Tout ce qui est dans la maison du roi est aussi au marché.

3. Gidan zumu ba kasuwa ba ne, amma in ya yarda ya fi kasuwa. (YY A0341)

Gidan zumu bā̀ kā̀suwā ba nḕ, àmmā in ya yàrda yā fi kā̀suwā
maison+pa\parents\Nég\marché\Nég\c’est\mais\si\il+AccII\êtred’accord\il+AccI\dépasser\marché\.
La maison d’un parent n’est pas un marché, mais s’il accepte, ça dépassera un marché.

11C’est-à-dire que les gens viendront tout le temps

4. Abu mai sauƙi! Kura ta je gidan maharbi

Àbù mài sauƙī ! Kūrā tā je gidan mahàrbī
chose\possesseur\legère\ !\hyène\elle+AccI\aller\maison+pa\chasseur\.
Tout va bien, l’hyène est allée dans la maison du (chez le) chasseur.

12Se dit quand une chose se réalise sans faire de gros efforts.

13À travers ces exemples, on voit que gida-n en tant que premier terme d’un syntagme nominal est attesté avec des mots désignant des personnes issues de tous les statuts sociaux et religieux : le païen, le roi, un parent, le chasseur. La notion de gidā est donc générale, non exclusive et concerne tous les êtres humains, quel que soit leur statut : les proverbes n’expriment pas de différenciation d’autrui, en attribuant, par exemple, un type d’habitation particulier à une population spécifique.

14En tant que syntagme nominal, gidā est attesté aussi avec des pronoms possessifs, paradigme distinct des pronoms personnels :

5. Gani ci ne ? Karen gidammu ya kwana da yunwa. (RO, 118)

Ganī cî nē ? Kàren gidammù yā kwāna dà yûnwā.
voir\manger\c’est\chien+pa\maison+pa+nous\il+AccI\dormir\avec\faim\.
Regarder n’est pas manger, le chien de notre maison (notre chien) a dormi sans manger.

6. Karyar yaro sai a gidansu, in ya hita waje ya zama nama ko ɗan wane ne

karyar yārṑ sai à gidansù, ìn yā hìtā wajē yā zamā nāmā̀ kō ɗan wānḕ nē
mensonge+pa\enfant\seulement\Loc\maison+pa+eux\si\il+AccI\sortir\dehors\il+AccI\devenir\viande\même fils+pa\qui\c’est\.
L’enfant fait le malin dans sa maison (chez lui), une fois dehors, il devient une proie [facile] qui qu’il soit.

15On a l’habitude de dire que l’enfant fait des bêtises en présence de sa mère, donc on se sent en confiance devant une personne connue

7. Saboda karen gidanka, ka kan ga karen gidan wani

Sabṑdà kàren gidankà, ka kàn ga kàren gidan wani
cause\chien de\ maison de toi \tu+Hab\ voir\chien de\maison de \quelqu’un\.
C’est à cause du chien de ta maison (ton chien) que tu vois le chien de la maison de quelqu’un (d’autrui).

8. Ungulu ta koma gidanta na tsamiya

Ùngùlū tā kōmà gidantà na tsāmīyā.
vautour\elle\ retourne\maison de elle\celle\tamarinier\.
Le vautour est retourné dans sa maison : le tamarinier.

16Il s’agit de revenir à ce qu’on faisait, à l’endroit où on se trouvait avant.

17L’observation de ces occurrences linguistiques montre que gidā peut apparaître avec plusieurs pronoms possessifs.

18Au singulier (ex. 7), il s’agit de la 2ème personne masculin ka, le féminin ki n’est pas attesté. On pourrait l’expliquer comme « maison de toi homme » : c’est l’homme qui peut posséder une maison. L’expression linguistique renvoie ici à l’organisation sociale qui veut que ce soit la femme qui rejoint la maison de son mari lorsqu’elle se marie, et qu’elle quitte cette maison en cas de séparation (répudiation, mort du mari) : ce n’est pas son bien à elle.

19Par ailleurs, le terme gidā est attesté une fois avec un pronom de la troisième personne féminin singulier (ex. 8) ; mais il est à noter que le terme qu’il détermine ne renvoie pas l’idée de « humain féminin, femme », mais à un animal, en l’occurrence un vautour. Ùngùlū est un nom féminin emprunté qui se termine par u, contrairement à presque tous les mots féminins du hausa qui se terminent par a.

20Par ailleurs, on constate que gidā n’est pas attesté avec la première personne du singulier : tout se passe comme si le « je » ne concevait pas être le seul occupant de l’espace « maison ». Ici comme dans le cas de l’ex. 7, la langue rend compte de la pratique sociale : un « je » féminin, une femme, n’habite pas seule dans une maison. Pour un homme adulte, ce cas est rare. Quant au jeune homme non marié, il dispose de sa chambre, donc de son espace personnel, mais celui-ci se trouve à l’intérieur justement du gidā : une maison, une concession, un lieu d’habitation familial, collectif.

21Gidā est utilisé dans deux cas avec des pronoms compléments de nom de la première et de la troisième personne du pluriel (ex. 5 et 6). Ces occurrences confirment l’idée que le terme renvoie à l’idée d’habitation collective dans le sens de « maison de tous ». Cependant, l’exemple 5 apporte une précision : le chien habite bien dans « notre maison », il fait partie du « nous », mais il s’en distingue car lui, il ne mange pas.

22En dehors des pronoms compléments de nom, gidā apparaît aussi avec des pronoms indéfinis comme kōwā utilisé pour désigner les êtres humains « tout, toute, tous, toutes », c’est-à-dire « tout celui qui » mais qui, associé à la négation, signifie « personne », et wani qui veut dire « quelqu’un » en tant que pronom, ou « un certain » en tant qu’adjectif Contrairement à kōwā, wani peut apparaitre avec les non-humains.

9. Kasuwa ba gidan kowa ba. (KG, 272)

Kā̀suwā bā̀ gidan kōwā ba
marché\Nég\maison+pa\personne\Nég\.
Le marché n’est pas la maison de quelqu’un (est la maison de personne)

23Le marché est un lieu public accessible à tous, alors que la maison, lieux d’habitation collective, ne relève justement pas de cette catégorie

10. Kowa ya ga gidanka, ka ga nasa

Kōwā ya ga gidankà, kà ga nasà
Tout celui\il+AccII\voir\maison+pa+toi\tu+Aor\voir\celui de lui\.
Quand une personne voit ta maison (chez toi), fais de même, vois chez elle.

24La maison est un lieu privé, donc si une personne le découvre, il faut aussi aller voir son espace privé. Il faut rendre la pareille.

25Après les exemples attestant gidā comme premier terme d’un syntagme nominal associé à des mots concrets (ex. 1-5), à des possessifs (ex. 6-8) et à des indéfinis ex. 9-10), on peut signaler celle avec les mots abstraits comme ƙṑshī « être rassasié », wùyā « difficulté », mutuwā̀ « mort ».

11. Ba daɗi tana gidan na ƙoshi

Bâ dāɗī tanā̀ gidan nā ƙṑshi
Nég\bon\elle+InccI\maison+pa\je+AccI\rassasier\.
« Ce n’est pas bon » se trouve dans la maison de « être bien nourri ».

26Il faut être rassasié pour prétendre qu’un repas n’est pas bon.

12. Gidan wuya da kara kan nuna. (YY B0397)

Gidan wùyā dà kàrā kàn nūnā̀
maison+pa\difficulté\avec\tige de mil\Hab\montrer\.
Une maison (dans laquelle tu as) souffert, tu la montreras avec une tige de mil.

27Il faut s’éloigner des problèmes, la maison qui est censée être un lieu sûr devient un endroit dangereux qu’il faut fuir. D’habitude, on montre une chose en la montrant du doigt, mais là on utilise la tige de mil qui est longue pour marquer cette distance qu’on veut mettre entre soi et la maison de toutes les difficultés.

13. Saboda yi, baki ya je gidan mutuwa ya ce barka. (YY A0539)

Sabṑdà yî, bā̀kī ya je gidan mutuwā̀ ya cḕ barkā̀
cause\faire\bouche\il+AccII\aller\ maison de\mort\il+AccII\ dit\félicitation\.
[L’habitude fait que] la bouche va dans une maison où il y a eu un décès et dit : Félicitations.

28On entre généralement dans une maison en saluant par barkā̀. L’habitude est une seconde nature, elle empêche la réflexion et elle peut nous faire faire des erreurs.

29On remarque ici que gidā est associé aussi bien à la « satisfaction » na ƙṑshi qu’à la « douleur » gidan mutuwā̀ ou à la « difficulté » gidan wùyā.

30Après avoir analysé gidā comme premier mot d’un syntagme, voyons le cas où il apparaît comme deuxième terme d’un syntagme nominal.

Gidā comme deuxième terme d’un syntagme nominal

31Sur 65 proverbes, on trouve 11 occurrences linguistiques de gidā comme deuxième terme d’un syntagme nominal. Comme dans le premier cas, le nom indépendant peut prendre une particule et ici cette dernière change en fonction du genre et du nombre du premier terme. Notons que la forme pronominale de cette particule est ta (pour le féminin) ou na (pour le masculin et le pluriel).

14. Alheri bai so baƙo ba, da ya cuɗi matar gida. (YY A0226)

Àlhērī̀ bài sō bā̀ƙo ba, dà yā cùɗi mā̀tar gidā
bienfaisance\il+ Nég\vouloir\étanger\Nég Acc lorsque\il+AccII\malaxer\femme+pa\ maison\.
Le bien n’était pas pour l’étranger, car il a osé malaxer le dos de la maîtresse de maison.

32Ici, contrairement aux exemples 1, 2 ou 3, ce n’est pas la maison qui appartient à la personne, mais c’est « la femme qui est de la maison ». Certes, le proverbe fait référence à l’idée que le centre de vie de la femme est la maison, et l’expression « maîtresse de la maison » est souvent utilisée de manière élogieuse. Mais en plus, le proverbe exprime justement l’idée que la femme appartient à une unité sociale et non à elle-même, ce qui va de pair avec la pratique que nous avons déjà mentionnée, à savoir le fait que la femme n’habite pas seule une maison.

15. An ƙi na-gida an so na-waje. (YY B0006)

An ƙī na-gidā an sō na-wajē
on+AccI\refuser\celui-maison\on+AccI\vouloir\celui-dehors\.
On refuse celui qui est de la maison (connu), on aime celui qui est de dehors (inconnu).

33Ce proverbe contient quatre termes opposés formant deux paires : d’une part, une opposition entre « refuser » et « aimer », et d’autre part entre « maison » et « dehors ».

34Il se structure ainsi :

P1 =on refuse celui qui est de la maison, et

P2 = on aime celui qui est du dehors.

35Les deux propositions présentent un rapport de parataxe entre elles et forment une antithèse au rythme binaire, mettant en parallèle les termes pour mieux les opposer. Le proverbe exprime ainsi l’idée que l’ordre normal des choses n’est pas respecté ici. En effet on devrait aimer le connu et se méfier de l’inconnu.

16. Tsoro na daji kunya ta gida. (YY B0149)

Tsṑrō na dājì kunyā̀ ta gidā
peur\celui de\brousse\honte\ celui de\ maison\.
La peur dans la brousse est la honte à la maison.

36Comme dans l’exemple précédent, nous remarquons que le proverbe contient quatre mots opposés : d’une part, une opposition entre « peur » et « honte », et d’autre part entre « maison » et « brousse ». Ici aussi les deux propositions présentent un rapport de parataxe entre elles. Le proverbe exprime l’idée que la peur est dans la brousse, car on peut se retrouver en face d’un animal dangereux ou d’une personne plus forte que vous, tandis qu’à la maison on est dans un lieu certes sécurisant, mais qui peut engendrer le sentiment de honte (voir infra).

37La particule de possession mai (sg) et masu (pl) suivi d’un nom indépendant en l’occurrence gidā va servir pour exprimer l’attribution du lieu à quelqu’un, comme dans les exemples qui suivent :

17. Ba ni da ta cewa mai gida ya yi tsegumi. (YY B0263)

Bā ni dà ta cēwā mài gidā yā yi tsēgùmī.
Nég\moi\avec\celle\dire\possesseur\maison\il+AccI\faire\commérage\.
Je n’ai rien à dire, c’est le propriétaire de la maison (le chef de famille) qui vient de faire un commérage.

38L’espace « maison » est attribué explicitement à un homme, le « père, chef de famille » qui définit les règles de comportement : en général, ce sont les femmes qui aiment bien les commérages, mais là, c’est le père de famille qui les pratique, et on ne peut rien dire, le silence est de rigueur ici.

18. Dole a zo, cfaki ya fada wa gurguwa da dan masu gida. (YY B0362)

Dōle à zō, ɗākī̀ yā fādā̀ wà gurgùwā dà ɗan mā̀su gidā
obliger\on+Aor\venir\maison\il+AccI\tomber\sur\boiteuse\avec\fils+pa\poss\maison\.
On est obligé de venir, [en vue de les sauver] la chambre est écroulée sous la femme boiteuse et le fils des propriétaires de la maison.

39À cause d’une personne bien située (le fils des propriétaires), on peut sauver une autre moins nantie. La femme boiteuse renvoie à une infirme, donc à une pauvre.

40À l’instar des particules de possession, on observe aussi des NV qui déterminent gidā, en l’occurrence « voir » (ex. 19) et « laisser » (ex. 20).

19. Ganin gida kare ya kan zagi kura, amma ba a daji ba. (KM, 9 ; KG, 156)

Ganin gidā kàrē ya kàn zā̀gi kūrā, àmmā bā̀ à dā̀jī̀ ba
fait de voir\maison\chien\il+Hab\insulter\hyène\mais\Nég\ Loc\brousse\Nég\.
Aussitôt qu’il voit sa maison un chien insultera l’hyène, mais jamais dans la brousse.

41Ce proverbe a la même signification que l’exemple 6. En effet on se sent fort dans un espace connu, et cela peut nous pousser à commettre des actes qu’on n’osera pas réaliser étant seul.

20. Hanya ba ta barin gida. (YY B0414)(WH, 5)

Hanyā̀ bā tā̀ barìn gidā.
chemin\elle+InccI+Nég\fait de laisser+pa\maison\.
La route ne laissera pas la maison.

42On profite d’un mur tombé pour se frayer un chemin, quitte à passer dans un espace privée auquel, normalement, on n’a pas accès, et on profite donc d’une situation particulière.

43Après l’analyse des occurrences de gidā du point de vue formel, voyons de manière plus systématique les contextes phrastiques et la structuration sémantique de la notion à travers les proverbes du corpus.

Valeurs sémantiques et culturelles de Gidā

44Comme nous l’avons déjà constaté à travers quelques exemples, la maison est appréhendée tantôt du point de vue de son organisation interne et donc en tant qu’espace intérieur, tantôt comme située par rapport aux espaces environnants, comme l’extérieur.

Espace intérieur

45Gidā est un centre d’organisation de déplacements, un point de convergence. C’est donc un lieu de focalisation spatiale. On peut partir de la maison, mais en général c’est un lieu vers lequel convergent les gens. Il est attesté avec des verbes de mouvement comme : « aller » zuwā̀, retourner » kōmā , « aller » (ex. 1 et 13),« entrer » shìgā, « accompagner » rakā̀, « sortir » hìtā (ex. 6), « amener » kâi (ex. 25).

21. Wawa ai ba mahaukaci ba ne, in ya ci kasuwa gida zai koma. (YY A0597)

Wāwā ai bā̀ mahaukàcī ba nḕ, in yā ci kā̀suwā gidā zai kōmà
idiot\Nég\fou\Nég\c’est\si\il \manger\marché\maison\ il+Fut\retourner\.
L’idiot n’est pas absolument dépourvu de bon sens, s’il fait le marché il retournera à la maison.

46Même si on n’est pas malin, on comprend que le marché n’est pas une maison : il n’est la maison de personne.

22. Mai leƙen gidanka wata rana zai shiga. (YY B0600)

Mài lēƙèn gīdankà wata rānā zâi shìgā
Possesseur\ fait de jeter un regard+pa\maison+pa+toi\un\jour\ il+Fut\entrer\.
Celui qui jette un œil dans ta maison (chez toi) finira par y entrer un jour.

23. In kana raka mata gidansu wata ran ka raka ta gidan kwarto.(YY B0424)

In kanā̀ rakā̀ mātā gidansù. wata ran kā rākā̀ ta gidan kwartō.
si\tu+InccI\accompagner\femme\maison de elle\ un \jour\ tu+Aor\ accompagner\ elle\ maison de \ amant\.
Si tu accompagnes la femme dans leur maison [dans sa famille d’origine], un jour tu l’accompagneras dans le maison de son amant (chez son amant).

47On met en garde l’homme qui accompagne sa femme, en effet il est mal vu pour un homme de marcher à côté de sa femme.

48La convergence des mouvements vers la maison renforce la conception de cet espace comme étant un espace intérieur, distingué de tous les autres : l’ex. 7, centré sur la réciprocité des regards sur cet univers, exprime bien cette idée que « si quelqu’un voit le chez toi, il faut aller voir le chez lui ». Cette même idée est exprimée également dans l’ex. 22.

49C’est un espace qui relève du privé. En même temps, c’est un espace social par excellence (ex. 22), il n’est pas occupé par un seul individu, mais par une communauté, une entité spécifique, une famille. Cette entité est dirigée, présidée par le mai gidā (ex. 17 et 18) le « propriétaire de la maison », père / chef de famille.

50On peut noter cependant que les proverbes ne font pas allusion à l’organisation spatiale de l’intérieur de la maison. En effet, entouré d’un mur en argile ou de palissade de tiges de mil, le gidā réserve à chacun sa chambre daki. Cependant, on n’a pas accès directement à la cour, on passe d’abord par le zaurè ou vestibule. Avec cette configuration, on met une limite, une barrière à tout ce qui est extérieur à cet espace. L’étranger n’a pas un accès direct à la cour, il ne peut donc pas voir les femmes qui s’y trouvent (ex. 14).

51Le mari peut avoir sa propre chambre qu’on appelle tûrâkâ, (terme utilisé uniquement par les personnes âgées). Dans le cas contraire, c’est lui qui fait la navette entre les chambres des épouses, selon un calendrier bien précis. La femme qui doit le recevoir la nuit sera chargée de préparer la nourriture pour toute la famille. Les chambres des femmes d’un même homme sont alignées du nord au sud, selon l’ordre d’arrivée. La première est donc la plus au nord.

52Par contre, le fonctionnement et les fonctions du gidā sont l’objet de plusieurs proverbes. En effet, la maison en tant qu’espace intérieur abritant l’unité familiale plus ou moins étendue représente des valeurs qu’on doit respecter, comme nous le montrent ces exemples :

24. Doka daga gida ta kan fara

Dṑkā dàgà gidā ta kàn fārā
loi\de\maison\elle+Hab\commencer\.
Une loi commence [à] la maison. [KG, 133]

53Les règles se font et commencent à s’appliquer à la maison.

54Gidā est un espace qui peut représenter de la souffrance matérielle (ex. 12) et émotionnelle causée par la mort (ex. 13), mais c’est également un lieu où l’on est en sécurité. Cette idée est illustrée dans deux exemples à travers le comportement du chien : c’est lorsqu’il est près de la maison qu’il ose insulter l’hyène (ex. 19), et quand il est en danger, c’est là qu’il se réfugie :

25. An harbi kare a wutsiya, sai gida. (KG, 40)

An hàrbi kàrē à wutsiyā̀, sai gidā.
on+AccI\tirer\chien \à\queue\alors\maison\.
On tire sur la queue du chien, (il court) à la maison.

55L’unité familiale et la maison en tant que lieu de vie permanent est régie par la réciprocité des comportements entre le groupe et l’individu : si l’individu quitte le groupe, le groupe finira par l’abandonner, comme l’illustre l’exemple suivant :

26. Kowa ya bar gida, gida ta bar shi

Kōwā ya bar gidā, gidā tâ bar shī
toute personne \il\ laisser\ maison\ maison\ elle+fut\laisser\lui\.
Quiconque délaisse la maison, la maison le délaissera.

56La valeur métonymique du terme apparaît clairement ici. Jadis, le mot gidā semble avoir englobé un groupe plus grand, car il semble signifier l’ensemble des membres d’un clan. D’où le sens de ce proverbe qui, selon les circonstances, fonctionne comme une devise. On est fier d’appartenir à tel gidā. On utilise le proverbe comme devise sous forme de menace à l’endroit de ceux qui délaissent les traditions ancestrales, c’est-à-dire celles de leur gidā justement.

27. Kowane tsuntsu ya yi kukan gidansa

Kōwànè tsuntsū yā yi kūkan gidansà
chaque\oiseau\il+AccI\faire\pleur+pa\maison+pa+sa\.
Que chaque oiseau fasse le cri de sa maison (son cri propre à lui).

57D’après ce proverbe, l’appartenance à une collectivité, à une entité spécifique, n’exclut pas qu’il existe des différenciations entre les maisons et à l’intérieur même de cette unité sociale. Celles entre hommes et femmes que nous avons déjà évoquées sont les plus visibles au niveau des proverbes. Par ailleurs, on peut rappeler l’ex. 5 déjà cité : « Regarder n’est pas manger, le chien de notre maison (notre chien) a dormi sans manger. ».

58Focalisé sur le fait que « voir faire » et « faire soi-même » n’est pas identique, ce proverbe explicite en même temps l’idée que tous les habitants de la maison - de la famille - ne sont pas traités de manière identique.

59Comme il ressort de ces exemples, la maison abordée comme un espace intérieur est une unité sociale différenciée qui offre sécurité et ordre et qui est basée sur la solidarité et les obligations réciproques entre les membres. Cette unité n’est cependant pas isolée de l’extérieur.

Relations entre espace intérieur et extérieur

60La maison est située par rapport à trois types d’espaces extérieurs :

  • un espace socialisé et public représenté à travers l’exemple du kā̀suwā « marché ».

  • un espace indéfini, mais relativement proche de la maison, dans le sens de wàje, « dehors », et

  • un espace non socialisé comme dans le cas de dāji ou dāwā « brousse ».

61Gidā est mentionné en même temps que le marché (kā̀suwā) dans 5 proverbes. Les exemples montrent que le marché est un lieu non permanent appartenant à toute la communauté, par opposition à la maison qui, elle, est privée et permanente (ex. 2 ; 3 ; 9 ; 21). Contrairement à la maison, espace intérieur par excellence, le marché est un lieu de passage, c’est à dire qu’on peut y aller librement sans demander la permission à quelqu’un. C’est un espace permettant de se rassembler, un espace public :

28. Mutum ba ya tuɓe mini riga a kasuwa sa’an nan ya kōmō gida ya ce zai sa mini

Mùtum bā yā̀ tūɓḕ minì rī̀gā à kàsuwā sa’an nan ya kōmō gidā ya cḕ zai sā minì.
personne\il Nég\enlever à moi\chemise\Loc\marché\ensuite\il\revenir\maison\il\dire\il Fut\ mettre\moi\.
Personne ne m’enlèvera ma chemise au marché [pour] revenir à la maison et vouloir me la remettre.

62Le caractère d’espace public est explicité ici dans le sens qu’un affront subi en public ne peut pas être réparé en privé.

63Gidā, espace intérieur à la différence du marché ouvert, socialisé et public, symbolise la notion d’espace sûr, d’espace connu de l’enfant, sa maison. Il est également mentionné en relation avec un extérieur moins précis, « dehors » wàje. Les deux notions sont attestées dans trois proverbes.

64Wàje est un monde inconnu, lieu de tous les dangers, espace que l’enfant ne connaît pas et dans lequel il n’est pas connu non plus (ex. 15 déjà cité). Rappelons également l’ex. 6 : « L’enfant fait le malin dans sa maison (chez lui), une fois dehors, il devient une proie [facile] qui qu’il soit. ».

65Cependant, le comportement vis-à-vis des membres de la famille n’est pas identique à celui dont on fait preuve par rapport à une personne de l’extérieur, comme le dit le proverbe suivant :

29. Na gida abokin gaba na waje abokin taɗi (YY B0639)

gidā àbōkin gā̀bā nà wàje àbōkin tāɗī
celui de\maison\ami de\querelle\celui de\dehors\ami de\causerie\.
La personne de la maison [est] ami de querelle, celle de dehors [est] ami de causerie.

66Selon ce proverbe, on préfère se quereller avec une personne connue, et causer avec l’inconnu. La normalité des choses n’est pas respectée. On devrait plutôt être ouvert vis-à-vis de la personne connue et se méfier de l’inconnu. Ce proverbe se dit pour dénoncer des choses qui vont de travers. Cependant, tout en définissant quel devrait être le comportement souhaité, il exprime aussi l’idée que la familiarité, la proximité, favorisent les conflits et leur expression. L’ex. 15 déjà cité, quant à lui, explicite clairement l’attrait pour les personnes venant de l’extérieur : « On refuse celui de la maison (connu) on aime celui de dehors (inconnu). ».

67La notion d’espace connu ou inconnu est complétée par l’idée de liberté ou d’absence de liberte dans les proverbes qui situent gidā par rapport à la brousse (voir également ex. 19) :

30. Alla wadaran naka ya lalace, raƙumin dawa ya ga na gida. (YY A0224)

Allā̀ wadaran nākà ya lālācē, rā̀ƙumin dawā̀ yā gā nà gidā
Allah\maudire+pa\le tien\il+AccII\détérioré\chameau+pa\brousse\ il+AccI\voir\ celui\maison\.
Malédiction divine, disait le chameau de la brousse [la girafe] en voyant le chameau de la maison, [bien chargé et docile]

68Ce proverbe se dit pour dénoncer le manque de liberté qu’on a au sein d’une maison, lieu connu avec des règles de conduites à tenir pour son bon fonctionnement, à la différence de la brousse où il n’y a pas de règles, et où c’est le plus fort qui gagne toujours. La girafe plaint le chameau, son cousin qu’on nourrit, mais qui n’est plus libre de ses mouvements.

69Une idée comparable est exprimée dans le proverbe suivant, sans pour autant que la qualité de l’espace extérieur ne soit précisée :

31. A ci ba a kai gida ba, bushiya ma nama ce

à ci bà à kâi gidā ba, bushiyā mā nāmā̀ cē.
on+Aor\manger\Nég\on+Aor\amener\maison\Nég\hérisson\aussi\viande\c’est\.
Manger sans en apporter à la maison, le hérisson est aussi de la viande.

70La viande de hérisson ne se mange pas, mais en dehors de la maison on peut se permettre de faire des choses interdites.

71Il ressort clairement de ces exemples que l’espace « maison », tout en étant sûr et protecteur, peut être perçu également comme un lieu où s’exerce la contrainte sociale et où l’individu est restreint dans sa liberté.

Conclusion

72Bien que n’étant pas le genre premier auquel on se réfère quand on veut faire une étude de l’espace « maison », cette analyse nous a permis de voir le fonctionnement formel, sémantique et culturel de cette notion dans les proverbes.

73Gidā a comme première définition l’« ensemble d’un clan ». Nous entendons par clan, l’ensemble d’un groupe constitué par les personnes ayant en commun le même ancêtre. Les membres de ce groupe partagent toutes les réalités et les règles qui lui sont rattachées et qu’on doit suivre sous peine de se voir punir. En deuxième définition, gidā renvoie à l’idée d’« espace privé », appartenant le plus souvent au père de famille et à sa descendance. On a alors une notion plus réduite, symbolisant sécurité et tranquillité, mais également contrainte et restriction de liberté. Enfin, dans la langue courante, le terme renvoie à l’idée de « contenant », comme dans « maison de l’argent ou banque » gidan kuɗī ou « maison de regard ou musée » gidan kallō.

Haut de page

Bibliographie

Ali, S., 2001 Le proverbe hausa : forme et sens, Thèse de 3ème Cycle, INALCO, Paris.

—, 2004, L’exemple du proverbe hausa dans l’écriture contemporaine , in Dauphin- Tinturier, A.-M., J. Derive (éds.), Oralité africaine et création, Paris, Karthala, CD ROM, pp. 975-984 et en traduction anglaise pp. 1117-1124.

—, 2005 « Le proverbe hausa : aspects sémantiques », in Baumgardt U., A. Bounfour (éds.), Le Proverbe en Afrique : forme, fonction et sens, Paris, Paris, L’Harmattan, pp. 69-84.

Baumgardt, U., 2000, Une conteuse peule et son répertoire. Goggi Addi de Garoua, Cameroun, Paris, Karthala.

—, 2010, L’espace en littérature orale africaine : quelques réflexions méthodologiques autour des indices spatiaux, Cahiers de Littérature africaine, 22 p.

Guy, N., 1975, Dynamique sociale et appréhension du monde au sein d’une société Hausa. Paris Institut d’Ethnologie 1975 Pp. 66

Greene, K., 1966, Hausa ba dabo ba. Ibadan : Oxford University Press, pp. XV+84.

Kraft, C-H., and Kraft, G. M., 1973, Introductory Hausa. University of California press Pp. 408

Karin magana, 1958, Zaria Northern Nigerian Pub Compagny

Koko, H.S., 1989, Karin magana a hannun mata a garin Sakkwato’, in University of Sokoto. Nigéria

Merrick, G., 1905 Hausa proverbs. London Pp. 113

Prietze, R., 1902, Sprichwörter der Hausa. Leider

, 1902, Haussa Sprichwörter und Haussa. Lieder.

Robinson, C-H., 1925, Hausa Grammar, London.

Whitting C.E.J., 1940, Hausa and Fulani Proverbs. Lagos.

Yusufu, Y., 1977, Hausa a dunƙule. Zaria Northern Nigerian Pub Compagny.

Haut de page

Notes

1 Phonologiquement le hausa possède 10 voyelles : phonétiquement ce sont cinq voyelles, chacune pouvant être brève ou longue (notée par un macron suscrit). Le hausa possède trois tons : un ton haut (que nous ne marquons pas) et un ton bas (noté par un accent grave), plus un ton modulé (noté par un accent circonflexe) résultant de la succession d’un ton haut et d’un ton bas sur la même syllabe. Nous citons les exemples en hausa standard utilisé dans la plupart des publications au Niger et au Nigéria ; il ne marque ni les tons ni la quantité vocalique. Dans la deuxième ligne, nous donnons la transcription phonologique.

2 Nous utilisons deux corpus. Notre propre corpus – Ali (2001) – dont les exemples ne portent pas de référence. Et le corpus mis à notre disposition par Bernard Caron dont les références sont : K. Greene1966 (KG) ; K. Kraft, H. Charles and G. Marguerita 1973 (KK HC GM) ; K&KG Kraft, H. Charles and Kirk Greene1973 (KK HC KG ) ; Karin magana 1958 (KM) ; M. George1905 (MG) ; R. Prietze 1902 (1&2) (RP) ; CH. Robinson 1925 (RO) ; C.E.J. Whitting 1940 (WH) ; Y. Yusufu 1977 (YY).

3 Abréviations : AccI : accompli I; AccII : accompli II ; Aor : aoriste ; FutII : futur II ; Hab : habituel ; InccI : inaccompli I; InccII : naccompli II ; Loc : localisation ; Nég : négation ; NI : nom indépendant ; NV : nominal verbal ; PA: particule d’annexion ; Poss : possessif.

4 Si une même configuration formelle apparait plusieurs fois, nous ne citons qu’un ou quelques exemples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Saoudé Ali, « La notion de « maison » gidā dans les proverbes hausa », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 83-97.

Référence électronique

Saoudé Ali, « La notion de « maison » gidā dans les proverbes hausa », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2936

Haut de page

Auteur

Saoudé Ali

Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et Pluralité des Langues et des Identités en Didactique : Acquisition, Médiation (PLIDAM).

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org