Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

FASSIN, Didier et BENSA, Alban (dir), 2008, Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques

Paris, La Découverte, 331 p.
Marie-Luce Gélard
p. 311-313
Référence(s) :

FASSIN, Didier et BENSA, Alban (dir), 2008, Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte, 331 p.

Texte intégral

  • 1  Parmi les plus récents, citons celui de F. Bouillon, M. Frésia & V. Tallio, (dir.), 2006, Terrains (...)

1Sous la direction de Didier Fassin et d’Alban Bensa, cet ouvrage n’est pas le premier du genre, l’opus trouve sa place dans une désormais longue liste de textes similaires1, aussi, est-ce une gageure que de tenter de faire autrement sinon mieux.

2Les contributeurs sont nombreux, il s’agit pour les deux tiers de doctorants (11 sur 16) qui abordent leurs propres difficultés méthodologiques et les questionnements que toute enquête de terrain suscite.

3Les contributions sont de teneur inégale. La matière réflexive et critique proposée par l’ouvrage aborde un nombre important de thématiques : le genre de l’ethnologue, l’implication du chercheur, l’empathie, la déontologie, l’anonymat, la restitution des données, etc. L’objectif énoncé par Didier Fassin en introduction est de “saisir, au plus près de notre travail d’enquête, les enjeux épistémologiques, éthiques et politiques de l’ethnographie telle que nous la pratiquons” (p. 10). L’usage de l’ethnographie ne se limite nullement à la discipline anthropologique, mais englobe la sociologie, celle de la diversité des objets, poursuit Didier Fassin, et non des uniques terrains exotiques. Certes.

4L’ouvrage se répartit en trois parties, la première propose d’interroger la “manière dont la relation ethnographique informe et modèle la connaissance des mondes sociaux étudiés” (p. 11), la seconde illustre la démarche ethnographique en termes de contraintes et d’enjeux et enfin la troisième aborde le questionnement de la recherche versus son utilité sociale.

  • 2  C’est ce que je relève des rares ethnographies à propos du Sud marocain, où l’accès à la seule lan (...)

5Le texte d’Alban Bensa ouvre le bal sur sa propre expérience rétrospective du monde calédonien. La place sommitale de la langue y est déterminante comme “accès à des univers de sens” (p. 20), en effet, on sait que dans le monde des exigences scientifiques aux résultats les plus r1a6pides, nombre de chercheurs ne parlent plus la langue des lieux qu’ils étudient2. Car écrit Alban Bensa (p. 24) “L’entrée dans les modes de réflexion d’autrui constitue une sorte de garantie de la justesse de nos interprétations ultérieures et permet d’accéder à des expériences intellectuelles nouvelles”. On ne peut que souscrire à nouveau lorsque Alban Bensa ajoute : “Nulle part de vérités ou d’identités kanaks ou kabyle ni d’axiomes pan-sociologiques valables partout et toujours. Pour les sciences sociales, rien que de l’histoire, du local et du relatif à décrypter sans cesse et à redécrypter” (p. 28). D’autres approches méthodologiques qui, si elles peuvent être utile au novice donnent une saveur de déjà lu, ainsi : “Ce à quoi j’ai assisté en effet sur le terrain c’est davantage à un ajustement constant des règles aux circonstances plutôt qu’à une application rigide de normes absolues” (p. 32). La question de la décontextualisation des histoires orales en est un exemple édifiant tout comme la durée des terrains, qui manque à certaines des recherches pour les raisons susmentionnées (efficacité et célérité). “L’engagement de la subjectivité dans la recherche de l’objectivité me paraît être finalement l’une des voies royales de l’enquête de terrain, dans la mesure où c’est en agissant comme l’autre qu’on le comprend, c’est-à-dire qu’on accède à la description au plus près de ce qui survient” (p. 37). Plus intéressant encore est le questionnement sur la caution, le soutien intellectuel de l’auteur à la lutte indépendantiste auprès des Kanaks.

6Les expériences de terrain suivantes s’attachent à décrire les difficultés que la nature même des objets et des lieux d’étude sous-tendent. Nous retiendrons, l’examen d’une recherche “politiquement détestable” » à propos de la Ligue du Nord en Italie entreprise par Martina Avanza. Ces questionnements sur le mépris intellectuel sont intéressants et ouvrent sur des débats éthiques. Autre point abordé par le texte de Sarah Mazouz, celui des discriminations raciales et de ce qu’elle nomme : l’altérisation et l’assignation raciale. C’est le positionnement du chercheur qui est interrogé et l’intérêt en termes d’analyse endogène ou exogène d’un phénomène, ’engagement et distanciation’ dirions-nous (N. Elias).

7“Prendre le rire au sérieux”, c’est le titre d’une autre contribution (G. Mainsant) où l’enjeu méthodologique consiste à questionner la portée heuristique des “matériaux plaisantés” qui deviennent un moyen d’accès à des données inédites face à des discours plus maîtrisés et construits.

8D’une manière assez générale, on ressent surtout la nécessité éprouvée par le jeune chercheur d’accéder à une emprise plus ferme et plus concrète sur son terrain or, il lui manque probablement cette observation muette, ce temps perdu à ne rien faire pour mieux voir et comprendre une réalité qu’aucun manuel ne peut en effet donner à décrypter, car il n’y a pas d’ethnographie clé en mains...

9La deuxième partie “’enquête comme dispositif : contraintes, enjeux” aborde la question de l’anonymat, de la confidentialité de ce que certains distinguent dans la manière de faire de l’ethnographie : intégrative, narrative et combinatoire et enfin multi-intégrative. D’autres évoquent l’intérêt des parcours biographiques dans les recherches pouvant contribuer à aider “ses sujets à recouvrer la parole” (p. 161), comme étape vers l’empowerment. C’est la question de l’engagement qui ici retiendra notre attention et la façon de faire de l’ethnographie en “terrains sensibles”. Engagement ou militantisme, la distinction doit se poser comme le suggère l’ouvrage. Ou encore la difficulté d’une restitution de la recherche aux intéressés ou enfin l’apparition des codes éthiques par exemple celui de l’Association américaine d’anthropologie ou le National Statement on Ethical Conduct in Research Involving Humans en Australie. On relèvera par ailleurs l’opinion de Michel Agier qui figure en notre infra : il souligne son rejet radical et inconditionnel “de toutes formes de codification institutionnelle de la pratique ethnologique” (p. 209). Car le texte au sujet de ce code éthique exprime bien l’inefficacité même de ces règles prétendument établies pour protéger les droits et les intérêts des communautés autochtones !

10Dans la troisième et dernière partie l’ouvrage propose “l’ethnographie en question : résistances, réponses”. Ainsi, par exemple, les débats sur la critique portée contre l’ethnologue par les autochtones est intéressante, relevant l’intérêt aussi d’un retour réflexif sur la réception du discours anthropologique, la relation à l’emprise coloniale et aux hiérarchies. Dans la même direction, Didier Fassin propose d’interroger l’expérience de l’extranéité du chercheur.

11En conclusion, Alban Bensa souligne l’écart existant entre les anthropologues aujourd’hui trentenaires et leurs pères, les premiers affectant une prédilection pour “l’étude ciblée de la souffrance” alors que les seconds seraient demeurés enchantés.

12Au final, ce “travail d’ajustement à autrui” (A. Bensa : 323) qui fonde la recherche anthropologique s’inscrit dans le débat méthodologique que l’ouvrage entend promouvoir mais le texte aurait probablement gagné en conviction en privilégiant la seule publication des contributions les plus abouties.

Haut de page

Notes

1  Parmi les plus récents, citons celui de F. Bouillon, M. Frésia & V. Tallio, (dir.), 2006, Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie. Paris, EHESS (« Dossiers africains f »).

2  C’est ce que je relève des rares ethnographies à propos du Sud marocain, où l’accès à la seule langue française dénature non seulement la recherche mais en donne une image tronquée, fallacieuse, où l’anthropologue n’est pas capable de démêler l’écheveau des relations car il ne reste qu’à la surface des choses. Ceci est flagrant à propos des recherches sur le tourisme dans la région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Luce Gélard, « FASSIN, Didier et BENSA, Alban (dir), 2008, Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 311-313.

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « FASSIN, Didier et BENSA, Alban (dir), 2008, Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2931

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org