Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

EMENYONU, Ernest N., 2008, War in African Literature Today, African Literature Today 26 (numéro spécial)

Woodbridge, James Currey & Ibadan, HEBN Publishers, 176 p.
Françoise Ugochukwu
p. 309-311
Référence(s) :

EMENYONU, Ernest N., 2008, War in African Literature Today, African Literature Today 26, (numéro spécial), Woodbridge, James Currey & Ibadan, HEBN Publishers, 176 p.

Texte intégral

1Ce volume d’African Literature Today rassemble 11 articles et 17 comptes-rendus d’ouvrages, attirant l’attention sur le nombre important d’écrits inspirés par les conflits africains depuis les années 1960. Le sujet a été abordé sous plusieurs angles - régional, national et continental ; certains auteurs offrent une analyse comparée des visions artistiques et des techniques littéraires des écrivains, d’autres ont choisi de se pencher sur des œuvres particulières. La réflexion a porté sur la façon dont les nombreux écrivains recensés ont rendu le caractère cataclysmique de la guerre, ses conséquences et les leçons qu’on peut en tirer. Elle s’est aussi attachée à montrer le rôle de l’écrivain comme témoin historique, quelle que soit la forme de ses écrits - roman, nouvelle, pièce de théâtre, poème ou mémoires.

2Sur les 173 pages dédiées à la littérature de guerre, 83, soit près de la moitié, sont consacrées à la guerre civile nigériane, considérée comme séminale, les autres conflits étudiés étant ceux de l’Erythrée et du Zimbabwe. Les auteurs mettent le doigt sur les difficiles relations entre les Igbo et le reste du Nigeria, rappellent les faits qui ont cimenté l’identité biafraise, démontrent que la guerre aurait pu être évitée et mettent en avant son côté destructeur à partir d’une étude de la symbolique de la folie chère à Achebe. Ces chapitres offrent un nouvel éclairage sur le conflit, permettent de découvrir le premier ouvrage de fiction publié par Achebe peu après la reddition biafraise, et Sunset at Dawn (1981) d’Ike, roman non encore traduit en francais, mis en avant comme la chronique d’un sacrifice monumental mais consenti. Le chapitre 5 vient ajouter au nombre important d’études sur Emecheta et éclaire aussi bien le rôle joué par la communauté dans la transmission des valeurs et de la culture, que la responsabilité des élites (féminines en particulier) dans l’écriture de l’histoire. Le chapitre 9, consacré à une étude des mémoires de guerre (2004) d’Effiong, vice-président biafrais, démontre la valeur de ce type d’écrits qui permettent un questionnement de la version officielle de l’histoire. La position adoptée par Effiong, qui dit avoir été acculé à embrasser la cause biafraise pour des raisons essentiellement pratiques - sa vie étant menacée - alors qu’il restait profondément convaincu de l’erreur de la sécession, se situe à mi-chemin entre les poèmes d’Okigbo et les mémoires d’Obasanjo et permet de toucher du doigt la complexité des positions face à la guerre civile.

3Les chapitres deux, sept et huit offrent un éclairage précieux sur la lutte de libération de l’Erythrée et surtout sur le conflit actuel au Zimbabwe, évoquant leur arrière-plan historique et le rôle qu’y ont joué l’éducation, la propagande et le racisme. Illustrant l’interrogation identitaire provoqué par ces conflits internes, les trois études élargissent le débat sur le lien entre écriture et engagement politique et prouvent que la littérature n’est qu’un moyen différent de dire la guerre, ses chants, ses relations entre ethnies et entre hommes et femmes, et sa relation à l’histoire. Le chapitre 6, une étude comparée des écrits de prison de Soyinka, Ngugi et Saro-Wiwa, propose une réflexion sur les droits de l’homme et « un éloquent témoignage sur la gouvernance répressive caractérisant le continent » (p. 72). Le rôle des trois écrivains étudiés est mis en valeur comme défiant la culture de la peur entretenue par l’abus de pouvoir.

4Les auteurs - 33 dont 26 Nigérians, spécialistes de littérature africaine anglophone et comparée -, offrent une réflexion sur le malaise dont souffre l’Afrique, et démontrent l’impact de la guerre civile nigériane sur l’étude des autres conflits du continent et sur la moisson littéraire née de la guerre. Ils déplorent le peu d’intérêt suscité jusqu’ici par cette littérature et invitent à de nouvelles études qui puissent aider à mieux comprendre les tenants et les aboutissants de ces crises. L’ouvrage, qui présente l’Afrique comme un continent en deuil, est une sobre évocation des conflits qui la déchirent et de leur impact humain, politique et économique. Il rappelle au lecteur que de nombreux écrivains africains actuels “sont soit des produits de la guerre ou inspirés par elle, et continuent de présenter l’image de ces conflits à tous ceux qui veulent bien les voir” (p. 13) et met en valeur le rôle le rôle-clef joué par les écrits étudiés dans la compréhension des conflits passés et présents et de leur contribution aux efforts faits pour promouvoir justice et réconciliation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « EMENYONU, Ernest N., 2008, War in African Literature Today, African Literature Today 26 (numéro spécial) », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 309-311.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « EMENYONU, Ernest N., 2008, War in African Literature Today, African Literature Today 26 (numéro spécial) », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2929

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org