Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

DUCARD, Dominique et NORMAND, Claudine (dir.), 2006, Antoine Culioli, un homme dans le langage : originalité, diversité, ouverture

Paris, Ophrys, 378p.
Sylvester Osu
p. 303-307
Référence(s) :

DUCARD, Dominique et NORMAND, Claudine (dir.), 2006, Antoine Culioli, un homme dans le langage : originalité, diversité, ouverture, Paris, Ophrys, 378p.

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les Actes d’un colloque organisé en 2005 au Centre International de Cerisy-la-Salle par D. Ducard et C. Normand. Il met l’accent sur l’ouverture du modèle culiolien (appelé T.O.P.E. pour Théorie des Opérations Prédicatives et Enonciatives) à d’autres champs de recherche en sciences humaines et sociales, tels l’anthropologie, les neurosciences, la philosophie, la psychologie, la psychanalyse, la traduction, la logique et la sémiotique.

2L’ouvrage commence par une courte présentation dans laquelle les deux éditeurs scientifiques expliquent leur choix d’organiser le colloque duquel il est issu, et il se termine par le témoignage de C. Fuchs. Vient ensuite « Seuils, passages, sauts », une contribution de D. Ducard dans laquelle celui-ci soutient que Culioli prolonge la visée de Saussure en ce qui concerne le rapport entre langage et langue, puis souligne l’ouverture de la démarche culiolienne vers d’autres domaines d’activités notamment la robinetterie, la maçonnerie et vers d’autres disciplines (philosophie, neuropsychologie, physique, biologie), tout en puisant dans des langues diverses. Il rappelle également les fondamentaux de l’approche culiolienne.

3L’essentiel de l’ouvrage est sinon, composé de deux parties majeures. Une partie intitulée « Rencontres » réunit des contributions qui relèvent de différents domaines connexes aux sciences du langage. Ces domaines confrontent leur propre questionnement et point de vue sur le langage avec ceux de Culioli. Une autre partie intitulée “Questions linguistiques” vise à allier la réflexion théorique à l’étude de cas. L’ouvrage contient également deux autres témoignages de S. Fischer et D. Paillard. On peut lire au travers de ces témoignages l’histoire de la théorie de Culioli, son fondement et son devenir.

4Dans le premier témoignage, intitulé Une démarche pionnière : le BCG, S. Fisher rappelle les séances de discussions dites BCG entre B pour François Bresson (psychologue généticien et expérimental), G pour Jean-Blaize Grize (logicien) et C pour Antoine Culioli. Dans le deuxième témoignage intitulé De la reconnaissance D. Paillard explore ce qu’il désigne comme l’“espace culiolien” c’est-à-dire à la fois la TOPE, le programme qui la sous-tend et les modes de présence de ceux qui occupent cet espace, à commencer par A. Culioli lui-même qui tel un maçon, prend un objet qu’il ne connaît pas, le regarde sous toutes les faces... pour le (re­connaître (cf. p. 169). A travers l’examen de trois textes de Culioli, Paillard réagit face à une lecture restrictive des enjeux véritables du modèle culiolien et nous invite à une lecture plus ouverte. Dans le troisième témoignage, C. Fuchs rappelle que la théorie de Culioli est une théorie qui se caractérise par le non-conformisme et la hardiesse, le décentrement et l’ouverture, une théorie qui exige que l’on n’occulte jamais rien de la complexité des faits.

5La première partie commence par la contribution de J.B. Grize, intitulée “Métalinguistique et/ou métalogique”. Pour Grize, on peut rapprocher la logique naturelle de la linguistique de l’énonciation puisque dans l’une et l’autre cas, il s’agit de mettre en évidence des opérations de pensée.

6Dans “Opérations métalinguistiques et traces linguistiques”, J.P. Desclés revient sur une caractéristique essentielle du programme d’A. Culioli. C’est que les énoncés sont le produit d’un enchaînement, ou encore le produit de l’interaction d’un ensemble fini d’opérations qui sous-tendent l’activité langagière. Ces opérations étant représentées dans les langues par des marqueurs qui en sont les traces, il incombe au linguiste de construire un système de représentations métalinguistiques qui permet de décrire le plus finement possible de quelle(s) manière(s) les marqueurs représentent ces opérations. Pour Desclés, une telle description fine doit toutefois se faire en rapport avec des architectures cognitives explicitées, comme par exemple, l’architecture polystratale à trois niveaux de description - que Desclés lui-même propose dans sa propre utilisation du programme culiolien -, afin de préciser les rapports entre ces opérations et leur implantation sur le substrat neuronal du cerveau.

7Sinon, aussi fine soit-elle, une telle analyse risquerait de ne pas contribuer au développement de notre connaissance des propriétés cognitives de la faculté énonciative appréhendée au travers des langues et des textes. Aussi, Desclés montre dans cette perspective qu’est la sienne, comment à partir d’exemples, on peut construire différents niveaux de représentations identifiés par Culioli pour faire apparaître des différences sémantiques.

8Dans “L’articulation des noms propres”, P. Boudon s’interroge sur l’usage des noms propres lorsque ceux-ci servent à désigner des personnes et sur le pouvoir de leur fabrication et leur mode d’insertion dans des énoncés. Or, les noms propres, c’est une question au carrefour, de la linguistique, de l’anthropologie, de la sémiotique et de la psychanalyse. C’est aussi un élément complexe qui en linguistique à proprement parler, articule des problèmes liés à la sémantique, à la morphologie et à la syntaxe. Cela rejoint la position de Culioli pour qui il ne doit pas exister une barrière entre les différentes branches de la linguistique car certains phénomènes dans le langage nécessitent la prise en compte des points de vue relevant des différentes branches pour les comprendre.

9L’objectif de M. A. Soubbotnik dans “L’énoncé de l’ordinaire”, c’est de souligner l’apport de la linguistique des opérations prédicatives et énonciatives à la philosophie analytique du langage dans la lignée d’Austin (de l’école philosophique d’Oxford) et de Wittgenstein. Mais plus encore que cet apport, Soubbotnik met en lumière les éléments essentiels qui témoignent de la rencontre des deux approches du langage. Par exemple, elles appréhendent de façon similaire la relation entre le langage et les langues. De même, elles conçoivent toutes deux le langage comme une activité.

10Partant du constat que le langage chez Culioli est une activité qui met en jeu des opérations d’ordre linguistique et l’intersubjectivité (considérée aussi comme un rapport entre locuteur et auditeur, parler et écouter, bref, le sujet parlant), G. Bergounioux tente de montrer en quoi le programme culiolien fait une place à la réflexion sur un thème peu traité en linguistique : l’endophasie c’est-à-dire, la parole intérieure.

11Quant à la contribution de J. Caron, elle a un double objectif : montrer en quoi les caractères essentiels du paradigme cognitiviste s’opposent à une démarche de type culiolien ; puis en s’appuyant sur quelques travaux psychologiques inspirés par le modèle de Culioli, montrer en quoi l’évolution actuelle du même paradigme cognitiviste offre à la démarche culiolienne un cadre beaucoup plus accueillant.

12Dans “Opérations énonciatives et processus psychiques”, L. Danon-Boileau souligne d’abord une différence majeure entre la perspective culiolienne selon laquelle le langage est une activité qui sous-tend un ensemble réglé d’opérations énonciatives, et la perspective psychanalyste selon laquelle le langage est plutôt une conjonction d’un sens et d’une force. Les deux approches peuvent se rejoindre cependant, si elles articulent la dimension dynamique du langage à la question du sens et des formes.

13A travers les termes sanscrit maryādā (terme féminin) qui désigne un objet, une motte de terre, un poteau, une pierre qui sert de borne mais aussi le but que doivent atteindre les coursiers ou les coureurs ou encore une cible qu’il ne faut pas manquer, la limite à ne pas franchir ; puis sīman (terme masculin) qui désigne le sillon, C. Malamoud revisite le concept culiolien de frontière telle qu’elle délimite l’intérieur par rapport à l’extérieur du terrain du sacrifice et inversement, l’extérieur par rapport à l’intérieur. Ce faisant, il parvient à nous présenter la notion de ’limite’ dans l’Inde védique aussi bien dans les rites que dans son usage dans la langue. On a là une illustration parfaite de ce que l’on peut faire en anthropologie avec des concepts issus du programme culiolien.

14Avec des exemples choisis en philosophie, J.P. Lefebvre illustre les difficultés auxquelles est confronté le traducteur qui va de l’allemand au français. Ce faisant, l’auteur met en relief un point crucial du programme culiolien selon lequel il est indispensable de cerner le mode de fonctionnement spécifique des unités des langues, leur contribution à la constitution du sens de l’énoncé dans lequel elles apparaissent, puis la singularité des langues dans leur rapport avec le langage lorsqu’on cherche à mieux traduire les textes d’une langue à une autre.

15La deuxième partie s’ouvre sur l’article d’A. Montaut. Prenant deux exemples l’aoriste et le contrefactuel, deux formes simples du paradigme verbal élémentaire en hindi / ourdu, elle illustre le concept de décrochement chez Culioli. Ce concept implique que le sujet énonciateur se construit comme fictivement disjoint du temps de l’énonciation.

16Les contributions de S. Aoki, E. Gilbert et A. Deschamps ont une visée contrastive. Ainsi, dans “Impressif et énonciation en français et en japonais” Aoki nous livre une analyse énonciative et donc novatrice de cet ensemble de phénomènes connus sous les noms de ’onomatopées’ et ’idéophones’ mais pour lesquels l’auteur emploie l’étiquette “impressif”. Aoki tente de rendre compte du rapport entre l’impressif et la subjectivité à travers le concept de ’notion’ chez Culioli. On peut regretter cependant, qu’il n’ait pas pris en compte les divers travaux sur les idéophones dans les langues africaines, ce qui lui aurait permis de préciser davantage la différence entre onomatopées et idéophones.

17E. Gilbert examine les prépositions ’over’ et ’above’ en anglais afin d’illustrer le type de questionnement et raisonnement que le modèle culiolien inspire. Sa conclusion est que les prépositions n’ont pas de sens. Ce sont en revanche, des marqueurs d’opération qui vont participer à la construction de tel ou tel sens en fonction des arguments qu’ils reçoivent.

18Pour A. Deschamps les verbes de parole dans une construction de complémentation ayant des propositions non finies (par ex. : Nous demandons à venir ; We want to come) sont des marqueurs de relation. Ces relations peuvent être entre des arguments ou des relations prédicatives. Il faut donc cerner les formes schématiques de ces prédicats. Et c’est ce qu’il réussit à faire brillamment à travers quelques exemples des verbes déclaratifs, en particulier dire (en français) et say (en anglais).

19Dans “Traduction et fonctionnement du langage”, J. Guillemin s’appuie sur une analyse du plus que parfait en français et le pluperfect, son équivalent en anglais, pour montrer comment les outils forgés dans le cadre des opérations énonciatives permettent d’éclairer les phénomènes langagiers qui se dégagent des textes et de leurs traductions.

20Dans “Invariance culiolienne”, S. de Vogué s’interroge sur un malentendu qui pourrait exister dans l’usage du concept d’invariant chez Culioli au sens où l’on est encouragé à chercher ce qui dans le langage est le plus généralisable, et ce qui dans chaque langue est le plus singulier. Un malentendu entretenu par entre autres choses, l’absence chez Culioli, de définition stable du terme ’invariant’. Elle propose des moyens de lever cette ambiguïté.

21Dans “Forme”, J. Franckel et D. Lebaud s’interrogent sur l’identité de ce mot afin de dégager sa forme schématique c’est-à-dire “un instantané du mot, dont les valeurs ne se manifestent jamais que déployées dans la diversité de ses emplois”. Il s’agit de voir ce qui relie les emplois ordinaires et les emplois techniques (où il fonctionne comme méta-terme). Par exemple, que signifie mettre un exposé en forme ? Ou alors auditionner un candidat pour la forme ? A quoi renvoie une forme particulièrement virulente de grippe ? Ou encore une visite de pure forme ?

22A travers l’analyse des pseudo-clivées, A.C. Berthoud montre comment les structures linguistiques configurent l’interaction, et comment l’interaction configure les structures linguistiques.

23En examinant /je, me, moi/ dans l’énoncé, D. Leeman soutient le point de vue selon lequel les trois formes ne sont pas de simples variantes morphologiques mais des unités linguistiques à part entière associées chacune à un signifié.

24Enfin, C. Normand tente d’expliquer pourquoi elle rapproche le travail de Culioli à une poétique comme chez Aristote - elle reconnaît cependant que le terme poétique n’est pas totalement approprié -, à une épopée à épisodes et péripéties multiples comme chez Homère, et à une éthique des passions bonnes comme chez Spinoza. C’est une poétique qui donne les principes pour aborder, analyser et représenter le langage (p. 365). C’est une pratique par la mise en œuvre d’une méthode qui fait sa place à l’imprévu, prépare à le saisir, fait surgir de nouveaux phénomènes et avec eux de nouveaux problèmes. C’est enfin une éthique, qui nous apprend à admettre que le héros aux mille tours ne peut jamais être complètement saisi, rangé, catalogué, et que sans cesse il échappe et prolifère de façon irrationnelle et le plus souvent imprévisible ; si bien que continuer à le poursuivre suppose un choix de vie et manifeste un enjeu subjectif.

25Cet ouvrage de 378 pages, unique en son genre, montre que l’apport du modèle culiolien dépasse le cadre restreint de la linguistique interne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvester Osu, « DUCARD, Dominique et NORMAND, Claudine (dir.), 2006, Antoine Culioli, un homme dans le langage : originalité, diversité, ouverture », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 303-307.

Référence électronique

Sylvester Osu, « DUCARD, Dominique et NORMAND, Claudine (dir.), 2006, Antoine Culioli, un homme dans le langage : originalité, diversité, ouverture », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2924

Haut de page

Auteur

Sylvester Osu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org