Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

DIKIDIRI, Marcel (dir.), 2008, Le vocabulaire scientifique dans les langues africaines, Pour une approche culturelle de la terminologie, avec les contributions de Edema Atibakwa Baboya, Mercedes Suarez de la Torre, Antoni Nomdedeu Rull, Chérif Mbodj

Paris, Karthala, 300 p.
Paulette Roulon-Doko
p. 300-303
Référence(s) :

DIKIDIRI, Marcel (dir.), 2008, Le vocabulaire scientifique dans les langues africaines, Pour une approche culturelle de la terminologie, avec les contributions de Edema Atibakwa Baboya, Mercedes Suarez de la Torre, Antoni Nomdedeu Rull, Chérif Mbodj, Paris, Karthala, 300 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage qui réunit les contributions de cinq auteurs fait le bilan d'une recherche collective poursuivie sur cinq ans. Ayant constaté que « tout homme construit son identité et progresse en accumulant des expériences grâce auxquelles il acquiert une maîtrise toujours plus grande de son environnement. Les nouveautés y sont comprises. Interprétées et dénommées en fonction des ressources de la langue et de la grille de lecture qu'offre la culture » (4ème de couverture) ils posent comme axiome de la méthode de terminologie qu'ils proposent que « la dimension culturelle [est] essentielle dans l'approche de la terminologie en langues africaines » (p.11).

  • 1 Dans le compte rendu, les noms des différents auteurs sont abrégés de la façon suivante, Marcel Dik (...)

2Une première partie intitulée La théorie regroupe 6 chapitres. Affirmant (ch.1) qu'« en tant que véhicule privilégié du transfert des connaissances et des idées, la langue joue un rôle irremplaçable dans [la] formation [de chacun] et donc dans tous les processus de développement scientifique » (p. 15), MDK1 présente en pyramide la situation plurilingue en Afrique avec, à la base, le niveau des langues vernaculaires proches de la vie traditionnelle, au sommet le niveau des langues européenne héritées de la colonisation à rôle dominant dans l'enseignement, l'administration, etc., et entre les deux, le niveau des langues véhiculaires, lieu privilégié de synthèse entre tradition et modernité. Il définit enfin la terminologie comme « une des activités indispensables au développement d'une langue pour s'adapter à de nouveaux besoins ». (p. 17). MDK présente ensuite (ch.2) en parallèle, pour l'individu : son histoire personnelle, l'activité de mémorisation dite « activité cognitive de la mémoire » (p. 22) et la catégorisation du 'nouveau' pour parvenir à en faire une expérience intégrée ; et pour la communauté humaine : une historicité collective, une mémoire collective, l'onde de choc du nouveau extérieur, atténué lorsqu'il vient de l'intérieur du groupe, tandis que la nouveauté intégrée devient à son tour un archétype. Il définit enfin la culture comme « l'ensemble des expériences vécues, des productions réalisées, et des connaissances générées par une communauté humaine vivant dans un même espace, à une même époque » (p. 29) soulignant que la culture régit la vision du monde de chaque groupe. Le ch.3, Conceptualisation, dénomination et perception culturelle, est à deux voix. MDK traite du signifié et du concept dans la dénomination, prenant en compte trois axes de description : le signifiant, le signifié et le concept. A partir de l'exemple de la bicyclette (roues de caoutchouc, cheval de fer, quatre pieds) (p. 43) il parle du signifié comme d'un pointeur vers le concept, et propose de l'appeler percept. EAB traite ensuite des processus qui vont du langage à la terminologie, proposant de dessiner « la courbe de signifiance des termes » (p. 44) à travers les trois fonctions du langage, a) descriptive et taxinomique, b) motivation (métaphore, métonymie) et c) argumentative et connotative, situant la terminologie entre motivation et argumentation. (p. 51). Au ch.4 Approche culturelle de la dénomination en terminologie, EAB illustre avec des exemples africains, la démotivation « neutralisation du déjà connu » puis la remotivation « réactivation du déjà oublié » d'un terme (p. 65), témoignant que « dès l'instant où le culturel est manifesté dans la langue, le nouveau peut être appréhendé, en partant du passé » (p. 53) tout en mentionnant bien le problème des sources pour les langues orales et la nécessité de reconceptualiser tout objet extérieur à une culture. Au ch.5 La construction du signifiant, EAB propose une grille de néologie des formes basée sur une étude morphologique qui aura dû être effectuée en amont. Il prend successivement deux exemples pour illustrer la variété des ressources possibles. Le lingala, langue bantou, dont il présente l'importante dérivation (jeu des préfixes pour les noms, et des extensions pour les verbes) et le sango, langue oubanguienne à faible morphologie qui recourt par contre très largement à la composition. Je regrette, à ce propos, que la délimitation entre composé et syntagme non figé soit passée soussilence. Enfin il examine les modifications phonétiques d'appropriation par la langue réceptrice que doivent subir les emprunts. Au ch.6, Norme, culture et communication, MDK définit la norme terminologique qui « vise toujours à garantir l'excellence de la communication spécialisée grâce à une précision maximale... » (p. 102) comme une « référence sociale définitoire d'excellence » (p. 103). Il constate que les deux mouvements apparemment opposés, ascendant pour la normalisation (améliorer un standard basique) et descendant pour la standardisation (rendre accessible une norme venant de spécialistes) visent un même objectif, signalant d'ailleurs que le terme anglais « standardization recouvre les deux concepts » (p. 107). Ayant décidé que la « langue commune » d'un groupe est notre « standard » (p. 108), il préfère parler de discours spécialisés plutôt que de langues de spécialité, constatant que la normalisation des discours de spécialité permet ensuite de les intégrer dans la langue générale. Ayant enfin précisé ce qu'est un domaine de spécialité, il conclut qu'il est important de les structurer par la normalisation et la standardisation.

  • 2 Réseau International Francophone d’Aménagement Linguistique.

3Une seconde partie est consacrée à la méthode. Dans le ch.7 Description de la méthode, MDK pose tout d'abord les préliminaires que sont l'établissement du cadre sociolinguistique - échelle, secteur et visée -, et la collecte des données aussi bien en langue source qu'en langue cible, conseillant de faire une étude du point de vue culturel agissant pour la source afin de le reconceptualiser dans la culture d'accueil, en fonction de ses points de vue culturels. Ayant établi deux listes à analyse comparativement, il retient trois cas de figure : des équivalents immédiats, des quasi-équivalents (mouton ~ mutton / sheep ; 2 termes avec des sèmes divergents) et des concepts sans équivalents. Vient alors l'étape de l'établissement des équivalences : homologation des convergences, résolution des divergences et traitement des variantes pour lesquelles il souligne l'équilibre à trouver entre la biunivocité terminologique recherchée et la variation dénominative existante (H20 ~ eau, par ex.). Il s'agit ici d'instrumentaliser une langue (p. 122). Enfin pour organiser les données terminologiques, il propose tout d'abord de les modéliser distinguant la base de données (ensemble des données collectées) de la banque de données (système de gestion de données structurées) et précise que le lexique est un sous-produit possible d'une banque de données. Il rappelle ensuite l'intérêt, pour découper les informations et les atteindre facilement, du fichier terminologique dont il convient de définir la liste des champs (modèle ISO 12620) ainsi que les relations structurelles entre les champs (modèle ISO 16642 TMF), illustrant cela dans une annexe présentant la fiche commune du RIFAL2 (pp. 134-142). Enfin l'étape d'évaluation où il distingue trois niveaux, la vérification des résultats, la mise en place d'une veille néologique et d'une veille socioterminologique. Il conclut en précisant qu'une terminologie établie et engrangée dans une banque de données suit pour sa diffusion les méthodologies habituelles en aménagement linguistique. Au ch.8 L'importance des données des ethnosciences pour une terminologie culturelle intégrée, EAB présente la quête des sources qui doit puiser dans le réservoir des savoirs traditionnels. Il rappelle l'importance de la démarche encyclopédique et la nécessité d'entretenir la mémoire collective surtout dans les domaines techniques souvent délaissés. Ensuite, il s'intéresse au transfert de technologie pour les langues africaines qui exige à la fois une description terminologique des technologies traditionnelles et une « mise en évidence du mode d'appropriation des technologies modernes arrivant en Afrique » (p. 148). Il recense les principaux obstacles que sont la transmission orale (aperçu diachronique très limité), le goût du secret courant pour certains types de savoirs en Afrique et la rupture due à la colonisation (activités interdites, activités dissimulées, descriptions très sommaires des observateurs). Puis il s'interroge sur comment localiser la modernité des langues africaines pour faire prendre à une technologie importée des couleurs locales.

  • 3 Je renvoie, sur ce sujet, le lecteur au livre d'Henry Tourneux, 2006, La communication technique en (...)

4La troisième partie présente huit cas d'Applications pratiques qui éprouvent la méthodologie proposée. Sans entrer dans le détail de ces études, je les recense pour en montrer la diversité. La première (ch.9) est une étude collective (MDK, ANR et MST) portant sur la Variation terminologique dans les textes de vulcanologie. La seconde (ch.10) d'ANR porte sur la Variation dénominative et conséquences conceptuelles à propos de la terminologie espagnole du football. EAA propose ensuite (ch.11) une réflexion sur la Terminologie africaine par des exemples, le nom de Dieu, la traduction du terme dictionnaire et l'importance d'une prise en compte des sources premières et de leur inventaire qui reste souvent à faire. Au ch.12, MDK pour le sango, CM pour le wolof et EAA pour le lingala étudient Des lexiques en langues africaines pour l'utilisateur de l'ordinateur réalisant ainsi comme « une sorte de test en laboratoire pour observer l'impact de la néologie terminologique sur les sociétés humaines en général et 1a2fricaines en particulier. » (p. 237). Puis au ch.13, MDK présente la problématique3 utilisée pour établir une terminologie des ravageurs du coton en peul du Nord-Cameroun, l'exemplifiant avec la dénomination du Spodoptera, la perception locale des pucerons et comment dénommer les ravageurs invisibles. Suit une analyse de MDK sur La traduction en sango de la déclaration des droits de l'homme (ch.14), puis une comparaison entre Terminologie européenne et terminologie africaine par EAA (ch.15), et enfin une réflexion sur Terminologie africaine et mondialisation par MDK (ch. 16). Une bibliographie clôt l'ouvrage.

  • 4 4ème de couverture.

5Avec des chapitres courts et bien structurés, ce livre, d'une lecture aisée, apporte une contribution innovante sur la terminologie et atteste que « la méthode, conçue initialement pour les pays africains en développement, se révèle donc aussi efficace dans tous les cas où un peuple désirepréserver son identité culturelle et linguistique dans un contexte de mondialisation »4.

Haut de page

Notes

1 Dans le compte rendu, les noms des différents auteurs sont abrégés de la façon suivante, Marcel Dikidiri (MDK), Edema Atibakwa Baboya (EAB), Mercedes Suarez de la Torre (MST), Antoni Nomdedeu Rull (ANR), et Chérif Mbodj (CM).

2 Réseau International Francophone d’Aménagement Linguistique.

3 Je renvoie, sur ce sujet, le lecteur au livre d'Henry Tourneux, 2006, La communication technique en langues africaines, l'exemple de la lutte contre les ravageurs du cotonnier (Burkina Faso / Cameroun), recensé dans le Journal des Africanistes 78-1-2, pp. 355-357.

4 4ème de couverture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « DIKIDIRI, Marcel (dir.), 2008, Le vocabulaire scientifique dans les langues africaines, Pour une approche culturelle de la terminologie, avec les contributions de Edema Atibakwa Baboya, Mercedes Suarez de la Torre, Antoni Nomdedeu Rull, Chérif Mbodj », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 300-303.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « DIKIDIRI, Marcel (dir.), 2008, Le vocabulaire scientifique dans les langues africaines, Pour une approche culturelle de la terminologie, avec les contributions de Edema Atibakwa Baboya, Mercedes Suarez de la Torre, Antoni Nomdedeu Rull, Chérif Mbodj », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 21 juillet 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2922

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org