Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

COLOMBEL, Véronique et Micheline LEBARBIER (dir.), 2008, Etapes de la vie et tradition orale, Conceptions universelles et expressions particulières

Leuwen, Paris, Walpole M.A., Peeters, 320 p.
Paulette Roulon-Doko
p. 294-296
Référence(s) :

COLOMBEL, Véronique et Micheline LEBARBIER (dir.), 2008, Etapes de la vie et tradition orale, Conceptions universelles et expressions particulières, Leuwen, Paris, Walpole M.A., Peeters, 320 p

Texte intégral

1Une introduction à deux voix organise en deux parties - qui ne sont plus prises en compte ensuite - cet ouvrage qui, de fait comporte 13 articles regroupés en 6 parties ayant chacune un titre. Véronique de Colombel y présente le cadre institutionnel où s'est développé cette réflexion collective et souligne la démarche des participants pour illustrer les "étapes socioculturelles de la vie et l'universalité de l'affirmation d'identité" en interrogeant aussi bien des récits de la tradition orale que la tradition historique, ou encore le témoignage et les paroles des participants aux rituels étudiés. Micheline Lebarbier s'interroge ensuite sur la place de l'observateur à propos de la "construction, l'expression et le devenir de l'imaginaire social" dans la tourmente du monde contemporain.

2La première partie Récits africains compte 3 études. Etudiant La destinée des maltraités ouldémés du Nord-Cameroun, Véronique de Colombel situe tout d'abord les quatre textes qu'elle a retenus par rapport à l'ensemble de ses contes publiés1 en 2005. Elle en fait ensuite une analyse contrastive qui est l'occasion de décrire les conditions de vie de ces agriculteurs montagnards et d'évoquer les pratiques de rejet de ces enfants 'différents' bien éloignées de leur traitement dans les contes, où un parcours initiatique fait intervenir un monde surnaturel qu'ils doivent ensuite respecter pour conserver la prospérité acquise. Margaret Dunham cherche dans le conte de Misiru2 ou les étapes de la vie chez les Valangi de Tanzanie qui sont des agriculteurs éleveurs vivant en altitude, très largement islamisés, à reconstruire des éléments de leur vie traditionnelle, notamment les étapes du mariage. Enfin, Gladys Guarisma, après avoir présenté les grandes lignes de cette langue bantoue et défini les principaux genres de leur littérature orale, analyse un récit sur L'origine de la mort chez les Bafia peuple d'agriculteurs du Cameroun. La mort dont le nom est Mort se présente comme le fils de l'Ancêtre créateur. C'est lui qui initie les humains à la sexualité et à la procréation, mais c'est aussi lui qui, une fois leur postérité assurée, donnera la mort à la fille qu'on lui refuse.

3Les trois parties suivantes ne comportent chacune qu'une seule étude. S'intéressant à L'entrée en chevalerie Anne Behaghel-Dindorf montre la façon dont les chansons de geste du Moyen Age en France qui sont les premiers textes oraux profanes en français ont transformé l'image que la société avait, à l'époque, de de l'adoubement. Prithwindra Mukherjee nous conduit en Inde à la découverte d'un rituel d'initiation l'upanayana. Ayant rappelé le rôle des castes dans l'initiation, et décrit les caractères, moments, et raisons de cette initiation, il propose l'étude d'un cas, le sien, puis s'interroge sur la "difficulté actuelle du maintien des castes et des pratiques initiatiques" (p. 140). Michèle Chiche étudie ensuite La bar-mitsvah, rite de passage dans la tradition juive qui concerne les garçons de 13 ans. Définissant le judaïsme comme une "méritocratie" (p. 148), elle souligne le rôle de l'apprentissage de la torah qui doit être terminé au moment de cette initiation. Elle signale que de façon récente, les femmes ayant accès à la torah comme les hommes, il se pratique une version féminine pour les filles âgées de 12 ans. L'article se termine par la description de la fête qui accompagne ce passage à l'âge adulte de l'adolescent juif.

4La cinquième partie regroupe quatre articles qui traitent tous du thème de la mort dans des cultures d'Europe de l'Est. Micheline Lebarbier situe tout d'abord la place des rutuels funéraires en Roumanie, pays majoriatirement orthodoxe, avant de présenter les contes facétieux de son corpus de référence. Elle présente en détail les différents types de morts qui interviennent dans ces contes et dont le cadavre est systématiquement malmené, illustrant ainsi la façon dont "la mort dans la société traditionnelle roumaine [...] a été soit magnifiée dans l'hyperbole, soit caricaturée dans une parodie grotesque" (p. 192). Marijana Petrovic s'intéresse à "un rite de passage dans l'au-delà chez les Valaques de serbie, La pomana à Valakonje", village dont elle est elle-même originaire et où elle a fait plusieurs mois de terrain. Il s'agit d'un repas dédié au mort, la septième année après sa mort. suit une étude détaillée de ces rituels et de leur transmission ainsi qu'une interrogation sur leur devenir. Marianne Mesnil propose une réflexion sur une approche comparative entre Occident et Balkans concernant Le corps et la mort. Enumérant ses expériences de terrain qui l'ont confronté à la mort roumaine, elle y perçoit une familiarité, une commensalité, une encadrement rituel bien établi et distribué entre laïcs et religieux qui contrastent avec ce qu'en dit "la littérature des historiens de la culture de la mort en Occident" (p. 229). Enfin, Ioana Andreesco étudie les maisons de l'âme en Olténie roumaine. Partant de l'offrande funéraire sârindar, elle présente des récits de rêves recueillis avant et après la chute du communisme, qui montrent le souci des vivants pour leur future demeure dans l'au-delà.

5La dernière partie regoupe sous le titre Le monde contemporain et la tradition deux études. Celle d'Elizabeth Motte-Florac nous conduit au Mexique, chez les Purhépecha, des agriculteurs montagnards vivant en auto-susbsistance où la richesse n'est pas commune. L'histoire étudiée raconte comment devenir riche en capturant un être surnaturel nommé ici le familiar-japinhwa, une sorte d'animal sans nez ni yeux qui défèque de l'argent. L'enrichissement surnaturel qu'il procure à son propriétaire disparaît à la mort de celui-ci. Elle analyse alors les différents aspects de ce "donateur aliénateur" (p. 270) qu'elle confronte aux divinités préhispaniques de l'"espace non domestiqué" (p. 272) dit monte, puis aux diablotins familiares, bienfaisants ou malfaisants, venus d'Espagne avec le christianisme. Suit une présentation des biens et de leur inaliénabilité qui rappelle les conditions climatiques peu favorables, souligne la richesse que constitue une bonne récolte et la grande valeur accordé aux bœufs. L'auteur s'attache à cerner les particularités du bénéficiaire qu'elle désigne comme un "aliénataire aliéné" toujours réduit à une grande solitude. Elle montre que la découverte du monde surnaturel par la trouvaille d'un familiar-japinhwa est un passage sans préparation, sans initiation, mais paradoxalement aussi une initiation sans passage puisque cette histoire "initie l'auditeur à sa condition d'être humain" (p. 289) lui ouvrant "des espaces de rêves" tout en l'amenant à se questionner sur "l'opportunité d'un enrichissement individuel" (p. 291). Elle conclut sur l'évolution actuelle de cette société. La dernière étude La tradition est la mort des Ancêtres nous conduit en pays kurumba au Burkina Faso. Bernard-F Gérard y a constaté que "le père relevait moins de la procréation biologique que du langage" (p. 298). A sa mort, l'individu se fond au sein des Ancêtres, mais son nom lui se conserve et pourra retourner parmi les vivants. Il étudie en particulier ce nom dit le « né-trouvé » qui attend un enfant et en fait un homme qui devra à son tour le transmettre. En annexe, l'auteur donne de nombreux témoignages attestant "du né-trouvé comme structure et permanence d'un ordre coutumier nécessaire mais menacé par une modernité intrusive" (p. 302).

6L'ouvrage se termine par le témoignage d'un enfant ouldémé qui exprime ses craintes en partant en ville, de n'être plus une « vraie personne », une fois loin de son village et de la société qui lui confère son identité (p. 312).

7Au terme de cette lecture, on s'interroge sur la véritable cohérence qui pourrait rassembler ces études, qui chacune est riche d'enseignement, mais dont l'édifice ainsi construit tient plus du patchwork que de la tapisserie de Bayeux. Chacun, en fonction de ses centres d'intérêt, lira cependant avec profit l'une ou de l'autre de ces expressions particulières dont la lecture est toujours agréable.

Haut de page

Notes

1  Colombel, V., 2005, L’idiot, l’infirme, l’orphelin et la vieille femmme. Contes ouldémés, Nord Cameroun, Paris, Peeters, 785 p.

2  Ce conte peut être écouté sur le site http://lacito.vjf.cnrs.fr/archivage/content_fr.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « COLOMBEL, Véronique et Micheline LEBARBIER (dir.), 2008, Etapes de la vie et tradition orale, Conceptions universelles et expressions particulières », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 294-296.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « COLOMBEL, Véronique et Micheline LEBARBIER (dir.), 2008, Etapes de la vie et tradition orale, Conceptions universelles et expressions particulières », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2917

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org