Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

CLAUDOT-HAWAD, Hélène (dir.), 2006, Berbères ou arabes ? Le tango des spécialistes

Paris, Non lieu/Aix-en-Provence, Irenam, 297 p.
Marie-Luce Gélard
p. 292-294
Référence(s) :

CLAUDOT-HAWAD, Hélène (dir.), 2006, Berbères ou arabes ? Le tango des spécialistes, Paris, Non lieu/Aix-en-Provence, Irenam, 297 p.2007

Texte intégral

1La question sous-jacente à cette réflexion croisée est posée dès le titre de cet ouvrage ambitieux dont on ne peut que se réjouir. En effet, la question “épineuse”, parfois et trop souvent polémique des relations et des représentations qui sous-tendent le couple complexe “Berbère / Arabes” est enfin posée. Enfin, car les oppositions que l'ouvrage déconstruit avec force pour en évoquer d'autres, demeurent l'enjeu du panel de liens étroits qui se tissent entre cet Occident (la France surtout et avant tout) et le “Monde Méditerranéen”. Berbères et Arabes pourrait-on dire, voudrait-on dire, mais l'histoire est plus complexe qu'une série d'oppositions et la somme des contributions de ce livre, pas moins de 12, nous en livre la preuve.

2Dès le début, l'ouvrage nous conduit à repenser la manière singulière dont la période coloniale a érigé ces classifications, et cet arbitraire est édifiant comme le souligne H. Claudot-Hawad (p. 16) : “Le clivage ainsi construit, mythe berbère autant qu'arabe, envahit durablement tous les modèles à penser l'histoire, la sociologie ou l'anthropologie de cette région du monde”. La question dépasse les caprices d'un découpage historique seulement issu des colonisations et souligne, de fait, l'instauration des hiérarchies à la fois théoriques et disciplinaires ; il est donc pleinement question d'interroger “les conditions de la production du savoir (p. 17)”. En effet, et les différentes contributions le soulignent, ces savoirs préconstruits et ces postulats sont stéréotypés sinon fallacieux.

3Un autre intérêt de l'ouvrage est d'avoir croisé les périodes historiques et les espaces évitant ainsi les oppositions entre périodes pré et post-coloniales, Maghreb et Occident, etc. C'est notamment le cas du texte de K. Chachoua, qui pose la question des mutations sociales urbaines et villageoises, et de cette désormais “ville au village” (p. 53), qui rend peu opérante la division “ville / campagne” ou encore celle de “nomades / sédentaires”... Comme le montre R. Bellil.

4Les lieux d'analyse se croisent également dans l'examen de l'espace migratoire, celui de l'émigration kabyle, lequel a permis “d'engager toute la réflexion sur la berbérité et surtout de proposer plus largement une autre définition de l'identité maghrébine (K. Direche-Slimani p. 188)”.

5Concernant la construction des savoirs universitaires, ils sont pleinement évoqués dans la signification politique actuelle de l'existence et du fonctionnement d'un centre de documentation berbère en France (C. Brenier-Estrine). Ou encore par l'examen d'un Magister en langue et culture amazigh en Algérie (D. Abrous).

6C'est aussi par l'examen de la politique de la France coloniale, au travers de l'étude du désormais célèbre collège d'Azrou, où de bons élèves vont recevoir une instruction spécifique en français, coupée du reste de l'enseignement marocain, que l'on mesure l'idéologie sous-jacente mais explicite d'une opposition construite : “C'est ainsi que l'administration du Protectorat réserve une place importante aux fils de l'élite locale d'origine berbère, jouant une fois encore sur la distinction entre Berbères et autres éléments composant la société marocaine, arabophones notamment” (p. 78). Plus tard, s'élabore alors une identité “berbère ou amazigh”, dans le Maroc moderne pour reprendre le titre de la contribution de E. K. Aboulkacem, dévalorisée “archaïque et inhumaine” (p. 121). On soulignera ici que la dévalorisation de l'image de soi des populations berbères n'est pas généralisable à l'ensemble du Maroc, néanmoins le système éducatif marocain va diffuser l'idée que l'histoire du royaume “commence avec l'avènement de l'islam. Devenue une matière arabisée dès le premier plan quinquennal, l'histoire confère une origine ethnique arabe aux Berbères” (p. 126).

7L'étude de la “politique berbère” de la France que S. Chaker conteste et à laquelle il substitue une “utilisation structurelle dans le champ idéologique du 'mythe berbère' à des fins politiques” (p. 143), nous conduit à l'interrogation de cette volonté contemporaine d'uniformisation par le “berbère commun” (contre les variétés régionales). “Le 'berbère commun' est une abstraction, certes linguistiquement concevable, mais qui n'aurait aucun ancrage culturel et qui ne pourrait être qu'une nouvelle 'langue de bois' pour bureaucrates et académiciens. s'engager dans la voie d'un berbère commun standard aboutirait à recréer dans le champ berbère la situation de diglossie catastrophique et bloquante de l'arabe” (p. 150).

8Et au-delà des questionnements sur l'opposition Arabes / Berbères se dessine, dans cet ouvrage, cette interrogation susmentionnée des savoirs construits, constitués, certains “terrains” confinant même à un horizon disciplinaire théorique et méthodologique qui devient vite indépassable (H. Claudot-Hawad).

9On relève enfin l'attrait que la réflexion sur l'identité peut révéler, c'est le cas des relations interactives entre Touaregs et Songhay évoquées par P. F. de Morales Farias : “En fait, les métamorphoses d'identité ethnique, ne sont que la manifestation la plus saisissante, la plus extrême, des interpénétrations culturelles constantes, qui se sont poursuivies avec une intensité et une portée variables à travers les frontières écologiques et communautaires, et qui rapprochaient éleveurs nomades, agriculteurs et autres” (p. 229). C'est l'examen des chroniques qui conduit à la brillante analyse de l'auteur vers le travail et le retravail des “références culturelles empruntées aux autres. Il est également important de ne pas oublier que le langage symbolique de l'islam peut être facilement utilisé par des institutions indépendantes de cette religion” (p. 261).

10Les métissages, emprunts et autres associations sont enfin évoqués par l'examen savant des écrits arabes des Touaregs (H. T. Norris).

11Et, au final, comme le souligne fort justement H. Bozarslan “le champ des études berbères déborde largement le cadre franco-maghrébin et présente des enjeux scientifiques d'une portée universelle” (p. 9), il est question de l'enjeu crucial des frontières entre soi et l'autre. On l'aura compris, cet ouvrage est une contribution tout à fait originale à l'étude d'un monde et des visions multiples qui le traversent, le modèlent, le modifient et le constituent, ce n'est plus le monde Berbère, ni le monde Arabe mais tout cela à la fois, et l'ouvrage nous incite à prendre la mesure de cette complexité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Luce Gélard, « CLAUDOT-HAWAD, Hélène (dir.), 2006, Berbères ou arabes ? Le tango des spécialistes », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 292-294.

Référence électronique

Marie-Luce Gélard, « CLAUDOT-HAWAD, Hélène (dir.), 2006, Berbères ou arabes ? Le tango des spécialistes », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2916

Haut de page

Auteur

Marie-Luce Gélard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org