Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

CHARPY, Jacques, 2007, Dakar. Naissance d'une métropole

Rennes, Les Portes du Large, 127 p.
Charlotte Pezeril
p. 290-292
Référence(s) :

CHARPY, Jacques, 2007, Dakar. Naissance d'une métropole, Rennes, Les Portes du Large, 127 p.

Texte intégral

  • 1 Voir Pezeril, 2008 : Islam, mysticisme et marginalité : les Baay Faal du Sénégal, Paris, l'Harmatta (...)

1Cet ouvrage historique retrace, comme son nom l'indique, la fondation de Dakar et ce, à partir des Archives coloniales françaises. Or ce corpus méthodologique est à la fois la force et la faiblesse de ce livre. La force car il est basé sur des recherches méticuleuses (Charpy ayant été le dernier conservateur des Archives de l'AOF de 1951 à 1958) qui rendent compte de l'installation de la colonisation française, de ses motivations et de ses vicissitudes, et en partie des relations instaurées avec les “indigènes”. La faiblesse car le point de vue de ces derniers justement est absent. Leurs voix sont muettes. Pourtant, pour qui s'est intéressé à l'histoire du pays dans cette période trouble de la colonisation, la prise en compte de la parole des colonisés est fondamentale dans la mesure où elle contredit plusieurs points de l'historiographie française. Dans le cas du parcours de Cheikh Ibrahima Fall, “lieutenant” de Cheikh Amadou Bamba (fondateur du mouridisme) et initiateur de la voie Baay Faal, la confrontation de l'histoire orale mouride aux Archives coloniales a permis de dégager non seulement des divergences évidentes de points de vue et d'opinion, mais auss3 de compléter, d'interroger, voire même de contredire certains éléments historiques.1

2L'ouvrage de Jacques Charpy est exclusivement le fruit de la consultation des Archives françaises. une fois cela posé, il reste un livre qui recèle d'informations, certaines truculentes, et qui se lit agréablement. Je ne résiste pas à la tentation de reproduire le début de la lettre du commandant Protet au Ministre des Colonies signant la prise de possession officielle de Dakar le 25 mai 1857 :

J'ai l'honneur de vous informer que j'ai fait arborer le pavillon français sur le petit fort que nous avons construit à Dakar. Il dégagera notre commerce de tous les péages d'ancrage, de lest de sable et d'eau qui étaient imposés à nos bâtiments marchands, en même temps qu'il étendra notre influence sur toute cette côte voisine de Gorée. J'ai profité, pour faire acte de possession, du jour du Ramadan qui est pour la population indigène de la presqu'île la plus grande fête de l'année. J'avais donné aux principaux chefs un pavillon qu'ils ont arboré sur leurs cases, de sorte que les coups de fusil, les danses et les habits de fête de tous ces noirs ont autant célébré la domination française que la fin de leur carême. (...), cité p. 13-14.

3Première motivation des Français : ne plus payer les péages aux chefs Lébous et Wolofs des villages de la presqu'île pour le passage des bateaux commerciaux, quand Gorée commence à saturer. Deuxième motivation, qui deviendra le leitmotiv officiel de la colonisation française (et européenne) : la “civilisation” face à des “sauvages”, la “libération” de peuples opprimés et crédules. Dans cette citation, comme dans bien d'autres, surgit la violence idéelle de la colonisation, sous des tournures précieuses ou guillerettes. Enfin, elle montre aussi les réalités quotidiennes à travers l'importance de l'islam et l'astuce ou la perfidie des Français à choisir le jour du Ramadan comme date de “prise de possession”.

4Charpy revient ensuite de façon concise sur l'histoire de la découverte du Cap-Vert par les Européens au XVe siècle, leurs installations commerciales à Gorée, Saint-Louis, etc., jusqu'aux XVIIIe et XIXe siècles, période où s'instaure la colonisation territoriale française. Il nous rappelle qu'au milieu du XIXe, “les projets du gouvernement français” s'accélèrent et vont du libre commerce (surtout pour importer l'arachide), à la concurrence vis-à-vis de l'Angleterre, en passant par le “problème de l'émancipation des esclaves”, voté en 1848 et applicable à Saint-Louis et à Gorée seulement. Le livre est également intéressant en ce qu'il montre la construction progressive du territoire sénégalais, qui n'était acquise ni du point de vue local - les Lébous se déclarent indépendants du Damel du Cayor fin XVIIIe, la République Léboue est proclamée en 1812, etc. -, ni du point de vue colonial : en 1854, deux colonies sont décrétées, le Sénégal, avec Saint-Louis et le fleuve, et Gorée et dépendances. Elles ne seront rattachées qu'en 1859, date de la “création du Sénégal”, même si le territoire reste déséquilibré avec les quatre villes dominantes (Saint-Louis, Gorée, Dakar et Rufisque) devenant les quatre communes françaises à la fin du siècle, le “reste” étant sous le système de l'indigénat. Le focus est également mis sur certains hommes qui ont présidé à la naissance de Dakar, Protêt, Pinet-Laprade et Mohammed Diop, “roi de Dakar” de 1852 à 1873, dont les biographies sont présentées en fin d'ouvrage. Malgré la date de création officielle de la colonisation française, les Lébous conservent leurs droits de propriété sur le sol dakarois tout au long du XIXe. Les Français accapareront graduellement, par de multiples étapes le territoire, conférant de plus en plus d'importance à Dakar. La ville devient capitale de l'AOF en 1902 et du Sénégal en 1958, avec une croissance démographique et urbanistique qui ne se démentira pas tout au long du siècle.

5L'auteur s'interroge au final sur la qualification de Dakar en tant que métropole, ce qui peut étonner aujourd'hui, et estime que sa fonction de métropole a précédé l'activité économique suscitée par la présence d'un port maritime permettant la jonction entre les pays industriels et l'arrière-pays. Il en arrive même à affirmer que “tout ce qui est urbain est du à la colonisation” (p. 102) dans cet objectif de contrôle d'un point névralgique en Afrique de l'Ouest. La conclusion est ainsi symptomatique d'un ouvrage qui semble avoir été écrit au lendemain de la fin de la colonisation et qui ne s'intéresse au Sénégal qu'à travers elle. Il a toutefois le mérite de nous rappeler les événements majeurs ayant jalonné l'histoire de Dakar et, plus largement, du Sénégal et de la colonisation française, et certains extraits d'archives (lettres, gravures, etc.) apportent des éléments novateurs et croustillants à ce livre.

Haut de page

Notes

1 Voir Pezeril, 2008 : Islam, mysticisme et marginalité : les Baay Faal du Sénégal, Paris, l'Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Pezeril, « CHARPY, Jacques, 2007, Dakar. Naissance d'une métropole », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 290-292.

Référence électronique

Charlotte Pezeril, « CHARPY, Jacques, 2007, Dakar. Naissance d'une métropole », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2914

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org