Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BOUTTIAUX, Anne-Marie (dir.), 2007, Afrique : musées et patrimoines pour quels publics ?

Tervuren - Paris, Musée royal de l'Afrique centrale, Culture Lab éditions - Karthala, 176 p.
Julien Bondaz
p. 288-290
Référence(s) :

BOUTTIAUX, Anne-Marie (dir.), 2007, Afrique : musées et patrimoines pour quels publics ?, Tervuren - Paris, Musée royal de l'Afrique centrale, Culture Lab éditions - Karthala, 176 p.

Texte intégral

1Titre et contenu de l'ouvrage sont ceux d'un colloque international organisé à Bamako les 9 et 10 septembre 2006, dans le cadre d'un projet soutenu par le programme européen “Culture 2000”. Entre eux, l'écart est notable, au sens où les différentes contributions réunies ici par Anne-Marie Bouttiaux ne proposent, en effet, ni une sociologie des publics des musées africains - vaste chantier qui n'est qu'à peine commencé -, ni une ethnographie des usages locaux des musées et du patrimoine du continent africain. Autre remarque d'ordre général : si les contributions proposées dans cet ouvrage par des responsables du musée de Tervuren ont bien pour terrain la Côte d'Ivoire pour l'une (A.-M. Bouttiaux), et le Cameroun pour l'autre (Viviane Baeke), celles rédigées par des responsables du Musée du quai Branly parlent avant tout du Musée du quai Branly lui-même.

2A propos de ce musée, un peu plus de deux mois après son ouverture, Aurélien Gaborit dresse un premier bilan, très intéressant, des succès de l'exposition permanente et des critiques formulées par certains visiteurs, notamment sur le manque d'information (p. 112) ; ce ne sont pas les collections africaines qui constituent le cœur de sa réflexion. Pierre Hanotaux propose de “voir en quoi la politique des publics développée par le Musée du quai Branly peut être utile aux musées africains” (p. 87). Relativisant l'exemplarité de cette politique, qu'il expose en détail, il conclut en proposant deux axes généraux qui seraient applicables sur le continent africain : l'importance qu'il y aurait à créer l'évènement au musée, et la nécessité d'inclure les visites scolaires dans de véritables programmes éducatifs. Séverine Le Guevel présente quant à elle les différentes formes de coopération internationale initiées par le musée parisien. Cette tendance à traiter des partenariats Nord-Sud en lieu et place du sujet annoncé (la question du public) se retrouve également dans la contribution de Donatien Muya Wa Bitanko Kamwanga, directeur du Musée national de Lubumbashi (RDC). Ces deux textes, qui paraissent ainsi se faire écho, semblent implicitement révéler les enjeux collaboratifs et financiers sous-jacents à la problématique du public.

3C'est à Gian Giuseppe Simeone que revient d'aborder plus franchement cette thématique. En la plaçant au centre de ses réflexions sur l'émergence et la gestion des musées régionaux au Mali, il propose à mon sens une démarche autant pertinente qu'indispensable. L'auteur fait de la participation de la population locale au projet muséographique un principe, pour que l'institution ne soit pas vécue comme une “émanation de la capitale” ou la transposition d'un modèle occidental, mais plutôt comme “un lieu de reconnaissance, de valorisation de soi, et de partage avec les visiteurs”, susceptible de favoriser des sentiments de fierté (p. 135). Il milite également pour la meilleure prise en considération de l'environnement naturel dans les projets muséaux (de ce point de vue, on peut regretter qu'il ne soit pas question dans cet ouvrage, de l'expérience du Musée national du Niger, qui connaît un véritable succès populaire). G. G. Simeone suggère ensuite d'abandonner le terme “musée”, et d'inventer des formes plus ouvertes et dynamiques accordant une place de choix à l'évènement culturel. Enfin, l'auteur indique plusieurs pistes pour développer le tourisme, comme la création d'une “route des musées maliens”, et pour la gestion décentralisée des institutions culturelles du pays, en insistant sur le fonctionnement en réseau.

4Les propositions de G. G. Simeone paraissent d'autant plus valorisées qu'elles font suite à un texte particulièrement intéressant, que Daouda Keita consacre à l'expérience des banques culturelles, au Mali également. L'historique de la mise en place et la présentation du fonctionnement de ces “structures multifonctionnelles” (p. 119) que sont les banques culturelles, qui conjuguent musée villageois, caisse de micro-crédit et centre culturel, démontrent de manière pertinente que de nouvelles formes muséales sont à inventer. On peut cependant regretter que la question du public des musées villageois ainsi constitués ne soit qu'esquissée. On peut également formuler le même regret pour un texte qui peut lui aussi illustrer les propositions de G. G. Simenone, celui que Boureima Diamitani consacre au Musée provincial du Kenedougou au Burkina-Faso. La mise en exergue du rôle joué par le West African Museum Project (WAMP), comme celle du programme « Les Musées au Service du Développement » (MSD) porté par l'Ecole du Patrimoine Africain (EPA) et exposé de manière détaillée dans cet ouvrage par Sédéhou Edouard Koutinhouin, montre néanmoins avec clarté que la question du public conduit à une autre interrogation : celle des relations entre muséologie et développement.

  • 1  S. Malé avait du reste abordé la question du public du Musée national du Mali dans un article tout (...)

5Les deux musées à l'honneur du colloque et de l'ouvrage, présentés comme “des modèles de leur genre” (p. 9), bénéficient chacun d'un article relevant de la problématique du public des musées africains. Pour ce qui concerne le Musée national de Lubumbashi, Henry Bundjoko Banyata propose une histoire des publics du musée, en questionnant notamment le passage du musée colonial au musée national. Oumar Yamadou Diallo, responsable des relations avec le public au Musée national du Mali, analyse les statistiques de fréquentation du musée, en insistant sur l'importance des visites scolaires. Les articles qu'Abdoulaye Sylla consacre à l'histoire des collections de ce musée et que Salia Malé propose au sujet de la notion de patrimoine chez les Bamanan du Mali1 complètent avec intérêt la mise en relief des enjeux historiques et socio-culturels de l'institution bamakoise dirigée par Samuel Sidibé, aujourd'hui particulièrement réputée.

6L'approche ethnographique que proposent trois contributeurs, si elle ne place pas le public au cœur des interrogations, n'en demeure pas moins d'une qualité remarquable. Gaetano Ciarca s'intéresse à la patrimonialisation de l'esclavage au Bénin : sa description des “frictions cadastrales” (p. 151) ou des “mémoires conflictuelles” (p. 152), son analyse de “l'injonction patrimoniale” (p. 152) à l'œuvre et la mention qu'il fait des visiteurs afro-américains, sont autant d'aspects notables. A.-M. Bouttiaux et V. Baeke, qui retracent leurs propres pratiques de collecte ou de recherche sur la culture matérielle en Afrique, rendent compte des aspects culturels de la relation aux objets ou aux “choses” en alliant finesse ethnographique et questionnement éthique. Leurs articles montrent, en prenant l'exemple de la découverte d'un masque au pied d'un autel guro ou de l'entrée dans un sanctuaire wuli, que l'ethnographe (ou l'historien de l'art) rend bien souvent lui-même visite à des objets, que des “collections” peuvent lui être présentées dans un cadre qui n'est certes pas muséal, mais qui est susceptible de questionner la mise en exposition des objets ainsi conservés.

  • 2  Je reprends ici l’expression proposée par Mamadou Diawara dans son article « Les recherches en his (...)

7Yves Robert, intervenant à l'issue d'un atelier organisé à Tervuren le 7 octobre 2005 (dont seuls les débats conclusifs sont ici publiés), regrettait que les ethnologues et les anthropologues ne participent guère aux réunions des organismes internationaux en charge de la réflexion patrimoniale. Dans le texte qu'il a écrit dans cet ouvrage, il se demande, à la suite d'Alpha Oumar Konaré, “comment reformuler la notion de musée au sein des contextes traditionnels ?”. La remarque qui précède, et cette dernière interrogation, sont à rapprocher. Ethnologues et muséologues ont, en effet, tout intérêt à travailler ensemble à une telle reformulation, à condition cependant que la population locale ne soit pas oubliée, ni du reste les ethnologues et les muséologues “du cru”2. C'est d'ailleurs tout l'intérêt du colloque dont est tiré le présent ouvrage que d'avoir été un espace de rencontre et de discussion, invitant au débat et proposant de nombreuses pistes de réflexion.

Haut de page

Notes

1  S. Malé avait du reste abordé la question du public du Musée national du Mali dans un article tout à fait intéressant : La présentation des objets de cultures vivantes : le cas du Musée nationaldu Mali, Journal de la Société des Africanistes, T. 69-1, 1999 : 29-52.

2  Je reprends ici l’expression proposée par Mamadou Diawara dans son article « Les recherches en histoire orale menées par un autochtone, ou L’inconvénient d’être du cru », Cahiers d’Etudes Africaines, vol. 25, n° 97, 1985 : 5-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « BOUTTIAUX, Anne-Marie (dir.), 2007, Afrique : musées et patrimoines pour quels publics ? », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 288-290.

Référence électronique

Julien Bondaz, « BOUTTIAUX, Anne-Marie (dir.), 2007, Afrique : musées et patrimoines pour quels publics ? », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2913

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org