Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BOGNOLO, Daniela, 2007, Lobi

Milan, 5 continents Éditions, 149 p., 82 photos dont 62 planches, biblio.
Michèle Dacher
p. 286-288
Référence(s) :

BOGNOLO, Daniela, 2007, Lobi, Milan, 5 continents Éditions, 149 p., 82 photos dont 62 planches, biblio.

Texte intégral

1Ce livre magnifique présente l'art lobi, essentiellement de la statuaire, à travers 82 photos somptueuses accompagnées de légendes donnant des indications sur la provenance régionale ou culturelle de l'objet (au sens de groupe culturel à l'intérieur de l'ensemble "ethnique" lobi), la collection à laquelle il appartient, son style, sa description formelle, sa fonction religieuse et son utilisation circonstancielle en relation avec les représentations symboliques et esthétiques qui ont présidé à sa fabrication. Les planches sont précédées d'une analyse de 60 pages, extrêmement subtile, de l'univers religieux lobi, de sorte à expliquer avec précision les représentations conceptuelles et leur traduction formelle qui font de l'objet ce qu'il est.

2Les quelques indications sur l'organisation sociale rappellent que l'ensemble Lobi a été constitué par l'institution initiatique du Jòrò, vers le milieu du XIXe siècle, après franchissement du Mouhoun (ex Volta Noire), et qu'il comprend les groupes culturels Pwa, Jãa, Dagara (Lobr et Wiilé), Birifor, Teésè, Gan et Lobi proprement dits, soit environ 450 000 personnes. La plupart des cultes se fondent sur la croyance en l'existence d'un principe vital, le thuú qui subsiste après la mort et dont la puissance, alors nommée thíl, fait l'objet de pratiques rituelles de la part de la parenté utérine du défunt. Les « bons » défunts sont ancestralisés au cours d'un processus qui dure plusieurs générations tandis que les « mauvais morts » deviennent des esprits errants très dangereux dont des spécialistes, les thíldàrà, les « maîtres du danger », contrecarrent les effets nocifs par des pratiques réputées très puissantes. À mesure de l'ancestralisation du bon mort, ses supports se déplacent de l'extérieur vers le cœur de la maison, le thílduù, la chambre sacrée, et leur facture est de plus en plus raffinée, "jusqu'à atteindre la perfection formelle requise" pour les thílkõtína, le couple de statuettes anthropomorphes destiné à recevoir la puissance de l'ancêtre protecteur du groupe domestique. À l'inverse, les supports des pratiques défensives ou offensives des thíldàrà ont des formes extravagantes. Les statuettes utilisées par les devins appartiennent aux deux catégories d'objets car ils évoquent souvent des « ancêtres inachevés », entités honorables mais encore en errance. Le contact avec les esprits errants constitue une souillure qui doit être nettoyée par le devin. La forme, le geste, l'attitude des statuettes qu'il utilise est en rapport avec le danger couru par le consultant, non pas dans sa situation actuelle mais dans celle où veut l'entraîner le thíl : c'est un « support-piège ». Le thíl devient alors dépendant de l'objet sculpté, tandis que l'intéressé en devient le sacrificateur régulier et le thíl son protecteur. D'autres maîtres du danger, les dàmàna, combattent d'autres puissances telles que le thílkuùr, responsable des accidents de gestation (esprit de jeunes enfants ou de jumeau morts voulant prendre la place du fœtus). Certains objets constituent des insignes de pouvoir d'une personne. La qualité de l'exécution prime alors sur la dimension cultuelle, les exécutions les plus achevées représentant le plus haut degré d'une puissance humaine ou surnaturelle. Tels sont le tabouret à trois pieds que les hommes portent sur l'épaule gauche, la hache cérémonielle réservée aux cérémonies du Jòrò, le bâton de devin, les cannes d'apparat.

3D'autres objets, en forme de pendentif, sont l'apanage des héros singuliers que sont les grands chasseurs ayant tué un éléphant et les grands guerriers ayant tué un homme, deux catégories de personnes entrées en contact avec la plus redoutable des entités : le khélé,associé au sang versé par les victimes et également au thuú de certains mauvais morts. Les chasseurs qui ont tué des animaux à khélé doivent impérativement être initiés au très secret, long et complexe culte de Bãbá sous peine de mort. Les initiés à ce culte, les bábádárá, grands chasseurs, grands devins, maîtres du khélé, guérisseurs-initiateurs, sont encore chargés d'autres rites en relation avec les différents animaux, leurs interdits, leurs rapports avec les matriclans, etc. Chacun de ces rites s'appuie sur des statuettes anthropomorphes ou zoomorphes caractéristiques. Le culte de Bãbá est "à l'origine d'une puissante institution initiatique qui, par l'enjeu du khélé, a construit au sein de la société un lignage sacré de « défenseurs attitrés » d'une droiture irréprochable. (...) L'ensemble des cultes personnels et continuellement personnalisés caractéristiques du système religieux lobi s'enrichit ainsi de ce culte particulier qui, forcément, est une partie du tout, mais aussi ce qui englobe le tout, et même le dépasse." (p. 35). À l'issue d'un rite destiné à le protéger lui et son entourage, le meurtrier devient l'officiant d'un culte rendu à la puissance libérée par son acte, appelée mìlkuùr. Le support du culte à cette puissance est une tête-piquet, statuette formée d'une tête sans corps, coiffée d'une perruque rituelle fabriquée avec les cheveux mélangés du meurtrier et de sa victime. Bábádaár et mìlkuùrdaàr, portent tous deux le très redouté titre de khéldaàr, maître du khélé.

4Le dernier chapitre étudie les principes de la représentation dans la culture lobi. Tous les détails formels d'un support cultuel ont un sens précis. "si on vise à saisir les qualités d'un support cultuel, il faut donc le concevoir comme un ensemble de détails significatifs qui concourent au même titre à véhiculer un concept." (p. 41) Ainsi de la coiffure et en particulier du rasage des cheveux dont les significations sont longuement développées. Par ailleurs dans un thílduù, la chambre sacrée de la maison, il existe une cohérence stylistique de l'ensemble des objets qu'il abrite, homogénéité nécessaire pour conserver au fil du temps l'identité du lieu et, par là, la continuité du culte des ancêtres instauré par son fondateur et constamment renouvelé par les responsables successifs de la maisonnée qui y ajoutent les effigies de tous ses descendants. La cohérence formelle garantit le lien entre l'ensemble des différents morts et entre ceux-ci et les vivants. Au sein de cet ensemble stylistique, chaque support cultuel est doté d'une identité formelle bien définie et distincte qui constitue un moyen privilégié pour fonder un lien exclusif avec la nature de la puissance concernée. L'identité formelle des thílkõtína (représentation de l'ancêtre fondateur) renvoie à l'identité du matriclan de l'ancêtre, à son groupe culturel, à son ancrage territorial et à l'identité stylistique du grand maître de la sculpture qui les a exécutés. L'analyse se clôt par une esquisse des principaux styles de l'ensemble lobi.

5Dans la marge du texte sont indiqués de façon très commode les numéros des planches qui illustrent le propos en cours. L'ouvrage se termine par une bibliographie commentée. Les remarquables analyses de la pensée religieuse lobi et de ses traductions formelles sont, à notre connaissance, ce qu'on a fait de plus fouillé jusqu'à présent ; le style de l'auteur est toujours élégant, les photos sont magnifiques, la présentation de l'ensemble très claire. Tout au plus pourrait-on suggérer à l'auteur d'ajouter un lexique des nombreux termes lobi employés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Dacher, « BOGNOLO, Daniela, 2007, Lobi », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 286-288.

Référence électronique

Michèle Dacher, « BOGNOLO, Daniela, 2007, Lobi », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2891

Haut de page

Auteur

Michèle Dacher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org