Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BARRY, Laurent, 2008, La parenté

Paris, Gallimard, collection Folio Essais, 863 p.
Catherine Baroin
p. 283-284
Référence(s) :

BARRY, Laurent, 2008, La parenté, Paris, Gallimard, collection Folio Essais, 863 p.

Texte intégral

1La parenté, comme chacun sait, constitue le cœur même de l'anthropologie sociale, son noyau dur, qui rebute certains, mais stimule au contraire les esprits les plus pointus. C'est plutôt aux seconds que s'adresse cet ouvrage, dont le projet est très ambitieux. Il ne s'agit pas en effet d'un nouveau manuel pédagogique sur l'anthropologie de la parenté. Les novices pour autant y trouveraient leur compte, en raison de l'extrême clarté avec laquelle Barry décortique, d'entrée de jeu, tous les présupposés souvent implicites de ce champ disciplinaire. Mais le projet de l'auteur va bien au-delà car il s'agit, ni plus ni moins, que de refonder dans sa totalité tout le champ théorique des études de parenté, sur la base de principes nouveaux.

2En bon architecte, Barry commence par démolir tout ce qui précède, avant d'élaborer une construction nouvelle. Les cent soixante premières pages du livre sont donc consacrées à un bilan critique de l'état actuel de la question. L'auteur y souligne tous les présupposés, déclarés ou implicites, des théories antérieures (celles de la filiation et de l'alliance), et met l'accent sur leurs insuffisances. Aucune en effet ne parvient à expliquer dans leur totalité les faits de parenté. Ainsi le « mariage arabe », comme les systèmes de parenté dits « complexes » tels que le nôtre, ont-ils toujours constitué deux grosses épines dans les pieds des théoriciens de la parenté. Le fait est largement reconnu, et chacun convient que les théories actuelles ne permettent pas d'en rendre compte de façon satisfaisante. Barry reprend brillamment ces grandes questions en pointant chaque fois le doigt sur la (ou les) faille(s). La critique est percutante. Mais la force de son analyse, et son originalité, tiennent surtout à sa manière de pousser jusqu'au bout, de façon systématique, l'attention aux moindres détails. En particulier, c'est tout l'éventail des interdictions de mariage dont il estime qu'il y a lieu de rendre compte, alors que nombre d'entre elles sont négligées dans la plupart des études. En bon scientifique, il part du principe que les faits de parenté constituent un tout qui forme système, et que seule une théorie qui permet de rendre compte de leur totalité, jusque dans les moindres détails, peut prétendre à une parfaite légitimité.

3C'est donc une telle théorie que Barry se propose de construire et il en développe les grands axes dans la suite de l'ouvrage. Il l'appelle « théorie des groupes de parenté » et la base sur l'articulation de « principes de parenté » (agnatique, utérin, parallèle, cognatique). Ces principes élaborent l'identité des individus à travers la procréation, bien sûr, mais aussi dans certains cas sous l'effet du mariage (dans la chrétienté européenne par exemple, les conjoints sont considérés comme identiques en raison du concept de una caro, « une seule chair »). Ces principes s'expriment en particulier par un ensemble d'interdictions de mariages, qui s'exercent les unes dans la consanguinité, les autres dans l'affinité. C'est par exemple sous l'effet des secondes que le lévirat, le sororat ou le mariage avec une veuve du père sont, selon les cas, préconisés ou interdits. L'auteur rassemble dans un tableau synoptique p. 210 les principales variantes possibles des groupes de parenté qui découlent de sa théorie, avant de consacrer le reste de son ouvrage à l'illustration de ces divers cas de figure.

4Il commence par le principe de parenté utérin, dont le mariage arabe constitue à ses yeux le prototype. Dans ce dernier en effet, selon Barry, le moteur du choix du conjoint n'est pas tant la préférence pour l'union entre cousins parallèles patrilatéraux (comme le stipulent les analyses classiques), que le refus absolu du mariage entre cousins parallèles matrilatéraux, à cause de la proximité identitaire que véhicule la voie utérine, qui est prépondérante d'après lui chez les Arabes. Barry explique donc le mariage arabe en inversant complètement la perspective habituelle. Puis il étend son analyse à diverses sociétés africaines mues selon lui par le même principe, les Peuls et les Malgaches notamment. Tout ceci est nouveau et convaincant, d'autant que cette perspective englobe aussi d'autres faits qui resteraient sinon inexpliqués, tels que l'interdiction du mariage entre parents par le lait.

5La suite de l'étude est assez technique. Elle est très fouillée et d'une lecture ardue. Elle prend ses exemples à travers l'espace et le temps, qu'il s'agisse de l'Afrique, de l'Inde, de la Nouvelle Guinée, de la Rome ancienne et du monde chrétien médiéval, ou encore de la Chine des Han. On ne peut d'ailleurs, à cet égard, que rendre hommage à l'immense culture anthropologique de l'auteur. Ce livre a pourtant quelques défauts, en particulier une orthographe trop souvent hasardeuse qui sert mal la virtuosité du propos. Heureusement, il est publié dans une collection bon marché, ce qui ne peut que faciliter la diffusion qu'il mérite dans le monde scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Baroin, « BARRY, Laurent, 2008, La parenté », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 283-284.

Référence électronique

Catherine Baroin, « BARRY, Laurent, 2008, La parenté », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2886

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org