Navigation – Plan du site

Présentation du dossier

Ursula Baumgardt et Paulette Roulon-Doko
p. 9-12

Texte intégral

1Comme nous l’avons mentionné dans le volume 79/1 du Journal des Africanistes, deux opérations de recherche de l’UMR 3581 du CNRS, « Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire (LLACAN) » ont été consacrées à l’analyse de l’espace dans une perspective de complémentarité, l’une centrée sur l’ethnolinguistique, la deuxième prenant comme point de départ des textes littéraires pour les étudier par rapport à la problématique commune.

  • 1 G. Calame-Griaule, 1970, Pour une étude ethnolinguistique des littératures africaines, Langages, 18 (...)

2Les travaux présentés ici se situent dans le prolongement des travaux de Geneviève Calame-Griaule sur l’approche ethnolinguistique de la littérature orale africaine1 (1970). Les articles s’inscrivent dans cette double approche – ethnolinguistique et littéraire –, avec des pondérations différentes selon les auteurs, leurs priorités de recherche et leurs rattachements disciplinaires, notre préoccupation commune étant l’analyse des représentations culturelles à travers des textes littéraires oraux.

  • 2 On peut se référer pour un exposé détaillé de ces données à l’ouvrage : U. Baumgardt, J. Derive (di (...)

3Analyser l’espace à partir de textes de littérature orale est pertinent à plusieurs niveaux. En effet, s’il est indispensable de s’intéresser aux expressions linguistiques pour accéder aux représentations de l’espace, c’est le travail sur les textes qui permet, en outre, de spécifier le rapport entre le contenu des représentations et le type de texte, c’est-à-dire les genres littéraires. Par ailleurs, la spécificité de la littérature orale consiste à être produite dans des circonstances particulières analysables à travers la performance. Celle-ci réunit l’énonciateur du texte et son public dans un cadre spatio-temporel spécifique et dans une communication non médiatisée. Le texte littéraire peut donc être abordé du point de vue de la communication en contexte d’oralité. Il peut par ailleurs être analysé par rapport à la situation d’énonciation particulière dans laquelle il est ‘interprété’ et qui définit un rapport spécifique entre le producteur du texte et son public – à condition qu’au moment de la collecte, ces données aient été enregistrées2.

4Le texte de littérature orale est donc d’emblée contextualisé à deux niveaux au moins : les circonstances qui induisent sa production et qui peuvent être plus ou moins formalisées, comprenant par exemple une veillée de contes spontanée ou la performance d'une poésie à l'occasion d'un événement particulier (naissance, décès, initiation, activités spécifiques) d'un côté, et la situation d'énonciation et notamment l'espace de la performance, de l'autre côté. Par ailleurs, le texte constitue lui-même un cadre, un 'contexte', ce qui lui permet d'évoquer sans nommer, sans désigner ; ce type d'expression participe de la construction des représentations culturelles, mais il se situe à un niveau qui reste inaccessible si on ne travaille que sur la manifestations linguistiques des données, les occurrences des termes. Quant à la dimension de l'imaginaire, elle peut être abordée de manière privilégiée à travers les textes littéraires.

5L'analyse de l'espace en littérature orale se situe ainsi au carrefour de plusieurs disciplines. Elle s'articule notamment avec l'ethnolinguistique et l'anthropologie pour ce qui concerne la production de textes littéraires oraux liée à des pratiques sociales et culturelles précises, plus ou moins ritualisées. Elle participe par ailleurs de la littérature générale et comparée : élément indispensable à la structuration d'un récit, l'espace est présent dans tous les textes narratifs et, dans une moindre mesure, dans ceux relevant de la poésie et des genres brefs, ce qui fait de ce niveau un domaine de prédilection pour le comparatisme, notamment entre les textes écrits et oraux. Par ailleurs, l'interrogation sur la référentialisation permet de déterminer de manière plus ou moins précise le réel hors-texte de référence, donnée particulièrement intéressante par rapport à la circulation des textes en contexte d'oralité. La géo-critique, quant à elle, pose la question de savoir dans quelle mesure l'environnement spatial influence le texte. Cependant, si nous nous interrogeons sur les relations entre l'espace représenté et l'espace de référence, nos analyses ne concernent pas l'espace réel - occupation des sols, migrations, contacts plus ou moins conflictuels entre les populations -, elles se limitent aux aspects qui en sont abordés dans les textes.

6Les 15 contributions, portant sur l'épopée, le conte, le proverbe et la poésie dans neuf langues et littératures (wolof, bambara, moore, zarma, peul, haoussa, fang/bulu, bedja et swahili), montrent l'articulation complexe entre la performance, la référence, les genres littéraires, la pratique sociale et la symbolique. En effet, l'espace de la performance participe de la construction de l'identité culturelle : la profération du texte oral réunit en un même lieu l'énonciateur et le public qui partagent la même langue et qui constituent de ce fait un 'nous culturel'. Par ailleurs, selon les genres littéraires, l'espace remplit des fonctions référentielles différentes. Ainsi l'épopée, expression privilégiée de l'identité culturelle d'un peuple, présente un espace relativement bien identifié. En revanche, le conte qui est appelé à une circulation interculturelle plus forte, crée des espaces plus anonymes, ce qui facilite le passage d’un conte d’une culture à une autre. Enfin, l’espace symbolique se construit par rapport aux actions décrites ou évoquées dans les textes : la brousse par exemple peut apparaître simplement comme un espace sauvage car non socialisée, mais également comme un espace de maturation et de croissance.

7À la richesse des corpus répond la diversité des approches que nous présentons en fonction du traitement de l’espace dans les genres littéraires.

  • 3 « Saluer la souffrance », Représentations des défunts et réseaux de relations dans les rites et les (...)
  • 4 De la violence et de la maîtrise : habitus et idéologie cynégétiques mandingues, Thèse de doctorat, (...)

8Cinq articles sont focalisés sur un espace spécifique dans un seul genre littéraire. Dans cette perspective, Sandra Bornand s’intéresse à deux récits d’origine (zarma, Niger) qu’elle analyse en termes de construction de l’espace et d’identité collective. Alice Degorce3 travaille sur l’articulation entre pratiques rituelles et production littéraire dans « Les espaces des morts dans les chants funéraires moose (Burkina Faso) ». Dans une approche comparable, Agnieszka Kedzierska-Manzon s’interroge sur le rôle de la brousse dans la construction de l’identité du chasseur malinké4. Un espace bien plus restreint mais tout aussi important, la notion de « maison » gidā, est analysé par Saoudé Ali dans les proverbes hausa. Quant à N’Diabou Séga Touré, elle s’intéresse, comme Saoudé Ali, à un genre bref qui paraît lui aussi de prime abord peu propice à l’analyse de l’espace, un genre ‘enfantin’ de la littérature orale wolof : le maye.

  • 5 Formes et contenu du mvett d’après l’épopée orale de Zwé Nguéma, Thèse de doctorat, Université de P (...)

9Quatre contributions s’inscrivent dans une perspective différente, en ce sens que la présentation générale d’une littérature est complétée par une approche approfondie d’un espace particulier. C’est le cas des articles de Marie-Rose Abomo-Maurin et d’Angèle Christine Ondo5 qui s’intéressent respectivement à la représentation de l’espace dans Ajònò Alá, Les Trois Oyono, un Mvet boulou (Cameroun), et, dans ce même genre littéraire, à l’espace corporel interieur évoqué par le biais de la métaphore métallurgique. De même, Mohamed-Tahir Hamid Ahmed aborde la poésie bedja (Soudan) en situant cette production, considérée comme majeure, par rapport à son environnement naturel et social, alors que Martine Vanhove s’intéresse à l’espace maritime dans les contes : la mer symbolise le lieu de tous les dangers, dans une communauté qui lui tourne le dos alors qu’elle vit sur ses bordures.

10Une troisième approche consiste à analyser, dans une littérature donnée, plusieurs espaces, les relations qu’ils entretiennent entre eux et leur articulation avec les genres littéraires. C’est l’angle choisi par Jean Derive dans « Typologie et fonctions de quelques genres oraux du Manding à l’aune du critère de la spatialité », et par Christiane Seydou dans « Flânerie à travers la littérature des Peuls du Massina ». Leur regard comparatiste intra-culturel est complété par celui, inter-culturel, de Lilyan Kesteloot qui s’intéresse au traitement de l’espace dans quelques épopées d’Afrique (et d’Europe).

  • 6 L’émergence d’une littérature écrite dans une langue africaine : l’exemple du poulâr (Sénégal/Mauri (...)
  • 7 Dans le prolongement de ce travail, Ursula Baumgardt présente une réflexion sur le fonctionnement d (...)

11Dans une perspective transversale, Ursula Baumgardt et Mélanie Bourlet6 posent la question de l’inscription des textes littéraires oraux dans le hors-texte de référence dans leur article « De la référentialisation spatiale en littérature orale : l’exemple des contes peuls du Cameroun et du Sénégal7 ».

12Enfin, les analyses sur le traitement de l’espace en contexte d’oralité sont complétées par deux réflexions sur l’espace dans la littérature écrite en swahili et en français : « L’espace initiatique existe-t-il ? » est la question étudiée par Xavier Garnier à propos de deux romans swahili d’Euphrase Kezilahabi (Tanzanie), alors que Florence Paravy focalise son attention sur l’articulation entre « Espace et écriture autobiographique : les Mémoires d'Amadou Hampâté Bâ ».

  • 8 La publication des travaux de cette opération de recherche du LLACAN est prévue pour fin 2010.

13Les articles présentés ici sont le fruit d’un travail collectif qui a réuni de jeunes chercheurs – Agnieszka Kedzierska-Manzon, Angèle Ondo, Alice Degorce et Mélanie Bourlet ont soutenu leurs thèses entre 2006 et 2009 –, et des spécialistes confirmés et internationalement connus. Ces travaux sur l’espace ont fait surgir la question de l’‘Autre’ et ont débouché sur l’analyse de la problématique de l’altérité en littérature orale8.

Haut de page

Notes

1 G. Calame-Griaule, 1970, Pour une étude ethnolinguistique des littératures africaines, Langages, 18 – LEthnolinguistique, Paris, Didier/Larousse, p. 22-47 [Édité par Bernard Pottier].

2 On peut se référer pour un exposé détaillé de ces données à l’ouvrage : U. Baumgardt, J. Derive (dir.), Littératures orales africaines. Perspectives théoriques et méthodologiques, Paris, Karthala, 2008, et au numéro des Cahiers de Littérature orale, 2010, « Autour de la performance », coordonné par Ursula Baumgardt et Sandra Bornand.

3 « Saluer la souffrance », Représentations des défunts et réseaux de relations dans les rites et les chants funéraires des Moose de l’Ouest (Burkina Faso), Thèse de doctorat, Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris, décembre 2009.

4 De la violence et de la maîtrise : habitus et idéologie cynégétiques mandingues, Thèse de doctorat, INALCO / LLACAN, Paris, 2006.

5 Formes et contenu du mvett d’après l’épopée orale de Zwé Nguéma, Thèse de doctorat, Université de Paris XII, Paris, 2006.

6 L’émergence d’une littérature écrite dans une langue africaine : l’exemple du poulâr (Sénégal/Mauritanie), Thèse de doctorat, INALCO / LLACAN, Paris, décembre 2009.

7 Dans le prolongement de ce travail, Ursula Baumgardt présente une réflexion sur le fonctionnement des marqueurs spatiaux dans le numéro Autour de la performance des Cahiers de Littérature orale, 2010.

8 La publication des travaux de cette opération de recherche du LLACAN est prévue pour fin 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ursula Baumgardt et Paulette Roulon-Doko, « Présentation du dossier », Journal des africanistes, 79-2 | 2010, 9-12.

Référence électronique

Ursula Baumgardt et Paulette Roulon-Doko, « Présentation du dossier », Journal des africanistes [En ligne], 79-2 | 2010, mis en ligne le 19 juillet 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2828

Haut de page

Auteurs

Ursula Baumgardt

Articles du même auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org