Navigation – Plan du site
L'expression de l'espace dans les langues africaines

L'expression du temps et de l'espace enyakoma (R.C.A. et R.D.C.)

Expressing time and space in Yakoma (C.A.R. and D.R.C.)
Pascal Boyeldieu
p. 157-174

Résumés

L'article cherche à cerner, à travers une étude systématique et commentée du lexique, les conceptions du temps et de l'espace qui prévalent chez les Yakoma (Afrique centrale). Il montre notamment que le vocabulaire relatif au temps (séquences, déroulement, repérage, axe) est plus restreint que celui qui a trait à l'espace (espaces spécifiques, déplacement, espace repéré, espace orienté). Il conclut enfin sur l'importance du fleuve comme référence spatiale fondamentale pour cette société riveraine de l'Oubangui.

Haut de page

Texte intégral

1Les Yakoma, gens du fleuve, sont établis sur les deux rives - centrafricaine et congolaise (ex-zaïroise) - de l'Oubangui. Nonobstant quelques variations minimes, ils parlent la même langue que leurs voisins directs les Sango, peuple également riverain, ou les Ngbandi, établis plus au sud, à l'intérieur des terres (actuelle République Démocratique du Congo). Le sango/yakoma/ngbandi, qui est à l'origine du sango ‘véhiculaire’, langue nationale de la République centrafricaine, est une langue oubanguienne.

  • 1  Mes propres informations lexicales sont parfois complétées par celles que j'ai pu tirer de l'excel (...)

2La présente contribution a pour objet de présenter et de commenter les principales notions de la culture yakoma ayant trait aux domaines du temps et de l'espace, notions qui seront essentiellement appréhendées à travers leur expression linguistique. Les représentations temporelles et spatiales n'ayant pas fait l'objet d'une enquête spécifique, de nature proprement ethnographique, on s'inspire en effet du lexique1, d'un corpus textuel et d'une petite expérience de la vie en milieu yakoma pour tenter de dégager les concepts essentiels qui touchent à ces domaines et à leur organisation.

Le temps

  • 2  En yakoma, ce terme apparaît essentiellement en complément d'un adverbe temporel (v. infra) : 'ndō (...)

3De façon générale la terminologie liée à l'expression du temps apparaît comme moins explicite ou moins marquée que celle qui est liée à l'expression de l'espace. Elle est d'abord quantitativement moins importante. Ensuite, les deux domaines n'étant évidemment pas sans affinité, il semble que des notions de nature fondamentalement spatiale soit plus aisément étendues au domaine temporel que l'inverse. Enfin les désignations génériques du temps, à savoir ngòy ou ̰(du français) « temps, moment, période », tángò (du lingala ) « temps, époque » et ̰2(BL) « temps, jadis, autrefois » sont d'un emploi relativement limité ou du moins très peu fréquents dans les textes.

  • 3  Les abréviations utilisées sont les suivantes : B. Lekens (Dictionnaire) = BL ; ngbandi = ngb. ; f (...)

1. i gā ỹí sí         tango ' mo ko ...
cela Venir cela N3 .arriver époque ce-ci là
Quand on est arrivé au temps actuel...

2. nzō̰ gá̰ (BL)
bon temps
bon temps

4On rencontre en revanche plus fréquemment une acception temporelle du nom ndò « endroit, lieu, place, moment », que l'on retrouvera plus loin à propos de l'espace.

  • 4  Les pronoms personnels de 3ème personne « il, lui, elle » et « ils, eux, elles » álà, que l'on (...)

3. lò kpí  ndò kō
il4 R.mourir lieu =moment ce-là
Il meurt aussitôt. [comparez au français “sur le champ”]

4. ndò kō lǎ (BL)
lieu =moment ce-là c'est
à ce moment-là

5De plus une référence temporelle peut être exprimée par d'autres moyens comme l'emploi du relateur composé, de nature spatiale, nɛ̄ lɛ̄« en face de » (v. infra) ou celui du pronom associatif tɛ́« celui de, quant à ».

5. nɛ̄ lɛ́́ á-tò hé ...
à face Pl.-père nous
Du temps de nos pères... [littéralement "en face de nos pères"]

6. té  a-to hé ko ...
celui de Pl.-père nous ce-là
Du temps de nos pères... [littéralement “quant à nos pères”]

6Enfin l'interrogatif partiel de nature temporelle lá wà (/jour/quel ?/) « quand ?, quel jour ? » est, contrairement à l'interrogatif spatial, construit non pas sur une dénomination générique « temps, moment », mais sur le nom d'une séquence temporelle spécifique « soleil, jour ».

Séquences temporelles

7Les dénominations des séquences temporelles, dont certaines couvrent un champ sémantique sensiblement plus large, sont les suivantes :

soleil, lumière du jour, jour

nuit, obscurité, nuitée

ndɛ̰̄(~ ndē̄)

matin

ndɔ́

soir

lɛ́rɛ̀(< fr.)

heure

dìmásì(< fr.)

semaine

nzɛ̀

lune, mois, menstrues

ngù

eau, année

búrú

saison sèche (aussi « année » BL)

zōngō

saison des pluies

8Les journées passées se comptent en « nuitées » (bī), ce qui doit être mis en prarallèle avec la valeur temporelle que peut prendre le verbe « dormir » et aussi « passer un certain temps » (cf. ex. 9). D'introduction récente et empruntés au français, les termes lɛ́rɛ̀« heure » et dìmásì « semaine » s'emploient de préférence avec des quantificateurs.

7. lò gā  nɛ̀ lɛ́rɛ̀
il R.venir avec heure trois
Il est venu à trois heures.

8. lɛ́rɛ̀ kɛ̰̀
heure combien ?
Quelle heure est-il ?

9. lò là ká dìmásì kɔ̀
il R.dormir =passer là semaine un
Il a passé une semaine là-bas.

9L' âge est exprimé en années :

10. ngú tɛ́ lò kɛ̰̀année de lui combien ?
Quel âge a-t-il ?

10Enfin le relateur (préposition) qui introduit les expressions temporelles est « avec », lequel assume par ailleurs les valeurs générales de « comitatif » et d' « instrumental » (cf. ex. 7) :

11. álà hɔ́  nɛ̀ kōtā lá
eux R.partir avec grand jour
Ils sont partis en plein jour.

Déroulement temporel

11L'expression du déroulement temporel est notamment assurée par les verbes « être, être assis, demeurer, vivre » (voir aussi dû nè (/demeurer/avec/) « épouser, être marié à »), níngà « durer, demeurer longtemps » et dɛ̀« être encore, continuer à être », ce dernier fonctionnant également, sous forme grammaticalisée, comme une marque aspective du rémansif (« encore/ne plus »). Là encore un verbe à valeur d'abord spatiale, yɔ̀ « être long, allongé, éloigné, (se) prolonger », peut être investi d'une valeur temporelle.

12. to yɔ̀guerre R.se prolonger
La guerre se prolonge.

13. álà yɔ́ nà ngbàngà (BL)
eux R.prolonger avec cause
Ils font durer la palabre.

Repérage et axe temporels

  • 5  Sur l'organisation du système verbal, voir Boyeldieu (1995).

12Le système verbal du yakoma s'organisant selon des valeurs qui sont exclusivement modales et aspectuelles5, le repérage temporel est, si nécessaire, assuré par des expansions de type adverbial qui sont les suivantes :

  • 6 Cp. ndɛ̰̄ « matin ».
  • 7 Les valeurs passée ou future des adverbes ambivalents sont orientées par le choix du mode, Réel ou (...)

́ndō  autrefois / gbándā à l'avenir, plus tard
bírí  hier, autrefois/ ˋndɛ̰̄6  demain, plus tard
fàdɛ̄, fàˉ aujourd'hui (passé)/ ˋndɛ̰̄  aujourd'hui (à venir)
mbɛ̰́rɛ̰̄ avant-hier, après-demain
fàfǎɔ̀ à l'instant (passé ou à venir)7

13Tous ces termes référentiels se définissent relativement au moment de l'énonciation. Si j'ai par ailleurs des doutes sur la façon de traduire « la veille », du moins « le lendemain » s'exprime-t-il au moyen d'une proposition complète :

14. ndē ˋdē  (wɛ̀) ...
matin R.se lever Acc.
Le jour s'est (déjà) levé...

14Quant aux notions de « période passée/à venir », elles sont respectivement assurées, dans une structure relative, par des verbes de déplacement : hɔ̄ « passer, partir » et « venir ». Parfois c'est encore un terme de nature spatiale, pèkō « espace postérieur à » qui est mobilisé, en détermination, pour traduire un avenir : ngú tí pɛ̀(/année/de/derrière/) « année à venir », comme si l'individu ou le monde tournait le dos au futur qui le rattrape de façon continue.

L'espace

15Contrairement au temps, l'espace est d'abord désigné par un terme générique, ndò « endroit, lieu, place, espace, monde, espace non domestiqué, forêt, moment », dont l'usage est étendu et fréquent. C'est d'ailleurs ce même terme qui fonde l'interrogatif partiel portant sur la situation : ndòˊwà (/lieu/quel ?/) « où ?, à quel endroit ? ». Exemples au sens d' « endroit, lieu, place » :

15. ndò tɛ́ mbī lǒ-mɔ̀
lieu de moi c'est-ci
C'est/voici ma place. [le lieu où je suis assis, où j'habite, etc.]

16. ndò hɛ̰́ wɛ̀lieu R.s'éclairer Acc.
Il fait (déjà) jour.

17. ndò kwɛ́lieu tout
partout

16Dans la même acception le yakoma emploie également souvent pàrásì (du français) « lieu, place ».

  • 8  Cet emploi particulier du terme générique référant à « lieu, espace » s'observe dans d'autres lang (...)

17Au sens d'« espace (ambiant), monde », le nom ndò fonctionne encore comme complément de plusieurs verbes auxquels il confère une valeur générique ou essentielle8, comme dans les exemples suivants.

  • 9  Comparez avec en. français « il connaît son monde ».

gbɔ̂ ndò /balayer/—/ balayer
hírì ndò /appeler/—/ appeler
húndà ndò /interroger/—/ interroger,
poser des questions (à la cantonade)
mɛ̄ ndò /entendre/—/ (bien) entendre
̰ ndò /voir/—/ (bien) voir
híngà ndo /connaître =savoir/—/ être astucieux, éveillé, avoir de l'expérience9(« être perspicace » BL)

18Seul ou déterminant le nom « intérieur, ventre », le même terme prend également la valeur spécifique d' « espace sauvage, brousse, forêt ».

18. lò tō ndò
il R.fuir lieu =forêt
Il s'enfuit dans la forêt.

19. á-sà  ká yá ndò
Pl.-animal là intérieur lieu =forêt
Les animaux sont dans la forêt.

19Enfin ndò prend parfois une valeur temporelle signifiant « moment » comme cela a été illustrée plus haut (cf ex. 3-4).

20Contrairement à certaines langues voisines, le yakoma ne semble pas connaître de nom spécifique correspondant aux notions de “lieu intime, lieu propre, trace”, ni de “lieu abandonné, ancienne place, trace, absence”. Deux termes en revanche ont spécifiquement la valeur de « trace, empreinte », et pɛ̀ndā.

pà gɛ̀rɛ̄  /trace/membre post./ trace, empreinte (de pied, de pas)
pà tī (BL) /trace/membre ant./ signature
pɛ̀ndá lì/ trace/tête/ trace de la tête (sur l'oreiller)
pɛ̀ndá tī/ trace/membre ant./ trace de doigts, empreintes digitales

21La « présence » comme l'« existence » sont traduits par le pronom circonstanciel dàzū ~ dàˉ~ « à cet endroit, là, y ».

20. tó lò dàˉ
père lui y
Son père est là (présent), son père existe (est encore en vie).

21. mɔ̀ dàá
toi y.Interr.
Comment vas-tu ? [littéralement. y es-tu ?, es-tu là ?] (salutation)

Espaces spécifiques

22Mentionnons ici quelques espaces importants et courants qui rythment la vie en milieu yakoma :

kɔ̄dɔ̄rɔ̄

village/clan/chefferie

yá kɔ̄dɔ̄rɔ̄

(/intérieur/village =clan/) quartier/lignage

maison, habitation

gbò

cour du chef

bàgà

voie du village, rue

tɛ̀

fleuve (Oubangui)

ỹɔ̄ túngù

(/accès/ ?/) zone d'accostage, débarcadère

ngú

eau, pluie, cours d'eau, fleuve

yākā

champ, plantation

légē

chemin, route, déplacement, voyage, accès, moyen, manière

kápā

rendez-vous, marché

(yá) ndò

((/intérieur/)lieu =forêt/) brousse, forêt

ngòndà

forêt (dense ?) (« forêt vierge » BL)

23La résidence étant traditionnellement contrainte par l'appartenance clanique et lignagère, les termes kɔ̄dɔ̄rɔ̄ « village, clan, chefferie » et yá kɔ̄dɔ̄rɔ̄ « quartier, lignage » ont une double réalité spatiale et sociale (Boyeldieu 1982). Le fleuve Oubangui occupe, comme on le verra plus loin, une place centrale dans l'orientation de l'espace yakoma. Enfin ces différents noms s'organisent en groupes d'espaces domestiques (village/clan, quartier/lignage, maison, cour, champ), d'espaces relationnels ou de transition (fleuve, débarcadère, rue, route, marché) et d'espaces sauvages (brousse, forêt).

  • 10  Vraisemblablement composé de ndō « partie supérieure, haut de » (v. infra).

24A ces termes, qui se définissent sur un plan horizontal, on doit encore ajouter sé, sésè, séré « terre, sol » et ndōzū10« haut, ciel ».

Procès de déplacement

25Le yakoma connaît quatre verbes généraux référant à la situation du discours ou à celle du récit :

gā venir
gwè aller
nɔ̄  marcher, prendre la route, partir
hɔ̄  passer, dépasser, s'en aller, partir (avec une dimension d'éloignement, de rupture)

26On remarquera le déséquilibre quantitatif entre l'unique verbe à orientation centripète et les trois verbes à orientation centrifuge. Seuls trois de ces verbes (gā, nɔ̄ et hɔ̄) fonctionnent encore, sous forme grammaticalisée, comme des ‘orientateurs‘ du procès (Boyeldieu 1995).

27Citons encore, pour d'autres types de déplacements, « entrer, pénétrer » et « sortir ; arriver », « couper, traverser », lyà « traverser (un cours d'eau) », « monter » et « descendre », ainsi que gbī « remonter le courant » et swà « descendre le courant ».

L'espace repéré

  • 11  Distinct de nɛ̀ « avec, au moyen de, au moment de » (v. supra).

28Les expansions à valeur spatiale peuvent être introduites par le relateur ‘pur’ nɛ̄11« à » ou par l'un des deux adverbes fonctionnant comme rela-teurs purs, « ici » et « là(-bas) ».

22. lò sí  nɛ̄kɔ̄dɔ̄rɔ̄
il R.arriver à village
Il est arrivé au village.

23. lò sí  gè kɔ̄dɔ̄rɔ̄
il R.arriver ici à village
Il est arrivé (ici) au village.

29Par ailleurs plusieurs noms qui réfèrent à des « parties constitutives d'une entité » ou à des « espaces relatifs à une entité » sont grammaticalisés et fonctionnent eux-mêmes comme relateurs, avec une valeur situative plus précise. Ils peuvent alors entrer en composition avec les précédents, ou même apparaître seuls. Ainsi le nom pɛ̀« arrière de, espace postérieur à » peut fonctionner comme relateur sous les différentes formes (nɛ̄/gè/ká) pɛ̀kō, comme le montrent les exemples suivants.

24. pɛ̀kō dà
arrière de maison
arrière de la maison, espace situé derrière la maison

25. lò gwè nɛ̄ pɛ̀kó dà
il R.aller à derrière maison
Il est allé derrière la maison.

26. lò gwè ká pɛ̀kó dà
il R.aller là à derrière maison
Il est allé (là) derrière la maison

27. lò gwè pɛ̀kó dà
il R.aller derrière maison
Il est allé derrière la maison.

30Plusieurs noms possèdent cette faculté. On en donne ci-dessous la liste, assortie de leurs valeurs nominales et grammaticales :

  • 12 Vraisemblablement composé de ndā « fondement, derrière, cause, fin, etc. » (v. infra).
  • 13 Le terme est très vraisemblablement d'origine nominale (« côté, direction » ?) bien qu'il ne soit a (...)
  • 14  En dehors des valeurs spécifiques de ỹɔ̄ « parole » et yāngá « langue parlée, idiome », je vois m (...)
  • 15  BL ne mentionne pas la forme pɛ̀ (composée de pɛ̀ et ), qui est pourtant la plus fréquente en (...)
  • 16  Composé de pɛ̀ « espace postérieur à » et ndā « fondement, bout, fin, etc. » ; non mentionné chez (...)

intérieur, envers (d'un objet), ventre
[gramm.] dans, à l'intérieur de

bɛ̄

foie, milieu, affect, émotion, ‘cœur’, pensée, souvenir
[gramm.] au milieu de

pōpō

intervalle, espace entre
[gramm.] entre, parmi

gūndā12

pied (d'un arbre), tronc
[gramm.] contre, au pied de

tɛ̀rɛ̀

corps, proximité de, bord de
[gramm.] auprès de, au bord de, contre, envers

13

« ? »
[gramm.] du côté de, en direction de, vers

membre antérieur, main, bras
[gramm.] en possession de, à la disposition de

ỹɔ̄

ouverture, accès, embouchure, bord, bouche, couvercle, parole, avis, souhait
[gramm.] au bord (accès) de, à l'embouchure de

yāngá14

bouche, bord, accès, embouchure, langue parlée
[gramm.] au bord (accès) de

gbɛ̀

dessous de, devant de
[gramm.] sous, devant, (sous l'autorité/la protection de ?)

ndō

partie supérieure, dessus de
[gramm.] sur, au dessus de

pɛ̀~pèkō15

espace postérieur à, (dos ?)
[gramm.] à l'arrière de, derrière, à la suite de, après (spatial ou temporel)

pɛ̀ndā16

trace, empreinte
[gramm.] derrière, après, suivant, à la suite de

lɛ̄

visage, face, oeil/yeux, surface, apparence, sorte, tranchant
[gramm.] en face de, sous le regard de, à la surface de

partie antérieure, partie supérieure, sommet, pointe, tête, unité, régime (fruits), extrémité de départ, début
[gramm.] en haut de, en tête de, au (haut) bout de

ndā

fondement, assise, fesses, derrière, cause, raison, origine, sens, extrémité d'arrivée, bout, fin
[gramm.] derrière, à cause de, au (bas) bout de, à la fin de

31Les principales oppositions qui se dégagent de l'examen de l'ensemble de ces relateurs sont les suivantes :

gbɛ̀ / ndō

sous / sur, au dessus de

gbɛ̀ / pɛ̀~ pɛ̀

devant / derrière

gbɛ̀ / ndā

devant / derrière

gbɛ̀ / lɛ̄

sous / à la surface de

lì / ndā

en haut de, en tête de / en bas de, à la fin de

lì / pɛ̀ndā

en tête de / à la suite de

  • 17 Vraisemblablement composé de kɔ̀ « un, seul » et « personne humaine ».

32Enfin l'ordre - spatial ou temporel - est exprimé au moyen des noms « partie antérieure, tête, etc. », ndā « fondement, bout, fin, etc. », kɔ̄zò17« premier » et kútɛ́« dernier, ultime ».

wà lì ḭ́

/personne/tête/le/

celui qui est en tête, le premier
[essentiellement spatial]

wà ndā ḭ́

/personne/fin/le/

celui d'après, le dernier [spatial ou temporel]

wà kɔ̀zò ḭ́

/personne/premier/le/

le premier [spatial ou temporel]

wà kútɛ́ ḭ́

/personne/dernier/le/

le dernier [spatial ou temporel]

kɔ̀zò dà

/première/maison/

première maison

kútɛ́

/dernière/maison/

dernière maison

L'espace orienté

33Deux oppositions parallèles se définissent relativement à la situation de l'énonciation, celle des adverbes « ici » / « là(-bas) », comme celle des déictiques ˊmɔ̀ « ce...-ci » / (ˊ)kō~ « ce...-là ». Les premiers peuvent d'ailleurs être intégrés dans les seconds avec une valeur sensiblement équivalente : ˊgè mɔ̀ « ce...-ci (ici) » / (ˊ)ká kō « ce...-là (là) ».

34Deux autres termes, qui n'entrent pas dans des oppositions explicites, se définissent néanmoins par contraste avec un « ici » qui est implicitement partagé par les interlocuteurs :

  • 18  Vraisemblablement composé de » côté, direction ( ?) » (v. supra note 12).

35gēgí18réfère en premier lieu à « extérieur, dehors, intérieur des terres ».

28. lò ká gēgí
lui là dehors
Il est dehors. [à l'extérieur de la maison, du village, etc.]

29. sí gēgí
N.sortir dehors
Sors !

30. á-wà gēgí
Pl.-personne intérieur des terres
les gens de l'intérieur des terres [par opposition aux occupants de la zone riveraine]

36Mais le même terme traduit par ailleurs « vie, vicissitudes de la vie » comme dans les exemples suivants.

31. gēgi lǒ-kō
vie c'est-là
C'est la vie !

32. gēgi mɔ̌̌ ngbòngà fɔ̀ndɔ̀
vie comme tronc bananier
La vie est comme le tronc du bananier. [c.-à-d. pleine d'aspérités]

37ndɛ̰́« différent, autre » est notamment opposé aux modes d'identification qui sont communs au groupe.

33. ndò ndɛ̰́
lieu autre ailleurs

34. wà ndɛ̰́
personne autre
étranger [personne extérieure à la famille, au village, au groupe, etc.]

38Les termes qui précèdent ont une valeur référentielle relative en ce qu'ils se définissent soit par rapport à l'énonciateur soit par rapport au monde culturel dans lequel se situe l'énonciateur. Les termes qui suivent ont plutôt une valeur d'orientation générale ou absolue, référée à des entités -espace, corps humain, topographie - qui sont indépendantes de l'identité et de la situation des interlocuteurs.

  • 19  ndō est le même que celui que l'on a traduit plus haut par « partie supérieure, dessus de ». Toute (...)

39La langue oppose tout d'abord deux formes nominales, ndō « en haut, vers le haut » et « en bas, vers le bas19 ».

35. lò kpɛ̰̂
il R.poser en bas Il (le) pose à terre.

36. dɛ̄ kɛ̄ ndō (BL)
N.couper arbre en haut
Coupe les arbres en haut ! (non près du sol)

40Ces mêmes noms ‘circonstanciels’ entrent dans des locutions figées avec certains verbes de position, et ce avec les effets sémantiques suivants :

se tenir, être debout, partir de

lō ndō

se lever

lō tī

s'arrêter

être, être assis, demeurer, vivre

dù tī

s'asseoir

être étendu, couché

sè tī

s'étendre, se coucher

41Si ces formes nominales ont généralement pour fonction de traduire un déplacement, la postposition de dans lō tī « s'arrêter » exprime au contraire l'interruption d'un mouvement.

  • 20 Le terme est vraisemblablement composé de *« homme, mâle » (cp. kɔ́ « époux » et kɔ́lī « homme, (...)

42Le yakoma oppose ensuite, par référence au corps humain en général, kɔ̄tī20« droite » et « gauche ».

37. lò dù nɛ̄ kɔ̄tī (tī) ỹítā lò
il R.être assis à doite (bras) frère/soeur lui
Il est assis à la droite de son frère/sa soeur.

38. lò dù nɛ̄ gà  tī ỹ̰̰ítā lò
il R.être assis à gauche bras frère/soeur lui
Il est assis à la gauche de son frère/sa soeur.

43Enfin l'espace est orienté par rapport au fleuve, lequel occupe une place centrale dans l'univers yakoma de sorte qu'il appelle à lui seul un développement particulier.

L'axe du fleuve

  • 21  L'Oubangui coule assez précisément d'est en ouest, du moins dans la plus grande partie du pays yak (...)

44Le fleuve Oubangui21 détermine un axe fondamental « amont / aval » et ses corollaires « rive droite / rive gauche » (aussi parfois nommées d'après les nationalités des anciens colonisateurs) :

tɔ̄

amont

aval

bàngà

rive droite

fàránzì

(< fr.) rive droite (côté ‘français’)

mbòngò

rive gauche

bɛ́rɛ̄

(< fr.) rive gauche (côté ‘belge’)

45La même orientation « amont/aval » caractérise les deux verbes gbī « remonter le courant, pagayer » et swà « couler, s'écouler, descendre le courant ».

39. lò gbī ((gē) tɔ̄)
il R.remonter le courant ((vers) amont)
Il remonte le courant ((vers) l'amont)

40. lò swà ((gē) dò)
il R.descendre le courant ((vers) aval)
Il descend le courant ((vers) l'aval)

46Elle est également parallèle à l'opposition des deux noms « partie supérieure, tête, haut de, début, etc. » et ndā « fondement, origine, extrémité d'arrivée, bas de, fin, etc. », telle qu'elle se manifeste dans les couples suivants :

li tɔ̄

/—/amont/

extrême amont

ndá dò

/—/aval/

extrême aval

lì ngú

/—/cours d'eau/

source

ndā ngú

/—/cours d'eau/

embouchure

li ngɔ̄

/—/pirogue/

avant de la pirogue, proue

ndá ngɔ̄

/—/pirogue/

arrière de la pirogue, poupe

lì zwá

/—/île/

extrémité de l'île en aval

ndā zwá

/—/île/

extrémité de l'île en amont

lì kɔ̄dɔ̄rɔ̄

/—/village/

‘haut’ du village (en amont)

ndá kɔ̄dɔ̄rɔ̄

/—/village/

‘bas’ du village (en aval)

  • 22 Il faut noter que l'île est orientée de telle sorte qu'on pourrait la comparer à une pirogue gui de (...)

47L'axe « haut/bas » s'applique ici non seulement à la topographie des cours d'eau22 - et à la pirogue -, mais aussi au village. Les villages/clans de même que les quartiers/lignages qui le composent sont en effet établis de manière successive selon un axe linéaire parallèle à celui du fleuve (Boyeldieu 1982).

  • 23   « transmettre un bien ou un gain de personne à personne, en remontant l'ordre de primogéniture  (...)

48L'axe de l'Oubangui organise ainsi non seulement l'espace des Yakoma, qui circulent d'amont en aval et de rive droite en rive gauche, mais aussi leur société puisque les mêmes repères constituent la trame des discours qu'ils produisent sur les groupes et sur leur histoire. On a choisi d'illustrer ce rôle central et constant du fleuve par trois extraits de textes à caractère socio-historique présentés en Annexe. Le premier d'entre eux constitue un inventaire commenté des chefferies de l'amont (relativement au groupe des Gbo, auquel appartient le narrateur) et concerne en l'occurrence plus précisément celles qui sont proches de l'embouchure de l'Uélé. Le second texte illustre la hiérarchie des chefferies Gbo à travers la pratique de transmission aux aînés23 des gains ou prises à caractère exceptionnel, prise que représente, par excellence, le léopard abattu à la chasse. Le dernier texte explique, de façon fantaisiste, l'arrivée des Européens - ceux-ci sont en effet arrivés en pays yakoma par le fleuve, à la fin du 19e siècle - et fait résider ces derniers ‘tout en aval’. L'axe de l'Oubangui déborde alors les limites du pays yakoma et devient presque un axe du monde. Cette représentation n'est, à mon sens, pas strictement comparable à celle des points cardinaux, qui comportent quatre directions équivalentes. Le fleuve détermine ici une orientation qui est avant tout 'linéaire', et dont découle, secondairement, le partage de la terre en deux rives, droite et gauche.

Haut de page

Bibliographie

Bouquiaux L., 1978, (en collaboration avec J.-M. Kobozo et M. Diki-Kidiri) Dictionnaire sango-français, Bàkàri sāngɔ̄-fàránzì, Paris, SELAF (Tradition orale 29).

Boyeldieu P., 1982, Structures sociales et particularismes linguistiques en pays de langue « ngbandi », Eléments pour une étude, Le domaine ngbandi, Paris, SELAF (Bibliothèque 93), 13-80.

Boyeldieu P., 1995, Le yakoma, Le système verbal dans les langues oubanguiennes (R. Boyd éd.), München-Newcastle, Lincom Europa (Lincom Studies in African Linguistics 07), 113-139.

Boyeldieu P., 1998, L'expression des notions d' « être » en yakoma, Les manières d' « être » et les mots pour le dire dans les langues d'Afrique centrale (P. Roulon-Doko, éd.), München-Newcastle, Lincom-Europa (Lincom Studies in African Linguistics 31), 63-85.

Lekens B., 1952, Dictionnaire ngbandi (Ubangi - Congo belge), Tervuren, Musée Royal du Congo Belge (Annales du MrCB, Sciences de l'homme, Linguistique 1).

Lekens B., 1955, Ngbandi-Idioticon I, Nederlands-frans en ngbandi, Tervuren, Musée Royal du Congo Belge (Annales du MRCB, Sciences de l'homme, Linguistique 3/1).

Lekens B., 1958, Ngbandi-Idioticon II, Ngbandi en frans-nederlands, Tervuren, Musée Royal du Congo Belge (Annales du MRCB, Sciences de l'homme, Linguistique 3/ii).

Haut de page

Annexe

Annexe

Texte I (extrait) : [Chefferies de l'amont], dit par K. L. (1988)

Le narrateur présente les différentes chefferies que l'on rencontre en remontant le fleuve à partir du groupe des Gbo.

[...] à mɔ́ tí mɔ̀ hɔ̄ ndò kōˊ mɔ̀ gbī mɔ̀ sī ká tɛ̂ tòmɛ́
Si tu pars à nouveau de cet endroit, tu remontes le courant et tu arrives chez les Tomeni.

tɛ̂ tòmɛ́nì ngǎ gòmbà
Les gens de Tomeni sont aussi Gomba

álà ngà â gòmbà lǒ-kō à ló ndōzū à dú ngà ká mbòngò
Ils sont aussi Gomba mais ils sont partis et se sont installés sur la rive gauche.

á-mbɛ́ á-yátá là ngǎ gè gē bàngà ngǎ nɛ̄ gbɛ̌ là ngǎ hírí là ngǎ â gòmbà
Quelques-uns de leurs frères [des Tomeni] sont aussi ici, sur la rive droite, en face d'eux, et ils se nomment aussi Gomba.

álà bāngbí ngà lɛ́ kɔ̄dɔ̄rɔ̄ tɛ́ là kɔ̄ȳ
Leurs villages se font face exactement

à mɔ́ hɔ̄ ndò kō wɛ̌mɔ̀ gbī mɔ̀ nɔ̄ mɔ̀ sī ká gbɛ̀ngɔ̀ tí gwè yākɔ̄mɔ̄ lǒ-kō ɛ̰̌Et si tu pars de là, tu remontes le courant et tu arrives à Gbengo, en direction de Yakoma, hein ?

[...] â bāyèngà dú tí là nɛ̄kɔ̄dɔ̄rɔ̄ tí yākɔ̄mɔ̄ só-mɔ̀
Les Bayenga quant à eux sont installés en amont (en haut) du village de Yakoma.

à mɔ́ lō ndò kō tɛ́ â bāyèngà mɔ́ lō nɛ̄ yākɔ̄mɔ̄ˊ mvɛ̰̀ḭ́mɔ̀ fá ngú mɔ̀mɔ̀ lyà mɔ̀ gwè ká ndá wɛ́rɛ̀ká tɛ́ â bìlā ō fà tɛ̂ ngàràkpà ō
Et si tu pars de chez les Bayenga, si tu quittes Yakoma même, tu traverses l'eau, tu traverses à nouveau et tu arrives à l'embouchure de l'Uélé, chez les Bila [dont nous avons parlé] tout à l'heure, [les Bila] du [chef] Ngarakpa.

mɔ̀ fá ngú mɔ̀ gwè ká ndá wɛ́rɛ̀só-mɔ̌ mɔ̀ mū légē tí gbīngɔ̄ gwè tɔ̄mɔ̀ à mɔ̀ sí kɔ̄dɔ̄rɔ̄ tɛ̂ ngbɔ̄ ḭ́
Tu traverses l'eau, tu vas à l'embouchure de l'Uélé, tu vas pour remonter le courant vers l'amont et tu arrives au village des Ngbo.

ma lō gè yākɔ̄mɔ̄ só-mɔ̀ wɛ̌ mɔ̀ hṵ̄ kɔ̄dɔ̄rɔ̄ tɛ́ká tɔ̄nɛ̄ tɛ̀rɔ̄ zwá ká só-mɔ̀
Si tu te tiens là à Yakoma, tu vois leur village en amont, au bord de l'île.

Texte II (extrait) : [Origine des Gbo et suprématie de Kugere], dit par K. L. (1980)

Le narrateur est lui-même membre du groupe Kasa, lignage cadet de la chefferie aînée (Kugere). Les trois chefferies/clans (gbò.)yākē, (gbòˉ.)gɔ̀mbɔ̀ et (gbò.)kūgɛ̄rɛ̄sont établies, dans cet ordre, d'aval en amont, sur la rive gauche. Elles sont, par filiation ou alliance, issues d'un même ancêtre et hiérarchisées selon l'ordre : Kugere > Gombo > Yake. Les gains ou prises exceptionnelles, éminemment représentés par l'abattage d'un léopard, sont traditionnellement transmis, de lignage en lignage et de chefferie en chefferie, jusque chez les Bada, lignage aîné de Kugere, qui en assurent le partage.

à ndò kō nɛ̀ kūgɛ̄rɛ̄ dà kō á hō zɛ̰̀ gè yākē à gwè sí gɔ̀mbɔ̀
Alors, sur le territoire où se trouve [que commande] Kugere, si l'on tue un léopard ici à Yake, on l'emporte jusqu'à Gombo.

â gɔ̀mbɔ̀ tɔ̰́ngbí ˋngǎ nɛ̄ pōpō tɛ̀rɛ́ là ngbḭ̀ḭ̀ à mú ngǎ mūngɔ̄ ˋgbí ˋgwé ˋḭ́ kūgɛ̄rɛ̄
Les Gombo le font passer et le transmettent entre eux selon l'ordre d'autorité, ils le prennent et remontent le fleuve avec jusqu'à Kugere.

â kūgɛ̄rɛ̄ ˋˋmú zɛ̰̀ kō lɛ́ mbī kō ˋtɔ̰̄ngbí lɛ́ bàgà à kó ˋḭká ỹ̰̰̰̰̰ɔ̄ túngù tɛ́ mbī kásà ká ỹɔ̄ túngù tɛ́ kōtàrà mbī kásà
Les Kugere vont prendre le léopard qui est sous mes yeux, ils le font passer sur la voie du village, ils remontent avec de mon débarcadère à moi, Kasa, du débarcadère de mon grand-père Kasa.

wà kásà yɔ̀ à nɔ̄ ˋlū hɛ̰́ ndōbē lǒ̌ kōtàrà tòbángà kō
Un membre de Kasa le porte et le transmet selon l'ordre d'autorité à Ndobe, le grand-père de Tobanga.

[...] ndōbē ˋyɔ́ ˋgā nɛ̀ ḭ́ à tɔ̰́ngbì nɛ̀ á-yátá lò tɔ̄rɔ̄ tí lɛ́ bàgà tɛ́ ʔé kwɛ́ à ngīrí nɛ̀ ḭ́ ˋdà lú dà lú dà ngbḭ̀ḭ̀ mɔ̀ à mú ˋˋzyá gè yá gbò ˊmvɛ̰̀ḭ́ gè tɛ́ â bàdà fà kō
Ndobe l'emporte et le fait passer avec ses frères, les aînés de notre rue, ils tournent avec et le transmettent de maison en maison, le transmettent de maison en maison, pendant longtemps, puis ils viennent le déposer dans la cour même du chef, chez les Bada [dont nous avons parlé] tout à l'heure.

à mú à gā à zyá gè tɛ́ â bàdà
Ils viennent le déposer chez les Bada [lignage aîné de Kugere].

â kūgɛ̄rɛ̄ ndó tɛ̄ mɔ́ zɛ̰̀ ḭ́ mɔ̄
Les Kugere ne mangent pas le léopard.

à kírí ˋmbó zɛ̰̀ ḭ́ mbōngɔ̄ kwɛ́ à mú tɛ́ là tɛ̰̄ˊ zɛ̰́ tɛ̀
A leur tour ils dépouillent simplement le léopard et prennent les dents du léopard, qui leur reviennent.

à mú pɔ̄rɔ̄ zɛ̰̀ tɛ́ là kwé mɔ̀ à dɔ̄ˊ tá sà ḭ́ mvɛ̰̀ḭ́ˋzyá hɛ̰́ â gɔ̀mbɔ̀ nɛ̀ â yākē̄ à kángbí́ tɛ̀rɛ́́ là à gā à gbɔ́ ˋgwé ˋḭ́ˋtɛ́
Ils prennent la peau du léopard et ils abandonnent la viande aux Gombo et aux Yake [qui] la partagent, la ramassent, l'emportent et la mangent.

Texte III (extrait) : [Arrivée des Blancs], dit par Ngb. J. (1980)

Le texte est teinté de sango véhiculaire : kɔ́bɛ̀« nourriture », só...só Relatif, pɛ̄pɛ̀Négation.

kɔ́zò ḭ́ gìrìrì è híngá á-mbɛ́ á-zì mɔ̌ á-mbùnzú ká ndá dò pɛ̄pɛ̀
Au début, autrefois, nous ne connaissions pas de gens comme les Blancs [qui demeurent] tout en aval.

[…]
[Nous razzions un village, nos femmes ramassent la nourriture, le manioc, le maïs...]

é só é tɛ̄ sɛ̰́ tí nzō é sā nɛ̄ lɛ́ ngú
Tout le temps que nous mangeons les déchets de maïs, nous les jetons au fleuve.

sɛ̰́ tí nzō só swà á gwè ká dò
Les déchets de maïs descendent le courant et s'en vont en aval.

ó-lǎ á-mbùnzú ˋbá ngbḭ̀ḭ̀
Alors les Blancs les observent longtemps.

â-mbùnzú yá sàltê tí kɔ́bɛ̀só ndó swà só á lō wà á gā wà
Les Blancs (se) disent : « Ces déchets de nourriture qui descendent le courant, d'où viennent-ils ? ... »

á-zì māké tí dūngɔ̄ ká ndōzū pɛ̄pɛ̀
« ... il n'est pas possible qu'il n'y ait pas des gens qui vivent là-haut, ... »

é gbí nɛ̀ bàtô é gā é bā álà
« ... remontons le fleuve en bateau et allons les voir. »

lǎ á-mbùnzú ˋgbi ngbḭ̀ḭ̀ à gā à si gè mabây
Alors les Blancs remontent le fleuve longtemps et ils arrivent ici à Mobaye.

Haut de page

Notes

1  Mes propres informations lexicales sont parfois complétées par celles que j'ai pu tirer de l'excellent Dictionnaire ngbandi de B. Lekens (1952, 1955, 1958). Ces formes sont alors explicitement signalées (BL) dans le texte. Du ngbandi au yakoma des Mbindo, qui constitue ma référence, on observe quelques variations phonologiques qui touchent principalement les séquences de segments suivantes : ngbandi Ca̰̰ = yakoma Cɛ̰, Cɔ̰ ; ngbandi Na = yakoma Nɛ, Nɔ ; ngbandi CVlV, CVrV / CVnV = yakoma CVrV / CV̰rV̰.

2  En yakoma, ce terme apparaît essentiellement en complément d'un adverbe temporel (v. infra) : 'ndō gɛ̰́ « autrefois, il y a très longtemps ».

3  Les abréviations utilisées sont les suivantes : B. Lekens (Dictionnaire) = BL ; ngbandi = ngb. ; français = fr. ; Yakoma = yak. ; Pluriel = Pl. ; forme grammaticalisée = gramm. ; mode Réel = R ; Interrogatif = Interr. ; mode Virtuel = V ; mode Nécessaire = N ; postérieur = post. ; antérieur = ant.

4  Les pronoms personnels de 3ème personne « il, lui, elle » et « ils, eux, elles » álà, que l'on traduit toujours conventionnellement par un masculin, ne sont en fait pas marqués du point de vue du genre.

5  Sur l'organisation du système verbal, voir Boyeldieu (1995).

6 Cp. ndɛ̰̄ « matin ».

7 Les valeurs passée ou future des adverbes ambivalents sont orientées par le choix du mode, Réel ou Virtuel, dont le verbe est nécessairement marqué.

8  Cet emploi particulier du terme générique référant à « lieu, espace » s'observe dans d'autres langues de la région, non nécessairement apparentées, notamment le banda (9oubanguien) et le yulu (soudanique central).

9  Comparez avec en. français « il connaît son monde ».

10  Vraisemblablement composé de ndō « partie supérieure, haut de » (v. infra).

11  Distinct de nɛ̀ « avec, au moyen de, au moment de » (v. supra).

12 Vraisemblablement composé de ndā « fondement, derrière, cause, fin, etc. » (v. infra).

13 Le terme est très vraisemblablement d'origine nominale (« côté, direction » ?) bien qu'il ne soit apparemment (plus) employé que comme relateur.

14  En dehors des valeurs spécifiques de ỹɔ̄ « parole » et yāngá « langue parlée, idiome », je vois mal ce qui fait la différence entre les deux termes (le second serait d'usage restreint chez BL ?). La composition vraisemblable de yāngá (cp. « intérieur ») renvoie peut-être plus précisément à « l'intérieur de la bouche » ?

15  BL ne mentionne pas la forme pɛ̀ (composée de pɛ̀ et ), qui est pourtant la plus fréquente en yakoma. Bien que la chose ne soit pas très explicite, il semble que kô traduise plus spécifiquement « partie postérieure de, dos », et pɛ̀ ou pɛ̀ « espace postérieur à, espace situé derrière ». Des deux termes simples, ce dernier seul serait grammaticalisé ?

16  Composé de pɛ̀ « espace postérieur à » et ndā « fondement, bout, fin, etc. » ; non mentionné chez BL

17 Vraisemblablement composé de kɔ̀ « un, seul » et « personne humaine ».

18  Vraisemblablement composé de » côté, direction ( ?) » (v. supra note 12).

19  ndō est le même que celui que l'on a traduit plus haut par « partie supérieure, dessus de ». Toutefois, dans les emplois que l'on illustre ici, les noms ndō et sont spécialisés dans une fonction circonstancielle (expansion verbale non marquée) qui les apparente à des formes adverbiales.

20 Le terme est vraisemblablement composé de *« homme, mâle » (cp. kɔ́ « époux » et kɔ́lī « homme, mâle ») et « membre antérieur, main, bras »

21  L'Oubangui coule assez précisément d'est en ouest, du moins dans la plus grande partie du pays yakoma, mais le cycle solaire ne semblant jouer aucun rôle dans l'orientation de l'espace, on aurait tort, à mon avis, de vouloir établir des équivalences « amont = est » et « aval = ouest », qui ne sont que fortuites. Ceci du moins pour la zone riveraine. Je ne sais pas précisément ce qu'il en est du pays ngbandi ; B. Lekens indique en effet hɔ̄tɔ̄ « mont, montagne, amont », tɔ̄ (synonyme de hɔ̄tɔ̄) « orient », « en aval, ouest », ndàdú (synonyme de do) « en bas, vers le bas, en aval » et mbòngò « rive gauche de la rivière Ubangi, Sud ». Il ne mentionne pas le terme yakoma bàngà « rive droite ».

22 Il faut noter que l'île est orientée de telle sorte qu'on pourrait la comparer à une pirogue gui descend le courant : le « haut » ou la « tête » de l'île est en fait son extrémité vers l'aval.

23   « transmettre un bien ou un gain de personne à personne, en remontant l'ordre de primogéniture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Boyeldieu, « L'expression du temps et de l'espace enyakoma (R.C.A. et R.D.C.) », Journal des africanistes, 79-1 | 2009, 157-174.

Référence électronique

Pascal Boyeldieu, « L'expression du temps et de l'espace enyakoma (R.C.A. et R.D.C.) », Journal des africanistes [En ligne], 79-1 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2806

Haut de page

Auteur

Pascal Boyeldieu

LLACAN (UMR 8135 du CNRS) – INALCO

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org