Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Tydskrif Vir letterkunde, Littérature émergente et création artistique

Alain Joseph Sissao
p. 357-359
Référence(s) :

Tydskrif Vir letterkunde, n° spécial "Littérature émergente et création artistique", Burkina Faso, 358 p.

Texte intégral

1Ce numéro de la revue sud-africaine Tydskrif, issu d'un contact entre les Universités de Prétoria et de Ouagadougou, comprend treize articles qui rendent compte de la situation .de la littérature et des arts au Burkina Faso et se termine avec la critique de neuf œuvres. Il est coordonné par les prof Bissiri et Sanou Salaka de l'Université de Ouagadougou et le prof Hein willemse de l'université de Pretoria.

2Salaka Sanou fait une présentation liminaire Burkina Faso : littérature émergente et création artistique - l'identité culturelle par la littérature et les arts qui situe le pays, les langues et la composante ethnique. Il campe aussi les structures culturelles qui animent le pays : le Festival international du théâtre pour le développement (FITD), le festival international de théâtre et des marionnettes de Ouagadougou (FITMO), les Récréatales, les nuits atypiques de Koudougou (NAK) et rend compte des manifestations qui mettent en avant la littérature (prix littéraires) et aide à sa promotion (bibliothèques) via les programmes d'enseignement et les structures de recherche.

3Georges Sawadogo cerne dans Poésie et identité culturelle chez F. T. Pacéré : de l'affirmation identitaire à l'humanisme universel » les caractéristi­ques socio-culturelles de la poésie pacéréenne tout en définissant son rôle dans la structuration esthétique et sémantique des textes. Il montre ainsi que c'est une poésie dialogique et dialectique caractérisée par l'enracinement et l'ouverture.

4Pascal Some montre dans Ecriture romanesque burkinabé : une écriture hétérogène, des textes entre écrit et oral que les transitions temporelles sont les manifestations de potentialités inhérentes au système temporel du français. Il y a deux postures énonciatives du narrateur (diégétisation liée, diégétisation autonome) qui être interprétée comme une oscillation du narrateur entre une narration écrite et une narration orale.

5Alain Sissao étudiant L'intégration des formes et techniques de création orales à travers Pouvoir de plume de Fidèle Rouamba montre comment les formes relevant de l'oralité sont fortement exploitées par Roumba dans son processus de création romanesque.

6Jean Ki Célestin dans A propos des arts plastiques à la semaine nationale de la culture s'attache au rôle valorisant et promotionnel de la Semaine Nationale de la Culture (SNC) et fait des propositions pour l'envol des arts plastiques à partir de la SNC. Il y a cependant une confusion entre art traditionnel et art contemporain.

7Rémy Rousseau étudiant L'émergence de l''artiste' au Burkina Faso montre que l'art africain ne trouve d'acteurs au Burkina Faso que depuis une vingtaine d'années grâce à l'action du gouvernement révolutionnaire avec les manifestations comme la Semaine Nationale de la Culture (SNC), le Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) et le Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou (SIAO). Dans les années 90 avec l'innovation artistique et la liberté d'expression de nouveaux événements ont vu le jour -Symposium de sculpture sur granit de Laongo, PIAMET et Ouag'Art - qui ont permis aux créateurs burkinabè de se confronter aux techniques de leur collègue d'Afrique et du reste du monde. Cependant aucun espace n'a depuis lors été dédié à la formation et à l'exposition des artistes burkinabè, exception faite de la fondation Olorun. Ce manque pose des problèmes aux créateurs qui risquent de s'inscrire dans un circuit où les impératifs commerciaux semblent trop souvent dominer la recherche plastique.

8Kam Alain Sie dans Une nouvelle approche classificatoire des textes oraux africains montre que la classification des textes africains en des genres bien déterminés a toujours préoccupé bon nombre de chercheurs en littérature orale. Ces recherches diverses ont abouti à une classification classique basée sur le contenu du texte oral, sa forme (structure) ses personnages, sa fonction, la présence ou non de la musique, etc... Cependant il y a d'autres éléments qui s'ajoutent en littérature orale comme le temps, le lieu, la circonstance, etc. et des différences existent dans les dénominations de certains genres qui ne recouvrent pas les mêmes conceptions en milieu africain, comme le conte par exemple. Toutes ces raisons ont conduit à un nouvel examen des différents genres oraux dans le cadre africain et à proposer une division de ces textes en cinq grandes catégories.

9Albert Ouedraogo dans Le renouveau des contes du Lagl Naaba à la Télévision Nationale du Burkina montre que grâce à l'action du Lagl naab Abga, les soirées de contes au village ont pu trouver, depuis les années 60, une nouvelle jeunesse sur les ondes de la radiodiffusion nationale du Burkina. Son petit-fils, le Lag naab a Tigre, en collaboration avec Henriette Ilboudo (animatrice en langue moore à la Télévision Nationale du Burkina) a initié les soirées de contes sur le petit écran. L'introduction du conte à la télévision s'inscrit dans la volonté politique de valorisation du patrimoine culturel national et d'intégration nationale. La forte diaspora burkinabè et moréphone qui continue à garder des attaches avec le Burkina est à l'écoute de ces produits culturels nationaux. Mais ce nouvel espace de production du conte entraîne la violation de certains tabous (temps de narration, durée de la performance et espace de la télévision) et la présence d'objets de la modernité, les emprunts lexicaux au français y sont proscrits. La soirée en moore est une école où l'on fait l'apologie des valeurs morales tout en fustigeant les comportements déviants afin de construire une société de paix et de justice.

10Sanou SALAKA dans Littérature et masque : une étude comparée de leur fonctionnement comme institution aborde ce sujet à travers une approche théorique de deux phénomènes pour ensuite mettre en parallèle leur fonctionnement. Cela a permis aux différents théoriciens de définir l'institution et de montrer l'autonomie du champ littéraire producteur de valeurs qui sont transmises selon des codes. Quant au masque en Afrique il est une réalité culturelle et cultuelle au-delà de sa dimension artistique et constitue dans les sociétés où il existe, une référence sociale, un régulateur de la vie sociale. C'est en particulier le cas chez les Bobo du Burkina Faso où il est, par excellence, l'élément qui structure la socialisation de l'individu. Il en conclut que le masque est une institution comme la littérature et à ce titre, qu'il peut faire l'objet d'une étude sous cet angle.

11Louis MILLOGO étudiant Le langage des masques burkinabè : un discours ésotérique ? montre que les masques burkinabè ont un double aspect. Premièrement les masques ont un volet réservé à une élite qui y accède uniquement par un enseignement secret (ésotérisme) et qui détient les mythes explicatifs et les techniques de fabrication. Deuxièmement, les masques ont une fonction socio-religieuse qui est communautaire et populaire ouverte à la connaissance de tous (exotérisme) : ils expriment les croyances fondamentales, les prières d'expiation, de demande de prospérité et de paix de toute la communauté. Beaucoup de signes utilisés dans les manifestations des masques appartiennent à un code symbolique lisible par tous - les formes animales ou imaginaires des masques, leurs espaces d'évolution, leurs gestes, leurs danses, les dispositions du public.

12Cet ouvrage apparaît donc comme un outil de première main pour celui qui veut découvrir la littérature et les arts du Burkina Faso, leur dynamisme, leur esthétique et évolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Joseph Sissao, « Tydskrif Vir letterkunde, Littérature émergente et création artistique », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 357-359.

Référence électronique

Alain Joseph Sissao, « Tydskrif Vir letterkunde, Littérature émergente et création artistique », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2801

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org