Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Tourneux Henry, La communication technique en langues africaines, l'exemple de la lutte contre les ravageurs du cotonnier (Burkina Faso / Cameroun)

Paulette Roulon-Doko
p. 355-357
Référence(s) :

Tourneux Henry, 2006, La communication technique en langues africaines, l'exemple de la lutte contre les ravageurs du cotonnier (Burkina Faso / Cameroun), Paris, Karthala, 157 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage témoigne de l'importance de communiquer dans la langue de l'autre, en l'occurrence ici le paysan camerounais ou burkinabé. Ecouter l'autre "parler dans sa langue" c'est prendre en considération les connaissances qu'il a acquises au fil de son long séjour sur un terrain dont le développeur ignore presque tout, nous rappelle Henry Tourneux en ajoutant qu'il faut aussi "faire l'effort de mettre au point un langage technique mutuellement compréhensible" (p. 6).

2Dans un premier chapitre intitulé Que peut-on faire avec les langues africaines ?, l'auteur répond à la question en prenant l'exemple de la situation linguistique du Cameroun. Ce pays compte "environ 260 langues, soit plus de 5% du patrimoine linguistique mondial" (p. 12) qu'on peut qualifier de 'nationales' par opposition aux deux langues officielles que sont le français et l'anglais. Au sein des langues 'nationales' qui sont pour la plupart des langues 'ethniques', il distingue quelques langues qui sont diffusées "hors de leur milieu d'origine en jouant le rôle de langues véhiculaires" qu'il appelle 'supra-ethniques'. Parmi elles le fulfulde (nom de la langue peule au Cameroun) dont il montre l'importance dans la vie locale des populations des provinces du Nord et de l'Extrême Nord. Il recense les domaines où le fulfulde écrit est utilisé, et souligne les difficultés scolaires des écoliers du primaire sans compétence en français qui, toutes ethnies d'origine confondues, ont par contre une compétence en fulfulde comparable à celle en français des écoliers francophones en France. Il pense que l'usage d'une langue véhiculaire à l'école - ici le fulfulde -améliorerait certainement la réussite scolaire et l'acquisition du français comme langue seconde, tout en permettant à ceux qui quittent prématurément l'école de disposer d'un outil de communication tant oral qu'écrit.

3Les sept chapitres qui suivent traitent tous de la lutte contre les ravageurs du cotonnier, comme l'indique le titre de l'ouvrage. Le chapitre 2, consacré à L'importance de la communication en langue africaine dans le cadre du développement agricole, illustre les difficultés de "la traduction technique dans une langue à tradition orale" (p. 23) et propose de parler plutôt de "reformulation dans une autre langue" (p. 24). L'auteur prend ici l'exemple de la lutte étagée ciblée (LEC) pour laquelle un livret de vulgarisation en français existe qui nécessite tout d'abord que soient identifiés les onze ravageurs à exterminer. Comme les photos, principal élément de reconnaissance, n'étaient pas correctement interprétées par les paysans qui pourtant connaissaient les dits ravageurs, il fut procédé à une collection d'insectes et de larves vivantes qui a permis l'établissement d'une nomenclature qui rende compte de la structuration conceptuelle de ce "champ notionnel des ravageurs du cotonnier" (p. 28). L'auteur détaille et analyse ensuite les divers types d'appellations proposées par les paysans et précise sa méthodologie pour parvenir à retenir, pour chaque ravageur, l'appellation qui, facile à mémoriser, fait consensus et est donc performante. La nomenclature ainsi validée est pour finir présentée. Elle est principalement constituée de noms descriptifs.

4Le chapitre 3 Comment parler de la résistance des insectes aux insecticides avec les paysans cultivateurs de coton concerne le projet GeRICO développé pour la zone cotonnière occidentale du Burkina Faso qui fait intervenir une chaîne allant du scientifique qui a créé le projet au paysan qui l'exécute, en passant par les agents de la société cotonnière locale que sont "le correspondant coton" puis "l'agent technique coton". Dans cette région à fort multilinguisme, le jula ayant un statut de langue véhiculaire a été retenu comme langue cible, le français étant la langue source. Afin de rendre possible le dialogue entre tous les acteurs du projet, l'auteur commence par faire une analyse sémantique du terme 'résistance' en français, avant d'en proposer une explicitation tout d'abord pour le paysan francophone, puis pour le paysan qui parle jula, soulignant les implicites propres à chaque culture afin de faire ressortir la valeur effectivement utilisée dans le cadre de ce projet, celle qui est essentielle pour garantir une application fructueuse.

5Le chapitre 4 présente L'établissement d'un lexique spécialisé en jula sur les ravageurs mais aussi sur tous les termes concernant le coton - la plante et sa culture. Chaque terme retenu est longuement présenté : explicitation de sa formation ou de son origine et justification des choix effectués. De nombreuses photos permettent au lecteur de visualiser ce dont il est question.

6Le chapitre 5 est intitulé Rédiger en français. S'en remettre aux intermé­diaires que sont les personnels de la société cotonnière pour traduire aux paysans un discours émis dans le français technique savant du scientifique à la base du projet n'est qu'une procédure aléatoire, un "écran" précise l'auteur (p. 74) qui ne garantit en rien une transmission satisfaisante. Cette situation n'est pas sans rappeler la confiance excessive accordée à l'interprète au cours d'une enquête anthropologique, lorsque le chercheur n'a qu'un usage très basique de la langue de l'autre. L'auteur propose donc un guide pour établir un "document en français accessible" (ibid.). La démarche comporte cinq étapes. Le document d'origine en français technique [1.] est tout d'abord reformulé dans un français plus facile [2.] qui est ensuite traduit dans la langue cible -langue véhiculaire ou locale - [3.]. Le texte ainsi produit est alors analysé et traduit en français [4.] en adoptant une présentation juxtalinéaire des langues cible et source qui exige une très bonne connaissance des deux. Il est enfin procédé à la rédaction finale d'un texte en français plus facile qui suit précisément le cheminement du raisonnement de la langue cible. Deux exemples illustrent la démarche proposée qui éclairent de façon très convaincante la qualité du texte produit à la fin, et son aptitude à en favoriser une transmission optimale.

7Le chapitre 6 s'intéresse à l' évaluation de l'efficacité des pictogrammes phytosanitaires dans la protection contre les risques liés à l'utilisation des pesticides, généralement des empoisonnements. L'auteur présente les résultats d'une enquête faite au Nord-Cameroun pour évaluer la compréhension réelle du pictogramme défini comme "un symbole qui véhicule un message sans l'aide de mots" (p. 109) qui montre les limites de ce type de message et pointe surtout la possibilité d'une interprétation erronée pouvant conduire à un comportement dangereux. Il mentionne à ce propos le rôle non négligeable de la langue cible. Ainsi pesticide sera rendu par un terme qui signifie en jula « poison », et en fulfulde « remède », ce qui ne véhicule pas un même message d'alerte. L'auteur propose de considérer le pictogramme comme "un aide-mémoire" et certainement pas comme "un moyen d'information suffisant" (p. 122).

8Un dernier chapitre sur l'analyse et la traduction française de la plaquette en jula diffusée par la SOFITEX présente la traduction en français d'extraits de cette plaquette à laquelle aboutissent cinq spécialistes du jula et souligne les difficultés d'une telle traduction technique, même lorsqu'elle a été réalisée par des traducteurs locaux de ce domaine. Un glossaire jula-français et français-jula clôt l'ouvrage.

9J'invite vivement le lecteur à découvrir par lui-même cet ouvrage, relativement court, mais extrêmement riche qui apporte un regard neuf dans le domaine du développement en proposant de donner une place entière aux populations locales au lieu de les ignorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Tourneux Henry, La communication technique en langues africaines, l'exemple de la lutte contre les ravageurs du cotonnier (Burkina Faso / Cameroun) », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 355-357.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Tourneux Henry, La communication technique en langues africaines, l'exemple de la lutte contre les ravageurs du cotonnier (Burkina Faso / Cameroun) », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2799

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org