Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Stoller Paul, Gallery Bundu (a Story about an African Past)

Philippe Laburthe-Tolra
p. 353-355
Référence(s) :

Stoller Paul, 2005, Gallery Bundu (a Story about an African Past), U.S.A., University of Chicago Press, 196p.

Texte intégral

1Ce n'est certes pas dans nos usages de rendre compte d'un roman, américain de surcroît. Mais il s'agit d'un Bildungsroman, un travail d'éducation et d'initiation, qui a pour nous l'intérêt de se dérouler en Afrique de l'Ouest francophone. Bundu signifie en langue songhay « bois sculpté ».Le titre du livre se réfère à une galerie d'art africain, supposée gérée à New-York en 1998 par un anthropologue de 52 ans, David Lyons, et par sa compagne, Elli, d'origine libanaise, par ailleurs consultante en psychologie.

2David fait le bilan de son expérience africaine en racontant sa vie à Mamadou, un collecteur d'objets qu'il a envoyé cinq mois sur le terrain et qui revient en Amérique lui vendre sa récolte. Jeune Juif américain marqué à dix ans par la mort de son père, David serait parti à l'âge de 23 ans servir dans le Peace Corps, pour éviter la guerre du Vietnam, comme professeur d'anglais à Téra, petite ville du Niger, frontalière de l'actuel Burkina Faso. Non sans candeur, il s'applique à l'apprentissage du français et du songhay.Via Abidjan et Bouaké, il cumule des expériences de chaleur, soif, manque d'hygiène, affrontement avec les pouvoirs occultes de chasseurs de serpents, quinzaine gastronomique à Niamey aux frais de l'administration, incertitude des transports, etc. En fin d'année scolaire, il éprouve la première passion de sa vie, pour une belle demi-mondaine peule, Zeinabou. A la suite d'un clash avec un directeur blanc raciste, il est muté sur le fleuve à Tillabéri, où il est accueilli en 'popote' par un aimable collègue français, et par une Américaine connue pour être la maîtresse de notables nigériens. Celle-ci s'enfuit un jour avec l'un d'eux, abandonnant un énorme stock de haschisch à un puisatier américain buveur de bière, mais parlant bien songhay. Ce Billy entraîne David dans le Sahel vers Ouallam, à deux bonnes journées de marche. Ils manquent de mourir de soif. David en sort aguerri. À la toute fin de son séjour au Niger, il apprend que Zeinabou est enceinte. Il a fait connaissance avec un vieux et fameux tisserand, Amadu, qui l'initie à son métier, et lit son retour ultérieur dans l'oracle des cauris. Après cinq ans d'études aux USA, David revient avec une bourse Fullbright d'un an (1976-77). Amadu le remet au tissage, et lui apprend qu'il doit aussi l'ouvrir aux mystères de la divination par les cauris, mais que cette initiation se « paye » : n'a-t-il pas lui-même perdu six de ses huit enfants ? David en accepte l'augure. Il recherche Zeinabou disparue, qu'il a vexée pour avoir dit n'être pas sûr de sa paternité, mais il lui a envoyé pour son garçon des mandats mensuels, dont les derniers lui ont été retournés. Il trouve à sa place une femme dans la même situation qu'elle, qu'il prend en amitié : le fils de cette femme deviendra grand footballeur. Il fait la connaissance du meilleur vendeur local d'art africain, Diop, avec qui il effectue une tournée dans les pays voisins, et qui lui propose un partenariat. La veille de son départ, à la caisse d'une boutique, il tombe sur Zeinabou devenue riche commerçante. A sa demande, elle lui montre la photo d'un garçon, en qui il discerne avec émotion ses propres traits. Quatorze ans plus tard, le professeur David est pour trois semaines l'invité du Centre culturel américain de Niamey. C'est à cette occasion qu'il rencontre l'attachée psychologue de l'ambassade, Elli, séparée d'un diplomate ; ils s'aiment. Ensemble, ils décident avec Diop de fonder la Gallery Bundu. Elli exhorte David à retrouver son fils, - ce qu'il fait in extremis sous la figure d'un sorbonnard doctorant en économie politique, imbu de Marx et de Fanon. Mamadou remercie le conteur en lui révélant, - ce que le lecteur découvrira par soi-même -, quel a été le prix réel d'un tel parcours initiatique.

3Critique principale : l'invraisemblance du final : David est censé n'avoir songé toute sa vie qu'à rencontrer son fils. Or, la boutique de la mère n'a pas bougé entre 1977 et 1991 : il est étrange qu'il n'ait osé aller la voir qu'à la fin de ses 3 semaines de séjour en 1991, et même qu'il n'ait pas songé plus tôt à écrire à son garçon ! Pour ne rien dire, bien sûr, des réserves que peuvent susciter l'abus de drogue et d'alcool, ou la pertinence du trafic des œuvres d'art africaines... Par ailleurs, le statut de métis, même de père inconnu, n'est pas toujours aussi dur qu'il paraît l'être ici. Quant au versement régulier d'argent pour un enfant, il est inexact, selon la plupart des coutumes, qu'il n'engendre aucun droit, bien au contraire (malgré l'importance avouée du « dash », souvent mise en scène au cours du récit, le rôle de l'argent y est minimisé pour donner de l'Afrique une image plus noble...).

4Ces réserves n'empêchent pas que nous retrouvions tout au long de ce roman, les saveurs, les surprises, les richesses, l'aventure, la magie de l'Afrique, magnifiée par un écrivain qui la connaît bien, et qui l'aime certainement avec sincérité et profondeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « Stoller Paul, Gallery Bundu (a Story about an African Past) », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 353-355.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « Stoller Paul, Gallery Bundu (a Story about an African Past) », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2797

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org