Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Rosny Éric , Justice et sorcellerie

Nicolas Monteillet
p. 350-353
Référence(s) :

ROSNY, Eric de, (dir.), 2006, Justice et sorcellerie, Paris, Karthala 385 p.

Texte intégral

  • 1  Les journées Sorcellerie et pouvoir au Cameroun en 2002, du laboratoire (CNRS) Système de Pensée e (...)
  • 2  En 2008, on jugeait, dans la seule circonscription de Monatélé, quatre fois plus d'affaires qu'à l (...)

1Cet ouvrage résulte d'un colloque qui s'est tenu à Yaoundé, à l'Université Catholique d'Afrique Centrale, en 2005, et qui marque une véritable rupture, par la confrontation des regards de juristes et de spécialistes de sciences humaines sur les violences qui entourent les affaires de sorcellerie. Loin de céder aux penchants pour l'exotisme, pour l'académisme distant ou pour des formes de sensationnalisme qui amènent souvent à occulter les violences qu'elles impliquent, cette réunion a eu le mérite de souligner les effets concrets de l'envahissement de la vie mo4derne par la peur de la sorcellerie, thème peu abordé frontalement jusque-là1. Cette réunion illustre la réactivité des universités du Sud, plus sensibles à l'urgence de problèmes collectifs locaux et plus promptes à développer des questionnements que les communautés universitaires du Nord. il faut rendre grâce à l'initiative d'Eric De Rosny (UCAC) d'avoir su réunir anthropologues, psychologues, juristes pour évoquer cette impli5cation croissante de la justice dans la gestion des conflits associés à la sorcellerie2. Cette question est d'autant plus pressante qu'elle intervient dans un contexte de transformation des structures sociales associé à l'urbanisation : les conseils de village font place à une justice du chef-lieu peu adaptée, les « contre-sorciers » ngangas des collectivités traditionnelles laissent, en ville, la place aux 'charlatans' ou aux nouvelles Eglises. Le pouvoir des chefs de village est lui-même considérablement affaibli par le pouvoir central. Résultat : les victimes se tournent de plus en plus vers la justice ou vers les prêtres.

2Le phénomène reste mal compris, même par les élites dont certains représentants croient que l'absence de condamnation de la sorcellerie par le colonisateur était l'une des causes de la persistance du problème. Les juristes (Mounyol A Mboussi, Kassia Bi Oula) - incriminent plus précisément 'l'erreur de perspective' française, coloniale, qui condamnait les 'pratiques de sorcellerie' sans précisément proposer une définition légale de l'infraction. Prenant au mot la banalisation de la croyance, ces auteurs soulignent le caractère inadapté de l'emprisonnement, "car le sorcier travaille avec son esprit" et peut continuer ses activités en prison. Ils suggèrent de commuer l'incarcération en prise en charge par des psychologues et des religieux. La gestion de la sorcellerie illustre à merveille les formes aussi vigoureuses qu'épisodiques d'intrusion de l'Etat post-colonial dans la vie quotidienne. C'est ce que soulignent Cécile Séverin Abega et Claude Abe (UCAC), comme Alban Bensa (EHESS), qui relient le phénomène aux époques marquées par les mutations du pouvoir ou par la centralisation. Etat et Eglise s'affermissent contre les pouvoirs locaux et communautaires, utilisant notamment la répression contre la sorcellerie. avec plus de violence que leurs prédécesseurs (cf. la fonction de contrôle des sociétés secrètes...). Peter Geschiere (Université d'Amsterdam), revient à son questionnement ancien sur la collaboration des « contre-sorciers » et des juges. Il souligne l'ambiguïté du terme de sorcellerie, puisque qu'il désigne à la fois le pouvoir qui maintient l'ordre social et celui qui permet de réaliser des actes anti-sociaux. Mais ne s'agit-il pas d'une caractéristique de bien des langues africaines, comme le souligne Hegba (après bien d'autres cf. Laburthe-Tolra, Mallart..) ? Il confronte le cas camerounais à celui de l'Etat sud-africain, ou la pénalisation de la sorcellerie n'existe pas, et note l'importance de la montée du pentecôtisme au Cameroun.

3Marie-Thérèse Mengue (UCAC) qui a produit une série d'entretiens avec les jeunes citadins souligne la généralité de l'attribution des infortunes et des échecs à l'action perverse de la parentèle du village. L'accumulation matérielle et la réussite sociale des fonctionnaires, hommes d'affaires et détenteurs de capitaux est d'ailleurs suspecte de résulter de pareilles manœuvres aux yeux des jeunes ruraux (cf. Monteillet 1998, 2005). Elle souligne le problème crucial soulevé par la croyance : la projection de sa propre culpabilité sur autrui c'est à dire le rejet systématique, sur l'autre, de la cause de ses échecs. Elle en appelle aux écoles, aux familles et à l'Eglise pour aider les jeunes à accepter leur part de responsabilité sur leur vie. Observation prolongée par Tsala Tsala (psychologue de l'UCAC) qui souligne que la psychanalyse trouve une explication à de nombreux phénomènes qui semblent relever de la sorcellerie. Il attribue la recrudescence de cette intervention au fait que les individus auraient de plus en plus de mal à assumer les liens et les rôles 'traditionnels' qui leur incombent. La sorcellerie leur permettrait de se déresponsabiliser, de se dérober à ces rôles et à ces devoirs. Le psychothérapeute lui-même n'échappe pas à cette croyance en des pouvoirs 'surnaturels' puisqu'il ne peut devenir vraiment efficace aux yeux des malades que quand il acquiert l'aura et la réputation de contre-sorcier.

4Les questionnements des juristes (Mounyol a Mboussi, du Cameroun, Kassia bi Oula, de RCI) soulignent les contradictions de l'application d'un légalisme bureaucratique dans le traitement de la sorcellerie : outre le problème central de la preuve, puisque les aveux ou témoignages, ou 'visions' des experts-ngengan, malgré leur apparence d'authenticité, peuvent être une forme de vengeance ou simplement faussées sous l'effet de la peur. Ils relèvent les limites de l'efficacité des amendes, inadaptées pour des justiciables démunis. Ce type de questionnement est nouveau chez les juristes plus prompts à condamner qu'à s'interroger sur le phénomène jugé et ses sanctions. Les remarques des avocats (P. Monthé), ne sont pas loin de faire émerger dans l'assistance le souhait d'une dépénalisation de la sorcellerie, attitude qui, dans un contexte de peur banalisé, pourrait favoriser le regain des méfaits de la 'justice populaire' et les dérapages aboutissant à des violences impitoyables envers les marginaux. Un magistrat (R. Kamtchoum), malgré la crise de la médecine 'traditionnelle', fait pourtant reposer la charge de la preuve sur les rituels des contre-sorciers. Il évoque sa collaboration avec un Chef de canton pour rassembler des témoignages à charge ou à décharge. Sa collègue P. Galega en appelle à la protection des témoins qui seraient menacés par les sorciers. Les contributions plaident pour une réécriture de l'article 251 du code pénal définissant les éléments qui constituent l'infraction ou le rôle des structures judiciaires 'traditionnelles'. Tous s'accordent sur la nécessité d'élaborer un programme de reconnaissance des traditions locales en matière de lutte contre la sorcellerie.

  • 3  Les tentatives d'éradication acharnées, lors de flambées prophétiques, ont pu aboutir à des forme (...)

5Le point de vue des théologiens (Atangana et Ohouo Djoman) est enrichi par des notations personnelles pertinentes. Chacun souligne que de nombreux phénomènes que l'on croit provoqués par la sorcellerie peuvent être expliqués par les sciences humaines : les effets des rapports conflictuels dans la société, l'inconscient collectif, les traumatismes sociaux... etc. Le père Hegba souligne (après Laburthe-Tolra 1976, ou Monteillet 1998) que les Africains savent que la sorcellerie n'est pas à l'origine de tous les maux, ruinant la définition trop générale qui jalonne l'ouvrage. Il souligne que le « thérapeute spirituel » ne peut accuser aveuglément, et sous prétexte de chr6istianisme autochtone, céder à des formes de fondamentalisme néo-traditionnel3. Il souscrit à son tour à une approche pluridisciplinaire de la guérison du malade, par l'écoute, la médecine traditionnelle, la psychologie, la théologie.

6Les contributions des économistes (Nantchouang, R. et Kamdem E.), éloignées des réflexions sur l'"économie politique de la sorcellerie" (Rowlands & Warnier, 1988, ou Bayait, 1991) apportent des données statistiques, tout comme de nombreuses autres contributions que le lecteur pourra découvrir.

  • 4  La sorcellerie était redoutée par 67 % des chefs de ménages de Nkoteng, en 1996 ; 12 ans plus tard (...)

7L'ouvrage a l'immense mérite de déboucher sur une proposition de réforme judiciaire, d'autant plus difficile à faire aboutir qu'elle se placerait dans un contexte où la détresse économique et médicale tend à faire des « sorciers » les boucs émissaires de toutes les frustrations. Par exemple, malgré la pénalisation croissante ?de l'infraction, en 12 ans, la crainte de la sorcellerie à Nkoteng n'a pas reculé4.

8Bien que les intervenants se rejoignent aussi sur l'urgence d'une sauvegarde des acquis correspondant aux contrôles « traditionnels » de la sorcellerie, les vieux rituels « anti-sorcier », qui pealliaient efficacement l'incarcération malgré la montée les inégalités au XIXe, les conflits violents, antagonismes entre aînés et cadets, hommes et femmes, maîtres et esclaves, restent peu abordés. En cela, le colloque, s'il renouvelle le matériel des témoignages, soulève le problème de l'urgence d'un approfondissement de ce type de démarche.

9La fréquence des violences est aussi révélatrice de la prise de distance des contrôles traditionnels comme de ceux de l'Etat et de sa 'justice'. Cette substitution de la justice criminelle à la justice 'culturelle / cultuelle' est indissociable de l'accumulation post- et néo-coloniale des processus d'intériorisation de l'autoritarisme et de la répression, qui mériterait aussi des développements historiques plus précis. Malgré l'absence de développements comparatistes historiques sur les solutions essentiellement interne à ce problème, ou les décalages de ton - indissociable du succès public de la réunion - cette contribution montre que la judiciarisation est une manifestation du processus de 'modernisation' des sociétés africaines. Elle est en même temps un exemple des perspectives d'applications utiles des sciences humaines 'du Sud'. Par la variété des approches, y compris filmographiques, ce travail collectif constitue une référence importante pour tous ceux qui s'intéressent aux problèmes posés aux acteurs de la gestion de la sorcellerie en Afrique.

Haut de page

Notes

1  Les journées Sorcellerie et pouvoir au Cameroun en 2002, du laboratoire (CNRS) Système de Pensée en Afrique Noire avaient été une occasion d'effleurer la question. Mes tentatives (Journal de la Société des Africanistes, 2003 : 210) pour proposer un numéro thématique sur les 'violences et dispositifs de contrôle de la sorcellerie' restèrent sans écho. Plus sensibles à l'urgence de problèmes collectifs des universitaires du Sud, Mounyol a Mboussi, puis l'UCAC contribuèrent au développement de la réflexion scientifique sur cette question.

2  En 2008, on jugeait, dans la seule circonscription de Monatélé, quatre fois plus d'affaires qu'à l'échelle nationale 60 ans plus tôt (en 1943) (166 en 2003 cf. R. Nantchouang in De Rosny, 2006, p. 140).

3  Les tentatives d'éradication acharnées, lors de flambées prophétiques, ont pu aboutir à des forme paroxystiques de justice populaire au Cameroun (Monteillet 1998, 2005).

4  La sorcellerie était redoutée par 67 % des chefs de ménages de Nkoteng, en 1996 ; 12 ans plus tard (2008), ils étaient 65 % à y voir une menace (cf. Monteillet 2005 : 139 et Monteillet à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Monteillet, « Rosny Éric , Justice et sorcellerie », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 350-353.

Référence électronique

Nicolas Monteillet, « Rosny Éric , Justice et sorcellerie », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/2794

Haut de page

Auteur

Nicolas Monteillet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org